Combien développe le cancer du poumon

Publié par: admin 06/04/2016

Le cancer du poumon est un cancer grave et incurable. La durée de vie d’une personne avec un tel diagnostic dépend de plusieurs facteurs. Il fournit une assistance médicale à temps, les caractéristiques individuelles de l'organisme, l'humeur psychologique, le rejet des mauvaises habitudes et le strict respect des rendez-vous médicaux.

Raisons

Selon les statistiques, environ un million de fumeurs dans le monde ont un cancer du poumon chaque année. Et ce chiffre continue de croître chaque année, les gens continuent à fumer. En Russie, le cancer du poumon est au premier rang des maladies qui entraînent la mort chez les hommes d'âge moyen. Au cours des deux dernières décennies, l’incidence en Russie a été multipliée par 2. Le cancer du poumon se développe généralement après 55 ans. Chez les jeunes, il n'est presque pas observé. Les femmes développent un cancer du poumon six fois moins souvent que les hommes.

Le développement du cancer du poumon a sa propre particularité. La maladie se développe exclusivement dans le contexte de mauvaises habitudes (tabac à fumer), de facteurs environnementaux défavorables, d'une production nocive. Une personne peut attraper une maladie grave en raison de l'influence de produits chimiques toxiques: résines, gaz, éthers, métaux lourds. Mais selon les experts, le principal risque de morbidité est directement lié à la consommation de tabac. Fumer augmente le risque de cancer de 25 fois.

En plus de ces facteurs, la maladie se développe dans le contexte d’une prédisposition génétique, de maladies pulmonaires chroniques et de pathologies endocriniennes. L'âge moyen du patient chez qui un tel diagnostic est posé est de 60 ans.

Le cancer du poumon selon la classification anatomo-clinique est:

  1. Central. La tumeur primaire se développe dans la lumière de la bronche. Le patient se plaint d'hémoptysie (traînées de sang dans les expectorations). Dans les derniers stades, les expectorations ressemblent à de la gelée à la framboise. Le patient se plaint de douleurs à la poitrine. Stade précoce: toux sèche réflexe. Stade tardif: toux avec expectorations muqueuses ou mucopuruleuses.
  2. Périphérique. Cette forme de lésion est caractérisée par l'apparition de symptômes aux stades avancés. Le cancer périphérique se manifeste par un essoufflement et une douleur thoracique, se propageant jusqu'à la plèvre.

Le carcinome périphérique de la cavité pulmonaire forme une nécrose et une fonte des tissus. Le patient développe tous les signes d'inflammation: toux, crachats légers, fièvre. Le cancer périphérique donne de la faiblesse, de la fatigue, une capacité de travail réduite.

  1. Médiastinal (avec tumeur primitive non spécifiée).
  2. Disséminée (avec une tumeur primitive non spécifiée dans d'autres organes).

La défaite du poumon droit est observée dans 56% des cas, celle de gauche dans 44% des cas. Il y a souvent une défaite des lobes supérieurs.

Durée de vie

La durée de vie dépend du stade de développement de la tumeur au moment du traitement et du diagnostic. Souvent, la maladie se développe initialement de manière asymptomatique. Les tissus pulmonaires ne possèdent pas de récepteurs de la douleur. Les patients sont donc traités lorsque le cancer du poumon a déjà atteint les ganglions lymphatiques. Le stade initial du cancer et un traitement adéquat permettent à 70% des patients de vivre pendant cinq ans. Le patient subit une intervention chirurgicale pour enlever la tumeur, une radiothérapie, un traitement par chimiothérapie.

Il convient de prêter attention aux symptômes alarmants au début de la maladie: mal de gorge, épisodes de toux aggravés, écoulement de crachats purulents avec une odeur putride. Le cancer périphérique du poumon gauche est considéré comme le plus agressif et ne laisse aucune chance à un pronostic favorable.

Au moment où le processus malin entre dans la deuxième étape, la survie dépend du type de lésion. Si la taille de la tumeur ne dépasse pas 7 cm sans endommager les ganglions lymphatiques, un traitement adéquat est prescrit, la survie du patient étant d'environ 30%.

Un tel pronostic avec une tumeur jusqu’à 5 cm avec des métastases aux ganglions lymphatiques voisins. Malade asthmatique, sensation de manque d'air. Il peut y avoir une perte de poids importante.

Le troisième degré est une tumeur de plus de 7 cm avec lésion des ganglions lymphatiques et du diaphragme. La survie à cinq ans est d'environ 15%. Chez les femmes, le muscle cardiaque, la plèvre, la trachée, le foie, le cerveau et le sein peuvent être endommagés. Après le traitement (chirurgie et chimiothérapie), le pourcentage de rechutes est très élevé.

Le traitement médicamenteux à ce stade de la maladie ne s’améliore pas. Vous pouvez aider le patient en utilisant des doses de charge de chimiothérapie. Les stupéfiants complètent le traitement visant à éliminer le syndrome douloureux persistant. Guérir la maladie est impossible.

Au quatrième stade, la métastase se produit. Il est impossible d'obtenir un pronostic favorable et de guérir le patient. Seuls des soins appropriés peuvent rendre la vie plus facile au patient avec un tel diagnostic. Le traitement n'est que symptomatique. Après un tel diagnostic, plus de 90% des patients décèdent dans l’année. La situation est aggravée par la croissance de métastases dans le corps.

La durée pendant laquelle un patient peut vivre avec un tel diagnostic dépend d’une thérapie opportune et adéquate. L'âge de la personne malade, son état psychologique de rétablissement, l'état de l'immunité et son mode de vie jouent un rôle important. Si le patient continue à fumer et ne se conforme pas aux autres prescriptions médicales, il sera impossible de guérir la maladie.

Combien de temps pouvez-vous vivre après la chirurgie?

Si la chirurgie consiste à enlever une tumeur, le taux de survie à cinq ans est de 70% et l'indice ne dépend pas de la forme histologique. Si l'opération est effectuée au deuxième stade - environ 40%, au troisième - environ 20%.

Si le traitement chirurgical est réalisé sans recourir à d'autres types de traitement, un seuil de cinq ans ne peut dépasser 30% des patients.

Combien vivent après la radiothérapie et la chimiothérapie? La survie à cinq ans peut être chez 10% des patients. Le traitement combiné améliore jusqu'à 40%.

Si aucun traitement n'est administré, le taux de décès du patient atteint d'un cancer dans les deux ans est supérieur à 90%.

Le cancer périphérique avec intervention chirurgicale donne un taux de survie à cinq ans de 35%.

Combien de temps un patient peut-il vivre avec des métastases pulmonaires? Si le traitement est choisi correctement, une personne peut vivre cinq ans (chiffres pour la Russie). Dans les pays avec un niveau élevé de médecine jusqu'à 12 ans.

Des statistiques

Selon les statistiques, l'incidence du cancer du poumon en Russie est de 68 cas pour 100 000 habitants. Chaque année, 63 000 patients d'âge moyen sont diagnostiqués avec un tel diagnostic en Russie, dont 53 000 hommes. En Russie, 55% des malades meurent au cours de la première année, car les tumeurs sont diagnostiquées à un stade avancé. Seulement 25% des cas sont en première ou deuxième étape. 20% reviennent à la quatrième étape. En Russie, 60 000 patients d'âge moyen présentant un diagnostic de cancer du poumon meurent chaque année. On peut dire que le chiffre est catastrophique. En raison de l'évolution asymptomatique de la maladie, le cancer est confondu avec la tuberculose, la pneumonie. En Russie, la mortalité par cancer du poumon est plus élevée que par cancer des intestins, des glandes mammaires et de la prostate réunis.

La structure de la mortalité (avec un poids spécifique de pathologies oncologiques) en Russie:

  • néoplasmes des voies respiratoires supérieures et des poumons 17,7%;
  • néoplasmes gastriques 11,9%;
  • intestin 5,7-7,4%;
  • pancréas 5%.

En termes de mortalité par cancer du poumon en Russie, l’indicateur 68 se situe au quatrième rang des pays européens, derrière la Hongrie (86 sur 100 000), la Pologne (72 sur 100 000) et la Croatie (70 sur 100 000).

Il faut souligner que la principale cause de cancer est le tabagisme. De plus en plus de femmes ont commencé à fumer, s'exposant au risque de développer des tumeurs.

