Hochets chez un nouveau-né

De nombreux parents s'inquiètent lorsqu'ils entendent une respiration sifflante chez les nourrissons. Une telle maladie apparaît parfois chez les bébés après la naissance. Certains sifflements chez les nouveau-nés sont absolument sans danger, tandis que d'autres, au contraire, avertissent de la présence de la maladie. Voyons pourquoi un bébé a une respiration sifflante, quelles sont les causes de ce phénomène, les conséquences dangereuses possibles et comment prévenir la respiration sifflante.

Raisons sécuritaires

Les causes de ce phénomène sont différentes. Coffre-fort concernent le plus souvent l'enfant sans température et d'autres signes de froid. Ceux-ci comprennent:

Caractéristiques physiologiques du corps du bébé

Le bébé mange bien, prend du poids, ne fait pas preuve d'anxiété, ne marche pas à la pression, mais a une respiration sifflante. Cela est possible parce que le nouveau-né n'a pas encore développé ses voies respiratoires et qu'elles sont encore assez étroites. Cela peut provoquer une respiration sifflante lors de l'alimentation ou lorsque le bébé dort. Après toutes les formes de cartilage guttural, la respiration sifflante disparaîtra sans laisser de trace. Cela se produit généralement par an et demi, mais peut-être par trois ans. De plus, au cours des premiers mois de sa vie, le bébé apprend à avaler et s'étouffe souvent avec de la salive, ce qui peut laisser échapper un soupir.

Air intérieur sec

Les voies nasales chez les bébés sont assez étroites, de sorte que la poussière s'accumule rapidement dans le nasopharynx. La raison principale en est l’air sec. Paradoxe, mais la plupart des parents attentionnés et aimants sont coupables de cela. En veillant à ce que l'enfant ne tombe pas malade, ils croient à tort que fermer les fenêtres étroitement, ne pas aérer et chauffer la pièce où se trouve l'enfant, est la bonne façon de le protéger de l'hypothermie et du rhume. Mais les pédiatres recommandent de ne pas oublier de aérer régulièrement la pièce qui contient principalement le nouveau-né, ainsi que la nécessité d'humidifier périodiquement l'air avec des humidificateurs spéciaux ou au moins de mettre de l'eau froide dans la pièce ou d'accrocher des serviettes mouillées à la batterie du radiateur. Selon le Dr E. Komarovsky, les conditions optimales pour un nouveau-né peuvent être considérées comme la température de l'air dans la pièce de 18 à 22 ° C et une humidité de 40 à 60%;

Accumulation de poussière

Les mamans doivent effectuer un nettoyage humide régulier de la chambre du nouveau-né afin d'éviter l'accumulation de poussière. Elles ne seront alors pas gênées par la respiration sifflante des nourrissons. Il est également conseillé de ne pas s’impliquer dans des jouets en peluche, car ils ont tendance à accumuler de la poussière.

Bec non nettoyé

Comme le nez filtre l'air que nous respirons, du mucus s'accumule périodiquement dans le passage nasal, qui forme des croûtes sèches à l'état sec, ce qui provoque une respiration sifflante lors de la respiration des nourrissons. La même chose se produit chez les adultes, seuls les bébés ne peuvent pas encore se moucher et se nettoyer le nez. Par conséquent, chaque jour, vous devez enlever les croûtes et le mucus du nez du nourrisson.

Manque d'activité physique de l'enfant

Si le bébé est constamment en position couchée, il ne le prend pas par la poignée, il ne joue pas avec lui. Il existe alors un risque de "stagnation" et d'œdème des poumons et des voies respiratoires, ce qui entraîne une respiration sifflante encore plus intense. Ce phénomène est souvent observé chez les orphelinats, car les gouvernantes et les personnes en charge des enfants n'ont ni assez de mains ni le temps nécessaire pour prêter attention à tous les enfants.

Air pollué

La respiration sifflante et le mucus chez un nourrisson peuvent être provoqués par un air pollué, dans lequel se dégage de la fumée de cigarette ou des gaz d'échappement. Les bébés doivent donc être soigneusement protégés de cette exposition.

Avec tout ce qui précède, une intervention médicale et médicale n'est pas nécessaire, cependant, vous devez suivre le bien-être général de l'enfant. Avec une température corporelle normale pouvant aller jusqu’à 37 degrés, un bon appétit et un sommeil calme, rien n’inquiète, mais lors de la prochaine visite à la clinique, veillez à faire attention à cette "petite" pédiatre afin qu’il puisse éliminer toutes les maladies.

Situations dangereuses

Et maintenant parlons de respiration sifflante, quand vous avez besoin d'un appel immédiat au médecin. Le corps du nouveau-né est faible et sensible aux effets de nombreux facteurs externes pouvant déclencher l'apparition d'une infection et le développement de toute pathologie. Dans ce cas, la respiration sifflante est généralement accompagnée de symptômes supplémentaires: toux, difficultés respiratoires, anxiété, manque d'appétit, fièvre, etc.

Pour protéger votre bébé du rhume et de la respiration sifflante, vous devez suivre des règles simples lorsque vous marchez avec un nouveau-né dans la rue:

  • vous ne pouvez pas marcher par temps venteux;
  • habillez le bébé selon le temps sur le principe "+1". C'est-à-dire que l'enfant devrait être habillé pour un plus de vêtements que vous. Si votre enfant est habillé trop chaudement, il peut transpirer et tomber facilement malade. Les vêtements légers, s’il fait froid dehors, ne sont pas non plus appropriés, car le bébé gèle et souffre d’hypothermie. Beaucoup de mères, habillées «facilement», soutiennent que l’enfant doit être tempéré. Il s’agit d’une question controversée et le durcissement est également nécessaire correctement et avec compétence;
  • éviter les courants d'air. Même si le bébé est dans une poussette, il est nécessaire de la protéger contre le vent, la pluie et la neige;
  • Ne laissez pas votre bébé et les autres personnes entrer en contact avec une maladie virale récente, et plus encore.

La cause de la respiration sifflante peut être une pneumonie, une bronchite, très dangereuse pour le nourrisson, car toutes les maladies chez les enfants de moins d’un an se développent rapidement et les médecins n’ont pas toujours le temps d’arrêter des symptômes dangereux.

Un enfant est enroué, tousse et a une respiration sifflante si un objet étranger pénètre dans son larynx ou ses voies respiratoires, et une telle respiration sifflante apparaît soudainement. Ne laissez jamais votre bébé seul avec des petits jouets, des bonbons et autres objets avec lesquels il peut s'étouffer! Si cela se produit, vous ne devriez pas paniquer, mais appeler d'urgence une ambulance pour prévenir une défaillance respiratoire.

Maladies avec un symptôme de grippe et quoi faire

Si le bébé a la respiration sifflante, il a la morve et la toux, la température augmente, le bébé se conduit avec lenteur, refuse de manger, alors, très probablement, le diagnostic ressemblera à une "maladie virale respiratoire aiguë". Dans ce cas, seul le médecin doit décider de la nécessité et de l'exactitude du traitement. Tout ce qui vous est demandé est de ne pas forcer l’enfant à manger, de lui donner à boire abondamment et de suivre scrupuleusement toutes les recommandations du médecin concernant le traitement d’un enfant avec respiration sifflante.

Si un nouveau-né a une respiration sifflante, tousser avec une toux "aboyante", il respire en respirant et lorsque le bébé respire, les espaces intercostaux sont aspirés et la température est élevée (au-dessus de 38,5 degrés), puis les médecins parlent généralement de pneumonie. Si ces symptômes se manifestent, il est nécessaire d’appeler le pédiatre pour poser un diagnostic correct et lui prescrire un traitement adéquat. Il arrive souvent que le bébé soit hospitalisé.

