Pneumonie atone - symptômes et traitement

Les symptômes de pneumonie lente se développent lentement. Une telle pneumonie survient depuis longtemps, c'est-à-dire qu'elle dure longtemps. Il est très important à temps d'identifier la pneumonie paralysée et de la traiter correctement. Sinon, la maladie peut devenir chronique et la guérir devient complètement problématique.

Pourquoi une pneumonie atone se développe-t-elle?

La pneumonie atone est une maladie qui dure plus de 4 semaines, entraînant un risque accru d'inflammation chronique. Une telle évolution se produit chez les personnes âgées, celles atteintes de maladies chroniques (par exemple le diabète), les patients affaiblis.

Caractéristiques de l'évolution et des symptômes de la maladie

La pneumonie lente commence différemment. Le plus souvent, il s'agit d'une complication bactérienne d'infections respiratoires virales aiguës (IVRA), de nature focale et commençant par des symptômes caractéristiques. C’est une fièvre, une toux sèche et douloureuse qui se transforme en une toux grasse avec le temps et une perturbation modérée de l’état général du patient.

Les symptômes de pneumonie paresseuse chez l'adulte peuvent être différents. La maladie débute sur le fond d'infections virales respiratoires aiguës de manière invisible, parfois le deuxième pic de température est insignifiant ou complètement absent. Le patient est préoccupé par la faiblesse et le malaise, il les relie à une infection virale. Ces maladies sont très souvent portées sur les jambes, ce qui entraîne chez les patients une pneumonie chronique.

Diagnostic de pneumonie atone

Le diagnostic est établi sur la base de l'examen du patient par le médecin et est confirmé par des données d'examen supplémentaires. Au cours de l'auscultation (écoute) des poumons, le médecin peut entendre une respiration affaiblie et des rales humides à bulles fines sur le côté affecté. Mais si le patient présente également une inflammation des bronches, une respiration sifflante sèche et mouillée des deux côtés peut masquer les signes de pneumonie.

Il arrive également que le médecin voie les symptômes, mais ceux-ci ne figurent pas sur la radiographie. Dans un tel cas, une imagerie par résonance calculée ou magnétique est parfois prescrite pour clarifier le diagnostic.

Comment prévenir le développement de la pneumonie chronique

Comme, aujourd’hui, la pneumonie est lente et prolongée, la meilleure prévention de la pneumonie chronique est le traitement des infections virales sous le contrôle et sur les instructions d’un médecin.

En outre, l’état initial du patient, la présence d’une bonne immunité, l’absence de maladies chroniques, un mode de vie sain et une nutrition adéquate revêtent une grande importance. Ensemble, cela crée une barrière insurmontable à toute infection. Et même si l’infection surmonte cette barrière, le corps résiste rapidement à la maladie.

Pneumonie prolongée

La pneumonie prolongée est une inflammation aiguë du tissu pulmonaire dans laquelle, selon les données cliniques et radiologiques, l'infiltration pneumonique est permise lentement, sur des périodes prolongées (plus de 4 à 6 semaines). Contrairement à la pneumonie chronique, une pneumonie prolongée se termine généralement par la guérison du patient. Environ 30% des pneumonies aiguës suivent un écoulement prolongé. Cela peut être dû à une intoxication chronique ou à un état affaibli du corps, à une antibiothérapie irrationnelle, à une violation concomitante de la fonction de drainage des bronches, à la vieillesse et à la prématurité, à un processus compliqué de pneumonie aiguë. L’algorithme de traitement de la pneumonie prolongée consiste en une antibiothérapie rationnelle soigneusement sélectionnée, une restauration obligatoire de la fonction de drainage des bronches, un renforcement général et un traitement immunocorrecteur.

Pneumonie prolongée

La pneumonie prolongée est une inflammation aiguë du tissu pulmonaire dans laquelle, selon les données cliniques et radiologiques, l'infiltration pneumonique est permise lentement, sur des périodes prolongées (plus de 4 à 6 semaines). Contrairement à la pneumonie chronique, une pneumonie prolongée se termine généralement par la guérison du patient. Environ 30% des pneumonies aiguës suivent un écoulement prolongé.

Causes de la pneumonie prolongée

Le rôle principal dans le développement de la pneumonie prolongée appartient à une diminution de la réponse immunitaire de l'organisme, incluant des modifications des facteurs de protection spécifiques et non spécifiques: une diminution de l'activité des lymphocytes T et B, une diminution de la synthèse des interférons, une inhibition du complément et de la phagocytose, une violation de l'activité des macrophages. En conséquence, la protection anti-infectieuse du corps s'affaiblit, ce qui contribue à une résolution lente et prolongée du foyer inflammatoire dans les poumons.

Les raisons conduisant à une pneumonie prolongée sont:

  • antibiothérapie irrationnelle (antibactérien mal choisi, début du traitement tardif, annulation précoce de l'antibiotique, développement de la résistance de l'agent responsable de la pneumonie à l'antibiotique utilisé);
  • violation de la fonction de drainage de l'arbre bronchique, empêchant la résolution rapide de la pneumonie aiguë;
  • corps étrangers des bronches;
  • le développement de complications de la pneumonie aiguë - empyème, atélectasie, abcès du poumon;
  • affaiblissement du corps et immunosuppression provoquée par des maladies broncho-pulmonaires chroniques et autres des organes internes, par certaines substances médicamenteuses (par exemple, les stéroïdes), provoquée par un traitement anti-inflammatoire, une infection par le VIH, etc.
  • la prématurité chez les enfants et l'âge avancé chez les patients adultes;
  • facteur étiologique (mycoplasme, pneumonie pneumocystique);
  • intoxication chronique du corps (production, alcool, nicotine, etc.).

Classification de la pneumonie prolongée

La pneumonie prolongée peut se développer dans les pneumonies aiguës tant focales que segmentaires. Un foyer inflammatoire au cours d'une pneumonie prolongée peut être localisé dans un segment (pneumonie segmentaire), capturer plusieurs segments d'un lobe du poumon (pneumonie polypartrique) ou le lobe entier (pneumonie fractionnée).

La pneumonie polysegmentale peut être unilatérale et toucher des segments individuels dans différents lobes d'un poumon ou des segments bilatéraux et infecter des lobes différents des deux poumons à la fois. Le plus souvent, la pneumonie prolongée est localisée dans les segments des lobes inférieurs et moyens du poumon droit, du lobe inférieur du poumon gauche et des segments lingulaires des lobes supérieurs des poumons.

Symptômes de pneumonie prolongée

La pneumonie monosangulaire prolongée est relativement lisse comparée à une polysegmentale caractérisée par des rechutes, des manifestations sévères et une régression à long terme du foyer inflammatoire.

Lorsque les foyers inflammatoires se confondent, l'état du patient s'aggrave au bout de 2-3 semaines après les premières manifestations de la maladie. La température sous-fébrile, la transpiration, la fatigue, la faiblesse générale, la léthargie et la toux sont à nouveau en hausse. Une pneumonie prolongée se caractérise par la rareté de ses manifestations accompagnées de modifications radiologiques marquées des poumons.

Dans la zone du segment affecté, on entend des râles humides à respiration sifflante, on détermine le raccourcissement du son de percussion.

