Pourquoi les bébés ont-ils du liquide dans leurs poumons?

Si la naissance était normale, le nouveau-né n'a plus de liquide dans les poumons. Lors de la naissance, il expulse le liquide amniotique contenu et, lors du premier souffle, les alvéoles se redressent et les tissus se remplissent d'oxygène. Mais il existe des situations où les poumons ne sont pas libérés du liquide, ce qui nuit à la respiration normale du nouveau-né. Cette condition est appelée tachypnée transitoire.
Quelle pourrait être la raison pour laquelle le bébé ne se débarrasse pas du liquide amniotique?

Pourquoi les nouveau-nés ont-ils du liquide dans leurs poumons?

Le liquide amniotique peut rester dans les poumons des bébés prématurés pendant l'accouchement rapide.

En effet, la pression n’atteint pas la force souhaitée pour expulser le fluide.

Les nouveau-nés extraits par césarienne courent également un risque d'aspiration. L’effet de la présence de liquide dans les poumons n’est pas prouvé sur le développement de maladies du système pulmonaire, mais lors de l’autopsie des enfants décédés dans les 10 premiers jours de la naissance, du liquide était trouvé dans les poumons dans 102 des 179 étudiées (1958).
Facteurs influant sur l'apparition de l'aspiration:

  • Césarienne;
  • accouchement précoce et rapide (le nouveau-né n'a pas le temps de s'adapter à l'évolution rapide des conditions).

Comment reconnaître la présence de liquide dans les poumons à la naissance

L'enfant respire bruyamment et souvent, tandis que la peau reste bleue, les muscles auxiliaires interviennent dans le processus de respiration (le mouvement des ailes du nez est perceptible, le sternum forme une fosse pendant l'inhalation et les veines du cou gonflent). Lors de l'auscultation à l'aide d'un phonendoscope, le pédiatre écoute clairement les rumeurs humides. La radiographie montre le degré et le degré d'implication des poumons dans ce processus.

La seule méthode de traitement possible consiste à rincer et à évacuer le liquide par aspiration électrique spéciale avec oxygénothérapie jusqu'à l'élimination complète de tous les symptômes. Dans les cas graves, l'enfant est transféré dans l'unité de soins intensifs et connecté à un ventilateur.

Prévention de l'ingestion de liquide amniotique chez les nouveau-nés pendant le travail:

  1. En premier lieu en importance est la gestion de l'accouchement de manière naturelle, s'il n'y a pas de vraies contre-indications. Au moment du passage de tous les stades dans l’ordre, le nouveau-né est préparé aux nouvelles conditions de l’activité vitale; sous pression, les liquides amniotiques sont évacués, une petite partie du corps crachant dans les 10 premières secondes suivant la naissance.
  2. Contrôle strict de la sage-femme à toutes les étapes du processus d'accouchement. Une livraison rapide n'est pas autorisée.
  3. Contrôle strict de la pression artérielle de la femme en travail et diminution rapide en cas d'augmentation.
  4. En cours de grossesse, une visite chez le gynécologue est nécessaire.
  5. Une cessation complète de fumer et de boire de l'alcool est nécessaire.
  6. Toutes les infections, y compris les infections chroniques, doivent être guéries.

Une nutrition adéquate pendant la grossesse devrait être un besoin conscient et être effectuée régulièrement. Consommation suffisante de fruits, de légumes, de viande. De gras, fumés et surtout fortement salés devront être abandonnés.

Légère rétention d'eau dans les poumons d'un nouveau-né

Avec une légère rétention d'eau dans le poumon d'un nouveau-né, se manifeste un syndrome d'adaptation pulmonaire (tachypnée transitoire du nouveau-né).

Habituellement, cette condition est facilement tolérée, disparaît en 2 jours et se manifeste par une insuffisance respiratoire insignifiante. Cette situation se produit chez 1 à 2% des nouveau-nés.

Lorsqu'il passe dans le canal génital de la mère, le nouveau-né extrait une partie importante du liquide amniotique, mais il en reste une petite quantité qui ne disparaît pas de la toux lors de la première respiration et qui est aspiré dans les voies respiratoires et dans les poumons.

La prématurité, l'anesthésie maternelle sévère, la diligence pelvienne et l'appartenance au sexe masculin sont des facteurs à l'origine de cette affection.

Le diagnostic est confirmé par radiographie thoracique. Après 48 heures, l'eau dans les poumons disparaît complètement.

Le traitement n'est généralement pas nécessaire, il suffit d'observer et de mesurer. La première horloge mesure la composition en gaz du sang, le pourcentage d'oxygène. Si la numération sanguine ne s'améliore pas, mais s'aggrave, le diagnostic est incorrect, il est nécessaire de repasser les tests et de clarifier la cause de l'affection.

Corps humain n ° 20, page 16

Causes des problèmes pulmonaires chez les nouveau-nés

Le système cardiopulmonaire peut être très faible à la naissance et de nombreuses complications peuvent nuire à la santé à long terme, voire entraîner la mort, si elles ne sont pas détectées et soignées immédiatement.

Aspiration de méconium

Le méconium est une substance résineuse de couleur vert foncé, constituée de produits de décomposition cellulaire. Ce sont les premiers excréments d'un enfant à naître qui se trouvent dans ses intestins. Leur pénétration dans le liquide amniotique est un signe de l'état pathologique du fœtus.

La présence de méconium dans le liquide amniotique amène les obstétriciens à accélérer le travail. La raison en est que le liquide contenant du méconium peut se trouver dans les poumons au moment où l'enfant prend son premier souffle à la naissance. Il doit être sucé par le nez et la bouche de l'enfant dès l'apparition de la tête, de sorte que

Le liquide amniotique et le méconium (marqué d'un cercle) ont pénétré dans les poumons de ce nouveau-né. Il s'agit d'un risque grave pour la santé car il existe un risque d'insuffisance respiratoire pouvant mettre la vie en danger.

minimiser le risque d'aspiration (inhalation).

Si le liquide dans les poumons contient beaucoup de méconium et que la respiration n'est pas établie correctement, il est nécessaire d'appliquer immédiatement l'aspiration de la trachée à l'aide d'un tube endotrachéal et d'un aspirateur (appareil d'aspiration).

Méconium dans les voies respiratoires inférieures et alvéoles des poumons

provoque une pneumonie chimique grave, entraînant une insuffisance respiratoire. L'inflammation provoque la rétention d'air dans les poumons avec un risque de pneu

Respiration rapide chez les nouveau-nés

La tachypnée transitoire (respiration rapide) est probablement la cause la plus fréquente d’insuffisance respiratoire chez le nouveau-né. La cause est la rétention d'eau dans les poumons du nouveau-né. La production de fluide dans les poumons du fœtus dans l'utérus est généralement «interrompue» par les hormones stéroïdes et les catécholamines (substances physiologiques telles que la dopamine et l'adrénaline, qui agissent principalement comme neurotransmetteurs).