Si un enfant a la voix rauque, le bébé respire fortement, la fièvre, une forte toux sèche et des "sifflements" à la poitrine. Tous ces symptômes sont aggravés la nuit. On peut alors le suspecter chez le nourrisson (difficulté respiratoire causée par l'inflammation et la contraction). lumière des voies respiratoires supérieures). Quand une telle attaque commence, il est nécessaire d'appeler une ambulance ou un pédiatre. En prévision des soins médicaux, l'enfant devrait être autorisé à respirer avec de l'air humide. Pour ce faire, vous pouvez utiliser un humidificateur ou utiliser la vapeur d'eau chaude dans la salle de bain et amener l'enfant à la salle de bain pendant quelques minutes. Après avoir goutté la buse avec vasoconstricteur gouttes et assurer le flux d'air frais. Vous pouvez également donner à votre bébé des gouttes d’allergies, par exemple Fenistil.

Chez les enfants de moins d'un an peut développer une maladie telle que la bronchiolite. En même temps, de petites zones des bronches deviennent enflammées. Dans ce cas, caractérisé par une forte toux qui ne disparaît pas longtemps (parfois plusieurs heures), une difficulté à respirer enrouée, il existe de tels signes de rhume, comme une morve et un mal de gorge, à cause de ce que le bébé refuse de manger, très irrité et méchant.

Si un bébé a la respiration sifflante après avoir eu le nez qui coule, il ronfle la nuit, son nez est constamment bouché, tandis qu'un membre de sa famille souffre d'asthme ou d'allergies - cela peut indiquer que l'enfant a un asthme bronchique. Besoin d'une consultation d'un enfant allergologue et des examens nécessaires pour un traitement ultérieur.

En outre, lorsque le bébé respire par la bouche, il a le nez qui coule, il ronfle dans son sommeil, il souffre de rhumes fréquents, de nausées nasales et d'otites, de larmes et d'irritation. Dans ce cas, seul un pédiatre sera en mesure de déterminer la cause de l’état de santé insatisfaisant de l’enfant, c’est-à-dire: il s’agit d’un rhume, d’une allergie ou d’une inflammation des végétations adénoïdes. Après avoir posé le bon diagnostic, le médecin pourra vous prescrire un traitement adéquat.

Un enfant doit boire beaucoup pendant une maladie, cela réduira l’intoxication du corps. Et aussi pour respirer de l'air frais et humidifié. Le Dr. Komarovsky insiste constamment sur cela. Il fait valoir que dans la période aiguë de la maladie (fièvre et malaise sévère), il est nécessaire de garantir de telles conditions à la maison, et après l'apparition d'une amélioration persistante de la santé (même s'il y a toujours une toux avec des expectorations, mais la température a chuté, l'enfant avait un appétit et une bonne humeur) marche dans l'air frais. Il faut se rappeler qu’il est possible de sortir un bébé enroué pendant 20 à 30 minutes à l’extérieur par temps ensoleillé et sans vent. Il est donc nécessaire de choisir les bons vêtements pour ne pas surchauffer ou refroidir l’enfant.

Une attention particulière doit être portée sur le fait que ce qui précède ne constitue pas le diagnostic exact, mais les options possibles dans lesquelles l'enfant peut enrouer. Par conséquent, les parents traitent indépendamment les brûlures chez le nourrisson et encore moins lui donnent des médicaments sans consultation avec un pédiatre! Une telle approche irresponsable créera une menace pour la vie et la santé du bébé. Il est possible d'aider un petit enfant à condition que la cause principale de la maladie soit déterminée avec précision. Par conséquent, il n'est pas nécessaire de refuser des examens supplémentaires si le médecin vous les propose.

Et si le bébé a la respiration sifflante

La situation dans laquelle l'enfant a la respiration sifflante inquiète les parents. Des questions se posent quant à la cause d'un tel symptôme, s'il menace la santé ou la vie de l'enfant et comment y faire face. Par respiration sifflante, on entend un bruit anormal lors de la respiration.

Ce symptôme peut être un signe de diverses maladies. Enrouement est considéré comme enrouement, qui est causée par des problèmes avec les cordes vocales. Le plus souvent, la voix d'un enfant peut être enrouée à cause d'une laryngite, une inflammation infectieuse du larynx.

Causes communes de pathologie

Les médecins considèrent que, lorsque l’enfant a la gorge bruyante, la diminution de la sonorité de la voix et la violation de son timbre. L'enrouement de la voix résulte d'une inflammation des ligaments et accompagne souvent divers rhumes. Bien que cela puisse être une pathologie indépendante, résultant de la surtension des cordes vocales.

Toutes les raisons pouvant causer une respiration sifflante chez un enfant peuvent être divisées en 3 groupes en fonction de l'emplacement de la lésion:

  • le larynx;
  • voies respiratoires inférieures;
  • autres maladies non liées au système respiratoire.

La pénétration de l'infection dans le larynx et son inflammation ultérieure s'appelle laryngite. Cette maladie est l'une des plus fréquentes chez les enfants. Elle s'accompagne de sécheresse, de maux de gorge et de maux de gorge. Avec la défaite des voies respiratoires inférieures lors de la respiration, des rales sèches ou humides se produisent. Les râles secs indiquent un rétrécissement de la lumière des bronches.

Lorsque des expectorations épaisses, à peine séparables, s'accumulent dans les bronches, les sons pendant la respiration deviennent plus sonores. Une respiration sifflante avec un sifflet indique l'absence de crachats dans les bronches. Chez les enfants souffrant d'asthme bronchique, un symptôme similaire est observé. Une respiration sifflante indique un spasme, une constriction et un gonflement des bronches.

Si la respiration sifflante est humide, cela indique la présence d'exsudat ou de transsudat dans les poumons. Dans le premier cas, nous parlons de fluide inflammatoire et dans le second de fluide œdémateux. Ce type de respiration sifflante peut être observé avec une pneumonie et un œdème pulmonaire. L'inflammation des poumons peut être indiquée par un tel symptôme lorsqu'il devient douloureux à l'inspiration et que l'enfant a des difficultés à respirer. Ces signes sont caractéristiques de la pleurésie - inflammation des membranes des poumons.

Une respiration sifflante silencieuse pendant la respiration d'un enfant peut être un signe d'insuffisance cardiaque chronique. Une respiration sifflante lorsque la toux survient lorsque des expectorations épaisses et visqueuses s'accumulent dans les voies respiratoires inférieures. Une telle nature de respiration sifflante peut indiquer une obstruction dans les poumons.

Lorsqu'un enfant a la respiration sifflante et tousse sans fièvre, il est possible de suspecter des maladies des voies respiratoires supérieures, provoquant une accumulation de mucus dans les bronches ou la trachée. Le mucus devient progressivement visqueux et bouche les bronches. Dans ce cas, l'enfant tousse fort. Le principal danger de cette maladie est l'improductivité de la toux.

Souvent, les parents sont confrontés au fait que l'enfant a une respiration sifflante pendant son sommeil. Cela est dû à une violation de la respiration nasale à la suite d'un gonflement de la muqueuse nasale et du nasopharynx. Un tel œdème peut avoir une nature d'origine différente: viral, bactérien, allergique. Le plus souvent, ce symptôme est observé chez les enfants d'âge préscolaire plus jeune.

