Pneumonie intra-utérine chez le nouveau-né

Souvent, la pneumonie intra-utérine chez le nouveau-né, dont les conséquences effraient énormément les parents du bébé, peut laisser une marque irréparable sur la santé du nourrisson.

Même si le traitement opportun de la pathologie intra-utérine est commencé, il peut y avoir des effets résiduels graves. Nous parlons d'épis de tissus mous des poumons.

L'emphysème (accumulation d'air) se développe dans le contexte de l'apparition du tissu conjonctif. Après l'apparition de ce facteur, l'enfant commence une toxicose difficile à traiter.

Les effets de la pneumonie chez les nouveau-nés

  1. Fondamentalement, les effets de la pneumonie chez le bébé sont observés sous la forme de problèmes de miction. Cette condition est éliminée avec les médicaments diurétiques.
  2. La pneumonie chez l'enfant peut également avoir des conséquences sous la forme de convulsions légères, qui sont soulagées par des méthodes spéciales à l'hôpital.

Lorsqu'un bébé est secoué, des mesures médicales sont prises pour calmer le système nerveux central et normaliser le taux d'oxygène dans le sang.

Pneumonie congénitale et ses conséquences

Pneumonie chez les bébés prématurés

Pneumonie chez les nouveau-nés prématurés dont les conséquences sont assez dangereuses et peuvent être fatales. Ils apparaissent sur le fond de faible immunité et le fait de la prématurité.

Pneumonie chez le nouveau-né

La pneumonie congénitale chez le nouveau-né est effrayante, car les pathologies «adultes» qui surviennent chez le nourrisson après la maladie peuvent être dangereuses pour sa vie.

Le problème principal est l'insuffisance respiratoire

Elle est causée par la présence de liquide de pénétration et de crachats liquides. Si les antibiotiques n’aident pas, les experts prennent une décision et opèrent.

Les interventions chirurgicales sont extrêmement difficiles pour les bébés prématurés, bien que ces activités lui sauvent la vie.

Les effets de la pneumonie chez les nouveau-nés

La pneumonie chez les prématurés et les nouveau-nés peut avoir les effets suivants:

  • - infection opportuniste;
  • - la chlamydia;
  • - problèmes cardiaques;
  • - violation de l'équilibre acido-basique;
  • - une diminution significative de l'hémoglobine;
  • - augmenter l'acidité du sang.
  • à

Les conséquences de la pneumonie chez les bébés prématurés sont très graves. Le rétablissement complet peut être garanti si les signes de la maladie sont détectés à un stade précoce et sous-développé.

L’absence de facteurs provocants est également un indicateur important de la prévision.

Pneumonie d'aspiration chez les nouveau-nés

La pneumonie d'aspiration chez le nouveau-né peut être fatale. Cela dépend de l'état du bébé et de la gravité de la pneumonie elle-même.

Les complications d'aspiration sont présentées à des moments tels que:

  • - choc;
  • - éducation maligne dans les poumons;
  • - basse pression;
  • - syndrome de détresse respiratoire;
  • - bactéries étrangères dans le sang;
  • - transfert d'éléments nocifs vers d'autres organes;
  • - insuffisance respiratoire;
  • - fatal.
  • à

Pathologie générique chez le nouveau-né

La pneumonie tribale du nouveau-né ne peut pas se produire si une assistance adéquate est fournie en temps voulu.

Si l'enfant n'est pas traité ou est, mais pas complètement, astenisation peut être observé dans le futur. Dans ce cas, l'enfant devient trop calme, léthargique. Il se fatigue vite et mange mal.

Si l'enfant est faible, la maladie est retardée. En outre, il existe un risque de rechutes régulières, mais avec la méthode de traitement correcte, cette peur est absente.

Les lésions ont tendance à se confondre, formant par la suite une zone de capture assez grande. La structure du poumon chez le bébé implique un gonflement rapide de l'organe et la formation mobile de la pathologie.

En plus du tissu pulmonaire, l'inflammation peut aller jusqu'à la plèvre, puis la pleurésie se développe, ce qui empêche l'enfant de respirer et provoque des douleurs.

Complications de la pneumonie chez le nouveau-né

Certaines procédures sont effectuées pour éliminer le flux sanguin et normaliser le fonctionnement du cerveau. Des mesures médicales sont nécessaires pour bloquer la circulation du sang périphérique.

Pneumonie chez un nouveau-né, dont les effets peuvent se manifester sous forme de détoxification du corps. Dans ce cas, la thérapie est prescrite, ce qui implique l'élimination des toxines et l'ajustement de l'équilibre acido-basique.

Des procédures sont également effectuées pour corriger les problèmes cardiaques. La coagulation vasculaire du sang peut être détectée. Par conséquent, le traitement des conséquences après la pathologie doit être démarré à temps.

De plus, les symptômes de pneumonie devraient être complètement éliminés.

Pneumonie chez le nouveau-né

Une pneumonie peut survenir chez le nouveau-né in utero ou peut résulter d'une infection des poumons dans les premiers jours suivant la naissance. Plus souvent, souffrent de pneumonie congénitale prématurés.

Inflammation des poumons des nouveau-nés

La nature de l'apparition de pneumonie chez les nouveau-nés distingue la forme:

La pneumonie congénitale se développe in utero, provoquée par des infections transmises par le placenta, le liquide amniotique infecté.

L'aspiration se produit lors de l'aspiration (absorption de liquide dans les voies respiratoires inférieures) de liquide amniotique, en particulier aux derniers stades de la grossesse.

Une pneumonie acquise se développe chez le nouveau-né, sous forme nosocomiale ou hospitalière, au cours des 2 premiers jours de son séjour à l'hôpital. L'infection se produit par les gouttelettes en suspension dans l'air des adultes environnants.

La fréquence de la pneumonie chez les nouveau-nés à terme est de 1% et chez les nourrissons prématurés de 10%. Le taux d'incidence est encore plus élevé chez les nouveau-nés prématurés (40%) en respiration artificielle.

La maladie a un taux de mortalité très élevé - de 5 à 10% des cas. Il existe également des facteurs de risque sous la forme d'une reconnaissance tardive, à savoir l'état d'immunodéficience congénitale (SIDA).

Facteurs de contamination

La pneumonie chez les nouveau-nés est principalement causée par une infection bactérienne. L'infection peut survenir in utero, lors du passage du fœtus par le canal utérin, dans les premiers jours de la vie.

Augmenter la probabilité de développer une pneumonie chez les nouveau-nés:

  • maladies de la mère de nature infectieuse;
  • prématurité infantile;
  • réanimation à la naissance, hypoxie prolongée chez le nouveau-né.

La cause de l’infection pendant l’accouchement peut être la décharge prématurée de liquide amniotique et l’existence d’une période anhydre avant la naissance, qui dure plus de 12 heures.

Parmi les agents responsables de l'inflammation chez le nouveau-né, on note Staphylococcus aureus, l'intestin, Pseudomonas aeruginosa, Klebsiella, Chlamydia, Proteus, Pneumocystis, Mycoplasma.

À propos d'autres agents pathogènes de la pneumonie, lisez l'article Comment la pneumonie se transmet-elle?

Voies d'infection

L'inflammation des poumons peut être une maladie primaire et peut constituer un foyer secondaire d'infection par une septicémie, une infection virale.

Dans la pneumonie primaire du nouveau-né, les principaux modes d’infection sont les suivants:

  • infection par le placenta d'une mère infectée au cours du développement fœtal;
  • pénétration du liquide amniotique dans les poumons pendant le processus d'aspiration;
  • aéroporté dans les premiers jours de la vie.

Le système immunitaire imparfait de l'enfant et l'immaturité du tissu pulmonaire, en particulier chez les prématurés, contribuent au développement de la maladie. Une cause fréquente de pneumonie congénitale chez les nouveau-nés est l'aspiration de liquide amniotique infecté, pouvant entraîner une pneumonie et une septicémie.

L'aspiration du liquide amniotique in utero survient à la suite de respirations prématurées de l'enfant en fin de grossesse.

À ce stade de la grossesse dans le liquide amniotique, le méconium peut être détecté - des excréments de fœtus qui, tombant dans les poumons, obstruent partiellement les voies respiratoires, entraînant une surexpansion des alvéoles.

Le risque d'aspiration de liquide amniotique contenant du méconium est particulièrement élevé chez les nourrissons nés après terme. La probabilité d'hypoxie dans la présentation pelvienne du fœtus sert également de facteur de risque de pneumonie d'aspiration et d'indication de césarienne obstétricienne.

Si un nouveau-né est né par césarienne, une pneumonie peut encore se développer à la suite d'une hypoxie deux jours après la chirurgie.

Le syndrome d'aspiration du méconium survient chez 1,3% des nouveau-nés et, chez certains d'entre eux, une pneumonie se développe au cours des 2 premiers jours.

La pneumonie congénitale chez le nouveau-né peut causer la rubéole, l'herpès, le cytomégalovirus, qui traversent le placenta de la mère. Les maladies pulmonaires peuvent être dues à la tuberculose, au paludisme, à la listériose et à la syphilis, dont une femme est victime pendant la grossesse.

La nature de la maladie

La pneumonie chez les nouveau-nés peut être un processus bilatéral, unilatéral, en termes de prévalence être focale, segmentaire, lobaire.

La pneumonie focale chez les nouveau-nés est bénigne, peut être traitée avec des antibiotiques, est autorisée pendant 4 semaines.

La quantité de pneumonie croupeuse traitée chez le nouveau-né dépend de la réactivité du système immunitaire de l’enfant. Cette maladie est extrêmement rare, causée par une infection bactérienne.