Ces produits chimiques commencent à agir pendant

Un masque respiratoire est utilisé pour fournir de l'oxygène à un enfant chez qui on a diagnostiqué une tachypnée transitoire. Cette maladie survient généralement après une césarienne.

moteur et augmentation de la pression dans l'artère pulmonaire, ce qui peut provoquer des modifications pathologiques dans la circulation sanguine du fœtus.

contractions, et il provoque également une absorption de fluide à travers les alvéoles. La rétention de ce liquide dans les poumons à un moment où ils doivent être remplis d'air provoque une insuffisance respiratoire. Habituellement, cette complication survient après une césarienne, qui prive le fœtus du processus de contractions et de stimuli qui déclenchent le mécanisme de libération des hormones et des mines de catéchols. Cela se produit souvent lors de l’utilisation de certains médicaments en fin de grossesse.

L’approvisionnement en oxygène avec un masque respiratoire (la teneur maximale en oxygène dans le mélange alimentaire ne doit pas dépasser 40%) doit débuter dès que possible après le diagnostic.

Il existe plusieurs types d'infections, dont les sources peuvent être les voies génitales de la mère. Il s'agit par exemple de microorganismes à Gram négatif ou de streptocoques du groupe B. L'infection peut provoquer une pneumonie grave, une septicémie ou une méningite.

Tous les bébés présentant une déficience respiratoire doivent recevoir un traitement contre l’infection jusqu’à ce que leur absence soit confirmée par des tests, car tout retard peut être fatal.

Le streptocoque peut provoquer des maladies graves telles que la pneumonie. Sur la radiographie, elle est déterminée par le grand assombrissement des poumons.

Complications respiratoires plus rares

Pneumothorax. L’accumulation d’air entre la paroi thoracique et les poumons, entraînant

Un certain nombre de maladies respiratoires rares mais graves peuvent également survenir chez les nouveau-nés. Ceux-ci incluent les pathologies suivantes.

Manque de surfactant. Se produit rarement chez les bébés nés à terme, il peut se produire dans le cas d'une césarienne et chez les bébés dont la mère est diabétique.

Hypertension artérielle pulmonaire primitive. L'hypoxie est la conséquence de déviations dans le processus d'adaptation du système circulatoire à une existence indépendante.

Obstruction des voies respiratoires supérieures, par exemple atr ° I choana (hypoplasie de l’intérieur du nez).

stichny ou compression complète du poumon.

Hernie diaphragmatique congénitale - l'insertion du contenu de la cavité abdominale en raison d'un défaut du diaphragme. Si cela se produit au début de la grossesse, le poumon sur lequel la hernie se presse ne se développe pas (hypoplasie pulmonaire). La gravité des symptômes dépend du développement du poumon.

D'autres anomalies congénitales, telles que la pathologie pulmonaire à l'adénome kystique du poumon, sont rares, mais se produisent également.

Quel est le danger de recevoir du liquide amniotique dans les voies respiratoires d'un enfant?

Tant que le bébé est dans l'utérus, jusqu'à ce que la vessie amniotique ait éclaté et que l'eau se soit retirée, c'est normal. Quoi qu'il en soit, il obtient de l'oxygène d'une manière différente. C'est à ce moment-là que l'enfant "est sorti", il faut qu'il crie, par là même:

1) se débarrasser des restes de tous les déchets dans les voies respiratoires

2) les poumons se déplient, la première respiration et ensuite la respiration est déjà au niveau réflexe

Sinon, la mort cérébrale par manque d'oxygène.

P.S. Un cas étrange, il y a à peine 15 minutes, nous avons parlé à un collègue sur ce sujet. Elle est partie, je suis montée ici et. Passons directement à une question récente sur les coïncidences dans la vie

L'inhalation (aspiration) du liquide amniotique chez le nouveau-né est vraiment dangereuse, elle peut entraîner une insuffisance respiratoire et constituer dans de nombreux cas une menace pour la vie. L'inhalation de liquide amniotique nécessite généralement un traitement immédiat sous forme d'assistance respiratoire (ventilation pulmonaire artificielle).

Si la grossesse se déroule normalement et que le liquide amniotique est suffisamment propre, la stabilisation de l’état de l’enfant se produit assez rapidement.

Mais si le méconium, les matières fécales d'origine, est éliminé par voie intra-utérine dans l'eau, alors l'eau est polluée par elle et, si elle pénètre dans les voies respiratoires, une condition encore plus dangereuse du nouveau-né peut se développer - syndrome d'aspiration du méconium.

L'eau dans les poumons des nouveau-nés

L'apnée, la cyanose de la prématurité, entraînant parfois la mort, peuvent être causées par l'aspiration spontanée de mucus ou d'une petite quantité de nourriture. Par conséquent, chez certains prématurés et les nouveau-nés, il est important d’observer un drainage en position oblique et une alimentation minutieuse. Un tel drainage de la position n'est ni conseillé ni efficace si les crises décrites ci-dessus résultent d'un saignement intracrânien ou d'autres lésions cérébrales.

On sait que l'immobilité des poumons limite et même rend impossible l'absorption de liquides et l'activité de drainage des capillaires lymphatiques (Courtice 1946); ainsi, les périodes d'apnée ou d'hypopnée contribuent au liquide dans les poumons lors de rétentions prématurées. L'élimination des liquides et de la voie bronchique est limitée car l'anoxie réduit l'activité de nettoyage de l'épithélium ciliaire (Gray 1928).
À titre d’intérêt, on peut mentionner que l’activité de l’anhydrase carbonique chez les patients prématurés, atteints de pneumonie, par rapport à une prématurité saine du même âge augmente considérablement - jusqu’à 180 et même à 388% (Balmagiya, 1950).

En conclusion, nous pouvons dire qu'un tiers des affections et des maladies chez les prématurés sont des troubles du système respiratoire.
Lorsqu'un bébé né à terme a quitté le canal de naissance, ses voies respiratoires contiennent une quantité physiologique d'eau de fruit, qui peut encore y rester pendant le passage du canal de naissance. Comme mentionné précédemment, la ventilation et les espaces partiellement respiratoires de chaque fœtus contiennent physiologiquement des eaux de fruits, car elles jouent un rôle formatif évolutif dans les poumons. Ces eaux sont aspirées en raison des mouvements respiratoires du fœtus.

