Tests de pneumonie: sang, crachats, rayons X

La pneumonie est un processus infectieux-inflammatoire dans un ou plusieurs segments du tissu pulmonaire. Dans certains cas, le lobe entier du poumon devient enflammé. Pour un traitement approprié, il est nécessaire de comprendre la raison: pour cela, en cas de pneumonie, une prise de sang, une expectoration et une photographie aux rayons X sont prises.

Informations générales

Les facteurs prédisposants comprennent: l'hypothermie, la malnutrition, le tabagisme, le surmenage. Chez les personnes d'âge peut être causée par une congestion dans le tissu pulmonaire. Cependant, les bactéries, les staphylocoques et les pneumocoques sont considérés comme la principale cause de l'apparition de la pneumonie.

Les infections virales qui se multiplient dans les voies respiratoires supérieures et créent des conditions favorables à la reproduction de micro-organismes peuvent également provoquer la maladie.

La forme de la maladie, telle que la pneumonie à mycoplasmes, survient dans 20% des cas.

Il est causé par deux types de mycoplasmes. La particularité de la pneumonie à mycoplasme réside dans le fait qu’elle ne commence pas immédiatement, accompagnée d’une toux sèche, dans laquelle les crachats ne partent pas du tout, ou se séparent mal.

Dans certains cas, la pneumonie à mycoplasmes est compliquée par la formation de bronchiectasies. Une maladie aussi grave nécessite un traitement hospitalier et des antibiotiques par voie intraveineuse. Avec une maladie aussi grave, il est important de poser un diagnostic à temps. Pour un diagnostic précis, il existe de nombreuses méthodes de recherche et de diagnostic. Mais l’un des plus importants est le test sanguin de pneumonie.

Diagnostics

Pour diagnostiquer une pneumonie, il faut identifier des indicateurs élémentaires et informatifs, appelés "étalon or".

L’apparition de toux et son aggravation avec des écoulements de crachats, de nature purulente ou hémorragique, parfois une hémoptysie. La matité du son de percussion et l'écoute de sons sonores et humides.

Signes radiographiques de pneumonie. Pour révéler les images radiologiques de la pneumonie, les radiographies sont réalisées en 2 projections: droite et latérale, et vous pouvez obtenir les informations nécessaires sur l'état des organes. Cependant, au cours des trois premiers jours présentant des signes cliniques chez un patient soumis à un examen radiographique, les modifications de l'image peuvent ne pas apparaître.

Très souvent, une pneumonie dans les poumons entraîne une accumulation de liquide. Le liquide s'accumule dans les poumons en l'absence de protection au niveau des parois des alvéoles, ce qui augmente la perméabilité capillaire. La présence de liquide dans les poumons ou l'œdème pulmonaire est considérée comme une affection très grave pouvant survenir en cas d'insuffisance cardiaque, de pneumonie ou de crise hypertensive. Dans ce cas, le tissu pulmonaire est rempli de liquide et non d’air.

Le premier signe qui peut indiquer une accumulation de liquide dans les poumons est l’apparition d’un essoufflement. Aux premiers symptômes de fluide dans les poumons, un besoin urgent de diagnostiquer. La question de la nécessité de retirer le liquide de la cavité pleurale est décidée par un spécialiste sur la base du tableau clinique de la maladie.

Outre l'examen externe, des tests de laboratoire sont nécessaires pour établir un diagnostic précis.

Les analyses comprennent l'analyse générale et biochimique du sang, de l'urine et des expectorations lors d'une pneumonie. Le type de recherche le plus important est considéré comme une numération globulaire complète. Dans certains cas, avec une telle inflammation, les analyses de sang se situent dans la plage normale, de tels indicateurs indiquant un affaiblissement du système immunitaire. Ils passent également un test sanguin pour la présence d'anticorps anti-mycoplasme.

Afin d'évaluer l'état fonctionnel du système respiratoire, afin d'établir l'agent pathogène et de diagnostiquer les complications à temps, des études supplémentaires sont également effectuées.

Flegme et sa couleur

La surface des poumons, du nez, de la gorge et du tractus gastro-intestinal est du flegme. Elle disparaît également en l'absence de tout mal, mais tout changement de couleur, en règle générale, est un signe du développement du processus pathologique.

Un flegme de couleur jaune ou marron peut être le signe d’une pathologie grave du système respiratoire, à moins bien sûr que vous fumiez beaucoup. Dans certains cas, une telle décharge se produit avec une pneumonie, une bronchite ou un rhume.

Du mucus blanc ou gris peut être un signe de maladie des sinus. Si le flegme de couleur rose part, alors il s'agit d'une maladie chronique, par exemple une maladie cardiaque. Du mucus vert est libéré dans certaines maladies infectieuses.

Les reflets bruns apparaissent chez les personnes vivant dans des zones où l'air est fortement pollué. Certaines infections des voies respiratoires peuvent tacher les expectorations dans une teinte vert brunâtre. Ceci est un signe sérieux, si une telle couleur dans les expectorations est due à la chute de gouttelettes de sang, cela peut alors indiquer un saignement dans les poumons. Souvent, la cause de l'hémoptysie devient claire après avoir découvert l'image de la maladie.

La présence d'une hémoptysie indique une pneumonie causée par des infections fongiques. Lorsque l’hémoptysie est accompagnée de douleur dans le côté de la poitrine, elle peut être causée par un infarctus pulmonaire. L'hémoptysie est considérée comme un symptôme rare, mais sa présence indique toujours une lésion grave des voies respiratoires. La survenue d'une hémoptysie est associée à la perméabilité capillaire. Il convient de préciser que la cause de l'hémoptysie chez l'adulte et l'enfant peut être non seulement les poumons, mais également le tractus gastro-intestinal et le nasopharynx. Chez les patients présentant une hémoptysie grave, une bronchoscopie doit être réalisée pour identifier la source du saignement.

Fluorographie et rayons X

Tous les patients ne comprennent pas la spécificité de la fluorographie. La radiographie est une méthode de diagnostic et la fluorographie est préventive. Au début, la fluorographie peut détecter une pneumonie, une tuberculose ou un cancer. Sur la radiographie, les pathologies apparaissent plus précisément que sur la fluorographie.

Si le médecin commence à douter des images, le patient est alors dirigé vers une radiographie.

Certains types de pneumonie n’apparaissent pas aussi clairement en fluorographie. Une variété d'infections affectant les poumons affecte la netteté de l'image lors de la fluorographie. La fluorographie étant limitée à la région du cœur et aux poumons, les patients reçoivent une petite dose de rayonnement, contrairement aux rayons X.

Photo de laboratoire

Une prise de sang est un type d’examen obligatoire pour tous les patients atteints de pneumonie. Une valeur diagnostique spéciale est le calcul du nombre de leucocytes, la VS et l'établissement de la formule pour les leucocytes.

  • Les érythrocytes sont normaux ou en légère diminution; en cas de pneumonie grave, le nombre de globules rouges augmente en raison de la déshydratation.
  • Les leucocytes sont considérés comme l’un des principaux indicateurs lors du déchiffrement des tests sanguins; avec la pneumonie, ils sont beaucoup plus élevés.
  • La leucopénie se traduit par une sous-estimation du nombre de leucocytes, caractéristique de la pneumonie virale.
  • Lorsque la formule leucocytaire présente un faible taux de neutrophiles et un nombre accru de lymphocytes, il s'agit d'un signe de la nature virale de la pneumonie chez un enfant.
  • La pneumonie bactérienne est exprimée par un nombre réduit de lymphocytes.
  • Lorsque la pneumonie diminue le pourcentage de monocytes, d’éosinophiles et de basophiles.
  • ESR dépasse les niveaux normaux. La RSE reflète l'intensité des processus inflammatoires, y compris l'inflammation des poumons. En cas de pneumonie, la RSE est supérieure à 30 mm / h, chez les hommes de 1 à 10 mm / h, chez les femmes de 2 à 15 mm / h, pour un enfant, les indicateurs caractéristiques sont de 1 à 8 mm / h.
  • Les plaquettes sont normales.

Lors du déchiffrement d'un test sanguin général chez un enfant atteint de pneumonie, il faut veiller à ce que les modifications dépendent de la gravité de l'évolution de la maladie. Plus la maladie est grave chez l'enfant, plus la leucocytose et l'évolution de la formule leucocytaire sont importantes. Des analyses doivent être effectuées régulièrement. Pour les premiers signes de la maladie, consultez un médecin.

Le décodage de tous les tests pour un enfant doit être effectué par un spécialiste, en tenant compte du critère d'âge, de la gravité de l'état du patient, d'autres maladies et des résultats d'autres études, y compris la radiographie des poumons en cas de pneumonie. Chez un enfant, la maladie est plus difficile que chez l'adulte. La durée du traitement de la pneumonie dépend des caractéristiques individuelles de l'enfant et de l'adulte.

Pourquoi et comment effectue-t-on un test sanguin pour la pneumonie?

Un test sanguin de pneumonie est immédiatement attribué au patient en cas de suspicion d'inflammation dans les poumons. L'inflammation pulmonaire est diagnostiquée de manière globale: on prescrit au patient une radiographie, un complexe analytique, comprenant une numération globulaire complète.

Tableau clinique

Après avoir examiné le patient et procédé à un examen radiologique, le médecin lui prescrit une série de tests, parmi lesquels du sang. L'image des données obtenues aidera à faire une prédiction adéquate de l'évolution de la pathologie pulmonaire.

Les premiers à indiquer la présence d'une inflammation dans les poumons indiquent des leucocytes. Un excès significatif de la norme admissible du nombre de leucocytes dans le sang indique le développement d'une pneumonie, alors qu'un médecin expérimenté détermine la nature et le foyer de l'inflammation de ces cellules sanguines.