La pneumonie segmentaire est causée par un virus. Elle survient après un ARVI, la récupération est notée dans 2-3 semaines. Le diagnostic de pneumonie congénitale chez le nouveau-né n’est établi qu’après confirmation par radiographie.

Cela est dû au fait que dans certains types d'inflammation, par exemple sous forme segmentaire, les symptômes peuvent être légers et que la maladie n'est diagnostiquée que par des modifications sur la radiographie.

Il est grave, la pneumonie bilatérale chez les nouveau-nés est caractérisée par une mortalité élevée.

Les pneumocystes et les chlamydia peuvent causer des dommages bilatéraux aux poumons chez les nourrissons. En plus du tissu pulmonaire, l'infection affecte le système cardiovasculaire et réduit le niveau d'hémoglobine dans le sang.

Les symptômes

La pneumonie congénitale est caractérisée par l'apparition de symptômes d'insuffisance respiratoire, cardiaque, accompagnée de:

  • perturbation du système digestif;
  • régurgitation avec un mélange de bile;
  • marbre pâleur de la peau;
  • abaissement de la température corporelle;
  • tachycardie, cœur sourd sonne lors de l'écoute;
  • perturbation du tube digestif;
  • rate hypertrophiée, foie;
  • respiration faible avec respiration sifflante de petit calibre.

La toux et la fièvre chez les nouveau-nés infectés par une pneumonie intra-utérine ne sont pas typiques, mais une jaunisse peut survenir.

La pneumonie néonatale, survenue dans les premiers jours de la vie, est caractérisée par:

  • refus de nourriture, régurgitation;
  • peau pâle;
  • forte fièvre;
  • l'apparition d'essoufflement;
  • respiration fréquente;
  • toux
  • abaisser la pression artérielle.

Traitement

En identifiant le méconium dans le liquide amniotique et un risque accru de pneumonie, le nouveau-né est assisté par un traitement non médicamenteux lors de l'accouchement.

  1. Même avant l'apparition du support, le contenu du nez et de la cavité buccale, qui est le liquide amniotique avec le méconium, un cathéter fin, est aspiré pour empêcher l'aspiration du contenu dans les poumons.
  2. Lorsque le tonus musculaire est faible, la trachée est intubée avec un mince tube endotrachéal.
  3. Procéder à une oxygénothérapie en saturant le sang du nourrisson en oxygène.
  4. Selon les indications transférées à la ventilation artificielle des poumons pendant 1-2 jours.

Le pronostic chez les nouveau-nés atteints du syndrome d'aspiration méconiale est compliqué non seulement par le risque de pneumonie intra-utérine congénitale, mais également par une déficience neurologique due à l'hypoxie cérébrale. Environ 1/5 de ces enfants sont en retard sur leurs pairs en termes de développement physique et psycho-émotionnel.

Le traitement de la pneumonie chez les nouveau-nés n’est pratiqué qu’à l’hôpital, avec l’utilisation d’antibiotiques et d’un traitement immunocorrecteur.

Selon les indications, l’oxygénothérapie est utilisée pour augmenter la concentration en oxygène dans le sang - elle inhale un mélange humidifié air-oxygène chauffé.

Selon la nature de l'infection, les antibiotiques sont administrés:

  • avec streptocoque, staphylocoque, infections à entérocoques, infection à Klebsiella, Listeria, ampicilline, amoxicilline + clavulatate;
  • lorsqu'il est infecté par un spirochaete pâle - pénicilline;
  • contre Pseudomonas aeruginosa, les champignons Candida, le bacille de Ceftazidime anaérobie de Serratia, la céfépérazone;
  • quand elle est infectée par des mycoplasmes, la chlamydia fait l’érythromycine par voie intraveineuse.

Simultanément à l'utilisation d'antibiotiques, d'un traitement antifongique (Diflucan), un traitement par vitamines est effectué, l'équilibre en eau et en sel est contrôlé.

Prévention

La principale prévention de la pneumonie chez les nouveau-nés est le traitement des maladies infectieuses de la mère pendant la grossesse, le respect des règles de protection de l'enfance dans les premiers jours après la naissance.

Le contrôle des infections nosocomiales, l’utilisation de matériel à usage unique pour les soins des enfants, est tout aussi important.

Des complications

Il existe un risque d'effets indésirables de la pneumonie intra-utérine congénitale chez les nouveau-nés prématurés présentant un déficit pondéral grave. Dans ce cas, l'enfant est menacé de dysplasie broncho-pulmonaire.

La pneumonie sévère chez le nouveau-né à terme peut être accompagnée d'atélectasie - collapsus pulmonaire. Avec une faible réactivité du système immunitaire, une défaillance multiviscérale, la septicémie du nouveau-né peut être une conséquence de l'inflammation.

Prévisions

Le pronostic des nourrissons nés à terme qui ont eu une pneumonie, un développement intra-utérin ou acquis au cours des premiers jours de la vie est favorable. Les enfants ne sont pas en retard sur leurs pairs, se développent normalement.

Chez les prématurés présentant un déficit pondéral important, le pronostic est compliqué par une pneumonie mycoplasmique et bactérienne, la probabilité de développer une dysplasie broncho-pulmonaire.

Dans la suite de ce sujet, nous vous suggérons de lire l'article «Symptômes de pneumonie chez les enfants».

Pneumonie congénitale chez le nouveau-né

Chaque femme enceinte vit pour la naissance à venir et la santé de son bébé. Et ces excitations sont tout à fait justifiées - de nos jours, de nombreux bébés naissent avec diverses maladies. Selon les statistiques, environ 10-15% des prématurés de naissance souffrent de pneumonie congénitale. Pneumonie congénitale chez le nouveau-né - inflammation du tissu pulmonaire chez l'enfant, survenant au cours du premier mois de la vie.

Causes de pneumonie congénitale chez le nouveau-né

Il existe de nombreuses raisons pour l’apparition de cette maladie. Parfois, la pneumonie peut causer plusieurs facteurs provoquants. Dans ce cas, la maladie constitue une menace sérieuse pour la vie du nouveau-né.

Le plus souvent, la maladie est causée par une bactérie pathogène (pneumocoque, staphylocoque et streptocoque). En outre, l'apparition de pneumonies peut être affectée par des virus, des champignons et des protozoaires.

La question en elle-même se pose: de quelle manière les agents pathogènes peuvent-ils pénétrer dans le corps de l’enfant si la vessie amniotique et les eaux fœtales le protègent de manière fiable des influences extérieures.

Il y a deux façons d'infecter un enfant:

  1. Bronchogénique - le liquide amniotique contenant des agents pathogènes, pénètre dans le corps par les poumons du bébé pendant l'accouchement.

Les principales causes d'infection sont:

  • Caractéristiques de la structure du système respiratoire du nouveau-né;
  • Sous-développement des neurones situés dans le système nerveux central, en particulier chez les bébés prématurés;
  • Décharge précoce de liquide amniotique.
  1. Hématogène. Dans ce cas, l'infection se produit par le sang de la mère à l'enfant. L'infection par la veine ombilicale est beaucoup moins commune que bronchogénique.

Dans de tels cas, la mère elle-même se sent mal et s'adresse donc au médecin. Le médecin vous prescrira des médicaments qui soulageront l’état de la future mère et de son futur bébé.

Symptômes de pneumonie congénitale

Pneumonie congénitale chez le nouveau-né

Sans aucun symptôme, cette maladie ne peut pas continuer. Il existe de nombreuses manifestations de cette maladie. Cependant, vous devez faire attention au fait que les premiers symptômes peuvent survenir à différents moments, selon que l'infection s'est produite dans l'utérus ou lors de l'accouchement.

Si l'infection s'est produite pendant l'accouchement, les symptômes de la maladie seront différents. Et ils n'apparaissent pas immédiatement, mais après 2-3 jours. Ces symptômes incluent:

  1. La couleur de la peau change. Maman et les médecins remarquent que les muqueuses et la peau au début de la maladie deviennent grises au fur et à mesure qu’elles pâlissent et qu’elles présentent après tout une teinte bleue. La cyanose se manifeste clairement - peau bleue du triangle nasolabial.
  2. Violations dans le système nerveux central. Chez le nouveau-né, cela se manifeste le plus souvent par une forte excitation ou, au contraire, par une léthargie. C'est la léthargie qui arrive beaucoup plus souvent.
  3. Appétit perturbé. 2-3 jours après la naissance, perte d'appétit. Lors de l’alimentation, des régurgitations et des vomissements apparaissent, parfois même avec une diarrhée. Des médecins inexpérimentés peuvent prendre ces symptômes pour une infection intestinale et la traiter pour elle. Le traitement de la pneumonie est retardé jusqu'à l'apparition des symptômes évidents.
  4. Changements de souffle. À mesure que la maladie progresse, la respiration devient difficile. Si le bébé est à terme, la respiration sera fréquente, enrouée, avec des gémissements. Et si un enfant est né prématurément, la fréquence respiratoire, au contraire, diminuera. Cette situation nécessite une surveillance constante - la respiration peut cesser à tout moment.
  5. Augmentation de la température corporelle - apparaît en dernier lieu, parfois à des valeurs très élevées.

Le plus important est de diagnostiquer correctement la maladie et de prescrire un traitement.

Traitement de la pneumonie congénitale

Le traitement est effectué uniquement à l'hôpital, car l'enfant doit être sous surveillance constante et sous la supervision de médecins. Si des complications telles que des arrêts respiratoires et cardiaques se produisent, une attention médicale devrait être promptement.

