JMedic.ru

Pour diverses raisons, de nombreuses maladies acquièrent un cours atypique. Et souvent, il y a une absence de symptômes classiques, par exemple une bronchite sans toux. Cela aggrave considérablement le cours et le pronostic de la bronchite: les patients qui ne craignent pas de tousser ne vont pas chez le médecin et, s'ils sont traités, le médecin sous-estime la situation et peut perdre de vue la maladie, un traitement inadéquat provoque le développement de complications. Par conséquent, vous devez être alerte.

Qu'est-ce qui se passe dans la norme?

La bronchite est un processus inflammatoire aigu ou chronique dans les bronches. Et les bronches appartiennent aux voies respiratoires inférieures - ce sont les canaux qui conduisent l'air directement aux poumons pour la mise en œuvre des échanges gazeux. Normalement, la muqueuse interne des bronches produit des sécrétions muqueuses qui accumulent la poussière et la saleté qui pénètrent dans ces organes lors de la respiration. Cils microscopiques, situés sur la surface interne des voies respiratoires inférieures, constamment et rythmiquement réduits, permettant le mouvement du mucus vers le haut, "en dehors" des voies respiratoires.

Avec la bronchite, l'inflammation n'affecte que la paroi interne des bronches. Les cellules de la muqueuse gonflent, augmentent la sécrétion de mucus, réduisent la lumière des voies respiratoires. Souffrant dans ces conditions, les cils ne peuvent plus faire face au travail assigné. Et ils viennent au secours d'une toux.

La toux est un acte réflexe, une réaction défensive du corps. Il vise à éliminer les irritants mécaniques et chimiques des voies respiratoires. En outre, la toux peut être causée par des maladies infectieuses et des réactions allergiques. Le centre de la toux est dans le cerveau; il réagit aux impulsions nerveuses des bronches ainsi qu'à la circulation dans le sang de substances apparaissant au cours de l'inflammation.

Les fonctions de la toux sont très importantes:

  • de protection. De cette manière, les corps étrangers sont éliminés des voies respiratoires (particules de nourriture, objets de petite taille au hasard);
  • assainissement (nettoyage). Pendant la toux, il se produit un écoulement de mucus provenant des voies respiratoires inférieures, ainsi que des expectorations contenant des agents pathogènes;
  • signal. Eh bien, si une personne tousse, la plus puissante et intrusive, elle comprend que de graves problèmes ont commencé dans le corps. Et appelle le docteur.

La toux est divisée en sec (non productif) et humide (productif). Avec une toux grasse, le patient crache du mucus, libérant ainsi ses voies respiratoires des sécrétions inflammatoires. Une toux sèche ne comporte pas de fonction réparatrice, elle est souvent douloureuse et épuisante pour le patient et sa famille. Certaines maladies infectieuses (par exemple la coqueluche) et les maladies allergiques (laryngite allergique) se manifestent avec une toux sèche. Dans ce cas, utilisez des médicaments antitussifs spéciaux qui agissent directement sur le centre de la toux dans le cerveau.

Cas atypiques

Ne sous-estimez pas les avantages de ce mécanisme de défense. Et, étant donné tout cela, il semble que cela soit tout simplement impossible - une bronchite sans toux! Il arrive aussi qu'il y ait une bronchite, mais il n'y a pas de toux. Et les raisons peuvent être:

Tableau clinique

Comment, alors, suspecter une bronchite, si elle procède sans sa carte de visite - la toux? C'est difficile. Les symptômes dans ce cas sont ambigus:

  1. Faiblesse, transpiration, fatigue, légère augmentation de la température corporelle (peut aller jusqu'à 37,5 degrés).
  2. Symptômes du SRAS: nez qui coule, maux de gorge, maux de gorge, légère toux.
  3. Il peut y avoir une douleur à la poitrine, une douleur lors de la respiration (surtout lors de l'inspiration). Les patients âgés dans ce cas peuvent suspecter des problèmes cardiaques et s'adresser au thérapeute avec de telles plaintes. Par conséquent, il est important que le médecin se souvienne que la bronchite dans ces catégories de patients est atypique.
  4. Chez les enfants, les signes précurseurs sont une respiration sifflante et une respiration sifflante que les parents ou d'autres personnes peuvent entendre sans utiliser de phonendoscope.

Des symptômes très non spécifiques et vagues, n'est-ce pas? Beaucoup ne veulent tout simplement pas prêter attention à de telles plaintes et continuer à travailler. N'oubliez pas que sous un masque à première vue inoffensif, de graves maladies peuvent survenir, entraînant de nombreuses complications. Vous ne pouvez pas penser: pas de toux - pas de problème.

La bronchite aiguë, qui coule même sans toux, sans traitement entraîne des complications:

  • pneumonie - inflammation du tissu pulmonaire;
  • bronchiolite aiguë - lésions graves des petites bronchioles avec insuffisance respiratoire rapide;
  • insuffisance respiratoire résultant d’une pathologie grave des voies respiratoires. En même temps, en raison du manque d'oxygène, des lésions cérébrales se développent: d'un processus en augmentation lente à une violation aiguë de la circulation cérébrale.

Résolution de problèmes

Si vous développez des symptômes de bronchite sans toux, vous devriez consulter un médecin. Pour clarifier le diagnostic, le patient devra subir toute une série d’études: analyses de sang et d’urine, radiographie des organes thoraciques, études spéciales - si nécessaire. Ensuite, le médecin pourra diagnostiquer et prescrire le traitement approprié.

Quels types de médicaments traitent la bronchite sans toux:

  • médicaments antibactériens ou antiviraux (selon la cause de la maladie);
  • agents mucolytiques. Ce sont des médicaments qui favorisent la libération de crachats plus fins et non collants - ceux-ci s’éloignent plus facilement des voies respiratoires;
  • médicaments expectorants. Augmente la production de crachats, stimule l'activité des cils de la muqueuse interne des bronches, contribuant ainsi à la sécrétion de mucus;
  • traitement anti-inflammatoire et réparateur;
  • physiothérapie.

Aide toi

Dans le traitement de toute maladie, y compris la bronchite sans toux, le rôle du patient, sa participation active au traitement est très important. Pendant le traitement, il est nécessaire de respecter le mode médical et protecteur (lit ou domicile - en fonction des symptômes). Essayez de boire le plus de liquide possible - cela stimule la libération de crachats. Prenez des médicaments expectorants et mucolytiques au plus tard trois ou quatre heures avant le coucher, sinon une toux gênera votre repos nocturne. À la maison, vous pouvez faire des inhalations - en utilisant un inhalateur spécial (utilisez de l’eau plate, de l’eau minérale, des solutions de soude ou des solutions de médicaments expectorants) ou respirez un flacon de vapeur contenant des décoctions d’herbes médicinales (en l’absence d’allergies).

Demandez au médecin de vous enseigner les techniques des exercices de respiration ou étudiez-les vous-même (gymnastique Buteyko). Il est utile d’entraîner la fonction respiratoire: gonfler des ballons (les enfants adorent cette procédure). Et la toux - comme il se doit, même s’il n’ya pas de désir. Surtout le matin. Ne pas respirer profondément pendant la toux, ne pas ouvrir grand la bouche. Si un enfant souffre de bronchite sans tousser, apprenez-lui à tousser (patience et attention ici).

Seule votre attitude attentive, responsable et disciplinée à l’égard du traitement aidera à vaincre la maladie. N'oubliez pas que guérir ne signifie pas simplement vaincre les symptômes, il est nécessaire d'éliminer complètement la maladie.

Qu'est-ce qui empêche la toux sifflante chez un enfant et un adulte?

