Pneumonie lobaire

La pneumonie lobaire est une inflammation infectieuse-allergique aiguë qui affecte un ou plusieurs lobes du poumon et de la plèvre. La pneumonie lobaire se manifeste par des frissons, de la fièvre, des maux de tête et des douleurs pleurales, une faiblesse générale, une transpiration, un essoufflement et une toux grasse. Le diagnostic de pneumonie lobaire est établi sur la base de l'anamnèse, de l'auscultation, des données radiologiques des poumons et d'un test sanguin clinique. En cas de pneumonie lobaire, il est important de prescrire des antibiotiques précoces, de traiter la PR, de mener un traitement symptomatique et de désintoxication, ainsi que de la physiothérapie.

Pneumonie lobaire

En fonction des signes cliniques et morphologiques en pneumologie, on isole la pneumonie lobaire (croupous, pleuropneumonia) et focale (lobulaire, bronchopneumonie). L'incidence de diverses formes de pneumonie aiguë est assez élevée: parmi les maladies pulmonaires non spécifiques, la pneumonie représente 29,3% des cas. La pneumonie lobaire ou lobaire se caractérise par des lésions du lobe entier du poumon (bronchioles respiratoires et du tissu alvéolaire sans l’intérêt des plus grandes bronches) et une atteinte pleurale. Une pneumonie commune affecte principalement les adultes, moins souvent les enfants.

Causes de la pneumonie lobaire

Les agents responsables de la plupart des cas de pneumonie lobaire sont diverses souches de pneumocoque (moins communément, autres micro-organismes, par exemple Friedlander diplobacillus), qui peuvent normalement pénétrer dans les poumons par voie bronogénique, moins souvent par voie hématogène ou lymphogène.

Le développement de la pneumonie lobaire est étroitement lié à la persistance du pneumocoque dans le nasopharynx d'une personne en bonne santé et à la sensibilisation préalable de l'organisme à ses antigènes. L'apparition aiguë de la maladie est possible sur fond de santé complète en l'absence de contact avec les patients ou d'exposition répétée aux pneumocoques dans les voies respiratoires. Le risque de développement d'une pneumonie lobaire peut augmenter après une hypothermie, une infection virale grippale et une infection virale respiratoire aiguë, un stress, une réduction de l'immunité générale et locale, des blessures et un effort physique excessif. Le développement de la pneumonie lobaire est favorisé par diverses conditions ambiantes: MPOC, tuberculose, diabète sucré, cardiopathie ischémique, cancer, alcoolisme chronique. La prédisposition héréditaire joue un rôle important dans le développement d'une réaction hyperergique.

Le tableau pathogénique de la pneumonie lobaire est caractérisé par le développement d'une hypersensibilité de type immédiat. Une réaction hyperergique dans les voies respiratoires provoque des modifications inflammatoires aiguës dans le parenchyme pulmonaire. Le processus, qui débute dans un ou plusieurs foyers, se propage rapidement à travers les pores interalvéolaires à travers le tissu pulmonaire. Les dommages causés aux petits vaisseaux sanguins et lymphatiques des poumons par des complexes immuns et des enzymes de microorganismes atteints de pneumonie lobaire entraînent des troubles marqués de la perméabilité vasculaire et l'apparition d'exsudat fibrineux.

En fonction des modifications morphologiques du tissu pulmonaire dans le développement de la pneumonie lobaire classique, on distingue 4 étapes: marée, hépatisation rouge, hépatisation grise et résolution.

Symptômes de pneumonie lobaire

La pneumonie lobaire est caractérisée par une apparition soudaine et aiguë. Parmi les premiers symptômes de la maladie, l'intoxication générale (apparition de frissons graves, puis permanente, pendant 7 à 10 jours, fièvre accompagnée d'une élévation de la température supérieure à 39 ° C, maux de tête, faiblesse générale, transpiration) et broncho-pulmonaire (essoufflement, douleur pleurale du côté atteint, associée à la respiration, la toux, les expectorations).

La réponse de l'organisme en fonction de la température reflète la nature du développement du processus inflammatoire dans les poumons: avec une pneumonie lobaire simple, les fluctuations de température quotidiennes sont faibles (0,5-1 ° C); avec le développement de complications purulentes destructrices et septiques - plus de 1-2 ° С avec des frissons répétés; chez les patients âgés et affaiblis - la fièvre peut être absente.

La douleur à la poitrine lorsque la pneumonie lobaire est aiguë et intense, présente une localisation nette, augmente à la hauteur d'une respiration profonde et lorsque le corps est incliné vers un côté en bonne santé, si bien que la respiration est souvent superficielle.

Une toux caractéristique de la pneumonie lobaire au cours des deux premiers jours de la maladie est sèche et non productive, apparaît souvent lors d'une respiration profonde accompagnée d'une douleur pleurale; avec l'avènement de l'exsudat fibrineux (3-4 jours), une petite quantité d'expectorations visqueuses, mucopuruleuses ou «rouillées» (mélangées à du sang) commence à se séparer lorsqu'elle tousse.

La sévérité de l'essoufflement dans la pneumonie lobaire dépend du stade et de la sévérité du processus inflammatoire, de la présence d'antécédents alourdis. Chez les patients jeunes, il y a généralement une légère sensation de manque d'air et de tachypnée pendant l'exercice; Dans les cas de pneumonie lobaire grave et de maladies concomitantes des poumons et du cœur, une insuffisance respiratoire aiguë se manifeste par un essoufflement au repos, une sensation atroce de manque d’air, une cyanose nasolabiale du triangle.

En raison d'une intoxication par une pneumonie lobaire, on assiste à une augmentation rapide de la faiblesse générale, au développement d'une adynamie, à des symptômes neurologiques: agitation, insomnie, délires et hallucinations, perte de conscience. Différents troubles fonctionnels sont souvent observés - lourdeur dans l'épigastre, perte d'appétit, flatulences, selles instables, coloration ictérique de la peau, sclérotique des yeux et des muqueuses, douleurs dans les muscles et les articulations, arythmie, tachycardie, surdité des tons cardiaques, diminution de la pression sanguine, insuffisance vasculaire et cardiaque.

Sur la base des caractéristiques du tableau clinique, il existe trois formes de pneumonie lobaire: le lobe supérieur, le lobe inférieur et le centre. Dans la forme du lobe supérieur - l'évolution de la maladie est sévère avec des symptômes prononcés, des troubles hémodynamiques et neurologiques; dans le lobe inférieur, il se forme un pseudo-motif «abdomen aigu» avec fièvre, frissons et expectorations «rouillées»; avec une forme centrale de pneumonie lobaire, le processus inflammatoire se développe dans la profondeur du parenchyme pulmonaire et présente des symptômes bénins.

Diagnostic de la pneumonie lobaire

Les difficultés du diagnostic précoce de la pneumonie lobaire dans les conditions modernes sont dues à un tableau clinique assez diversifié de la maladie et à l’usure des symptômes.