Caractéristiques enrouement chez un enfant

Si, en parlant avec un enfant, il a eu un enrouement, on peut alors soupçonner qu'il est atteint de la laryngite, une forme aiguë d'inflammation du larynx (partie des voies respiratoires située entre la trachée et le pharynx). Dans le larynx se trouve l'appareil vocal dont l'inflammation est accompagnée d'un changement de ton de la voix.

Dans le cas d'une laryngite, la voix peut être légèrement sèche et, dans les cas plus graves d'évolution de la maladie, la voix peut même disparaître, forçant l'enfant à ne parler que dans un murmure. La laryngite est le plus souvent le résultat d'un ARVI, d'une coqueluche ou d'une grippe.

Comment aider l'enfant dans ce cas: essayez de convaincre l'enfant de parler moins, pour assurer un repos complet des cordes vocales. Quand il est nécessaire de parler, une voix calme est préférable à un chuchotement. Dans ce dernier cas, la charge sur les cordes vocales est plus grande. La nourriture et les boissons doivent être chaudes.

Sifflement de la gorge d’un enfant - un tel symptôme n’indique pas toujours la mauvaise santé d’un enfant. Il est nécessaire de sonner l'alarme lorsqu'une telle manifestation est accompagnée d'écoulement nasal, de mal de gorge, de fièvre, d'essoufflement et de toux. Le plus souvent, lorsqu'un tel symptôme survient, les maladies respiratoires sont la première chose à laquelle on pense.

Guérir les maladies des bronches et des poumons chez les enfants est beaucoup plus facile et plus sûr dans les premiers stades de la manifestation. L'apparition de bruits suspects lors de la respiration doit être une alerte et doit être motivée, en particulier si ce symptôme s'accompagne de changements tels que:

  • étouffement. Manque de respiration normale avec une peau bleue;
  • aboiement bourdonnant et toux sèche sans signes de crachats;
  • forte fièvre;
  • toux enrouée, accompagnée de vomissements.

Méthodes de traitement

Lorsque la voix sifflante d'un enfant ne présente aucune autre manifestation douloureuse et qu'on ignore pourquoi un tel symptôme est apparu, le traitement à domicile est autorisé. On peut supposer que la voix de l’enfant est OSP à cause d’un long cri ou d’un grand cri. Une boisson chaude abondante et une conversation limitée peuvent ramener une voix.

Le mode «silence» est nécessaire pour décharger les cordes vocales et, lorsque l'enfant parle constamment, le processus de récupération est considérablement ralenti.

Dans ce cas, ne vous mêlez pas du gargarisme avec une solution de soude faible ou une décoction de camomille. S'il n'y a pas d'allergie au miel, un produit curatif de l'apiculture aidera à restaurer une voix enrouée. L'absorption lente d'une cuillère à café de miel dans la bouche est suffisante.

Le pédiatre et le pneumologue devraient décider de la marche à suivre pour soigner un enfant souffrant de respiration sifflante et de toux. Lorsque la toux est sèche, des médicaments spéciaux sont prescrits pour aider à humidifier et à libérer les expectorations. Ce sont des médicaments expectorants et mucolytiques, ils sont sélectionnés en fonction de l'âge de l'enfant.

Lorsque la maladie évolue gravement, l'enfant ne se sent pas bien, refuse de manger, est passif et son état est toujours lent, il y a des signes d'intoxication, le traitement doit être effectué à l'hôpital. Quand une toux est accompagnée d'une fièvre prolongée, des médicaments antibactériens sont prescrits.

Le traitement complexe de la toux causée par des maladies respiratoires implique la procédure d'inhalation avec un nébuliseur. En raison de l'impact direct du médicament sur la membrane muqueuse de l'inhalation des voies respiratoires, contribue à l'humidification de la membrane muqueuse et facilite la décharge des expectorations en raison de sa liquéfaction.

Si un enfant a mal à la gorge et que l'apparition d'une respiration sifflante est associée à une inflammation du nasopharynx, les médecins recommandent alors:

  • boisson chaude abondante;
  • se gargariser;
  • des losanges;
  • traitement anti-inflammatoire de la gorge avec sprays spéciaux;
  • l'utilisation d'antiseptiques.

Quelles sont les causes et comment le symptôme se manifeste chez les nourrissons?

Si un nouveau-né a la respiration sifflante, mais ne tousse pas, il est parfois considéré comme un processus physiologique normal. Ce symptôme est associé aux conditions suivantes:

  • La gorge d'un nourrisson peut présenter une respiration sifflante pendant un certain temps après la naissance en raison d'un développement insuffisant et de l'élasticité du cartilage laryngé.
  • Le travail actif des glandes salivaires, à la suite de quoi l'enfant n'a pas le temps d'avaler la salive et commence à avoir une respiration sifflante lorsqu'il respire et tousse.
  • La dentition s'accompagne également d'une production excessive de salive et d'un œdème pharyngé, qui est à l'origine de la respiration sifflante.
  • Lorsque le bébé pleure beaucoup et pendant une longue période, les cordes vocales se contractent et, par conséquent, la voix siffle pendant un court instant.

Bien que ces conditions soient considérées comme normales et acceptables, les parents ne doivent ignorer aucun changement dans les manifestations externes du fonctionnement du système respiratoire. Dans les maladies respiratoires aiguës, en plus d'une respiration sifflante dans la gorge, des signes de la maladie apparaissent, tels qu'une toux grasse et une augmentation de la température corporelle.

Une respiration sifflante dans la gorge d'un nourrisson peut être associée au fait que la lumière des voies respiratoires est encore très étroite, ce symptôme se manifeste donc souvent. Ce fait augmente le risque d'étouffement chez un bébé atteint de coqueluche ou de laryngite. Les maladies inflammatoires des voies respiratoires inférieures ou du larynx chez les nourrissons sont presque toujours accompagnées d'une rhinite avec mucus abondant.

Dans ce cas, si vous avez un rhume, nettoyez régulièrement les voies respiratoires du mucus accumulé afin que le bébé puisse respirer librement. Pour ce faire, les nouveau-nés peuvent s'égoutter dans les gouttes nasales diluées dans les expectorations. Aqualore bébé ou bébé Nazol, ils sont fabriqués à base d’eau de mer.

Lorsque ces fonds ne suffisent pas et que le nez de l’enfant reste bouché, vous pouvez utiliser des gouttes vasoconstricteurs adaptées aux nourrissons. Vibrocil est utilisé comme tel agent. En plus des méthodes médicinales d'élimination de la respiration sifflante dans la gorge causée par un rhume, il est nécessaire de créer des conditions appropriées dans la pièce où se trouve le bébé.

La température et l'humidité de l'air doivent être optimales. Si l'air est sec et chaud, le mucus dans les voies respiratoires est asséché et des croûtes se forment. En conséquence, la respiration de l’enfant s’arrête plus bruyante. Parfois, la cause de la respiration sifflante chez les enfants de moins de 1 an est associée au phénomène de stridor.

Ce terme fait référence à une respiration bruyante, accompagnée d'un sifflement ou d'une respiration sifflante. Le stridor se produit lors de troubles atopiques du larynx et de l'épiglotte - le cartilage de l'épiglotte pénètre dans la lumière du larynx. Il s'agit d'une pathologie congénitale caractérisée par une mollesse excessive du tissu cartilagineux. Il se manifeste dans le premier mois de la vie.

Le pronostic du stridor causé par la laryngomalylation est favorable. Ses manifestations disparaissent à partir de 2 ans. À ce moment-là, le tissu cartilagineux s'est compacté spontanément. Très rarement, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour corriger ce trouble anatomique. L'excès de cartilage est enlevé avec un laser.