Toux - Un symptôme alarmant qui accompagne une variété de maladies, un mécanisme de protection pour le nettoyage des voies respiratoires, un indicateur de processus inflammatoires. Cela peut être différent, car il est causé par différentes raisons. Observant ces caractéristiques, les médecins diagnostiquent des maladies et prescrivent un traitement. Beaucoup de conditions pathologiques sont caractérisées par une toux spéciale, seulement caractéristique. Ainsi, une toux avec un sifflement chez les adultes et les enfants indique des processus obstructifs dans les bronches.

La toux sifflante est un symptôme menaçant chez les enfants


C'est un symptôme inhabituel, il est facile à diagnostiquer, il indique à son tour la pathologie qui l'a provoqué. Le sifflement caractéristique lors de la respiration est causé par une obstruction du passage de l'air dans les voies respiratoires. Une attention particulière nécessite une toux sifflante chez un enfant, ce qui peut être le début de maladies graves.

Obstruction des voies respiratoires

Le fait de siffler dans les poumons lors de la respiration et de la toux est causé par le fait qu’une obstruction se forme sur le trajet du mouvement de l’air, dans les branches étroites de l’arbre bronchique. Cela peut se produire pour diverses raisons.

  1. Spasme des muscles lisses formant les parois des bronches et des bronchioles;
  2. Hypertrophie de la membrane muqueuse tapissant les bronches à la suite d'un œdème allergique;
  3. Inflammation des tissus bronchiques provoquée par une lésion infectieuse;
  4. Accumulation de mucus, expectorations dans les voies respiratoires, couvrant la lumière respiratoire.
  5. Changements structurels graves dans les bronches, les poumons, l'emphysème, lésions traumatiques.

Dans tous les cas, il existe une barrière au flux d’air. Pour le fonctionnement normal du système respiratoire, il faut une lumière bronchique large et propre, sinon une respiration sifflante et une respiration sifflante et une toux sifflante chez l'adulte et l'enfant.

Il s'agit d'une condition dangereuse qui nécessite une réponse rapide et adéquate. L'obstruction des voies respiratoires est le signe de maladies graves: bronchite œdémateuse, asthme allergique bronchique, abcès pulmonaire purulent. Un enfant a une toux sifflante qui précède l'apparition de la coqueluche, la rougeole.

Les sifflements lors de la respiration et de la toux sont un signe alarmant qui nécessite un appel urgent à un médecin spécialiste!

En raison de l'obstruction, une asphyxie grave peut être une violation critique de la ventilation des poumons.

Bronchospasme

Avec les autres causes d'obstruction, tout est clair, mais pourquoi un bronchospasme se produit-il?

Il s’agit d’un processus protecteur qui s’active au niveau des réflexes lorsqu’un allergène pénètre dans le corps. Bronchi étroit, en essayant d'arrêter un agent étranger, ne le laissez pas entrer dans les poumons. Mais parfois, ayant contracté, ils ne peuvent pas se détendre, en pressant la lumière des bronches. Le débit sanguin augmente, la pression augmente, un œdème bronchique se développe, une toux allergique chez un enfant ou un adulte. Un spasme aigu et fort des muscles bronchiques en réponse à un allergène entraîne un choc anaphylactique.

Un spasme peut se produire sur le fond de la bronchite, d'autres maladies inflammatoires, accompagnées de l'asthme, l'emphysème pulmonaire.

Symptômes du bronchospasme chez l'adulte et l'enfant:

  • Dyspnée, persistante même au repos, aggravée par l'effort, tension respiratoire perceptible, posture tendue, veines de la nuque enflées;
  • Lourdeur dans la poitrine;
  • Manque d'air paniqué;
  • Toux atroce improductive, accompagnée d'un sifflement caractéristique;
  • Respiration sifflante chez un enfant et un adulte;
  • Mal de tête et détérioration;
  • Peau bleue du triangle nasolabial;
  • Troubles du rythme cardiaque;
  • L'insomnie;
  • Parfois, fièvre, transpiration.

Bronchite obstructive

Une toux avec un sifflement chez un enfant ou un adulte indique une violation de la perméabilité des bronches. Cette affection, accompagnée d'une inflammation des muqueuses, est dangereuse et s'appelle bronchite obstructive ou œdémateuse.

En cas de bronchite obstructive, les antitussifs naturels sont efficaces.

À la suite d’une infection ou d’une réaction allergique, la membrane muqueuse tapissant la surface interne des bronches s’enflamme et se gonfle. Il est hypertrophié de sorte qu'il bloque la lumière de la bronche, créant ainsi une barrière contre la circulation d'air. L'essoufflement, les sifflements lors de l'inspiration d'un enfant sont les symptômes de cette affection et inquiètent les parents. Commence alors la toux caractéristique. Chez l’enfant, la bronchite, compliquée d’obstruction, est accompagnée de coqueluche et de rougeole.

Le sifflement est un symptôme diagnostique de la bronchite obstructive. Il est particulièrement prononcé lors de l'expiration forcée après l'inhalation maximale.

Les symptômes de la bronchite chez l’adulte et chez le petit patient sont les mêmes: difficulté à respirer, toux caractéristique, peau bleue ou pâle au niveau des lèvres, démangeaisons de la peau du menton, du thorax.

Ignorer les symptômes de la bronchite ne peut pas être! La maladie se développe rapidement et entraîne de graves complications.

Le traitement de la bronchite vise à soulager l'œdème inflammatoire et les spasmes. Si l'inflammation est d'origine microbienne (généralement une infection bactérienne), des antibiotiques, des sulfamides ou d'autres médicaments antimicrobiens synthétiques sont prescrits. Anti-toux expectorant, médicaments antitussifs. Surtout pour les enfants produisent des sirops qui ont un goût sucré agréable. Guérir rapidement la bronchite aidera à soutenir le traitement médicamenteux par inhalation de vapeur.

La bronchopneumopathie obstructive aiguë peut se transformer en asthme chronique.

Asthme bronchique

L'asthme est une maladie grave du système respiratoire, pratiquement incurable. Son essence est la plus forte réaction allergique. L'asthme chez un enfant peut être héréditaire.

Une crise d'asthme est provoquée par un étroit rétrécissement de la lumière bronchique dû à un œdème et à un spasme. Il y a essoufflement, une respiration sifflante et une respiration lourde chez un adulte et un petit patient, nécessitant une forte contrainte des muscles respiratoires. La personne essaie convulsivement d'inhaler, la peau du visage devient bleue, le cou démange.

Le traitement de l'asthme est à long terme, dans les cas graves, hospitalisé. L'œdème allergique des tissus bronchiques soulage les antihistaminiques.

Un asthmatique devrait toujours avoir un aspirateur avec des bronchodilatateurs hormonaux sous la main afin de pouvoir arrêter de manière urgente une attaque en développement.

Il ne faut pas risquer de souffrir d'asthme bronchique avec des remèdes à base de plantes médicinales. Les extraits de plantes peuvent avoir un effet involontaire sur un organisme sensibilisé et aggraver le processus allergique.

Coqueluche

Un sifflement ou une respiration sifflante lors de la respiration d'un enfant peut indiquer une coqueluche. Autres symptômes de la maladie: fièvre, gonflement des tissus mous sur le visage. La coqueluche est causée par une infection bactérienne du corps de l’enfant, accompagnée d’une toux douloureuse et non productive provoquée par un spasme bronchique.

Causes et traitement de la respiration sifflante dans les poumons pendant la respiration

Dans la pratique médicale, les X-rips sont appelés bruits qui se produisent activement lors des mouvements respiratoires (inhalation et expiration). Selon les statistiques médicales, cette condition se retrouve chez chaque dixième personne.

Ce n'est pas une maladie indépendante, mais une manifestation, un symptôme qui caractérise tout un groupe de maladies des profils pulmonaire, cardiologique et autres. C'est un symptôme formidable qui indique presque toujours une obstruction des voies respiratoires inférieures. Que recommande-t-on de savoir sur la manifestation décrite?