Complications de pneumonie prolongée

Les complications d'une pneumonie prolongée affectent l'issue et le pronostic ultérieur de la maladie. Les complications extrapulmonaires et pulmonaires d'une pneumonie prolongée sont distinguées. Les complications extrapulmonaires de la pneumonie prolongée comprennent l'œdème pulmonaire, le choc bactérioxoxique, la CID, l'endocardite et la myocardite non spécifiques, la méningite et la méningo-encéphalite, l'anémie, l'hépatite toxique, la glomérulonéphrite, les psychoses.

Les complications pulmonaires d'une pneumonie prolongée sont la pleurésie exsudative, la gangrène et les abcès du poumon, le syndrome obstructif, l'insuffisance respiratoire aiguë, la pneumosclérose, la bronchite déformante. Des pneumonies prolongées souvent récurrentes avec la même localisation, une pneumonie sévère et une pneumonie, qui se développent à la suite de la pénétration de corps étrangers dans les voies respiratoires, en particulier chez les enfants, entraînent le développement d'une pneumonie chronique.

Diagnostic de pneumonie prolongée

Le diagnostic de pneumonie prolongée repose sur des données radiologiques de laboratoire et cliniques. Le programme d’examen des patients suspectés de pneumonie prolongée comprend: des tests sanguins et urinaires généraux, des analyses biochimiques du sang (protéines totales, fractions protéiques, acides sialiques, fibrine, séromukoida, protéine C-réactive), immunogramme sanguin (immunoglobulines M et A, B- et lymphocytes T), radiographie des poumons (en 2 projections), bronchographie, examen des expectorations (baccalyse et sensibilité aux antibiotiques, cytologie, cellules atypiques), bronchoscopie - pour exclure un corps étranger bronchique.

Les critères de diagnostic pour une pneumonie prolongée sont:

  • long cours de pneumonie (plus de 4 semaines);
  • phénomènes d'endobronchite segmentaire locale, déterminés par bronchoscopie;
  • infiltration focale et focale bronchique et focalisée de la localisation segmentaire ou lobaire (lobaire) ne régressant pas pendant plus de 4 semaines, augmentation du schéma pulmonaire et vasculaire de la part de la lésion;
  • signes de laboratoire de processus inflammatoires en cours: leucocytose, augmentation de la RSE, augmentation des taux sanguins de fibrine, acides sialiques, séromukoidov;
  • signes de désordres immunologiques: diminution du taux sanguin d’IgM et augmentation de l’IgA, diminution de l’activité des lymphocytes T tueurs et des cellules auxiliaires et augmentation de l’activité des lymphocytes T - suppresseurs, etc.;
  • récupération clinique, de laboratoire et radiologique du patient sur une base individuelle (jusqu’à 3 à 12 mois).

Traitement de la pneumonie prolongée

Les principes de traitement de la pneumonie prolongée ont leurs propres caractéristiques. La question de la faisabilité de la poursuite du traitement antibiotique en cas de pneumonie prolongée est résolue après analyse des méthodes et des résultats de la précédente. La nécessité de poursuivre l'antibiothérapie se pose en cas de persistance de modifications infiltrantes marquées dans le tissu pulmonaire, de modifications du sang périphérique et de signes d'intoxication. Les antibiotiques sont sélectionnés sur la base des données de l'analyse bactériologique des expectorations. Les antibiotiques à large spectre les plus couramment prescrits (aminoglycosides, céphalosporines, etc.).

Une attention particulière en cas de pneumonie prolongée est accordée à la restauration du drainage et de la perméabilité bronchique. A cet effet, des médicaments expectorants, un drainage positionnel, des bronchodilatateurs, un massage thoracique sont prescrits. Dans certains cas (avec des phénomènes persistants d'endobronchite purulente) pour la réhabilitation de l'arbre bronchique, un lavage broncho-alvéolaire est nécessaire. Dans le traitement des pneumonies prolongées, la gymnastique respiratoire, la thérapie par l'exercice, la physiothérapie et la réflexothérapie sont largement utilisées.

En cas de pneumonie prolongée, une attention particulière est accordée à l'étude du système immunitaire et à l'évaluation de facteurs de protection non spécifiques. Si nécessaire, immunocorrection médicamenteuse effectuée. Les rechutes fréquentes de pneumonie prolongée avec localisation claire sont des indications pour la consultation d'un chirurgien thoracique afin de décider du traitement chirurgical (résection segmentaire du poumon ou lobectomie).

Pronostic et prévention de la pneumonie prolongée

Le développement de formes de complications pulmonaires et extrapulmonaires est un résultat indésirable d’une pneumonie prolongée. Le plus souvent, en cas de pneumonie prolongée, le rétablissement clinique complet se produit en 2 à 6 mois et se caractérise par la résorption du foyer pneumonique et le rétablissement de la fonction de ventilation des poumons.

La prévention de la pneumonie prolongée se limite à un traitement complet et adéquat de la pneumonie aiguë, à une réorganisation complète du nasopharynx et de la cavité buccale, à des mesures visant à renforcer le système immunitaire, à l’arrêt du tabac et à la consommation d’alcool.

Symptômes, causes et traitement de la pneumonie prolongée

La pneumonie prolongée est un processus inflammatoire aigu des poumons, au cours duquel la récupération a lieu sur une période plus longue, de 6 à 8 semaines. 30% de tous les cas d'inflammation sont prolongés. Dans cet article, nous allons parler de la raison pour laquelle ce phénomène se produit, de ses symptômes et des principales méthodes de traitement.

Causes et symptômes de la maladie

Le plus souvent, une pneumonie prolongée se produit en raison d'une diminution de l'immunité, d'une diminution de la production d'interféron et de l'activité des macrophages. De ce fait, les fonctions de protection du corps s'affaiblissent et la morosité évolue. Les causes de cette condition sont:

  1. Mauvais traitements aux antibiotiques, médicaments mal prescrits, visite tardive chez le médecin, arrêt prématuré de l'utilisation d'antibiotiques, développement de la résistance de l'agent pathogène au médicament utilisé.
  2. Perturbation du fonctionnement de l'arbre bronchique.
  3. Contact avec des bronches de substances étrangères.
  4. Complications résultant d'une pneumonie aiguë.
  5. L'affaiblissement général du corps causé par les maladies chroniques, l'infection par le VIH, l'utilisation à long terme de substances hormonales.
  6. Chez les enfants - prématurité, chez les adultes - vieillesse.
  7. La pneumonie à Mycoplasma entraîne souvent une évolution prolongée de la maladie.
  8. Contact prolongé avec des substances toxiques.

Le plus souvent, la maladie se développe chez les bébés prématurés, les personnes âgées, les personnes ayant une dépendance à l'alcool, une longue période de tabagisme et la propension augmente non seulement chez les fumeurs actifs, mais également chez les fumeurs passifs.

Le tableau clinique de la forme prolongée ne diffère pas beaucoup de l'évolution aiguë de la maladie. La différence réside dans le temps pendant lequel la récupération a lieu. La pneumonie prolongée dure plus longtemps. Si, pendant une pneumonie normale, la température dure 2 à 4 jours, elle peut durer environ 3 semaines si elle est prolongée. Une toux accompagnée de l'évolution habituelle de la maladie disparaît après 5 à 10 jours, tandis qu'une longue toux peut durer jusqu'à 2 mois.