Les médicaments jouent un rôle majeur dans le traitement de la pneumonie. Les médecins peuvent être nommés par:

  • diurétiques - pour le traitement de l'œdème;
  • les antibiotiques sont prescrits sans faute. Ces médicaments sont prescrits strictement individuellement, en fonction de l'évolution de la maladie et de l'agent pathogène qui l'a provoquée. Si l’agent causal de la pneumonie n’est pas déterminé, un antibiotique à large spectre est prescrit;
  • des vitamines et des monomodulateurs sont prescrits pour renforcer le système immunitaire;
  • Les lacto et bifidobactéries sont nécessaires au traitement de la dysbactériose, qui survient après un traitement antibiotique;
  • Le traitement réflexe local stimulant (pansements à la moutarde, massage) n’est prescrit que par un médecin. À haute température, ces procédures sont interdites;
  • Inhalations alcalines - utilisées uniquement chez les bébés nés à terme. Peut-être que l'enfant ne veut pas mentir tranquillement, mais le résultat en vaut la peine.

À bien des égards, le succès du traitement dépend des actions de ma mère. Il existe des règles pour s'occuper d'un enfant souffrant de pneumonie:

  1. Alimentation En raison de la faiblesse, le bébé ne peut pas sucer efficacement, la fatigue survient rapidement. Par conséquent, la mère devrait souvent offrir le sein et ne pas suivre l'heure du repas.
  2. Emmailloter. Les jeunes mères à emmailloter classique préfèrent souvent les sliders et les chemisiers. Dans le cas d'un enfant souffrant de pneumonie, ce sera la meilleure solution, car des couches bien attachées resserrent la poitrine et gênent la respiration déjà lourde.
  3. Changement de position. Afin d'éviter la stagnation des poumons, vous devez retourner le bébé d'un côté à l'autre 1 à 2 fois par heure.

Après avoir suivi un traitement pendant les deux prochaines années, l'enfant doit être surveillé par un pneumologue. Après tout, le rhume le plus courant peut encore entraîner une pneumonie.

Conséquences de la pneumonie congénitale

Le corps et le système immunitaire de chaque nouveau-né sont uniques. Quelqu'un doit faire face rapidement à la maladie avec un minimum de soins médicaux, et il faudra un long processus de récupération, sans exclure le développement de complications. Le plus souvent cela se produit:

  • La toxicose intestinale est caractérisée par une agitation, une anxiété, des vomissements, une diarrhée, une tachycardie. Cet état excité mène à l'apathie, voire à la perte de conscience. La température corporelle chute à 34 degrés, l'enfant commence à perdre du poids. Buvez beaucoup d’eau pour éviter de dessécher les muqueuses;
  • même après la guérison complète des tissus des poumons et des bronches, des adhérences peuvent subsister et, même dans les cas d'inflammation grave, même de cicatrices;
  • neurotoxicose. L'exposition à la microflore pathogène et aux toxines du cerveau peut entraîner des perturbations de la circulation sanguine, de la région neurologique et de la thermorégulation.
  • dans certains cas, une insuffisance pulmonaire peut se développer;
  • en raison de la destruction, des cavités peuvent se former dans les poumons.

Prévention de la pneumonie congénitale

Toute maladie est plus facile à prévenir qu'à guérir. La future mère peut réduire le risque de développer une pneumonie chez un enfant. Pour cela, vous avez besoin de:

  • planifier tous les tests prescrits par un médecin;
  • traiter les foyers d'infections chroniques;
  • ne pas contacter les personnes infectées;
  • consomme plus de légumes, de fruits et d'herbes;
  • marcher au grand air tous les jours pendant au moins 2 heures;
  • le sommeil nocturne devrait durer au moins 8 heures;
  • abandonner les mauvaises habitudes.

La pneumonie chez les nouveau-nés est une maladie mortelle. Vous devez être extrêmement attentif à l'apparition de divers symptômes pour pouvoir diagnostiquer et commencer le traitement à temps.

Conséquences de la pneumonie congénitale chez un nouveau-né

Les maladies, qui sont un groupe de maladies héritées par un enfant ou acquises avant la naissance, comptent parmi les plus dangereuses, les plus difficiles à traiter et comportent un risque de conséquences graves.

Caractéristiques et causes des affections congénitales

La question de savoir pourquoi certaines maladies peuvent survenir dans le corps humain avant la naissance est assez compliquée et n’a pas encore été étudiée à ce jour. L'apparition de maladies congénitales est le plus souvent associée à des lésions plus ou moins graves du fœtus dans l'utérus de la future mère.

Des dommages similaires peuvent être à la fois uniques, uniques et répétés au cours de la période de gestation. Et ils peuvent différer en diverses occurrences naturelles. Le danger de préjudice pour le fœtus existe tout au long de la grossesse.

Les périodes de danger maximal pour un fœtus en développement sont les suivantes:

  • Le premier trimestre du terme général de la grossesse;
  • Formation du fœtus au dernier trimestre.

Étant donné que la formation d'une couche complète du placenta n'est fixée qu'à la fin du troisième mois de grossesse, toutes les maladies tolérées par la future mère peuvent entraîner des risques importants et des malaises congénitaux. Par exemple, le diagnostic de rubéole chez une femme enceinte peut se transformer en une maladie aussi grave pour le fœtus que la cardiopathie congénitale.

En outre, les conséquences d'une maladie maternelle pendant la grossesse peuvent être:

  • La surdité;
  • Retard mental et autres.

Les retraites du régime recommandé par la future mère comportent un risque de lésions du système nerveux central et d’autres organes d’un enfant en devenir.

L'inflammation des poumons chez les nouveau-nés, diagnostiquée comme une pneumonie néonatale, est une infection qui affecte la région des organes respiratoires du nourrisson. La maladie se développe dans les premières heures après le moment de la naissance. La pneumonie survient soit dans le cadre d'une septicémie généralisée, soit au cours des sept premiers jours. Une des caractéristiques distinctives de telles manifestations de processus inflammatoires est que la lésion s'étend exclusivement à la région du tissu pulmonaire.

Définition des premiers signes

Identifier les premiers signes de suspicion de pneumonie est assez facile.

Pour les processus inflammatoires de ce type chez le nouveau-né ont les phénomènes suivants:

  • détresse respiratoire;
  • la présence de symptômes graves pouvant aller jusqu'à la mort.

La promesse d'un traitement réussi du bébé et de son rétablissement rapide devient une utilisation compétente de médicaments à base d'antibiotiques à spectre d'action élargi. Le diagnostic de la pneumonie néonatale se produit de deux manières pour évaluer:

C’est avec ces méthodes que l’état de la sepsie est évalué.

Le processus inflammatoire dans la région des poumons chez un nouveau-né est une infection bactérienne commune du type invasif suivant une septicémie primaire.

Les premiers signes de pneumonie sont des signes partiels de septicémie généralisée.

Caractéristiques de la maladie

L'infection intra-utérine est l'une des voies qui mènent à l'apparition d'un processus inflammatoire dans le tissu pulmonaire d'un nouveau-né. Si cette forme de maladie est détectée, l'enfant est déjà né avec des processus inflammatoires dans la région des poumons. La deuxième option pour la transmission de l'infection à l'enfant est toujours à l'intérieur de l'utérus, considérée comme la maladie de la future mère pendant la grossesse.

Ainsi, dans le cas où une femme souffre de la grippe ou du rhume, en particulier au cours des derniers mois du terme, la probabilité d’infection par le sang dans le corps du nourrisson augmente de plusieurs fois.

Les processus inflammatoires du tissu pulmonaire peuvent également être accompagnés des phénomènes suivants:

  • diminution du tonus musculaire;
  • l'apparition de pâleur et de teinte grise de la peau;
  • épisodes de respiration anormale;
  • des spasmes intestinaux peuvent survenir;
  • rejet de nourriture et vomissements pendant la tétée.

Il est à noter que souvent la pneumonie chez les nourrissons peut survenir sans l'apparition de chaleur. Dans ce cas, la toux est assez faible et la régularité et la consistance de la chaise sont dans les limites de la normale. Dans de telles conditions, l'enfant peut rester assez longtemps, généralement un ou deux jours, puis l'état de santé commence à se détériorer brutalement.

Conséquences possibles pour une maladie congénitale

La pneumonie congénitale chez le nouveau-né a plusieurs conséquences. Quel que soit le stade de la détection, il est nécessaire d’effectuer un diagnostic complet, de déterminer les méthodes de traitement correct. Il est tout à fait possible de recevoir des résultats positifs à condition de fournir une assistance rapide et en temps voulu

Pour déterminer le diagnostic de pneumonie, il est très important de déterminer correctement le schéma et la méthode de traitement. En l'absence de stabilisation de l'état de santé d'un petit patient, les complications suivantes sont possibles:

  • le risque d'insuffisance respiratoire, qui s'explique par la faible teneur en oxygène dans le sang, ainsi que par une teneur excessive en dioxyde de carbone;
  • insuffisance dans le système cardiovasculaire. Ensuite, les défaillances et les perturbations dans le fonctionnement normal du cœur sont enregistrées.
  • présence, développement d'un syndrome de type toxique. Ceci représente la réaction générale la plus grave de l'organisme à l'intoxication par les produits de l'activité vitale des micro-organismes. Selles avec facultés affaiblies, vomissements, détérioration de l'état de santé, faiblesse, élévation soudaine de la température corporelle;
  • peut augmenter le risque de dysplasie dans les bronches ou les tissus pulmonaires.

Lorsque le traitement est administré de manière intempestive, la pneumonie se propage également aux tissus du poumon en bonne santé, ce qui entraîne des lésions plus importantes des organes. Les comorbidités apparaissent. Il convient de noter que même le traitement correctement prescrit ne conduit parfois pas à une guérison absolue du petit patient.