Le risque dépend moins de la mauvaise habitude que du temps qu’une personne continue de fumer. Si vous cessez de fumer avant l'âge de quarante ans, le risque de développer un cancer est totalement exclu. Il est dangereux de fumer passivement. Cela augmente également le risque de développer la maladie.

Cancer du poumon chez les jeunes patients (S. G. Chilingaryants) 1991

Le cancer du poumon est l'une des maladies oncologiques dans lesquelles l'apparition de la maladie est étroitement liée à l'exposition à des facteurs environnementaux. À cet égard, l’étude de cette pathologie chez les jeunes suscite un certain intérêt, alors que l’action des facteurs environnementaux était relativement brève. Ce problème n'est pas suffisant et fait l'objet de controverses dans la littérature.

Ainsi, les limites d'âge de cette catégorie de patients ne sont finalement pas établies. Certains auteurs ont étendu ce groupe d'âge à 45 voire 50 ans (Zaitsev, VF, et al., 1986; Aitakov 3. N., et al., 1987; Azzena G., G. et al., 1987). L'analyse statistique de l'incidence montre que le nombre de patients atteints d'un cancer du poumon augmente considérablement après 40 ans. Donc, selon V. V. Dvirin et al. (1988), le nombre de cas de cancer du poumon en 1985 en URSS s'élevait à -0,3 pour 100 000 personnes de moins de 30 ans; de 30 à 39 ans: 5,9; et de 40 à 49 ans - déjà 57,6. L'incidence atteint son apogée entre 60 et 69 ans, soit 367,9 personnes pour 100 000 habitants. Par conséquent, il est conseillé d’allouer à un groupe de patients de moins de 40 ans un groupe de patients de moins de 40 ans, car c’est dans ce contexte qu’on peut espérer détecter certains schémas épidémiologiques, clinico-morphologiques, hormonaux, immunologiques et autres qui permettent de mieux cerner les causes de la maladie et d’améliorer les méthodes de traitement.

Dans le contexte de la tendance actuelle à l'augmentation constante de l'incidence du cancer du poumon, il est intéressant d'étudier sa dynamique chez les patients jeunes au cours des dernières années. Nous avons retracé l'incidence de la population âgée de moins de 40 ans atteinte d'un cancer du poumon dans la région de Rostov de 1967 à 1986 sur une période de cinq ans (tableau 1). Une diminution progressive du pourcentage de cas parmi les jeunes au cours de ces années a été constatée et, aux dépens des patients âgés de 30 à 40 ans, de 2,48 à 1,28%.

Ces données coïncident avec les résultats des recherches statistiques de V.V. Dvoyrin et al. (1988) sur l’augmentation de l’incidence du cancer du poumon en URSS de 1981 à 1985 dans tous les groupes d’âge, à l’exception des moins de 40 ans, dans lesquels l’incidence a légèrement tendance à diminuer.

De 1968 à 1986, 57 patients âgés de moins de 40 ans ont été opérés dans le service thoracique du RNII. L'âge de trois patients ne dépassait pas 30 ans. Il y avait 39 hommes (68,4%) et 18 femmes (31,6%). Un cancer central a été détecté chez 37 patients (64,9%), périphérique chez 20 patients (35,1%). Au stade I de la maladie, 5 patients ont été opérés (8,8%), au stade II - 20 (35,1%), au stade III - 30 (52,6%); un patient après la chirurgie a révélé des métastases dans une partie éloignée de la plèvre et dans l'autre immédiatement après l'opération - des métastases au cerveau. Par conséquent, ces deux cas sont attribués à la phase IV. Ainsi, aux stades I à II, un peu moins de la moitié des patients ont été opérés (25 sur 57 à 43,9%). Des métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux ont été décelées chez 26 patients (45,6%).

Cancer du poumon chez les jeunes patients (S. G. Chilingaryants) 1991

Parmi les 57 personnes du groupe considéré, 10 patients ont été détectés avec fluorographie prophylactique (17,5%). Parmi eux, le stade I a été retrouvé chez 2, II - sur 4. Chez ces patients, les symptômes cliniques étaient absents. La maladie s'est manifestée chez 47 patients: toux - sur 23 (40,4%); douleur thoracique - sur 22 (38,6%); hémoptysie - sur 9 (15,8%); température élevée - sur 14 (24,6%); essoufflement - sur 5 (8,8%); symptômes courants (faiblesse, malaise, perte d’appétit, etc.) - sur 5 (8,8%). Ainsi, le pourcentage de patients présentant des symptômes vifs, bien que non spécifiques, est assez élevé. Cependant, seuls 18 patients ont reçu un diagnostic de cancer dans les 3 mois suivant le début de la maladie (38,3%). Parmi eux, le stade I a été détecté chez 3 patients (16,7%), II - chez 6 (33,3%), III - chez 8 (44,4%) et stade IV - chez 1 patient (une métastase est survenue cerveau). En cas de diagnostic jusqu'à 6 mois. dès l'apparition de la maladie (20 patients - 42,6%), le premier stade n'a pas été diagnostiqué, le stade II a été détecté chez 6 (30%) et le stade III chez 14 patients (70,0%). Chez les patients ayant des antécédents de la maladie jusqu'à 1 an (9 personnes - 19,1%), le stade I était également absent, dans 4 cas II a été détecté et chez 4 patients du stade III. Un patient avait des métastases dans la plèvre.

Dans le groupe analysé de patients opérés, un carcinome épidermoïde a été trouvé chez 15 (26,3%), dont 1 - épidermoïde peu différencié; cancer des 17 glandes (29,8%); 1 - adénocarcinome de bas grade; 23 - carcinome à petites cellules (40,3%) et 2 - carcinomes à grandes cellules (3,6%). La prédominance des formes de cancer de bas grade (chez 25 patients - 43,9%) est confirmée par les données d'autres auteurs (Zaitsev, VF, et al., 1986; Pande J. N., 1984). Dans le même temps, un pourcentage élevé de patients atteints d'un cancer du poumon glandulaire (29,8%), dépassant même la proportion de carcinome épidermoïde, attire l'attention. L’analyse de la structure histologique de la tumeur selon le sexe des patients a montré que le cancer à petites cellules était plus fréquent chez les hommes - chez 18 patients sur 39 (46,1%) et chez les femmes, le cancer glandulaire prévalait - chez 9 patients sur 18, contre 50, 0% de toutes les formes histologiques (tableau 2).

Un cancer du poumon à petites cellules a été détecté chez tous les patients âgés de moins de 30 ans. Sur 57 patients, 36 ont subi une pneumonectomie (63,2%), une 4-bilobectomie (7,0%) et une 17-lobectomie (29,8%). Seul un traitement chirurgical a été réalisé chez 24 patients (42,1%). En plus de la chirurgie, 12 patients (21,1%) ont reçu un traitement par irradiation, qui a été réalisé chez 3 patients avant et après la chirurgie. Chez 15 patients (26,3%), le traitement combiné incluait une polychimiothérapie; chez trois patients, il était pratiqué avant et après la chirurgie. 6 patients (10,5%) ont reçu un traitement complet; opération, radiothérapie et polychimiothérapie.

Après l'opération, 6 patients sur 57 (10,5%) sont décédés des suites de complications diverses. Ce nombre élevé de mortalité postopératoire est associé au développement des opérations technologiques dans les premières années du département. Ainsi, pour la période allant jusqu'en 1975, la mortalité postopératoire était de 18,1% (4 patients sur 22) et de 1976 à 1986, à 5,7% (2 patients sur 35).

Après chirurgie et traitement (51 personnes), les résultats à long terme ont été suivis chez 42 patients (80,8%). Dans ce groupe, le taux de survie à 5 ans était de 42,0 + 7,2%. Sur les 4 patients au stade I de la maladie, tous ont vécu plus de 5 ans. Sur les 18 suivis au stade II, pas un seul patient n'est décédé au cours de la première année, 10 patients ont vécu plus de 5 ans (62,5 + 12,1%), dont 7 plus de 10 ans. Au stade III, la survie à 5 ans était de 28,2 ± 10,1%. Sur les 2 patients au stade IV, tous sont décédés dans les 3 premiers mois après la chirurgie.

Cancer du poumon chez les jeunes patients (S. G. Chilingaryants) 1991

En l'absence de métastases dans les ganglions lymphatiques distants, le taux de survie à 5 ans était de 58,9 ± 11,0%; en présence de métastases. —30,3 ± 11,1%. Il convient de noter que la plupart des métastases ont été trouvées uniquement dans les ganglions lymphatiques de la racine du poumon.