En bref sur les causes de la respiration sifflante

Les hochets dans les poumons ou les bronches dans les bronches résultent du rétrécissement de la lumière des structures anatomiques responsables de la conductivité de l'air atmosphérique dans le corps. Ce phénomène s'appelle l'obstruction.

Le résultat de cette affection est souvent le bronchospasme: sténose des parois de l’arbre bronchique.

Cependant, l’état décrit varie en gravité et peut se développer dans diverses maladies.

Les processus pathologiques les plus courants sont:

Dans 100% des cas, provoque une respiration sifflante lors de la respiration. Au cours du processus pathologique se développe un bronchospasme de nature intense. En l'absence de traitement approprié et de soins médicaux urgents, le décès par insuffisance respiratoire est tout à fait possible.

Une étiologie allergique ou infectieuse est typique de la maladie, mais l'origine similaire de la maladie n'est pas toujours le cas. La maladie est paroxystique.

Les crises les plus fréquentes surviennent la nuit, après avoir connu du stress, de l'activité physique. C'est une maladie grave et dangereuse, souvent à l'origine d'invalidité et de restrictions dans la vie quotidienne et les activités professionnelles.

  • Infection virale respiratoire aiguë, il s'agit du SRAS.

Il est nécessaire de bien distinguer les faux et les faux rales des bronches, qui apparaissent dans la trachée au cours de son obstruction. Le plus souvent, il s'agit de faux râles, mais ce n'est pas axiomatique.

Avec une évolution longue ou grave de la maladie, une image de véritable obstruction se développe avec de graves troubles respiratoires. La pneumonie ou au moins la bronchite est une complication des maladies respiratoires aiguës. Parce que vous devez suivre attentivement toutes les recommandations du spécialiste assistant. Le risque de devenir des effets indésirables sera donc minime.

Inflammation des bronches. L'étiologie virale infectieuse est typique de la bronchite. Souvent, la maladie agit comme une complication secondaire en relation avec une infection respiratoire aiguë.

Les symptômes typiques incluent toux, fièvre, douleur thoracique (légère), essoufflement prolongé, respiration sifflante dans les poumons lors de la respiration, efficacité respiratoire réduite.

En l'absence de traitement, la bronchite a tendance à s'aggraver, entraînant une pneumonie (pneumonie).

  • Inflammation des poumons (pneumonie).

Maladie infectieuse-inflammatoire des poumons, au cours de laquelle les tissus de l'organe jumelé subissent des modifications dystrophiques. Gonflement observé, douleur dans le sternum (sévère), problèmes respiratoires graves, essoufflement, étouffement, respiration sifflante lors de la respiration chez un adulte.

Le tableau clinique le plus prononcé avec lésion bilatérale. C'est la forme la plus dangereuse de la maladie.

C'est relativement rare. Presque jamais primaire, il est une complication d'autres maladies, telles que la pneumonie. Possible avec un contact prolongé avec des vapeurs nocives et d'autres substances toxiques.

Il est déclenché par une microbactérie de la tuberculose, également appelée baguette de Koch. C'est une maladie complexe qui peut entraîner la mort. Aux derniers stades, la maladie fait fondre le tissu pulmonaire.

La maladie se caractérise par une douleur derrière le sternum, une toux, une hémoptysie, une perte de poids importante, un essoufflement, une suffocation, des râles humides dans les poumons. Sans traitement, les poumons sont détruits en quelques années seulement. De plus, l'agent responsable de la tuberculose a tendance à être transporté vers d'autres tissus et organes, formant ainsi des foyers d'une lésion secondaire.

En soi, la respiration sifflante n'est pas caractérisée. Provoque le plus souvent le développement d'une pneumonie congestive secondaire et d'un œdème pulmonaire, provoquant un tableau clinique typique. Malheureusement, il n'est pas si facile d'identifier la cause première de la maladie.

  • Maladie pulmonaire obstructive chronique.

Elle est une MPOC. Apparaît le plus souvent chez les toxicomanes. Il peut s'agir d'une complication d'asthme actuel à long terme, de médicaments non corrigés. Réduit considérablement la qualité de vie.

  • Cancers des voies respiratoires inférieures.
  • Emphysème et autres maladies.

La liste des raisons est très large. Identifier la cause exacte nécessite un diagnostic approfondi.

Respiration sifflante sans toux

Caractériser très éloquemment les maladies non inflammatoires de nature auto-immune, allergique ou destructive.

  • Emphysème des poumons (destruction des alvéoles et remplissage des cavités avec de l'air atmosphérique).
  • Bronchiectasis (au cours du processus, les alvéoles sont remplies d'exsudat purulent).
  • Asthme bronchique.
  • Œdème pulmonaire.

Les quatre maladies sont caractérisées par une respiration sifflante dans les poumons sans fièvre.

Râles secs

Par rales sèches impliquent un son pulmonaire spécial. Des râles secs dans les poumons se développent en l'absence d'exsudat (expectorations).

  • Inflammation des poumons dans les premiers stades.
  • Asthme bronchique dans la période initiale de l'attaque.
  • Bronchite légère.
  • Emphysème
  • Maladie pulmonaire obstructive chronique.

Râles humides

Les râles humides peuvent être définis comme des gargouillis lorsque vous inspirez ou expirez. Ils se développent en présence d’un grand nombre d’exsudats muqueux dans les voies respiratoires inférieures.

Les maladies les plus typiques:

  • Bronchite à évolution sévère.
  • Inflammation des poumons aux stades avancés.
  • Bronchiectasis.
  • Tuberculose
  • SRAS.
  • La toux du fumeur (dans ce cas, il y a une sorte de réaction protectrice du corps).

Respiration sifflante

Variété de respiration sifflante sèche. Développé avec:

Diagnostic La ligne entre les maladies décrites est trop mince pour déterminer la source du problème en fonction de la nature du sifflet dans les poumons pendant la respiration. Nécessite un diagnostic approfondi.

Classification de respiration sifflante

Une classification a déjà été donnée. En conséquence, les types de respiration sifflante suivants peuvent être distingués, en fonction de leur nature:

Cette classification n'a presque aucune valeur diagnostique. En outre, la manifestation peut être divisée par le processus de localisation.

En conséquence, ils parlent de:

  1. Véritable rales qui se produisent dans les bronches et les poumons.
  2. Fausses manifestations dont la localisation est déterminée dans la trachée ou les voies respiratoires supérieures.

Enfin, en fonction du type de son dans le cadre des rales humides, il existe:

  1. Son de petite bulle.
  2. Son de bulle moyen.
  3. Son de grosse bulle.

Cette classification, à son tour, est importante pour la détection d'une maladie. Mais il est toujours impossible de s’en sortir seul. L'aide du médecin est requise.

Diagnostics

Le diagnostic des problèmes de poumons et de bronches est spécialisé en pneumologie. S'il y a une lésion tuberculeuse des voies respiratoires, consultez un spécialiste de la tuberculose en exercice.

Cependant, cela n'est vrai que pour la vraie respiration sifflante. Faux diagnostics et traite l'oto-rhino-laryngologiste. Lors de l'admission initiale, le médecin mène une enquête auprès du patient pour connaître les plaintes, leur nature, leur degré et leur prescription.

Il est important de rassembler une histoire de la vie et d'identifier les facteurs suivants:

  • Conditions de logement.
  • Type de respiration sifflante et son pulmonaire.
  • La nature de l'activité professionnelle (la présence ou l'absence de préjudice).

Un point dans la question de l'origine du symptôme est destiné à mettre une recherche objective.