Les principales conséquences de la pneumonie pourraient à l'avenir être:

  • gonflement dans la région des poumons;
  • processus inflammatoires dans la plèvre;
  • détection d'abcès;
  • manifestation de l'emphysème;
  • issue fatale.

La durée de la période aiguë de la maladie est d'environ deux semaines. Il faut environ deux semaines de plus pour restaurer la structure endommagée du tissu pulmonaire. L'arrêt complet de toutes les procédures médicales n'est possible qu'après l'élimination de tous les symptômes caractéristiques de la maladie. Si le cas appartient à la catégorie course ou sévère, le recours à une intervention chirurgicale n'est pas exclu.

Liste des recommandations de traitement

Le traitement des bébés est effectué exclusivement dans des conditions stationnaires. Habituellement, les bébés sont hospitalisés soit en pneumologie, soit à l'hôpital du service des maladies infectieuses. En fonction des résultats de l'examen complet, un plan est établi pour le traitement et la récupération de l'enfant:

  1. Les médicaments sur ordonnance qui réduisent l'action des agents pathogènes. En règle générale, les antibiotiques constituent la base du traitement: ils ont un large spectre d’action au stade initial et une focalisation étroite sur le suivant.
  2. Acceptation des agents expectorants qui favorisent la dilution et le retrait des expectorations.
  3. Après une période aiguë de la maladie, il est nécessaire de prendre des moyens pour normaliser la microflore intestinale.
  4. En utilisant la méthode de l'oxygénothérapie, contribuant à l'élimination de l'insuffisance respiratoire.
  5. L'utilisation de la réhydratation avec un compte-gouttes contenant une solution saline et des vitamines est recommandée.
  6. Lors des phases ultérieures du traitement et pendant la période de rétablissement de la maladie, une physiothérapie et une physiothérapie devraient être effectuées.

La période de rééducation devrait commencer après l'analyse de l'image de contrôle des poumons de l'enfant. Les poumons non assombris indiquent que l’enfant peut sortir de l’hôpital.

L'absence de coupures de courant dans l'image et de respiration sifflante lors de l'écoute ne signifie pas qu'il faut arrêter le traitement.

La période aiguë de la maladie nécessite des médicaments appropriés. Mais la période de récupération ultérieure n’est pas moins importante.

Le stade de restauration complète du tissu pulmonaire du bébé peut durer de trois mois à un an. La durée de la récupération du corps dépend du degré de pneumonie et de l'état général du corps d'un petit patient. Toutes les procédures recommandées pour une rééducation efficace continuent sous la supervision d'un pédiatre ou d'un pneumologue.

Les procédures nécessaires à la réadaptation du nouveau-né comprennent des promenades au grand air. Ces mesures permettent d’obtenir les améliorations suivantes:

  • normalisation de la circulation sanguine;
  • restauration de la ventilation pulmonaire;
  • réduction des foyers d'inflammation;
  • accélération des expectorations;
  • renforcement des muscles du système respiratoire.

Les conditions principales pour un enfant qui se promène dans la rue pendant la période de récupération sont les suivantes: une durée maximale de trois heures par jour (peut-être deux fois une heure et demie), un schéma de sommeil bien planifié pour l’enfant pendant la journée et une alimentation équilibrée.

La pneumonie, qui se développe chez le nouveau-né, a de graves conséquences. Des soins médicaux inadéquats et des schémas thérapeutiques mal planifiés peuvent en outre entraîner de graves complications.

Comment se manifeste la pneumonie congénitale chez le nouveau-né et quelles en sont les conséquences

Chez 10 à 15% des enfants, une pathologie telle que la pneumonie congénitale du nouveau-né, dont les effets peuvent être irréversibles, est détectée. Il s'agit d'une maladie infectieuse-inflammatoire aiguë des poumons qui se manifeste dans les 72 premières heures de la vie. Il y a quelques décennies, il était caractérisé par une mortalité très élevée. Actuellement, des médicaments très efficaces ont été développés pour éliminer la plupart des agents responsables de cette inflammation.

La période néonatale est l’une des parties les plus critiques de la vie d’un enfant. Les maladies de ce stade de développement peuvent laisser une empreinte profonde sur la vie. Les causes de ces maladies sont divers processus qui se produisent pendant le développement du fœtus et lors de l'accouchement.

Facteurs provocants

Le groupe à risque comprend les nourrissons dont la période de développement prénatal s'est produite avec des complications telles que:

  • hypoxie intra-utérine (manque d'oxygène chez le fœtus);
  • une congestion des poumons avec hypotrophie, c'est-à-dire un sous-développement des voies respiratoires;
  • malformations cardiaques, des poumons;
  • immunité avec facultés affaiblies héréditaires;
  • manque ou excès de vitamines chez le fœtus;
  • maladies et infections maternelles chroniques pendant la période de maturation de l'enfant;
  • saignements pathologiques pendant la grossesse;
  • décharge trop précoce de liquide amniotique;
  • dommages au cerveau et aux voies respiratoires supérieures pendant l'accouchement.

L'inflammation des poumons chez les nouveau-nés est causée par divers agents pathogènes, champignons, virus et protozoaires. Ceux-ci comprennent des agents pathogènes: staphylocoques, streptocoques, pneumocoques, virus de l'herpès simplex, cytomégalovirus, mycoplasmes, chlamydia, champignons du genre Candida et bien d'autres. Les voies d'infection sont différentes. Classer les méthodes bronchogènes et hématogènes de pénétration dans l'organisme des enfants.

Méthode bronchogénique - l’infection se produit à travers les poumons en passant par le canal de naissance. Hématogène implique une infection de l'enfant par la mère par le sang pendant la gestation. Cette méthode est moins commune. Il diffère de manière positive en ce que l'effet de l'infection affecte principalement le bien-être de la mère. Malade, elle cherche une aide médicale. Le traitement prescrit en temps opportun aide à éviter les conséquences négatives sur la santé du futur bébé et à prévenir l'inflammation.

Symptômes et traitement

Le tableau clinique de la maladie est le suivant:

  • hypotension (pression artérielle basse);
  • asphyxie (essoufflement, étouffement);
  • pâle avec une teinte grise de couleur de peau;
  • vomissements, régurgitations fréquentes;
  • gonflement des membres;
  • la présence de respiration sifflante lors de l'écoute des poumons;
  • léthargie, faiblesse, somnolence, refus de se nourrir, léthargie;
  • toux et essoufflement;
  • souvent insuffisance cardiovasculaire, ballonnements;
  • augmentation de la température corporelle des nourrissons nés à terme jusqu'à 40 ° C;
  • diminution de la température corporelle des prématurés à 35 ° C;
  • lors de la prise d'un test sanguin est déterminé par l'augmentation de la leucocytose;
  • perte de poids nette dans les premiers jours de la vie.

Si vous soupçonnez la présence d'une pneumonie congénitale chez le nouveau-né, il est nécessaire de prendre des mesures d'urgence.

Une hospitalisation rapide est requise. Le diagnostic confirmera l'examen aux rayons X. Le médecin vous prescrira un traitement aux antibiotiques. Oxygénothérapie appliquée, utilisation de l'oxygène à des fins médicales. Pour réduire le gonflement des extrémités, les diurétiques sont prescrits pour réduire le volume de liquide dans les tissus. Pour maintenir l'immunité, ajoutez souvent des médicaments contenant des vitamines.

Ce type de pneumonie est très difficile à tolérer, il nécessite une attention particulière, des soins qualifiés. Les régimes alimentaires sont ajustés pour que le bébé reçoive la quantité de lait appropriée. Afin d'éviter la stagnation dans les poumons, il est recommandé de tourner périodiquement le bébé afin qu'il ne soit pas toujours allongé d'un côté. Ajouter un traitement local sous forme d'inhalation, de massage, de rayons ultraviolets. Lors de la prescription du traitement, veillez à prendre en compte la gravité de l'état du nourrisson. Si l'utilisation d'un antibiotique n'entraîne pas d'effet positif, il est remplacé.

Des complications

Un diagnostic précis et une thérapie correcte donnent des résultats positifs. Si le diagnostic est erroné et que le traitement commencé ne stabilise pas l’état du patient, les complications suivantes sont possibles:

  1. Insuffisance respiratoire. Diffère dangereusement une faible teneur en oxygène dans le sang ou un excès de dioxyde de carbone.
  2. Insuffisance cardiovasculaire. Manifesté une violation du coeur.
  3. L'émergence du syndrome toxique: la réaction générale la plus grave de l'organisme à l'empoisonnement des produits métaboliques des microorganismes. Peut s'accompagner de liquéfaction des selles, de régurgitations, de vomissements fréquents et ininterrompus, d'augmentation de la température corporelle.
  4. Risque accru de dysplasie broncho-pulmonaire. Les petites bronches et le tissu pulmonaire sont endommagés.

La période aiguë de pneumonie congénitale dure environ 2 semaines. Il faut encore 1 à 2 semaines pour restaurer la structure du tissu pulmonaire. Le traitement est interrompu après la disparition des symptômes, la normalisation de la santé de l'enfant malade, des radiographies répétées et des examens de laboratoire.

Chez les prématurés, les conséquences de la maladie peuvent être sombres. Avec une pneumonie bilatérale, la mort est possible. Un pronostic défavorable demeure pour les nourrissons atteints de troubles congénitaux du système immunitaire - déficit immunitaire primaire. Dans les cas graves de maladie des prématurés, le risque d'insuffisance respiratoire augmente. Pour sauver la vie du nouveau-né, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

Pneumonie chez le nouveau-né

Accueil »Pneumonie» La pneumonie chez le nouveau-né

Conséquences et traitement de la pneumonie intra-utérine chez le nouveau-né

La pneumonie intra-utérine chez le nouveau-né, dont les conséquences peuvent être très graves, est une pathologie très courante. C’est une maladie infectieuse qui se développe dans les premiers jours de la vie d’un enfant.

