Incapacité à respirer à pleins poumons

Un homme respire presque sans s'en rendre compte. Le processus physiologique se déroule facilement et naturellement. Cela devrait être ainsi. Mais dans la pratique médicale, il existe de nombreuses situations dans lesquelles la respiration est difficile. Ensuite, il y a des problèmes importants pour le fonctionnement du corps. Le sentiment de manque d'air hante certaines personnes, les empêchant de mener leurs activités habituelles, ce qui entraîne une dégradation de la qualité de la vie. Et il est très important de comprendre pourquoi cela se produit.

Causes et mécanismes

Les patients qui ne peuvent pas respirer à pleins poumons doivent absolument consulter un médecin. Il n'y a pas d'autre moyen de découvrir la cause des violations. Seul un spécialiste est capable d’effectuer un diagnostic complet et de dire la cause du problème. Après tout, en fait, les états accompagnés d'un symptôme similaire sont nombreux. Le plus souvent, nous parlons d'une pathologie associée à l'hypoxie. Mais la lésion peut se situer à un niveau différent: ventilation de l'air, diffusion des gaz, circulation sanguine et absorption d'oxygène par les tissus.

La respiration étant vitale pour le corps, l'identification des causes de cette violation devrait être la tâche principale du médecin. Dans le processus de diagnostic différentiel, il est nécessaire de prendre en compte la pathologie suivante:

  1. Respiratoire (asthme, pneumonie, bronchite obstructive, pleurésie exsudative, atélectasie, pneumothorax).
  2. Cardiovasculaire (maladie ischémique, insuffisance cardiaque, thromboembolie, dystonie neurocirculatoire).
  3. Neuromusculaire (myasthénie, neuropathie).
  4. Échange métabolique (syndrome de Pickwick).
  5. Anémie (déficiente, hémolytique, hypoplastique).
  6. Infections et intoxications (botulisme, intoxication au cyanure, mercure).
  7. Blessures thoraciques (ecchymoses, fractures des côtes).

Mais le mécontentement par inhalation est également caractéristique d'autres situations. Par exemple, il résulte d'une mauvaise condition physique et n'indique qu'une augmentation de la charge des systèmes respiratoire et cardiaque. Des difficultés respiratoires apparaissent chez les femmes enceintes à un stade avancé. Dans ce cas, le symptôme est associé à la restriction des excursions du diaphragme en raison de l'utérus élargi et passe après 37 semaines, lorsque l'organe s'enfonce plus bas dans la cavité pelvienne. Par conséquent, l’élucidation de la cause est réalisée par une enquête complète.

L'origine des difficultés respiratoires est associée à diverses conditions pathologiques apparaissant avec des perturbations dans le fonctionnement de nombreux systèmes. Mais il y a des raisons physiologiques.

Les symptômes

Selon la terminologie médicale, la sensation de manque d'air est appelée essoufflement. Cela peut rendre difficile à inspirer ou à expirer. Parmi les autres caractéristiques du symptôme, il convient de noter:

  • Expressivité (forte, modérée ou faible).
  • Fréquence (rare ou presque constante).
  • Dépendance à des facteurs externes (activité physique, stress émotionnel).

La dyspnée est une manifestation de nombreuses maladies. Et pour faire un diagnostic préliminaire, il faut faire attention aux symptômes associés. Seule une évaluation complète des données subjectives (plaintes, anamnèse) et des résultats de l'examen physique (examen, palpation, percussion, auscultation) permettra de se faire une idée globale du tableau clinique de la maladie.

Pathologie respiratoire

L'air inhalé passe par les voies respiratoires, dont la pathologie devient le premier obstacle sur son passage. Les spasmes des bronches, l'emphysème, l'air ou un liquide dans la cavité pleurale, l'infiltration et l'effondrement du tissu alvéolaire sont les principaux obstacles au passage de l'air et à son remplissage par les poumons. Chaque maladie a ses propres caractéristiques, mais à partir des signes généraux, en plus de l'essoufflement, on peut noter ce qui suit:

  • Toux (sèche ou humide).
  • Excrétion des expectorations (muqueuse, purulente).
  • Douleurs thoraciques (au plus fort de l'inhalation, en cas de toux).
  • Augmentation de la température corporelle.

Dans l'asthme bronchique, la difficulté d'expiration prend la forme d'une suffocation. Le patient est dans une position forcée: debout ou assis avec une fixation de la ceinture scapulaire. Son visage est bouffi, ses veines au cou font saillie, il y a une acrocyanose. La respiration sifflante est audible de loin. La poitrine, comme dans la bronchite obstructive, est enflée (en forme de tonneau), car les patients expirent mal. Il est à noter que la douleur causée par la pleurésie est soulagée lorsque le patient est allongé du côté affecté. Cela les distingue des autres, tels que ceux associés à la bronchopneumonie.

La pathologie respiratoire est accompagnée de divers phénomènes de percussion et auskultativnymi. L'asthme et l'emphysème sont caractérisés par un son avec une teinte tympanique, une pneumonie et une pleurésie exsudative - en se ternissant. Dans les poumons, on entend un bruit sec (respiration sifflante, bourdonnement) ou humide (petit, moyennement bouillonnant), de crépitation ou de frottement pleural.

Maladies cardiovasculaires

S'il existe une restriction d'inhalation, il est nécessaire de penser aux maladies du cœur et des vaisseaux sanguins. On sait que les systèmes cardiovasculaire et respiratoire sont étroitement interconnectés et que les violations de l’un affectent naturellement l’état de l’autre. La réduction de la contractilité du cœur provoque des changements hypoxiques dans les tissus, ce qui oblige le corps à augmenter la fréquence de la respiration. Et l'insuffisance ventriculaire gauche entraîne généralement un œdème pulmonaire lorsque les alvéoles sont remplies de liquide (transsudat). Tout cela se reflète dans les sensations subjectives des patients.

La maladie coronarienne est la situation la plus fréquente d’essoufflement. Au début, il est observé avec un effort physique intense, puis la tolérance à celui-ci diminue progressivement et il en résulte que les symptômes sont observés seuls. En outre, d'autres signes sont caractéristiques:

  • Douleur du sternum (constriction, pression) s'étendant à la main gauche.
  • Palpitations (tachycardie).
  • Instabilité de la pression artérielle.

L’infarctus du myocarde, contrairement à l’angine de poitrine, est accompagné d’une douleur qui persiste après la prise de nitrates. Une embolie pulmonaire provoque une cyanose de la moitié supérieure du corps, une toux sèche, une hémoptysie, une hypotension, des arythmies. L'activité cardiaque pendant l'auscultation peut être étouffée, le bruit est audible, certaines tonalités sont amplifiées.

Une attention particulière doit être portée aux troubles fonctionnels du système cardiovasculaire résultant de la dystonie neurocirculatoire (vasculaire). Ils n'ont pas de substrat organique, mais apportent aussi beaucoup de problèmes. Les symptômes communs incluent:

  • Anxiété et peur.
  • Augmentation du pouls et de la respiration.
  • Diminution ou augmentation de la pression.
  • Maux de tête et cardialgies.
  • Mictions fréquentes.
  • Transpiration accrue.

Cette condition s'accompagne d'une sensation d'infériorité du souffle, lorsque vous devez faire un effort supplémentaire pour l'oxygénation. Mais il est difficile d'appeler la vraie dyspnée, car il n'y a aucun obstacle à la ventilation, à la circulation sanguine et au métabolisme normaux dans les tissus.

Les maladies du système cardiovasculaire revêtent une grande importance pour la médecine pratique. Et beaucoup d'entre eux sont accompagnés d'essoufflement.

Syndrome de Pickwick

On appelle syndrome de Pickwick un degré élevé d'obésité, associé à une diminution de la ventilation pulmonaire. Troubles respiratoires associés à une augmentation de la pression intra-abdominale et, par conséquent, à la restriction des excursions diaphragmatiques. Le thorax n'est pas en mesure de traiter complètement le remplissage des alvéoles avec de l'air (type de défaillance restrictive). Outre la dyspnée au repos et l'obésité visible, le tableau clinique comprendra:

  • Cyanose de la peau.
  • Oedème (périphérique et commun).
  • Fatigue accrue.
  • L'hypertension.
  • Somnolence.
  • Apnée du sommeil nocturne.