La pneumonie atone a des symptômes flous qui augmentent progressivement, entraînant une détérioration générale de la santé. Habituellement, les patients ont:

  • la faiblesse;
  • fatigue
  • température légèrement élevée;
  • palpitations cardiaques;
  • toux prolongée;
  • transpiration excessive.
au contenu ↑

Diagnostic de pneumonie prolongée

La forme prolongée de la maladie peut être déterminée par les indicateurs suivants:

  1. La récupération ne se produit pas dans un délai d'un mois.
  2. Écoutez la respiration sifflante fine et humide.
  3. Sur la radiographie ne disparaît pas l'infiltration de la localisation segmentaire ou focale.
  4. La bronchoscopie détermine le caractère local de la bronchite.
  5. Un test sanguin est caractérisé par un nombre accru de leucocytes, ESR, fibrine.
  6. Une analyse de sang détermine les modifications immunologiques caractérisées par une forte teneur en immunoglobuline A et une faible teneur en immunoglobuline G.
  7. Vous aurez peut-être besoin d'un scanner pour clarifier le diagnostic.
  8. Biopsie de matériel pulmonaire.

Lors du diagnostic d'une pneumonie, il est nécessaire d'exclure l'oncologie pulmonaire, la tuberculose et les lésions fongiques, car elles ne sont pas rarement masquées en cas d'évolution prolongée de la maladie.

Règles pour le traitement de la pneumonie prolongée et des complications possibles

La pneumonie prolongée a certaines directives de traitement. Voici les règles de base pour le traitement de cette maladie.

  1. Tout d’abord, la question de la nomination d’un traitement antibiotique doit être adressée à la citerne. culture d'expectorations.
  2. Il faut prêter une attention particulière à la restauration de la perméabilité bronchique et du drainage.
  3. De plus, une attention accrue devrait être portée à l'étude du système immunitaire.
  4. Avec les maladies répétées qui ont une nature prolongée, la question de la chirurgie devrait être abordée.

Si vous ne prêtez pas attention au traitement de la maladie en temps voulu, vous risquez les complications suivantes:

  1. De nature pulmonaire. Se manifeste par un abcès aux poumons, une pleurésie, une insuffisance respiratoire, une obstruction.
  2. Extrapulmonary - myocardite, anémie, psychose, hépatite.

Si la pneumonie prolongée a tendance à rechuter, est caractérisée par une évolution sévère ou s'est développée à la suite de l'ingestion de substances étrangères, en particulier chez les enfants, il existe un risque de développer une pneumonie chronique.

Traitement de la pneumonie prolongée

La pneumonie atone nécessite un traitement efficace, sinon le risque de complications est plus grand. En règle générale, une thérapie complexe est prescrite, basée non seulement sur le médicament.

Traitement de la toxicomanie

Le traitement médicamenteux est basé sur une analyse approfondie du traitement recommandé:

  • Le traitement antibiotique doit être prescrit exclusivement après l'analyse des expectorations. Le plus souvent, ce cours est traité à l'aide d'une nouvelle génération d'outils à large spectre d'action. En règle générale, il s’agit de céphalosporines - Ceftriaxone, Cefpirome, macrolides - Sumamed, Rulid, fluoroquinols - Moxifloxacine;
  • Dans le bronchospasme, on prescrit des médicaments bronchodilatateurs, par exemple Berodual, ou des agents soulageant les bronchospasmes, par exemple Euphyllinum, Ephedrine;
  • Mucolytiques, expectorations dilutives, Lasolvan, Ambroxol, ACC, Mukaltin;
  • Immunostimulants, Arbidol, Cycloferon, Anaferon, Immunal;
  • Restaurer la capacité de ventilation des bronches aidera les antihistaminiques, qui soulagent le gonflement des tissus. Souvent prescrit Tavegil, Suprastin.

Traitement complémentaire d'une pneumonie prolongée

Outre le traitement médicamenteux, un traitement supplémentaire revêt une grande importance pour le traitement de la pneumonie prolongée, avec l'aide de:

  1. UHF sur la poitrine, vous devez passer au moins 10 séances de 5 minutes.
  2. EVT est recommandé de faire 10 procédures pendant 7 minutes.
  3. Electrophorèse avec calcium, cuivre, magnésium, acide ascorbique, 10 séances sont nécessaires.
  4. Magnétothérapie.
  5. Masser la poitrine et le dos.
  6. Procédures effectuées à l'aide de chaleur: paraffine, plâtre à la moutarde - 10 séances.
  7. Gymnastique respiratoire;
  8. Gymnastique thérapeutique.
  9. L'acupuncture
  10. Thérapie d'exercice.

Il faut se rappeler que toute physiothérapie est indiquée à la température corporelle normale et au bien-être du patient.

Inhalation en tant que méthode de traitement de la pneumonie paralysante

La méthode la plus courante pour traiter la pneumonie persistante est l'inhalation, qui dilue les expectorations et facilite leur écoulement pendant la toux.

Si une personne souffre d'une maladie cardiaque ou d'une maladie pulmonaire chronique, vous devez consulter votre médecin avant de commencer le traitement concernant le choix des médicaments.

Pour le traitement de la pneumonie, il est recommandé d'inhaler avec un nébuliseur, car ils dispersent la substance médicinale et la délivrent directement sur le site de l'inflammation. Le plus souvent pour une utilisation par inhalation:

  • les bronchodilatateurs qui aident à soulager les bronchospasmes, par exemple Berotek, Berodual;
  • les médicaments qui dilatent les expectorations, par exemple Lasolvan, Ambroxol;
  • antibiotiques pour aider à soulager l'inflammation, Fluimucil, Dioxidin.

Pour une procédure plus efficace, il est possible de procéder à une inhalation avec plusieurs médicaments. Premièrement bronchodilatateurs recommandés, divorcés nat. solution. 15 minutes après la procédure, vous devriez recevoir une injection de diluant. Pendant le repos, il est bon de consolider l’effet avec un massage drainant, ce qui contribue à une meilleure décharge des crachats épais. Après cela, comme prescrit par le médecin, vous pouvez effectuer la procédure avec un antibiotique.

Mesures préventives

La prévention de la pneumonie prolongée repose sur le respect des recommandations simples suivantes:

  • traitement du nez en temps opportun, tant qu'aucun nez ne coule, en particulier chez les enfants, a tendance à faire descendre le mucus dans les voies respiratoires;
  • cesser complètement de fumer et de l'alcool;
  • promenades quotidiennes dans la forêt, de préférence loin des routes;
  • apport régulier de vitamines;
  • alimentation équilibrée;
  • la vaccination rapide contre la grippe aidera à éviter la maladie pendant une épidémie;
  • éviter d'assister à des événements de masse lors d'une épidémie;
  • durcissement
  • traitement opportun des manifestations aiguës des infections respiratoires aiguës, des ARVI, des bronchites, des pneumonies.

Avec un traitement approprié et la mise en œuvre de toutes les recommandations du médecin, la récupération survient généralement après 3-6 mois. À l'avenir, pour éviter les rechutes, il est nécessaire de respecter les mesures préventives et, si possible, de subir un traitement de sanatorium.

Symptômes, signes et traitement de la pneumonie atone chez les enfants et les adultes

Pneumonie lente - inflammation du tissu pulmonaire, souvent focale, survenant sous une forme bénigne accompagnée de symptômes cliniques inexprimés.

La pneumonie paralysante appartient à une catégorie distincte de pneumonie. Les changements focaux ou bronchopneumonia, résultant de complications du SRAS ou de la grippe - c'est la version la plus facile du traitement avec un résultat favorable. Le traitement peut être effectué à la maison, même chez les enfants. Parfois, la difficulté réside dans le diagnostic au niveau de l’examen et de la collecte de l’anamnèse.