Parmi eux, les plus fréquemment pratiqués:

  • Laryngoscopie.
  • Bronchoscopie Il s'agit d'une étude endoscopique au cours de laquelle le spécialiste peut évaluer l'état de ses bronches et de ses poumons, déterminer la maladie probable et, si nécessaire, prélever un échantillon pour une biopsie.
  • Recherche physique.
  • Radiographie thoracique ou fluorographie.
  • IRM / CT. La méthode de référence en matière de diagnostic est toutefois rarement pratiquée en raison de son coût élevé.
  • Enfin, un examen de routine des poumons et des bronches avec un stéthoscope est requis.

La complexité de ces procédures est suffisante pour un diagnostic précis et sans ambiguïté.

Thérapie

Le traitement de la respiration sifflante dans les bronches en tant que telle n'est pas nécessaire. Il est nécessaire de déterminer soigneusement la cause du symptôme et d’en éliminer la cause fondamentale.

C'est ce que le médecin doit jeter de la force.

En règle générale, le traitement est conservateur, avec l’utilisation de médicaments appartenant à plusieurs groupes pharmaceutiques:

  • Action commune anti-inflammatoire.
  • Mucolytiques (conçus pour diluer les mucosités et les évacuer rapidement du corps).
  • Expectorant, qui irrite les poumons et les parois des bronches, afin d’évacuer rapidement l’exsudat muqueux des voies respiratoires.
  • Bronchodilatateur. Nommé en cas d’asthme bronchique, afin d’élargir la structure respiratoire resserrée et de faciliter le flux d’oxygène.
  • Une bronchoscopie médicale peut être nécessaire. L'événement thérapeutique le plus courant pour la pneumonie, la bronchectasie, la maladie pulmonaire obstructive chronique.

Les tactiques thérapeutiques sont déterminées par le spécialiste traitant.

Mesures préventives

La prévention n'est pas nécessaire pour prévenir la respiration sifflante, mais pour prévenir les maladies qui causent le symptôme décrit.

Les méthodes spécifiques de prévention comprennent:

  1. Refus de fumer. La cigarette est l’ennemi de la santé des poumons et du système respiratoire en général. Arrêter de fumer peut être une bonne aide.
  2. Refus d'abuser de l'alcool. La quantité maximale que vous pouvez boire par jour est de 50 ml de vin rouge.
  3. Prévenir l'hypothermie. L'hypothermie entraîne des infections respiratoires aiguës fréquentes. Ce qui est lourd - a déjà été dit.
  4. Il convient également de traiter en temps opportun toutes les maladies des profils pulmonaire et cardiologique.

La respiration sifflante dans les poumons est un symptôme non spécifique qui peut indiquer une variété de maux. Les causes sont diverses et comprennent à la fois les maladies pulmonaires et les affections cardiologiques et gastro-entérologiques. Il est recommandé de traiter et de diagnostiquer le facteur initial sous la supervision d'un médecin compétent. Vous ne pouvez rien faire vous-même.

Les premiers signes d'asthme: que dois-je rechercher?

Des difficultés respiratoires dues à une réaction allergique ou à une activité physique sont des signes dangereux que l'on ne peut ignorer.

Il est possible que ce soient des précurseurs de l'asthme bronchique - une maladie inflammatoire chronique des bronches et des poumons.

Dans cet article, vous apprendrez à reconnaître une maladie d'après ses symptômes afin de commencer rapidement le traitement, sans complication potentiellement mortelle.

Les premiers signes - comment tout commence?

Les précurseurs de l'asthme bronchique suggèrent rarement la présence de cette maladie, ils sont bénins et n'apparaissent pas régulièrement. Cependant, ils ne peuvent pas être ignorés. Le succès de son traitement dépend de la rapidité du diagnostic de l'asthme.

Faites attention à ce qui suit:

  • L'apparition d'un essoufflement et une sensation de suffocation, en particulier par temps calme et nocturne. Les déclencheurs allergiques ou l'exercice provoquent ces symptômes chez les asthmatiques assez rapidement.
  • Toux asthmatique - au début de l'attaque a un caractère sec. Une personne ressent un désir continu de tousser, mais ce n'est pas possible.
  • Il est plus difficile d'expirer que d'inspirer, ce qui augmente la durée de l'expiration.
  • Une légère respiration sifflante et un sifflement commencent à apparaître. Habituellement, ces symptômes sont presque invisibles à l'œil nu (oreille).

Chez l'adulte, ces signes peuvent être observés ensemble ou séparément aux premiers stades de la maladie.

Symptômes principaux

Le tableau clinique de l'asthme est une continuation et une aggravation des symptômes primaires: essoufflement, étouffement, respiration sifflante et toux accrues, sensation de congestion à la poitrine.

Leur apparition est le plus souvent associée au contact avec des allergènes, à la saison de floraison, à l'inhalation de gaz et de poussière ou à des odeurs fortes.

Le principal symptôme de l'asthme est une crise d'asphyxie. C'est une condition désagréable pour les asthmatiques, dans laquelle une personne prend une position assise forcée et saisit fermement les poignées du fauteuil, de la tête de lit, de la table, etc.

Les inspirations deviennent brèves, et les expirations prennent beaucoup de temps, passent avec un enrouement et un sifflement, qui sont entendues à distance d'une personne. Le processus expiratoire implique les muscles abdominaux, la poitrine et la ceinture scapulaire, ce qui n'est pas typique chez une personne en bonne santé.

De plus, au cours du processus respiratoire, le diaphragme est fortement sollicité, ce qui peut provoquer des douleurs sous la cage thoracique.

En prévision d'une attaque d'étouffement, une personne peut présenter des manifestations telles qu'une toux sèche, une rhinite allergique et des éternuements, une éruption cutanée sous la forme d'urticaire. Lors d'une attaque, une toux peut être accompagnée de crachats.

L'asthme touxant est la forme la plus commune de la maladie, particulièrement dans la petite enfance. Pendant la journée, la maladie peut ne pas se manifester et la nuit, la toux augmente.

La présence de respiration sifflante n'est pas requise. Avec une forme grave de la maladie, le flux d'air est sévèrement limité, la communication devient difficile, voire impossible.

Avec ce symptôme, le patient peut se sentir en bonne santé personne entre les attaques sans aucune manifestation. L'essentiel - comment gérer moins les déclencheurs qui provoquent la maladie.

Si l'asthme bronchique est provoqué par l'exercice, les symptômes apparaissent immédiatement et disparaissent cinq à dix minutes après la fin de l'activité. En règle générale, bien qu'il soit difficile d'inspirer et d'exhaler, il y a des plaintes de toux sans expectorations.

Classification par gravité

Les degrés de sévérité en médecine s'appellent des degrés, chacun se distinguant par son tableau clinique et sa nature.

Pour la stratification de l'asthme bronchique, il est nécessaire de prendre en compte le nombre de manifestations de dyspnée, d'asphyxie et de toux, leur force d'expression, leur vitesse (PSV) et leur volume expiratoire (VEMS).

1 degré - intermittent

La fréquence des attaques est faible, moins d'une fois par semaine. Vous pouvez observer de courtes exacerbations qui n’affectent pas la vie d’une personne. La nuit, l'asthme ne se manifeste pratiquement pas ou se produit une fois par mois, mais pas plus souvent.

Les indicateurs FEV et PSV sont 4/5 et plus de la norme. La fluctuation des valeurs de PSV peut atteindre 20%.

2 degrés - facile

Les attaques ne sont toujours pas fréquentes, plusieurs fois par semaine. Cependant, pas plus d'une fois par jour. Les exacerbations sont plus prononcées, provoquent de l'insomnie et entravent toute activité physique. Les crises commencent à se produire la nuit jusqu'à 2 fois par mois.

Les indicateurs de FEV et de PEF ne changent pas et se situent à 4/5 et plus de la normale. Fluctuation des valeurs de PSV de 20% à 30%.