On trouve souvent chez ces patients des signes d’un autre syndrome - métabolique. En plus de ce qui précède, il comprend une tolérance réduite aux glucides (ou diabète sucré), une augmentation de l’acide urique et des modifications de l’activité fibrinolytique dans le sang.

L'anémie

L'hypoxie associée à une capacité insuffisante en oxygène du sang survient avec l'anémie. Ce sont des conditions dans lesquelles il y a une diminution de la concentration de globules rouges et d'hémoglobine. Il existe de nombreuses variétés d'anémie: carence en vitamines et en minéraux (fer, cyanocobalamine, acide folique), désintégration accrue des éléments formés (hémolyse), perturbation de leur synthèse dans la moelle osseuse (hypo- et aplastique). Mais les signes suivants seront essentiels au tableau clinique:

  • Faiblesse générale.
  • Pâleur et peau sèche.
  • Vertiges.
  • Palpitations.
  • Essoufflement.
  • Fragilité des cheveux et des ongles.

En cas d'hémolyse, la jaunisse augmente la rate (en raison de l'utilisation accrue de globules rouges endommagés). L'anémie aplasique est souvent accompagnée de leuco- et de thrombocytopénie. Et cela, respectivement, conduit au risque de maladies infectieuses et de manifestations hémorragiques (ecchymoses sur la peau, saignement accru).

La dyspnée est un signe caractéristique du syndrome anémique qui se produit en raison d'une diminution de la capacité en oxygène du sang.

Botulisme

Lors de la consommation d'aliments contenant de la toxine botulique, il existe une maladie infectieuse dangereuse. Cette substance est le poison le plus puissant d'origine biologique. Dans le botulisme, le système nerveux est endommagé, ce qui entraîne une transmission impulsionnelle altérée des muscles, y compris respiratoire. Et cela s'accompagne de troubles hypoxiques de différents types (circulatoire, hémicidulaire, tissulaire) et des symptômes suivants:

  • Respiration fréquente et superficielle.
  • Faiblesse musculaire, parésie et paralysie flasque.
  • Troubles oculomoteurs (omission de la paupière supérieure, doublage, défauts d'accommodation et de convergence, dilatation de la pupille).
  • Troubles bulbaires (voix nasales, problèmes de déglutition, bouche sèche).
  • Dyspepsie (nausées et vomissements, ballonnements et constipation).
  • Retarder la miction.

L’insuffisance respiratoire est l’un des symptômes les plus redoutables qui menacent la vie du patient. Cela se produit progressivement, mais cela peut aussi se produire spontanément. En cas d'hypoxie grave, le gonflement du cerveau se produit lorsque la conscience est altérée.

Diagnostics supplémentaires

La personne qui dit au médecin: «Je ne peux pas inhaler» est le patient qui doit être examiné en premier. Et dans de nombreuses situations de troubles graves, des mesures urgentes sont nécessaires afin que les diagnostics puissent être effectués dans des conditions de manque de temps. Selon les conclusions préliminaires du médecin, différentes procédures sont requises:

  1. Tests cliniques de sang et d'urine.
  2. Analyse biochimique du sang (indicateurs d'inflammation, composition en gaz, spectre lipidique, coagulogramme).
  3. Semences bactériologiques d'ensemencement et masses émétiques.
  4. Radiographie thoracique.
  5. Électrocardiogramme.
  6. Échographie du coeur avec doppler.
  7. Angiographie.
  8. Neuromyographie.
  9. Polysomnographie

Les spécialistes alliés aident à déterminer la cause de l’essoufflement: pneumologue, cardiologue, hématologue, endocrinologue, infectiologue, traumatologue et toxicologue. Toute condition présentant des symptômes similaires est soumise à un diagnostic différentiel approfondi. Et ce n’est qu’après avoir reçu des informations convaincantes que l’on peut conclure à une maladie donnée. Et sur la base des résultats, des mesures thérapeutiques sont prévues pour chaque patient.

Œdème pulmonaire - qu'est-ce que c'est et comment le soigner

L'œdème des poumons est appelé accumulation dans les tissus des poumons (transsudat), provenant des capillaires. Cette maladie grave complique la clinique de diverses maladies et, sans aide opportune ni tactique de traitement incorrecte, une telle violation peut entraîner la mort, ce qui peut provoquer un œdème pulmonaire à la foudre en quelques minutes.

Classification

L'œdème pulmonaire se développe en tant que complication de maladies cardiologiques, neurologiques, gynécologiques, urologiques, pouvant être provoquées par des maladies du système respiratoire et du système digestif chez les enfants et les adultes.

Quelle que soit la cause de l’accumulation de liquide, le mécanisme de développement distingue l’œdème pulmonaire:

  • interstitiel - le transsudat (fluide non inflammatoire) ne pénètre pas des capillaires dans les alvéoles pulmonaires, ce qui se manifeste par des symptômes;
    • essoufflement;
    • toux sèche sans crachats;
  • alvéolaires - les alvéoles sont inondées de transsudat, signes de ce processus;
    • étouffement;
    • toux avec expectorations mousseuses;
    • respiration sifflante audible dans les poumons.

La pénétration de fluide dans le tissu pulmonaire (interstitium), puis dans les alvéoles pulmonaires, constitue deux étapes de l'œdème pulmonaire, caractérisé par une augmentation des symptômes cliniques pouvant entraîner la mort sans soins médicaux d'urgence.

Le mécanisme de développement de l'œdème pulmonaire interstitiel est le suivant:

  • augmentation de la pression dans les capillaires des poumons;
  • l'extensibilité du tissu pulmonaire s'aggrave - avec fibrose;
  • le volume total de fluide à l'extérieur des vaisseaux sanguins augmente;
  • la résistance des bronches de petit calibre augmente;
  • le flux lymphatique augmente.

L'accumulation de fluide dans l'interstitium se produit par un mécanisme hydrostatique. Un œdème alvéolaire se développe à la suite de la destruction de la membrane entre les alvéoles et les capillaires, ce qui augmente sa perméabilité.

Cet œdème est appelé membrane (membrane) et se caractérise par la sortie dans la lumière des alvéoles non seulement du transsudat des capillaires, mais également des éléments formés du sang - érythrocytes, protéines.

Les conséquences de l'œdème pulmonaire membraneux sont:

  • hypoxie - état d'oxygène insuffisant dans le sang et les tissus corporels;
  • hypercapnie - augmentation des concentrations de dioxyde de carbone dans le sang;
  • acidose - augmentation de l'acidité des fluides corporels, acidification.

La durée de la crise peut aller de quelques minutes avec un œdème pulmonaire fulminant à un jour ou plus.

Il existe des cas où les signes d'œdème pulmonaire chez une personne sont détectés par hasard lors d'un examen aux rayons X lors d'une demande de traitement pour une autre maladie.

Pour la durée des attaques sont:

  • fulminant - mort par œdème pulmonaire quelques minutes après le début de la crise;
  • aiguë - se développe dans des conditions aiguës (crise cardiaque, choc anaphylactique) pouvant durer jusqu'à 4 heures;
  • série subaiguë d’attaques caractéristique d’un œdème d’origine hépatique;
  • prolongé - plus de 12 heures, caractéristique des maladies chroniques du cœur et des poumons.