Normalement, l'indicateur de leucocytes compris entre 4 et 9 g / l est autorisé. Des écarts par rapport à cet indicateur peuvent indiquer de telles violations:

  • une augmentation du nombre de leucocytes à 40-60 g / l indique une pneumonie;
  • leucocytose normale sur le fond des zones inflammatoires visibles sur la radiographie pulmonaire indique la nature bactérienne du processus inflammatoire;
  • un glissement de la formule des leucocytes vers une augmentation du nombre de myélocytes et de métamyélocytes indique une pneumonie focale aiguë;
  • le déplacement de la formule vers les myélocytes avec l'ajout d'une toxicité neutrophile suggère une inflammation lobaire en développement.

Le deuxième indicateur important de l'état du sang, indiquant la présence de maladies inflammatoires dans les poumons, est considéré comme la RSE.

Cet indicateur indique non seulement la présence d'un foyer pathologique dans le corps, mais est également une variante de la norme d'âge. Normalement, la RSE varie de 1 à 10 pour les hommes et de 2 à 15 pour la moitié féminine de la population. Chez les patients âgés, 20-30 est considéré comme le taux maximum acceptable, et chez les femmes enceintes, entre 30 et 40.

Lorsque la vitesse de sédimentation des érythrocytes montre une forte augmentation (jusqu'à 80 mm / heure dans certains cas), cela indique une inflammation des poumons en développement. Cependant, sachez qu'en présence de certaines comorbidités, par exemple, lorsque la viscosité et l'épaississement du sang augmentent, le taux de sédimentation des érythrocytes avec signes évidents et une pneumonie confirmée par radiographie resteront normaux.

Seul un pédiatre peut déchiffrer de manière adéquate un test sanguin chez un enfant. Dans le corps d'un enfant en pleine croissance, l'image du sang a tendance à changer souvent.

L'image sanguine d'un patient adulte dont les leucocytes indiquent une pneumonie virale est considérée comme normale chez les enfants. Après 5 ans, la situation change radicalement. Par conséquent, pour bien déterminer le diagnostic d'un enfant, vous devez comparer l'âge du petit patient aux données obtenues.

Test sanguin biochimique

Outre l'analyse clinique générale du sang, l'analyse biochimique est souvent prescrite pour un patient souffrant de pneumonie. Ce test clinique aidera à identifier les éventuelles complications en développement et à brosser un tableau adéquat de l'évolution de l'inflammation.

Le but principal de cette étude est de mesurer le ratio d'oxygène et de dioxyde de carbone dans le sang du patient. Avec le développement de complications sous la forme de dépression de la fonction respiratoire, des troubles respiratoires, des signes obstructifs de suffocation apparaissent chez le patient. Une telle condition dangereuse entraîne une privation d'oxygène des tissus, y compris le cerveau et les poumons, qui provoque une pneumonie. La pathologie en temps opportun aide à bloquer et à arrêter le développement ultérieur de complications.

Règles de don de sang

Pour que l'analyse soit objective, sans affecter l'image des facteurs qui l'accompagnent, il est nécessaire de préparer correctement le don de sang:

  1. Entre le dernier repas et le processus de prélèvement sanguin, cela devrait prendre au moins un tiers de la journée.
  2. Un jour avant le test sanguin doit être pris, si possible, les médicaments doivent être exclus, car dans leur contexte, la configuration des indicateurs change de manière significative.
  3. Un jour avant la procédure de prélèvement sanguin, les boissons alcoolisées et les aliments gras doivent être exclus du régime alimentaire.

Un test sanguin doit être effectué avec collecte simultanée des sécrétions de bronches. L'analyse des expectorations vous donnera une image complète de la nature de la maladie et vous aidera à choisir le groupe d'antibiotiques à appliquer.

Analyse post-traitement

En règle générale, dans le contexte des effets thérapeutiques, la composition du sang change quelque peu, mais ce processus se produit lentement. Un test d'expectoration, pris en même temps qu'un test sanguin, aide à corriger le traitement et à accélérer le processus de guérison.

Une fois que le patient a récupéré, les images radiographiques cessent de montrer la présence de pertes de conscience inflammatoires focales et les autres symptômes de la maladie disparaissent:

  • température corporelle normale;
  • la toux, l'essoufflement, la respiration sifflante dans les poumons disparaissent;
  • augmente le tonus général du corps;
  • symptôme de nausée, douleur abdominale;
  • la douleur à la poitrine disparaît.

Cependant, dans un contexte de dynamique positive, la prise de sang reste pathologique pendant un certain temps.

Les indicateurs généraux peuvent s’améliorer, mais les modifications apportées à la composition du sang persisteront pendant un certain temps, indiquant une réponse immunitaire adéquate.

La période de récupération est caractérisée par une augmentation du nombre d’éosinophiles, ce qui indique un pronostic favorable pour la récupération. Sinon, lorsque les éosinophiles disparaissent des indicateurs sanguins cliniques, les médecins peuvent suspecter le développement de complications de la maladie.

Le diagnostic de la pneumonie est un processus complexe. Pour un diagnostic correct et rapide, le médecin utilisera toutes les méthodes de diagnostic disponibles, y compris les tests sanguins cliniques et biochimiques.

Test sanguin de laboratoire pour la pneumonie

La pneumonie est appelée inflammation focale aiguë du tissu pulmonaire, qui a un caractère infectieux. En raison du diagnostic tardif et de la prescription intempestive d'antibiotiques, la pneumonie est la principale cause de décès dans le monde. Cependant, l'utilisation imprudente d'agents antimicrobiens dans le traitement de la pneumonie virale entraîne l'apparition d'une résistance aux médicaments chez les microorganismes.

Les données obtenues lors de l'écoute, du tapotement, de l'examen radiographique du tissu pulmonaire sont décisives pour le diagnostic de pneumonie. En cas de pneumonie, un test sanguin général offre au médecin les options suivantes:

  • établir la nature de l'agent causatif;
  • évaluer la gravité du patient;
  • déterminer l'efficacité du traitement;
  • prédire l'issue de la maladie.

Analyse clinique

Des échantillons de sang sont prélevés le matin pour analyse, à jeun. avec des études répétées - toujours au même moment. En cas de suspicion de pneumonie, faites attention aux indicateurs suivants:

  • nombre de leucocytes;
  • ESR - vitesse de sédimentation des érythrocytes;
  • formule de leucocytes.

Les leucocytes remplissent des fonctions de protection dans le corps. Ces globules blancs peuvent migrer du sang vers les tissus et absorber des particules étrangères nocives. Les leucocytes donnent lieu au développement d'une inflammation - la principale réaction protectrice de l'organisme. Dans le foyer de l'inflammation, l'oedème, la douleur, la température locale augmente.

Chez l’adulte, une personne en bonne santé contient de 4 à 9 * 109 / l de leucocytes. Avec un léger degré de pneumonie bactérienne, l'analyse montre une augmentation de la concentration de ces cellules - la leucocytose, qui est modérée. La valeur de l'ESR, ne dépassant normalement pas 2-15 mm / heure, dépasse le repère des 30 mm / heure. L'augmentation du taux est associée à des modifications de la composition en protéines du sang au cours de l'inflammation.

Avec une pneumonie modérée, une augmentation du niveau de leucocytes est due à une augmentation du contenu en neutrophiles. Des formes immatures de leucocytes apparaissent dans le sang (neutrophiles du couteau, myélocytes). Lors de la détermination de la formule sanguine, ce phénomène est appelé décalage gauche hyper-régénérateur. Ce changement est dû au fait que, dans l'inflammation de la moelle osseuse, le processus de renouvellement cellulaire augmente fortement.

Une leucocytose importante (plus de 20-25 * 109 / l), la prévalence de neutrophiles dans le sang et un décalage important de la formule leucocytaire vers la gauche indiquent une forme grave de pneumonie. Les toxines excrétées modifient la structure du cytoplasme des neutrophiles et la microscopie du frottis sanguin révèle une granularité toxique. La valeur de l'ESR dépasse 50 mm / heure.

La pneumonie virale et atypique causée par des mycoplasmes, la chlamydia, donne des résultats légèrement différents de l’étude.

Ainsi, le niveau global de leucocytes peut augmenter légèrement, rester normal ou même tomber en dessous de la limite de 4 * 109 / l. Le contenu en lymphocytes augmente, la RSE augmente modérément. Un faible nombre de globules blancs dans le contexte de signes cliniques prononcés peut indiquer une faible résistance corporelle du patient. Les taux très bas et élevés de leucocytes justifient l'hospitalisation d'une personne souffrant de pneumonie à l'hôpital.

Indicateurs biochimiques

Pour l'analyse biochimique, utiliser du sérum sanguin isolé du sang veineux du patient. Au cours de l'évolution de la maladie, une série d'études est réalisée avec une pause de 4-5 jours: cela permet d'évaluer la dynamique de la maladie. Dans la pneumonie, les biomarqueurs suivants présentent un intérêt:

  • Protéine C-réactive;
  • le fibrinogène;
  • l'haptoglobine;
  • la néoptérine;
  • la protéine amyloïde A;
  • la céruloplasmine;
  • procalcitonine.

Ce sont des substances de nature protéique qui, chez une personne en bonne santé, sont synthétisées en petites quantités par les cellules du foie. Avec les blessures, la chirurgie, l'introduction de microorganismes pathogènes, la synthèse de ces protéines augmente considérablement. Les substances protéiques sont nécessaires pour éliminer le facteur dommageable, localiser le foyer inflammatoire et restaurer les fonctions altérées. Elles sont donc également appelées protéines de la phase aiguë de l'inflammation.

Le premier indicateur d’un processus inflammatoire est une augmentation du taux de protéine C-réactive.

La protéine C-réactive est capable de participer à des réactions biochimiques avec des substances bactériennes (pneumocoques) responsables de la pneumonie. Si normalement sa concentration est en moyenne de 0,8 mg / l, alors lors d’une inflammation, ce niveau augmente 100 et même 1000 fois. On observe déjà une augmentation du taux de protéines dans les 6 premières heures d'inflammation, alors que le taux de RSE et de leucocytes est toujours normal. Après 2 jours, la concentration de la substance atteint son maximum.