Le diagnostic de pneumonie lobaire commence par l'interrogation du patient (plaintes, facteurs de risque, maladies concomitantes, etc.) et son examen physique. La suspicion de pneumonie lobaire devrait provoquer une forte fièvre et d'autres symptômes d'intoxication, un essoufflement, une toux, une douleur pleurale, une cyanose des lèvres et du bout du nez. Les signes diagnostiques de pneumonie lobaire lors de l'examen physique sont les suivants: présence de tachycardie et respiration rapide et superficielle; retard de la poitrine sur le côté de la lésion en train de respirer; douleur thoracique locale; augmentation des tremblements de la voix et de la bronchophonie, matité des percussions. En cas d'auscultation en cas de pneumonie lobaire, on entend un crepitus inspiratoire caractéristique et un bruit de frottement pleural, une respiration bronchique pathologique (vésiculaire dure ou affaiblie), des râles sourds humides ou sonores et à bulles fines peuvent être déterminés ultérieurement.

Les résultats de la radiographie des poumons dans 2 projections sont particulièrement importants pour confirmer le diagnostic de pneumonie lobaire: sur les radiographies, une augmentation du motif pulmonaire et de la structure radiculaire dans la zone touchée au début de la maladie est détectée; infiltration segmentaire homogène à la périphérie des champs pulmonaires pendant 4-6 jours.

Dans une étude de laboratoire sur le sang périphérique d'un patient souffrant de pneumonie lobaire, une leucocytose est observée avec un décalage de la formule vers la gauche (dans les cas très graves, leucopénie), une augmentation de la RSE et une hyperfibrinogénémie. Identifier l'agent responsable de la pneumonie lobaire facilite la culture des expectorations sur la microflore en déterminant la sensibilité aux antibiotiques.

Le diagnostic différentiel de la pneumonie lobaire est nécessaire dans les cas de cholécystite aiguë, d'ulcère gastrique ou duodénal, d'appendicite aiguë ou de pancréatite (douleur aiguë dans différentes parties de l'abdomen); avec infarctus du poumon (avec toux prolongée et expectorations sanglantes); bronchiectasie, trachéobronchite hémorragique, tuberculose et cancer bronchique du poumon (avec hémoptysie).

Complications de la pneumonie lobaire

Les complications pulmonaires de la pneumonie lobaire (développement d'un abcès et d'une gangrène du poumon, pleurésie parapneumonique, empyème de la plèvre) sont causées par une altération de la fonction fibrinolytique des neutrophiles. Les complications extrapulmonaires surviennent lorsque l’infection se propage par la voie lymphogène ou hématogène; médiastinite purulente et péricardite, arthrite purulente, péritonite, abcès cérébral, méningite purulente, endocardite avec maladie de la valve aortique, insuffisance cardiaque).

Traitement de la pneumonie lobaire

Dans la période aiguë de pneumonie lobaire, on montre le repos au lit, une boisson chaude abondante et une bonne nutrition. Le traitement des ARF avec une pneumonie lobaire comprend, le cas échéant, une ventilation mécanique, une bronchoscopie médicale, une oxygénothérapie. En présence d'un choc infectieux-toxique, d'une stabilisation de la pression artérielle, d'une correction de l'acidose métabolique et des troubles de la microcirculation, une thérapie par perfusion, une inhibition des enzymes protéolytiques sont effectuées.

Dans le traitement de la pneumonie lobaire, l’antibiothérapie joue un rôle de premier plan, qui doit être démarré immédiatement, sans attendre les résultats de l’expectoration, en utilisant une méthode empirique tenant compte de la résistance de l’agent causal aux médicaments les plus couramment utilisés. Les aminopénicillines (ampicilline, ticarcilline), les fluoroquinolones de troisième génération (ciprofloxacine, ofloxacine) et les intolérances à la pénicilline (macrolides et céphalosporines de troisième génération) sont utilisés dans les pneumonies lobaires d'origine communautaire. Dans les cas de pneumonie lobaire à l’hôpital, le schéma thérapeutique comprend les pénicillines, les céphalosporines, les fluoroquinolones, les carbapénèmes, les aminosides (parfois en association ou en substitution). La durée du traitement antibiotique dépend de la gravité et de la nature de la pneumonie lobaire, de l’adéquation et de la rapidité du traitement, du taux de normalisation de l’état du patient, de la dynamique des indicateurs de laboratoire et radiologiques et peut aller de 7-10 heures à 14-21 jours.

De plus, en cas de pneumonie lobaire, un traitement anti-inflammatoire, la prise d'antipyrétiques, d'antihistaminiques, de mucolytiques, d'immunostimulants est effectuée. Des procédures physiothérapeutiques sont prescrites: électrophorèse médicamenteuse (avec chlorure de calcium, hyaluronidase), UHF, inhalations médicamenteuses, massage thoracique et thérapie par l'exercice.

Un traitement à long terme de la pneumonie lobaire est nécessaire si plusieurs lobes pulmonaires sont atteints, ainsi que chez les patients atteints de maladies concomitantes (maladie coronarienne, MPOC, hépatite) ou souffrant d’alcoolisme.

Pronostic et prévention de la pneumonie lobaire

Le pronostic de la pneumonie lobaire est déterminé par la présence de facteurs de risque pour le développement de complications (enfants de moins de 5 ans et personnes âgées, personnes atteintes de maladies concomitantes graves, immunité diminuée, bactériémie, etc.). Le résultat est favorable avec une référence opportune au pneumologue, une thérapie adéquate, ainsi que chez les patients jeunes sans comorbidités.

Les mesures de prophylaxie de la pneumonie lobaire peuvent être le durcissement, l’activité physique, la prévention de l’hypothermie et du stress et la réhabilitation des foyers d’infection chronique.

Qu'est-ce que la pneumonie lobaire et comment la traiter?

Aujourd'hui, presque tout le monde connaît une maladie telle que la pneumonie. Cette maladie se rencontre souvent chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli et qui ne peuvent pas résister aux infections. Les jeunes enfants et les personnes âgées sont particulièrement exposés. La pneumonie lobaire - de quoi s'agit-il, comment se manifeste-t-elle et quelles sont les méthodes de traitement et de prévention?

Description générale

Les causes les plus courantes de pneumonie sont les souches de pneumocoques, qui pénètrent dans les poumons de trois façons: hématogène, brochogénique ou lymphogène. La progression de la maladie est associée à la survie de l'infection dans le nasopharynx et dépend également de la sensibilité de l'organisme. Dans certains cas, la maladie peut se développer même avec une santé relativement bonne et même en l'absence de contact avec le porteur de l'infection. L'hypothermie générale, la grippe, les ARVI, les situations stressantes, un effort physique accru associé à une immunité affaiblie peuvent provoquer une maladie.

Classification des maladies

La pneumonie lobaire est classée en fonction de la localisation et de l'évolution de la maladie.

Selon le lieu de localisation, on distingue ces types:

  • Pneumonie du lobe inférieur. Affecte les lobes inférieurs des poumons.
  • Lobe supérieur. Il affecte les lobes supérieurs des poumons, plus souvent les gauches que les droites.
  • Lobe moyen.
  • Pneumonie interlobaire. Basé sur le nom, le foyer est localisé entre les lobes de l'organe.
  • Pneumonie droite, gauche ou bilatérale. Le type le plus commun est le côté droit, en raison de cette caractéristique de la structure de la carrosserie.

Par la nature de la pneumonie lobaire peut être:

  • Aigu, caractérisé par la formation rapide et la progression de la maladie.
  • Interminable - la durée peut être supérieure à un mois.