Raisons

Parmi les causes d'œdème pulmonaire, il y a:

  1. Cardiogénique - causée par des maladies du cœur et des vaisseaux sanguins
    1. maladies cardiaques - crise cardiaque, endocardite, cardiosclérose, malformations congénitales et acquises;
    2. maladies vasculaires - hypertension, aortite, insuffisance aortique;
    1. maladie pulmonaire
      1. œdème unilatéral avec pneumothorax;
      2. thromboembolie;
      3. maladies chroniques - asthme, BPCO, emphysème, pneumonie, cancer du poumon;
      4. maladie alpine - réaction à une forte élévation de plus de 3 km au dessus du niveau de la mer;
    2. maladie rénale
    3. diminution de la pression oncotique, diminution de la concentration de protéines dans le sang pendant le jeûne, maladies du foie et des reins
    4. coma diabétique
    5. maladies infectieuses - coqueluche, grippe, ARVI, tétanos, poliomyélite
    6. œdème neurogène dans les lésions cérébrales, l'épilepsie, les accidents vasculaires cérébraux
    7. violation de l'écoulement lymphatique dans la fibrose, la carcinomatose
    8. allergie
    9. effets toxiques des médicaments pour l'anesthésie, la cardioversion, l'intoxication par des barbituriques, l'alcool éthylique

L’hypoxie et l’acidose sont les principaux facteurs de dégradation de l’œdème pulmonaire de toutes origines.

Oedème chez les personnes âgées

Chez les personnes âgées, une cause fréquente d'œdème pulmonaire et de décès est la stagnation de la circulation pulmonaire, qui résulte d'une longue période de dormance et qui est particulièrement caractéristique des adultes souffrant de maladie cardiaque.

Les signes de stase sanguine causés par un œdème pulmonaire chez les patients adultes alités après l'âge de 65 ans sont d'apparence similaire aux symptômes d'insuffisance respiratoire lors d'une pneumonie, caractérisés par:

  • faiblesse grave;
  • essoufflement, respiration fréquente, accompagnée d'un rythme cardiaque rapide;
  • sueurs froides, pâleur de la peau;
  • gonflement des membres inférieurs;
  • toux avec la libération de mousse avec du sang.

Parmi les causes de l'œdème pulmonaire chez l'adulte, il y a l'utilisation à long terme de médicaments contenant des salicylates, des transfusions sanguines, des réactions à l'introduction de substances protéiques ou, en réaction, à des maladies infectieuses qui surviennent lors de la défaite du système respiratoire.

Les symptômes

Il est possible d'assumer un œdème pulmonaire dans l'apparence et la position caractéristique du patient. Il prend une posture forcée, a tendance à s'asseoir ou à se lever dans son lit. L'état de santé général du patient se dégrade fortement, il a un essoufflement grave avec la participation des muscles respiratoires.

Lorsque le patient inspire de l'air, il est évident que les fosses sous-clavières et les espaces entre les côtes s’enfoncent. Les muscles respiratoires sont reliés le plus activement possible aux adultes et aux enfants présentant un œdème pulmonaire.

Et à cause du manque d'oxygène, les contractions musculaires sont gênées et le patient doit faire beaucoup d'efforts pour aspirer l'air.

On notera à tous les stades de l'œdème pulmonaire chez l'adulte et l'enfant:

  • abaisser la température de la peau, augmenter son humidité, l'apparition d'une teinte bleuâtre;
  • essoufflement grave, difficulté à respirer;
  • "Gargouillis" dans la poitrine en respirant, en parlant;
  • des vertiges;
  • peur de la mort, panique.

L'intensité des symptômes dépend du stade de l'œdème et du type de maladie qui a provoqué l'accumulation de liquide dans les poumons. Dans l'œdème interstitiel, une respiration sifflante apparaît chez le patient, qui peut être compliquée au stade de l'œdème alvéolaire par la respiration apériodique de Cheyne-Stokes.

Ce type de respiration se caractérise par des respirations fréquentes et superficielles, qui s’approfondissent progressivement pour atteindre 5 à 7 respirations. Le patient prend une respiration, puis respire à nouveau superficiellement, en diminuant progressivement la fréquence et la profondeur des respirations.

L'apparition de ce symptôme, en particulier chez une personne âgée, peut indiquer une insuffisance cardiaque en développement, ce qui complique le pronostic de l'œdème pulmonaire. La respiration apériodique provoque des crises d'arythmie, qui se manifestent par des réveils nocturnes et une somnolence diurne.

Si l'œdème est causé par une forte augmentation de la pression artérielle (TA), des valeurs prohibitives de la pression systolique peuvent survenir. Mais en général, l’attaque se produit en l’absence de variations de la pression artérielle ne dépassant pas 95 - 105 mm Hg. st.

En cas d'œdème alvéolaire, il est noté:

  • gonflement des veines dans le cou;
  • contractions fréquentes du coeur, atteignant 160 battements par minute, avec un pouls filamenteux d'un remplissage faible.

Si l'œdème pulmonaire suit un trajet prolongé, la pression artérielle et le rythme cardiaque diminuent, la respiration est superficielle et fréquente, ce qui ne provoque pas une saturation en oxygène du sang. L’état du patient dont l’attaque est prolongée est grave et menace de cesser de respirer.

Traitement

La qualité du traitement fourni dès les premières minutes de l'apparition des signes d'œdème pulmonaire dépend non seulement du moment du traitement et du rétablissement après une crise, mais également de la vie du patient. Et, même s'il était possible d'arrêter une attaque, il est toujours possible que la maladie évolue comme une vague et qu'elle s'aggrave.

Le patient doit être sous la surveillance d'un médecin dans l'année qui suit une exacerbation. Pour augmenter la survie, le traitement doit commencer dès l'apparition des premiers symptômes de l'œdème pulmonaire.

Premiers secours

Les premiers soins pour l'œdème pulmonaire doivent être fournis à ceux qui vous entourent. Le patient doit être confortablement assis pour que ses jambes pendent. Cela aide à réduire le retour du sang veineux vers le cœur et à réduire le flux de sang dans le cercle pulmonaire de la circulation sanguine.

Les personnes proches devraient, si le gonflement est causé par une maladie cardiaque, donner au patient de la nitroglycérine sous la langue pour soutenir le cœur et demander des soins d’urgence.

Pour réduire le retour veineux, prendre des diurétiques (furosémide). Le médicament est administré par voie intraveineuse et le médecin choisit le dosage correct.

Pour réduire le retour veineux, le médecin peut poser des poignets sur les jambes et les bras, ce qui ne se fait pas par voie intraveineuse. Aux poignets, l'air est pompé sous une certaine pression, qui comprime partiellement les veines à travers lesquelles le sang circule vers le cœur.

Pour réduire la force de l'attaque, un sédatif peut être administré au patient avant l'arrivée des médecins (Relanium). Cela réduira la quantité de catécholamines dans le sang, éliminera les spasmes des vaisseaux sanguins périphériques et réduira le flux sanguin veineux vers le cœur.

Lorsqu'un patient a de la mousse en respirant, il devrait être autorisé à respirer un coton imbibé d'alcool médical. Les vapeurs d'éthanol doivent être inhalées pendant 10 à 15 minutes pour que l'effet antimousse apparaisse et que le souffle bouillonnant disparaisse.

Lors de l'inhalation de vapeurs d'alcool, certaines personnes peuvent ressentir la réaction opposée, développer une toux, une sensation de manque d'air. Dans de tels cas, le patient ne peut pas être traité pour un œdème pulmonaire en utilisant un agent anti-mousse tel que l'alcool éthylique.

En médecine, à l'exception de l'éthanol, on utilise un agent antimousse utilisé dans les appareils de respiration artificielle.

Assistance médicale

L'assistance médicale comprend:

  1. Oxygénation - pour le patient, augmentez l'apport d'oxygène à l'aide d'un masque à oxygène et, dans les cas graves, de ventilation artificielle.
  2. Présentation de la morphine en tant qu'analgésique et sédatif.
  3. Le furosémide par voie intraveineuse est administré pour réduire le retour du sang dans la circulation pulmonaire.
  4. L’introduction de l’aminophylline, qui joue le rôle de
    • bronchodilatateur;
    • améliore la circulation sanguine dans les reins;
    • accélérer l'excrétion de sodium du corps;
    • améliore la contractilité cardiaque;
  5. Contrôle de la pression artérielle
    • la dobutamine, la dopamine sont administrés à une pression artérielle basse;
    • en cas d’hypertension artérielle, du nitroprussiate de sodium est injecté;
    • avec des médicaments de prescription hypertensifs destinés à soulager la pression

Un médicament, selon la cause de l'œdème, se voit prescrire un médicament:

  • hormonal;
  • agents thrombolytiques;
  • des antibiotiques;
  • des antihistaminiques;
  • hépatoprotecteurs;
  • glycosides cardiaques;
  • vasodilatateurs.