Des fluctuations de la concentration en protéine C-réactive allant de 50 à 150 mg / l indiquent le développement d'une pneumonie sous forme virale ou atypique. Dans ce cas, vous pouvez retarder la nomination de médicaments antibactériens. Une augmentation du taux de protéine C-réactive supérieure à 150-160 mg / l indique la nature bactérienne de la pneumonie et constitue la base de l'utilisation d'antibiotiques. Si, après 4-5 jours d'utilisation d'agents antibactériens, le niveau de protéines ne se stabilise pas, cela indique l'inefficacité des antibiotiques utilisés.

La protéine amyloïde A est un autre indicateur précoce de l'inflammation. À la fin de la réaction inflammatoire, un excès de substance est détruit par les macrophages. Des concentrations élevées de protéines en circulation longue indiquent un processus inflammatoire retardé, une probabilité plus élevée de complications.

Recherche complémentaire

L'état du patient et les symptômes identifiés de la maladie dépendent des autres analyses de sang nécessaires. Dans le contexte d’une violation aiguë de la miction, le niveau d’urée et de créatinine est examiné. L'augmentation de ces paramètres biochimiques indique des violations des reins.

Une forte intoxication peut être jugée au niveau des enzymes hépatiques et de la bilirubine. Avec l'affaiblissement du corps, la déshydratation, le manque de nutrition (surtout de protéines) dans le sang augmentent le niveau d'albumine.

Si vous présentez des symptômes d'insuffisance respiratoire, effectuez une analyse gazeuse du sang artériel. Réduire la pression partielle d'oxygène en dessous de 60 mm de mercure. st. est un signe diagnostique très défavorable et indique une diminution du volume respiratoire. Dans ce cas, le patient nécessite une oxygénothérapie.

Les tests sérologiques sont très longs, il faut parfois plusieurs semaines pour obtenir des résultats. En pratique clinique, ils sont rarement utilisés pour identifier des agents pathogènes atypiques et évaluer la situation épidémiologique. Dans tous les cas, les résultats des tests sanguins de laboratoire ne peuvent être considérés isolément du tableau clinique de la maladie.

Test sanguin pour la pneumonie chez l'adulte

Résultats d'analyse de sang pour la pneumonie

La pneumonie, ou pneumonie, est une maladie infectieuse caractérisée par des lésions de différentes parties des poumons. Une analyse de sang pour la pneumonie devrait être prise immédiatement après la découverte de cette maladie.

Cliniquement, cette maladie peut être divisée en:

  • pneumonie focale, affectant certaines parties des poumons (alvéoles et bronches);
  • croup - dans lequel un lobe entier du poumon est impliqué dans le processus pathologique.

L'inflammation des poumons est l'une des maladies respiratoires les plus courantes.

Des études montrent que sur une population de 100 000 personnes, environ 400 personnes sont malades.

Pour le diagnostic et la nomination du traitement correct nécessite un diagnostic minutieux. L'une des étapes les plus importantes dans le diagnostic de cette maladie concerne les méthodes générales d'examen clinique. Ceux-ci incluent l'examen et l'histoire du patient. En plus de l'examen objectif général, le diagnostic nécessitera des données d'études de laboratoire. Les tests de dépistage de cette maladie doivent nécessairement inclure des tests généraux et biochimiques sur le sang, les urines et les expectorations. Le test de laboratoire le plus important et obligatoire est une numération sanguine complète. Parfois, pendant le processus inflammatoire, les tests sanguins sont normaux. L'absence de réaction sanguine dans cette maladie suggère que le système immunitaire est affaibli, ce qui ne peut pas répondre adéquatement à l'inflammation.

Résultats de test

Considérez les résultats d'un test sanguin pour la pneumonie. La leucocytose, c’est-à-dire une augmentation du nombre de leucocytes, est caractéristique de la plupart des patients et est considérée comme l’un des premiers indicateurs de la présence d’une inflammation dans les poumons. La pneumonie causée par la chlamydia et le mycoplasme constitue une exception.

Lors de l'analyse du sang au stade focal aigu, on observe une leucocytose neutrophile modérée et, dans la pneumonie lobaire aiguë, une leucocytose grave. La formule des leucocytes est le pourcentage de différents types de leucocytes.

  1. Les myélocytes.
  2. Métamyélocytes.
  3. Neutrophiles poignardent: 1-5%
  4. Neutrophiles segmentés: 40-70%.
  5. Lymphocytes: 20 à 45%.
  6. Monocytes: 3-8%.
  7. Éosinophiles: 1-5%.
  8. Basophiles: 0-1%.
  9. Cellules plasmatiques.

Types de formule de leucocytes

Dans diverses maladies du corps humain, on peut observer 3 principaux types de modifications de la formule des leucocytes:

  1. Décalage de la formule leucocytaire vers la gauche (apparaissent des myélocytes et des métamyélocytes).
  2. Décalage de la formule leucocytaire vers la gauche avec rajeunissement (apparition de myélocytes, métamyélocytes, promyélocytes, myéloblastes et érythroblastes).
  3. Décalage à droite de la formule leucocytaire (diminution du nombre de neutrophiles poignardés, associée à la présence de noyaux hypersegmentés de neutrophiles).

Dans la pneumonie focale aiguë, on observe une leucocytose neutrophilique modérée et un décalage des leucocytes vers la gauche. Dans la forme du lobe aigu, la formule des leucocytes se déplace vers la gauche vers les myélocytes et les métamyélocytes, la granularité toxique des neutrophiles.

La RSE (vitesse de sédimentation des érythrocytes) est un autre indicateur important de l'inflammation. Normalement, la vitesse de sédimentation des érythrocytes chez les hommes est comprise entre 1 et 10 mm en une heure et chez les femmes entre 2 et 15 mm en une heure. Dans la pneumonie focale aiguë, la RSE augmente modérément, mais lorsqu'on observe une maladie de l'espèce commune, on peut observer une forte augmentation de la RSE pouvant atteindre 50 à 60 mm en une heure.

Également pour le diagnostic de la maladie est effectuée l'analyse biochimique du sang. Dans ce cas, l’attention est portée sur la présence de fibrinogène et de protéine C-réactive. La norme de fibrinogène dans le corps chez l'adulte est maintenue dans les limites de 2 à 4 g par litre et la norme de protéine C-réactive est de 5 mg / l. Une augmentation de la quantité de fibrinogène et de protéine C-réactive est un indicateur d'inflammation dans le corps. Ainsi, dans la pneumonie aiguë, on observe une augmentation du taux de fibrinogène et de protéine C-réactive, ainsi que d’acides sialiques.

Dans la pneumonie chronique, les valeurs de laboratoire peuvent varier. En phase de rémission, c'est-à-dire pendant la période d'affaiblissement de la maladie, le patient se sent satisfait, de sorte que les valeurs de laboratoire peuvent ne pas apparaître car il n'y a pas de processus inflammatoire. Si les paramètres de laboratoire et apparaissent, ils sont caractérisés par une légère augmentation de la RSE, ainsi que par une leucocytose modérée avec un décalage vers la gauche. Il y a toujours une augmentation du fibrinogène et des alpha-2 et gammaglobulines.

L’une des études non moins importantes est l’étude de la composition gazeuse du sang artériel. Dans les cas graves de la maladie, dus à une détresse respiratoire, une insuffisance respiratoire se développe lorsque l'on étudie la composition gazeuse, une hypoxémie (diminution de la teneur en oxygène du sang) et une hypercapnie (augmentation du dioxyde de carbone). Dans cette étude, la question de la nomination de l'oxygénothérapie pour éliminer le déficit en oxygène.

Diagnostic de pneumonie

Le diagnostic de la pneumonie est basé sur l'identification de 5 signes cliniques, de laboratoire et instrumentaux, les plus simples et les plus informatifs, appelé "l'étalon-or" du diagnostic:

  1. Apparition aiguë de la maladie, accompagnée d'une fièvre supérieure à 38 ° C.
  2. Une apparition soudaine ou une augmentation notable de la toux lors de la séparation des expectorations est de nature essentiellement purulente et / ou hémorragique.
  3. L'apparition d'une atténuation locale (raccourcissement) du son de percussion et des phénomènes auscultatoires décrits ci-dessus, caractéristiques d'une pneumonie lobaire (lobaire) ou focale (affaiblissement de la respiration, respiration bronchique, crépusculaire, hochets sonores à bulles fines humides, bruit de friction pleural).
  4. Leucocytose ou (moins fréquemment) leucopénie associée à un décalage neutrophilique.
  5. Signes radiologiques de pneumonie - infiltrats inflammatoires focaux dans les poumons qui n'avaient pas été détectés auparavant.

Diagnostic différentiel de pneumonie

Néanmoins, les approches modernes du traitement étiotropique des patients atteints de pneumonie nécessitent une série de tests de laboratoire et instrumentaux supplémentaires afin d'identifier l'agent responsable, de poser un diagnostic différentiel des lésions pulmonaires, d'évaluer l'état fonctionnel du système respiratoire et de diagnostiquer en temps voulu les complications de la maladie. À cette fin, outre la radiographie thoracique, des analyses de sang générales et biochimiques, comprennent les études supplémentaires suivantes:

  • examen des expectorations (microscopie d'une préparation colorée et ensemencement pour identifier l'agent responsable);
  • évaluation de la fonction respiratoire;
  • une étude des gaz sanguins et de la saturation en oxygène du sang artériel (en cas de
  • pneumonie grave à traiter en réanimation;
  • tests sanguins répétés "pour la stérilité" (en cas de suspicion de bactériémie et de septicémie);
  • Tomodensitométrie (avec un contenu d'informations insuffisant par rapport à l'examen radiographique traditionnel);
  • ponction pleurale (s'il y a épanchement) et quelques autres.