Sur les 15 patients atteints d'un cancer du poumon à cellules squameuses, plus de 5 ans vivaient 7 personnes (46,7 ± 12,9%); de 9 patients avec glandulaire
cancer 5 personnes; patients sur 18 atteints d'un carcinome à petites cellules - 4 (27,9 ± 11,6%). Il a été constaté que chez 9 patients atteints d'un carcinome à petites cellules, il n'y avait pas de métastases dans les ganglions lymphatiques.

Dans le groupe de patients n'ayant subi qu'un traitement chirurgical, le taux de survie à 5 ans était de 51,4 ± 12,5%; et après traitement combiné - 43,1 ± 9,9%.

Sur les 3 patients âgés de moins de 30 ans, un est en vie depuis plus de 10 ans - atteint du stade I; deux ont vécu moins d'un an - on leur a diagnostiqué un cancer à petites cellules et, dans un cas, la troisième étape du processus, et l'autre après la détection d'une métastase cérébrale de l'opération. La survie dans les autres groupes d'âge (30 à 35 ans et de 36 à 40 ans) était la même - 43,3 ± 13,4% et 45,8 ± 10,2%, respectivement.

Ainsi, les résultats de nos études ont montré une stabilité et même une certaine tendance à une diminution de l'incidence du cancer du poumon chez les jeunes au cours des 20 dernières années parmi la population de la région de Rostov. Parmi les formes morphologiques de cancer du poumon chez les jeunes, les petites cellules sont plus courantes. Cependant, cette tendance est plus caractéristique des hommes que des femmes, chez qui les formes glandulaires de cancer du poumon sont plus fréquentes à un jeune âge, comme dans les autres groupes d'âge. Ces données indiquent, à notre avis, le rôle le plus important dans la pathogenèse du cancer du poumon chez les jeunes, en plus des facteurs environnementaux de troubles immunitaires et hormonaux, qui nécessite leur étude.

L'analyse de l'espérance de vie des patients atteints d'un cancer du poumon à un jeune âge montre que les résultats du traitement ne dépendent pas de l'âge des patients, mais du stade de la maladie et de l'ampleur du processus tumoral. Cela indique la nécessité de détecter le cancer du poumon chez les jeunes patients à un stade précoce.

Cancer du poumon au premier stade: symptômes, signes, espérance de vie

La classification internationale des maladies de la dixième révision (CIM-10) attribue la rubrique 162 pour le cancer du poumon, elle-même divisée en sous-catégories C 33 (tumeurs malignes trachéales) et C34 (tumeurs malignes bronchiques et pulmonaires) avec les sous-positions C34.0 à C34. 9

Incidence

En ce qui concerne le tableau clinique dans la Fédération de Russie, parmi les maladies pulmonaires chez les hommes, le cancer du poumon occupe la première place (25% des cas). Chez les femmes, les cancers du poumon ne représentent que 4,3% du nombre total de tumeurs malignes. Dans 56% des cas, la maladie capture le poumon droit.

Progressivement, le nombre total de cas de cancer du poumon est réduit et l’âge auquel le risque est le plus élevé est:

  • Pour les hommes - 70 ans;
  • Pour les femmes - 80 ans.

Le groupe à risque pour cette maladie devrait également inclure des personnes:

  • souffrant de dépendance à la nicotine à l'âge de plus de 40 ans;
  • avec une maladie pulmonaire obstructive chronique;
  • déjà traité pour des maladies oncologiques localisées dans les voies respiratoires supérieures;
  • avec prédisposition génétique;
  • exposé à des substances cancérogènes sur le système respiratoire (principalement pour l’amiante et le radon).

La mortalité

Tous les 12 mois, la population russe est réduite de 60 000 personnes à cause du cancer du poumon. Cela représente environ 20% du nombre total de décès dus à cette pathologie.

Parmi les personnes atteintes de ce type de cancer, selon des indicateurs standardisés, environ 31% des patients décèdent.

Selon les statistiques, environ 50% des patients décèdent au cours d'une année après le diagnostic. Si aucun traitement n'est effectué, alors après deux ans, le taux de mortalité atteint 80% et seulement 10% peut dépasser le seuil des cinq ans.

Taux de survie

Dans le cancer du poumon, un taux de mortalité suffisamment élevé est enregistré. L'âge n'est pas crucial ici.

Lorsque observé sur une période de cinq ans, il a été noté que par rapport à la forme courante de cancer, presque deux fois plus de patients survivent avec sa version localisée.

Pour détecter rapidement le cancer, il est conseillé de procéder à un examen fluorographique des organes thoraciques au moins une fois tous les deux ans.

Première étape

Le cancer du poumon du premier stade implique la présence d'un néoplasme d'une taille maximale de trois centimètres et localisé uniquement dans un segment.

Il existe quatre principaux types histologiques de cancer du poumon:

  • Adénocarcinome;
  • Cellule squameuse;
  • Grande cellule;
  • Petite cellule.

Dans le même temps, cette dernière catégorie est particulièrement distinguée (l'incidence est de 10-15% des cas), et tous les autres sont regroupés dans un groupe commun de CBNPC («cancer du poumon non à petites cellules», l'incidence est de 80-85%). Le cancer du poumon à petites cellules est la forme de pathologie la plus agressive et sa survie n'est que de 40%, contre 60 à 70% avec le CBNPC. Si la taille de la tumeur atteint 5 centimètres, les deux indicateurs diminuent à 20%.

Diagnostics

Le diagnostic principal de la pathologie en question utilise les données:

  1. Examen clinique complet;
  2. Examen radiographique du thorax;
  3. Examen bronchologique;
  4. Ponction transthoracique du néoplasme (si une forme périphérique de cancer est attendue);
  5. Confirmation pathologique de la malignité.

Les symptômes

Il est assez difficile de diagnostiquer à temps les tumeurs cancéreuses dans les poumons, car leurs manifestations cliniques sont plutôt rares et il n’existe toujours pas suffisamment d’informations objectives à leur sujet.

La symptomatologie, signalant la progression de la pathologie, indique généralement que le processus est commun. La liste exacte des manifestations cliniques est déterminée par:

  1. L'étendue de la propagation de la pathologie;
  2. La taille et l'emplacement de la tumeur;
  3. La présence et la localisation de métastases lointaines;
  4. Troubles systémiques causés par des syndromes paranéoplasiques (complexes de divers signes de cancer).

Symptomatologie avec propagation intrapluracale.

  • toux
  • hémoptysie;
  • augmentation de la température corporelle;
  • essoufflement;
  • fièvre.

Les symptômes du cancer du poumon périphérique incluent:

  • douleurs à la poitrine;
  • accès de toux;
  • essoufflement;
  • Clinique d'abcès pulmonaire (en cas de rupture tumorale).

Le symptôme le plus fréquent, bien que non évident, du cancer du poumon est la toux. Lorsque l'obstruction des voies respiratoires est causée par la pression de la tumeur, une pneumonie parancrose peut survenir. L'hémoptysie est insignifiante et se manifeste le plus souvent sous forme de petites traînées de sang dans la masse totale des expectorations, mais ce symptôme dure plusieurs jours.

En outre, le premier stade de la maladie est souvent accompagné d’un essoufflement, conséquence de la production excessive de crachats et d’une toux régulière. Le blocage de la bronche principale peut avoir des conséquences similaires.

Si le processus pathologique capture les côtes et la colonne vertébrale, une douleur localisée permanente peut être notée. Enrouement est possible, il apparaît si le nerf récurrent gauche est blessé. Une tumeur peut se développer dans la paroi du vaisseau et entraîner la formation du syndrome de la veine cave.

Des métastases dans la région du cœur peuvent apparaître, mais elles surviennent généralement à une date ultérieure.

Conclusion

Les personnes qui comprennent qu’elles appartiennent à l’un des groupes à risque devraient noter tout changement dans la nature de la toux, certains symptômes caractéristiques. La suspicion peut causer une "bronchite prolongée", une "pneumonie". Ces deux phénomènes devraient servir de base au passage des examens radiologiques et bronchologiques.