Un problème grave dans le traitement de l'œdème pulmonaire devient un démoussage. Au cours d'une attaque, le patient peut être libéré suffisamment de mousse, ce qui crée un risque d'obstruction des voies respiratoires et de mort du patient.

Lorsque la mousse des voies respiratoires est bouchée, le médecin l'enlève mécaniquement, après quoi il utilise des agents anti-mousse ou injecte une solution d'alcool à travers la trachée en réalisant une ponction transcutanée.

Prévention

Certains facteurs pouvant être évités peuvent causer un œdème pulmonaire. L'œdème cardiogénique, qui survient lors d'une insuffisance cardiaque, peut provoquer un effort physique, une anxiété, une consommation d'alcool perturbée ou un régime alimentaire.

Les patients doivent limiter leur consommation de sel, réduire leur volume quotidien de liquide et contrôler leur poids. L'activité physique ne devrait pas causer de dyspnée chez le patient.

Les maladies respiratoires infectieuses ne doivent pas être autorisées car elles peuvent provoquer une pneumonie et un œdème pulmonaire chez les patients affaiblis. Chez les personnes âgées, l'œdème pulmonaire associé à la pneumonie aggrave considérablement le pronostic de survie.

Des complications

L'œdème pulmonaire, même avec un soulagement rapide et sûr de la crise, provoque un manque d'oxygène dans les tissus. Cela entraîne de graves dommages au cerveau, au tissu cardiaque et aux poumons.

Les conséquences de l'œdème pulmonaire peuvent être:

  • ischémie du coeur et d'autres organes;
  • pneumosclérose;
  • l'emphysème;
  • congestion dans les poumons.

Chez les personnes âgées, l'hypoxie provoquée par un œdème affecte négativement la viabilité des cellules cérébrales. La privation d'oxygène des neurones entraîne une altération de la mémoire et une somnolence diurne.

Prévisions

En moyenne, l'œdème pulmonaire chez l'adulte dans 15 à 20% des cas entraîne la mort. Le pronostic vital est déterminé par la cause de l'attaque. Pour les œdèmes causés par un infarctus aigu du myocarde, la mortalité est extrêmement élevée et atteint 90% chez les adultes.

La rapidité et l’adéquation du traitement sont d’une grande importance. Le taux de survie dépend dans une large mesure de la gravité des mesures prises pour prévenir les attaques.

Pas assez d'air: les causes des difficultés respiratoires sont cardiogéniques, pulmonaires, psychogènes et autres.

La respiration est un acte physiologique naturel qui se produit constamment et auquel la plupart d'entre nous ne prêtons pas attention, car le corps lui-même régule la profondeur et la fréquence des mouvements respiratoires en fonction de la situation. Le sentiment que pas assez d’air est peut-être familier à tout le monde. Il peut apparaître après une course rapide, monter avec une grande excitation au dernier étage de l'escalier, mais un corps en bonne santé résiste rapidement à un tel essoufflement, provoquant une respiration redevenue normale.

Si la dyspnée à court terme après un effort physique ne provoque pas une anxiété grave, disparaissant rapidement pendant le repos, une difficulté respiratoire aiguë, longue ou soudaine, peut indiquer une pathologie grave nécessitant souvent un traitement immédiat. Une pénurie aiguë d'air à la fermeture des voies respiratoires par un corps étranger, un œdème pulmonaire, une crise d'asthme peut coûter la vie, de sorte que tout trouble respiratoire nécessite une clarification de sa cause et un traitement rapide.

Le système respiratoire ne participe pas seulement au processus de respiration et fournit de l'oxygène aux tissus, bien que son rôle soit, bien entendu, primordial. Il est impossible d'imaginer respirer sans un fonctionnement correct du squelette musculaire du thorax et du diaphragme, du cœur et des vaisseaux sanguins et du cerveau. La composition du sang, le statut hormonal, l'activité des centres nerveux du cerveau et diverses causes externes - entraînement sportif, nourriture riche et émotions affectent la respiration.

Le corps s'adapte avec succès aux fluctuations de la concentration de gaz dans le sang et les tissus, augmentant si nécessaire la fréquence des mouvements respiratoires. Avec un manque d'oxygène ou une augmentation des besoins respiratoires, sa respiration s'accélère. L'acidose associée à un certain nombre de maladies infectieuses, la fièvre, les tumeurs provoque une augmentation de la respiration pour éliminer l'excès de dioxyde de carbone du sang et normaliser sa composition. Ces mécanismes sont inclus par eux-mêmes, sans notre volonté et nos efforts, mais acquièrent dans certains cas le caractère de pathologiques.

Tout trouble respiratoire, même si la raison semble évidente et inoffensive, nécessite un examen et une approche différenciée du traitement. Par conséquent, quand on a le sentiment qu'il n'y a pas assez d'air, il est préférable d'aller chez le médecin - thérapeute, cardiologue, neurologue, psychothérapeute.

Causes et types d'insuffisance respiratoire

Lorsqu'une personne respire beaucoup et n'a pas assez d'air, elle parle d'essoufflement. Cette caractéristique est considérée comme un acte adaptatif en réponse à une pathologie existante ou reflète le processus physiologique naturel d'adaptation à des conditions extérieures changeantes. Dans certains cas, il devient difficile de respirer, mais il n’ya pas de désagréable manque d’air, car l’hypoxie est éliminée par une fréquence accrue de mouvements respiratoires - en cas d’intoxication au monoxyde de carbone, de travail en appareil respiratoire, de forte montée en hauteur.

La dyspnée est inspiratoire et expiratoire. Dans le premier cas, il n'y a pas assez d'air lors de l'inspiration, dans le second - lors de l'expiration, mais un mélange est possible lorsqu'il est difficile d'inhaler et d'exhaler.

La dyspnée n’accompagne pas toujours la maladie, elle est physiologique et c’est un état tout à fait naturel. Les causes de la dyspnée physiologique sont:

  • Activité physique;
  • Excitation, forte détresse émotionnelle;
  • Être dans une pièce encombrée et mal ventilée, dans les hauts plateaux.

L'augmentation physiologique de la respiration se produit de manière réflexe et après un court laps de temps. Les personnes en mauvaise condition physique, qui ont un travail de bureau sédentaire, souffrent d'essoufflement en raison de l'effort physique plus souvent que celles qui vont régulièrement à la gym, à la piscine ou tout simplement à la marche. Avec l'amélioration du développement physique général, l'essoufflement est moins fréquent.

La dyspnée pathologique peut se développer de manière aiguë ou être constamment perturbée, même au repos, fortement aggravée par le moindre effort physique. Une personne suffoque lors de la fermeture rapide des voies respiratoires avec un corps étranger, un œdème des tissus laryngés, des poumons et d’autres conditions graves. Dans ce cas, lors de la respiration, le corps ne reçoit pas le minimum nécessaire d’oxygène, et d’autres troubles graves s’ajoutent à l’essoufflement.

Les principales raisons pathologiques pour lesquelles il est difficile de respirer sont:

  • Maladies du système respiratoire - dyspnée pulmonaire;
  • Pathologie du coeur et des vaisseaux sanguins - dyspnée cardiaque;
  • Violations de la régulation nerveuse de l'acte de respiration - essoufflement du type central;
  • Violation de la composition des gaz du sang - essoufflement hématogène.

Raisons de coeur

Les maladies cardiaques sont l’une des raisons les plus fréquentes pour lesquelles il devient difficile de respirer. Le patient se plaint de ne pas avoir assez d’air et s’appuie sur la poitrine, constate l’apparition d’un œdème dans les jambes, d’une cyanose de la peau, de fatigue, etc. Habituellement, les patients dont la respiration est perturbée en raison de troubles cardiaques ont déjà été examinés et prennent même les médicaments appropriés, mais la dyspnée peut non seulement persister, mais peut même s'aggraver.