La cause de l'apparition de ce type de pneumonie est la déglutition du liquide amniotique infecté au moment de la naissance ou la pénétration hématogène de l'agent pathogène provenant de la mère malade.

Diagnostic de pneumonie foetale

Les principaux critères de diagnostic de la pneumonie intra-utérine:

  1. Les signes de pneumonie apparaissent entre 1 et 3 jours de vie.
  2. Lorsque la radiographie est prise le troisième jour de la vie de l'enfant, des ombres focales ou infiltrantes sont détectées.
  3. Lors de l'ensemencement de la microflore chez la mère et l'enfant dès les premiers jours de la vie, des analyses identiques sont observées.
  4. Quand un nouveau-né est mortel au jour 4, le processus inflammatoire dans les poumons est déterminé.

Critères de diagnostic auxiliaires:

  1. L'examen histologique du placenta peut révéler un processus inflammatoire dans l'utérus de la mère.
  2. Avec une augmentation du foie et de la rate est déterminée par la pathologie dans le corps du bébé.
  3. Les tests sanguins montrent une inflammation.

Symptômes de pneumonie fœtale

Les symptômes apparaissent le deuxième ou le troisième jour après la naissance. Déjà lors de l'accouchement, on remarque que l'enfant est léthargique, faible, la peau est bleuâtre. Il peut ne pas y avoir de réflexes de déglutition et de succion, d'hypotension musculaire.

Les autres symptômes incluent:

  • peau sèche, accompagnée d'éruptions cutanées hémorragiques;
  • membres gonflés;
  • chez les nouveau-nés à terme, la température augmente, chez les prématurés, au contraire, elle diminue jusqu'à 34-35 degrés;
  • essoufflement, accompagné d'essoufflement;
  • pendant 2-3 jours on entend une respiration sifflante;
  • régurgitations et vomissements;
  • manque de poids corporel;
  • peut développer une insuffisance cardiaque;
  • l'asphyxie;
  • foie élargi.

Le plus souvent, une pneumonie peut se développer en raison d'une infection à streptocoque dans l'utérus.

Avec le développement de l'insuffisance respiratoire, sa formation se déroule en trois phases:

  1. 1 degré - respiration peu fréquente et fréquente, la rétraction de l'espace intercostal est mal exprimée, la cyanose est mal exprimée dans un état calme.
  2. 2 degrés - lorsque la respiration, les muscles auxiliaires sont impliqués, la cyanose est plus prononcée.
  3. Grade 3 - respiration fréquente, arythmie, apnée, mouvements de la tête et muscles supplémentaires pendant la respiration. La cyanose est résistante à la fois aux troubles et à l'état calme.

Conséquences de la pneumonie intra-utérine du nouveau-né et leur traitement

Le traitement de la pneumonie congénitale ne donne pas toujours un résultat favorable. Les conséquences d'un traitement, même opportun, sont fréquentes. Celles-ci comprennent la formation d'atélectasie, caractérisée par des zones de tissu pulmonaire soudé et la formation de tissu conjonctif dans les zones touchées des poumons. À l'avenir, avec de telles pathologies, les poumons sont incapables de remplir pleinement leurs fonctions, ce qui conduit à l'emphysème. Avec cette maladie, l'enfant développe une toxicose difficile à traiter.

Les principales mesures thérapeutiques contre la pneumonie et ses conséquences sont:

  1. Élimination de la circulation périphérique et de son blocage. Cette procédure vise à éliminer la centralisation du flux sanguin et à réduire l’activité du cerveau, également impliqué dans ce processus.
  2. Désintoxication du corps. Cette thérapie vise à éliminer les toxines accumulées dans le corps, à corriger l’équilibre eau-électrolyte et alcalino-acide, à saturer les organes internes d’un bon apport sanguin.
  3. Élimination de l'insuffisance cardiaque.
  4. Prévention de la coagulation vasculaire disséminée du sang et, le cas échéant, traitement de haute qualité.
  5. Élimination des symptômes de pneumonie.

Conséquences de la pneumonie chez les enfants atteints de diurèse retardée.

Le plus souvent, les effets de cette maladie se manifestent par des difficultés à uriner. La diurèse retardée est traitée avec des médicaments diurétiques, qui doivent être prescrits par un médecin. L'aide d'un cathéter inséré dans la vessie est souvent nécessaire.

La diurèse forcée est réalisée dans trois directions, telles que:

  1. Élimination de la déshydratation.
  2. L'établissement du métabolisme des sels d'eau.
  3. Éviter une augmentation des fluides corporels.

Traitement principal

En cas de suspicion de pneumonie chez l’enfant, celui-ci est isolé de la mère et transféré dans l’unité néonatale. Là, il est placé dans une cabine où l’oxygène humidifié est fourni. Un petit enfant se voit prescrire un traitement antibiotique. Lorsque l'état du patient se détériore, une ventilation artificielle des poumons est utilisée. Ce processus est généralement effectué dans l'unité de soins intensifs, où un bébé lourd est transféré. Si le traitement n'était pas tout à fait correct, alors la pneumonie peut se transformer en phase chronique.

Causes de pneumonie fœtale

Les agents causatifs les plus courants de la maladie sont les streptocoques du groupe B, ainsi que les virus de la grippe et du parainfluenza, les adénovirus et les mycoplasmes. L'infection du fœtus peut survenir si une femme enceinte en fin de gestation est atteinte d'influenza ou d'un ARVI.

Les autres causes d’infection de l’enfant comprennent:

  • infections chroniques de la mère;
  • utilisation de stéroïdes pendant la grossesse;
  • hypoxie fœtale dans le ventre d'une femme;
  • maladies génétiques des poumons et d'autres organes internes.

Un enfant peut être infecté par une infection entraînant une pneumonie de deux manières principales:

  1. Bronchogène, lorsque l'infection pénètre dans les poumons.
  2. Hématogène, lorsque l'infection se produit in utero à travers le sang de la mère infectée.

Une autre voie d'infection peut être lorsqu'un enfant passe par le canal génital et ingère du liquide amniotique. Il y a des cas d'infection et après la naissance.

Prévention de la pneumonie chez les nouveau-nés

Les mesures préventives de cette maladie assurent la protection du corps de la femme enceinte afin de prévenir l’infection par la grippe ou une maladie respiratoire aiguë, en particulier au cours de la seconde moitié de la grossesse.

Parmi les autres mesures préventives pour une femme enceinte figurent les actions suivantes:

  1. Ouverture rapide de la carte d’enregistrement, visites régulières à la clinique et livraison de tous les tests nécessaires.
  2. La nutrition de la future mère doit être variée et équilibrée, riche en vitamines et en minéraux.
  3. Le rejet des mauvaises habitudes et le maintien d'un mode de vie sain jouent un rôle important.

Lors de l'accouchement, les médecins doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter l'asphyxie du fœtus. Après la naissance du bébé, ne laissez pas l’infection pénétrer dans la pièce où elle se trouve. Il est très important de ne pas trop refroidir le bébé pendant cette période. L'importance du lait maternel pour renforcer le système immunitaire de l'enfant a également fait ses preuves.

A propos de la pneumonie chez un nouveau-né

Caractéristiques du système broncho-pulmonaire chez le fœtus et le nouveau-né.

Dans l'utérus, il n'y a pas d'air dans les poumons du fœtus. Mais il commence à faire des mouvements respiratoires à partir de 23 semaines de grossesse. Cependant, jusqu'à ce moment-là, les échanges gazeux dans les poumons du fœtus ne pouvaient pas encore être réalisés en raison d'une immaturité anatomique et fonctionnelle.

Au moment de la naissance, les poumons du bébé sont remplis de liquide amniotique. Lors de la première inhalation d'un bébé né à terme, le volume inspiratoire est d'environ 70 ml et presque toutes les alvéoles s'ouvrent. Le liquide amniotique est rapidement absorbé par le sang et l’espace interalvéolaire. Chez les prématurés, la mise en œuvre de la première inhalation est plus difficile car, en plus de l'immaturité du système respiratoire, ils possèdent un système cardiovasculaire nerveux imparfait et de nombreux processus métaboliques.

La respiration d'un nouveau-né est intermittente, inégale. Il existe des pauses pour les bébés nés à terme qui durent de 1 à 6 secondes, pour les prématurés de 5 à 12 secondes.

Causes d'exposition des nouveau-nés à la pneumonie:

  • immaturité d'éléments pulmonaires, peu de fibres musculaires dans les parois des voies respiratoires;
  • réseau dense de vaisseaux capillaires et lymphatiques, tissu conjonctif lâche entre eux;
  • l'épithélium cilié fonctionne encore mal, le réflexe de la toux est réduit;
  • les voies respiratoires sont caractérisées par une étroite largeur, ce qui cause des difficultés pour le passage de l'air;
  • les côtes sont placées horizontalement, les muscles intercostaux sont peu développés, ce qui réduit l'excursion thoracique;
  • l'immaturité du système nerveux aggrave l'insuffisance du système respiratoire.

Ces caractéristiques, ainsi que la réponse particulière du système immunitaire, rendent les nouveau-nés particulièrement vulnérables à la pneumonie. La précocité des bébés existe, même si la grossesse était bonne, le travail n'était pas compliqué, il n'y a pas de pathologie héréditaire.