Des quantités relativement excessives d’eau de fruits peuvent rester dans les voies respiratoires de certains bébés prématurés lors de l’accouchement durant une courte période ou chez les enfants nés avec une césarienne. Par conséquent, on pense que la floraison hyaline chez les prématurés et les enfants nés avec une césarienne est due à l'aspiration des eaux de fruits, en particulier si le but de cette aspiration est le désir du fœtus encore dans l'atmosphère des eaux de fruits de respirer avant la naissance.

On ignore si l'aspiration d'eau de fruits normale à des nouveau-nés en bonne santé peut être à l'origine de la maladie (Kottgen, 1958). Dans des conditions pathologiques, en réponse à des impulsions pathologiques, en particulier en cas de suspicion d'asphyxie intra-utérine (si cela se produit chez un fœtus en bonne santé sans perturbation significative du placenta, du cordon ombilical et de la mère), il se produit une exfoliation plus forte des couches superficielles de la peau et une turbulence., il y a leur aspiration excessive avec tout leur contenu et la concentration du contenu formé dans les voies respiratoires les plus périphériques.

Une petite quantité du contenu formé des eaux de fruits est pratiquement présente dans les poumons de chaque nouveau-né décédé pendant l'accouchement ou peu de temps après. Herout et Korhon (1958) signalent que l'aspiration du contenu amniotique, principalement de l'épithélium kératinisé, a été observée chez 102 (59,6%) des 171 nouveau-nés décédés au cours des 10 premiers jours de leur vie, avec ou sans pneumonie.

L'eau dans les poumons des nouveau-nés

La grossesse est associée à un certain nombre d'inquiétudes et d'inquiétudes. Cependant, la situation la plus délicate est la naissance, où la pression et la tension augmentent de nombreuses fois.

C'est au cours de cette étape que l'on peut trouver chez l'enfant des anomalies gênantes pour la mère. Le problème commence lorsque l’enfant ne libère pas la quantité requise de liquide amniotique par les poumons. L'enfant doit expulser le liquide amniotique qui remplit ses poumons quand il était dans l'utérus. Ce fluide doit être éliminé lorsque des signaux chimiques transmis indiquent que le fluide doit être exclu. C'est à travers ces signaux chimiques que le liquide est évacué. Lorsque le bébé passe dans le canal génital, le niveau de pression expulse le liquide. Les résidus liquides sont ensuite expulsés par la toux. Cela dure 10 secondes et l'enfant commence à respirer l'air qui remplit ses poumons, en expulsant le liquide restant. Cependant, dans certains cas, le liquide ne sort pas, ce qui peut entraîner certaines complications. Soit la pression appliquée lors de l'accouchement n'était pas suffisante pour pousser le liquide amniotique. Cette condition est appelée tachypnée transitoire.

Le méconium est une autre affection pouvant entraîner des difficultés respiratoires, due à la présence de méconium dans les poumons d'un enfant. C'est pour cette raison que les poumons ne gonflent pas après la naissance. Ceci est connu sous le nom de syndrome d'aspiration méconiale et peut conduire un enfant à l'unité de soins intensifs néonatals. Généralement du méconium; c’est une substance collante qui n’est libérée qu’après la naissance, avec les excréments du bébé. Cependant, lorsque le méconium est libéré avant la naissance dans le liquide amniotique, un problème se crée. C'est à ce moment que le liquide amniotique n'est pas expulsé à temps et qu'il y a un retard dans la respiration. Dans la prochaine section de l'article, nous examinerons les fonctions remplies par le liquide amniotique.

Le rôle du liquide amniotique?

Le liquide amniotique est un liquide dans lequel le bébé flotte dans l'utérus. Ce mécanisme flottant aide l'enfant dans son développement. C'est ce que fait le liquide amniotique pour la croissance et le développement du bébé.

  • Le liquide amniotique sert de lubrifiant dans lequel le bébé flotte et se déplace.
  • Elle joue un rôle important dans la protection de l'enfant et lui fournit un oreiller.
  • Cela donne l'assurance que le cordon ombilical ne se contractera pas; l'enfant peut s'étouffer si l'apport d'oxygène par le cordon ombilical est coupé.
  • Il contribue également à la croissance et au développement des poumons: l'enfant inhale le liquide amniotique.
  • Il se compose de nutriments et de composants qui aident l’enfant à renforcer son système immunitaire.

Quels sont les symptômes de la tachypnée transitoire

Vous pouvez comprendre que votre enfant souffre de cette maladie si vous remarquez que:

  • L'enfant respire vite.
  • Gonfle ses narines en inspirant et en expirant.
  • La cage thoracique forme une bosse comme une structure lorsque le bébé respire
  • Les enfants qui ont du liquide dans les poumons provoquent certains gémissements
  • Dans les cavités externes de la bouche et du nez apparaissent des rayons bleutés.

Traitement de la tachypnée transitoire

Certains tests de diagnostic détectent cette anomalie, par exemple une numération sanguine complète (CBC) pour détecter la présence d'infections; Radiographie pulmonaire: indique si les poumons du bébé sont remplis dans une large mesure. L’apport d’oxygène supplémentaire est obtenu en portant un masque à oxygène et en appliquant une pression continue dans les voies respiratoires, à travers lesquelles l’air passe, ce qui ouvrira les voies respiratoires dans les poumons de l’enfant.

Malheureusement, il n'y a pas encore de mesures préventives pour contrôler l'apparition de cette maladie.

mama.tomsk.ru

Site pour les mamans, les papas et les enfants!

eau dans les poumons d'un nouveau-né

eau dans les poumons d'un nouveau-né

Le message de tomtit »27 oct 2008, 20:39

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Post marfa ”27 oct. 2008, 22:08

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Le message tomtit »28 Oct 2008, 03:43

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Post marfa ”28 octobre 2008, 19:48

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Message de KEL »28 oct 2008, 19:55

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Post marfa ”28 octobre 2008, 20:05

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Post KEL »28 oct 2008, 20:13

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Post marfa ”28 oct 2008, 20:17

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Post KEL »28 oct 2008, 20:20

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Le message tomtit »28 Oct 2008, 23:44

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Post Lychnis »29 Oct 2008, 06:56

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Le message de Himmler »29 oct 2008, 22:18

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Message reygan »29 Oct 2008, 22h30

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Le message de l'enfant "Oct 29 2008, 22:48

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Le message de Kislitsin Tosya »01 Nov 2008, 16:32

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Message Himmler »01 Nov 2008, 23:18

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Message LuLu »02 Nov 2008, 01:16

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Message Rose »02 novembre 2008 à 13h32

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Le message de Kislitsin Tosya »02 nov 2008, 19h45

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Message Himmler »02 Nov 2008, 19:56

Re: eau dans les poumons d'un nouveau-né

Message Natalinna »28 juin 2012, 16:00

La santé d'un nouveau-né: quelle est la dangerosité du liquide contenu dans les poumons d'un nouveau-né affaibli?