Tout sur le cancer du poumon

Le cancer du poumon est une tumeur maligne qui se produit dans les muqueuses et les glandes des bronches et des poumons. Les cellules malignes se divisent assez rapidement, permettant à la tumeur de se développer et de se développer rapidement.

Si le patient ne reçoit pas le traitement nécessaire, les cellules cancéreuses se propagent dans tout le corps, affectant les organes vitaux: cœur, cerveau, os, organes digestifs, vaisseaux sanguins, système lymphatique.

Il y a trois façons de propager les cellules cancéreuses:

  1. Lymphogène - Les cellules cancéreuses se propagent dans les vaisseaux lymphatiques.
  2. Hématogène - la propagation des cellules malignes se produit dans le système circulatoire.
  3. Implantation - la propagation se produit dans les membranes séreuses.

Les cellules cancéreuses forment des métastases, des formations secondaires d'une tumeur maligne. Le développement du cancer du poumon est également divisé en trois étapes:

  1. La période biologique est déterminée à partir du moment de la naissance de la tumeur jusqu'à la manifestation de ses signes sur les rayons X (1-2 degrés).
  2. Préclinique - les symptômes n'apparaissent pas, ne peuvent être détectés que sur une radiographie (2-3 degrés).
  3. Clinique - stade 3-4, lorsque la maladie présente des signes et des symptômes.

Avec la formation d'une tumeur malpighienne différenciée, la division cellulaire est assez lente, indifférenciée, au contraire, elle se développe très rapidement, donne de nombreuses métastases. Le cancer du poumon à petites cellules est considéré comme le plus dangereux, son développement étant rapide et asymptomatique, les métastases apparaissent très tôt. Les projections pour un tel cancer sont assez mauvaises. Le cancer du poumon droit est observé plus souvent, environ 52%, le cancer du poumon gauche seulement dans 48% des cas.

En outre, le cancer du poumon diffère par la localisation de la tumeur, il existe aujourd'hui trois groupes:

  1. Central - l'éducation commence dans les bronches.
  2. Périphérique - la tumeur prend naissance dans les bronchioles et le parenchyme pulmonaire.
  3. Atypique - est divisé en os, foie, médiastinal et autres.

Causes et symptômes

Il existe de nombreuses raisons pour la formation de cellules cancéreuses dans les poumons, qui sont dépendantes et indépendantes de la personne.

Le tabagisme est le principal facteur d'apparition de la maladie. La fumée de tabac, qui contient beaucoup de substances cancérigènes, pénètre dans les poumons et se dépose sur la membrane muqueuse des bronches, comme si elle la brûlait, ce qui détruit l'ADN des cellules, provoquant une mutation. De plus, la nicotine contribue à la suppression de l'immunité.

Un facteur stable dans la survenue est la prédisposition génétique d'une personne, c'est-à-dire que ces maladies étaient chez des proches parents ou que le patient lui-même avait déjà des tumeurs cancéreuses d'autres organes.

Le groupe à risque comprend les personnes de plus de 50 ans atteintes de maladies pulmonaires chroniques telles que la bronchite, la tuberculose, la pneumonie et les pathologies du système endocrinien. Augmente fortement le risque de production "nocive" de maladies: travail dans des usines de broyage des métaux ou dans des ateliers de fonte du fer et de l'acier; production de coton et de lin; travailler avec des produits chimiques toxiques et des métaux lourds; industrie minière et du caoutchouc.

La pollution atmosphérique a également un effet important sur la survenue de cancers du poumon, en particulier pour les habitants des grandes villes, qui inhalent constamment non seulement la poussière, mais également les substances cancérogènes en suspension dans l'air, l'air gazé par les voitures.

Selon le type de cancer du poumon et ses symptômes, ils diffèrent. Si la tumeur centrale du poumon progresse, les premiers signes sont déterminés rapidement et poussent le patient à consulter un médecin. Par exemple:

  1. Souvent, la douleur commence en premier dans la région de la poitrine; de ​​tels symptômes apparaissent chez plus de 60% des patients. Habituellement, la douleur est concentrée du côté affecté, mais le contraire est vrai. L'apparition de douleur indique que la plèvre est déjà impliquée dans le processus pathologique, car il n'y a pas de récepteurs de la douleur dans les tissus des poumons eux-mêmes.
  2. Aux premiers stades de la maladie, une toux sèche apparaît chez 80 à 90% des patients. Cependant, avec l'évolution de la tumeur, des expectorations apparaissent, parfois avec ajout de pus et de sang.
  3. Une hémoptysie apparaît chez la majorité des patients. Initialement, dans les expectorations, il y a de simples traînées de sang, qui augmentent avec le temps. Leur aspect ressemble à celui d'une masse rouge ressemblant à de la gelée.
  4. Les processus inflammatoires récurrents reviennent souvent: pneumonie, bronchite, pleurésie et autres.
  5. Près de la moitié des patients se plaignent d’essoufflement, mais ce symptôme dépend directement de la taille de la tumeur elle-même. Étant donné que les vaisseaux sanguins se contractent lorsqu’il se dilate, les espaces entre les bronches se chevauchent, ce qui explique la difficulté à respirer.
  6. Une tumeur maligne du poumon est caractérisée par un empoisonnement du corps avec les produits de décomposition de la tumeur elle-même, entraînant une anémie, une faiblesse, une fatigue, une perte de poids et une détérioration générale du bien-être.
  7. Avec l'accroissement du foyer primaire, il se forme des tumeurs secondaires et de nouveaux signes apparaissent, qui dépendent des organes où les métastases ont pénétré.

Dans le cancer du poumon périphérique, les symptômes commencent à apparaître beaucoup plus tard, en raison de l'absence de récepteurs de la douleur dans le tissu pulmonaire. Par conséquent, l'apparition des premiers signes suggère que la maladie est allée suffisamment loin. Les principaux symptômes du cancer périphérique sont:

L'apparition d'un essoufflement dû à la compression mécanique de la trachée des grandes veines et des bronches. Si un cancer du poumon périphérique est diagnostiqué, ce symptôme n'est retrouvé à 90% que dans les derniers stades de la maladie.

L'intensité de sa manifestation dépend de la taille et de l'emplacement du site du cancer.

  • On observe de la douleur chez près de la moitié des patients; habituellement, la douleur est ressentie dans la région de la poitrine, elle peut être périodique ou constante. Habituellement, la douleur commence lorsque la tumeur endommage la plèvre ou la paroi thoracique et ne dépend en aucun cas de la respiration.
  • Si la lésion primaire pénètre dans les bronches, une toux apparaît dans laquelle les expectorations avec du sang passent.
  • À mesure que l'oncologie périphérique des poumons progresse, les symptômes deviennent similaires à son emplacement central. Ils sont dus à la vitesse et à la propagation des métastases.

    Stades du cancer du poumon et méthodes de diagnostic

    Si nous parlons de cancer du poumon en termes de taille du site de cancer et de degré de prévalence de métastases, il y a alors quatre étapes:

    1. Le premier stade ou stade initial est caractérisé par un petit noeud cancéreux, dont la taille ne dépasse pas 3 centimètres. Les symptômes à ce stade n'apparaissent pas ou sont difficiles à définir comme cancéreux. La toux, la faiblesse, des maux de tête faibles peuvent se produire, l'appétit diminue, parfois la température augmente. Fluorographie ou IRM par conduction.

    Dans la deuxième étape, la taille de la formation maligne augmente de trois à six centimètres, des métastases individuelles peuvent apparaître, situées dans les ganglions lymphatiques les plus proches. Les premiers symptômes apparaissent, cependant, le diagnostic est difficile au deuxième stade, on note une hémoptysie, une respiration sifflante, une douleur à la poitrine, une augmentation de la température, une diminution de l'appétit et des maux de tête.

    Le cancer du poumon peut facilement être confondu avec d'autres maladies pulmonaires, telles que la pneumonie, l'abcès et la tuberculose. Les symptômes sont très similaires et le diagnostic difficile à réaliser.