Le choix de chacune de ces méthodes est individuel et doit être fondé sur une analyse des caractéristiques du tableau clinique de la maladie et de l'efficacité du diagnostic, du diagnostic différentiel et du traitement.

Diagnostic radiologique de la pneumonie

Les méthodes de recherche radiologiques sont cruciales dans le diagnostic de la pneumonie. Actuellement, la clinique utilise des méthodes largement utilisées telles que la fluoroscopie et la radiographie thoracique, la tomographie, la tomographie par ordinateur. Un médecin praticien doit bien connaître les possibilités de ces méthodes pour pouvoir choisir la plus informative d'entre elles dans chaque cas spécifique de la maladie et, si possible, réduire la charge de rayonnement du patient.

Radioscopie

Il convient de garder à l’esprit que l’une des méthodes les plus abordables et les plus courantes d’examen par rayons X - la fluoroscopie thoracique - présente un certain nombre d’inconvénients importants, à savoir:

  1. diffère dans la subjectivité bien connue de l'interprétation de l'image radiologique
  2. ne permet pas de comparer objectivement les données radiologiques obtenues d'études et de
  3. accompagné d'une charge de rayonnement importante sur le patient et le personnel médical.

Par conséquent, le champ d'application de la méthode de radioscopie en pratique clinique devrait apparemment se limiter à l'étude des organes thoraciques au cours de leur mouvement (par exemple, une étude de la mobilité du diaphragme, de la nature des mouvements cardiaques lors de sa contraction, etc.) et du perfectionnement de la topographie des modifications pathologiques dans les poumons. lors de l'utilisation de différentes positions de patient.

Radiographie

La méthode principale d'examen par rayons X du système respiratoire est la radiographie en deux projections - directe et latérale, permettant d'obtenir des informations objectives et documentées sur l'état des organes thoraciques. En même temps, il est nécessaire, si possible, de délimiter non seulement la nature du processus pathologique, mais également de déterminer avec précision sa localisation, correspondant à la projection d’un lobe particulier du poumon et de ses segments pulmonaires.

Le diagnostic radiologique de la pneumonie repose sur les résultats d'une étude des champs pulmonaires comprenant une évaluation de:

  • caractéristiques du modèle pulmonaire;
  • conditions de racine des poumons;
  • présence d'un assombrissement généralisé ou limité des champs pulmonaires (compactage du tissu pulmonaire);
  • la présence d'une illumination limitée ou diffuse du tissu pulmonaire (augmentation de la légèreté).

L'évaluation de l'état du squelette thoracique et la détermination de la position du diaphragme revêtent également une grande importance.

Les racines des poumons, situées dans la zone médiane des champs pulmonaires entre les extrémités antérieures des côtes II et IV, sont formées par les ombres des branches des artères pulmonaires et des veines pulmonaires, ainsi que par les grandes bronches. Selon leur emplacement par rapport au plan de l'écran, ils sont représentés sur l'image aux rayons X sous forme de bandes ramifiées ou de formations arrondies ou ovales claires. Les ombres des vaisseaux qui forment la racine du poumon continuent au-delà de ses limites dans les champs du poumon, formant un motif pulmonaire. Normalement, il est clairement visible dans la zone basale centrale et les périphériques périphériques ne sont représentés que par quelques très petites branches vasculaires.

Vous trouverez ci-dessous une brève description de l'image radiographique caractéristique des deux variantes cliniques et morphologiques de la pneumonie (lobaire et focale), ainsi que certaines caractéristiques des modifications radiologiques de pneumonies de différentes étiologies.

Tomographie

La tomographie est une méthode supplémentaire d’examen radiographique «couche par couche» des organes qui est utilisée chez les patients atteints de pneumonie pour une étude plus détaillée du schéma pulmonaire, de la nature du processus pathologique dans le parenchyme pulmonaire et l’interstitium, de l’état trachéobronchique, des racines des poumons, du médiastin, etc.

Le principe de la méthode est qu’en raison du mouvement synchrone du tube à rayons X et de la cassette de film dans le sens opposé, un film produit une image relativement claire des parties de l’organe (ses «couches») situées au centre ou axe de rotation du tube et de la cassette. Toutes les autres parties ("éléphant"), situées en dehors de ce plan, comme si elles étaient "tachées", leur image devient floue.

Pour obtenir une image multicouche, des cassettes spéciales sont utilisées dans lesquelles plusieurs films sont placés à la bonne distance les uns des autres. On utilise souvent ce qu'on appelle la tomographie longitudinale, lorsque les couches sélectionnées sont dans la direction longitudinale. L '"angle de pivotement" du tube (et de la cassette) est généralement compris entre 30 et 45 °. Cette méthode est utilisée pour étudier les vaisseaux pulmonaires. Pour évaluer l'aorte, l'artère pulmonaire, la veine cave inférieure et supérieure, il est préférable d'utiliser la tomographie transversale.

Dans tous les cas, le choix de la profondeur de l’étude tomographique, de l’ampleur de l’exposition, de l’angle de balancement et d’autres paramètres techniques de l’étude n’est effectué qu’après l’analyse de l’image radiographique réalisée précédemment.

Dans les maladies du système respiratoire, la méthode de tomographie est utilisée pour clarifier la nature et les détails individuels du processus pathologique dans les poumons, ainsi que pour évaluer les changements morphologiques dans la trachée, les bronches, les ganglions lymphatiques, les vaisseaux, etc. Cette méthode est particulièrement importante dans l’étude des patients qui soupçonnent la présence d’une tumeur dans les poumons, les bronches et la plèvre.

Programme d'examen pour suspicion de pneumonie

Selon le consensus du congrès des pneumologues russes (1995) sur la pneumonie, les recherches suivantes sont recommandées.

  1. Recherche requise pour tous les patients
    • examen clinique des patients;
    • test sanguin clinique;
    • radiographie des poumons en deux projections;
    • bactérioscopie des expectorations, colorée au gramme;
    • culture d'expectorations avec une évaluation quantitative de la flore et la détermination de sa sensibilité aux antibiotiques;
    • analyse d'urine.
  2. Études d'investigation
    • étude de la fonction de la respiration externe en violation de la ventilation;
    • étude des gaz sanguins et de l'équilibre acido-basique chez des patients atteints d'insuffisance respiratoire grave;
    • ponction pleurale avec étude ultérieure du liquide pleural chez des patients présentant un liquide dans la cavité pleurale;
    • tomographie des poumons en cas de destruction présumée des tissus pulmonaires ou des néoplasmes pulmonaires;
    • tests sérologiques (détection d'anticorps dirigés contre l'agent pathogène) - avec pneumonie atypique;
    • test sanguin biochimique pour pneumonie sévère chez les personnes de plus de 60 ans;
    • fibrobronchoscopie - avec tumeur présumée, hémoptysie, avec pneumonie prolongée;
    • étude du statut immunologique - avec pneumopathie prolongée et chez des individus présentant des signes de déficit immunitaire;
    • scintigraphie pulmonaire - en cas de suspicion d'embolie pulmonaire.

Signes radiologiques de pneumonie lobaire

Étape de la marée

Le changement radiologique le plus précoce qui se produit le premier jour de la pneumonie croupeuse (stade de marée) est l’augmentation du schéma pulmonaire dans le lobe affecté en raison d’une augmentation de l’apport sanguin dans les vaisseaux pulmonaires, ainsi que d’un œdème inflammatoire du tissu pulmonaire. Ainsi, au stade de la marée, il y a une augmentation à la fois des composants vasculaires et interstitiels du modèle pulmonaire.

Il y a aussi une légère expansion de la racine du poumon du côté affecté, sa structure devient moins distincte. Dans le même temps, la transparence du champ pulmonaire ne change pratiquement pas ou diminue légèrement.

Si le centre de la pneumonie lobaire en développement est situé dans le lobe inférieur, on observe une diminution de la mobilité du dôme diaphragme correspondant.

Stade d'hépatisation

Le stade d'hépatisation est caractérisé par l'apparition au 2-3e jour du début de la maladie d'un noircissement homogène intense correspondant à la projection du lobe pulmonaire affecté. L'intensité de l'ombre est plus prononcée à la périphérie. La taille du lobe affecté est légèrement augmentée ou non modifiée; une diminution du volume de partage est observée relativement rarement. Il y a une expansion de la racine du poumon sur le côté de la lésion, la racine devient non structurelle. La plèvre est scellée. La lumière des grandes bronches atteintes de pneumonie lobaire reste libre.

Résolution de la scène

L'étape de résolution se caractérise par une diminution progressive de l'intensité de l'ombre et de sa fragmentation. Après 2,5 à 3 semaines de pneumonie non compliquée, il se produit une résorption complète de l'infiltrat. Dans d'autres cas, sur le site du lobe atteint, le renforcement du motif pulmonaire avec des zones de sa déformation est préservé, ce qui correspond aux signes radiologiques du pneumovirus. En même temps, un petit sceau de la plèvre est préservé.

Signes de rayons X de pneumonie focale

La bronchopneumonie focale est caractérisée par une infiltration des tissus alvéolaires et interstitiels et une implication de la racine du poumon dans le processus inflammatoire du côté affecté. Aux premiers stades de la maladie, on observe une augmentation locale du schéma pulmonaire et une légère expansion de la racine du poumon. Après un certain temps, des foyers d'infiltration (assombrissement) relativement petits (de 0,3 à 1,5 cm de diamètre) et de formes diverses commencent à être détectés dans le champ pulmonaire. Ils se caractérisent par une multiplicité, des tailles différentes, une faible intensité de l’ombre, des contours flous et, en règle générale, s’accompagnent d’une augmentation du motif pulmonaire. Les racines des poumons deviennent dilatées, peu structurelles, avec des contours flous.