Après la naissance du bébé, les médecins lui ont immédiatement attribué un score d'Apgar. S'il y a un liquide prédominant dans les poumons des nouveau-nés, il ne peut en résulter des taux élevés et le patient a besoin de soins médicaux immédiats et, éventuellement, de mesures de réanimation.

Le liquide dans les poumons d'un nouveau-né est déterminé à la naissance, lorsque la chatte prend son premier souffle dans le nouveau monde. Après avoir écouté le bébé, il peut s'avérer qu'un grave problème de santé prévaut chez l'enfant, par exemple, la pneumonie progresse. Avec ce diagnostic, la cavité pulmonaire est remplie de liquide, ce qui entraîne une insuffisance respiratoire.

La question se pose immédiatement: pourquoi la maladie caractéristique progresse-t-elle? La raison en est l'état des muqueuses qui, lorsqu'elles se rompent, infectent le liquide amniotique. En conséquence, le fœtus inhale le liquide contaminé, ce qui aggrave la pneumonie, mais la sepsie, qui est dangereuse pour une activité ultérieure, n'est également pas exclue. Un tel nouveau-né a cruellement besoin de mesures de réanimation et le facteur déterminant pour le diagnostic est la performance des radiographies et des analyses de sang en laboratoire.

Si un nouveau-né a des liquides dans les poumons, il ne peut y avoir de sortie de la maternité. De plus, il est placé d'urgence en soins intensifs et un traitement antibactérien complet est administré par voie intraveineuse. En outre, ne pas exclure une maladie symptomatique appelée pneumopathie, dans laquelle il y a un retard dans le développement des voies respiratoires. Le résultat clinique dépend du début du traitement, du choix judicieux des médicaments et du professionnalisme du médecin traitant.

L’eau peut pénétrer dans les poumons pour une autre raison: l’hypoxie fœtale pendant la période prénatale. Un tel processus pathologique après une accouchement naturel peut provoquer une vasoconstriction et une hypoperfusion du système pulmonaire, ce qui entraîne des maladies congénitales étendues.

Si le médecin détermine l'accumulation de liquide dans le système respiratoire du nouveau-né, l'atélectasie des poumons devient l'un des facteurs prédisposants les plus courants. Il s’agit d’un état pathologique dans lequel le tissu pulmonaire accumulé après la première inhalation ne recule pas avant deux jours. Une telle immaturité des poumons est déclenchée par une naissance prématurée, lorsque le fœtus est né à 28–24 semaines d'obstétrique. Le bébé est immédiatement isolé, connecté à un respirateur, ce qui lui donne une chance réelle de rétablir ses fonctions respiratoires.

Le tableau clinique le plus dangereux est le syndrome oedémateux-hémorragique, qui peut entraîner une issue fatale pour le nouveau-né. En raison de la forte perméabilité des capillaires dans les poumons, une quantité suffisante de liquide peut s'accumuler, ce qui altère la capacité respiratoire du nouveau-né. Des maladies telles que l’acidose, l’hypoxémie, l’insuffisance cardiaque progressive, l’hypoprotéinémie et l’hyperprogestérolémie sont considérées comme les causes de la pathologie caractéristique. Le diagnostic ne peut être guéri qu'avec des antibiotiques puissants et il est extrêmement important de réagir rapidement aux symptômes alarmants du nouveau-né.

Le syndrome d'aspiration est une affection pathologique des poumons, caractéristique des grands bébés. Dans les premières minutes de la vie d'un nouveau-né, une crise d'asphyxie attend avec le développement ultérieur d'une pneumonie bactérienne. Il s’agit d’une maladie infectieuse traitée dans les conditions d’hospitalisation par des antibiotiques. La période de réadaptation du patient peut être retardée jusqu’à la fin de sa vie, se présentent régulièrement avec complications.

En résumé, il ne reste plus qu’à ajouter qu’une accumulation excessive de liquide dans les poumons est dangereuse pour la santé de l’enfant. Même si la maladie est guérie, ses conséquences ne sont pas exclues, ce qui va se rappeler des symptômes alarmants pendant une longue période. Chez certains patients, les fonctions respiratoires normales ne sont pas rétablies avant la fin de la vie et les visites systématiques chez le spécialiste et la prévention deviennent des compagnons de la vie.

Si les médecins ont de bonnes raisons de croire qu'il y a du liquide dans les poumons et en grande quantité, le patient doit effectuer une radiographie de cet organe, même à l'âge du nouveau-né. En outre, une analyse de sang permettra d’évaluer la maladie, mais jusqu’à ce que les causes de la pathologie du nouveau-né soient clarifiées, il est interdit d’écrire dans le service génitif et la participation ponctuelle de professionnels peut même lui sauver la vie.

Pneumonie chez un nouveau-né: diagnostic et traitement

La pneumonie est l’une des maladies infectieuses et inflammatoires les plus courantes et les plus dangereuses de la période néonatale, en particulier chez les prématurés. La pathologie est caractérisée par le développement d'un processus inflammatoire actif du parenchyme des poumons et des parois des bronches.

La maladie est caractérisée par le moment de l'infection et le type d'agent infectieux. L'infection survient pendant la gestation (pneumonie intra-utérine), lors de l'accouchement (aspiration ou intrapartum) et pendant la période post-partum (postnatale).

Pneumonie intra-utérine

La maladie survient à la suite d'une infection du fœtus:

  • transplacentalement, hématogène;
  • pendant la période anténatale, lorsqu'il est infecté par le liquide amniotique infecté, l'agent infectieux pénètre directement dans les poumons du fœtus.

Causes de la pneumonie intra-utérine:

  • mise en œuvre et généralisation de l'infection TORCH (toxoplasmose, chlamydia, infection à cytomégalovirus ou herpès, listériose, syphilis);
  • maladies infectieuses et inflammatoires du système urogénital et du tractus gastro-intestinal chez une femme enceinte présentant une infection à la baisse et une infection du liquide amniotique (le groupe des streptocoques B est considéré comme l'agent causal le plus fréquent (sérovars I et II);
  • infections virales et bactériennes aiguës, transférées à une femme enceinte en fin de grossesse.

L'infection la plus fréquente chez le fœtus survient dans les dernières semaines, jours ou heures précédant l'accouchement. Le risque d'inflammation prénatale chez le fœtus est significativement plus élevé chez les prématurés.