Signes de maladie

Les infections virales fréquentes en automne-hiver épuisent les défenses de l'organisme. Le nez qui coule presque constamment chez certains enfants cède la place à la toux, suivie d'une courte période de lumière et tout se répète à nouveau. Au début du printemps, sans soleil ni vitamines, l'immunité échoue souvent. Même un simple ARVI retarde soudainement et acquiert les caractéristiques d'une autre maladie.

Les symptômes suivants devraient être alarmants:

  • augmentation de la température corporelle dans les 2-3 jours suivant une récession, en particulier dans le contexte de la toux;
  • détérioration soudaine au moment de la reprise.

Lorsqu'une «seconde» vague de la maladie apparaît, il est nécessaire de consulter un spécialiste. L'inflammation des poumons chez l'adulte et l'enfant dans une telle situation peut ne pas se manifester sous forme de données physiques. Des médecins et des pédiatres expérimentés prescrivent une radiographie des poumons en cas de doute. Chez les enfants, il peut y avoir non seulement une pneumonie, mais également des complications bactériennes dans d'autres organes, qui, sans traitement, auront des conséquences graves.

La pneumonie paralysée est souvent confondue avec une pneumonie prolongée chez les enfants. Une infection prolongée se caractérise par un début aigu et une longue période d'affaiblissement des symptômes cliniques. Même dans le contexte du traitement, la récupération ne se produit qu’après 1,5 à 2 mois. La lenteur des symptômes cliniques et une récupération rapide en 2-4 semaines avec un traitement adéquat sont notés dans le processus lent.

Symptômes de forme paresseuse

Tableau clinique vif rarement observé. Les symptômes de pneumonie remplacent en douceur les manifestations d'infections virales. Un nez qui coule cède la place à une toux sèche, le bien-être s'améliore, la température ne monte pas pendant plusieurs jours. En ce moment, beaucoup commencent à aller au travail, les enfants sont envoyés à l'école et aux jardins d'enfants. Après 2-3 jours, la toux augmente, des expectorations muqueuses ou mucopuruleuses apparaissent et la température corporelle augmente à nouveau.

Signes de pneumonie pulmonaire:

  1. Toux sec ou avec une petite quantité de crachats.
  2. Élévation répétée de la température jusqu'à 38 ° C et plus.
  3. Faiblesse
  4. Essoufflement lorsque vous effectuez un effort physique standard.

De nombreuses personnes soulignent qu'il s'agit précisément d'une faiblesse non caractéristique qui vous oblige à consulter un médecin. Tous les autres symptômes sont souvent attribués à des infections virales répétées et continuent d'être traités indépendamment, ce qui est extrêmement dangereux.

Chez les jeunes enfants, un comportement inadéquat, des sautes d'humeur, un refus de manger et même une agression peuvent masquer une mauvaise santé. Ce n'est que lorsque les forces compensatoires du corps s'affaiblissent que l'on peut remarquer la léthargie et la somnolence.

Diagnostic de la maladie

L'anamnèse aidera à suspecter l'apparition d'une infection secondaire dans les poumons après une infection virale respiratoire aiguë. Les percussions peuvent être non informatives. Une pneumonie présumée primaire est possible avec l'auscultation:

  • respiration difficile;
  • sifflements divers;
  • bruit de friction pleural;

La localisation des symptômes identifiés se situera principalement dans les parties inférieures des poumons.

Les principales méthodes de diagnostic sont radiographiques. Au stade du diagnostic, vous pouvez effectuer une radiographie numérique des poumons ou une tomographie assistée par ordinateur pour détecter même les plus petits foyers. Les pannes dans les régions basales et le schéma pulmonaire amélioré sont des manifestations classiques de la pneumonie. Au fur et à mesure que le patient se remet, il suffit d'effectuer une simple radiographie pulmonaire au fil du temps pour contrôler le traitement chez l'enfant.

Des analyses de sang et d'urine sont effectuées non seulement pour confirmer le processus inflammatoire, mais également pour exclure d'autres sources possibles d'infection secondaire. Si possible, effectuez une échographie des cavités pleurales pour détecter les accumulations minimales de liquide dans la pleurésie réactive.

Approches justifiées de la thérapie

L'automédication est le plus dangereux processus lent. Beaucoup ne font pas attention à la gravité de l'état général et continuent à être traités au réchauffement, les saunas, ce qui est extrêmement dangereux dans la phase aiguë de la pneumonie. Des effets physiques supplémentaires sous forme de chaleur sur le foyer de l'inflammation sans traitement antibactérien et anti-inflammatoire ne font que renforcer le processus pathologique et peuvent provoquer le développement de complications.

La thérapie de base pour la pneumonie est l'administration d'antibiotiques. En cas d'infection lente à la maison, les médicaments à large spectre d'action sont généralement utilisés sans identifier l'agent pathogène et sans déterminer la sensibilité afin de ne pas retarder le traitement. En outre, il est nécessaire de prendre des médicaments expectorants, avec une tendance à l'obstruction de l'arbre bronchique - bronchodilatateurs.

Il ne faut pas oublier le repos au lit strict, l'exclusion de l'effort physique, même en bonne santé pendant le traitement. Boisson abondante, vitamines, bonne nutrition dans la thérapie complexe ont un effet réparateur. La physiothérapie sous forme de ballons gonflants aidera à redresser plus rapidement le tissu pulmonaire et à restaurer ses fonctions. Seule une régression complète des symptômes cliniques et radiologiques de la pneumonie indique un rétablissement.

Maladies des voies respiratoires inférieures et complications

La pneumonie atone se caractérise par ses manifestations bénignes, difficiles à diagnostiquer dans le contexte d’une inflammation chronique. Les poumons sont touchés dans de petites zones, d'où le nom focal. Les formes virales de la maladie se retrouvent souvent déjà au cours des phases aiguës du développement, ce qui complique la poursuite du traitement.

Quelles sont les conditions manifestées?

Les symptômes de la bronchopneumonie sont similaires à ceux de la pneumonie commune. Ce n'est que dans les premières étapes de son développement que le patient ressent presque toujours des frissons. La progression de l'inflammation est indiquée par une toux au premier sec. Mais après une semaine, les expectorations peuvent se former, alors qu'ils jugent déjà une complication grave. La pneumonie continue d'augmenter, il y a une température corporelle élevée, une douleur dans le sternum lors de la respiration.

Si dans un passé récent, la pneumonie a déjà été transférée, après avoir constaté une fatigue excessive dans le corps et une gêne dans les poumons, il est recommandé de contacter immédiatement la clinique pour un examen complet. Un examen aux rayons X est effectué périodiquement pour prévenir la récurrence de la maladie. Pour les pneumonies paresseuses, les lésions bronchiques sont inhérentes.

La lésion pulmonaire touchée peut avoir le temps de se transformer en tissu fibreux lorsque la fonctionnalité de la zone touchée est complètement perdue. Beaucoup de patients ne vont pas du tout à la clinique et apportent l'état de l'organe à la formation de cicatrices qui, sur les images, ressemblent à l'inflammation actuelle. Cela complique également le diagnostic de pneumonie. Ces cas se retrouvent souvent chez des jeunes peu attentifs à leur santé.