Étapes de la progression de la maladie:

  1. La marée - œdème microbien est formé, dure environ une journée.
  2. Réchauffement du rouge - le lobe pulmonaire est affecté, ce qui entraîne une augmentation et une coloration rouge. Cela se produit le deuxième ou le quatrième jour de la maladie.
  3. Les flammes grises se caractérisent par le relâchement des tissus de la zone touchée et l'apparition d'une teinte grise.
  4. Résolution - se produit environ huit à neuf jours par rapport au début du traitement.

Les causes

La pneumonie lobaire, dont les causes résident dans la survie des pneumocoques, se développe dans de nombreuses situations. Ceci est directement lié aux processus d'échange d'air. À travers les vaisseaux bordant les alvéoles, de l'oxygène est attaché aux érythrocytes, tandis que du dioxyde de carbone est libéré. Avec un style de vie sédentaire et au fil du temps, ces processus métaboliques ralentissent considérablement. En conséquence, les agents pathogènes infectieux, stagnant des voies respiratoires, sont plus susceptibles de s’installer, les bacilles commencent à se multiplier progressivement et, une fois dans les poumons, une pneumonie se développe directement.

Beaucoup moins fréquemment, l'infection se produit par la voie lymphogène ou hématogène. Dans ce cas, la lymphe ou le sang contient un agent pathogène infectieux. Les facteurs provoquant la maladie sont les suivants:

  • Maladies antérieures telles que le VIH ou la grippe.
  • Stress constant.
  • Stress excessif sur le corps.
  • L'hérédité.
  • Immunité réduite.
  • Intoxication du corps.

Les voies respiratoires sont sujettes à des modifications inflammatoires aiguës. Une grande accumulation d'exsudat, qui se forme à la suite de la détérioration de la perméabilité vasculaire due aux dommages causés aux petits vaisseaux sanguins.

Symptômes de pneumonie lobaire

La pneumonie lobaire, dont les symptômes sont suffisamment caractéristiques et reconnaissables, présente des manifestations désagréables et a de lourdes conséquences. Alors, reconnaissez la maladie comme suit:

  1. Apparition brutale de la maladie, accompagnée d'une augmentation significative de la température corporelle ou de frissons.
  2. Manifestations de maux de tête, migraines, faiblesse accrue et somnolence.
  3. Au début, l'essoufflement se produit, ce qui passe dans la douleur de l'organe affecté, ils dépendent de la respiration. La douleur est ressentie particulièrement lorsque vous prenez une profonde respiration ou que vous vous penchez, des changements dans la respiration sont également observés, elle devient faible.
  4. Expectorations excessives et toux fréquente accompagnées de douleur. Parfois, il y a des expectorations avec des impuretés sanguines ou une nuance de rouille désagréable et muqueuse purulente.
  5. Dans certains cas, les personnes âgées ou affaiblies peuvent ne pas éprouver de fièvre.
  6. Le patient souffre d'un manque d'air, qui présente de nombreux problèmes avec le système cardiovasculaire.
  7. La maladie est accompagnée d'une intoxication du corps, qui provoque des troubles du sommeil, des troubles névralgiques, une incapacité à bouger, parfois des hallucinations. Une telle personne nécessite une attention et des soins constants.
  8. Douleur musculaire ou articulaire sensible.
  9. Forte diminution de la pression artérielle.
  10. Perturbation de l'intestin.

Recommander la lecture: pneumonie destructive

Traitement de la pneumonie lobaire chez les enfants

Les enfants sont particulièrement sensibles à diverses maladies et leurs conséquences peuvent être beaucoup plus graves que chez les adultes. La pneumonie lobaire chez les enfants apparaît assez nettement. Parfois, un enfant en parfaite santé développe rapidement les symptômes de la maladie. Initialement caractérisé par des frissons, ainsi que des maux de tête. Après cela, la fièvre apparaît. Des soins d'urgence pour l'enfant et un traitement approprié de la pneumonie lobaire sont nécessaires.

Chez les nourrissons de moins de un an, la maladie est très difficile et, avec des complications, elle peut être dangereuse, voire mortelle.

Lorsqu'un bébé contracte une pneumonie lobaire, il devient très agité, refuse de manger et des nausées, de la diarrhée et des régurgitations peuvent survenir. L'enfant pâlit et la zone du triangle nasolabial devient bleuâtre. Inchangé reste toux et le nez qui coule, empêchant l'utilisation normale de la nourriture. La toux est généralement agaçante, douloureuse et épuisante, provoquant un réflexe nauséeux. Dans le même temps, la température corporelle ne doit pas dépasser 37,5 degrés.

L'enfant doit organiser le traitement approprié, qui doit nommer un spécialiste. En aucun cas, l’automédication n’est pas auto-médicamenteuse, elle est lourde de conséquences négatives. Dans la pneumonie, dont l'agent causal est une infection à pneumocoque, on utilise des médicaments du groupe des céphalosporines ou de la pénicilline. Cela contribue à la normalisation de la température corporelle dans les premiers jours de la maladie. Cependant, près du tiers des patients doivent supporter l'état de fièvre pendant une semaine entière, ce qui se produit lorsque les deux parties de l'organe sont touchées.

Recommander à lire: Pneumonie chez les enfants

Diagnostics

Bien que la médecine soit aujourd'hui capable de diagnostiquer de nombreuses maladies à un stade précoce, la pneumonie reste assez insidieuse. Ses symptômes sont souvent lubrifiés et similaires à de nombreuses maladies.

La première étape du diagnostic est une enquête auprès des patients, un examen et un examen. Une pneumonie suspectée survient lorsque des symptômes tels que la toux sont confirmés. Fièvre, douleur à la poitrine, essoufflement. Si les médecins ont du mal à établir le diagnostic, la maladie peut alors être qualifiée de pneumonie lobaire, sans précision.

L'examen physique révèle généralement une tachycardie et une respiration superficielle et rapide, des douleurs thoraciques locales, une matité de percussion, des tremblements vocaux.

Lors de l'auscultation, il y a du bruit dû au frottement pleural, à un crepitus inspiratoire, à une respiration bronchique pathologique supplémentaire et à une respiration sifflante.

L'importance de la radiographie dans le diagnostic. Les images montrent la racine non structurelle dans la zone touchée. Les foyers segmentaires sont visibles le quatrième ou le sixième jour.

La pneumonie lobaire peut être caractérisée non seulement par des complications pulmonaires, telles qu'un empyème pleural, une gangrène d'abcès pulmonaire, mais également par des lésions extrapulmonaires, telles qu'un abcès cérébral, une arthrite purulente, une péritonite, une méningite, des maladies cardiovasculaires.

Méthodes de traitement de la pneumonie lobaire

La pneumonie lobaire, le traitement et la température au cours du traitement sont les problèmes les plus pressants dans la détection d'une maladie. Lorsqu'un patient reçoit un diagnostic de pneumonie lobaire, le traitement est fourni à l'hôpital, en particulier s'il concerne de jeunes enfants. La première étape est un traitement aux antibiotiques, auquel la plupart des agents pathogènes infectieux sont les plus sensibles. Parallèlement, des médicaments antiallergiques et antipyrétiques sont prescrits, ainsi que des agents immunostimulants. En plus des médicaments prescrits. Contribue à la séparation et à la libération des expectorations et au soulagement de la toux.

Dans les cas difficiles, une ventilation artificielle des poumons, des procédures visant à normaliser la pression artérielle, une bronchoscopie, un traitement de l'air et d'autres procédures sont possibles.