Que faire si un enfant a une respiration difficile, lourde ou rapide, une respiration sifflante?

Tout changement dans la respiration de l'enfant devient immédiatement perceptible pour les parents. Surtout si la fréquence et la nature de la respiration changent, il y a des bruits parasites. Nous discuterons dans cet article de la raison pour laquelle cela peut arriver et de ce qu'il faut faire dans chaque situation spécifique.

Caractéristiques spéciales

Les enfants ne respirent pas comme les adultes. Premièrement, la respiration des bébés est plus superficielle et superficielle. Le volume d'air inhalé augmentera à mesure que l'enfant grandit, mais il est très faible chez les bébés. Deuxièmement, il est plus fréquent, car le volume d’air est encore faible.

Les voies respiratoires des enfants sont plus étroites, ils présentent un certain déficit en tissu élastique.

Cela conduit souvent à une violation de la fonction excrétrice des bronches. Avec un rhume ou une infection virale dans le nasopharynx, le larynx, dans les bronches, des processus immunitaires actifs commencent à combattre le virus pénétrant. Il produit du mucus dont la tâche est d'aider le corps à faire face à la maladie, à «lier» et à immobiliser les «invités» extraterrestres et à en arrêter le progrès.

En raison de l'étroitesse et de l'inélasticité de l'écoulement des voies respiratoires, le mucus est difficile. Le plus souvent, les enfants nés prématurément ont des problèmes respiratoires durant l'enfance. En raison de la faiblesse de tout le système nerveux dans son ensemble et du système respiratoire en particulier, ils présentent un risque beaucoup plus élevé de développer des pathologies graves - bronchite, pneumonie.

Les bébés respirent principalement "ventre", c'est-à-dire que très tôt en raison de l'emplacement élevé du diaphragme, la respiration abdominale prévaut.

À l'âge de 4 ans, la respiration thoracique commence à se former. À l'âge de 10 ans, la plupart des filles respirent par les seins et la plupart des garçons ont une respiration diaphragmatique (abdominale). Le besoin en oxygène d’un enfant est bien supérieur à celui d’un adulte, car les bébés grandissent et bougent activement, ils subissent beaucoup plus de transformations et de changements dans leur corps. Pour alimenter tous les organes et systèmes en oxygène, le bébé doit respirer plus souvent et plus activement. À cette fin, il ne devrait y avoir aucune modification pathologique des bronches, de la trachée et des poumons.

N'importe quelle raison, même insignifiante au premier abord, la raison (nez fourré, maux de gorge, chatouillement apparu) peut compliquer la respiration des enfants. Pendant la maladie, ce n’est pas tant l’abondance de mucus bronchique qui est dangereuse que sa capacité à s’épaissir rapidement. Si, avec le nez empaillé, le bébé respirait avec la bouche la nuit, alors très probablement, le mucus commencera à s'épaissir et à se dessécher le lendemain.

Non seulement la maladie, mais également la qualité de l’air respiré peuvent perturber la respiration externe de l’enfant. Si le climat de l'appartement est trop chaud et sec, si les parents allument le chauffage dans la chambre des enfants, les problèmes respiratoires seront beaucoup plus nombreux. Un air trop humide ne profitera pas non plus au bébé.

La carence en oxygène chez les enfants se développe plus rapidement que chez les adultes, et pour cela ce n’est pas nécessairement la présence d’une maladie grave.

Parfois, il y a un gonflement assez faible, une légère sténose et maintenant, une hypoxie se développe chez le bambin. Absolument, tous les services de l'appareil respiratoire des enfants présentent des différences significatives par rapport à l'adulte. Cela explique pourquoi les enfants de moins de 10 ans souffrent le plus souvent de problèmes respiratoires. Après 10 ans, l’incidence diminue, à l’exception des pathologies chroniques.

Les principaux problèmes de respiration chez les enfants sont accompagnés de plusieurs symptômes compréhensibles pour chaque parent:

  • la respiration de l'enfant devint dure, bruyante;
  • le bébé respire fort - l'inhalation ou l'expiration est donnée avec une difficulté visible;
  • le rythme respiratoire a changé - l'enfant a commencé à respirer moins souvent, voire plus;
  • une respiration sifflante est apparue.

Les raisons de ces changements peuvent être différentes. Et seul un médecin associé à un spécialiste du diagnostic de laboratoire est capable d’en établir les véritables. Nous tenterons d’expliquer en termes généraux les causes sous-jacentes du changement de la respiration chez l’enfant.

Espèces

Selon la nature, les experts distinguent plusieurs types de difficultés respiratoires.

Respiration difficile

Une respiration difficile, au sens médical du terme, est un mouvement de respiration dans lequel la respiration est bien entendue et non l'expiration. Il convient de noter que la respiration difficile est la norme physiologique pour les jeunes enfants. Par conséquent, si un enfant ne tousse pas, n’a pas le nez qui coule ou n’a pas d’autres symptômes de la maladie, ne vous inquiétez pas. Le bébé respire selon la norme d'âge.

La rigidité dépend de l'âge - plus l'arachide est jeune, plus son souffle est dur. Cela est dû au développement insuffisant des alvéoles et à la faiblesse des muscles. Le bébé respire généralement fort et c'est tout à fait normal. Pour la plupart des enfants, la respiration est ramollie de 4 ans. Pour certains, elle peut rester très dure jusqu'à 10-11 ans. Cependant, après cet âge, la respiration d'un enfant en bonne santé est toujours détendue.

Si un enfant a du bruit à l'expiration accompagné de toux et d'autres symptômes de la maladie, nous pouvons alors parler d'une longue liste de maladies possibles.

Le plus souvent, une telle respiration accompagne une bronchite et une bronchopneumonie. Si l'expiration est entendue aussi clairement que l'inhalation, alors vous devriez certainement consulter un médecin. Une respiration aussi dure ne sera pas la norme.

Une respiration difficile avec une toux grasse est caractéristique de la période de récupération après une infection virale respiratoire aiguë. En tant que phénomène résiduel, une telle respiration indique que les bronches ne sont pas toutes excédentaires. En l'absence de fièvre, de nez qui coule ou d'autres symptômes et si la respiration est accompagnée d'une toux sèche et improductive, il peut s'agir d'une réaction allergique à un antigène. Avec la grippe et les infections virales respiratoires aiguës au tout début, la respiration peut également devenir difficile, mais les symptômes qui l’accompagnent seront une forte augmentation de la température, une sécrétion de liquide limpide par le nez, éventuellement une rougeur de la gorge et des amygdales.

Respiration lourde

Avec une respiration lourde, la respiration est généralement difficile. Une telle difficulté à respirer inquiète le plus les parents, et ce n'est pas du tout vain, car normalement, un enfant en bonne santé devrait pouvoir respirer de manière audible, mais léger, il devrait être donné à l'enfant sans difficulté. Dans 90% des cas de difficultés respiratoires lors de l'inspiration, la cause réside dans une infection virale. Ce sont tous des virus de la grippe familiers et diverses infections virales respiratoires aiguës. Une respiration parfois lourde accompagne des maladies graves telles que la scarlatine, la diphtérie, la rougeole et la rubéole. Mais dans ce cas, les changements de souffle ne seront pas le premier signe de la maladie.

Habituellement, la respiration lourde ne se développe pas immédiatement, mais à mesure qu'une maladie infectieuse se développe.