Facteurs de risque et causes d'infection intra-utérine du fœtus avec développement de pneumonie:

  • hypoxie intra-utérine chronique;
  • malformations congénitales du système broncho-pulmonaire;
  • immaturité gestationnelle du fœtus, prématurité;
  • endométrite, cervicite, chorioamnionite, vaginite, pyélonéphrite chez la femme parturiente;
  • insuffisance placentaire avec la circulation placentaire altérée.

Les caractéristiques distinctives de la pneumonie intra-utérine sont les suivantes:

  • développement de symptômes de la maladie dans les premiers jours de la vie de l'enfant (avant sa sortie de la maternité), moins souvent dans les 3 à 6 semaines (pneumonie à Chlamydia et à mycoplasmes);
  • la maladie est accompagnée d'autres manifestations d'infection intra-utérine - éruption cutanée, conjonctivite, hypertrophie du foie et de la rate, symptômes de méningite ou d'encéphalite, autres manifestations pathologiques de l'infection par TORCH;
  • la pathologie se manifeste plus souvent par un processus inflammatoire bilatéral, aggravant l'évolution de la maladie;
  • la maladie se développe dans le contexte d'une prématurité profonde, d'une maladie de la membrane hyaline, d'atélectasies multiples ou d'une bronchiectasis et d'autres malformations des bronches et des poumons.


Les symptômes de la pneumonie intra-utérine comprennent:

  • essoufflement qui survient immédiatement après l'accouchement ou dans les premiers jours de la naissance de l'enfant, moins souvent à un stade ultérieur;
  • la participation à l'acte de respiration des muscles auxiliaires, qui se manifeste par l'inhibition des espaces intercostaux, la fosse jugulaire;
  • écoulement mousseux de la bouche;
  • accès de cyanose et d'apnée;
  • refus de manger, régurgitation;
  • fatigue en suçant;
  • fièvre
  • toux fréquente et improductive, parfois vomissements.

Les autres signes de pneumonie intra-utérine sont:

  • augmentation de la pâleur de la peau;
  • saignement accru;
  • hypertrophie du foie et de la rate;
  • sclérama, divers exanthèmes et enanthèmes;
  • perte de poids croissante.

En l'absence d'un diagnostic opportun et de la désignation d'un traitement adéquat chez un enfant, il se produit une aggravation de l'insuffisance respiratoire, le développement d'une insuffisance cardiaque et vasculaire et un choc infectieux toxique.

La pathologie se développe plus particulièrement chez les nourrissons prématurés de grande profondeur ou chez les enfants présentant une immaturité morphofonctionnelle importante du système respiratoire (violation de la synthèse du surfactant, pneumothorax, multiples malformations congénitales des poumons et des bronches, thymome).

Par conséquent, l'évolution de la maladie est exacerbée par des comorbidités complexes et conduit souvent à des conséquences fatales, en particulier une pneumonie bilatérale grave.

Une véritable pneumonie intra-utérine survient dans 2 à 4% des cas, le plus souvent chez le nouveau-né. Une pneumonie se développe pendant ou après la naissance.

Pneumonie intranatale

Dans la pneumonie intrapartum, les agents responsables du processus infectieux-inflammatoire sont divers agents infectieux infectés lors de l'accouchement:

  • lorsqu'un enfant passe par des chemins infectés;
  • par ingestion de liquide amniotique infecté ou de méconium (pneumonie d'aspiration).


Le développement d'un processus infectieux dans la pneumonie intrapartum est favorisé par:

  • prématurité ou immaturité morphofonctionnelle grave du nouveau-né;
  • hypotrophie intra-utérine;
  • asphyxie de naissance;
  • violation de l'adaptation cardiaque pulmonaire du nouveau-né;
  • syndrome de détresse (syndrome de dépression respiratoire) après une anesthésie générale à la suite d'une césarienne augmente considérablement le risque de pneumopathie chez l'enfant;
  • longue période anhydre à l'accouchement;
  • fièvre lors de l'accouchement.

La pneumonie postnatale est une inflammation du tissu pulmonaire apparue après l'accouchement: pneumonie stationnaire, hospitalière (nosocomiale) ou non hospitalière («à domicile») chez le nouveau-né.

Selon le pathogène, on distingue les formes suivantes de la maladie:

  • viral;
  • parasite;
  • bactérien;
  • des champignons;
  • mixte (bactérienne virale, bactérienne fongique).

Les principales causes de pneumonie postnatale sont:

  • asphyxie à la naissance avec aspiration de liquide amniotique et de méconium;
  • blessure à la naissance, souvent à la colonne vertébrale, avec lésions de la colonne cervicale et des segments thoraciques supérieurs;
  • lésions cérébrales prénatales;
  • malformations du système broncho-pulmonaire;
  • prématurité;
  • réanimation pendant le travail, intubation trachéale, cathétérisme de la veine ombilicale, ventilation mécanique;
  • contact avec des infections respiratoires virales et bactériennes avec une infection aéroportée après l'accouchement;
  • hypothermie ou surchauffe de l'enfant;
  • régurgitation et vomissements avec aspiration du contenu gastrique.

Symptômes cliniques de pneumonie postnatale chez un nouveau-né:

  • début aigu avec prévalence de symptômes généraux - toxicose, fièvre, régurgitation, faiblesse, refus de manger;
  • toux superficielle et improductive fréquente;
  • dyspnée avec cyanose et la participation des muscles auxiliaires;
  • écoulement mousseux de la bouche, gonflement des ailes du nez;
  • respiration sifflante lointaine, respiration bruyante (avec une augmentation significative de la fréquence des mouvements respiratoires) et le degré d'insuffisance respiratoire dépend de la quantité de VAN par minute;
  • accession de troubles cardiovasculaires.

Particularités de la pneumonie postnatale

Le tableau clinique de la pneumonie au cours de la période néonatale dépend de la virulence de l'agent pathogène, du degré de maturité de tous les organes et systèmes de l'enfant et de la présence de processus pathologiques associés:

  • au stade initial, la maladie a une trajectoire effacée et les symptômes de la maladie apparaissent souvent plusieurs heures ou plusieurs jours après le développement du processus inflammatoire;
  • Les premiers symptômes ne sont pas caractéristiques de la pneumonie: léthargie, faiblesse, régurgitation, absence de réaction thermique s’expliquent par l’immaturité du système de thermorégulation et la réactivité immunologique du corps.
  • On note souvent une inflammation de petite taille, difficile à diagnostiquer lors d'une auscultation, et le diagnostic n'est posé qu'après l'apparition de symptômes respiratoires (essoufflement, toux, cyanose);
  • les phénomènes catarrhales au cours de l'infection par des virus respiratoires sont souvent absents en raison d'une lésion précoce du parenchyme pulmonaire et du manque d'immunité locale;
  • chez les nouveau-nés à terme, sans comorbidité sévère, la maladie présente un pronostic favorable pour la vie et la santé, sous réserve d'un diagnostic opportun et d'un traitement antibiotique précoce.