Après la maladie, le processus de réadaptation devrait être long et complexe. Parfois, l'amputation d'une partie du lobe pulmonaire affecté peut être nécessaire, de sorte que la réadaptation demande plus de temps et d'efforts. Avec de simples degrés de récupération, la récupération est facile et le corps retrouve rapidement son fonctionnement normal.

Un traitement opportun et professionnel est une garantie que la maladie passera sans conséquences négatives.

Causes, symptômes et traitement de la pneumonie lobaire

La pneumonie lobaire - une maladie affectant le système respiratoire, acquiert d’énormes limites. Dans le monde d'aujourd'hui, il est difficile de trouver une personne qui ne souffrirait pas de pneumonie parmi ses maladies. Les statistiques de l’Organisation mondiale de la santé donnent des chiffres assez importants qui déterminent l’indicateur quantitatif des personnes atteintes de cette maladie. Chez les enfants de moins de 5 ans, il représente environ 150 millions de cas de pneumonie lobaire.

Cette maladie affecte les personnes dont la capacité du corps à résister aux infections est réduite. Ceux-ci incluent les jeunes enfants et les personnes de plus de 60 ans. Les macrophages qui mangent les microbes deviennent très faibles. Ils ne peuvent pas détruire les microorganismes et renaissent dans des incubateurs pour leur reproduction. Par conséquent, avec l'apparition de l'inflammation, qui se manifeste à haute température, la toux, avec la libération d'une grande quantité de crachats, il est nécessaire de consulter d'urgence un médecin pour un examen aux rayons X. Après ses résultats, vous pouvez prescrire un traitement et parler d'un pronostic favorable de l'inflammation résultante.

Les causes

Pour identifier les causes du développement de la maladie, il est nécessaire de comprendre comment les processus d'échange d'air dans les poumons humains. Les vaisseaux sanguins se trouvent à la frontière des alvéoles. C'est à travers eux que l'oxygène est attaché aux globules rouges. Le dioxyde de carbone sort. Ces processus ne sont pas effectués de manière aussi intensive avec l'âge. Une personne bouge un peu, c'est pourquoi on observe une stagnation dans les poumons. Des pathogènes tels que les pneumocoques et leurs souches, les diplobacilles de Friedlander, s'attachent facilement à la muqueuse du lobe supérieur ou inférieur du poumon et commencent à se multiplier rapidement. La persistance des pneumocoques peut se développer longtemps dans le nasopharynx. Dans ce cas, le corps aura déjà une sensibilisation préalable à l'antigène microbien. Lorsque le pneumocoque pénètre dans les poumons dans de telles circonstances, une pneumonie aiguë du lobe inférieur ou du lobe supérieur peut se développer.

Dans de rares cas, les bacilles pénètrent dans les poumons en raison de méthodes hématogènes et lymphogènes, lorsque le sang ou la lymphe humaine est infecté par ces agents pathogènes. Les facteurs provoquant le développement de la pneumonie lobaire comprennent:

  • traitement antérieur et mauvais traitement du rhume et de la grippe;
  • stress persistant;
  • effort physique excessif;
  • maladies graves incurables (tuberculose, diabète sucré);
  • intoxication chronique du corps sous l'influence de l'alcool;
  • facteur héréditaire.
  • faible immunité contre le cancer.

Les voies respiratoires, en raison d'une réaction hyperergique, souffrent de l'apparition de modifications inflammatoires aiguës dans le parenchyme pulmonaire. Les petits vaisseaux sanguins endommagés et la lymphe des lobes pulmonaires, à l'aide de complexes immuns et d'enzymes de micro-organismes pathogènes, entraînent une perturbation de la perméabilité vasculaire et la formation de l'exsudat. Son grand nombre provoque également des symptômes d'inflammation et de pneumonie lobaire.

Étapes de l'écoulement

Les médecins conviennent que tous les changements morphologiques dans les poumons peuvent être divisés en 4 étapes. Le premier est le stade de marée haute au cours duquel se forme un œdème microbien. Il peut apparaître lorsque la pneumonie survient à gauche ou à droite ou sous sa forme focale. La première étape ne dure qu'une journée. Vient ensuite le deuxième stade, caractérisé par une impureté rouge, à laquelle tout le lobe du poumon est affecté. Il augmente en taille, a un tissu ample et sans air. Sur la plèvre, une floraison blanc grisâtre et des hémorragies ponctuées.

Du 4ème au 6ème jour de la maladie, la lumière rouge du poumon devient gris. Le tissu de l'organe respiratoire devient plus dense et lâche. Cette étape du développement de la pneumonie lobaire est appelée «congestion grise». Alvéoles complètement remplies d'exsudat. Elle se compose de particules filamenteuses de fibrine et de leucocytes de nature neutrophilique et ce n’est que le neuvième jour de maladie que l’affection entre en phase de résolution.

Signes de

Les symptômes et les signes de pneumonie lobaire sont différents des manifestations d’autres types de maladies. L'apparition de la maladie survient sous forme aiguë et soudaine. Il y a un fort frisson et des maux de tête. Ensuite, il y a une fièvre qui se caractérise par une augmentation de la température jusqu'à 39 ° C. Il peut être renversé avec des médicaments antipyrétiques. La douleur pleurale apparaît dans la zone touchée.

À tous les stades, la pneumonie au lobe supérieur et inférieur est caractérisée d'abord par une toux sèche, puis humide, avec des crachats abondants, de consistance visqueuse et d'une teinte jaune, parfois rouille. La pneumonie du lobe supérieur provoque un essoufflement chez un patient. Il y a des éruptions cutanées sur les lèvres, semblables à l'herpès.

Ces symptômes sont accompagnés de manifestations d'intoxication générale, caractérisée par une pneumonie du lobe supérieur. Il s’agit d’une faiblesse constante, de la fatigue, d’une forte réduction de poids, de l’insomnie. La peau devient jaunâtre en raison de l'augmentation quantitative du niveau de bilirubine. Si elle n’est pas traitée, la pneumonie du lobe supérieur peut provoquer une insuffisance cardiaque et respiratoire et un choc septique.

Le lieu de formation du processus inflammatoire détermine la forme clinique de la maladie. La pneumonie du lobe supérieur a un cours plus complexe. Une forte fièvre et un essoufflement ne font qu'ajouter à la difficulté du traitement. La pneumonie à Nizhneolevaya est compliquée par le passage de l'inflammation à la région de la plèvre diaphragmatique. Dans les cas où les médecins ont du mal à établir le diagnostic étiologique, cette affection est classée dans la pneumonie lobaire, sans précision.

Thérapie

Pour éviter les complications et un prompt rétablissement, il est impossible de faire appel à un thérapeute et à un examen radiologique. Une fois le diagnostic établi (pneumonie du lobe inférieur, lobe supérieur ou aigu), une antibiothérapie est prescrite pour détruire les micro-organismes responsables du processus inflammatoire. Les médicaments couramment utilisés incluent le groupe des amoxines, des céphalosporines et des ciprofloxacines. Ils sont administrés par voie intraveineuse et intramusculaire. Les comprimés d'amoxicilline ou d'acide clavulanique sont pris à domicile pour le traitement d'un enfant ou d'un adulte.

En association avec ces médicaments, il est nécessaire d'excréter les produits d'intoxication du corps. Cela aidera les médicaments pour la thérapie métabolique. Pour faciliter la toux et le sevrage des mucosités, des médicaments mucolytiques sont prescrits et un traitement non agréé est administré. Les médicaments antiseptiques incluent les médicaments du groupe des dexans, les dioxidines, les lazolvanes.