Causes de pneumonie chez le nouveau-né

La pneumonie néonatale est traitée par les néonatologistes. Ils définissent cette maladie comme infectieuse, bien que parfois elle puisse se développer à la suite d'une aspiration, mais tôt ou tard, l'infection se joint toujours.

La pneumonie chez les nouveau-nés est une maladie infectieuse aiguë des poumons qui peut se développer comme une maladie indépendante ou comme une complication. Cela avance assez fort. La mortalité par maladie chez les enfants d'un mois est de 30 à 40%. La fréquence d'occurrence chez les bébés nés à terme varie entre 0,5 et 1%, chez les prématurés jusqu'à 10%.

L'inflammation des poumons chez le nouveau-né est classée dans les formes suivantes:

Par facteur de causalité:

Selon les circonstances de l’infection, on distingue les types de pneumonie suivants:

  • pneumonie congénitale (l'infection est transmise par la mère par le placenta);
  • intra-utérin (lorsqu'il est infecté par le liquide amniotique dans les poumons);
  • intranatale (les bactéries pénètrent dans le tractus génital de la mère pendant le travail);
  • postnatale (la maladie s'est développée après la naissance à l'hôpital ou à la maison).

Causes de la pneumonie chez un nouveau-né:

Dans la plupart des cas, il existe une pneumonie mixte, par exemple bactérienne-virale. Parmi les virus, les adénovirus, les virus de la grippe et le parainfluenza prévalent. Parmi les bactéries - Staphylococcus aureus, pneumocoque, streptocoque alpha-hémolytique. Augmentation significative de la proportion de Klebsiella, bactérie du groupe intestinal, proteus dans la structure des agents pathogènes.

Symptômes de pneumonie chez le nouveau-né

La pneumonie chez les nouveau-nés se manifestera de différentes manières en fonction de l'agent pathogène et des conditions de l'infection.

La pneumonie congénitale est caractérisée par le développement de la suffocation à la naissance. Un enfant naît avec un teint bleuté, ne crie pas à la fois, ne crie pas ou ne crie pas du tout, bouge un peu ses bras et ses jambes et a de faibles réflexes. En nourrissant ces enfants, les régurgitations sont abondantes. La respiration est affaiblie, un gémissement se fait entendre lors de l'expiration, parfois un semblant de toux apparaît. En plus du système respiratoire, les effets cardiovasculaires et digestifs de l'enfant (ballonnements, douleurs abdominales, hypertrophie de la rate) sont également affectés. La température corporelle est normale ou réduite. Les bébés nés à terme peuvent avoir de la fièvre dès le deuxième jour de la maladie. Les symptômes durent environ 3-4 semaines. Ce type d'inflammation est caractérisé par une évolution sévère et une mortalité élevée.

La pneumonie, qui se développe dans les premiers jours de la vie d’un enfant, a une longue période de latence. Les premiers signes ne peuvent être observés que le 5ème jour de la vie et plus tard. La gravité de l'évolution dépend de l'infection à l'origine de la maladie.

Il est difficile de diagnostiquer une pneumonie virale car une infection microbienne la rejoint rapidement. La pneumonie grippale du nouveau-né a un début inattendu. La température corporelle atteint 39 ° C et plus, il y a des convulsions, de l'anxiété, le refus de manger, des symptômes méningés. Il est également possible pour un courant atypique avec une température allant jusqu'à 38 ° C et sans signes d'intoxication forts. La particularité de ce type d'inflammation pulmonaire est une lésion vasculaire et une hémorragie dans tous les organes de l'enfant. Ces enfants peuvent avoir des conséquences sous forme d'encéphalite, de méningite, d'hémorragies des organes vitaux, d'otite, de pyélonéphrite.

La pneumonie causée par le virus parainfluenza se développe parallèlement à l’inflammation du pharynx. Cliniquement, il est plus facile de contracter la grippe, l’intoxication est moins prononcée, la température augmente légèrement. Mais faiblesse, réflexes réduits, pâleur des extrémités sont toujours présents.

La pneumonie à staphylocoques chez les enfants peut être une complication de la septicémie ou peut être une maladie indépendante. Il se poursuit avec une température élevée, une toxicose forte, des hémorragies, une pleurésie. Le cœur, le système nerveux et les reins sont également touchés.

La pneumonie à chlamydia et à mycoplasme se produit le plus souvent in utero. Ils sont non seulement difficiles à traiter, mais également difficiles à traiter. Cette pneumonie est caractérisée par une toux, un gonflement et parfois une éruption cutanée. Ces maladies entraînent souvent la mort.

Quelle est la différence dans l'évolution de la pneumonie chez les bébés prématurés et à terme? Chez les prématurés:

  • des symptômes tels que l'essoufflement, la cyanose de la peau, une respiration accrue sont fréquents;
  • l'augmentation de la température est rare;
  • les complications à la fois des poumons et d'autres organes sont plus courantes;
  • le liquide mousseux est libéré de la bouche;
  • la pneumonie est souvent suivie d'une septicémie;
  • la maladie dure longtemps et laisse derrière elle des conséquences irréversibles.

Traitement de la pneumonie chez les nouveau-nés

Le traitement antibactérien est au cœur du traitement de la pneumonie. Le plus souvent, l'agent causal de l'infection au moment de la prescription de l'antibiotique n'est pas encore connu, le médecin fait donc ses hypothèses. Si le médicament est choisi correctement, l’état s’améliorera dans les 2-3 jours. Sinon, les médicaments doivent être remplacés par d'autres.

Chez les nouveau-nés, trois groupes d'antibiotiques sont utilisés: les pénicillines, les céphalosporines et les macrolides. Les pénicillines protégées (amoxiclav, augmentin, flamoklav, unazin) sont les plus efficaces pour débuter le traitement. En cas de suspicion de chlamydia ou de mycoplasme, le choix se porte sur les macrolides (azithromycine, clarithromycine, roxithromycine). Les céphalosporines sont utilisées comme médicaments alternatifs. L'enfant est traité avec des antibiotiques pendant au moins 10 à 14 jours.

Lorsqu'un agent pathogène est identifié, le traitement antibiotique peut être complété par un traitement avec des immunoglobulines spécifiques (antistaphylococcique, anti-grippal, anti-pus, etc.).

L'inhalation fait partie intégrante du traitement des maladies pulmonaires. Inhalation d'oxygène par le biais de solutions aqueuses, bicarbonate de sodium, sérum physiologique, acétylcystéine, lasolvan, trypsine, chymotrypsine. L'oxygène réduit les défaillances respiratoires et les mucolytiques diluent le flegme.

La position de l'enfant est également importante. Si la pneumonie est unilatérale, le bébé est placé du côté sain et, s'il est bilatéral, il est changé toutes les 2 heures. Il est recommandé que la mère ou le personnel médical masse la poitrine du bébé en tapotant dessus. Cela facilitera également l'écoulement du mucus. De la physiothérapie à la phase aiguë, seul le micro-ondes est autorisé sur la région de la poitrine.

Quelles sont les conséquences de la pneumonie pour un enfant?

Le temps presse. Plus le traitement est commencé tôt, meilleur est le pronostic pour l'enfant. Si le traitement est commencé le premier jour, alors la pneumonie peut être guérie sans laisser de trace. Mais si le traitement antibiotique est commencé tardivement, les conséquences peuvent être très différentes. L'infection peut se propager aux zones saines des poumons, à la plèvre, puis se développer. Le sepsis est une complication assez fréquente et terrible. Avec la destruction à long terme des tissus dans les poumons se forment des cavités. Les caractéristiques du tissu pulmonaire des bébés entraînent le développement rapide d'un œdème pulmonaire et d'une insuffisance respiratoire.

Les effets à long terme apparaissent des mois et des années après la maladie. Ceux-ci peuvent être: le passage à une forme chronique, des adhérences entre les poumons et la plèvre, une altération de la fonction pulmonaire normale, des douleurs fréquentes à un âge plus avancé.

Comment survient la pneumonie chez les nouveau-nés?

La pneumonie chez les nouveau-nés est une maladie assez commune à laquelle un bébé peut être infecté alors qu'il est dans l'utérus ou directement en train d'accoucher.

Il y a quelques décennies à peine, ce diagnostic menaçait non seulement la santé, mais aussi la vie de l'enfant, mais aujourd'hui, la situation a radicalement changé. Bien sûr, le bébé devra suivre un traitement difficile, mais les chances de sa survie seront beaucoup plus grandes.

Comment diagnostiquer une pneumonie?

En règle générale, la pneumonie néonatale est diagnostiquée entre les murs d'un établissement médical et est surveillée de plus près par le personnel médical. Si la maladie se faisait sentir, alors que le bébé était déjà à la maison, les parents ne pouvaient tout simplement pas oublier le problème! L'enfant devient de mauvaise humeur, sa température corporelle augmente de manière significative, accompagnée d'une forte toux. Essayer de faire face à la maladie par soi-même est catégoriquement déconseillé, car dans la plupart des cas, cela ne fait que détériorer l'état du nourrisson.