Facteurs de développement

Les facteurs de développement de la pneumonie chez le nouveau-né sont les suivants:

  • évolution pathologique de la grossesse compliquée par une pathologie obstétrique ou somatique;
  • maladies infectieuses et inflammatoires du système génito-urinaire, respiratoire ou digestif de la mère;
  • mise en œuvre et progression des infections intra-utérines;
  • hypoxie intra-utérine chronique et malnutrition;
  • accouchement par césarienne;
  • asphyxie à la naissance avec syndrome d'aspiration;
  • pneumopathies et autres anomalies congénitales du système broncho-pulmonaire;
  • maladie pulmonaire héréditaire;
  • prématurité;
  • blessure à la naissance intracrânienne ou rachidienne
  • prestations de réanimation lors de l'accouchement (ventilation mécanique, intubation trachéale);
  • régurgitations ou vomissements avec aspiration d'aliments;
  • soins inappropriés pour les enfants (hypothermie, surchauffe, ventilation insuffisante de la pièce);
  • situation sanitaire et épidémique défavorable à l'hôpital et à la maison;
  • contact avec des virus respiratoires, porteurs de microorganismes pathogènes infectés par le système respiratoire.

Diagnostics

Le diagnostic de cette maladie chez le nouveau-né repose sur une analyse complète:

  • signes cliniques de la maladie;
  • l'anamnèse;
  • examen de l'enfant et examens physiques;
  • paramètres de laboratoire (modifications de l'analyse clinique du sang, des gaz sanguins, KOS).

Cependant, la radiographie des poumons revêt une importance primordiale: elle permet de déterminer le foyer de l’inflammation, les modifications des bronches et des ganglions lymphatiques intrathoraciques, la présence d’anomalies et de malformations à la naissance.

Traitement

La pneumonie, apparue au cours de la période néonatale, est considérée comme une pathologie dangereuse nécessitant une surveillance constante de l’état de l’enfant et une correction médicamenteuse. Par conséquent, la maladie n’est traitée qu’à l’hôpital, sa durée (combien de temps le bébé restera dans le service) dépend de la gravité de la maladie et de la présence de complications.

Le traitement de la pneumonie chez le nouveau-né commence par la nomination d'antibiotiques à large spectre, la correction de l'homéostasie altérée, les troubles respiratoires et cardiovasculaires, la réduction de la toxicose.

Pour le bébé nécessite des soins constants:

  • allaitement avec du lait maternel ou un mélange adapté de sonde ou corne jusqu’à disparition des troubles respiratoires et amélioration du bien-être de l’enfant;
  • soins hygiéniques de la peau;
  • création d'un microclimat confortable dans une pièce ou un couveze (chez les prématurés);
  • prévention de l'hypothermie ou de la surchauffe du bébé, changements fréquents de la position du corps.


Traitement supplémentaire prescrit:

  • immunoglobulines ou autres immunostimulants;
  • médicaments symptomatiques (antipyrétiques, antitussifs, mucolytiques, anti-inflammatoires);
  • des vitamines;
  • probiotiques;
  • massage tonique et vibrant;
  • physiothérapie, enveloppements à la moutarde, compresses d’huile, inhalations.

La durée du traitement de la pneumonie chez les nouveau-nés est en moyenne d'environ un mois.

Complications et conséquences

Avec le traitement correct et opportun de la pneumonie, les conséquences peuvent être des rhumes et des infections respiratoires fréquents, une bronchite, une diminution persistante de l'immunité chez un enfant.

Des complications se développent chez les enfants avec l'immaturité des organes et des systèmes, une hypotrophie intra-utérine, un traumatisme ou des malformations à la naissance et d'autres comorbidités. La pneumonie bilatérale chez les bébés prématurés se manifeste le plus négativement.

Il y a des complications majeures:

  • pulmonaire - atélectasie, pneumothorax, abcès, pleurésie, insuffisance respiratoire progressive;
  • complications extrapulmonaires - otite, mastoïdite, sinusite, parésie intestinale, insuffisance surrénalienne, augmentation de la formation de caillots sanguins, insuffisance cardiovasculaire, cardite, sepsie.

Au cours de l'année, le bébé est sous surveillance médicale.

Caractéristiques du cours et du traitement des bébés prématurés

Chez les prématurés, les pneumonies congénitales et néonatales précoces se développent beaucoup plus fréquemment que les bébés nés à terme, ce qui est associé à une incidence élevée de pneumopathies, de troubles du développement et d'infections intra-utérines. La pneumonie a une localisation bilatérale du processus inflammatoire avec un tableau clinique maigre, déguisé en autres pathologies somatiques ou maladies neurologiques (léthargie, adynamie, léthargie, régurgitation, succion altérée).

Le tableau clinique est dominé par les signes de toxicose, puis d’échec respiratoire avec une sévérité élevée de l’hypoxémie et de l’acidose métabolique respiratoire. En cas de pneumonie prématurée, il est plus probable que le tableau clinique soit peu développé et que l’hypothermie est prédominante. Une forte fièvre accompagnée de pneumonie apparaît rarement.

La fréquence élevée des symptômes extrapulmonaires aggravant l'évolution de la maladie - perte de poids progressive, diarrhée, dépression du système nerveux central avec disparition des réflexes de succion et de déglutition. Les bébés prématurés présentent un grand nombre de complications pulmonaires et extrapulmonaires.

Après la pneumonie, des dysplasies broncho-pulmonaires sont observées, provoquant des maladies broncho-pulmonaires récurrentes.

Prévention

Les principales mesures préventives contre la pneumonie chez les nouveau-nés comprennent:

  • élimination complète des principaux facteurs de prédisposition et de provocation;
  • examen médical et amélioration chez les femmes planifiant une grossesse, assainissement de tous les foyers d’infection avant le début de la grossesse;
  • contrôle de la grossesse et du développement fœtal, élimination de tous les dangers, examens de dépistage;
  • tactiques correctes de l'accouchement, prévention des blessures à la naissance;
  • l'observance des mesures sanitaires et épidémiologiques à la maternité et l'observance de l'incubateur avec une prématurité profonde.

La prévention de la pneumonie postnatale est une restriction complète du contact avec les patients infectés, de l'allaitement au sein et de la création d'un mode confortable dans la pièce où réside l'enfant.