Lorsque la pathologie du coeur n'est pas assez d'air pendant l'inhalation, c'est la dyspnée inspiratoire. Il accompagne l'insuffisance cardiaque, peut être maintenu même au repos à ses stades sévères, aggravé la nuit lorsque le patient est allongé.

Les causes les plus courantes de dyspnée cardiaque:

  1. Cardiopathie ischémique;
  2. Les arythmies;
  3. Cardiomyopathie et myocardiodystrophie;
  4. Défauts - congénitaux conduisent à un essoufflement pendant l’enfance et même pendant la période néonatale;
  5. Processus inflammatoires dans le myocarde, péricardite;
  6. Insuffisance cardiaque.

La survenue de difficultés respiratoires en pathologie cardiaque est le plus souvent associée à une insuffisance cardiaque caractérisée par un débit cardiaque insuffisant et par l'hypoxie tissulaire, ou une stagnation des poumons due à l'insolvabilité du myocarde ventriculaire gauche (asthme cardiaque).

Outre l’essoufflement, souvent associé à une toux sèche et douloureuse, chez les patients cardiaques, il existe d’autres symptômes caractéristiques qui facilitent un peu le diagnostic - douleur dans la région cardiaque, gonflement «du soir», cyanose de la peau, interruptions du cœur. Il est de plus en plus difficile de respirer en position couchée, de sorte que la plupart des patients dorment même à moitié assis, réduisant ainsi le flux de sang veineux des jambes vers le cœur et les manifestations d'essoufflement.

symptômes d'insuffisance cardiaque

Avec une crise d'asthme cardiaque, qui peut rapidement entraîner un œdème alvéolaire des poumons, le patient suffoque littéralement - le rythme respiratoire dépasse 20 par minute, le visage devient bleu, les veines du cou gonflent, les expectorations deviennent mousseuses. L'œdème pulmonaire nécessite des soins d'urgence.

Le traitement de la dyspnée cardiaque dépend de la cause sous-jacente qui l’a provoquée. Des médicaments diurétiques (furosémide, veroshpiron, diacarbe), des inhibiteurs de l'ECA (lisinopril, enalapril, etc.), des bêta-bloquants et des anti-arythmiques, des glycosides cardiaques, de l'oxygénothérapie sont prescrits à un patient adulte insuffisamment cardiaque.

Des diurétiques (diacarbe) sont présentés aux enfants, et les médicaments des autres groupes sont strictement dosés en raison des effets secondaires possibles et des contre-indications chez les enfants. Les anomalies congénitales au cours desquelles l'enfant commence à s'étouffer dès les premiers mois de sa vie peuvent nécessiter une correction chirurgicale urgente et même une transplantation cardiaque.

Causes pulmonaires

La pathologie des poumons est la deuxième raison conduisant à une difficulté à respirer, ce qui est possible sous forme de difficulté à respirer et à expirer. La pathologie pulmonaire avec insuffisance respiratoire est:

  • Maladies obstructives chroniques - asthme, bronchite, pneumosclérose, pneumoconiose, emphysème pulmonaire;
  • Pneumatique et hydrothorax;
  • Les tumeurs;
  • Corps étrangers des voies respiratoires;
  • Thromboembolie dans les branches des artères pulmonaires.

Les modifications inflammatoires et sclérotiques chroniques du parenchyme pulmonaire contribuent grandement à l'insuffisance respiratoire. Ils sont aggravés par le tabagisme, les mauvaises conditions environnementales, les infections récurrentes du système respiratoire. La dyspnée s’inquiète d’abord au cours de l’effort physique, acquérant progressivement le caractère de constante, alors que la maladie passe à un stade plus grave et plus irréversible du parcours.

Avec la pathologie des poumons, la composition en gaz du sang est perturbée, il y a un manque d'oxygène, qui manque en premier lieu dans la tête et le cerveau. Une hypoxie sévère provoque des troubles métaboliques du tissu nerveux et le développement d’une encéphalopathie.

Les patients souffrant d'asthme bronchique savent bien comment la respiration est perturbée pendant une crise: il devient très difficile d'expirer, il y a une gêne et même une douleur à la poitrine, une arythmie est possible, les expectorations sont très difficiles lorsque la toux est séparée et les veines du cou gonflent. Les patients présentant un tel essoufflement sont assis les mains sur les genoux - cette posture réduit le retour veineux et le stress sur le cœur, soulageant ainsi la situation. La plupart du temps, il est difficile de respirer et il n’ya pas assez d’air pour un tel patient la nuit ou tôt le matin.

Dans le cas d'une crise d'asthme grave, le patient suffoque, la peau devient bleutée, une panique et une désorientation sont possibles, et l'état asthmatique peut s'accompagner de convulsions et d'une perte de conscience.

En cas de troubles respiratoires dus à une pathologie pulmonaire chronique, l'apparence du patient change: le thorax prend la forme d'un tonneau, les espaces entre les côtes se creusent, les veines du cou sont grosses et dilatées, ainsi que les veines périphériques des extrémités. L’expansion de la moitié droite du cœur dans le contexte des processus sclérotiques dans les poumons entraîne son insuffisance et l’essoufflement devient plus complexe et plus complexe, c’est-à-dire que non seulement les poumons ne gèrent pas la respiration, mais le cœur ne peut pas fournir un débit sanguin suffisant, débordant de la partie veineuse de la circulation.

Il n’ya pas assez d’air dans les cas de pneumonie, pneumothorax, hémothorax. Lorsque l'inflammation du parenchyme pulmonaire devient non seulement difficile à respirer, la température augmente, des signes évidents d'intoxication apparaissent sur le visage et la toux s'accompagne de crachats.

Une cause extrêmement grave d’insuffisance respiratoire soudaine est considérée comme se trouvant dans les voies respiratoires d’un corps étranger. Cela peut être un morceau de nourriture ou un petit détail de jouet qu'un bébé va inhaler accidentellement en jouant. La victime avec un corps étranger commence à s'étouffer, devient bleue, perd rapidement conscience et un arrêt cardiaque est possible si l'aide n'arrive pas à temps.

La thromboembolie vasculaire pulmonaire peut également entraîner un essoufflement soudain et une augmentation rapide de la toux. Il survient plus souvent qu'une personne souffrant de la pathologie des vaisseaux des jambes, du cœur, de processus destructeurs du pancréas. Dans la thromboembolie, la maladie peut être extrêmement grave avec une augmentation de l'asphyxie, une peau bleue, une apnée rapide et des palpitations.

Dans certains cas, l’essoufflement grave est l’allergie et l’œdème de Quincke, qui sont également accompagnés d’une sténose de la lumière du larynx. La cause peut être un allergène alimentaire, piqûre de guêpe, inhalation de pollen de plante, un médicament. Dans ces cas, l’enfant et l’adulte ont besoin de soins médicaux d’urgence pour mettre fin à la réaction allergique et l’asphyxie peut nécessiter une trachéostomie et une ventilation artificielle du poumon.

Le traitement de la dyspnée pulmonaire doit être différencié. Si la cause est un corps étranger, supprimez-le dès que possible. En cas d'œdème allergique, l'introduction d'antihistaminiques, d'hormones glucocorticoïdes et d'adrénaline est indiquée à l'enfant et à l'adulte. En cas d'asphyxie, une trachéo ou une conicotomie est réalisée.

Dans l’asthme bronchique, le traitement en plusieurs étapes comprend des bêta-adrénomimétiques (salbutamol) en aérosol, des anticholinergiques (bromure d’ipratropium), des méthylxantines (aminophylline), des glucocorticostéroïdes (triamcinolone, la prednisolone).