Avec la grippe, il peut apparaître le deuxième ou le troisième jour, avec la diphtérie - le deuxième, avec la scarlatine - vers la fin du premier jour. Séparément, il convient de mentionner une raison de difficulté à respirer, comme le croup. Cela peut être vrai (pour la diphtérie) et faux (pour toutes les autres infections). La respiration intermittente dans ce cas est due à la présence d'une sténose du larynx dans la région des cordes vocales et dans les tissus voisins. Le larynx se rétrécit et, en fonction du degré du croup (le rétrécissement du larynx), dépend de la difficulté d'inhaler.

Une respiration intermittente sévère est généralement accompagnée d'un essoufflement. On peut l'observer à la fois sous charge et au repos. La voix devient rauque et disparaît parfois complètement. Si l'enfant convulse de manière convulsive, sa respiration est clairement difficile, bien entendu, lorsque vous essayez de respirer le bébé, la peau sur la clavicule tombe un peu, vous devez immédiatement appeler une ambulance.

Le croup est extrêmement dangereux, il peut conduire au développement d'une insuffisance respiratoire instantanée, suffocation.

Aider un enfant ne peut se faire qu'au cours des premiers soins pré-médicaux - ouvrir toutes les fenêtres, donner de l'air frais (et ne craignez pas que ce soit l'hiver dehors!), Couchez-le sur le dos, essayez de le calmer, car trop d'excitation rend la respiration plus difficile et aggrave la situation. Tout cela est fait à partir de cette période, alors qu'une équipe d'ambulances se rend chez l'enfant.

Bien sûr, il est utile de pouvoir, chez soi, intuber rudement la trachée avec des moyens improvisés: en cas d'étouffement, cela sauvera la vie de l'enfant. Mais tous les pères et toutes les mères ne peuvent, après avoir surmonté la peur, faire une entaille dans la région de la trachée avec un couteau de cuisine et y insérer le nez d’une théière en porcelaine. C'est ainsi que l'intubation est faite pour des raisons de santé.

La respiration accompagnée d'une toux en l'absence de fièvre et de signes d'une maladie virale peut indiquer un asthme.

La léthargie générale, le manque d’appétit, les respirations superficielles et superficielles, la douleur lorsqu’on essaie d’inhaler plus profondément peuvent parler de l’apparition d’une maladie comme la bronchiolite.

Respiration rapide

Une modification de la fréquence respiratoire est généralement favorable à une augmentation. Une respiration rapide est toujours le symptôme évident d'un manque d'oxygène dans le corps de l'enfant. Dans le langage de la terminologie médicale, la respiration rapide s'appelle tachypnée. Une défaillance de la fonction respiratoire peut se manifester à tout moment. Parfois, les parents remarquent que le nouveau-né ou le nouveau-né respire souvent en dormant, alors que la respiration elle-même est superficielle et ressemble à ce qui se passe chez un chien «à bout de souffle».

Détecter le problème sans trop de difficulté peut n'importe quelle mère. Cependant, vous ne devriez pas essayer de trouver indépendamment la cause de la tachypnée, c'est la tâche des spécialistes.

Les taux de fréquence respiratoire pour les enfants d'âges différents sont les suivants:

  • de 0 à 1 mois - de 30 à 70 respirations par minute;
  • de 1 à 6 mois - de 30 à 60 respirations par minute;
  • de six mois - de 25 à 40 respirations par minute;
  • à partir de 1 an - de 20 à 40 respirations par minute;
  • à partir de 3 ans - de 20 à 30 respirations par minute;
  • à partir de 6 ans - de 12 à 25 respirations par minute;
  • à partir de 10 ans - de 12 à 20 respirations par minute.

La technique de comptage de la fréquence de la respiration est assez simple.

C’est suffisant pour la mère de s’armer d’un chronomètre et de mettre la main sur la poitrine ou le ventre de l’enfant (cela dépend de l’âge, car la respiration abdominale prévaut à un âge précoce et peut être remplacée à un âge plus avancé. Il est nécessaire de calculer le nombre de respirations de l’enfant. vous allez vérifier) ​​dans les limites d'âge présentées ci-dessus et en tirer une conclusion: s'il y a un excès, il s'agit d'un symptôme alarmant de la tachypnée et vous devriez consulter un médecin.

Très souvent, les parents se plaignent de la respiration intermittente fréquente de leur bébé, incapable de distinguer la tachypnée de la dyspnée banale. Pour le faire en attendant plutôt simplement. Il convient de vérifier si les inspirations et les expirations du bébé sont toujours rythmées. Si la respiration fréquente est rythmée, on parle alors de tachypnée. S'il ralentit puis s'accélère, l'enfant respire de manière inégale, nous devrions parler de la présence d'un essoufflement.

Les causes de la respiration accrue chez les enfants sont souvent neurologiques ou psychologiques.

Un stress important, que la mie ne peut pas en raison de son âge et du vocabulaire et de la pensée figurative insuffisants pour exprimer en mots, doit encore sortir. Dans la plupart des cas, les enfants commencent à respirer plus souvent. Ceci est considéré comme une tachypnée physiologique, la violation ne comporte pas de danger particulier. La nature neurologique de la tachypnée doit être considérée en premier lieu, en rappelant les événements qui ont précédé le changement de la nature de l'inspiration et de l'expiration, où le bébé était, qu'il a rencontré, s'il n'avait pas eu une forte frayeur, un ressentiment ou une hystérie.

La deuxième cause la plus fréquente de respiration rapide réside dans les maladies du système respiratoire, principalement l'asthme bronchique. De telles périodes de respirations fréquentes sont parfois des signes avant-coureurs de périodes d'essoufflement, d'épisodes d'insuffisance respiratoire caractéristiques de l'asthme. Les inhalations fractionnées fréquentes sont souvent accompagnées de maladies respiratoires chroniques, telles que la bronchite chronique. Cependant, l'augmentation ne se produit pas pendant la rémission, mais pendant les exacerbations. Et avec ce symptôme, le bébé a d'autres symptômes - toux, fièvre (pas toujours!), Perte d'appétit et d'activité générale, faiblesse, fatigue.

Les maladies du système cardiovasculaire sont la principale cause des respirations et des expirations fréquentes. Il arrive qu’il soit possible de détecter des pathologies du cœur seulement après que les parents ont amené le bébé à la réception de l’augmentation de la respiration. C'est pourquoi, en cas de violation de la fréquence des respirations, il est important d'examiner l'enfant dans un établissement médical et non de se soigner lui-même.

Rauque

Une mauvaise respiration avec respiration sifflante indique toujours qu'il y a une obstruction des voies respiratoires pour le passage d'un flux d'air. Sur le trajet de l'air, il peut y avoir un corps étranger que l'enfant a inhalé par inadvertance et du mucus bronchique séché, si le bébé tousse pour la mauvaise toux et le rétrécissement de toute partie du tractus respiratoire, appelée sténose.

Les hochets sont tellement variés que vous devez essayer de donner une description correcte de ce que les parents entendent dans la performance de leurs propres enfants.

La respiration sifflante est décrite par la durée, la tonalité, par coïncidence avec l'inhalation ou l'expiration, par le nombre de tons. La tâche n’est pas facile, mais si vous vous en sortez bien, vous pouvez alors comprendre ce qui est exactement l’enfant malade.

Le fait est que la respiration sifflante pour diverses maladies est tout à fait unique, particulière. Et ils peuvent vraiment en dire beaucoup. Ainsi, une respiration sifflante (soulèvements secs) peut indiquer un rétrécissement des voies respiratoires et un assèchement humide (accompagnement bruyant du processus respiratoire) - la présence de fluide dans les voies respiratoires.