L'inflammation des poumons chez les nouveau-nés est difficile à traiter, elle provoque souvent des processus dysplasiques des bronches et des alvéoles, des complications pulmonaires et extrapulmonaires. Par conséquent, la prévention de l'apparition de cette pathologie est la base de la santé future du bébé.

Auteur: Sazonova Olga Ivanovna, pédiatre

Caractéristiques de la pneumonie chez les nouveau-nés

Un nouveau-né ne dispose pas encore d'une forte immunité, ses organes et ses tissus du premier mois de vie s'adaptant aux conditions de l'environnement. Toute infection qui a pénétré dans le corps d'un bébé à ce moment-là peut entraîner une maladie grave et entraîner des conséquences, parfois mortelles. Le processus infectieux dans la pneumonie, y compris intra-utérin, est dangereux car il affecte non seulement le tissu pulmonaire, mais peut se propager dans tout le corps. Connaissant les causes, les manifestations et les mesures de prévention de la maladie, on peut éviter des complications graves.

Quelle est la pneumonie néonatale

La pneumonie chez les nouveau-nés (pneumonie) est une maladie infectieuse du tissu pulmonaire chez les enfants au cours des 28 premiers jours de la vie, caractérisée par des symptômes caractéristiques d'intoxication et des modifications des organes respiratoires.

Lorsque l'inflammation des poumons, les alvéoles sont remplies d'un secret et cessent de fonctionner.

Sont à risque:

  • bébés prématurés (nés moins de 38 semaines d'âge gestationnel);
  • enfants présentant un retard de croissance intra-utérin (poids corporel inférieur à 2500 g);
  • enfants nés par césarienne.

En outre, un certain nombre de facteurs augmentent considérablement le risque de développer une maladie chez un bébé, par exemple:

  • hypoxie fœtale (manque d’oxygène). Se produit en raison d'un manque d'oxygène dans le sang de la mère, d'une insuffisance placentaire (manque d'oxygène pour le fœtus par les vaisseaux du placenta);
  • syndrome d'aspiration, lorsque lors de l'inhalation de l'enfant dans les voies respiratoires pénètre une partie du liquide amniotique;
  • traumatisme à la naissance;
  • hypoxie à l’accouchement - longue période anhydre (plus de 24 heures);
  • maladies infectieuses des systèmes urinaire et respiratoire de la mère;
  • malformations des poumons (dysplasie broncho-pulmonaire).

Fait intéressant, un tiers de la pneumonie chez les nouveau-nés est une maladie secondaire concomitante par rapport à la principale. Par exemple, une pneumonie congénitale peut agir sur le fond d'une maladie hémolytique, d'un traumatisme grave à la naissance, d'une septicémie. Une telle pneumonie détermine souvent la gravité de la maladie sous-jacente, ainsi que son issue.

Types de maladie

  1. Pneumonie congénitale (ou intra-utérine). L'infection infecte le fœtus dans l'utérus. Ils sont divisés en transplacentaire, lorsque l’infection atteint le bébé de la mère à travers le placenta. En période prénatale, lorsque le fœtus est infecté par le liquide amniotique. Et intrapartum, lorsque le bébé est infecté lors du passage par le canal de naissance. L'agent responsable de la maladie dans ce cas pénètre à partir du liquide amniotique ou du tractus génital infecté de la mère (tractus génital).
  2. Pneumonie postnatale qui survient après la naissance d'un enfant. Ils se divisent en pneumonie hospitalière (nosocomiale), lorsque l'infection se produit à la maternité ou au service de pathologie néonatale, et en dehors de l'hôpital, lorsque le nouveau-né contracte la maladie après sa sortie de l'hôpital.
L’infection de la mère par l’infection se fait par le placenta (voie d’infection transplacentaire)

En outre, le type de pneumonie pathogène peut être divisé en bactérienne, virale et fongique.

Les causes

Chez les nouveau-nés à terme, la principale cause de pneumonie est l’infection. Tous les autres facteurs (infections de la mère, hypoxie lors de l'accouchement, naissance d'un traumatisme, etc.) ne font qu'augmenter le risque de pneumonie, mais ils n'en sont pas la cause!

Lors d’une infection prénatale, les agents pathogènes les plus fréquents sont l’infection à cytomégalovirus, le virus de l’herpès simplex et le pneumocystis. Ce dernier devient la cause la plus fréquente de développement de la maladie chez les prématurés. Avec une infection intranatale, l’enfant est exposé aux micro-organismes qui habitent le canal de naissance de la mère, c’est:

  • la chlamydia;
  • mycoplasme;
  • ureaplasma;
  • les streptocoques;
  • candida (infection fongique).

L'infection à streptocoques est une cause de pneumonie chez 35% des nourrissons au cours du premier mois de leur vie.

Les infections nosocomiales causant une pneumonie nosocomiale sont Klebsiella, les entérocoques, Pseudomonas aeruginosa et Staphylococcus aureus.

Chez les prématurés, la principale cause de pneumonie, en plus d’une infection, est le sous-développement des organes respiratoires et du système immunitaire. Il est plus difficile pour ces enfants de lutter contre les agents infectieux, ils sont plus faciles à infecter.

Chez les enfants après un accouchement par césarienne, la principale cause de pneumonie est l’aspiration du liquide amniotique infecté ou du mucus du canal génital. Il en résulte une atélectasie (une partie du poumon s'atténue), ce qui contribue au développement de la pneumonie.

Voies d'infection à pneumonie chez les nouveau-nés:

  • Hématogène (avec circulation sanguine). C'est la voie d'infection la plus commune avec la pneumonie intra-utérine. À partir du foyer d'infection d'une femme enceinte avec une circulation sanguine, un virus ou une bactérie parvient au fœtus. D'ici et il y a une infection intra-utérine du fœtus.
  • Bronchogénique. C'est le mode d'infection dans la pneumonie postnatale, lorsque l'enfant contracte l'infection de la mère malade ou de ses proches. L'infection se produit par l'intermédiaire de gouttelettes en suspension dans l'air.