Les processus inflammatoires aigus et chroniques nécessitent un traitement antibactérien et une désintoxication, ainsi qu'une compression des poumons lors d'un pneumo ou hydrothorax, une obstruction altérée des voies respiratoires par la tumeur - indication chirurgicale (ponction de la cavité pleurale, thoracotomie, retrait d'une partie du poumon, etc.).

Causes cérébrales

Dans certains cas, les difficultés respiratoires sont associées à des lésions cérébrales, car il existe les principaux centres nerveux qui régulent l'activité des poumons, des vaisseaux sanguins et du cœur. La dyspnée de ce type est caractéristique des lésions structurelles du tissu cérébral - traumatisme, néoplasme, accident vasculaire cérébral, œdème, encéphalite, etc.

Les troubles de la fonction respiratoire en pathologie cérébrale sont très divers: il est possible à la fois de ralentir la respiration et de l'augmenter, l'apparition de différents types de respiration pathologique. De nombreux patients atteints d'une pathologie cérébrale sévère sont sous ventilation artificielle des poumons, car ils ne peuvent tout simplement pas respirer.

L'effet toxique des déchets de microbes, la fièvre entraîne une augmentation de l'hypoxie et de l'acidification de l'environnement interne du corps, ce qui entraîne un essoufflement - le patient respire souvent et bruyamment. Ainsi, le corps cherche à se débarrasser rapidement de l'excès de dioxyde de carbone et à fournir de l'oxygène aux tissus.

Une cause relativement inoffensive de la dyspnée cérébrale peut être considérée comme un trouble fonctionnel du cerveau et du système nerveux périphérique - dysfonctionnement autonome, névrose, hystérie. Dans ces cas, l'essoufflement est de nature «nerveuse» et, dans certains cas, il est perceptible à l'œil nu, même par un spécialiste.

Avec une dystonie végétative, des troubles névrotiques et une hystérie banale, le patient semble manquer d’air, il respire fréquemment et en même temps, il peut crier, pleurer et se comporter de manière extrêmement provocante. Pendant une crise, une personne peut même se plaindre d'étouffer, mais elle ne présente aucun signe physique d'asphyxie - elle ne devient pas bleue et les organes internes continuent à fonctionner correctement.

Les sédatifs soulagent les troubles respiratoires au cours de la névrose et d'autres troubles de la psyché et de la sphère émotionnelle, mais les médecins rencontrent souvent des patients chez qui une telle dyspnée nerveuse devient permanente. Le patient se concentre sur ce symptôme, soupire et accélère souvent la respiration lors d'un stress ou d'une crise émotionnelle.

Le traitement de la dyspnée cérébrale est engagé dans la réanimation, les thérapeutes, les psychiatres. Dans les lésions cérébrales sévères avec une incapacité à s'auto-respirer, le patient subit une ventilation pulmonaire artificielle. Dans le cas d'une tumeur, celle-ci doit être retirée et les névroses et les formes hystériques de difficultés respiratoires doivent être interrompues par des sédatifs, des tranquillisants et des neuroleptiques dans les cas graves.

Hématogène

L'essoufflement hématogène se produit lorsque la composition chimique du sang est perturbée, lorsque la concentration en dioxyde de carbone augmente et que l'acidose se développe en raison de la circulation des produits métaboliques acides. Ce trouble respiratoire se manifeste par des anémies d'origines très différentes, des tumeurs malignes, une insuffisance rénale sévère, un coma diabétique, une intoxication grave.

Lorsque l'essoufflement hématogène se manifeste, le patient se plaint de ne pas souvent avoir suffisamment d'air, mais le processus d'inspiration et d'expiration n'est pas perturbé, les poumons et le cœur ne subissent pas de modifications organiques évidentes. Un examen détaillé montre que la raison de la respiration fréquente, qui préserve le sentiment qu’il n’ya pas assez d’air, sont les modifications de la composition électrolytique et gazeuse du sang.

Le traitement de l'anémie implique la nomination de suppléments de fer, de vitamines, de nutrition, de transfusions sanguines, en fonction de la cause. En cas d'insuffisance rénale et hépatique, un traitement de désintoxication, une hémodialyse et un traitement par perfusion sont effectués.

Autres causes de difficultés respiratoires

Beaucoup de gens connaissent le sentiment quand, sans raison apparente, ne pas soupirer sans douleur aiguë à la poitrine ou au dos. La plupart ont immédiatement peur, en pensant à une crise cardiaque et en s'accrochant au validol, mais la raison peut en être différente: ostéochondrose, hernie discale, névralgie intercostale.

Dans la névralgie intercostale, le patient ressent une douleur intense dans la moitié de la poitrine, aggravée par des mouvements et une inhalation. En particulier, les patients impressionnables peuvent paniquer, respirer souvent et superficiellement. Dans l'ostéochondrose, il est difficile d'inhaler et une douleur persistante dans la colonne vertébrale peut provoquer un essoufflement chronique qui peut être difficile à distinguer d'une respiration difficile en pathologie pulmonaire ou cardiaque.

Le traitement des difficultés respiratoires lors de maladies du système musculo-squelettique comprend la physiothérapie, la physiothérapie, les massages, le soutien médicamenteux sous forme de médicaments anti-inflammatoires, les analgésiques.

Beaucoup de femmes enceintes se plaignent de ce que, avec l'augmentation de la durée de la grossesse, il leur est plus difficile de respirer. Ce symptôme pourrait bien entrer dans la norme, car la croissance de l'utérus et du fœtus soulève le diaphragme et réduit le lissage pulmonaire, les changements hormonaux et la formation du placenta augmentent le nombre de mouvements respiratoires pour fournir de l'oxygène aux tissus des deux organismes.

Cependant, pendant la grossesse, la respiration doit être soigneusement évaluée afin de ne pas passer à côté de la pathologie grave, qui semble être son augmentation naturelle, qui peut être une anémie, un syndrome thromboembolique, une progression de l’insuffisance cardiaque en cas de malformation de la femme, etc.

La thromboembolie des artères pulmonaires est considérée comme l'une des raisons les plus dangereuses pour lesquelles une femme peut commencer à s'étouffer pendant sa grossesse. Cette condition représente une menace pour la vie, accompagnée d'une forte augmentation de la respiration, qui devient bruyante et inefficace. L'asphyxie et la mort sont possibles sans premiers secours.

Ainsi, n'ayant pris en compte que les causes les plus fréquentes de difficultés respiratoires, il apparaît clairement que ce symptôme peut indiquer un dysfonctionnement de presque tous les organes ou systèmes de l'organisme et qu'il est parfois difficile d'isoler le principal facteur pathogène. Les patients qui ont des difficultés à respirer ont besoin d'un examen attentif et, si le patient suffoque, ils ont besoin d'une aide urgente et qualifiée.

Tout cas d'essoufflement nécessite une visite chez le médecin pour en déterminer la cause, dans ce cas, l'auto-traitement est inacceptable et peut avoir des conséquences très graves. Cela est particulièrement vrai des troubles respiratoires chez les enfants et les femmes enceintes et des crises d’essoufflement subites chez les personnes de tout âge.

5 signes que les poumons ne vont pas bien

Si les poumons ne vont pas bien, la personne est définitivement malade. Oui, les maladies respiratoires sont souvent la première chose qui affecte le processus respiratoire, mais les symptômes de la maladie pulmonaire ne sont pas toujours évidents. Votre corps peut vous envoyer des signaux d'aide de différentes manières. Si vous apprenez à reconnaître ces signes, cela vous aidera à guérir les poumons et à respirer avec plaisir.

Quelle est la principale cause de problèmes pulmonaires? Tout d'abord, il s'agit d'une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC). En Ukraine, 1% de la population est atteinte de cette maladie, qui peut être fatale. Ce sont les statistiques pour 2013.

Lauren Goodman, médecin agréé et professeur assistant de pneumologie et de réanimation au Wexner Medical Center de l'Ohio State University, estime que la BPCO se situe au quatrième rang des causes de décès et bientôt au troisième rang sur la liste noire des décès. (USA).