Lorsque des processus lourds dans les poumons avec l'impossibilité de se libérer des expectorations, ils sont extraits à l'aide d'une intervention bronchoscopique de rééducation. Dans le même temps, avec l'aide de dispositifs spéciaux sucer le mucus et injecté dans des solutions antiseptiques légères. En tant que thérapie supplémentaire, un traitement avec des remèdes populaires est effectué, des procédures physiothérapeutiques et des massages thérapeutiques sont appliqués.

Un traitement opportun permettra de protéger le patient atteint de pneumonie lobaire contre les conséquences indésirables et de préserver sa santé pour longtemps.

Pneumonie lobaire, sans précision

Rubrique CIM-10: J18.1

Le contenu

Définition et informations générales [modifier]

La pneumonie lobaire (lobaire) est une maladie inflammatoire des poumons causée par une allergie aiguë.

Étiologie et pathogenèse [modifier]

Il est causé par des pneumocoques des types 1, 2 et 3, rarement diplodacillus Friedlander (Klebsiella), ainsi que par certains autres agents pathogènes. Le chemin de l'infection - aéroporté. La mortalité est d'environ 3%.

La pneumonie croupeuse dans la version classique se déroule en 4 étapes: la phase d'afflux (œdème inflammatoire), l'hépatisation rouge, l'hépatisation grise et la résolution. Cependant, il peut parfois y avoir simultanément des modifications correspondant à différents stades de la maladie.

Le stade de la marée dure 1 jour et se caractérise par une pléthore de capillaires alvéolaires, un œdème interstitiel.

et l'accumulation d'exsudat ressemblant au fluide œdémateux dans les lumières alvéolaires. Macroscopiquement, le lobe affecté du poumon est plein de sang et compacté. Les exsudats microscopiques des alvéoles le long des cours alvéolaires et les pores du Kona s'étendent sur tout le lobe. L'exsudat contient des microbes en croissance active, des macrophages alvéolaires uniques et des leucocytes polymorphonucléaires. Parallèlement, il se produit un œdème et des modifications inflammatoires de la plèvre.

L'hépatite rouge de stade survient le deuxième jour de la maladie. Le lobe touché est sans air, dense, rouge et ressemble à un tissu hépatique. Sur une plèvre épaissie - superpositions fibrineuses. Au microscope, un grand nombre d'erythrocytes, de leucocytes polymorphonucléaires uniques, de macrophages et de fibrine sont détectés dans l'exsudat.

Le stade d'hépatite grise tombe le 4 au 6ème jour de la maladie. Macroscopiquement, le lobe atteint est élargi, lourd, dense, sans air, avec une surface granuleuse sur la coupe. La plèvre est épaissie, trouble, avec des recouvrements fibrineux. À ce stade, on observe une diminution des capillaires pulmonaires, de la concentration en exsudat de leucocytes, de macrophages et de fibrine polymorphonucléaires vivants et morts. Les granulocytes effectuent principalement la phagocytose des pneumocoques opsonisés et de la lyse de la fibrine, ainsi que des macrophages - détritus nécrotiques.

Manifestations cliniques [modifier]

Symptômes et signes cliniques et radiologiques

- Une pneumonie suspectée doit survenir si le patient a de la fièvre, des symptômes de toux, d’essoufflement, des expectorations et / ou des douleurs thoraciques. La faiblesse non motivée, la fatigue et la transpiration nocturne sont également caractéristiques.

- Signes objectifs classiques de pneumonie détectés au cours de l'examen physique du patient: raccourcissement (matité) du son de percussion sur la région pulmonaire touchée, respiration bronchique localement écoutée, foyer de râles sonores ou crépitations inspiratoires, augmentation de la bronchophonie et du tremblement vocal.

- Chez certains patients, les signes objectifs de pneumonie peuvent différer des signes typiques ou peuvent être complètement absents. Par conséquent, une radiographie pulmonaire est nécessaire pour clarifier le diagnostic.

- La présence de modifications infiltrantes focales dans les poumons lors de la radiographie thoracique, associée aux symptômes correspondants d'infection des voies respiratoires inférieures, permet de vérifier le diagnostic de pneumonie.

- Le signe radiologique de la pneumonie est infiltrant, en général un obscurcissement unilatéral du tissu pulmonaire, qui peut être focal, confluent, segmental (polysegmental), lobaire (généralement homogène) ou total. L'examen radiographique doit être effectué dans deux projections: antérieure et latérale. Lors de la réalisation d'une étude, il convient d'évaluer la prévalence d'infiltration, la présence ou non d'épanchement pleural, la cavité de destruction et les signes d'insuffisance cardiaque.

- Les épanchements pleuraux (généralement limités) compliquent l'évolution de la pneumonie acquise en communauté dans 10 à 25% des cas et n'ont aucune importance particulière dans la prédiction de l'étiologie de la maladie.

- La formation de cavités de destruction dans les poumons n'est pas caractéristique des pneumonies à pneumocoques, mycoplasmes et à chlamydia, mais plaide plutôt en faveur de l'infection à staphylocoques, des agents pathogènes gram-négatifs aérobies du groupe intestinal et des anaérobies.

- Dans la plupart des cas, sur la base de l'analyse de l'image radiographique clinique de la maladie, il n'est pas possible d'exprimer avec certitude l'étiologie probable de la pneumonie acquise en communauté.

Pneumonie lobaire, sans précision: diagnostic [modifier]

Les manifestations radiographiques de la pleuropneumonie dépendent en grande partie du stade de la maladie. Ainsi, au stade initial (le stade de la marée), il y a une diminution diffuse de la transparence de la zone du tissu pulmonaire sans limites claires, ce qui est associé à une hyperhémie dans le domaine de l'inflammation. Ensuite (stade d'embolisation) apparaît une zone d'infiltration d'une structure homogène dont l'ombre a une intensité moyenne. L’augmentation de la densité pulmonaire sur les radiographies à ce stade est associée à l’apparition d’exsudats dans les alvéoles et au développement d’une inflammation dans le parenchyme. Le site d'infiltration à base large est adjacent à la plèvre costale ou interlobaire, où son ombre est la plus intense. Les changements sont plus prononcés dans les segments dorsal et latéral, dans lesquels diminuent progressivement jusqu'à la racine du poumon. La plèvre interlobaire est concave vers la région sans air. Sur les radiographies et en particulier sur les scanners dans les infiltrats alvéolaires, un symptôme caractéristique de "bronchogramme à air" est révélé, lorsque des lacunes dans l'air contenant les bronches sont observées à l'arrière-plan des alvéoles remplies d'exsudat.

Au stade de la résolution, qui se produit le 9-11ème jour de la maladie, une diminution de la taille et de la sévérité de l'infiltration est notée, elle devient hétérogène en raison de la restauration progressive de la légèreté du parenchyme pulmonaire. L'exsudat fibrineux subit une fusion et une phagocytose sous l'influence d'enzymes protéolytiques des granulocytes et des macrophages. L'exsudat est éliminé par le drainage lymphatique du poumon et séparé par les expectorations. Les couches fibrineuses de la plèvre se dissolvent. Les modifications morphologiques sont généralement un peu tardives par rapport aux manifestations cliniques de la maladie. Il faut garder à l'esprit que l'assombrissement du tissu pulmonaire persiste plus longtemps que les manifestations cliniques de la pneumonie. Le résultat de la pneumonie aiguë peut être une normalisation complète de la radiographie des poumons, mais le plus souvent, il en reste des traces sous forme de déformation du schéma pulmonaire, de pneumosclérose, d'adhérences pleurales, mieux détectées par la tomodensitométrie.