Cependant, il est possible d’éviter les conséquences graves en prêtant attention aux premiers signes de lésion pulmonaire:

  • Température corporelle constamment élevée, tenant à la marque de 38 degrés.
  • Inconfort dans la poitrine, non seulement lors de la respiration, mais également pendant l'exercice. La pathologie est déterminée en prenant une profonde respiration, je veux immédiatement expirer rapidement de la douleur et de la pression interne dans les poumons.
  • L'essoufflement est un signe certain de problèmes pulmonaires. L'inflammation est facilement éliminée par des mesures préventives rapides.
  • La transpiration parle d'inflammation dans le corps, mais la véritable source des problèmes n'est obtenue qu'après avoir reçu les résultats de l'enquête.
  • Il est recommandé de faire attention aux symptômes associés. Tel est le changement de voix, la défaite des voies respiratoires supérieures, l'augmentation de la pression artérielle.
  • Si une respiration sifflante ou des bruits perceptibles se forment lors de la respiration du patient, il est urgent de consulter un médecin. La pneumonie est passée au stade aigu.

Sources de problèmes pulmonaires

Les signes d'inflammation nécessitent la confirmation du diagnostic proposé par des tests de laboratoire sur le sang, les expectorations et les rayons X du sternum par échographie (IRM). Les pneumocoques sont les principaux agents responsables de la pneumonie. L'infection se transmet par voie aérienne et se développe dans un corps affaibli. Les provocateurs pour leur reproduction sont les habitudes, les maladies saisonnières, la malnutrition, le manque d'immunité.

L'inflammation des poumons peut être une conséquence de complications respiratoires. La grippe est donc fréquemment à l'origine de la pneumonie et les allergies contribueront à une diminution de la fonction protectrice de l'organisme. L'impact négatif de l'air ambiant pollué aide les pneumocoques à pénétrer plus profondément dans le corps. Dans les maladies chroniques, le risque d'inflammation augmente considérablement. Cela peut être une rhinite, une sinusite, une amygdalite, une tuberculose.

Les formes focales de maladie pulmonaire commencent de manière imperceptible. Ce n’est que le 5ème jour après que l’infection a été ressentie qu'il y a une faiblesse dans le corps et de la fatigue. Sur l’image radiographique, les zones touchées ne sont visibles qu’une semaine après les premiers signes d’indisposition. Diagnostic compliqué de maladies telles que le diabète ou l'oncologie.

D'une nature morte, le tissu pulmonaire est recouvert. Les poches et les escarres deviennent un environnement favorable à la vie des bactéries. Après une blessure grave, lorsque le patient est immobilisé, des complications peuvent survenir sous la forme d'une pneumonie lente. De nombreux patients essaient d’être traités seuls à la maison et font des erreurs irréparables, ce qui entraîne une réanimation et une ablation d’une partie du poumon.

Pourquoi ne devriez-vous pas vous soigner vous-même?

Les spécialistes des cliniques recommandent de subir un examen complet avec une détérioration de la santé. En effet, de telles conditions provoquent souvent des complications beaucoup plus graves que la pneumonie. L'inflammation des poumons est assez facilement traitée avec une assistance rapide. Cependant, il faut distinguer les sources de la maladie entre l’environnement bactérien et celui viral.

Si vous buvez des antibiotiques dans ce dernier cas, vous ne pourrez qu'aggraver la situation. Les médicaments puissants affaiblissent le système immunitaire, indispensable lors de la reproduction des virus. Il est nécessaire de choisir les médicaments avec le plus grand soin, en informant le médecin des informations les plus complètes sur votre bien-être.

Méthodes de soins pour maladie pulmonaire

Pour éliminer les symptômes aigus, utilisez des anti-inflammatoires, des anti-inflammatoires, des antipyrétiques. La seule manifestation du processus inflammatoire - la toux - ne peut pas être enlevée. Ce réflexe naturel est nécessaire pour drainer les expectorations et l'excès de liquide accumulé dans les poumons.

En bloquant ce réflexe, les patients créent artificiellement des conditions favorables à la croissance du milieu pathogène. Arrêter ce processus pathologique n'est possible qu'avec l'aide de médicaments. Les moyens pour soulager la maladie sont les médicaments mucolytiques et diurétiques, les complexes de vitamines, les solutions pour diluer et nettoyer le sang à l’aide d’un compte-gouttes.

Le traitement avec des agents antibactériens implique la prescription de médicaments appartenant aux groupes suivants:

  • Céphalosporines: céfipim, céfopérazone, ceftriaxone.
  • Azithromycines: érythromycine, hémomycine, sumamed.
  • Aminosides: streptomycine, amycine, tobramycine.
  • Fluoroquinolones: gatifloxacine, lévofloxacine,

L'acétylcystéine est conçue pour augmenter les forces immunitaires du corps et dissoudre les expectorations qui se forment. Des remèdes naturels, des recettes efficaces sont connues contre les cas légers de pneumonie:

  • Une décoction de raisins secs avec l'ajout de miel.
  • Le lait aide à lutter contre l'inflammation des voies respiratoires. Quand il est chaud, il est mélangé avec du miel ou des figues.
  • Bouillons de feuilles de tussilage, de dogrose, d'agave, de plantain, de racine d'elecampus.
  • Inhalation de raifort, sel de mer, huile d'eucalyptus.

Pendant les phases aiguës de la pneumonie, il est déconseillé de marcher dans la rue, de contacter des personnes en bonne santé. L'inflammation de nature bactérienne et virale est dangereuse pour les autres. On montre aux patients une forme de traitement allongé sans activité physique, ce qui peut entraîner des complications pour le système cardiaque et le cerveau.

La consommation d’alcool n’en profite pas et, encore plus, le tabagisme contribue à l’apparition de complications plus graves. Tout d’abord, le cœur et le système circulatoire souffrent. Les navires deviennent léthargiques, incapables de telles conditions de vie. Ils s'étirent, augmentant le risque de varices.

Un traitement prolongé à domicile ne contribue souvent que dans la progression de la maladie. Choisir un médicament peut même être une menace pour la vie, aussi vaut-il la peine de confier à des spécialistes le soin de mettre au point une thérapie compétente dans une clinique.

Pneumonie paresseuse - adultes à risque

Symptômes de pneumonie de faible intensité

La pneumonie paralysante est un processus inflammatoire chronique qui se produit dans les tissus des poumons. Les symptômes de la pneumonie sont légers, il n'y a pas de signes évidents de la maladie.

Le patient ne soulève pas la température à 40 degrés, il n'y a pas de toux avec la séparation des expectorations purulentes ou du sang. L'intoxication est modérée ou mineure. Le patient ne se plaint pas de maux de tête intolérables, de vomissements et de nausées, de douleurs dans les muscles et de douleurs dans les os.

  • radiographies thoraciques;
  • culture des expectorations et analyse des expectorations du gramme;
  • tests sanguins cliniques et biochimiques généraux.

La recherche aide à déterminer quel agent pathogène est à l'origine de la maladie, quelle est l'ampleur des dégâts, quelle devrait être la stratégie de traitement. Dans le diagnostic de «pneumonie lente», les pneumologues n'incluent généralement pas la pneumonie causée par le bacille tuberculeux. Pour clarifier le tableau clinique, le médecin traitant prescrit les indications suivantes:

  • tomographie par ordinateur;
  • hémoculture et détection d'anticorps spécifiques d'agents pathogènes de la pneumonie;
  • biopsie pulmonaire ou bronchoscopie avec biopsie.

Certains signes permettent de suspecter une pneumonie et de consulter en temps utile un médecin pour obtenir un diagnostic. La conclusion exacte ne repose pas sur des plaintes, mais sur les résultats de la recherche.