Grade 3 - gravité modérée

La vie humaine devient sensiblement plus difficile en raison des crises d'asphyxie et de l'essoufflement quotidiens. Difficile de faire du sport ou un travail physique pénible. Troubles du sommeil constants dus aux convulsions, manifestations nocturnes plus d'une fois par semaine.

Les indicateurs de FEV et de PEF se détériorent et composent 3 / 5-4 / 5 par rapport à la normale. La fluctuation des valeurs de PSV est supérieure à 30%.

4 degrés - lourd

Les problèmes des patients sont quotidiens, à tout moment de la journée. Un petit effort physique peut provoquer une attaque. Fortement réduit le volume pulmonaire et les taux d'inhalation et d'expiration.

Les indicateurs de FEV et de PSV sont 3/5 de la normale. La fluctuation des valeurs de PSV est supérieure à 30%.

Phases d'exacerbation

Une exacerbation est une manifestation épisodique de symptômes d'asthme bronchique avec une augmentation progressive de leur gravité. Il y a un rétrécissement de la lumière bronchique avec une détérioration correspondante du volume et de la vitesse expiratoire.

L'estimation de la sévérité est réalisée avec un examen interne et instrumental du patient. Une radiographie pulmonaire, une analyse des gaz sanguins et des mesures respiratoires peuvent être utilisées.

Les exacerbations sont également divisées en 4 étapes avec leurs symptômes inhérents:

  1. facile
  2. moyenne;
  3. lourd;
  4. arrêt respiratoire potentiel.

Avec une légère exacerbation, le mouvement de la personne n'est pas limité, le patient n'a pas de problèmes de communication, le pouls est normal, les muscles auxiliaires ne sont pas impliqués dans le processus de respiration. Il peut y avoir un léger sifflement ou une respiration sifflante à la fin de l'expiration.

L’état moyen ou modéré est caractérisé par une restriction de l’activité physique - une personne préfère se mettre en position assise. Les problèmes d'élocution commencent, la communication est réduite à de courtes phrases. Il existe un état général d'excitation avec une impulsion accrue jusqu'à 100-120 battements / s. Des muscles supplémentaires sont liés à la respiration. Il y a une respiration sifflante et sifflement lors de l'expiration.

Une exacerbation sévère s'accompagne de difficultés de mouvement et de communication, limitées aux mots individuels. Condition très agitée avec des palpitations plus de 120 battements par seconde. La participation prononcée des muscles latéraux, les sifflements bruyants et la respiration sifflante pendant l'inspiration et l'expiration. Respiration affaiblie et oxygénation du sang.

La dernière étape de l'exacerbation comporte le risque de décès dû à l'arrêt des muscles respiratoires. Tous les sifflements et sifflements cessent, la personne perd conscience. Le pouls chute brutalement à 30-50 battements / s.

Difficulté de traitement

Le degré de développement de l'asthme affecte directement l'approche du traitement de cette maladie.

Au début, il n’est pas nécessaire de recourir à une surveillance médicale régulière. Les formes plus sévères nécessitent une surveillance médicale constante.

Ainsi, en médecine, il existe trois définitions de la complexité d’une approche thérapeutique:

  1. asthme bronchique contrôlé - le traitement a un effet positif et élimine complètement les symptômes;
  2. partiellement contrôlé - les symptômes ne sont pas complètement éliminés, mais se manifestent faiblement et rarement;
  3. Sans contrôle - le déroulement du traitement ne permet pas d'éliminer les signes de la maladie, un changement d'approche et les médicaments utilisés sont nécessaires.

Le diagnostic opportun des premiers stades de la maladie vous permet de prévenir le plus efficacement possible les changements négatifs dans l’état des bronches et d’éliminer la maladie.

Complications de l'asthme bronchique

Si elle n'est pas traitée, la maladie progresse, détériorant considérablement la qualité de la vie humaine.

Cela se manifeste sous la forme des pathologies suivantes:

  • état asthmatique;
  • manque d'oxygène;
  • rupture des poumons avec formation de pneumothorax;
  • dystrophie du ventricule droit du coeur - une affection irréversible qui provoque un essoufflement;
  • emphysème pulmonaire - modification destructive des parois alvéolaires.

Vidéos connexes

Quels sont les symptômes de l'asthme bronchique et comment il se manifeste, voir dans la vidéo:

L'asthme bronchique - comment les premiers signes apparaissent-ils chez l'adulte

Les signes d'asthme chez un adulte devraient être connus de tous ceux qui se soucient de leur propre santé. Ceux qui connaissent les symptômes caractéristiques de l'asthme, il est facile d'identifier la maladie au stade initial et de commencer immédiatement le traitement.

L'asthme qui survient chez les adultes (âgés de plus de 20 ans) est appelé acquis.

Qu'est-ce que l'asthme?

Du grec, "asthme" est traduit par "essoufflement" ou "respiration lourde". En médecine moderne, l'asthme bronchique fait référence à une inflammation chronique des bronches, accompagnée d'une détérioration de la fonction respiratoire et d'une obstruction (blocage de la lumière).

Les patients asthmatiques se demandent souvent quel est le danger de cette maladie.

Les médecins estiment que le principal danger réside dans le rétrécissement des bronches et l'apparition de complications lors de l'expiration et de l'inhalation d'air.

Ces complications entraînent une altération du métabolisme de l'oxygène, le développement de l'emphysème et diverses infections bactériennes (bronchite purulente, pneumonie).

En outre, une crise d'asthme est dangereuse: si vous ne l'arrêtez pas à temps, vous pouvez faire face au statut d'asthme - l'une des complications les plus graves pouvant entraîner une issue fatale.

Classification

Il est possible de déterminer à quel stade de l'asthme bronchique, par la gravité des symptômes et la durée de leur manifestation. Plus les crises d'asthme sont fréquentes et plus l'obstruction bronchique est irréversible, plus le stade de la maladie est élevé.

Ainsi, l'asthme est des types suivants:

  • Intermittent (flux doux);
  • Persistance de légère (débit modéré);
  • Persistance moyenne (cours sévère);
  • Sévère persistant (évolution très sévère).

Selon la forme de la maladie, l'asthme peut être atopique et allergique infectieux.

Certains experts ont également souligné les formes d'asthme bronchique dépendantes d'hormone et d'aspirine.

Les causes

Ceux qui se posent la question «Comment l'asthme commence-t-il et d'où vient-il?», Il est bon de comprendre que l'irritabilité accrue des bronches peut être provoquée par n'importe quoi, allant d'une prédisposition héréditaire à une situation environnementale défavorable.

Les chances de contracter l'asthme augmentent avec:

  • Femmes subissant de graves changements hormonaux (ménopause, grossesse);
  • Les personnes qui ont récemment eu un ARVI, une grippe, un mal de gorge ou une autre maladie virale;
  • Les femmes prenant des œstrogènes pendant plus de 10 ans;
  • Les personnes sujettes à l'obésité;
  • Personnes souffrant d'allergies (en particulier d'allergies aux poils d'animaux);
  • Personnes dont l'activité professionnelle est associée à des effets néfastes sur le système respiratoire (exposition à la poussière, à la fumée, à la charpie, aux poils d'animaux, aux senteurs d'eaux de toilette, de peintures, de vernis, etc.);
  • Les hommes et les femmes vivant dans des zones regroupant un grand nombre d'entreprises industrielles;
  • Personnes dont les proches ont souffert ou souffrent d'asthme bronchique.

Asthme: symptômes chez l'adulte

Afin d'établir le fait de la présence de la maladie, il est nécessaire de déterminer quels symptômes sont observés dans l'asthme. Les principaux précurseurs de l'apparition de l'asthme chez l'adulte sont décrits ci-dessous.