Les maladies typiques incluses dans le concept général de maladie pulmonaire obstructive chronique sont les suivantes:

L'emphysème pulmonaire est une affection pathologique caractérisée par une rétention excessive d'air dans les poumons en raison de l'expansion des alvéoles, entraînant leur destruction. La fibrose kystique est une maladie héréditaire dans laquelle une mutation de protéine se produit, entraînant des perturbations dans la fonction des glandes à sécrétion externes. Ces glandes sécrètent du mucus et de la sueur. Le mucus produit par les glandes à sécrétion externe est nécessaire pour humidifier et protéger les organes individuels du dessèchement et de l'infection par des bactéries nuisibles, constituant ainsi une barrière mécanique.

Lorsque le mucus de la fibrose kystique devient épais et collant, il s’accumule dans les canaux excréteurs des bronches, du pancréas et les obstrue. Cela entraîne la prolifération de bactéries, la fonction de nettoyage disparaissant. La fibrose kystique affecte principalement des organes tels que:

La maladie pulmonaire interstitielle affecte le tissu situé entre les sacs alvéolaires dans les poumons. C'est aussi une maladie grave du système respiratoire.

Si vous trouvez au moins un des symptômes décrits ci-dessous, n'essayez pas de les ignorer. Ces signes et changements de bien-être suggèrent qu'il est temps de consulter un médecin.

1. Vous avez tout le temps le manque d'énergie

Vous avez grimpé les escaliers jusqu'au troisième étage et en même temps, vous avez eu l'impression de courir un marathon? Trouvez-vous que vous êtes complètement incapable de faire des affaires normales à la maison un jour de congé, si vous ne pouvez pas dormir la journée? Vos cellules ont besoin d'oxygène pour produire de l'énergie qui soutiendra le corps tout au long de la journée. Lorsqu'il n'y a pas assez d'oxygène dans vos cellules, vous commencez à tout faire lentement. En outre, si vous avez un faible niveau d'énergie, une sorte de cercle vicieux se forme: à cause de la fatigue et de la faiblesse, vous ne pouvez pas faire d'exercice normalement. De plus, en raison du manque d'activité physique, il est difficile de reconstituer votre vitalité. Rappelez-vous qu'il est possible de rétablir la santé par la respiration.

2. Problèmes respiratoires et cause dans les poumons

Vous pensez peut-être qu'après des années, avec l'âge, le type de respiration d'une personne change et que cela devient souvent difficile, mais ce n'est pas le cas. Si vous pouvez clairement affirmer que le temps est long où vous respirez profondément et profondément, il est peut-être temps que le médecin écoute vos poumons.

Essoufflement - violation de la fréquence et du rythme respiratoires, accompagnés d'une sensation de manque d'air. La dyspnée peut être associée à diverses conditions pathologiques entraînant une difficulté à respirer ou à expirer En cas d'apport insuffisant d'oxygène dans les organes et les tissus, le corps tente de compenser ce manque en augmentant l'activation des muscles respiratoires, ce qui entraîne une augmentation de la fréquence et du rythme de la respiration.

Selon Goodman, une personne ressent parfois le manque d'air en raison du fait qu'il est difficile de libérer de l'air des organes respiratoires et qu'en même temps, trop d'air s'accumule dans la poitrine. Même s'il n'est pas difficile de faire une expiration complète, le patient a des difficultés à respirer en raison de la faiblesse de ses poumons. En conséquence, les poumons ne font pas face à leur travail principal: ils ne peuvent pas fournir assez d'oxygène au sang.

Symptômes associés:

3. Vous avez de la confusion

Saviez-vous que le cerveau n'utilise que 15% à 20% de l'oxygène qui pénètre dans le corps? Pour que le cerveau fonctionne correctement, une personne a besoin d'O2 pour pouvoir penser correctement. Le niveau d'oxygène diminue rapidement dans les cas où les poumons ne peuvent normalement pas délivrer d'oxygène au sang, ce qui entraîne souvent une confusion. Les faibles niveaux d'oxygène et les niveaux trop élevés de dioxyde de carbone ont un effet négatif important sur la capacité de penser rapidement. Selon Goodman, "parfois à cause de cela, une personne devient somnolente".

4. Vous avez une perte de poids

Une maladie pulmonaire évolutive entraîne un grand nombre de problèmes dans le corps humain et, de ce fait, une personne peut même ne pas remarquer le nombre de kilos perdus. Et ce n'est pas toujours la graisse dont vous vous êtes débarrassé. Selon Goodman, dans la maladie pulmonaire obstructive chronique, il y a souvent un processus inflammatoire dans le corps, ce qui entraîne une perte de poids des muscles. Dans de tels cas, il est même difficile pour une personne de manger beaucoup en un repas, si elle a du mal à respirer - parce que le corps signale que l'estomac est plein.

Maladies connexes:

5. Toux pendant plus de trois semaines

Si une toux ne disparaît pas et est toujours présente dans la vie d’une personne, c’est un sujet de grave préoccupation; surtout si:

Le fait de fumer sur fond de symptômes aussi terribles est une autre raison de l’anxiété, car les symptômes énumérés ci-dessus marquent souvent l’apparition d’une bronchite chronique ou d’un emphysème. Contactez votre médecin si vous toussez depuis plus de trois semaines, surtout si vous avez des difficultés à respirer.

Causes, symptômes et traitement de la respiration difficile dans les poumons

Quand une personne a des poumons en bonne santé, on entend la respiration en respirant, mais pas l'expiration. Cela est dû au fait que les poumons se resserrent lors de l'inspiration et se détendent lors de l'expiration. Mais lorsque l'inhalation et l'expiration produisent le même son, la respiration devient difficile et s'accompagne d'une maladie du système respiratoire. La respiration difficile chez un adulte peut être pour différentes raisons. Parfois, ce ne sont que des restes d'un rhume, mais peuvent être le signe d'une pathologie grave.

Quelle est la respiration difficile

Une respiration difficile est un tel type de respiration, lorsque l'on entend à la fois l'inspiration et l'expiration avec le même son. Normalement, il n'y a pas de limites claires du son lors de la respiration. Il devrait être doux et silencieux. Dans ce cas, la respiration est clairement entendue et l'expiration est presque silencieuse. Les poumons en bonne santé sont remplis d'air avec des mouvements actifs et tombent arbitrairement.

Lorsque des pathologies apparaissent dans les poumons et nuisent à la circulation normale de l'air, le son d'expiration change car les poumons doivent forcer l'air à sortir d'eux-mêmes.

Causes de la respiration difficile

Les causes de ce phénomène peuvent être nombreuses et elles doivent être clarifiées afin de poser un diagnostic correct. Si le son de la respiration est doux et doux et ne s'arrête pas brusquement, le système respiratoire humain est en bonne santé. S'il y a des anomalies dans le son, c'est une raison de consulter un médecin, car un tel symptôme peut être le début du processus inflammatoire.

La cause la plus courante de respiration difficile peut être un résidu de mucus dans les bronches après un rhume. Si le patient n'a pas de fièvre et que son état général n'est pas perturbé, ne vous inquiétez pas. Après quelques jours, les bronches disparaîtront et la respiration redeviendra normale.