Qui est à risque

Toute personne peut contracter une pneumonie, mais certaines catégories de patients sont plus susceptibles de souffrir de cette maladie. Quels facteurs prédisposent à la pneumonie chez l'adulte:

Inhalation prolongée de substances toxiques, atrophie de la membrane muqueuse des voies respiratoires supérieures. L'air passe dans les alvéoles des poumons par la bouche ou les voies nasales, puis par la trachée et les bronches. Si la membrane muqueuse dans une partie de cette voie a une immunité réduite, est atrophiée ou enflammée, le risque de pneumonie est alors élevé. En raison de leurs activités professionnelles, des substances nocives sont régulièrement inhalées par les constructeurs, les ouvriers des ateliers de peinture, les employés du service de traitement sanitaire et les agents de nettoyage. Les fumeurs et les toxicomanes qui inhalent des mélanges toxiques sont également à risque.

  • Bronchite chronique, trachéite, laryngite, amygdalite, rhinite, sinusite. En cas d'inflammation prolongée des sinus nasaux, du larynx, des bronches ou de la trachée, vous devez surveiller votre état de près. Dans le contexte d'une de ces maladies, le patient peut ne pas prêter attention aux premiers signes de pneumonie.
  • Mode de vie couché ou sédentaire. Chez les adultes, en particulier chez les personnes âgées, une activité physique insuffisante diminue le volume des poumons et engendre une congestion. Des symptômes tels que l'essoufflement, la respiration sifflante et les expectorations apparaissent chez les patients alités. La pneumonie est le plus susceptible de se produire si un patient au lit souffre d'obésité ou de maladie cardiovasculaire.

    Immunité réduite, infection par le VIH. Chaque jour, un nombre immense d'agents pathogènes pénètrent dans les poumons avec l'air. Si le système immunitaire fonctionne correctement, vous pouvez maintenir un poumon en bonne santé.
    Si le système immunitaire est affaibli, une inflammation se produit. Le plus souvent, les pneumocoques sont des agents pathogènes auxquels une infection fongique se joint par la suite. La pneumonie lente se distingue de l'absence aiguë d'une augmentation significative de la température. Le système immunitaire contrôle le processus inflammatoire, mais ne peut pas éliminer complètement la source de l'infection.

    • personnes sans certain lieu de résidence;
    • alcooliques;
    • toxicomanes.

    La maladie est formée avec la participation de facteurs prédisposants, mais aussi provocants. Quelle est la cause de la pneumonie atone:

    • l'hypothermie;
    • infection bactérienne, virale ou fongique;
    • complications après une intervention chirurgicale sur la cavité abdominale ou thoracique;
    • maladies du coeur et des vaisseaux sanguins;
    • maladies endocriniennes.

    La pneumonie touche presque toujours non seulement les alvéoles des poumons, mais aussi les bronches. Si vous ne faites pas attention aux signes de la maladie en temps opportun, cela devient chronique. La forme chronique est plus difficile à traiter. Le danger mortel de pneumonie concerne les adultes de plus de 65 ans, ceux souffrant d'insuffisance cardiaque ou du VIH.

    Les premières manifestations de la pneumonie paresseuse

    Dans la plupart des cas, l'inflammation du tissu pulmonaire a des foyers bien définis, ne les dépasse pas. Le caractère focal, plutôt que diffus, est causé par l'activité du système immunitaire, qui protège les tissus sains de la propagation de l'infection. La pneumonie atone fait ses débuts de 3 façons:

    1. Complication du SRAS, bronchite ou autre infection des voies respiratoires supérieures.
    2. Dans le prolongement de la pneumonie aiguë.
    3. En tant que maladie indépendante.

    Symptômes apparaissant si la pneumonie n'est pas précédée d'une autre maladie:

    • montée en température à 37,5 degrés;
    • essoufflement, essoufflement à l'effort;
    • faiblesse générale, baisse des performances.
    • respiration sifflante et sifflement dans les poumons;
    • à la sortie des expectorations verdâtre pâle;
    • une sensation désagréable dans la poitrine en toussant.

    La température est normalisée dans les 1 à 5 jours. De plus, la maladie se poursuit secrètement jusqu'au moment de la transition vers la forme aiguë ou de l'auto-guérison. Le processus inflammatoire peut durer plusieurs années, voire des décennies.

    Il est imprudent de s'attendre à ce que la pneumonie disparaisse d'elle-même. La pneumonie chez l'adulte est traitée par un pneumologue; pour une consultation primaire, vous devriez consulter un médecin généraliste sur le lieu de l'insertion.

    Inflammation des poumons, complication du SRAS ou de la bronchite

    Toute maladie infectieuse des voies respiratoires supérieures peut en théorie être compliquée par une pneumonie. Mais dans la pratique, les ARVI et la bronchite sont les plus populaires. Signes de pneumonie après le SRAS et après la bronchite:

    1. L'état du patient s'améliore, la température revient à la normale.
    2. Après 2-3 jours, la température augmente à nouveau et reste dans les limites de 37,0 à 37,5 degrés.
    3. À ce stade, une toux sèche ou humide, un bruit ou une respiration sifflante dans les poumons apparaissent.

    L'accumulation de crachats dans les alvéoles et la toux conduisent au fait que le patient ne peut pas respirer normalement. Oxygène à jeun et essoufflement cause:

    • mal de tête;
    • fatigue et diminution de la concentration;
    • perte d'appétit, faiblesse;
    • troubles du sommeil, insomnie ou somnolence.

    Avec les expectorations, les cellules mortes auxiliaires et

    agents pathogènes. L’apparition de crachats et une toux réflexe sont des signes de l’activité du système immunitaire.

    Une fois que le système immunitaire a produit des anticorps contre l'agent pathogène, l'état de santé s'améliore et la respiration devient plus libre.

    1. Avec une enquête aléatoire sur une autre maladie.
    2. Lorsque exacerbé.
    3. À titre posthume.

    L'exacerbation se produit avec de la fièvre jusqu'à 40 degrés, une intoxication grave, une expectoration abondante des expectorations vertes ou jaunes. Le patient souffre de respiration sifflante dans la poitrine, ne dort pas bien et se sent débordé. Dans cette condition, une hospitalisation est nécessaire dans le service de pneumologie pour patients hospitalisés.

    Pneumonie chronique en tant que complication de aiguë

    Si le traitement de l'inflammation aiguë des poumons n'a pas été effectué conformément aux règles, si le patient a été traité indépendamment ou s'il a fini de prendre le médicament avant l'heure prescrite, il est possible que la maladie se transforme en forme lente. Dans la pneumonie chronique, des exacerbations se produisent:

    • en fumant, en respirant de la fumée, des substances toxiques;
    • tout en réduisant l'immunité due à une autre maladie;
    • pendant la grossesse;
    • avec une perte de sang, avec des blessures;
    • à mesure que le corps vieillit.

    Il existe des cas où des patients ont souffert d'une pneumonie aiguë à l'âge moyen et ont été confrontés à des exacerbations périodiques de maladies chroniques jusqu'à un âge avancé.

    Si un certain temps après la fin du traitement pour la pneumonie aiguë, la toux ou l’essoufflement réapparaît, contactez votre médecin. Ce n’est qu’ainsi que la maladie pourra être complètement éliminée.

    Pronostic de récupération

    Le schéma thérapeutique varie en fonction du type de pneumonie pathogène. Le pneumocoque est l'agent pathogène le plus répandu qui cause des dommages aux poumons. Alors allez:

    • les streptocoques et les staphylocoques;
    • les mycoplasmes, legionella, klebsiella, chlamydia;
    • cytomégalovirus, rhinovirus, adénovirus et autres virus.