On trouve souvent des ganglions lymphatiques péri-bronchiques légèrement élargis. Il existe également une restriction de la mobilité du dôme du diaphragme.

Dans les cas simples, sous l'influence d'un traitement anti-inflammatoire, on observe généralement une dynamique positive de l'image radiographique et, après 1,5 à 2 semaines, les infiltrats pulmonaires se dissolvent. Parfois, la bronchopneumonie peut être compliquée par une pleurésie réactive ou par la destruction du tissu pulmonaire.

Signes radiologiques de pneumonie à staphylocoques

Radiographie de la pneumonie à staphylocoques caractérisée par la présence de multiples infiltrats inflammatoires, souvent situés dans les deux poumons. Les infiltrats inflammatoires se confondent souvent. Leur désintégration a tendance à se produire avec la formation d’une illumination limitée avec un niveau horizontal de liquide sur fond d’ombres. Dans la «forme bulleuse» de pneumonie, les cavités peuvent disparaître sans laisser de trace à certains endroits et apparaître à d’autres. Il y a souvent un épanchement dans la cavité pleurale.

Après la résolution de la pneumonie à staphylocoques, le schéma pulmonaire se renforce longtemps et, dans certains cas, des parcelles de ppemoskleroza se forment, des kystes restent sur le site des cavités, les feuilles de la plèvre (amarres) restent compactées.

Signes radiologiques de pneumonie à Klebsiella

Une particularité de la pneumonie de Friedlander, causée par Klebsiella, est l'ampleur des dommages causés au tissu pulmonaire, qui se manifeste de manière radiologique dès les premiers jours de la maladie. Plusieurs infiltrats inflammatoires, grands ou plus petits, fusionnent rapidement, capturant de grandes surfaces du poumon, correspondant souvent aux projections d'un lobe entier du poumon (pneumonie «pseudo-barbare»). Assez rapidement, de multiples cavités de décomposition apparaissent dans l'infiltrat, qui tendent également à se fondre et forment une grande cavité avec un niveau de fluide horizontal. Le développement de la pleurésie exsudative complique souvent la maladie.

Le cours de la pneumonie de Friedlander est long (jusqu’à 2-3 mois). Après récupération, il existe généralement des zones de pevkosklerozle et de carnification du poumon prononcées. Il se forme souvent une bronchiectasie et la cavité pleurale est partiellement effacée.

Signes radiologiques de pneumonie causée par des agents pathogènes intracellulaires

Avec la pneumonie à légionelles, les changements radiologiques sont variés. Le plus souvent, des infiltrats multiples sont détectés dans les deux poumons, qui se confondent par la suite pour former un ombrage lobaire étendu. L'effondrement du tissu et la formation d'abcès sont assez rares. La résorption des infiltrats et la normalisation de l'image radiographique avec un déroulement simple de la maladie se produisent en 8 à 10 semaines.

Lorsque la pneumonie à mycoplasmes sur les radiographies ne peut être déterminée que par amplification locale et déformation du motif pulmonaire, reflétant l'infiltration de tissu interstitiel. Chez certains patients, des ombres focales de faible intensité apparaissent dans ce lobby, qui ont tendance à se confondre. La normalisation de l'image radiographique a lieu dans 2-4 semaines.

En cas de pneumonie à Chlamydia, l'amplification focale et la déformation du schéma pulmonaire, l'expansion de la racine du poumon et la réaction de la plèvre sous la forme de sa consolidation sont également déterminées au début. Plus loin dans ce contexte, de nombreux foyers inflammatoires de faible intensité avec des contours flous peuvent apparaître. Après leur disparition en cours de traitement, le renforcement du schéma pulmonaire persiste longtemps, des atélectases discales sont parfois visibles. La normalisation de l'image radiographique a lieu dans 3-5 semaines.

Tomodensitométrie pour pneumonie

La tomodensitométrie (TDM) est une méthode très informative d’examen radiologique d’un patient, qui est de plus en plus courante en pratique clinique. La méthode se distingue par une haute résolution qui permet la visualisation de foyers atteignant 1 à 2 mm, la possibilité d’obtenir des informations quantitatives sur la densité des tissus et la commodité de présenter l’image radiologique sous la forme de «tranches» transversales ou longitudinales consécutives minces des organes étudiés.

La transmission de chaque couche de tissu est effectuée en mode pulsé à l'aide d'un tube à rayons X avec collimateur à fente, qui tourne autour de l'axe longitudinal du corps du patient. Le nombre de ces translucides à différents angles atteint 360 ou 720. Chaque fois que les rayons X traversent une couche de tissu, le rayonnement est atténué en fonction de la densité des structures individuelles de la couche étudiée. Le degré d'atténuation des rayons X est mesuré par un grand nombre de détecteurs spéciaux extrêmement sensibles, après quoi toutes les informations obtenues sont traitées par un ordinateur à haute vitesse. Il en résulte une image d’une coupe de l’organe dans laquelle la luminosité de chaque point de coordonnée correspond à la densité du tissu. L'analyse des images est effectuée automatiquement à l'aide d'un ordinateur et de programmes spéciaux, ainsi que visuellement.

En fonction des objectifs spécifiques de l'étude et de la nature du processus pathologique dans les poumons, l'opérateur peut choisir l'épaisseur des sections axiales et la direction de la tomographie, ainsi que l'un des trois modes d'étude.

  1. Scanner en continu, lorsqu’il reçoit systématiquement l’image de toutes les parties du corps sans exception. Cette méthode de tomographie permet d’obtenir un maximum d’informations sur les modifications morphologiques, mais elle se distingue par une forte exposition aux radiations et le coût de la recherche.
  2. TDM discrète avec un intervalle relativement long entre les sections, ce qui réduit considérablement la charge de rayonnement, mais entraîne la perte de certaines informations.
  3. La tomodensitométrie ciblée consiste en une étude approfondie couche par couche d'une ou plusieurs parties d'un organe qui intéressent un médecin, généralement dans la zone d'une formation pathologique préalablement identifiée.

La tomodensitométrie continue des poumons vous permet d'obtenir un maximum d'informations sur les modifications pathologiques de l'organe. Elle est indiquée principalement dans le cas de processus volumétriques dans les poumons, lorsqu'elle n'exclut pas la présence d'un cancer du poumon ou d'une lésion organique métastatique. Dans ces cas, la tomodensitométrie offre l’occasion d’étudier en détail la structure et la taille de la tumeur elle-même et de préciser la présence de lésions métastatiques de la plèvre, des ganglions médiastinaux, des racines pulmonaires et de l’espace rétropéritonéal (pour la tomodensitométrie de la cavité abdominale et de l’espace rétropéritonéal).

La TDM discrète est plus indiquée dans les processus pathologiques diffus dans les poumons (pyvmokoniose, alvéolite, bronchite chronique, etc.), lorsqu'un traitement chirurgical est attendu.

Le scanner de visée est principalement utilisé chez les patients avec un diagnostic établi et une nature établie du processus pathologique, par exemple pour clarifier le contour de l’éducation de masse, la présence de nécrose, l’état du tissu pulmonaire environnant, etc.

La tomodensitométrie présente des avantages considérables par rapport aux examens radiologiques conventionnels, car elle permet de détecter des détails plus subtils du processus pathologique. Par conséquent, les indications relatives à l’utilisation du scanner en pratique clinique sont en principe assez larges. Le seul facteur important limitant l'application de la méthode est son coût élevé et sa faible disponibilité pour certaines institutions médicales. Compte tenu de ce qui précède, on peut s’accorder avec l’opinion de plusieurs chercheurs selon laquelle «les indications les plus courantes de tomodensitométrie pulmonaire se produisent dans les cas où le contenu en informations d’un examen radiologique conventionnel est insuffisant pour poser un diagnostic difficile et où les résultats de la tomodensitométrie peuvent affecter la stratégie de traitement».

Chez les patients atteints de pneumonie, le besoin de scanner est d'environ 10%. Avec la tomodensitométrie, des modifications infiltrantes dans les poumons sont détectées aux stades précoces de la maladie.

Test sanguin clinique général pour la pneumonie

Un test sanguin clinique général est inclus dans le plan d’examen obligatoire pour tous les patients atteints de pneumonie hospitalisés et externes. La valeur diagnostique la plus importante est le nombre de leucocytes, la définition de la formule leucocytaire et la RSE.

Nombre de leucocytes

Normalement, le nombre total de leucocytes est compris entre (4,0 et 8,8) x 109 / l.

La leucocytose est caractéristique de la plupart des patients atteints de pneumonie bactérienne et indique l’accélération de la maturation des leucocytes dans les organes hématopoïétiques sous l’influence de nombreux stimulants naturels de la leucopoïèse: facteurs physiques et chimiques de l’inflammation, notamment les médiateurs inflammatoires, les produits de dégradation des tissus, l’hypoxémie, la formation de complexes immunes, certaines substances toxiques, fonctions du système hypophyso-surrénalien qui contrôle le processus de maturation des leucocytes et autres. La plupart de ces facteurs sont des signaux naturels à l'activation des fonctions de protection des leucocytes.

Dans la plupart des cas, la leucocytose chez les patients atteints de pneumonie reflète une réactivité satisfaisante du système hématopoïétique de la moelle osseuse en réponse à l'action de stimulants de la leucopoïèse externe et interne. Dans le même temps, la leucocytose est un marqueur assez sensible de la sévérité du processus inflammatoire dans les poumons.

Dans le même temps, il convient de rappeler qu'en cas de pneumonie causée par la chlamydia, on observe dans la plupart des cas une leucopénie modérée (la diminution du nombre de leucocytes est inférieure à 4,0 x 10 ° / l). Avec la pneumonie à mycoplasmes, le nombre total de leucocytes reste généralement normal (environ 8,0 x 109 / l), bien que dans 10-15% des cas, on détermine la leucocytose ou la leucopénie. Enfin, les infections virales s'accompagnent généralement d'une augmentation de la RSE et d'un nombre de leucocytes normal ou réduit (leucopénie).