Respiration sifflante / bruyante chez un enfant

Lorsque les voies respiratoires sont normales, le bébé respire silencieusement et sans effort. Lorsque leur perméabilité est perturbée, un son élevé peut apparaître lors de la respiration, car l'air passe à travers les tubes respiratoires rétrécis avec effort. Les sifflements sont les bruits qui se produisent lorsqu'un enfant inspire et expire par les voies respiratoires rétrécies. La violation des voies respiratoires peut survenir en raison d'un œdème causé par une infection, un corps étranger, une inflammation et un spasme des muscles des bronches lors de l'asthme. Parfois, une respiration sifflante ne se fait entendre que lors de l'inhalation: cela peut être un symptôme du croup. Un tel hochet est appelé stridor (voir Aide pour le croup).

Appelez l’enfant de «premiers secours» si la respiration sifflante est accompagnée de:

  • difficulté à respirer
  • l'enfant a la peau bleue autour des lèvres
  • somnolence inhabituelle, léthargie
  • incapacité de parler ou de publier
  • sons ordinaires

Les hochets chez un enfant peuvent apparaître soudainement lorsqu'un corps étranger pénètre dans les voies respiratoires. Les petits râles peuvent être accompagnés d'ARVI. En cas de respiration sifflante pendant la respiration, consultez immédiatement un médecin.

Et si un enfant tousse et respire abondamment?

Une respiration difficile pendant l'inhalation et la toux sont des signes d'une grippe ou d'un rhume, ce que confirment le plus souvent des experts.

Il existe des situations où des symptômes identiques manifestent une imperfection du système respiratoire, une inflammation des voies respiratoires supérieures et inférieures, une réaction allergique, des effets indésirables sur le ménage et des conditions environnementales. Afin de fournir une assistance qualifiée, une participation médicale sera nécessaire pour établir un diagnostic et déterminer les tactiques de traitement.

Causes de la respiration et de la toux

Normalement, chez une personne en bonne santé, les poumons fonctionnent lors de l'inhalation et se détendent lors de l'expiration. Par conséquent, seule l'inhalation est clairement entendue. Les processus inflammatoires ou les caractéristiques anatomiques et physiologiques affectant les voies respiratoires modifient le volume des sons respiratoires lors de l'expiration. Respiration, dans laquelle les mêmes sons lors de l'expiration et de l'inspiration sont appelés durs.

Chez les enfants des premiers mois de la vie, cette maladie s’explique par le sous-développement des alvéoles et des fibres musculaires. Le problème ne nécessite pas de mesures thérapeutiques, mais est résolu en créant un microclimat intérieur favorable, en augmentant la fréquence et la durée des promenades et en consommant beaucoup d'eau.

Que faire si vous respirez fort lorsque vous toussez, vous pouvez le savoir ici.

L’anxiété provoque une respiration lourde chez l’enfant et une toux associée à une température corporelle élevée, une respiration sifflante, un nez qui coule, une faiblesse qui indique une pathologie grave du système respiratoire:

  • ARVI, ORZ. La localisation dans la projection des voies respiratoires des souches pathogènes provoque la production accrue d'un secret qui tapisse la surface de l'arbre trachéobronchique, ce qui rend la respiration difficile, avec enrouement. L'accumulation de crachats en petites quantités ne pose aucun risque pour la santé. Le corps à travers le réflexe de la toux est débarrassé du mucus, des virus, des bactéries et de leurs produits métaboliques.
  • Asthme bronchique. Selon le degré de progression, la maladie se manifeste par divers symptômes: respiration sifflante, toux, essoufflement, oppression thoracique, accès d'asphyxie. Les conditions préalables au développement de la pathologie sont des facteurs externes agressifs (poussière, allergènes, irritation chimique et mécanique, conditions météorologiques) et internes (défauts du système immunitaire et du système endocrinien, hyperactivité bronchique, prédisposition génétique).
  • Bronchite Le stade initial de l’inflammation des bronches rappelle un rhume: maux de gorge et maux de gorge, altérations des indices sous-fébriles, malaise, somnolence, toux non productive, se transformant en humide. Tousser les expectorations blanches, jaunes ou vertes. Au cours de la maladie chronique, les processus pathologiques affectent les couches internes des bronches. Le risque d'atrophie alvéolaire augmente, ce qui se traduit par des difficultés respiratoires, une respiration sifflante, un souffle court, une toux improductive, aggravée le matin et après le sommeil. Découvrez les meilleurs sirops contre la toux pour la bronchite.
  • Pneumonie. Elle se traduit par une augmentation de la respiration et des raideurs, une toux de productivité différente, un changement de couleur de la peau, des vertiges, des nausées et des douleurs musculaires. Les symptômes indirects chez les nourrissons se manifestent par des régurgitations fréquentes, le rejet du sein, des sautes d'humeur, de l'anxiété.

La laryngite, la pharyngite, la coqueluche et le paracoclus, la diphtérie, la rougeole, l’otite moyenne, le cancer du larynx sont les causes de la toux et des difficultés d’expiration-exhalation.

Pour référence! La croissance antérieure du nez ou des amygdales nasopharyngées (adénoïdes) altère la qualité de la respiration et perturbe la fonction de drainage du système respiratoire.

Une respiration difficile et la toux sont suspectes d'allergies. En cas de contact direct, l’irritant provoque la libération d’histamine, ce qui entraîne l’apparition d’un œdème, d’une toux, d’une auscultation des bruits extérieurs lors de l’expiration, d’un essoufflement et d’une congestion nasale.

Un enfant a une toux sèche et une respiration très lourde avec une respiration sifflante, une suffocation, un triangle bleu nasolabial peut survenir lorsque des substances étrangères pénètrent dans la gorge, petits objets, qui sont plus fréquents chez les enfants d’âge préscolaire.

Comment traiter?

Et si un enfant tousse et respire abondamment? Pour fournir une assistance compétente, il faudra faire appel à des experts. La présence d'otolaryngologist de bruit extérieur détermine, lors d'un examen diagnostique, l'écoute des organes internes avec un stéthoscope.

Une anomalie dans le processus de respiration ne nécessite pas toujours un traitement conservateur. Lorsque des symptômes désagréables sont associés à des allergies, il est nécessaire d'identifier et de limiter le contact avec l'agent pathogène.

La source de réaction allergique la plus courante est:

  • poussière de la pièce;
  • oreillers en plumes, matelas;
  • odeurs nettes dans la chambre;
  • les poils d'animaux;
  • moisissure;
  • spores de plantes;
  • produits alimentaires;
  • drogues.

Pour éliminer les symptômes des allergies et leur prévention, prescrit des antihistaminiques. Leurs ingrédients actifs réduisent la libération d'amine biogénique par les mastocytes, ce qui affecte les voies respiratoires.

En pédiatrie, les médicaments de deuxième et troisième génération sont privilégiés:

L'effet thérapeutique complexe (antispasmodique, anti-inflammatoire, antipruritique) apparaît instantanément et dure jusqu'à 24 heures. Ils sont bien absorbés dans le tube digestif, ne causent pas de tachyphylaxie, n'affectent pas le système nerveux, ont un minimum de contre-indications.

Astuce! Avec une précision permettant de déterminer la sensibilité accrue de l'organisme à l'allergène, vous pouvez utiliser des tests d'allergie.