    C'est pourquoi un diagnostic précis chez la moitié des patients est placé dans les dernières phases du cancer du poumon. Au stade initial, il n'y a aucun symptôme, il ne peut donc être détecté que par hasard ou en cas de complications. Pour un diagnostic précoce, les médecins conseillent de subir un examen complet au moins une fois par an. Considérez les méthodes de diagnostic suivantes:

    1. La fluorographie est un test qui permet de détecter la tuberculose, la pneumonie, diverses tumeurs des poumons et leur médiastin. En cas d'anomalie, une radiographie doit être prise.
    2. La radiographie détermine avec précision la présence d'anomalies dans les poumons.
    3. Tomographie à rayons X - réaliser plusieurs coupes avec pathologie pour la recherche.
    4. Tomodensitométrie - le contraste est introduit dans la veine et la pathologie est prise en compte pour la détermination ultérieure de la maladie: tumeur, kyste, tuberculose.
    5. Bronchoscopie - un diagnostic de cancer central est réalisé, ce type de diagnostic permet de voir la tumeur et sa taille, ainsi qu'une biopsie.
    6. Oncomarkers - le sang est examiné pour la protéine, qui est produite individuellement par une tumeur. Habituellement utilisé pour les patients qui ont subi un traitement pour détecter les métastases.
    7. La bronchographie est l’introduction du contraste dans l’arbre bronchique; au lieu de cela, une bronchoscopie est réalisée.
    8. L'analyse des expectorations - un faible pourcentage de diagnostics, révèle la présence de cellules atypiques dans les cas de cancer du poumon présumé.
    9. Torascopie - faites des ponctions dans la cavité pleurale pour la biopsie et la détection de pathologie.
    10. Site de biopsie avec scanner, s’il existe des doutes raisonnables dans la formulation du diagnostic.

    Il n'y a toujours pas de méthode permettant de déterminer avec précision la maladie du cancer du poumon à partir d'autres maladies. En raison de diagnostics complexes, tous les examens sont effectués, mais en cas de doute sur le diagnostic, une intervention chirurgicale est effectuée.

    Traitement du cancer du poumon

    Le traitement du cancer est une tâche assez difficile pour laquelle il existe plusieurs méthodes:

    Traitement chirurgical. Dans le traitement du cancer, la méthode la plus efficace s'est révélée être la chirurgie. Au cours de la chirurgie, tout le site du cancer, les ganglions lymphatiques adjacents et la cellulose, à travers lesquels les métastases sont passées, sont éliminés.

    Le lobe pulmonaire est souvent retiré, parfois les deux lobes sont retirés pour le poumon droit, ou une pulmonectomie est utilisée - le poumon entier est supprimé. Individuellement, la tumeur elle-même est retirée chez les personnes âgées atteintes de maladies concomitantes, dangereuses pour des opérations plus graves.

    Le cancer du poumon inopérable est considéré comme étant au dernier stade de la maladie, car la taille de la tumeur est suffisamment grande et il est dangereux de l'enlever afin de préserver l'activité vitale d'autres organes importants. en présence de métastases à distance; maladies concomitantes graves du cœur et d’autres organes internes.

  • La chimiothérapie est une méthode très efficace qui réduit la taille de la tumeur, ce qui augmente la durée de vie. En outre, les médicaments suivants sont prescrits: doxorubicine, cisplatine, cyclophosphamide, méthotrexate, bléomycine, docétaxel, gemcitabine et autres.
  • Radiothérapie - utilisée après la chirurgie et en tant que méthode de thérapie distincte dans les cas inopérables. Les zones de la tumeur et des métastases sont exposées à des radiations.
  • Traitement palliatif - est utilisé au dernier stade pour soulager la douleur et maintenir une vie normale du patient, lorsque toutes les méthodes de traitement ont été épuisées.
  • Les préparations à base de platine sont très efficaces, mais également très toxiques, il est nécessaire d’utiliser une grande quantité d’eau pendant le traitement - au moins 4 litres.
  • Le traitement par des méthodes traditionnelles est interdit, car avec l'utilisation de substances toxiques, l'état d'un organisme déjà épuisé ne fait qu'empirer.

    Ce que le cancer du poumon est connu de beaucoup, mais peu d’entre eux connaissent son oncogène EGFR.

    Dans le cancer, dans certains cas, les violations se produisent au niveau génétique, ce qui affecte le cycle cellulaire. Lors des recherches, on a observé un niveau d'activité assez élevé du gène EGFR, ainsi que de ses composants, lorsque le gène lui-même était activé.

    C'est ce qui a donné l'impulsion au développement d'un traitement anticancéreux dirigé contre les protéines EGFR. Les médicaments suivants sont utilisés à des fins thérapeutiques: le géfitinib (Iressa, AstraZeneca) et l’erlotinib (Tarceva, Roche). Avant de prescrire de tels médicaments, une tumeur est analysée pour la présence de mutations d'EGFR, car elles sont inefficaces pour les patients sans mutation de gène.

    Le récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR) est impliqué dans la croissance et le développement d'une tumeur, de sorte qu'un certain nombre de médicaments ciblés sont dirigés contre elle, car ils agissent mieux que les médicaments conventionnels.

    Catégories d'âge des patients atteints d'un cancer du poumon

    Le cancer du poumon chez les enfants est un phénomène assez rare, mais néanmoins, il existe toujours. Ce sont souvent les parents eux-mêmes qui fument dans la pièce où se trouve l’enfant qui sont à l’origine de cette maladie. En outre, le développement de la maladie est causé par une mauvaise écologie, hérédité.

    Récemment, les cas de maladies dues à des jouets contenant des substances cancérogènes sont devenus plus fréquents. Détecter la maladie à ses débuts est problématique. Symptômes: léthargie, somnolence, perte d'appétit, toux avec du sang et du pus, mal de tête.

    Ils parlent souvent du cancer du poumon à un jeune âge, mais il n'y a toujours pas de frontières spécifiques, jusqu'à quel âge le patient tombe-t-il dans cette catégorie. Habituellement, cet âge est déterminé par 45 ans. Dans certaines sources, il atteint 50 ans.

    Les statistiques montrent que le nombre de cas augmente considérablement après 40 ans. C’est pourquoi, étant donné que le nombre de cas a augmenté ces dernières années, il est plus opportun de réduire la limite d’âge «cancer chez les jeunes» à 40 ans.

    Le plus grand nombre de maladies est observé chez les personnes de 60 à 69 ans. Le nombre de personnes malades plus âgées diminue. Sur cette base, vous pouvez apporter les statistiques suivantes:

    • jusqu'à 40 ans - 10%;
    • de 40 à 60 ans - 52%;
    • de 61 à 75 ans –38% des cas.

    Beaucoup de personnes s'intéressent aux questions suivantes: le cancer du poumon est-il contagieux? Le cancer peut-il être transmis par des gouttelettes aéroportées? La réponse est simple: non.

    Le cancer ne peut pas être infecté par le biais d'articles ménagers utilisés par le patient, et il n'est pas transmis par des gouttelettes en suspension dans l'air. Même les médecins qui travaillent avec des patients atteints de cancer ne prennent pas de mesures de sécurité supplémentaires, comme c'est habituellement le cas lorsque l'on travaille avec des maladies infectieuses. Plus d'une fois, des expériences ont été menées auprès de personnes en bonne santé auxquelles on injectait un extrait d'une formation maligne sous la peau - aucun des volontaires n'est tombé malade.

    Malgré les progrès de la médecine moderne, la mortalité par cancer du poumon représente 85% du nombre total de patients.

    Cela dépend en grande partie du fait qu’à ses débuts, il ne se manifeste pas en tant que symptôme et se retrouve souvent à un stade avancé, une fois les métastases disparues.

    Combien vivent au premier stade du cancer du poumon?

    Très souvent, beaucoup doutent qu'un cancer du poumon d'un degré puisse être guéri. Plus important encore, pour une récupération réussie, il est nécessaire d'identifier ses symptômes à un stade précoce afin de sélectionner les méthodes de traitement les plus efficaces.

    Dans la plupart des cas, il faut choisir parmi plusieurs options, telles que la chimiothérapie, la radiothérapie ou la chirurgie. Avec l'aide de ces méthodes de traitement courantes et éprouvées, les patients sont guéris en toute sécurité et mènent une vie normale.

    Caractéristiques générales de la maladie

    Si nous parlons de cancer du poumon, la classification considère la division de la maladie en 2 types principaux:

    • Tumeurs bénignes.
    • Tumeur maligne.

    On parle généralement de diagnostiquer et de traiter le cancer du poumon sous la forme d'une tumeur maligne.

    Le plus souvent, les cellules cancéreuses sont situées dans un segment fixe du poumon et sont définies comme un cancer périphérique. Il convient de noter qu'une tumeur périphérique est assez commune, alors que non seulement le poumon droit mais le poumon gauche en souffrent. Une tumeur située au centre est généralement située dans la région du lobe supérieur du poumon droit.