Dans tous les autres cas de pneumonie bactérienne causée par des pneumocoques, des streptocoques, des staphylocoques, des bacilles hémophiles, Legionella, Klebsiella, Pyocyanis et autres, l’apparition de la leucopénie indique généralement une inhibition importante de la leucopoïèse dans les organes hématopoïétiques et est très désagréable Plus souvent, il est observé chez les personnes âgées, épuisées et affaiblies, ce qui est associé à une diminution de l'immunité et à une résistance générale du corps. En outre, il convient de rappeler que la leucopénie peut être associée à l'utilisation de certains médicaments (antibiotiques, cytostatiques, médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, etc.) et à des processus auto-immuns qui compliquent en particulier l'évolution de la pneumonie.

La leucocytose est caractéristique de la plupart des patients atteints de pneumonie bactérienne. Les exceptions sont la pneumonie causée par la chlamydia et le mycoplasme, ainsi que la majorité des infections virales dans lesquelles on peut observer une leucopénie modérée ou un nombre de globules blancs normal.

L'apparition d'une leucopénie chez les patients atteints de pneumonie bactérienne peut indiquer une inhibition significative de la leucopoïèse et constitue un signe pronostique très défavorable, indiquant une diminution de l'immunité et une résistance générale du corps. En outre, une leucopénie peut survenir au cours d'un traitement par des antibiotiques, des médicaments cytotoxiques et des anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Formule de leucocytes

La formule des leucocytes est le pourcentage de différents types de leucocytes dans le sang périphérique. La numération des leucocytes est réalisée par microscopie par immersion de frottis colorés colorés selon Romanovsky-Giemsa ou par d'autres méthodes.

La différenciation de différents types de leucocytes et le calcul de la formule des leucocytes nécessitent une bonne connaissance des caractéristiques morphologiques de divers leucocytes et du schéma général de la formation du sang. La série myéloïde de l'hématopoïèse est représentée par les cellules de germes de granulocytes, de mégacaryocytes, de monocytes et d'érythrocytes.

Les granulocytes sont des cellules sanguines dont la caractéristique morphologique la plus caractéristique est la granularité prononcée du cytoplasme (neutrophile, éosinophile ou basophile). Ces cellules ont un précurseur commun et une évolution unique jusqu'au stade de promyélocyte, à la suite desquelles les granulocytes se différencient progressivement en neutrophiles, éosinophiles et basophiles, se différenciant de manière significative par leur structure et leur fonction.

Les neutrophiles ont un grain riche, fin et poussiéreux de couleur violet rosé. Les éosinophiles matures se caractérisent par une grande taille, occupant la totalité du cytoplasme, gravier, ayant une couleur écarlate ("keta caviar"). La granularité des basophiles est grande, hétérogène, violet foncé ou noir.

Les jeunes cellules de granulocytes immatures (myéloblastes, myélocytes et mégamyélocytes neutrophiles, neutrophiles, éosinophiles et basophiles) de plus grande taille, ont un noyau de grande taille, rond et légèrement concave, avec un motif plus fin et plus petit et une couleur plus claire. Leurs noyaux contiennent souvent des nucléols (nucléoles).

Les granulocytes matures (coupants et segmentés) sont plus petits, leurs noyaux sont de couleur plus foncée, ils ont l'apparence de tiges courbes ou de segments individuels reliés par un «cordon» de matière nucléaire. Le noyau ne contient pas de nucléol.

Pour les cellules d'un germe monocytaire, le cytoplasme bleu pâle ou grisâtre est caractéristique, dépourvu de la granularité prononcée caractéristique des granulocytes. Dans le cytoplasme, on ne trouve que quelques petits granules azurophiles, ainsi que des vacuoles. Dans les cellules monocytes immatures (monoblastes, promonocytes), le noyau est gros et occupe la majeure partie de la cellule. Le noyau d'un monocyte mature est plus petit et a l'aspect d'un papillon ou d'un champignon, bien qu'il puisse souvent prendre des formes assez étranges.

Pour les cellules du germe lymphoïde de l'hématopoïèse (lymphoblaste, pro-lymphocyte et lymphocyte) se caractérise par un très grand noyau rond, parfois en forme de haricot, de structure dense, qui occupe la quasi-totalité de la cellule. Le cytoplasme de couleur bleue ou cyan est situé dans une bande étroite autour du noyau. Il est dépourvu de granularité spécifique, à propos de laquelle les lymphocytes, ainsi que les monocytes, sont appelés agranulocytes. Normalement, seules les cellules matures de leucocytes se trouvent dans le sang périphérique:

  • neutrophiles segmentés, éosinophiles et basophiles;
  • neutrophiles poignardés (parfois - éosinophiles);
  • les monocytes;
  • les lymphocytes.

Formes dégénératives de leucocytes

En plus des cellules décrites ci-dessus, en cas de pneumonie, d'infections et de maladies inflammatoires purulentes, des pré-leucocytes sont également trouvés. Les plus fréquemment identifiés sont les formes suivantes.

  1. Neutrophiles à granularité toxique et vacuolisation du cytoplasme. La granularité toxique des neutrophiles résulte de la coagulation de la protéine cytoplasmique sous l'influence d'un agent infectieux ou toxique. Dans ces cas, outre la fine, fine granularité caractéristique des neutrophiles, de gros granules et vacuoles de couleur basophile grossiers apparaissent dans le cytoplasme. La granularité toxique et la vacuolisation du cytoplasme des neutrophiles et des monocytes se retrouvent souvent dans les cas de pneumonie grave, par exemple dans les cas de pneumonie croupeuse à pneumocoque grave et d'autres maladies inflammatoires accompagnées d'une intoxication grave.
  2. Les neutrophiles hypersegmentés, dont le noyau est constitué de 6 segments ou plus, sont retrouvés dans les cas d'anémie par carence en folaire B12, de leucémie, ainsi que dans certaines infections et maladies purulentes-inflammatoires, reflétant le basculement nucléaire vers la droite.
  3. Modifications dégénératives des lymphocytes sous la forme d'un noyau altéré de manière pycnotique, ayant parfois une structure à deux lobes, et développement faible ou absence de cytoplasme
  4. Les cellules mononucléées atypiques sont des cellules qui combinent certains signes morphologiques de lymphocytes et de monocytes: elles sont plus grosses que les lymphocytes normaux, mais n'atteignent pas la taille des monocytes, bien qu'elles contiennent un noyau monocytaire. Par morphologie, les lymphomonocytes ressemblent à des cellules de souffle et sont souvent retrouvés dans les mononucléoses infectieuses.

Interprétation des résultats

Formule leucocytaire chez des personnes en bonne santé

% de leucocytes totaux

Quantité absolue (n x 109 / L)

Divers états pathologiques, y compris la pneumonie, peuvent survenir:

  • modification de la formule des leucocytes (augmentation ou diminution de tout type de leucocytes);
  • l'apparition de divers changements dégénératifs dans le noyau et le cytoplasme de cellules matures de leucocytes (neutrophiles, lymphocytes et monocytes);
  • apparition dans le sang périphérique de jeunes leucocytes immatures.

Pour interpréter correctement les modifications de la formule des leucocytes, il est nécessaire d’estimer non seulement les pourcentages des différents types de leucocytes, mais également leur contenu absolu dans 1 litre de sang. Cela est dû au fait que la variation du pourcentage de certains types de globules blancs ne correspond pas toujours à leur augmentation ou diminution réelle. Par exemple, en cas de leucopénie due à une diminution du nombre de neutrophiles, une augmentation relative du pourcentage de lymphocytes et de monocytes peut être retrouvée dans le sang, alors que leur nombre absolu sera en réalité normal.

Si, parallèlement à l’augmentation ou à la diminution en pourcentage de certains types de globules blancs, on observe une modification correspondante de leur contenu absolu dans 1 litre de sang, on parle alors de modification absolue. L'augmentation ou la diminution du pourcentage de cellules ayant leur contenu absolu normal dans le sang correspond au concept de changement relatif.

Considérez la valeur diagnostique de certains changements dans la formule des leucocytes qui sont les plus fréquents en pratique clinique, y compris chez les patients atteints de pneumonie.

La neutrophilie - une augmentation du nombre de neutrophiles supérieure à 6,0 x 109 / l - est le reflet d'une sorte de protection du corps en réponse à l'action de nombreux facteurs exogènes et endogènes. Les causes les plus fréquentes (mais non les seules) de la neutrophilie, associées dans la plupart des cas à la leucocytose, sont les suivantes:

  1. Infections aiguës (bactériennes, parasitaires, fongiques, à rickettsies, etc.).
  2. Processus inflammatoires et purulents aigus (pneumonie, sepsie, abcès, pleurésie exsudative, empyème et bien d’autres).
  3. Maladies accompagnées de nécrose, de carie et de lésions tissulaires.
  4. L'intoxication.

Lors de l’évaluation de l’importance diagnostique et pronostique d’un changement neutrophilique, il est important de déterminer le pourcentage de formes immatures et matures de neutrophiles. Pour ce faire, calculez l'indice nucléaire du déplacement des neutrophiles - le rapport entre le contenu des myélocytes, des métamyélocytes et des neutrophiles du type couteau à segmenté.

Indice de décalage nucléaire = Myélocytes + Métamyélocytes + Stab / Segmenté

Normalement, l'indice de transfert nucléaire est 0,05-0,1.

  • Le décalage de la formule sanguine vers la gauche est une augmentation du nombre de neutrophiles dans le sang périphérique et (rarement) l’apparition d’un petit nombre de granulocytes immatures (métamyélocytes, myélocytes et même des myéloblastes simples), ce qui indique une irritation importante de la moelle osseuse et une accélération de la leucopoeza. L'indice nucléaire de décalage des neutrophiles dépasse dans ce cas 0,1.
  • Le décalage de la formule du sang vers la droite correspond à une augmentation du nombre de neutrophiles segmentés matures dans le sang périphérique, à l'apparition d'hypersegmentés et à une diminution ou à la disparition des neutrophiles au niveau des lames. L'indice de décalage nucléaire est inférieur à 0,05.