    Pneumonie paresseuse: causes, diagnostic, traitement

    Préface à l'article. La pneumonie paresseuse est une forme aiguë de pneumonie. Lorsque cette forme se produit, une petite zone de tissu pulmonaire est diagnostiquée chez un patient. Sur la base de cette caractéristique, les médecins appellent une telle pneumonie focale.

    • des frissons;
    • fièvre
    • toux sèche;
    • crachats faibles;
    • douleur à la poitrine;
    • faiblesse générale et fatigue.

    Raisons

    La pneumonie atone est le résultat de complications d’infections respiratoires aiguës, de grippe,
    bronchite et trachéobronchite. La pneumonie focale se produit beaucoup plus souvent chez l’adulte lors d’épidémies de grippe et de maladies respiratoires aiguës. Le virus de la grippe réduit la capacité de l’immunité à lutter contre d’autres infections, ce qui entraîne le développement d’une microflore pathogène et de virus dans les poumons. Les signes de pneumonie atone apparaissent chez les adultes après des maladies telles que:

    • coqueluche
    • la rougeole;
    • fièvre typhoïde;
    • otite moyenne purulente;
    • la furonculose;
    • abcès du foie;
    • la péritonite;
    • autres maladies du système respiratoire, des sens, de la digestion.

    La pneumonie à staphylocoques est caractérisée par la présence d'abcès et d'épilème dans les poumons. Il existe deux formes de pneumonie paresseuse:

    1. Primaire - se caractérise par la pénétration de pathogènes dans les bronches et le développement de la maladie.
    2. La pneumonie secondaire est la pénétration de virus ou de bactéries dans les systèmes lymphatique et circulatoire.

    Facteurs contributifs

    La pneumonie bronchique paralysée se développe chez les adultes atteints de maladies chroniques (diabète, tumeurs). Une susceptibilité accrue à la pneumonie se manifeste également chez les patients subissant un traumatisme mécanique ou une intervention chirurgicale.

    Par exemple, une pneumonie focale se développe chez l'adulte si elle est due à
    fractures des membres, les dommages à la moelle épinière sont restés longtemps en position couchée.

    Une faible ventilation des poumons contribue au développement de la flore pathogène. En conséquence, une pneumonie lente se développe à la suite d'un blocage des bronches, ce qui contribue à perturber les échanges gazeux dans les tissus pulmonaires de la partie touchée.

    Les signes de pneumonie lente

    Lors du diagnostic d'une maladie, le début du diagnostic n'est pas toujours possible à déterminer. Chez les jeunes de 18 à 35 ans, la pneumonie atone présente des symptômes aigus. La température monte à 38-38,5 ° C Une toux forte et sèche apparaît et le patient respire fortement, avec essoufflement.

    En écoutant les poumons, le médecin entend de beaux rales à bulles. Si la pneumonie est accompagnée d'une bronchite, le médecin entend des râles secs pendant l'examen.

    Diagnostic de sang

    Lors de l'analyse de la composition hémologique, le nombre de leucocytes dans le sang est normal, mais des cellules sanguines dégénératives (neutrophiles) apparaissent.

    Un test sanguin pour la pneumonie virale a d'autres caractéristiques diagnostiques. Des symptômes tels qu'une diminution du nombre de leucocytes dans le sang, une augmentation du degré de coagulabilité due à une augmentation du contenu en fibrinogène et en acides sialiques permettent de diagnostiquer une pneumonie focale virale.

    Afin d'éliminer l'infection massive de sang par des bactéries, un test sanguin pour déterminer le nombre de bactéries est effectué au laboratoire.

    Diagnostic par rayons X

    Examen aux rayons X d'une pneumonie de faible intensité chez l'adulte
    signes clairs de panne d'électricité, ayant plusieurs caractères.

    Les signes de pneumonie à petite échelle sur la radiographie sont soit un assombrissement flou, soit de légers changements dans la configuration des poumons.

    Symptômes similaires

    La pneumonie lente a des symptômes similaires avec les maladies suivantes:

    • la tuberculose;
    • cancer du sang alvéolaire;
    • infarctus pulmonaire;
    • abcès des poumons.

    Caractéristiques de la thérapie

    Le traitement de la pneumonie focale chez l’adulte commence par une antibiothérapie. Mais les antibiotiques sont prescrits par un médecin, après un examen approfondi du patient par une combinaison de méthodes. On prescrit au patient des médicaments appartenant à des groupes tels que:

    1. Céphalosporines.
    2. Groupe de médicaments pénicilline.
    3. Fluoroquinalons.

    Les préparations peuvent être administrées non seulement par injections intramusculaires ou à l'aide de compte-gouttes intraveineux, mais aussi par les vaisseaux lymphatiques ou par les bronches directement dans le foyer inflammatoire.

    Dans la période aiguë de la maladie, on prescrit aux patients un traitement visant la détoxification de la perfusion et les processus anti-inflammatoires. Si la pneumonie focale est difficile, on prescrit au patient des médicaments à base de corticostéroïde. Afin de nettoyer les poumons des expectorations, des médicaments bronchodilatateurs et mucolytiques sont administrés par voie intraveineuse. Des vitamines et des médicaments injectés par voie intramusculaire pour stimuler la production d’anticorps dans le sang.

    Comme décrit ci-dessus, la pneumonie focale a un effet significatif sur le travail du cœur en perturbant le rythme cardiaque et en accélérant le rythme cardiaque. Pour normaliser le travail du cœur, prescrire des médicaments glycosidiques, des médicaments diurétiques.

    Après deux semaines de pneumonie aiguë et la normalisation de l'état du patient, l'administration de médicaments (vitamines et autres préparations renforçantes) est prescrite par électrophorèse.

    Prescrire un massage thoracique de dix jours visant à séparer rapidement les poumons, à éliminer les expectorations et à normaliser les zones touchées des poumons du patient.

    Après la récupération, il est conseillé aux patients de consulter un pneumologue pendant les 6 prochains mois.

    Plusieurs recettes pour renforcer le corps

    • Une décoction de raisins secs noirs. Une cuillère à soupe de raisins secs noirs est hachée finement, puis 0,5 litres d'eau chaude sont versés et cuits à feu doux pendant environ 5-7 minutes. Ensuite, la perfusion doit être refroidie à la température ambiante. Utilisez une tasse par jour (200-250 ml) tout au long de la journée.
    • Figues au lait. Cinq fruits de figues ont versé 0,5 litre de lait chaud. Infusion cuire 10 minutes à feu doux. Consommez 200-250 ml par jour.
    • Deux cuillères à soupe d'avoine ajouter 2 c. cuillères de raisins secs. Mélangez 1 litre d'eau chaude. Le mélange est placé dans l'étuve jusqu'à évaporation complète de l'eau du réservoir. Une petite quantité de miel est ajoutée au médicament. Utilisez l'outil pour une demi-tasse 4 fois par jour.

    Symptômes et traitement de la pneumonie de faible intensité

    La pneumonie atone est une inflammation du tissu pulmonaire, le plus souvent focale. Cette maladie survient sous forme bénigne et ne présente aucun symptôme prononcé. L'inflammation lente fait référence à un type particulier de pneumonie. Divers virus et bactéries peuvent provoquer une telle inflammation. Cette forme est considérée comme la plus facile et a le pronostic le plus favorable. Le traitement de la pneumonie atone peut être effectué en ambulatoire, même chez les jeunes enfants.