    La magnitude d'une tumeur maligne au premier degré a une lésion allant jusqu'à 3 à 5 cm et les symptômes de la maladie ne se manifestent pas immédiatement. Cela est dû au fait que les métastases sont absentes et que la personne vit sans connaître la maladie dangereuse.

    Un trait distinctif de cette période est que les changements pathologiques n'ont pas encore frappé les ganglions lymphatiques.

    À ce jour, la limite d'âge des patients s'est nettement élargie. Le groupe à risque comprend désormais non seulement les patients plus âgés, mais également les jeunes de 25 ans et plus.

    Symptômes et symptômes majeurs

    Comme mentionné précédemment, le stade initial ne présente pas un grand nombre de symptômes. Dans ce cas, le cancer du poumon peut parfois être exprimé par la présence de:

    • toux sèche et réflexe, qui dans certains cas se fait par hystère;
    • perte d'appétit et diminution du goût;
    • douleurs thoraciques légères et courtes;
    • augmentation périodique de la température corporelle;
    • mauvaise performance du système immunitaire, faiblesse et faiblesse générale;
    • perte de poids nette;
    • hyperhidrose (transpiration excessive);
    • sautes d'humeur constantes, stress, états dépressifs fréquents;
    • essoufflement, qui peut apparaître même avec une petite activité physique et l'exercice.

    Compte tenu des symptômes présentés et de la rapidité de leur formation, en présence de symptômes similaires, il est nécessaire de consulter immédiatement un spécialiste.

    Diagnostic de la maladie

    Afin de sauver des vies et d’empêcher la formation de nouvelles complications, il est nécessaire de diagnostiquer. La méthode de diagnostic la plus connue est la radiographie. Cette procédure aidera à déterminer de manière précise et fiable l'apparition d'une pathologie à un stade précoce.

    Un autre examen, qui est souhaitable pour toute suspicion, est considéré comme une radiographie de la région des poumons. Les médecins recommandent d'effectuer une projection latérale et directe afin de rendre le diagnostic aussi détaillé et précis que possible. Le diagnostic ultérieur comprend la bronchoscopie. Cette méthode d'examen permet de déterminer avec précision le cancer et de n'en utiliser qu'une petite partie pour la procédure de biopsie.

    En outre, la partie obligatoire du diagnostic est l’analyse des expectorations. Dans ce cas, les sécrétions muqueuses apparaissant lors de la toux sont soigneusement étudiées. La présence de cellules ou d'agents altérés implique la formation d'une tumeur maligne dans les poumons.

    La tomodensitométrie est un autre type de diagnostic à envisager en cas de suspicion de cancer du poumon.

    Toutes les méthodes ci-dessus vous permettent de diagnostiquer avec précision les modifications pathologiques dans les poumons et de prescrire le traitement correct et le plus efficace.

    Prévisions

    Les experts suggèrent la classification suivante: divisez le cancer du poumon de stade 1 en 2 degrés.

    Le degré 1A est lié à l'ampleur maximale du néoplasme jusqu'à 3 cm. Le pronostic de survie à 5 ans à la suite d'un cancer du poumon non à petites cellules 1A est compris entre 60 et 75%. Dans le même temps, avec le type à petites cellules de la maladie, les indicateurs se situent généralement autour de 40%.

    Une personne avec un degré 1B présente certains signes et symptômes:

    • tumeur dont la taille ne dépasse pas 3 à 5 cm de diamètre;
    • les ganglions lymphatiques et les principales parties du corps ne sont pas endommagés;
    • le taux de survie pendant 5 ans avec le cancer du poumon non à petites cellules est de 45 à 60%, avec un cancer à petites cellules, il ne dépasse pas 25%.

    Traitement de la maladie

    Au cours de la période de traitement du corps dans le cancer du poumon du premier stade, la préférence est donnée à la chimiothérapie.

    La méthode traditionnelle de chimiothérapie dans ce cas est utilisée pour détruire les cellules cancéreuses et empêcher leur développement ultérieur.

    Dans certains cas, une ponction ou une intervention chirurgicale mineure est acceptable. C’est grâce à cette procédure qu’il sera possible d’éliminer la tumeur et d’éliminer la formation ultérieure de métastases.

    Avant de répondre à la question de la durée de vie des patients atteints d'un cancer du poumon au stade 1, il est nécessaire de savoir que le facteur déterminant est la durée de la période de traitement. Plus le traitement est long, plus le patient peut vivre longtemps dans l’avenir sans ressentir les symptômes négatifs de la maladie.

    Il est nécessaire de faire attention au niveau d'efficacité du processus de traitement du cancer de stade 1, en effectuant régulièrement des mesures de diagnostic pour surveiller l'état actuel. Une attention particulière nécessite la formation de tumeurs dans l'enfance, qui doivent souvent faire face au stade précoce des tumeurs cancéreuses.

    Cancer du poumon chez l'enfant

    Les symptômes et le risque de cancer du poumon chez les enfants apparaissent assez souvent. En règle générale, cette maladie est associée à l'influence de causes externes indésirables ou d'une prédisposition génétique. Dans de tels cas, plus le traitement est commencé tôt, plus il sera efficace. Cependant, le processus de traitement est compliqué par le fait que tous les médicaments ne sont pas autorisés à être utilisés dans l'enfance.

    Période de récupération et mesures préventives

    Dans le cas du cancer du poumon, la période de récupération devrait être longue et exclure l’influence de nombreux facteurs et habitudes négatifs, tels que fumer des cigarettes, boire de l’alcool et des drogues.

    Il est conseillé de s’efforcer d’accroître les forces immunitaires en raison de l’apport supplémentaire d’immunomodulateurs et de préparations vitaminiques-minérales.

    L'un des éléments les plus importants de la récupération est la nutrition saine, qui doit être complète et inclure une quantité équilibrée de protéines, de lipides et de glucides.

    Au stade 1 du cancer du poumon, le diagnostic et le traitement nécessitent une attention particulière. Cette attitude aidera à éliminer l’apparition de diverses complications et conséquences négatives, ainsi qu’à arrêter la formation d’une tumeur maligne.

    Cancer du poumon - symptômes et premiers signes, causes, diagnostic, traitement

    Le cancer du poumon est la localisation la plus courante du processus oncologique, caractérisée par une évolution plutôt latente et par l'apparition précoce de métastases. L'incidence du cancer du poumon dépend du lieu de résidence, du degré d'industrialisation, des conditions climatiques et de travail, du sexe, de l'âge, de la prédisposition génétique et d'autres facteurs.

    Qu'est-ce que le cancer du poumon?

    Le cancer du poumon est une tumeur maligne qui se développe à partir des glandes et des muqueuses du tissu pulmonaire et des bronches. Dans le monde moderne, le cancer du poumon parmi toutes les maladies oncologiques occupe la première ligne. Selon les statistiques, cet oncologie affecte les hommes huit fois plus souvent que les femmes, et il a été noté que plus l'âge était élevé, plus le taux d'incidence était élevé.

    Le développement du cancer du poumon n’est pas le même pour les tumeurs de structure histologique différente. Le carcinome épidermoïde différentiel est caractérisé par une évolution lente, un cancer indifférencié se développe rapidement et produit des métastases étendues.

    Le cancer le plus malin du cancer du poumon à petites cellules:

    • se développe secrètement et rapidement
    • premières métastases
    • a un mauvais pronostic.

    Le plus souvent, une tumeur survient dans le poumon droit - dans 52% des cas, dans le poumon gauche - dans 48% des cas.

    Le groupe principal de cas comprend les hommes fumeurs âgés de 50 à 80 ans qui fument à long terme; cette catégorie représente 60 à 70% de tous les cas de cancer du poumon et la mortalité entre 70 et 90%.

    Selon certains chercheurs, la structure de l'incidence des différentes formes de cette pathologie en fonction de l'âge est la suivante:

    • jusqu'à 45-10% de tous les cas;
    • de 46 à 60 ans - 52% des cas;
    • de 61 à 75 ans –38% des cas.

    Jusqu'à récemment, le cancer du poumon était considéré principalement comme une maladie masculine. Actuellement, il y a une augmentation de l'incidence des femmes et une diminution de l'âge du premier dépistage de la maladie.