Parmi les modes d'infection les plus courants peuvent être identifiés:

  1. Transplacentaire. Dans ce cas, un bébé à naître est infecté par la pénétration de l'agent pathogène à travers le placenta de la mère. Pour éviter un tel résultat, une femme doit être extrêmement prudente, en évitant les endroits bondés, en particulier lors de l'exacerbation d'épidémies de maladies infectieuses.
  2. Prénatal. Les bactéries pathogènes pénètrent dans les voies respiratoires de l'enfant à partir du liquide amniotique et provoquent une infection rapide. Traiter un bébé à naître est un processus plutôt compliqué. Par conséquent, en l'absence d'indications clairement exprimées, les médecins attendent sa naissance.
  3. Intranatale. Dans ce cas, l'infection des nourrissons se produit directement pendant le processus de naissance, surtout si une femme subit une césarienne. La raison en est qu'il ne s'agit pas nécessairement d'une infection du canal de naissance de la mère. Il peut être présent de manière invisible dans l'environnement.
  4. Postnatale. Ce chemin suggère que l'infection affecte un bébé déjà né, situé à la fois dans la maternité et à la maison. Cependant, il est fortement déconseillé aux parents de passer du temps à découvrir qui est à blâmer. Leur tâche principale est de sélectionner un médecin qualifié capable de prescrire à un bébé un traitement efficace et de qualité.

Quelle pneumonie intra-utérine serait dangereuse et effrayante pour les parents, elle ne devrait pas conduire les parents à la stupeur. Le problème peut et doit être combattu! Cependant, cela prendra du temps.

Comment traite-t-on la pneumonie?

Dès que la pneumonie est diagnostiquée chez les nouveau-nés, le médecin les place immédiatement dans un établissement médical, où une assistance qualifiée leur sera fournie. Essayer de contester la décision du médecin et de le convaincre que les meilleurs soins seront pris à la maison sera une erreur impardonnable! Le corps d'un enfant fragile est en phase de développement et ne peut tout simplement pas faire face à une infection grave. Il devrait certainement aider, mais seulement à la condition que le traitement médicamenteux ne nuit pas aux autres systèmes de l'organisme.

Dans ce cas, un traitement antibiotique correctement prescrit joue un rôle clé dans cette affaire, ce qui permet de normaliser la température et de stopper l'inflammation progressive. Ce cours est attribué aux enfants sur une base obligatoire, indépendamment de la forme de la maladie et de sa gravité. Dans le même temps, l’enfant suivra une puissante thérapie de vitamines qui lui permettra de soutenir son corps et lui donnera la force de combattre seul la maladie.

En règle générale, les signes visibles de pneumonie disparaissent en une semaine, alors qu'un rétablissement complet prend plusieurs semaines. Le congé de la petite maison de patient pour une rééducation ultérieure peut prendre environ 10 jours plus tard. Cependant, cela ne signifie pas du tout que chez les parents atteints de pneumonie chez le nouveau-né, les parents devront donner des médicaments uniquement au bébé!

Les méthodes de la médecine traditionnelle, qui sont évaluées comme une méthode alternative de traitement, peuvent également fournir une assistance substantielle. L'un d'eux est bien connu de nombreux emplâtres à la moutarde qui, en accord avec le pédiatre, peuvent également être utilisés pour les nourrissons. Cependant, dans cette affaire, les parents doivent faire très attention à ce qu’après leur application, il n’y ait plus de brûlures sur la peau délicate des miettes.

Le miel, dont les propriétés curatives sont connues de presque tout le monde, peut aider à lutter contre la pneumonie. Il devrait être mélangé avec des bourgeons de bouleau et bouilli pendant 10 minutes. Pour nourrir un enfant avec ce mélange doit être immédiatement avant le coucher. Un mélange de bourgeons de miel et de bouleau est bon car il ne provoque pas d'allergies et peut être utilisé non seulement lors du traitement d'une pneumonie, mais également pour toute autre maladie infectieuse. Cependant, avant de l'appliquer, la consultation d'un pédiatre est une procédure essentielle!

Prévention de la pneumonie chez les enfants

Le développement de la pneumonie intra-utérine chez le nouveau-né ne dépend en aucun cas du bébé et tombe entièrement sur la conscience des parents. La future mère doit être extrêmement prudente et ne pas provoquer le développement de maladies. Lors d’une mauvaise journée ou pendant la progression des infections, il est conseillé de s’abstenir de tout contact avec un grand nombre de personnes! En effet, c’est souvent en eux que réside la cause de l’infection. Pour une femme pendant la grossesse, la santé de son enfant est vraiment importante. Tous les autres souhaits pourront attendre.

Au cas où les parents seraient atteints d'une maladie infectieuse, ils devraient minimiser les communications avec l'enfant et veiller à mettre des bandages de gaze sur le visage!

De telles méthodes de protection simples, à première vue, nous permettent d’exclure la présence d’un enfant atteint d’une maladie telle que la pneumonie intra-utérine, pour laquelle il n’est pas recommandé de se faire mal à un âge aussi jeune!

Une attention particulière doit être accordée à la santé du nouveau-né, car les surprises sont nombreuses à cet âge. Dans ce cas, si les symptômes de pneumonie se sont déjà fait sentir, ne désespérez pas! Après tout, une visite opportune chez le médecin résoudra certainement tous les problèmes et donnera au bébé une enfance saine et heureuse.

Pneumonie chez le nouveau-né

La pneumonie pulmonaire chez le nouveau-né - une inflammation infectieuse du tissu pulmonaire - est l'une des maladies infectieuses les plus courantes. Il est dangereux pour tout bébé, en particulier en ce qui concerne la pneumonie bilatérale chez le nouveau-né. Malheureusement, les statistiques actuelles sont les suivantes: la pneumonie chez les nouveau-nés est diagnostiquée chez 1% des bébés prématurés et 10-15% des prématurés.

Types et causes de pneumonie chez le nouveau-né

En médecine, on distingue les types de pneumonie suivants en fonction de la cause de la maladie:

  • transplacentaire congénital (l'agent pathogène pénètre dans le bébé par le placenta de la mère);
  • prénatal prénatal, dû à des agents pathogènes, qui du liquide amniotique ont infiltré les poumons du fœtus;
  • intrapartum, se produit quand un bébé passe dans le canal de naissance d'une mère infectée par des micro-organismes;
  • pneumonie postnatale, dans laquelle l'infection se produit après la naissance à l'hôpital d'une maternité, au service de pathologie néonatale (nosocoméen) ou à domicile.

Les causes les plus courantes de pneumonie chez les nouveau-nés sont les suivantes:

  • infections à toxoplasmose, listériose, rubéole, herpès (avec pneumonie transplacentaire congénitale chez le nouveau-né);
  • streptocoques des groupes B et O, mycoplasmes gestuels, tuberculose et bacilles de l'hémophile (avec pneumonie prénatale et intranatale);
  • streptocoques des groupes B, cytomégalovirus, chlamydia, champignons du genre Candida et virus de l'herpès de type II (avec pneumonie intranatale);
  • Klebsiella, Pseudomonas aeruginosa, lupus intestinal, proteus, staphylocoque (avec pneumonie d'aspiration nosocomiale chez le nouveau-né);
  • mélange bactérien-bactérien, viral-bactérien.

Les pneumonies acquises à domicile se produisent le plus souvent à l’origine d’infections virales respiratoires aiguës (infections virales respiratoires aiguës) causées par des adénovirus.

La pneumonie secondaire, qui est une manifestation ou une complication de la septicémie, syndrome d'aspiration, est souvent causée chez le nouveau-né par des streptocoques, des staphylocoques ou une flore à Gram négatif.

Symptômes de pneumonie chez le nouveau-né

Les signes de pneumonie chez le nouveau-né dans le cas d'une infection intra-utérine, les médecins trouveront avant la sortie, car souvent les premiers signes de pneumonie commencent à apparaître immédiatement après la naissance de l'enfant.

Si une mère avec un enfant est renvoyée à la maison, un médecin doit venir chez lui le premier mois. Il examinera l'état du bébé et devra parler de tous les symptômes alarmants, par exemple sa léthargie, ses régurgitations fréquentes et ses selles molles, son abandon de la poitrine, sa fatigue rapide lors des tétées.

Si l'enfant a de la fièvre, n'attendez pas la prochaine visite du médecin. Appelez une ambulance de toute urgence. La toux des nourrissons peut être légère, mais il est important de faire attention immédiatement à la toux. Aussi devrait être alerté par l'apparition de décharge du nez de l'enfant et de l'essoufflement. L'essoufflement provoque des symptômes de bleuissement aux pieds, au visage et aux mains. Chez un enfant malade, l'érythème fessier apparaît plus rapidement.

Vous n'avez pas besoin d'avoir peur d'une pneumonie manquante chez votre enfant car les signes de la maladie se manifestent rarement sans fièvre. Et il faut mesurer périodiquement afin d'éviter.

Le médecin, qui examine et écoute régulièrement l'enfant, peut facilement détecter une pneumonie.

Quel traitement est prescrit pour la pneumonie chez les nouveau-nés?

Les antibiotiques à large spectre sont toujours utilisés pour traiter la pneumonie. L’enfant a besoin de précautions pour éviter de trop refroidir et de surchauffer. Il est important de surveiller l'hygiène de sa peau, de changer souvent la position de son corps, de se nourrir exclusivement avec une corne ou avec une sonde. Les médecins ne s’appliqueront au sein d’un bébé malade que s’il est dans un état satisfaisant, c’est-à-dire si l’intoxication et l’insuffisance respiratoire disparaissent.

Outre les traitements énumérés, la physiothérapie (micro-ondes et électrophorèse), les vitamines C, B1, B2, B3, B6, B15, l’utilisation d’immunoglobulines, de moutarde et de enveloppements à chaud deux fois par jour, ainsi que des transfusions de plasma sanguin.

Les effets de la pneumonie chez les nouveau-nés

Les enfants qui ont eu une pneumonie (en particulier une pneumonie bilatérale chez le nouveau-né) sont sujets à des maladies répétées. Après leur congé, ils doivent suivre à plusieurs reprises des cours de vitamines, administrer des bio-régulateurs (extrait d’aloès et Eleutherococcus) pendant 3 à 4 mois. Et d'ici un an, l'enfant sera sous observation du dispensaire.

