Cancer du poumon à cellules squameuses

Le cancer du poumon à cellules squameuses est une forme courante de cancer. Le pronostic de la maladie est décevant, mais un diagnostic opportun, suivi d'un traitement, peut prolonger la vie des patients.

Le développement du carcinome épidermoïde se produit à partir de cellules épithéliales squameuses, présentes dans la cavité buccale, l'œsophage, le larynx et le col de l'utérus, de sorte qu'une tumeur maligne peut se former dans n'importe quel organe.

La pratique montre que le poumon droit est plus touché que le gauche. Dans le traitement de l'oncologie de ce type en utilisant des méthodes traditionnelles utilisées pour le traitement d'autres maladies oncologiques.

Classification du cancer du poumon à cellules squameuses

La classification anatomique se présente sous deux formes: cancer central, suggérant le développement d'un carcinome des bronches principales, cancer périphérique, contribuant à la défaite des petites bronches et des alvéoles. Ce type de cancer du poumon peut être segmentaire et équitable. Cancer périphérique contribuant à la défaite des petites bronches et des alvéoles. Ce type de cancer du poumon peut être segmentaire et équitable.

Le carcinome épidermoïde a deux formes mineures:

  • forme diffusée. Il peut se développer en présence de petits foyers de croissance de tumeurs situées dans différentes parties du poumon.
  • forme médiastinale. Cette forme se forme lors du développement de métastases progressives dans les ganglions lymphatiques.

Cancer du poumon à cellules squameuses sur le type histologique. Cette classification est basée sur les caractéristiques de la structure histologique de divers types de tumeurs. Selon cette classification, la division en deux groupes de tumeurs malignes se produit:

  • cancer du poumon à petites cellules;
  • cancer du poumon non à petites cellules.

Les cellules non à petites cellules sont divisées en cancer du poumon à cellules squameuses et adécarcinome

Le cancer du poumon à cellules squameuses a des formes histologiques:

  • forme kératinisante - une tumeur maligne, qui se caractérise par une métastase précoce. Dans presque tous les cas, le cancer du poumon métastase par des voies lymphogènes ou hématogènes.
  • la forme non cornée ⏤ est caractérisée par l’absence de formation de perles en corne. Les métastases peuvent se produire dans tous les tissus et organes du corps.
  • forme mal différenciée de cancer du poumon - caractérisée par une métastase précoce modérée. Dans la plupart des cas, métastasant de manière lymphogène.
  • Le carcinome épidermoïde glandulaire est caractérisé par la formation d'une métaplasie de l'épithélium glandulaire des bronches. Il se développe principalement chez les femmes.

Diagnostic du carcinome épidermoïde

Avant de procéder au traitement de la maladie, des mesures de diagnostic doivent être prises. Lors de la première étape du diagnostic, le médecin traitant collecte l'anamnèse, un examen général et un examen physique. Après le patient est dépisté, qui contient un examen aux rayons x. Sur la base de l'étude, le fait de la présence d'un néoplasme, sa taille, sa localisation et sa forme sont révélés.

Effectué un examen complet impliquant la fluorographie et la microscopie des expectorations. Pour un examen précis, sur suspicion d'oncologie, le spécialiste prescrit une échographie et une tomodensitométrie. À l'aide de l'échographie, la présence d'un néoplasme malin est détectée et, grâce au scanner, la structure en couches du poumon est déterminée et des informations sur le comportement du néoplasme sont visibles.

Également pour le diagnostic du cancer du poumon à cellules squameuses à l'aide d'une biopsie et d'un examen histologique ultérieur. Une autre méthode est la bronchoscopie, qui permet une étude détaillée de la membrane muqueuse du système respiratoire.

Sur la base des résultats obtenus, des méthodes énumérées, le spécialiste prescrit un traitement approprié.

Traitement du carcinome épidermoïde

L’efficacité du traitement est influencée par différents facteurs: l’anamnèse, une caractéristique du type histologique, le stade de la maladie, le degré de lésion pulmonaire.

Les oncologues utilisent une thérapie complexe, qui consiste en des techniques permettant de déterminer les tactiques de traitement individuelles. La mesure extrême est la chirurgie.

  • Chimiothérapie. La méthode est basée sur l'utilisation de médicaments pouvant avoir un effet néfaste sur les cellules des néoplasmes malins. L'utilisation de la chimiothérapie ayant des effets secondaires sur les organes et les tissus sains, la méthode est utilisée dans les cas extrêmes.
  • Immunothérapie Il s'agit d'une méthode moderne et prometteuse, car elle est utilisée pour le traitement des néoplasmes malins il n'y a pas si longtemps. Grâce à l'immunothérapie, la production de nutriments dans les tissus cancéreux est réduite.
  • Radiothérapie Il est basé sur l'effet des cellules malignes par une irradiation intense. Après la mise en oeuvre du procédé, les cellules malignes meurent et la taille de la tumeur diminue. La procédure est réalisée chez des patients inopérables présentant les troisième et quatrième stades de développement d'un cancer.
  • Thérapie symptomatique. Utilisé dans un complexe, avec d'autres méthodes de thérapie, parce que la méthode est basée sur le traitement des symptômes résultant du cancer.
  • Méthode chirurgicale. C'est une méthode radicale qui est utilisée dans le cas où d'autres méthodes n'ont pas montré de dynamique positive. En outre, un traitement chirurgical peut être appliqué aux premiers stades de la maladie, s'il est possible de prélever une partie de l'organe affecté. Dans ce cas, nous parlons d'un retrait radical. Sinon, utilisez un traitement palliatif ⏤ pour éliminer une partie de la tumeur et les métastases existantes, afin de faciliter le bien-être.