    Raisons

    Les causes de la pneumonie paresseuse sont nombreuses. Le plus souvent, l'inflammation se développe comme une infection secondaire après des maladies respiratoires ou la grippe, qui ont été compliquées par une trachéobronchite. Très souvent, la maladie est diagnostiquée lors d'épidémies de grippe en automne-hiver. Cela est dû au fait que la grippe réduit considérablement le système immunitaire et que la microflore pathogène pénètre facilement dans les voies respiratoires. Pour cette raison, la grippe est souvent compliquée par une otite purulente, une péritonite ou une coqueluche.

    Dans presque tous les cas, la pneumonie atone est causée par un pneumocoque. L'inflammation focale peut être primaire ou secondaire. De nombreux facteurs prédisposants peuvent affecter le développement de la pathologie. Les personnes souffrant de maladies systémiques aiguës ou chroniques, telles que le diabète ou le cancer, sont particulièrement exposées à ce type de pneumonie.

    Il existe des cas de pneumonie atone chez des patients alités de longue durée. Cela est dû à une ventilation insuffisante des organes et à la stagnation. Dans ce cas, on parle de forme stagnante.

    Il est possible de soupçonner cette maladie si, au cours de la période de récupération, le patient présente une forte augmentation de la température, une toux hystérique est apparue.

    Tableau clinique

    Une caractéristique de cette maladie est qu’elle ne provoque presque jamais de symptômes brillants. Beaucoup de patients ignorent complètement que, dans le contexte d'une maladie respiratoire, ils ont développé une pneumonie focale. devrait être alerté par la hausse répétée de la température pendant la période de récupération, ainsi que d'une forte toux. Si tel est le cas, il est impératif de consulter un médecin. Afin de poser le bon diagnostic, le médecin dirige généralement le patient vers une radiographie. Le patient doit comprendre que si le traitement n’est pas commencé à temps, il peut y avoir des complications sérieuses qui aggravent considérablement le pronostic de la maladie.

    Les symptômes de pneumonie de faible intensité chez les adultes et les enfants sont légèrement différents. Chez les enfants, en particulier les plus jeunes, une telle maladie est lente et ressemble beaucoup à un rhume. Par conséquent, dire sans équivoque que le bébé a commencé à avoir une pneumonie est tout simplement impossible.

    Vous devez faire attention aux signes caractéristiques de pneumonie atone comme une augmentation de la température à l'approche de la nuit. Habituellement, chez les enfants, la marque ne dépasse pas 38 degrés. De plus, ces symptômes peuvent survenir:

    • maux de gorge;
    • toux sévère et nez qui coule;
    • la faiblesse;
    • essoufflement qui se produit même au repos.

    Chez les enfants, cette forme de la maladie se produit sur le fond de la récupération. Dans le contexte d'un système immunitaire affaibli, une maladie répétée peut provoquer diverses complications difficiles à traiter. Si le diagnostic est posé à temps et correctement, le traitement de cette forme de pneumonie ne prendra pas plus de deux semaines.

    Un symptôme évident de pneumonie paresseuse chez les enfants d'âges différents peut être une toux, qui augmente le soir.

    Chez un adulte, la maladie peut commencer de manière très intense. Dans ce cas, la température peut atteindre 39 degrés et plus. En outre, il existe d'autres signes de cette maladie:

    • Toux sèche, avec une faible quantité de crachats.
    • La fièvre
    • Transpiration excessive et faiblesse.
    • Essoufflement.
    • Tachycardie
    • Respiration rapide.

    La gravité de tous les symptômes dépend de l'état d'immunité et de l'état de santé général de la personne. Les personnes affaiblies tombent plus malades et se rétablissent plus lentement.

    Selon la localisation du processus inflammatoire, des modifications de la voix peuvent être observées. Si le foyer est situé au milieu, le timbre de la voix change. Si la pointe du poumon est affectée, il est certain que la voix est enrouée. Avec la défaite d'autres régions du poumon ne sont pas observés.

    Chez les enfants, cette forme de pneumonie se manifeste souvent par des caprices et un manque d'appétit. Ce n'est que lorsque la maladie progresse que l'enfant devient lent et dort beaucoup.

    Diagnostics

    Un médecin expérimenté peut diagnostiquer une pneumonie paralysée uniquement sur la base d'une auscultation. Lorsque vous écoutez les poumons du patient, vous pouvez entendre des râles d'intensité variable et des frottements pleuraux. La respiration de tels patients est toujours difficile. Pour clarifier le diagnostic prescrit radiographie ou tomographie par ordinateur. Cette dernière méthode d’examen permet de déterminer même les plus petits foyers d’inflammation.

    Le patient doit passer des tests de sang et d'urine. Cela est nécessaire pour évaluer l'état général du corps. Selon l'indicateur de l'ESR, vous pouvez déterminer la force du processus inflammatoire dans le corps. Dans certains cas, une bronchoscopie et une échographie de la cavité pleurale sont prescrites.

    Traitement

    Traiter l'inflammation pulmonaire flasque avec des médicaments antibactériens. Si l'agent causal de la maladie ne peut pas être identifié, des médicaments systémiques sont prescrits. Le plus souvent, les médicaments prescrits appartiennent au groupe des pénicillines, des céphalosporines et des fluoroquinalons. La durée de ce traitement doit être d’au moins 10 jours. Les antibiotiques ne sont souvent pas prescrits sous forme de comprimés, mais dans des solutions pour administration intraveineuse et intramusculaire.

    En plus des antibiotiques, dans le traitement de la pneumonie atone, les médicaments de ces groupes sont utilisés:

    • Anti-inflammatoires.
    • Médicaments antipyrétiques.
    • Mucolytiques et médicaments expectorants.
    • Les corticostéroïdes sont prescrits dans les cas particulièrement graves.
    • Vitamines.
    • Immunomodulateurs.

    Si l'intoxication de l'organisme est fortement exprimée, un traitement de désintoxication peut être appliqué. Pour les problèmes cardiaques, des médicaments pour le cœur sont prescrits.

    Après la fin de la phase aiguë de la maladie, un massage thoracique et des procédures physiothérapeutiques sont prescrits.

    Quoi ne pas faire pendant le traitement

    Beaucoup de gens essaient longtemps de traiter eux-mêmes une pneumonie atone, sans avoir recours aux services d'un médecin. Cela ne peut pas être fait, car la maladie peut être grandement compliquée par d'autres pathologies et dans ce cas, le traitement nécessitera un ordre de grandeur plus long.

    Il n'est pas nécessaire de mettre des pansements à la moutarde dans la période aiguë de la maladie ni de se rendre dans un bain ou un sauna, étant donné que, lorsque le corps se réchauffe, la maladie disparaît rapidement. Dans ce cas, l'état du patient peut être considérablement aggravé, et s'il existe des pathologies chroniques du cœur, un tel échauffement peut généralement se terminer très tristement.

    Il est possible de mettre des pansements à la moutarde uniquement pendant la période où la température ne monte pas. Cette procédure doit être convenue avec le médecin.

    Le patient doit se conformer au repos au lit. Il est strictement interdit de porter la maladie sur ses pieds et surtout d'aller au travail.

    Si le traitement de la pneumonie atone commence de manière opportune et s’effectue intégralement, le pronostic est très bon. Une récupération complète est observée après 2 semaines et la maladie ne ressemble plus à elle-même. Les antibiotiques doivent être associés au traitement, à l’exception des seuls cas où la maladie est causée par un virus.