Lorsque la toux et la forte respiration sont des signes résiduels du rhume, il est de la compétence des parents de créer les conditions favorables au rétablissement complet:

  • aérez la pièce deux fois par jour;
  • marcher souvent en plein air, si les conditions météorologiques le permettent, l'état du bébé;
  • contrôler le niveau d'humidité dans la pièce (50-65%), les conditions de température (pendant le jour 21С, la nuit 18-19⁰С);
  • augmenter le débit quotidien d'eau (thé chaud, lait, tisanes, infusions, eau alcaline);
  • effectuer l'inhalation matin et soir avec du chlorure de sodium. En option, respirer sur des pommes de terre bouillies, des décoctions de plantes (pied de poil, camomille, plantain, menthe poivrée, racine d’altha), des huiles essentielles;
  • changer la position du corps de l’enfant pendant le sommeil (lever la tête pour éviter l’irritation des récepteurs de la toux par le mucus);
  • exposer le corps à un exercice modéré.

Les mesures préventives seront efficaces si l’état de l’enfant n’est pas aggravé par d’autres symptômes désagréables.

Un traitement complet nécessite une respiration lourde et une toux, provoquée par des agents infectieux (virus, bactéries, champignons). Après avoir déterminé la sensibilité des micro-organismes, l’otolaryngologue choisit un médicament antibactérien.

Dès les premiers mois de vie autorisés "Sumamed", "Zinnat", "Augmentin", "Azithromycine". L'heure, la multiplicité de réception est déterminée par le médecin sur une base individuelle. En moyenne, il faudra 7 jours pour obtenir une dynamique positive et prévenir les rechutes.

Nuance! Selon les recommandations d'un spécialiste, dans certains cas, les antitussifs (Sinekodom, Glauvent, Libeksinom, Stoptussinom) suppriment la toux spasmodique non productive.

En cas d'accumulation importante de liquide dans les voies respiratoires en raison de difficultés respiratoires, les expectorants sont prescrits:

  • "Prospan";
  • Gedelix;
  • Lierre;
  • "Thermopsis";
  • Pertussin;
  • Numéro de collection du coffre 2, 3.

Les médicaments augmentent la sécrétion des bronches, modifient leurs propriétés rhéologiques, accélèrent l'écoulement des expectorations des voies respiratoires inférieures vers les voies supérieures, puis se dirigent vers le milieu extérieur, évitant ainsi la stagnation.

À partir de deux ans, les mucolytiques sont autorisés. Ils réduisent la viscosité et la densité des sécrétions, améliorent le transport du mucus, augmentent l'efficacité des échanges gazeux. Les exemples incluent Fluimucil, Bromhexin, Libeksin Mucco, Lasolvan, Ambrobene.

Les agents expectorants et mucolytiques ont un principe d’action différent, ils ne sont donc pas prescrits simultanément. Indépendamment du facteur étiologique, le spécialiste doit choisir et associer les médicaments en tenant compte de l’âge et des antécédents du patient, des contre-indications et des caractéristiques de l’évolution de la maladie.

Conclusion

L'automédication est strictement interdite, car la plupart des maladies des voies respiratoires présentent des symptômes identiques à un stade précoce de développement. Pour le choix de la tactique thérapeutique appropriée en cas de difficulté à respirer et à tousser, un traitement rapide et un diagnostic correct sont importants.

Que faire si un enfant a la respiration sifflante lorsqu'il respire

La respiration sifflante chez un enfant en respirant est un signe grave indiquant la présence d'une pathologie associée à l'état du système respiratoire. Les causes les plus probables de respiration sifflante sont une inflammation des poumons, de la trachée, de la gorge ou des bronches.

Avec le développement de maladies respiratoires aiguës, accompagnées d'une augmentation significative de la température, de la toux et du nez qui coule, les enfants ont souvent une respiration bruyante, appelée respiration sifflante.

En plus des conditions pathologiques, de telles manifestations se produisent sur le fond de facteurs physiologiques ou mécaniques.

Ignorer l'apparition d'un symptôme négatif ne devrait pas l'être, car une respiration sifflante peut signaler le développement de processus pathologiques graves qui menacent la santé et même la vie du bébé.

C'est quoi

La respiration sifflante pendant la respiration d'un enfant est un bruit que l'on peut entendre lorsqu'on est près du bébé. Les bruits parasites provenant du processus respiratoire sont très variés et dépendent non seulement de la cause, mais également de la localisation du processus inflammatoire.

La respiration bruyante se produit avec divers processus pathologiques localisés dans les organes respiratoires.

Le flegme qui se trouve dans les voies respiratoires, lorsque l’air y pénètre, mousse et entraîne un effet de bruit. En outre, les fonctions protectrices du corps qui essaie de se débarrasser du mucus, provoquant une toux commence, suivie d'une expectoration des expectorations.

La situation est plus difficile avec une toux sèche, quand il y a un gonflement des bronches. Le bruit siffle, aigu.

Il est assez difficile de déterminer la nature de la respiration sifflante chez les enfants: seuls des médecins expérimentés peuvent s’acquitter de cette tâche. Par conséquent, en remarquant les difficultés respiratoires des miettes, vous devez contacter immédiatement les experts.

Raisons principales

Identifier les facteurs qui provoquent une respiration sifflante est d’une importance primordiale. Cela vous permet de choisir les bonnes tactiques de traitement et d'éliminer non seulement un symptôme grave, mais également sa cause.

Le plus souvent, le mécanisme de respiration sifflante se manifeste dans des conditions telles que:

  1. Maladie respiratoire aiguë, pneumonie, tuberculose, bronchite, trachéite et autres processus inflammatoires des voies respiratoires. Ils s'accompagnent de la formation de crachats et de la probabilité de spasmes. Il faut garder à l'esprit que la respiration spastique est également caractéristique de la pathologie du coeur et des reins.
  2. Injection de fluide de l'œsophage au nasopharynx. La régurgitation survient particulièrement souvent chez les bébés jusqu'à deux ou trois mois après la naissance.
  3. Manifestations allergiques. La condition sévère se produit sur le fond du contact avec l'allergène. En plus de la respiration enrouée, des démangeaisons, des difficultés respiratoires par le nez, de la toux et des éruptions cutanées sont notés. Parmi les irritants les plus courants, notons les médicaments, la poussière, les squames animales, le pollen, divers produits.
  4. Facteur physiologique. La respiration sifflante dans les poumons est assez fréquente chez les enfants de moins de deux ans, ce qui s'explique par la formation active de leurs organes respiratoires.
  5. Avaler un objet étranger. La situation est extrêmement dangereuse, car de petits jouets ou des composants alimentaires emprisonnés dans la trachée peuvent bloquer complètement la respiration.

Il est possible de déterminer la raison exacte pour laquelle un enfant respire de respiration sifflante lorsqu'il respire, par la nature du bruit produit. La présence / l'absence de toux, la température et l'état général du bébé sont également pris en compte.

Différentes manifestations de la respiration sifflante

La classification met en évidence les types de respiration sifflante suivants:

  • trachéale;
  • bronchique;
  • pulmonaire;
  • se produisant dans le nasopharynx, le larynx ou la gorge;
  • allergique

Outre la localisation, la nature du bruit produit et sa durée sont pris en compte. Ce sont respiration sifflante:

  • sec;
  • mouillé
  • périodique;
  • permanent;
  • respiration sifflante qui se produit pendant l'inspiration - inspiratoire;
  • bruits apparaissant sur le fond de l'expiration - expiratoire;
  • physiologique;
  • mécanique

Il ne faut pas espérer que la respiration bruyante revienne à la normale sans traitement. Dans la plupart des cas, il est possible d’éliminer les manifestations négatives avec l’utilisation de médicaments et nécessite parfois une intervention chirurgicale (ingestion d’objets).