Chez la plupart des patients atteints de pneumonie, d'infections aiguës, de maladies purulentes inflammatoires et autres accompagnées de neutrophilie, le décalage de la formule sanguine vers la gauche n'est limité que par une augmentation du nombre de neutrophiles (virage nucléaire hyporégénératif), ce qui, associé à une leucocytose modérée, indique généralement une infection relativement facile ou processus purulent-inflammatoire limité et bonne résistance du corps.

En cas de maladie grave et de résistance corporelle préservée, on observe un changement dans la formule du sang en métamyélocytes, myélocytes et (moins souvent) en myéloblastes (décalage de gauche nucléaire hyperrégénératif) qui, associé à une leucocytose et à une neutrophilie élevées, est appelé leucémoïde de type myéloïde, car il ressemble au motif sanguin dans la myéloïde. Ces modifications sont généralement accompagnées d'hypo et d'anéosinophilie, d'une lymphocytopénie relative et d'une monocytopénie.

La neutrophilie avec décalage nucléaire dégénératif vers la gauche, qui se manifeste par une augmentation des formes immatures de neutrophiles et l'apparition dans le sang périphérique de neutrophiles segmentés modifiés de manière dégénérative (granularité toxique, pycnose des noyaux, vacuolisation du cytoplasme), est également observée dans les pneumonies sévères. Les maladies purulentes-inflammatoires et les intoxications endogènes indiquent une suppression de l'activité fonctionnelle de la moelle osseuse.

La neutrophilie avec un décalage marqué de la formule sanguine vers la gauche, associée à une petite leucocytose ou leucopénie, indique en règle générale une évolution sévère du processus pathologique et une résistance corporelle médiocre. Une telle image de sang est souvent observée chez les patients âgés et séniles et chez les patients affaiblis et affaiblis.

La neutrophilie associée à un virage nucléaire à droite (augmentation des neutrophiles segmentés et hyperpigmentés, diminution ou disparition des neutrophiles du couteau) indique généralement une bonne réaction de défense de l'hématopoïèse de la moelle osseuse face à une infection ou à un processus inflammatoire et à l'évolution favorable de la maladie.

La pneumonie sévère, ainsi que les maladies infectieuses, généralisées purulentes-inflammatoires, dégénératives et autres, tout en maintenant la résistance du corps, est souvent accompagnée d'une neutrophilie prononcée, d'une leucocytose et d'un glissement sanguin hyperrégénératif vers la gauche.

L’apparition dans le sang périphérique de formes dégénératives de neutrophiles (granularité toxique, pycnose des noyaux et autres modifications), ainsi que la neutrophilie marquée et le glissement nucléaire gauche associées à une petite leucocytose ou leucopénie indiquent dans la plupart des cas une inhibition de l’activité fonctionnelle de la moelle osseuse, une diminution de la résistance symptômes défavorables.

Neutropénie - une diminution du nombre de neutrophiles en dessous de 1,5 x 109 / l indique une inhibition fonctionnelle ou organique de l'hématopoïèse de la moelle osseuse ou la destruction intense de neutrophiles sous l'influence d'anticorps anti-leucocytes, de complexes immuns en circulation ou de facteurs toxiques (maladies auto-immunes, tumeurs, formes leucémiques de leucémie). certains médicaments, hypersplénisme, etc.). Il convient également de garder à l’esprit la possibilité d’une redistribution temporaire des neutrophiles dans le lit vasculaire, qui peut être observée, par exemple, en état de choc. La neutropénie est généralement associée à une diminution du nombre total de leucocytes - leucopénie.

Les causes les plus courantes de neutropénie sont les suivantes:

  1. Infections: virales (grippe, rougeole, rubéole, varicelle, hépatite infectieuse, sida), certaines bactéries (typhoïde, paratyphoïde, brucellose), rickettsies (typhus), protozoaires (paludisme, toxoplasmose).
  2. Autres infections aiguës et chroniques et maladies inflammatoires se présentant sous forme grave et / ou acquérant le caractère d'infections généralisées.
  3. L'effet de certains médicaments (cytostatiques, sulfamides, analgésiques, anticonvulsivants, médicaments antithyroïdiens, etc.).

La neutropénie, en particulier lorsqu'elle est associée à un décalage gauche neutrophile, et se développe dans le contexte de processus inflammatoires purulents pour lesquels la neutrophilie est typique, indique une diminution significative de la résistance corporelle et un pronostic défavorable de la maladie. Une telle réaction de l'hématopoïèse de la moelle osseuse chez les patients atteints de pneumonie est particulièrement caractéristique des patients épuisés et affaiblis, ainsi que des personnes âgées et des personnes âgées.

Éosinophilie - une augmentation du nombre d’éosinophiles dans le sang périphérique est supérieure à 0,4 x 10e / l - le plus souvent à la suite de processus pathologiques basés sur la formation de complexes antigène-anticorps ou de maladies accompagnées de processus auto-immuns ou de prolifération de la moelle osseuse du germe éosinophilique hémopoïétique:

  1. Maladies allergiques (asthme bronchique, urticaire, rhume des foins, œdème de Quincke, maladie du sérum, maladie du médicament).
  2. Invasions parasitaires (trichinose, échinococcose, opisthorchiase, ascarisose, diphyllobothriase, giardiase, paludisme, etc.).
  3. Maladies du tissu conjonctif (périartérite noueuse, polyarthrite rhumatoïde, sclérodermie, lupus érythémateux disséminé).
  4. Colite ulcéreuse non spécifique.
  5. Maladies de la peau (dermatite, eczéma, pemphigus, versicolor et autres.).
  6. Maladies du sang (lymphogranulomatose, érythrémie, leucémie myéloïde chronique).
  7. Infiltration éosinophile du poumon.
  8. Endocardite fibroplastique pariétale de Leffler.

Une éosinophilie modérée se développe souvent pendant la période de rétablissement des patients atteints de pneumonie et d'autres maladies infectieuses et inflammatoires aiguës («aube écarlate du rétablissement»). Dans ces cas, l’éosinophilie est généralement associée à une diminution de la neutrophilie et de la leucocytose précédemment observées.

L’éosinopénie - diminution ou disparition des éosinophiles dans le sang périphérique - est souvent détectée dans les maladies infectieuses et inflammatoires et, associée à la leucocytose, à la neutrophilie et au transfert nucléaire de la formule sanguine vers la gauche, est un signe de laboratoire important d’une inflammation active et d’une réaction hémorragique normale (adéquate) de la moelle osseuse.

L’éosinopénie décelée chez des patients atteints de pneumonie et de maladies inflammatoires purulentes, associée à une neutropénie, une leucopénie et un passage à la formule pour le sang gauche, traduit généralement une diminution de la résistance corporelle et constitue un signe pronostique très défavorable.

Basophilie - une augmentation du nombre de basophiles dans le sang - en pratique clinique, y compris la pneumonie, est assez rare. Parmi les maladies les plus souvent accompagnées de basophilie, on distingue:

  1. Maladies myéloprolifératives (leucémie myéloïde chronique, myélofibrose avec métaplasie myéloïde, polycythémie vraie, maladie de Vaquez);
  2. L'hypothyroïdie (myxoedème);
  3. Lymphoratioma;
  4. Anémie hémolytique chronique.

L'absence de basophiles dans le sang périphérique (basopenia) n'a aucune valeur diagnostique. Il est parfois détecté avec une hyperthyroïdie, des infections aiguës, après la prise de corticostéroïdes.

La lymphocytose est une augmentation du nombre de lymphocytes dans le sang périphérique. En pratique clinique, la lymphocytose relative est plus courante, c’est-à-dire une augmentation du pourcentage de lymphocytes dont le nombre absolu est normal (voire légèrement réduit). La lymphocytose relative est détectée dans toutes les maladies accompagnées de neutropénie absolue et de leucopénie, y compris les infections virales (grippe), les maladies purulentes - inflammatoires apparaissant dans le contexte de résistance réduite et de neutropénie, ainsi que de typhoïde, de brucellose, de leishmaniose, d’agranulocytose et de.

L'augmentation absolue du nombre de lymphocytes dans le sang est supérieure à 3,5 x 109 / l (lymphocytose absolue), caractéristique d'un certain nombre de maladies:

  1. Infections aiguës (y compris les infections dites infantiles: coqueluche, rougeole, rubéole, varicelle, scarlatine, scarlatine, mononucléose infectieuse, oreillons, lymphocytose infectieuse aiguë, hépatite virale aiguë, infection à cytomégalovirus, etc.).
  2. Tuberculose
  3. L'hyperthyroïdie.
  4. Leucémie lymphocytaire aiguë et chronique.
  5. Lymphosarcome.

Contrairement à la croyance populaire, la lymphocytose dans les maladies inflammatoires purulentes et la pneumonie ne peut pas être considérée comme un signe de laboratoire fiable d'une réponse compensatoire du système immunitaire et du début du rétablissement. La lymphocytopénie est une diminution du nombre de lymphocytes dans le sang périphérique. On observe une lymphocytopénie relative dans ces maladies et à ce stade de développement du processus pathologique, caractérisé par une augmentation absolue du nombre de neutrophiles (neutrophilie): infections diverses, maladies inflammatoires purulentes, pneumonie. Par conséquent, dans la plupart des cas, une telle lymphocytopénie d’une valeur diagnostique et pronostique indépendante n’a pas

Une lymphocytopénie absolue avec une diminution du nombre de lymphocytes inférieure à 1,2 x 109 / l peut indiquer un déficit du système immunitaire en T (immunodéficience) et nécessite un examen immunologique du sang plus approfondi, incluant une évaluation des indices d'immunité cellulaire humorale et de l'activité phagocytaire des leucocytes.