Difficulté respiratoire

L'apparition de la maladie se caractérise par l'apparition d'un essoufflement, d'une difficulté à respirer. Le rétrécissement des voies respiratoires amène une personne à faire plus d'effort pour l'expiration. De ce fait, la cage thoracique peut effectuer un mouvement alternatif.

Toux

Lorsqu'un irritant particulier frappe la membrane muqueuse des bronches, une toux apparaît, destinée à éliminer les substances étrangères et les micro-organismes des poumons. De plus, ce symptôme survient, que le patient soit enrhumé ou non.

La toux d'asthme est sèche, paroxystique, grave. Son apparence peut être provoquée par un effort physique, une excitation émotionnelle, un rire, etc.

Parfois, les attaques sont accompagnées par la séparation des crachats, mais le plus souvent cela ne se produit pas et la personne "s'étouffe", étant incapable de faire face au flux d'air.

Pour faciliter la toux, il est recommandé d’être assis.

Respiration sifflante, sifflement

Au stade initial, l'asthme se manifeste par une respiration sifflante et un sifflement que le médecin détecte en écoutant.

Au fur et à mesure que la pathologie se développe, ce symptôme devient plus évident: non seulement le patient entend, mais son entourage entend une respiration sifflante.

La manifestation d'une respiration sifflante et d'un sifflement peut être déclenchée par une activité physique, être dans un état d'excitation, rire. Ces symptômes sont caractéristiques de tous les stades de la maladie. Mieux encore, la respiration sifflante est perturbée la nuit lorsque le patient dort.

Constriction de la poitrine

La manifestation caractéristique de l'asthme est un sentiment de constriction apparaissant lorsque l'on tente d'expirer. Un patient qui a eu ce symptôme peut ressentir de la panique et des vertiges.

Cependant, ne vous inquiétez pas: cela ne fera qu'aggraver la situation. Ceux qui sont confrontés à une sensation de constriction à la poitrine devraient se détendre et attendre que l'attaque passe d'elle-même.

Autres signes

La forme de toux de la maladie est la plus courante, mais il existe d'autres types d'asthme et donc d'autres signes de pathologie. Ainsi, dans certains cas, l'asthme se développe sans tousser.

Dans ce cas, ses premiers signes sont:

  • Bruits lors de la respiration;
  • Respiration intermittente ou inégale;
  • Difficulté à dormir;
  • L'apathie;
  • Problèmes d'anxiété et de concentration;
  • Manque d'activité motrice.

Ces symptômes peuvent apparaître aux premiers stades de l'asthme, mais ils sont plus fréquents chez les adolescents et les enfants que chez les adultes.

Comment distinguer l'asthme de la bronchite?

Il y a des signes qui distinguent l'asthme de la bronchite chez l'adulte.

Ils sont présentés dans le tableau ci-dessous:

respiration sifflante sans toux

Articles populaires sur le sujet: respiration sifflante sans toux

Les exacerbations de l'asthme (crise d'asthme, asthme aigu) sont appelées épisodes d'intensification progressive de la dyspnée, toux, respiration sifflante, infiltration pulmonaire ou une combinaison de ces symptômes.

Identifiant HIC-10: O13-O15 1. Klasifіkatsіya Klasifіkatsіya HIC-10 O13 - Facile preeklampsіya abo gestatsіyna gіpertenzіya sans znachnoї proteїnurії O14.0 - Preeklampsіya serednoї tyazhkostі O14.1 - Grave preeklampsіya O14.9 - Preeklampsіya.

La toux est une réponse adaptative visant à libérer les voies respiratoires des particules emprisonnées de l'extérieur ou formées de manière endogène. Une longue et douloureuse toux est l’un des motifs les plus fréquents de consultation médicale.

La toux avec la grippe et les ARVI est un phénomène courant; par conséquent, personne n’y attache une importance particulière. Mais 90% des bronchites sont une complication des ARVI. Lisez comment guérir la toux causée par des maladies virales afin de prévenir des complications graves.

La bronchite aiguë (OB) est une maladie aiguë à guérison spontanée des voies respiratoires inférieures. La manifestation clinique la plus significative de l'OB est la toux, qui persiste généralement pendant 1 à 3 semaines.

Ces dernières années, le diagnostic et le traitement de l'asthme bronchique ont considérablement progressé.

La maladie pulmonaire obstructive chronique est une maladie chronique caractérisée par une lésion diffuse des voies respiratoires, une obstruction des voies respiratoires qui n'est pas totalement réversible.

Le cœur pulmonaire chronique est un syndrome d'insuffisance circulatoire avec développement d'un œdème périphérique, qui complique l'évolution de nombreuses maladies (à l'exception du cœur) qui affectent la structure ou uniquement la fonction pulmonaire.

La tuberculose est une maladie infectieuse provoquée par un agent pathogène, Mycobacterium tuberculosis (Mycobacterium tuberculosis), qui se caractérise par la formation de granulomes spécifiques dans divers organes et tissus.

Questions et réponses sur: respiration sifflante sans toux

Nouvelles sur le sujet: respiration sifflante sans toux

Les maladies professionnelles sont très nombreuses: presque autant que de professions. Certains d'entre eux sont extrêmement rares - mais cela ne les rend pas moins dangereux. Cela a permis au musicien de ne pas effacer sa clarinette 30 ans.

L'asthme bronchique peut causer non seulement des accès difficiles à la respiration, mais aussi des problèmes psychologiques. Ceci est indiqué dans une étude menée par des médecins du Center for Public Health de la ville américaine d’Atlanta. Le risque de développer une dépression et / ou une anxiété est plus de deux fois plus élevé chez les patients asthmatiques, selon les médecins américains.

Respiration sifflante dans les poumons sans fièvre avec toux

Home »Toux» Respiration sifflante dans les poumons sans fièvre avec toux

Respiration sifflante pendant la respiration et la toux - que signifie le symptôme?

Au cours de l'inflammation des bronches et du développement de processus pathologiques dans les organes respiratoires, les voies respiratoires se resserrent. En conséquence, il y a une toux, une respiration sifflante, qui sont des signes de nombreuses maladies dangereuses. En aucun cas, ces symptômes ne peuvent être ignorés, car tout retard dans les visites chez le médecin peut entraîner des complications très graves et le passage des maladies à la forme chronique.

Comment se manifeste la toux avec respiration sifflante?

Les symptômes désagréables peuvent sembler assez évidents. Par exemple, dans le cas d'une bronchite obstructive, la respiration sifflante qui apparaît après la toux peut être entendue même à grande distance. Parfois, le médecin ne peut reconnaître les sons qu’en écoutant le système respiratoire. À cette fin, les médecins utilisent un calibre léger. Dans certains cas, ils peuvent être entendus en plaçant l'oreille sur la poitrine du patient.

Les médecins divisent la respiration sifflante (sans tousser) en:

Ils peuvent différer en hauteur. Être:

  • Basse. Provenant du fait que le mucus visqueux oscille dans les bronches. En raison de la densité accrue des expectorations, des sons résonnants apparaissent.
  • Sifflement Le fait que des processus inflammatoires se soient développés dans les organes respiratoires ont contribué au rétrécissement de la lumière entre les bronches.

Une respiration sifflante sèche dans les poumons (sans toux) se produit lorsqu'il n'y a pas une accumulation importante de liquide dans les organes respiratoires. Des exhalations spastiques aiguës non productives apparaissent très bientôt.

Les râles secs et les expirations spastiques pointues peuvent indiquer un écoulement

  • Asthme bronchique.
  • Pharyngite
  • Bronchite au stade initial.
  • Laryngite.

Les râles humides dans les bronches (sans toux) sont causés par une importante accumulation de crachats dans la lumière bronchique:

La toux et la respiration sifflante dans les poumons peuvent être sonores et non. Les sons sont bien entendus si le tissu pulmonaire serre très fort les bronches. C'est l'un des indicateurs lumineux de la présence de pneumonie.