Diagnostic différentiel [modifier]

Pneumonie lobaire, sans précision: traitement [modifier]

L'antibiothérapie est le seul traitement à base scientifique contre la pneumonie acquise dans la communauté.

Prévention [modifier]

Autre [edit]

Les complications de la pneumonie lobaire sont divisées en pulmonaire et extrapulmonaire. Les complications pulmonaires comprennent la carnification pulmonaire (du latin carno - meat) - organisation de l’exsudat, qui se développe soit à la suite d’un écoulement exsudé perturbé par le drainage lymphatique, soit à cause de l’insuffisance de la fonction des leucocytes polymorphonucléaires et / ou des macrophages.

Les complications extrapulmonaires sont associées à la possibilité de propagation de l'infection par les voies lymphogène et circulatoire.

La mort par pneumonie lobaire est due à une maladie cardiaque pulmonaire aiguë ou à des complications purulentes.

Caractéristiques du traitement de la pneumonie lobaire chez l'adulte et l'enfant

La pneumonie lobaire est une inflammation infectieuse aiguë avec présence de lésions dans le tissu pulmonaire et d'exsudation intra-alvéolaire.

Dans la structure des maladies infectieuses, il occupe la première place et devient une cause fréquente de décès chez les enfants et les adultes. L'incidence en Russie est de 3,9 cas pour 1000 habitants par an.

Caractéristiques anatomiques

Le poumon est un organe apparié situé dans la poitrine. Anatomiquement divisé en cinq lobes, lobi, selon la division des bronches principales. Et le poumon droit a trois lobes, et le gauche - deux. La part se compose de segments en fonction de la division ultérieure des bronches. La position symétrique du lobe moyen à gauche est occupée par le cœur, le lieu où le cœur est ajusté.

Chaque lobe est entouré d'une plèvre pariétale dont les feuilles sont en contact les unes avec les autres le long de la ligne de division des lobes.

Anatomiquement, la bronche principale droite est plus large et plus longue que la gauche. L'angle de séparation nous permet de le considérer comme une continuation de la trachée. Par conséquent, dans le cas d’une lésion unilatérale, le processus inflammatoire est le plus souvent localisé dans les segments du lobe droit, à la fois pendant la voie aérogène de l’infection et pendant le développement de la pneumonie par aspiration.

Avec la localisation du processus inflammatoire dans les segments d'un lobe du poumon, nous parlons de pneumonie lobaire ou lobaire.

La fréquence de localisation du processus pathologique chez l'adulte et l'enfant

  1. Le lobe inférieur du poumon droit.
  2. Lobe inférieur du poumon gauche.
  3. La proportion moyenne du poumon droit.
  4. Le lobe supérieur du poumon gauche.
  5. Le lobe supérieur du poumon droit.

Le diagnostic étiologique de la pneumonie est difficile dans 50 à 70% des cas. Cependant, c'est ce critère qui est utilisé pour la comptabilité statistique. Par conséquent, dans la CIM-10, une telle pneumonie est classée dans la catégorie pneumonie J18.1 Lobar, non spécifiée ou pneumonie J18.9, non spécifiée.

Agents causaux

Le spectre microbien des agents pathogènes dépend des conditions de survenue d'une pneumonie présentant certaines caractéristiques du traitement des enfants.

Tout d'abord c'est:

  • Streptococcus pneumoniae, Mycoplasma pneumoniae, Chlamidia pneumoniae, Haemophilus influenzae, Staphylococcus aureus, Moraxella catarrhalis, Enterobacteriaceae;
  • virus respiratoires dans les pneumonies non hospitalières;
  • Aeruginosa, Acinetobacterspp, Enterobacteriaceae, Staphylococcusaureus pour pneumonie hospitalière et associée à un ventilateur;
  • Bacteroides, Peptostreptococcus, Fusobacterium, Staphylococcusaureus, S. pyogenes, Haemophilus influenzae, Klostridiumpneumoniae, Escherichiacoli, P. aeruginosa avec pneumonie par aspiration;
  • chez les enfants de la première année de vie, les agents pathogènes les plus fréquents sont Mycoplasma pneumoniae, Chlamidia pneumoniae, Streptococcus pneumoniae et les virus respiratoires.

Tableau clinique

La pneumonie lobaire a un début aigu et les manifestations suivantes.

Symptômes d'un processus d'infection aigu:

  • augmentation de la température corporelle de bas niveau 37,2-37,5 ° C à fébrile 38-39,5 ° C, frissons;
  • l'apparition de toux avec expectoration, essoufflement.

Symptômes du compactage du tissu pulmonaire:

  • la présence d’une zone d’altération de la respiration, d’une crépitation ou d’une respiration sifflante dans la projection d’un des lobes du poumon droit ou gauche;
  • son de percussion sourd au-dessus de la zone de difficulté respiratoire;
  • respiration bronchique, tremblement accru de la voix du côté affecté.
  • la présence d'une zone d'assombrissement au sein d'une action.

En présence de tous les signes d'inflammation pulmonaire (clinique et de laboratoire) et de l'impossibilité d'effectuer un examen R, le diagnostic est considéré comme non spécifié.

Avec la propagation de l'inflammation sur les feuilles de la plèvre, il y a une toux caractéristique et une douleur du côté affecté. Lorsque la pleurésie sèche tousse, éternue, tourne le torse accompagné d'une douleur aiguë.

La douleur peut irradier vers l'épaule, la zone sous-costale axillaire, du côté gauche pour simuler une cardialgie. Il se produit à la suite d'un frottement de la plèvre enflammée entre eux. Dans la pleurésie exsudative, il y a une accumulation de liquide entre la plèvre de 20-50 ml à 1000-1500 ml. La douleur est sourde, moins intense, le patient se plaint d'une sensation d'inhalation incomplète, de lourdeur du côté affecté. Les symptômes d'intoxication sont exprimés: dyspnée, pâleur de la peau, tachycardie.

Indications d'hospitalisation

Les adultes âgés de moins de 60 ans sans comorbidités avec une pneumonie non grave peuvent recevoir un traitement ambulatoire (à domicile).

Traitement hospitalier pour les personnes qui ont:

  • température corporelle supérieure à 39,9 ° C (ou chute au-dessous de 35,5 ° C);
  • souffle 30 fois par minute et plus;
  • abaissement de la pression artérielle à 90/60 mm Hg. st. et ci-dessous;
  • perturbation de la conscience;
  • le nombre de leucocytes dans la numération globulaire totale augmente jusqu'à 20,0 x 109 / l ou diminue au-dessous de 4,0 x 109 / l;
  • la saturation en oxygène du sang avec l'oxymétrie de pouls est inférieure à 92%;
  • analyse biochimique des taux de créatinine dans le sang supérieurs à 177 µmol / l ou d'azote uréique supérieur à 7,0 mmol / l;
  • diminution de l'hémoglobine à 90 g / l;
  • la présence de complications (pleurésie, cavités de décomposition);
  • apparition de foyers infectieux extrapulmonaires (myocardite, méningite, arthrite septique);
  • les femmes enceintes;
  • les enfants, en particulier ceux de la petite enfance;
  • adultes de plus de 60 ans avec ou sans comorbidités;
  • citoyens socialement défavorisés (alcoolisme chronique, toxicomanie, sans abri).