Mais il y a d'autres raisons qui doivent être traitées:

  • L'apparition d'une respiration difficile peut être causée par une accumulation importante de mucus dans le système broncho-pulmonaire. Il doit être retiré sans faute, sinon cela entraînera bientôt un processus inflammatoire. Le mucus s'accumule lorsqu'une personne boit peu de liquide et vit dans une pièce peu humide. Pour éviter cela, vous devez aérer régulièrement la pièce et boire beaucoup de liquide chaud.
  • Si, en plus de la respiration, il y a une toux dure et de la fièvre, c'est un signe d'inflammation naissante. Si les expectorations purulentes apparaissent, cela signifie que la pneumonie bactérienne est apparue, qui doit être traitée avec des antibiotiques.
  • Si une personne est sujette à des allergies, elle peut développer une fibrose des poumons. Le tissu pulmonaire est remplacé par des cellules conjonctives et une respiration difficile se produit. La même chose est observée chez les asthmatiques. Quand une personne est traitée avec certains médicaments, le tissu conjonctif dans les poumons se dilate et des cicatrices peuvent se former qui séparent la pathologie de la santé. Dans ce cas, le triangle nasolabial du patient devient bleu en toussant et la personne elle-même est très pâle. Toux sèche, dure, avec essoufflement.
  • Une respiration difficile peut être causée par une blessure au nez ou par la présence d'un adénome. Dans ce cas, vous devriez consulter l’otolaryngologue.
  • La bronchite peut aussi causer une telle respiration, surtout si elle est obstructive. Dans ce cas, il y a une augmentation de la température, une respiration sifflante et une toux sèche. Pour faire un diagnostic précis, vous devez consulter un médecin.
  • Si, lors d'un effort physique, une respiration difficile devient une crise d'asphyxie, c'est un signe d'asthme bronchique.
  • Quand une personne a une faible immunité, son corps n'est pas capable de lutter contre la microflore pathogène, qui pénètre dans le système respiratoire. Par conséquent, les micro-organismes commencent à proliférer activement et à provoquer un processus inflammatoire. Cela conduit à un gonflement et une production accrue d'expectorations.
  • Lorsque la température extérieure change brusquement, par exemple lorsque vous quittez les lieux dans la rue ou inversement, la nature de la respiration change. Mais à mesure que vous vous y habituez, tout revient à la normale.
  • Les produits chimiques dans l'air entourant une personne peuvent également causer une respiration difficile.
  • La tuberculose provoque une respiration difficile dans les poumons, et seul un médecin peut le déterminer.
  • Le tabagisme fréquent et à long terme provoque également l'apparition d'un tel symptôme.

Quelle que soit la raison, vous devez l'identifier le plus rapidement possible, sans quoi des complications pourraient survenir. Ensuite, le traitement sera beaucoup plus difficile.

Symptômes nécessitant une attention particulière

Certains symptômes accompagnent une respiration difficile et sont le signe d'une pathologie en développement. Ceux-ci comprennent:

  • fièvre basse;
  • toux sévère avec expectorations purulentes;
  • nez qui coule et yeux larmoyants;
  • la présence de respiration sifflante pendant la respiration, essoufflement;
  • état général déprimé;
  • faiblesse et perte de conscience;
  • crises d'asthme.

En cas de telles manifestations, il est urgent de consulter un pneumologue spécialisé. Les poumons d'une personne sont très rapidement enflammés et un gonflement peut se développer rapidement. Ignorer de tels symptômes peut avoir des conséquences irréparables. Par conséquent, le diagnostic et le traitement doivent être effectués dès que possible.

Diagnostics

Pour que le médecin puisse poser le bon diagnostic, il doit procéder à une série d'examens. La respiration difficile est déterminée principalement par l'auscultation. Ensuite, un examen plus approfondi est désigné pour déterminer la cause de cette pathologie:

  • pour exclure la tuberculose, les rayons X et le scanner pulmonaire sont prescrits;
  • pour déterminer comment les poumons sont approvisionnés en sang, la bronchographie est réalisée avec un agent de contraste;
  • effectuer une laryngoscopie pour s'assurer qu'il n'y a pas de pathologies sur les cordes vocales;
  • s'il y a des expectorations, une bronchoscopie est prescrite;
  • faire un frottis du nez et du larynx pour déterminer le type d'agent pathogène;
  • si l'on soupçonne que la cause peut être une allergie, des tests sont effectués sur l'allergène;
  • déterminer le volume des poumons en spirographie.

Après toutes ces activités, le médecin détermine la maladie et prescrit un traitement.

Caractéristiques de la thérapie

La méthode de traitement dépend des symptômes associés. Si, mis à part une respiration difficile, rien d'autre n'est révélé, aucun médicament n'est prescrit. Dans de tels cas, le médecin conseille de telles activités:

  • Promenades régulières dans l'air. Il est très utile de marcher dans la forêt, loin de la poussière et des gaz urbains.
  • Vous devez boire beaucoup de liquide - au moins deux litres par jour.
  • Les aliments doivent être riches en calories, en vitamines et en glucides pour que le corps ait la force de combattre les infections.
  • L'espace de vie doit être ventilé régulièrement. Faites le nettoyage humide au moins une fois par semaine. La poussière domestique devient souvent un allergène. S'il s'avère que l'allergie est à blâmer, le patient est dirigé vers un allergologue pour obtenir des conseils.
  • Il est utile de faire des exercices de respiration. Il renforce les poumons et élimine l'excès de mucosités.

Si la pathologie est causée par une infection, le médecin vous prescrit des antibiotiques. Dans ce cas, il est impératif de respecter toutes les instructions du médecin et d’effectuer le traitement jusqu’au bout. L'infection non traitée devient chronique, après quoi il est très difficile à traiter.

Lorsqu'un virus est détecté, des médicaments antiviraux et des médicaments abaissant la température sont prescrits. Au cas où il serait impossible d'identifier l'agent pathogène responsable de la pathologie, une thérapie mixte est réalisée, des pénicillines et des macrolides sont prescrits.

En présence d'adhérences et de cicatrices dans les poumons, des glucocorticoïdes, des cytostatiques et d'autres médicaments antifibrotiques sont prescrits. Les cocktails à l'oxygène ne seront pas superflus. Si un patient présente une toux avec écoulement de crachats, des agents mucolytiques sont prescrits.

Dans ce cas, il est impossible de prendre des médicaments antitussifs, sinon les expectorations dans les poumons risquent de stagner. Ce sera un bon terrain fertile pour les bactéries et provoquera un processus inflammatoire.

Médecine populaire

Si aucune infection bactérienne n'est détectée, une toux dure peut être traitée à la maison avec des remèdes populaires. Il existe différentes recettes pour cela. En voici quelques unes:

  • Si vous faites bouillir des figues dans du lait et que vous en mangez pendant une quinte de toux, la respiration se ramollit et se clarifie, elle devient plus libre.
  • Il est utile de boire une tisane à action expectorante et antimicrobienne. Ceci est calendula, plantain, sauge, camomille. 1 cuillère à soupe d'herbe sèche verser un verre d'eau bouillante, insister sous le couvercle fermé pour obtenir une couleur riche et utiliser comme feuilles de thé pour le thé. Infusion est préférable de boire chaud, en essayant de vapeur la gorge. Mais après avoir bu du thé, il est impossible de respirer de l'air froid pendant un certain temps.
  • Épluchez les bananes, préparez la purée de pommes de terre et mélangez-le au miel. Buvez régulièrement en respirant fort, 2-3 cuillères après les repas.
  • Le lait chaud bu la nuit avec un morceau de beurre et une cuillère à café de soda aide à adoucir la respiration. Il est utile d'ajouter de la graisse de mouton à la place du beurre.

Toujours dans le lait avant le coucher, il est recommandé d'ajouter de la graisse de blaireau. En parallèle, vous pouvez frotter la poitrine avec cet outil.

  • La médecine d'aloès avec du miel, du cacao et un peu de graisse ou de beurre aide bien. Pour sa préparation prendre des feuilles d'aloès (10 pièces). La plante doit être âgée, au moins trois ans, il est préférable de prendre les feuilles les plus basses. Mettez-les au réfrigérateur pendant une journée, puis broyez-les dans un hachoir à viande ou dans un mélangeur, ajoutez 1 c. l cacao, 100 ml de miel et 100 ml de graisse ou d'huile. Tout est bon pour mélanger et utiliser une cuillerée le matin à jeun et le soir avant le coucher. Un tel remède aide à cracher la peau humide et à traiter les processus inflammatoires.

Tous ces moyens peuvent être utilisés, mais avant un tel traitement, il est nécessaire de consulter un médecin. Si nécessaire, il fixera le bon dosage et le bon moment pour de tels événements.

Une respiration difficile est un symptôme désagréable, signalant l'approche d'une maladie. Vous ne pouvez pas l'ignorer. Il est préférable d’agir immédiatement et d’aller chez le médecin.