Les râles silencieux sont le plus souvent localisés dans la poitrine (parties inférieures). Ils indiquent la présence de processus stagnants.

La respiration sifflante peut être:

  • Calme et bruyant.
  • Timbre différent.
  • Haut et bas.

Ils dépendent de l’atteinte de la bronche ou de leur largeur; une toux rauque peut donc changer. Ils peuvent être accompagnés de:

  • Essoufflement grave.
  • Douleur à la poitrine.
  • Faiblesse
  • Des frissons
  • Température basse ou élevée.
  • Surexcitation
  • Perte de voix

Toux, respiration sifflante dans la poitrine - causes

Il existe de nombreuses maladies (et assez graves), dont le symptôme est une toux rauque humide ou sèche. Ceux-ci peuvent être:

  • Inflammation des poumons.
  • Bronchite
  • Pharyngite
  • Laryngite.
  • Asthme bronchique.
  • Emphysème
  • Tuberculose
  • Insuffisance cardiaque et pulmonaire.

On observe également une toux, une respiration sifflante et une respiration s'il y a un corps étranger dans la gorge ou les voies respiratoires. Parfois, des symptômes désagréables peuvent indiquer une forme grave d'allergie.

Une forte toux avec respiration sifflante sans température est un compagnon fréquent des fumeurs, ainsi que des personnes travaillant dans la production d'air pollué ou vivant dans un environnement défavorable aux organes respiratoires. Les symptômes devraient inciter la personne à consulter un médecin. En l'absence de traitement et d'exposition supplémentaire à des facteurs nocifs comme la toux, l'enrouement peut évoluer en maladie pulmonaire obstructive chronique.

Les symptômes désagréables sont typiques d'une bronchite aiguë. Au début de la maladie, ils sont secs et se développent ensuite en humides. Dans les formes sévères de la maladie, une dyspnée et des difficultés respiratoires peuvent survenir parallèlement.

La toux et la respiration sifflante dans la gorge peuvent être causées par des particules étrangères qui y pénètrent. Ceci est particulièrement fréquent chez les jeunes enfants. Dans ce cas, les premiers soins doivent être prodigués immédiatement - raclez votre gorge et débarrassez-vous de l'irritant. Si vous ne pouvez pas le faire vous-même, vous devez immédiatement appeler une ambulance. Cependant, même dans le cas où il était possible d'extraire un corps étranger, il est nécessaire de consulter un médecin dans un proche avenir. Le spécialiste vérifiera si les organes respiratoires sont blessés.

Une toux sifflante est un symptôme caractéristique de l'asthme bronchique. L'attaque se développe à la suite d'un spasme des muscles des bronches. Un tel symptôme est assez typique de cette maladie. C'est bien pire s'il y a une toux pendant une crise d'asthme, mais il n'y a pas de respiration sifflante. Cela peut indiquer une fermeture complète des voies respiratoires. Avec ce symptôme, vous devriez immédiatement chercher des soins médicaux d'urgence.

Quelle que soit la maladie ou le processus pathologique à l'origine de ces symptômes, il est bon de rappeler que leur auto-médication est inacceptable. Seul un médecin peut poser le bon diagnostic et prescrire le traitement optimal. Un spécialiste vous aidera à vous débarrasser non seulement des sons effrayants, mais aussi de la raison de leur apparition.

Respiration sifflante dans les poumons

Les poumons sont l’un des organes les plus importants de la personne, car grâce à leur travail normal, le corps reçoit de l’oxygène et maintient ainsi l’activité vitale. Lorsque les poumons présentent une pathologie, celle-ci est souvent accompagnée d'une toux et d'une respiration sifflante dans les poumons.

Le hochetage dans les poumons est un symptôme qui peut être un phénomène résiduel après une maladie ou indiquer une maladie grave. La respiration sifflante est le bruit qui se produit lorsque vous inspirez ou expirez.

Causes et classification de la respiration sifflante dans les poumons

Le traitement de la respiration sifflante dans les poumons dépend de la cause. Un diagnostic précis doit être posé dans le bureau du spécialiste - une radiographie est réalisée à cet effet, une échographie ou une IRM est réalisée si nécessaire (pour une étude détaillée), ainsi qu'une analyse secrète ou une biopsie.

Un examen sérieux des poumons est nécessaire, surtout si le symptôme de respiration sifflante est présent pendant une longue période et ne dépend pas d'une infection récente. Le fait est que certaines des maladies les plus graves et relativement courantes affectent les poumons - cancer, tuberculose, pneumonie, etc. Mais si les symptômes de la pneumonie sont souvent évidents, le cancer et la tuberculose, en développement, ne se font pas sentir longtemps.

Respiration sifflante dans les poumons sans fièvre

Les hochets dans les poumons peuvent se produire sans fièvre - la cause la plus fréquente est une pneumonie. En outre, cette maladie s'appelle la pneumonie - elle s'accompagne d'une respiration difficile, mais aussi d'un râle d'abord sec, puis humide.

Au sens classique et théorique du terme, l'inflammation des poumons évolue toujours rapidement, accompagnée de fièvre, mais en pratique médicale, de plus en plus de patients atteints de la maladie «debout» se rendent compte qu'ils ont développé une pathologie nécessitant un traitement sérieux.

Avec la tuberculose, la température peut atteindre des indicateurs subfébriles.

En cas de maladies tumorales des poumons, une légère augmentation de la température corporelle est également possible sans raison apparente.

Des hochets dans les poumons lors de l'expiration ou de l'inhalation

Le type de respiration sifflante pendant l'expiration s'appelle expiratoire. Il est possible que toute maladie accompagnée d'une respiration sifflante dans les poumons: La respiration sifflante dans les poumons lors de l'inhalation s'appelle inspiratoire. De même, comme dans le premier cas, le type inspiratoire ne contient pas d'informations spécifiques lors du diagnostic.

Respiration sifflante humide dans les poumons

Les râles humides se produisent dans les poumons en présence de liquide. Les maladies dans lesquelles ce type de respiration sifflante est possible sont nombreuses:

  • asthme bronchique;
  • insuffisance cardiaque;
  • œdème pulmonaire;
  • une pneumonie;
  • maladies obstructives chroniques;
  • ARVI;
  • la tuberculose;
  • bronchite

Les râles humides sont classées en trois catégories:

  • bulles fines;
  • bulle moyenne;
  • grosse bulle.

Ils diffèrent par le son: pour avoir une idée de la différence, essayez de souffler dans un verre d'eau à l'aide de pailles de différents diamètres.

Sécheresse des poumons

Une respiration sifflante sèche dans les poumons se produit lorsque les dégagements pour le passage d'un flux d'air sont réduits. Un tel symptôme peut survenir avec une pneumonie, une bronchite, des tumeurs, ainsi qu’à la fin d’une crise d’asthme bronchique.

Comment traiter la respiration sifflante dans les poumons?

Le traitement de la respiration sifflante dans les poumons dépend de la cause. Si la cause en est une infection bactérienne, utilisez alors des agents antibactériens - Flemoxin, Amoxicillin.

Si les virus deviennent la cause de la respiration sifflante, des médicaments antiviraux sont nécessaires - par exemple Immunost.

Avec les infections et les virus pour le traitement des poumons, des procédures thermiques sont montrées.

Également dans le traitement des bronches, les inhalations à l'aide de nébuliseurs sont largement utilisées - si une bronchite obstructive devient la cause du symptôme, des bronchospasmolytiques sont utilisés.

Les corticostéroïdes sont utilisés dans des cas extrêmes - lors de fortes attaques, par inhalation.