Premiers secours

En cas de toux aiguë, de fièvre, d'essoufflement, de symptômes d'intoxication (pâleur, fatigue, maux de tête) accompagnés d'une infection virale respiratoire aiguë ou d'une bronchite, en particulier chez les enfants et les personnes âgées, le traitement précédent ne donnait pas le résultat souhaité, le risque de pneumonie étant très élevé. Vous devez immédiatement appeler le médecin à la maison ou vous rendre à la clinique pour un examen radiographique.

Chez les jeunes enfants, une image de la pneumonie allant jusqu’à l’apparition des symptômes d’un choc infectieux-toxique peut se développer en une journée. Avant que le médecin n'arrive, le patient doit être couché dans une pièce bien ventilée et lui fournir des boissons chaudes abondantes (boissons aux fruits non acides, boissons aux fruits, tisane aux framboises, une infusion ou une décoction de «prélèvement thoracique»). Mettre en conserve des boîtes de conserve et des emplâtres de moutarde est inacceptable! Cela ne fait qu'accélérer la propagation du processus inflammatoire.

Traitement

  1. Thérapie antibactérienne.
  2. Si le médecin a déterminé la possibilité d'un traitement à domicile, il s'agit alors de comprimés d'amoxicilline / acide clavulanique ou de céfuroxime axétil (suspension pour enfants).
  3. Lorsqu’il est hospitalisé dans le service thérapeutique, le traitement consiste à administrer une combinaison d’antibiotiques par voie intramusculaire ou intraveineuse.
  4. En état général grave, un traitement intensif est instauré avec l’introduction de médicaments destinés à la désintoxication, au maintien de l’équilibre acido-basique, à la normalisation de la pression artérielle et à la thérapie par métabolites.
  5. Mucolytiques
  6. Assigné pour liquéfier les expectorations visqueuses et contribuer à son élimination.
  7. Thérapie par nébuliseur.
  8. Decasan, la dioxidine peut être utilisé comme antiseptique. En présence d'obstruction bronchique - salbutamol avec flixotide, fénotérol (Berotek). Pour la liquéfaction des expectorations - ACC, solutions alcalines, lasolvan.
  9. En présence d'une grande quantité d'expectorations épaisses, purulentes, difficiles à évacuer, une bronchoscopie de réorganisation est réalisée avec aspiration de mucus et introduction d'antiseptiques et de mucolytiques par voie intrabronchique.
  10. Si des symptômes de pleurésie exsudative sont présents, une ponction pleurale est réalisée avec le matériel prélevé pour examen.
  11. Thérapie symptomatique.
  12. Traitements de physiothérapie et massage.

Le flegme s'éloigne-t-il mal?

Pour une récupération rapide, il est important d'expectorer les expectorations et de les éliminer du corps. Le pneumologue EV Tolbuzina explique comment procéder.

Méthode éprouvée et efficace - écrivez une recette. Lire plus >>

Si nécessaire, des médicaments antipyrétiques, analgésiques et anti-inflammatoires sont prescrits.

Pneumonie lobaire: symptômes et traitement

Pneumonie lobaire - les principaux symptômes:

  • Mal de tête
  • Douleur articulaire
  • Vertige
  • Fièvre
  • Perturbation du sommeil
  • Essoufflement
  • Des frissons
  • L'insomnie
  • Douleur musculaire
  • Transpiration excessive
  • Toux avec expectorations
  • Fièvre
  • Fatigue
  • Dégradation de la performance
  • Sentiment de dégoût de manger
  • Douleur thoracique à la respiration

La pneumonie lobaire est une inflammation du tissu pulmonaire qui ne se propage pas dans tout le poumon mais touche un ou plusieurs de ses lobes. Le groupe à risque principal comprend les jeunes enfants et les personnes âgées. La cause principale du développement de la maladie est l'effet pathologique de l'agent pathogène (virus ou bactérie), qui peut pénétrer dans le corps de plusieurs manières.

Cette maladie présente un grand nombre de manifestations cliniques, principalement de la fièvre, une toux sévère et un essoufflement.

Pour poser le bon diagnostic, il est procédé à un examen objectif, à un examen de laboratoire et à un instrument, et surtout à la radiographie pulmonaire. Dans la très grande majorité des cas, les méthodes conservatrices sont suffisantes pour le traitement.

La classification internationale de la maladie CIM 10 attribue le code J18 à une telle maladie.

Étiologie

L'agent causal de la pneumonie est souvent le pneumocoque, ou plutôt diverses souches de ce microorganisme. Cependant, l'influence d'autres bactéries pathogènes, par exemple, n'est pas exclue:

Dans les cas où l'agent responsable de l'inflammation pulmonaire n'a pas été identifié, un diagnostic de pneumonie lobaire non précisée est posé.

Il convient de noter que la source de la maladie peut vivre longtemps dans le nasopharynx humain.

Il est à noter que la phase aiguë de l'inflammation peut survenir chez une personne en parfaite santé, mais sous l'influence de certains facteurs prédisposants.

Il y a plusieurs façons de pénétrer l'agent causatif de la maladie:

  • à travers les bronches;
  • voie lymphogène;
  • voie hématogène.

Très souvent, la pneumonie lobaire lobaire survient dans le contexte de telles maladies:

Parmi les facteurs prédisposants, les cliniciens distinguent:

  • effet à long terme sur le corps des températures froides;
  • abus de mauvaises habitudes, en particulier le tabagisme;
  • résistance réduite du système immunitaire;
  • souffert de blessures graves, notamment de la poitrine;
  • effort physique intense;
  • des situations de stress fréquentes ou une instabilité émotionnelle;
  • risques professionnels;
  • microclimat défavorable de l'habitation humaine, à savoir l'humidité constante ou la présence de moisissure dans la pièce.

Classification

En fonction du lieu de localisation du foyer inflammatoire dans les poumons, on distingue les types d'affection suivants:

  • Pneumonie du lobe supérieur - caractérisée par le fait qu'elle couvre les régions supérieures du poumon, dans la plupart des cas à gauche, car elle est quelque peu différente sur le plan anatomique de la droite;
  • pneumonie inférieure - d'après le nom, il est clair qu'elle affecte les zones inférieures de cet organe;
  • pneumonie du lobe moyen;
  • pneumonie interlobaire - la pathologie est située entre les lobes pulmonaires;
  • la pneumonie du côté droit est détectée chez les patients plusieurs fois plus souvent que la pneumonie du lobe inférieur gauche. Cela est dû à la caractéristique anatomique de la structure des bronches;
  • pneumonie du côté gauche;
  • pneumonie bilatérale.

Par la nature de l'évolution de la maladie est:

  • aiguë - l'inflammation se forme et progresse rapidement;
  • prolongé - est considéré comme tel s'il dure plus d'un mois.