    Selon l'emplacement de la tumeur primitive émettre:

    • Cancer central. Il est situé dans les bronches principales et lobaires.
    • Aérospherique. Cette tumeur se développe à partir des petites bronches et des bronchioles.
    1. Le carcinome à petites cellules (moins fréquent) est une tumeur très agressive, car il peut se propager très rapidement dans tout le corps en se métastasant à d'autres organes. En règle générale, le cancer à petites cellules survient chez les fumeurs et, au moment du diagnostic, des métastases étendues sont observées chez 60% des patients.
    2. Cellule non petite (80 à 85% des cas) - pronostic négatif, elle combine plusieurs formes de cancer de morphologie similaire avec une structure cellulaire similaire.
    • central - affecte les bronches principales, lobaires et segmentaires;
    • périphérique - dommages à l'épithélium des plus petites bronches, bronchioles et alvelol;
    • massif (mixte).

    La progression d'une tumeur passe par trois étapes:

    • Biologique - la période entre l'apparition d'une tumeur et la manifestation des premiers symptômes.
    • Asymptomatique - les signes externes du processus pathologique n'apparaissent pas du tout, ils ne deviennent visibles que sur le radiogramme.
    • Clinique - une période où il existe des symptômes apparents du cancer, ce qui incite à se précipiter chez le médecin.

    Les causes

    Les principales causes de cancer du poumon:

    • tabagisme, y compris passif (environ 90% de tous les cas);
    • contact avec des substances cancérogènes;
    • inhalation de fibres de radon et d'amiante;
    • prédisposition génétique;
    • catégorie d'âge de plus de 50 ans;
    • l'influence de facteurs de production nocifs;
    • exposition aux radiations;
    • la présence de maladies chroniques du système respiratoire et de pathologies endocriniennes;
    • changements cicatriciels dans les poumons;
    • infections virales;
    • pollution de l'air.

    La maladie se développe secrètement pendant une longue période. La tumeur commence à se former dans les glandes, les muqueuses, mais très rapidement, les métastases se développent dans tout le corps. Les facteurs de risque de tumeurs malignes sont:

    • pollution de l'air;
    • fumer;
    • infections virales;
    • causes héréditaires;
    • conditions de production nocives.

    Remarque: les cellules cancéreuses qui affectent les poumons se divisent très rapidement, propageant la tumeur dans tout le corps et détruisant d'autres organes. Par conséquent, un point important est le diagnostic opportun de la maladie. Plus tôt le cancer du poumon est détecté et le traitement commencé, plus les chances de prolonger la vie du patient sont grandes.

    Les tous premiers signes de cancer du poumon

    Les premiers symptômes du cancer du poumon n’ont souvent pas de lien direct avec le système respiratoire. Pendant longtemps, les patients ont recours à différents spécialistes de profil différent, sont examinés pendant une longue période et reçoivent donc le mauvais traitement.

    • fièvre légère, qui ne se déclenche pas avec des médicaments et épuise considérablement le patient (pendant cette période, le corps est sujet à une intoxication interne);
    • faiblesse et fatigue le matin;
    • prurit avec le développement de la dermatite et, éventuellement, l'apparition de croissance sur la peau (causée par l'effet allergique des cellules malignes);
    • faiblesse des muscles et gonflement accru;
    • des troubles du système nerveux central, en particulier des vertiges (jusqu’à l’évanouissement), une altération de la coordination des mouvements ou une perte de sensibilité.

    Lorsque ces symptômes apparaissent, assurez-vous de consulter un pneumologue pour obtenir un diagnostic et une clarification du diagnostic.

    Les étapes

    Face au cancer du poumon, beaucoup ne savent pas déterminer le stade de la maladie. En oncologie, lors de l’évaluation de la nature et de l’étendue de la maladie par cancer du poumon, 4 stades de développement de la maladie sont classés.

    Cependant, la durée de chaque étape est purement individuelle pour chaque patient. Cela dépend de la taille du néoplasme et de la présence de métastases, ainsi que de la vitesse d'évolution de la maladie.

    • Stade 1 - la tumeur mesure moins de 3 cm et se situe dans les limites du segment pulmonaire ou d'une bronche. Il n'y a pas de métastases. Les symptômes sont difficiles à distinguer ou pas du tout.
    • 2 - tumeur atteignant 6 cm, située dans les limites du segment du poumon ou des bronches. Métastases uniques dans les ganglions lymphatiques individuels. Les symptômes sont plus prononcés, hémoptysie, douleur, faiblesse, perte d'appétit.
    • 3 - la tumeur dépasse 6 cm, pénètre dans d'autres parties du poumon ou des bronches adjacentes. Nombreuses métastases. Les symptômes incluent du sang dans les expectorations mucopuruleuses, un essoufflement.

    Comment se manifeste le dernier stade 4 du cancer du poumon?

    À ce stade du cancer du poumon, la tumeur se métastase à d'autres organes. Le taux de survie sur cinq ans est de 1% pour les carcinomes à petites cellules et de 2 à 15% pour les carcinomes non à petites cellules.

    Le patient présente les symptômes suivants:

    • Douleur constante lors de la respiration, avec laquelle il est difficile de vivre.
    • Douleur à la poitrine
    • Perte de poids et appétit
    • Lentement, des caillots sanguins, des fractures se produisent souvent (métastases dans les os).
    • L'apparition d'épisodes de toux sévère, souvent avec la libération de crachats, parfois avec du sang et du pus.
    • L’apparition de fortes douleurs thoraciques, qui indiquent directement les dommages aux tissus voisins, car il n’ya pas de récepteurs de la douleur dans les poumons eux-mêmes.
    • La respiration sévère et l'essoufflement font également partie des symptômes du cancer.Si les ganglions lymphatiques cervicaux sont touchés, des troubles de la parole se font sentir.

    Pour le cancer du poumon à petites cellules, qui se développe rapidement et qui affecte l’organisme à court terme, seuls deux stades de développement sont caractéristiques:

    • stade limité, lorsque les cellules cancéreuses sont localisées dans un poumon et dans les tissus situés à proximité immédiate.
    • stade étendu ou étendu lorsque la tumeur se métastase à l'extérieur des poumons et des organes distants.

    Symptômes du cancer du poumon

    Les manifestations cliniques du cancer du poumon dépendent de l'emplacement principal du néoplasme. Au stade initial, le plus souvent, la maladie est asymptomatique. Aux stades ultérieurs, des signes généraux et spécifiques de cancer peuvent apparaître.

    Les premiers symptômes précoces du cancer du poumon ne sont pas spécifiques et ne causent généralement pas d'anxiété. Ils incluent notamment:

    • fatigue non motivée
    • perte d'appétit
    • une légère perte de poids peut survenir
    • toux
    • symptômes spécifiques de toux avec expectorations "rouillées", essoufflement, hémoptysie se rejoignent aux stades avancés
    • syndrome douloureux indique l'inclusion dans le processus d'organes et de tissus proches

    Symptômes spécifiques du cancer du poumon:

    • Toux - sans cause, paroxystique, débilitante, mais ne dépend pas de l'effort physique, parfois avec des expectorations verdâtres, ce qui peut indiquer l'emplacement central de la tumeur.
    • Essoufflement. Le manque d’air et l’essoufflement apparaissent d’abord en cas d’effort et, lors du développement d’une tumeur, le patient est perturbé même en position couchée.
    • Douleur à la poitrine. Lorsque le processus tumoral affecte la plèvre (paroi du poumon), où se trouvent les fibres nerveuses et les terminaisons, le patient développe une douleur atroce à la poitrine. Elles sont aiguës et douloureuses, perturbent constamment ou dépendent de la respiration et de l'effort physique, mais le plus souvent, elles sont situées du côté du poumon affecté.
    • Hémoptysie. En règle générale, le médecin et le patient se rencontrent une fois que les expectorations de la bouche et du nez ont commencé à saigner. Ce symptôme suggère que la tumeur a commencé à infecter les vaisseaux sanguins.
    • toux sèche;
    • la faiblesse;
    • perte d'appétit;
    • malaise;
    • augmentation de la température;
    • mal de tête
    • hémoptysie;
    • respiration sifflante en respirant;
    • perte de poids;
    • fièvre
    • toux accrue;
    • douleurs à la poitrine;
    • faiblesse
    • toux humide accrue;
    • sang, pus dans les expectorations;
    • difficulté à respirer;
    • essoufflement;
    • difficulté à avaler;
    • hémoptysie;
    • perte de poids spectaculaire;
    • épilepsie, altération de la parole, avec forme de petites cellules;
    • douleur intense.