Toux sifflante: causes et méthodes de traitement

Le son sourd, bruyant et sifflant du processus respiratoire indique la formation de mucus dans les bronches et la trachée. Quelles que soient les causes d'un tel état de l'organisme, il est très dangereux pour la santé et la vie des personnes, car le mucus peut provoquer une obstruction bronchique, entraînant la suffocation. La toux avec respiration sifflante survient très souvent à la suite du développement du processus inflammatoire dans les bronches et les bronchioles. En outre, il existe d'autres facteurs qui causent cette condition du corps.

Mécanisme de symptôme

Une toux et une respiration sifflante chez un enfant indiquent que le blocage des petites bronches inférieures s'est déjà produit. Souvent, cet état du corps de l’enfant peut être causé non par un rhume ou une maladie virale, mais par la présence d’un corps étranger dans les voies respiratoires.

Une toux apparaît avec une respiration sifflante chez un enfant lorsque des contenus pathologiques sont présents dans les voies respiratoires. Souvent, ce symptôme indique le développement d'une pneumonie. Avec la maladie, la respiration sifflante dans les poumons peut être humide ou sèche. Si les poumons gonflent, vous pouvez entendre des râles humides au timbre musical. La bronchite et l'asthme bronchique se manifestent par une toux sèche et une respiration sifflante chez un enfant. Pour se débarrasser d'un signe, il faut nettoyer les bronches du mucus. Pour cela, on prescrit aux expectorants de jeunes patients. L'inhalation et le réchauffement des compresses sur la poitrine accélèreront le processus de guérison, car de tels traitements réduisent l'inflammation des bronches. Dans le cas d'une expectoration visqueuse, le patient doit boire beaucoup de liquide. Les experts recommandent également de faire des exercices de respiration qui renforcent les organes du système respiratoire. Des hochets dans la poitrine, une toux et une voix rauque chez un enfant peuvent indiquer un processus inflammatoire tel que:

  • laryngte;
  • pharyngite;
  • la trachéite;
  • une bronchite;
  • l'emphysème;
  • cancer du poumon;
  • tuberculose.

Cependant, les signes tels que toux et enrouement ne sont pas les principaux indicateurs pour le diagnostic; à cet effet, les experts effectuent un certain nombre d'études.

Gorge tremblante

Le développement du processus inflammatoire dans la gorge et le larynx fait que l'enfant a la voix rauque et la toux. Ces symptômes résultent de la libération d'agents pathogènes de la cavité nasale dans la gorge, après quoi le mucus tombe dans les parties inférieures du système respiratoire. Par conséquent, les experts recommandent vivement de traiter même une toux légère, car elle peut rapidement entraîner le développement d'une laryngite, d'une trachéite ou d'une pneumonie.

Si un enfant tousse et a la voix d'osyp, il est probable qu'il développe une laryngite. Cette maladie est considérée comme l'une des plus dangereuses pour les jeunes enfants. Pendant la journée, le bébé peut tousser un peu, mais la nuit, l'état des miettes s'aggrave, un œdème laryngé se produit, la lumière du tractus respiratoire se rétrécit, ce qui entraîne une voix rauque et une toux chez l'enfant.

Les parents doivent savoir comment aider leur enfant avant l'arrivée du médecin et la nomination des médicaments qui lui sont destinés. Si, la nuit, vous remarquez que votre enfant a commencé à aboyer, à une toux sèche et rauque, il devrait recevoir cette aide même avant l'examen médical:

  1. Donnez à votre bébé une boisson chaude - du lait avec du miel, du borjomi et du thé;
  2. Gardez l'enfant debout, ce qui facilite la condition du bébé;
  3. Donner des antihistaminiques pour réduire l'enflure du larynx et éliminer les crises d'asthme. De plus, cette affection peut souvent être à l'origine d'une réaction allergique du corps de l'enfant à certains stimuli.

En règle générale, dans ce cas, les experts diagnostiquent une laryngite aiguë à sténose. Dans le traitement de cette maladie, les inhalations d’eucalyptus sont très utiles. Pour ce faire, vous pouvez utiliser une décoction de plantes ou d'huile essentielle.

Comment est le traitement de la respiration sifflante dans la poitrine?

Pour prescrire un traitement contre la toux, l'enrouement et l'enrouement à la poitrine, un spécialiste examine la poitrine à l'aide d'un stéthoscope. Si nécessaire, une radiographie est réalisée. Si un adulte a la respiration sifflante en respirant, des procédures de réchauffement doivent être effectuées et une grande quantité de liquide chaud doit être bue pour se débarrasser des expectorations dans les voies respiratoires.

Parfois, les patients peuvent remarquer des crachats de couleur verte ou jaune lorsqu'ils toussent. Ce processus indique la pénétration d'une infection grave dans le corps et nécessite l'utilisation d'antibiotiques. Lorsque les cordes vocales sont impliquées dans le processus inflammatoire, la voix devient rauque, il est difficile pour le patient de parler. Le traitement de l'enrouement dû au froid peut être effectué à l'aide de remèdes populaires - huile d'eucalyptus et lavande, lait chaud, miel.

L'enfant a une respiration sifflante dans la poitrine, mais il n'y a ni fièvre ni toux, de quoi s'agit-il

Réponses:

Blumenthal Belvedere

courir vers un médecin… peut être une bronchite ou une pneumonie; dans mon enfance, j'avais une pneumonie sans fièvre… était-il étouffé par l'effort?

Nikita qqqqqq

juste expectoration, boire lazolvan

Vika Sagareva

Et le docteur n'a pas appelé? Il peut s'agir d'une bronchite et d'une obstruction allergique. Quel âge a le bébé?

Valerik

Il est fort probable que ce soit une bronchite.

cela se produit avec une bronchite, mais peut-être est-ce juste que son nez n’a pas beaucoup de morve, fait passer le mucus à travers le nasopharynx, donc il a une respiration sifflante. Il faut que le médecin ait écouté ça pour la respiration sifflante

Olga

nous avons une pneumonie, sans fièvre, mais nous avons la morve et la toux.

Biriuk-loup

Cela signifie que maman n'a pas besoin d'expérimenter et de contacter votre pédiatre en urgence. La pneumonie commence de différentes manières. Ne tirez pas et sans consulter aucun médicament... Bonne chance et santé à toi et bébé! Ne donnez pas de lait - il crache des expectorations et rend le déchargement difficile!

Marinochka Yashina

Nous avons également cela, la première fois après une pneumonie, une semaine de respiration sifflante, et la deuxième fois lorsqu'il y a un rhume, le médecin a déclaré à partir de la morve qu'ils s'accumulent dans les bronches et qu'il s'agit d'une respiration sifflante.

Anyuta Volkova

assurez-vous de voir un médecin. Il peut s'agir d'une pneumonie ou d'une bronchite. Potam sans antibiotique ne peut pas être guéri. C'est dangereux Mon enfant ne toussait pas non plus, et il n'y avait pas de fièvre, elle marchait avec les poumons enroués. Plus tard, une température vive à quarante et une pneumonie. Je ne peux pas traiter, je peux donner de petits conseils:
1. Tant qu’il n’ya pas de température, il est possible de frotter, de faire une cape et d’autres camper réchauffants, de préférence sur la poitrine et sur le dos en même temps pour qu’il soit chauffé des deux côtés.
2. Inhalation de pommes de terre si asma, alors je ne sais pas pour ne pas nuire
3. À une température, le plâtre à la moutarde ne peut pas être mis
4. À la température ambiante, frottez l’enfant avec de l’eau au vinaigre (tiers sous les genoux, les mains, le cou, le front)
5. Si votre enfant se sent bien et a une température de 38 le soir, appelez un médecin la nuit, la température est toujours élevée. Quand il est fumé jusqu'à 40 sirops, il est presque impossible de le battre.
6. NE PAS CONSEILLER VOTRE INTERNET, MIEUX QUE SEULS SORTIR DU MÉDECIN