La monocytose est également relative et absolue.

La monocytose relative est souvent retrouvée dans les maladies associées à la neutropénie absolue et à la leucopénie, et sa valeur diagnostique indépendante dans ces cas est faible.

La monocytose absolue détectée dans certaines infections et les processus purulatoires-inflammatoires doivent tout d'abord être évaluées, en gardant à l'esprit que les principales fonctions de la série des monocytes et des macrophages sont les suivantes:

  1. Protection contre certaines classes de microorganismes.
  2. Interaction avec des antigènes et des lymphocytes à différents stades de la réponse immunitaire.
  3. Élimination des cellules affectées ou âgées.

La monocytose absolue se produit dans les maladies suivantes:

  1. Certaines infections (mononucléose infectieuse, endocardite septique subaiguë, infections virales, fongiques, à rickettsies et à protozoaires).
  2. Maladies inflammatoires de longue durée.
  3. Maladies granulomateuses (tuberculose active, brucellose, sarcoïdose, colite ulcéreuse, etc.).
  4. Maladies du sang: leucémie myocytaire aiguë, leucémie myéloïde chronique, myélome, lymphogranulomatose, autres lymphomes, anémie aplastique.

Dans les trois premiers cas (infections, maladies purulentes-inflammatoires), une monocytose absolue peut indiquer le développement de processus immunitaires prononcés dans le corps.

Les monocytons - la réduction, voire l’absence totale de monocytes dans l’esprit périphérique - se développent souvent avec une pneumonie grave, des maladies infectieuses et des maladies inflammatoires purulentes.

Les réactions leucémoïdes sont des réactions pathologiques du système hématopoïétique, accompagnées de l'apparition dans le sang périphérique de jeunes leucocytes immatures, ce qui indique une irritation importante de la moelle osseuse et une accélération de la leucopoïèse. Dans ces cas, le tableau sanguin ressemble aux modifications observées dans la leucémie. Les réactions leucémoïdes sont plus souvent associées à une leucocytose prononcée, bien que dans des cas plus rares, elles puissent se développer dans le contexte d'une numération leucocytaire normale ou même d'une leucopénie.

Il y a des réactions leucémoïdes de type 1) myéloïde, 2) de type lymphatique (ou monocyte-lymphatique), 3) de type éosinophile.

La réaction leucémoïde de type myéloïde s'accompagne d'une modification de la formule du sang en métamyélocytes, myélocytes et myéloblastes et s'observe dans l'évolution sévère de maladies infectieuses, inflammatoires, septiques, dégénératives et autres, caractérisées par un déplacement nucléaire hyper-régénérateur des neutrophiles vers la gauche. Un signe particulièrement sévère et défavorable sur le plan pronostique de ces maladies est l'association d'une réaction leucémoïde avec un nombre normal ou réduit de leucocytes et de neutrophiles (leucopénie et neutropénie).

Vitesse de sédimentation érythrocytaire (ESR)

La définition de la VS est basée sur la propriété des érythrocytes de se déposer au fond du vaisseau sous l’effet de la gravité. À cette fin, la micrométrie TP est généralement utilisée. Panchenkova. ESR déterminée 1 heure après le début de l’étude sur la taille de la colonne de plasma au-dessus des érythrocytes sédimentés. Dans l'ESR normale chez les hommes, elle se situe entre 2 et 10, et chez les femmes, entre 4 et 15 mm par heure.

Le mécanisme d'agglomération des érythrocytes et de leur sédimentation est extrêmement complexe et dépend de nombreux facteurs, principalement de la composition qualitative et quantitative du plasma sanguin et des propriétés physicochimiques des érythrocytes eux-mêmes.

Comme on le sait, la cause la plus fréquente d’augmentation de la RSE est l’augmentation du contenu plasmatique de protéines grossièrement dispersées (fibrinogène, a, bêta et gamma-globulines, paraprotéines), ainsi qu’une diminution du contenu en albumine. Les protéines grossières ont une charge négative plus faible. En s'adsorbant sur les globules rouges chargés négativement, ils réduisent leur charge de surface et contribuent à la convergence des globules rouges et à leur agglomération plus rapide.

L'augmentation de l'ESR est l'un des signes de laboratoire caractéristiques de la pneumonie, dont la cause immédiate est l'accumulation dans le sang de fractions grossièrement dispersées de globulines (souvent des fractions a, bêta et gamma), de fibrinogène et d'autres protéines de la phase aiguë de l'inflammation. Dans le même temps, il existe une certaine corrélation entre l'intensité de l'inflammation du tissu pulmonaire et le degré d'augmentation de la VS.

Dans le même temps, il convient de rappeler qu'une augmentation de la RSE est, bien que très sensible, un indicateur hématologique non spécifique, son augmentation pouvant être associée non seulement à une inflammation, mais également à tout processus pathologique conduisant à une dysprotéinémie sévère (maladies du tissu conjonctif, hémoblastose, tumeurs)., anémie, nécrose des tissus, maladies du foie et des reins, etc.).

Par contre, chez les patients atteints de pneumonie, la RSE ne peut pas être augmentée en cas d'épaississement du sang (augmentation de la viscosité) ou de pH (acidose), ce qui entraîne, comme on le sait, une diminution de l'agglomération des érythrocytes.

En outre, dans les premiers stades de certaines infections virales, il n’ya pas d’augmentation de la RSE, ce qui pourrait fausser dans une certaine mesure les résultats de l’étude chez les patients atteints de pneumonie virale ou bactérienne.

Test sanguin biochimique pour la pneumonie

L’évaluation des résultats des tests sanguins biochimiques chez les patients atteints de pneumonie, en particulier dans la dynamique - au cours du développement de la maladie, a une grande valeur diagnostique et pronostique. Les modifications de divers paramètres biochimiques, dans la plupart des cas non spécifiques, permettent de juger de la nature et de l’ampleur des perturbations métaboliques à la fois dans l’organisme tout entier et dans des organes individuels.La comparaison de ces informations avec le tableau clinique de la maladie et les résultats de méthodes de recherche instrumentales et de laboratoire permet d’évaluer le fonctionnement. foie, reins, pancréas, organes endocriniens, système hémostatique, et souvent - pour avoir une idée de la nature des troubles processus cal d'activité inflammatoire et rapidement reconnaître un certain nombre de complications d'une pneumonie.

Protéines et fractions de protéines

La définition des protéines et des fractions protéiques chez les patients atteints de pneumonie revêt une importance particulière, tout d’abord, pour évaluer l’activité du processus inflammatoire. La concentration de protéines dans le plasma d'une personne en bonne santé va de 65 à 85 g / l. La majeure partie de la protéine plasmatique totale (environ 90%) est constituée d’albumine, de globulines et de fibrinogène.

Les albumines constituent la fraction la plus homogène des protéines simples, synthétisées presque exclusivement dans le foie. Environ 40% de l'albumine se trouve dans le plasma et 60% dans le liquide extracellulaire. Les principales fonctions de l'albumine sont le maintien de la pression colloïdale osmotique (oncose), ainsi que la participation au transport de nombreuses substances endogènes et exogènes (acides gras libres, bilirubine, hormones stéroïdiennes, ions magnésium, calcium, antibiotiques et autres).

Les globulines sériques sont représentées par quatre fractions (a1, a2, bêta et gamma), dont chacune n’est pas homogène et contient plusieurs protéines qui diffèrent par leurs fonctions.

La composition des a-globulines comprend normalement deux protéines qui ont la plus grande signification clinique:

  • l'al-antitrypsine, qui est un inhibiteur d'un certain nombre de protéases (trypsine, chymotrypsine, kallikréine, plasmine);
  • La glycoprotéine A1 participe au transport de la progestérone et de la testostérone, liant de petites quantités de ces hormones.
  • et les 2-globulines sont représentées par les protéines suivantes:
  • La macroglobuline A2 est un inhibiteur d'un certain nombre d'enzymes protéolytiques (trypsine, chymotrypsie, thrombine, plasmine, kallikréine), synthétisées à l'extérieur du foie;
  • l'haptoglobine est une protéine qui lie et transporte l'hémoglobine A libre vers les cellules du système réticuloédothélial;
  • céruloplasmine - possède une activité oxydase et oxyde le fer ferreux en ferrique, ce qui assure son transport avec la transferrine;
  • les apoprotéines A, B et C, qui font partie des lipoprotéines.

La fraction de globuline contient également plusieurs protéines:

  • la transferrine est une protéine impliquée dans le transport du fer ferrique;
  • l'hémopexine est un vecteur de l'hème libre et de la porphyrine. Elle se lie aux chromoprotéines contenant de l'hémine (hémoglobine, myoglobie, catalase) et les délivre dans les cellules hépatiques RES;
  • les lipoprotéines;
  • partie d'immunoglobulines;
  • certains composants protéiques du complément.

Les gamma globulines sont des immunoglobulines, caractérisées par la fonction des anticorps produits dans l'organisme en réponse à l'introduction de diverses substances à activité antigénique; Les méthodes modernes permettent de distinguer plusieurs classes d'immunoglobulines (IgG, IgA, IgM, IgD et IgE).

Le fibrinogène est un composant essentiel du système de coagulation du sang (facteur I). Il constitue la base d'un caillot sanguin sous la forme d'un réseau tridimensionnel dans lequel les cellules sanguines sont piégées.

La teneur en protéines sériques totales chez une personne en bonne santé va de 65 à 85 g / l et l'albumine de 35 à 50 g / l. Il convient de souligner que, dans différents laboratoires cliniques utilisant différents analyseurs automatiques et différentes méthodes de détermination des fractions de protéines, les normes peuvent légèrement différer de celles du tableau.

Valeurs normales des fractions de protéines sériques (%)

Electrophorèse en acétate de cellulose