De plus, au cours de son développement, la maladie passe par plusieurs étapes de progression:

  • marée - la formation d'un œdème microbien. La durée de cette phase est d'environ un jour.
  • déformation rouge - le lobe entier du poumon est endommagé et son volume augmente. Du deuxième au quatrième jour de l'évolution de la maladie, le poumon devient rouge;
  • flammes grises - le tissu de l'organe affecté devient plus dense et friable et, le cinquième jour, il acquiert une teinte grise, car les alvéoles sont complètement composées d'exsudat;
  • permission - vient le neuvième jour à compter du début du traitement.

Symptomatologie

La pneumonie lobaire des parties inférieures ou supérieures du poumon se caractérise par une apparition soudaine et abrupte, caractérisée par la manifestation des signes cliniques suivants:

  • froid élégant;
  • augmentation de la température jusqu'à 39 degrés;
  • fièvre constante;
  • mal de tête intense;
  • transpiration accrue.

Au fur et à mesure que la maladie progresse, les symptômes suivants vont se rejoindre:

  • fatigue déraisonnable, ce qui entraîne une diminution des performances;
  • sensation de douleur à la poitrine pendant la respiration, aggravée par une respiration profonde ou un torse;
  • toux sévère, avec expectoration des expectorations;
  • essoufflement - d'abord avec un effort physique modéré, puis au repos;
  • perturbation du sommeil, jusqu'à son absence complète;
  • aversion pour la nourriture;
  • douleurs articulaires et musculaires;
  • des vertiges.

Il convient de noter que, selon la localisation du foyer inflammatoire, le tableau clinique peut être différent. Par exemple:

  • Pneumonie du lobe supérieur - marquée par l'apparition de symptômes prononcés du système cardiovasculaire et nerveux, entraînant une détérioration significative de la santé humaine;
  • pneumonie du lobe inférieur - les signes ressemblent davantage à l'évolution d'une maladie du tractus gastro-intestinal;
  • pneumonie du lobe moyen - se caractérise par une faible manifestation des symptômes.

La pneumonie chez les enfants et les adultes présente les mêmes symptômes, mais elle est plus difficile et plus rapide chez les bébés.

Diagnostics

Malgré le fait que la pneumonie lobaire présente plusieurs symptômes caractéristiques, il est nécessaire d'effectuer un examen de laboratoire et un examen instrumental pour poser un diagnostic correct. Cependant, au départ, le médecin doit:

  • interroger le patient en détail pour la première fois de l'apparition des signes cliniques et de leur intensité d'expression;
  • se familiariser avec l'histoire de cas et l'histoire de la vie;
  • effectuer un examen physique approfondi, qui vise principalement l'auscultation et la percussion des poumons du patient, en comptant la fréquence des mouvements respiratoires, le rythme cardiaque, ainsi que la mesure de la température corporelle et de la pression artérielle du patient.

La deuxième étape du diagnostic consiste en des tests de laboratoire comprenant:

  • test sanguin clinique et biochimique;
  • analyse d'urine;
  • analyse des expectorations - indiquera l'agent responsable de la maladie.

Parmi les examens instrumentaux, on trouve une radiographie du thorax.

La pneumonie lobaire doit être différenciée de ces maladies:

Traitement

Pour éliminer et neutraliser les symptômes de la maladie, les traitements suivants sont prescrits:

  • prendre des drogues;
  • physiothérapie;
  • application des prescriptions pour la médecine alternative.

Le traitement de la pneumonie lobaire avec des médicaments implique l'utilisation à long terme d'agents antibactériens. La durée du cours peut varier de sept jours à trois semaines. En outre, le médecin traitant peut prescrire:

  • broncho-mucolytiques;
  • médicaments antipyrétiques;
  • probiotiques;
  • immunomodulateurs;
  • substances anti-inflammatoires;
  • complexes de vitamines.

La physiothérapie implique:

  • électrophorèse et inhalation médicinales;
  • UHF;
  • Thérapie d'exercice;
  • massage thérapeutique de la poitrine.

En cas de maladie grave du patient, il peut être réalisé:

  • connecter un patient à un ventilateur;
  • bronchoscopie thérapeutique;
  • barothérapie à l'oxygène.

En tant que méthode auxiliaire de traitement peuvent être utilisés des remèdes populaires. Les plus efficaces sont:

  • pied de biche;
  • renouée;
  • feuilles de jeunes bouleaux;
  • camomille et origan;
  • les myrtilles et les raisins secs;
  • feuilles d'aloès;
  • thym et thym;
  • miel de sarrasin

L'indication de l'amputation d'une partie du poumon peut être l'inefficacité de méthodes de traitement conservatrices ou le développement de complications.

Complications possibles

La réticence à rechercher une aide qualifiée et l’ignorance des symptômes peuvent avoir les conséquences suivantes:

Prévention et pronostic

Parmi les mesures préventives qui empêchent le développement de la pneumonie lobaire, il y a:

  • rejet complet des mauvaises habitudes;
  • durcissement du corps;
  • éviter l'hypothermie prolongée;
  • activité physique modérée;
  • prévention des situations stressantes;
  • traitement opportun des processus infectieux chroniques.

Le pronostic d'une telle maladie est souvent favorable, car ses manifestations réduisent la qualité de vie du malade, ce qui l'oblige à faire appel à un médecin. Ainsi, le diagnostic et le traitement du patient en temps opportun.

Si vous pensez que vous avez une pneumonie de Lobar et les symptômes caractéristiques de cette maladie, les médecins peuvent vous aider: pneumologue, médecin généraliste.

Nous vous suggérons également d'utiliser notre service en ligne de diagnostic des maladies, qui sélectionne les maladies possibles en fonction des symptômes entrés.

Le syndrome de fatigue chronique (SHU) est une affection caractérisée par une faiblesse mentale et physique due à des facteurs inconnus et qui dure six mois ou plus. Le syndrome de fatigue chronique, dont les symptômes sont supposés être associés dans une certaine mesure à des maladies infectieuses, est également étroitement associé à l’accélération du rythme de la vie de la population et à l’accroissement du flux d’informations qui incombe littéralement à une personne.

La maladie sérique est un type de maladie allergique qui se développe en réponse à une sensibilité accrue du corps aux protéines étrangères. Le plus souvent, cela est dû à l'introduction de protéines d'origine animale, moins souvent à une réaction aux protéines humaines. Il est à noter que les symptômes de la maladie peuvent apparaître dès le début et lors de la réintroduction du sérum.

La pneumonie focale est une maladie inflammatoire et infectieuse qui ne touche pas tout le tissu pulmonaire, mais seulement une partie de celui-ci. Lorsque cela se produit, la formation d'une inflammation à petite ou grande concentration dans les lobules du poumon. La pathologie peut être à la fois indépendante et secondaire. Dans le premier cas, la source est une bactérie pathogène et dans le second, le flux d'autres maladies qui affectent les tissus de cet organe.

La brucellose est une maladie infectieuse zoonotique dont les lésions touchent principalement les systèmes cardiovasculaire, musculo-squelettique, reproductif et nerveux. Les micro-organismes de cette maladie ont été identifiés en 1886 et le découvreur de la maladie est le scientifique anglais Bruce Brucellose.

On appelle myosite les dommages musculaires dus à la nature traumatique, inflammatoire ou toxique et résultant de l'influence de divers facteurs principalement sur les fibres musculaires, entraînant leur affaiblissement et même leur atrophie. C'est une maladie qui apparaît principalement sur les muscles squelettiques humains: dos, cou, poitrine et autres groupes.

Avec l'exercice et la tempérance, la plupart des gens peuvent se passer de médicaments.