Types sous différentes conditions

Selon l'état pathologique, la respiration sifflante peut être prononcée, assourdie, sifflante. Dans diverses maladies, la nature de la respiration sifflante a ses propres caractéristiques:

  1. Râles secs. Se produire sur le fond de l'inflammation dans les bronches. L'œdème de la membrane muqueuse de l'organe entraîne une sténose (rétrécissement) de la lumière bronchique, ce qui bloque le libre mouvement de l'air vers les poumons. La base de cette condition - le développement de l'asthme, des manifestations allergiques.
  2. Humide. Apparaissent dans la bronchite chronique, en raison de l'accumulation d'une grande quantité de mucus et d'expectorations d'épaisseur variable. Tousser dans les expectorations est difficile et rend la respiration difficile.
  3. Respiration sifflante avec toux chez un enfant. De tels symptômes indiquent la probabilité d'une accumulation importante de mucus ou la présence d'un corps étranger dans les voies respiratoires. Les flegmes et les expectorations sont révélateurs d'un processus inflammatoire. La présence d'un objet étranger nécessite une intervention médicale urgente.
  4. Respiration sifflante sans toux ni fièvre. Ces signes suggèrent davantage sur la nature allergique du bruit pendant la respiration et se manifestent également à cause de changements physiologiques caractéristiques de l'organisme d'un enfant en croissance. toux et température.
  5. L'apparence de l'enfant respiration sifflante sans température. Ces manifestations sont particulièrement préoccupantes lorsqu'un bébé a une pneumonie. Le manque de chaleur chez l'enfant calme les parents et le processus se développe avec une force croissante. La température ne augmente pas avec la respiration sifflante, causée par le rejet d'aliments dans l'estomac par les voies respiratoires, par l'ingestion de corps étrangers et par des modifications physiologiques.
  6. Un rhume avec le nez bouché ou un rhume contribue également à l'apparition d'une respiration bruyante. En plus des maladies respiratoires aiguës, ces signes indiquent la probabilité d’une réaction allergique.
  7. Respiration sifflante avec toux et fièvre. La condition est fortement tolérée par les enfants. Ces signes sont la preuve évidente d'un processus inflammatoire localisé dans le système respiratoire. Une telle respiration sifflante lors de la respiration d'un enfant est une complication causée par un simple rhume, une phase aiguë de bronchite. Mais la probabilité de leur apparition due à une pneumonie n'est pas exclue.

Une respiration sifflante dans les poumons d'un enfant devrait être la raison d'un examen sérieux et d'un traitement adéquat sous la surveillance constante d'un médecin. L'absence de mesures opportunes conduit à une pathologie aussi complexe, telle que la pleurésie, menaçant non seulement la santé, mais également la vie du bébé.

La détérioration

Un examen plus approfondi pour identifier la cause de la respiration sifflante est une procédure nécessaire, si de telles manifestations ne cessent pas après la prise des médicaments prescrits par le pédiatre. Cela est particulièrement important dans le cas d’une détérioration notable de l’état général des miettes, accompagnée de symptômes tels que:

  • respiration difficile ou lente pendant le sommeil;
  • la passivité, la léthargie bébé;
  • triangle nasolabial bleu;
  • pâleur de la peau;
  • toux sèche et débilitante sans crachats;
  • régime de température - sans déviation de la norme ou constamment maintenu juste au-dessus de 37 °.

La manifestation d'un tel tableau clinique devrait constituer un signal pour un traitement immédiat chez le médecin. Le danger de la maladie réside dans le risque de développement d'une pneumonie lobaire, qui entraîne souvent la mort.

Comment reconnaître la respiration sifflante dans les poumons d'un enfant

Une procédure de diagnostic qui détecte la présence et la nature du bruit consiste à utiliser un phonendoscope conventionnel.

L'écoute des sections de la poitrine est faite dans de nombreuses positions. L'auscultation vous permet d'identifier la véritable cause de la nature différente de la respiration sifflante, de préciser l'emplacement de la lésion et de choisir la tactique de traitement la plus efficace.

Si un bébé respire avec une respiration sifflante, cela n'indique pas toujours la présence d'un état pathologique. Les hochets en bas âge résultent souvent de pleurs prolongés. Par conséquent, le bébé devrait d'abord se calmer et écouter son souffle lorsqu'il ne pleure pas. S'il y a une respiration sifflante, même dans le calme des miettes, il est malade.

L'inquiétude est causée par l'état où, lorsque les larmes pleurent, les miettes apparaissent bleuâtres et respirent difficilement. Cela peut être une manifestation d'une maladie inflammatoire ou infectieuse complexe, ainsi que le résultat d'un jouet avalé, d'un morceau de nourriture bloquant la circulation de l'air.

Pour clarifier le diagnostic, les activités suivantes sont réalisées:

  • test sanguin clinique;
  • Radiographie
  • examen biologique des expectorations;
  • Scanner, IRM;
  • biopsie.

Certains parents détectent des changements dans la respiration du bébé en plaçant leur oreille contre leur poitrine ou leur dos. L'espoir de la précision d'une telle écoute ne devrait pas l'être. La meilleure méthode consiste à contacter un pédiatre.

Comment traiter

Éliminer la respiration difficile n'est possible qu'après le traitement d'une pathologie, qui est devenue la cause fondamentale de la respiration sifflante.

Sur la base d'un diagnostic précis, le médecin prescrit les méthodes de traitement suivantes:

  1. Utilisation d'antiviraux - Ingaverine ou Kagocel.
  2. Les infections bactériennes peuvent être guéries avec des antibiotiques. Ce sont des médicaments appartenant à des groupes médicinaux tels que les macrolides, les fluoroquinolones, les pénicillines.
  3. En présence de râles humides, conséquence de l'accumulation de mucus et de crachats dans les voies respiratoires, il est recommandé d'utiliser des médicaments expectorants. Ils diluent les expectorations épaisses et contribuent à son retrait facilité. Ambrobene, Mukaltin et Bromhexin sont très efficaces.
  4. Les hochets qui se produisent sur le fond des réactions allergiques, éliminent les antihistaminiques - Fliksonaze, Tavegil, Suprastin.
  5. Spasme des vaisseaux, provoquant une respiration rauque, soulage Salbutamol, Berodual.

Les médicaments à base de plantes médicinales ont été largement utilisés pour éliminer la respiration sifflante. Il s’agit d’un thé à la camomille ou à l’eucalyptus, d’une collection à la poitrine, ainsi que de décoctions de thym, de millepertuis, de menthe.

Une procédure efficace est l'inhalation, il est recommandé de les mener à des enfants de plus de deux ans. La solution pour inhalation est préparée avec de la soude, de l’eau minérale ou des plantes médicinales.

La principale exigence pour l'utilisation de ces méthodes - pas d'initiative. Les médicaments et les remèdes populaires sont utilisés exclusivement sur recommandation d'un médecin.

Prévention

Indépendamment des parents devraient créer toutes les conditions pour la récupération du bébé. Ils comprennent:

  • bonne nutrition;
  • adhésion au jour;
  • rester tous les jours à l'air frais;
  • procédures de trempe (en tenant compte des recommandations des experts);
  • effectuer quotidiennement le nettoyage humide et humidifier l'air.

L’utilisation de ces mesures préventives simples permettra d’éviter le développement d’un symptôme alarmant, une respiration sifflante pendant la respiration.