Tout va bien, et le diagnostic est la pneumonie intra-utérine. est-ce dangereux, quelles sont les conséquences?

Réponses:

Olga

PNEUMONIE INTRACUTE - une maladie infectieuse du poumon qui survient lors d'une infection intra-utérine du fœtus et se manifeste dans les premières heures et les premiers jours de la vie d'un nouveau-né. Plus fréquent chez les bébés prématurés.
Les agents responsables de la maladie sont plus souvent les streptocoques du groupe B, les virus de la grippe, le parainfluenza, les adénovirus, le virus respiratoire syncytial et les mycoplasmes. L'infection du fœtus survient lorsque les femmes enceintes contractent une maladie virale des voies respiratoires au cours des dernières semaines de la grossesse et peu avant l'accouchement.
Les symptômes de la maladie apparaissent le plus souvent à la naissance ou dans les 24 à 48 heures qui suivent. Les enfants naissent dans un état grave, léthargique, pâle ou bleuâtre. Dès les premières heures après la naissance, on observe une forte diminution des réflexes (notamment de succion et de déglutition), une hypotension musculaire. L'érythème physiologique est léger ou absent, peau souvent sèche, éruption cutanée hémorragique, pyoderme. Sur les membres inférieurs et l'abdomen, de nombreux enfants développent un œdème de la base sous-cutanée, causé par une altération des processus métaboliques et une augmentation de la perméabilité de la paroi vasculaire. La température corporelle chez les nourrissons nés à terme s'élève à 37–40 ° C, chez les prématurés elle est réduite à 34–35 ° C. La respiration à partir du moment de son établissement est rapide et superficielle, parfois arythmique, gémissante, un essoufflement accompagné de rétraction des endroits pliables de la poitrine, des arrêts respiratoires. Les nouveau-nés font souvent des régurgitations et des vomissements. La perte physiologique de poids corporel dépasse 15-30%. Avec une augmentation de la gravité de l'état général, les manifestations d'insuffisance respiratoire augmentent. La respiration devient superficielle, arythmique. Outre les symptômes pneumoniques chez le nouveau-né, il existe des signes de troubles cardiovasculaires. Les symptômes pronostiquement défavorables comprennent une modification des limites du cœur (contraction ou expansion), l'apparition d'un souffle systolique, des attaques de cyanose, des signes d'altération de la circulation périphérique (peau pâle, acrocyanose, marbrures, hypothermie des extrémités).
La grande majorité des patients ont une hypertrophie du foie. Dans le sang - leucocytose ou leucopénie.
Avec le développement de la pneumonie due à l'aspiration de liquide amniotique infecté pendant l'accouchement, les signes de la maladie apparaissent rapidement. Blanchissement et cyanose de la peau, essoufflement, attaques d'asphyxie sont constatés, la température corporelle augmente. La pneumonie est souvent associée à des modifications atélectatiques et œdémateuses-hémorragiques dans les poumons.
L'évolution de la pneumonie provoquée par les streptocoques du groupe B se caractérise par plusieurs caractéristiques. L'infection se produit par voie intra-utérine - à la suite d'une infection ascendante ou lorsque le fœtus est en contact avec les tissus infectés du canal de naissance - pendant l'accouchement. La maladie progresse généralement rapidement et est souvent fatale après un à deux jours.
Reconnaître, sur la base de l’anamnèse, prédisposant à une infection précoce du fœtus (maladies infectieuses aiguës et chroniques de la mère, saignements utérins pendant la grossesse, etc.), les facteurs de signes cliniques précoces de la maladie, les résultats d’études radiologiques, bactériologiques et virologiques du contenu des voies respiratoires, la détection de flore pathogène liquide amniotique.
Pneumonie du nouveau-né.
Prévisions L'issue de la pneumonie intra-utérine dépend du degré de maturité et de la réactivité du corps du nouveau-né, ainsi que du type d'agent pathogène et de la rapidité des mesures thérapeutiques.

Freya

Pourquoi ne pas immédiatement poser cette question au médecin? ? Dans le moteur de recherche beaucoup d'informations. C'est traité, pas fatal.

Pendant combien de temps la pneumonie est-elle traitée chez un nouveau-né? Les chances de guérison sont-elles élevées? Quelles en sont les conséquences?

Réponses:

liza liza

Apparemment, le bébé est à l'hôpital, c'est-à-dire sous la surveillance constante de médecins, soyez patient et ne doutez jamais de votre rétablissement.
En général, la pneumonie est traitée pendant 21 jours et des antibiotiques sont inclus dans le traitement. Ne vous précipitez pas pour quitter la maison. Après la sortie, la période de récupération commencera. Trouvez un bon pédiatre et un gastro-entérologue (une dysbactériose apparaît généralement après les antibiotiques).
Olga, tout ira bien.

Galina Chernyavskaya

Il est très désagréable, quand le bébé est malade, même à un âge si précoce, quand la fille de 3 ans a été laissée, elle souffrait d'une pneumonie du côté gauche pendant 21 jours. 4 jours, c’est un peu attendre et ne vous inquiétez pas, espérez le meilleur, priez pour le bien, allez à l’église, mettez une bougie pour vous et bébé, si vous ne pouvez pas être vide pour vous, la famille le fera. J'espère pour le meilleur!

Olya Chef

antibiotiques et le temps si un antibiotique ne suffit pas, puis ajoutez un deuxième don de sang à nouveau

Fée Ailée

Ma fille, qui souffrait également d'une pneumonie unilatérale, a été soignée à l'hôpital pendant 18 jours. On lui a d'abord administré un antibiotique pendant 7 jours, puis le deuxième plus fort. Parmi les conséquences, nous n’avions que la dysbactériose, rapidement guérie. Là, à la maternité, j’ai parlé avec des mères d’enfants également atteints de pneumonie (unilatérale, bilatérale), guéris et ayant tous eu leur congé, mais en général, je n’ai aucune statistique sur la pneumonie. 4 jours - pas une date limite, tout ira bien, laissez le bébé récupérer.

Juste lana

Premièrement, tout dépend de votre confiance que votre enfant ira mieux! Deuxièmement, si le bébé est strictement sous la supervision de médecins, d’infirmières, ne vous inquiétez pas beaucoup. Si l'enfant est né en bonne santé, il n'y a pas de pathologies, alors les chances sont particulièrement bonnes. Conséquences: le bébé est enregistré après cette maladie depuis un certain temps, l'immunité s'en trouve grandement affaiblie. Le bébé le plus tôt de récupération!

Obligatoire !! ! Frottez-vous les pieds et les mains toutes les deux heures. Il est également nécessaire de frotter - masser le dos et la poitrine 3-4 fois par jour. À mesure que vous améliorez le nombre de jambes qui se frottent, vous pouvez réduire vos mains à huit.

Sergey Balanenko

Merci les filles pour vos commentaires.

Pneumonie intra-utérine chez le nouveau-né

La pneumonie intra-utérine est la cause la plus fréquente de mortalité infantile. Après la naissance, les poumons sont l’organe le plus important qui aide l’enfant à s’adapter à la vie dans l’environnement. L'implication des poumons perturbe ce processus, si souvent que les enfants de la salle d'accouchement se rendent immédiatement à l'unité de soins intensifs pour nouveau-nés pour des soins intensifs et une ventilation artificielle des poumons.

Causes de pneumonie fœtale chez le nouveau-né

Les causes les plus courantes de pneumonie intra-utérine sont la présence de virus et de bactéries dans le corps d'une femme enceinte, qui peuvent pénétrer dans la barrière hémato-placentaire du fœtus et affecter les poumons. Il est possible de supposer le risque de pneumonie intra-utérine si la femme enceinte a eu une infection virale respiratoire aiguë ou une autre maladie infectieuse à la fin de sa grossesse.

La pneumonie chez les nouveau-nés peut être due à l’aspiration (ingestion) du liquide amniotique pendant le travail prolongé ou après une grossesse. Il est particulièrement dangereux de pénétrer dans les voies respiratoires du méconium nouveau-né (matières fécales d'origine). Le risque de pneumonie chez le fœtus est plus élevé chez les prématurés.

Signes de pneumonie intra-utérine chez le nouveau-né

Les premiers signes de pneumonie intra-utérine peuvent apparaître dans les premières heures ou les premiers jours suivant la naissance. Ces symptômes incluent:

  • essoufflement;
  • couleur bleuâtre de la peau;
  • sons gémissants.

Traitement de la pneumonie intra-utérine chez le nouveau-né

En cas de suspicion de pneumonie chez un nouveau-né, le néonatologiste doit le transférer dans l'unité néonatale, le placer dans un incubateur avec un apport constant d'oxygène humidifié et prescrire immédiatement un traitement antibactérien. Avec la détérioration de l'état et la nécessité de transférer l'enfant à la respiration artificielle, l'enfant est transféré à l'unité de soins intensifs néonatals.

Conséquences de la pneumonie intra-utérine

Si les soins médicaux opportuns aident le bébé à survivre, cela peut avoir des conséquences sur la formation d'atélectasie (zones de tissu pulmonaire collabé) ou sur le remplacement des zones d'inflammation par du tissu conjonctif. Les zones altérées du tissu pulmonaire d'un tel enfant ne peuvent plus remplir leur fonction et, ultérieurement, de l'emphysème (zones d'augmentation de la respirabilité du tissu pulmonaire) peut se développer dans de tels poumons.

La prévention de la pneumonie intra-utérine est la prévention du SRAS et de la grippe chez la mère, en particulier au cours des dernières semaines de la grossesse.