    Signes de cancer du poumon chez l'homme

    • Une toux fréquente et exhaustive est l'un des premiers signes du cancer du poumon. Ensuite, les expectorations apparaissent, sa couleur peut devenir jaune verdâtre. Lorsque le travail physique ou l'hypothermie, la toux aggrave.
    • Lorsque la respiration semble siffler, essoufflement;
    • La douleur apparaît dans la poitrine. Cela peut être considéré comme un signe d'oncologie en présence des deux premiers symptômes.
    • Lors de la toux, en plus des expectorations, des pertes sous forme de caillots sanguins peuvent apparaître.
    • Attaques d'apathie, perte de force accrue, fatigue accrue;
    • Avec une alimentation normale, le patient perd du poids brutalement;
    • En l'absence de processus inflammatoires, de rhumes, la température corporelle est augmentée;
    • La voix devient rauque, elle est liée à des dommages au nerf du larynx;
    • Du côté du néoplasme, une douleur à l'épaule peut apparaître;
    • Problèmes d'ingestion. Cela est dû à la défaite des parois tumorales de l'œsophage et des voies respiratoires;
    • Faiblesse musculaire Les patients ne font généralement pas attention à ce symptôme;
    • Des vertiges;
    • Trouble du rythme cardiaque.

    Cancer du poumon chez les femmes

    Les signes importants de cancer du poumon chez les femmes sont une gêne thoracique. Ils apparaissent avec une intensité variable selon la forme de la maladie. Le malaise devient particulièrement fort si les nerfs intercostaux sont impliqués dans le processus pathologique. Il ne répond pratiquement pas à l'arrêt et ne quitte pas le patient.

    Les sensations désagréables sont des types suivants:

    Outre les symptômes courants, il existe des signes de cancer du poumon chez les femmes:

    • changements dans le timbre de la voix (enrouement);
    • ganglions lymphatiques enflés;
    • violation de la fonction de déglutition;
    • douleur dans les os;
    • fractures fréquentes;
    • jaunisse - avec métastases au foie.

    La présence d'un ou de plusieurs signes caractéristiques d'une seule catégorie de maladies des organes respiratoires devrait être la cause d'un appel immédiat à un spécialiste.

    Une personne qui constate les symptômes ci-dessus doit en informer le médecin ou compléter les informations recueillies par les informations suivantes:

    • attitude envers le tabagisme avec symptômes pulmonaires;
    • la présence de cancer dans les membres du sang;
    • l'intensification progressive de l'un des symptômes ci-dessus (il s'agit d'un ajout précieux, car il indique un début lent de la maladie caractéristique de l'oncologie);
    • exacerbation aiguë des symptômes dans le contexte du malaise antérieur chronique, de la faiblesse générale, de la perte d'appétit et du poids corporel - il s'agit également d'une variante de la cancérogenèse.

    Diagnostics

    Comment détermine-t-on le cancer du poumon? Jusqu'à 60% des lésions pulmonaires oncologiques sont détectées au cours de la fluorographie prophylactique, à différents stades de développement.

    • Au stade 1, seuls 5 à 15% des patients atteints d'un cancer du poumon sont enregistrés.
    • De 2 à 20-35%
    • Au stade 3 -50-75%
    • 4 - plus de 10%

    Le diagnostic de suspicion de cancer du poumon comprend:

    • tests cliniques généraux de sang et d'urine;
    • examen biochimique du sang;
    • examen cytologique des expectorations, bouffées vasomotrices des bronches, exsudat pleural;
    • évaluation des données physiques;
    • radiographies des poumons en 2 projections, tomographie linéaire, tomodensitométrie des poumons;
    • bronchoscopie (fibrobronchoscopie);
    • ponction pleurale (avec épanchement);
    • thoracotomie diagnostique;
    • biopsie des ganglions lymphatiques.

    Un diagnostic précoce donne un espoir de guérison. Le moyen le plus fiable dans ce cas est une radiographie des poumons. Spécifiez le diagnostic à l'aide d'une bronchographie endoscopique. Avec son aide, vous pouvez déterminer la taille et l'emplacement de la tumeur. En outre, nécessairement effectué un examen cytologique - biopsie.

    Traitement du cancer du poumon

    La première chose que je veux dire, c’est que le traitement n’est effectué que par un médecin! Pas d'auto-traitement! C'est un point très important. Après tout, plus tôt vous faites appel à un spécialiste, plus le pronostic favorable de la maladie est favorable.

    Le choix d'une stratégie de traitement spécifique dépend de nombreux facteurs:

    • Stade de la maladie;
    • Structure histologique du carcinome;
    • La présence de pathologies concomitantes;
    • La combinaison de tout ce qui précède fatkorov.

    Il existe plusieurs traitements complémentaires pour le cancer du poumon:

    • Intervention chirurgicale;
    • Radiothérapie;
    • Chimiothérapie.

    Traitement chirurgical

    L'intervention chirurgicale est la méthode la plus efficace, qui n'est montrée qu'aux stades 1 et 2. Partager ces types:

    • Radical - élimine le site tumoral primaire et les ganglions lymphatiques régionaux;
    • Palliatif - visant à maintenir l'état du patient.

    Chimiothérapie

    Lors de la détection d'un carcinome à petites cellules, la chimiothérapie est la principale méthode de traitement, car cette forme de tumeur est la plus sensible aux méthodes de traitement conservatrices. L'efficacité de la chimiothérapie est assez élevée et vous permet d'obtenir un bon effet pendant plusieurs années.

    La chimiothérapie peut être des types suivants:

    • curatif - pour réduire les métastases;
    • adjuvant - utilisé à titre préventif pour prévenir les rechutes;
    • inadéquat - immédiatement avant la chirurgie pour réduire les tumeurs. Cela aide également à identifier le niveau de sensibilité cellulaire au traitement médicamenteux et à établir son efficacité.

    Radiothérapie

    Une autre méthode de traitement est la radiothérapie: elle est utilisée pour les tumeurs non résécables des poumons de stade 3-4, ce qui permet d'obtenir de bons résultats dans les carcinomes à petites cellules, notamment en association avec la chimiothérapie. La posologie standard pour la radiothérapie est de 60 à 70 grey.

    L'utilisation de la radiothérapie dans le cancer du poumon est considérée comme une méthode distincte si le patient a refusé la chimiothérapie et que la résection est impossible.

    Prévisions

    Faire des prévisions précises pour le cancer du poumon ne fera peut-être pas appel à un médecin expérimenté. Cette maladie peut se comporter de manière imprévisible, ce qui est largement dû à la diversité des variantes histologiques de la structure des tumeurs.

    Cependant, la guérison du patient est toujours possible. En règle générale, l'utilisation d'une combinaison de chirurgie et de radiothérapie conduit à un résultat positif.

    Combien de personnes vivent avec un cancer du poumon?

    • En l'absence de traitement, près de 90% des patients après l'identification de la maladie ne vivent pas plus de 2 à 5 ans;
    • avec un traitement chirurgical, 30% des patients ont une chance de vivre plus de 5 ans;
    • Grâce à une combinaison de chirurgie, de radiothérapie et de chimiothérapie, 40% des patients ont une chance de vivre plus de 5 ans.

    Ne pas oublier la prévention, inclure:

    • mode de vie sain: bonne nutrition et exercice
    • éviter les mauvaises habitudes, surtout le tabagisme

    Prévention

    La prévention du cancer du poumon comprend les recommandations suivantes:

    • Refus de mauvaises habitudes, tout d'abord de fumer;
    • Maintenir un mode de vie sain: nutrition adéquate, riche en vitamines et exercices quotidiens, promenades au grand air.
    • À temps pour traiter les maladies des bronches, afin qu'il n'y ait pas de transition vers la forme chronique.
    • Aérer la pièce, nettoyage humide quotidien de l'appartement;
    • Il est nécessaire de réduire au minimum le contact avec des produits chimiques nocifs et des métaux lourds. Pendant le travail, veillez à utiliser des équipements de protection: respirateurs, masques.

    Si vous présentez des symptômes décrits dans cet article, veillez à consulter votre médecin pour obtenir un diagnostic précis.