Symptômes de la maladie

Dans la manifestation clinique de la pneumonie chez le nouveau-né, il existe plusieurs groupes de symptômes:

  • Syndrome d’intoxication - résulte de l’empoisonnement du corps de l’enfant avec des toxines de virus ou de bactéries. Les systèmes nerveux et immunitaire sont principalement touchés. Cela se manifeste par la faiblesse de l'enfant, le refus de manger, la somnolence, la pâleur ou la matité de la peau. Il peut également y avoir des régurgitations fréquentes ou des crises d’arrêt respiratoire transitoire (apnée).
  • Les violations du système respiratoire - résultent d'une lésion du tissu pulmonaire et, par conséquent, d'un manque d'oxygène. Manifeste par l'augmentation de la respiration, la participation à l'acte de respiration des muscles auxiliaires (contraction des espaces intercostaux, gonflement des ailes du nez). Respirer un nouveau-né devient gémissant, bruyant, parfois sifflant à distance. La peau autour des lèvres et des extrémités acquiert une teinte bleuâtre, ce qui est un signe de manque d’oxygène.
  • Les violations du système cardiovasculaire se manifestent sous la forme de tachycardie (augmentation du rythme cardiaque), baisse de la pression artérielle, œdème.
  • Violations du système nerveux - augmentation de l'excitabilité de l'enfant, anxiété, régurgitation, diminution du tonus musculaire.
  • Manifestations d'autres organes et systèmes - augmentation du foie et de la rate, jaunisse précoce (jaunissement de la peau avant 3 jours de la vie d'un enfant).

Symptômes de pneumonie chez les nouveau-nés - galerie de photos

Il est important de savoir qu'une augmentation de la température corporelle chez les nouveau-nés atteints de pneumonie est un signe facultatif. Une hypothermie peut survenir chez les enfants au cours de leur premier jour de vie (la température corporelle est inférieure à 36 degrés). Cela indique une réactivité immunitaire réduite et une intoxication grave.

Staphylococcus aureus est la cause la plus fréquente de pneumonie dans les établissements médicaux. Une pneumonie à staphylocoques se caractérise par un syndrome d'intoxication grave (température corporelle supérieure à 38,5 ° C, troubles respiratoires). L'enfant développe rapidement une insuffisance respiratoire.

Le staphylocoque détruit le tissu pulmonaire, entraînant des cavités et des bulles remplies de pus. Le processus inflammatoire se déplace souvent vers les tissus voisins et une pleurésie se développe. La pneumonie à staphylocoques compliquée par un abcès ou une pleurésie est souvent la cause de la mort des nouveau-nés.

Caractéristiques spécifiques de la pneumonie congénitale chez les bébés:

  • Les manifestations cliniques et radiologiques de la maladie surviennent dans les 72 premières heures de la vie d’un enfant.
  • La source d'infection est la mère - elle a la même flore pathogène que le bébé.
  • L'enfant a souvent des foyers infectieux dans les organes adjacents aux poumons.
  • Une augmentation du foie et de la rate dès le premier jour de la vie du bébé est caractéristique.
  • Dans le placenta, après l'accouchement, on observe des modifications inflammatoires.

Particularités de la pneumonie chez les bébés prématurés

  • Les signes non spécifiques de la maladie se manifestent par une succion insuffisante, une excitabilité accrue de l'enfant, une pâleur ou une cyanose de la peau, une diminution de la température corporelle, des troubles du sommeil, une perte de poids ou une augmentation de l'œdème.
  • Manifestation tardive de troubles respiratoires (1-2 semaines de vie).
  • Complications plus fréquentes de la pneumonie que chez les nouveau-nés à terme.
  • Écoulement de mousse de la bouche. Cela se produit à la suite d'une congestion dans les poumons.
  • Les bébés prématurés sont plus susceptibles de développer une intoxication sanguine en raison d'une pneumonie.

Le pneumocyste est l'agent causal le plus courant de la pneumonie chez les prématurés. La pneumonie dure 4 à 8 semaines et se divise en plusieurs étapes:

  1. Les manifestations initiales (les premières 1-2 semaines de la maladie). Caractérisé par des symptômes non spécifiques sous forme de succion lente, de prise de poids insuffisante, de respiration accrue pendant le bain, de succion. Parfois, il y a une légère toux, des selles molles (diarrhée).
  2. La hauteur de la maladie (2-4 semaines de maladie). Il se manifeste par un essoufflement grave (augmentation du nombre de respirations jusqu'à 80-140 par minute), toux paroxystique, décoloration de la peau (bleu, gris). La température corporelle augmente rarement.
  3. L'étape de la résorption (réparation) est caractérisée par la disparition lente de l'essoufflement, de la toux et de signes d'intoxication.

Vidéos scolaires du Dr Komarovsky sur la pneumonie chez les enfants

Traitement

Le traitement des nouveau-nés se poursuit jusqu'au soulagement de la période aiguë de la maladie (environ 2 semaines). Dans la période de résorption de la pneumonie, un traitement de soutien et de restauration est utilisé.

Le traitement de la pneumonie chez les nouveau-nés est effectué uniquement dans un hôpital sous la stricte surveillance d'un néonatologiste!

Les principaux aspects du traitement de la pneumonie chez le nouveau-né sont les suivants:

  1. Mode de protection. Maintien d'une température et d'une humidité de l'air optimales (+ 24... + 26 ° C dans le service avec une humidité de 60–70%). Pour les bébés prématurés pesant jusqu'à 1,5 kg, la température dans l'incubateur est maintenue à + 34... + 36 ° C. La surchauffe est indésirable, de même que l'hypothermie. Nécessite une ventilation régulière des lieux. Il n’est pas recommandé d’emmitoufler des bébés et de limiter leurs mouvements, il est nécessaire de changer fréquemment la position de leur corps pendant la journée.
  2. Alimentation Si l'enfant est dans un état grave ou dans une prématurité profonde, il est nourri au moyen d'une sonde ou par goutte à goutte. Pour ce faire, utilisez du lait maternel ou des mélanges adaptés. Avec l'amélioration de l'état et la formation de réflexe de succion, l'enfant est nourri avec une cuillère ou un sein. Dans un état grave, toute la quantité de nourriture nécessaire que l'enfant est incapable d'absorber, c'est pourquoi, entre les tétées, on lui injecte un liquide (glucose, voie orale) à l'aide d'une sonde ou d'une pipette.
  3. L'oxygénothérapie consiste à introduire de l'oxygène chauffé et humidifié à travers un masque, un cathéter, dans l'incubateur.
  4. Traitement antibactérien - en fonction de l'agent pathogène et du type de pneumonie.
  5. Thérapie immunocorrective - l'introduction d'immunoglobulines, le plasma sanguin.
  6. Traitement de l'insuffisance cardiovasculaire - l'utilisation de glycosides cardiaques pour la vie, les diurétiques.
  7. Dans le syndrome obstructif (bronchospasme), les bronchodilatateurs sont utilisés (par exemple, Alupent).
  8. Assainissement des voies respiratoires supérieures - élimination du mucus à l'aide d'une pompe électrique.
  9. Massage vibrant - coups de pinceau, tapotements légers, compression de la poitrine sur les côtés.