Stades du cancer du poumon à cellules squameuses

Le cancer se développe progressivement, se propageant progressivement d'un stade à l'autre. Les étapes de la cancérologie sont déterminées par deux systèmes principaux: les systèmes domestiques et les systèmes TNM.

Avec un seul système TNM, les stades du cancer du poumon sont déterminés. Le système de métastases des nodules tumoraux est complexe et repose sur trois indicateurs: la taille du néoplasme, les ganglions lymphatiques et la présence de métastases.

Dans le système national, on suppose quatre étapes conditionnelles:

  • Étape 1 La tumeur est localisée, le diamètre ne dépasse pas trois centimètres, les ganglions lymphatiques ne sont pas atteints.
  • Étape 2 Il y a une expansion progressive de la tumeur, entraînant une métastase des ganglions lymphatiques. Le diamètre de la tumeur est d'environ trois à six centimètres. L'éducation peut germer dans la plèvre, bloquer les bronches et provoquer une atélectasie pulmonaire.
  • Étape 3 La maladie progresse, la taille de la tumeur atteint huit centimètres. Des métastases aux organes et systèmes osseux voisins se produisent.
  • Étape 4. Le cancer acquiert une forme incurable de nature grave, car le néoplasme s'étend aux tissus et aux organes distants.

Survie pour ce type de cancer

Dans de nombreux pays, la mortalité par oncologie, due au cancer du poumon à cellules squameuses, occupe une place de choix. Dans la plupart des cas, la maladie touche la moitié masculine, mais récemment, on assiste à une augmentation de la mortalité des femmes par cancer du poumon à cellules squameuses. Ce facteur est dû à la dégradation de l’environnement, à l’utilisation d’aliments de mauvaise qualité et à l’augmentation du nombre de fumeurs, ce qui a des effets négatifs sur la santé des femmes et des hommes.

Le pronostic de survie du cancer du poumon à cellules squameuses est décevant. Parce que le développement d'une tumeur maligne est presque toujours accompagné de métastases. En moyenne, compte tenu des indicateurs généraux, le taux de survie de 15% de la population est d'environ cinq ans.

La prévision est faite avec le compte obligatoire des stades de l'oncologie épidermoïde du poumon, étant donné le facteur qui dépend beaucoup des caractéristiques individuelles du patient.

  • dans le cancer de stade 1, la survie au cours des cinq prochaines années est de 60 à 80%;
  • au stade 2 du cancer du poumon à cellules squameuses, la survie est de 40 à 50%;
  • sur le troisième taux de survie au cancer de cinq ans - 20-25%;
  • au 4ème stade, le taux de survie ne dépasse pas 10%.

Un diagnostic précoce augmente les chances de succès du traitement.

Cancer du poumon à cellules squameuses

Le cancer du poumon à cellules squameuses est un type histologique de cancer bronchopulmonaire résultant d'une métaplasie squameuse de l'épithélium bronchique. Les manifestations cliniques dépendent de la localisation de la tumeur (cancer du poumon central ou périphérique). La maladie peut se manifester par une toux, une hémoptysie, une douleur thoracique, un essoufflement, une pneumonie, une pleurésie, une faiblesse générale, une métastase. Le cancer du poumon est diagnostiqué par rayons X, tomographie, bronchoscopie; le diagnostic morphologique est basé sur les résultats des analyses cytologiques et histologiques de lavages broncho-alvéolaires et de biopsies. Traitement du cancer du poumon à cellules squameuses - chirurgie et / ou chimioradiothérapie.

Cancer du poumon à cellules squameuses

Le cancer du poumon épidermoïde (épidermoïde) est une tumeur maligne qui se développe à partir de cellules squameuses métaplassées de l'épithélium bronchique. Normalement, les cellules épithéliales planes sont absentes de la muqueuse des bronches en bonne santé. Par conséquent, la métaplasie épidermoïde précède le développement du carcinome épidermoïde, processus de transformation de l'épithélium cilié en segment plat. Le cancer du poumon à cellules squameuses représente plus de la moitié (environ 60%) de toutes les formes histologiques de cancer du poumon. Il affecte principalement les hommes âgés de 40 ans. Jusqu'à 70% des tumeurs de ce type sont localisées à la racine du poumon; dans un tiers des cas, un cancer du poumon périphérique est détecté. La pertinence du cancer du poumon à cellules squameuses pour la pneumologie clinique réside principalement dans sa prévalence élevée et son éventuelle élimination des facteurs de risque de la maladie.

Causes du cancer du poumon à cellules squameuses

La cause de la métaplasie épidermoïde et du développement ultérieur du processus tumoral est l’effet des substances toxiques sur la muqueuse bronchique. La plupart des patients atteints d'un cancer du poumon à cellules squameuses souffrent d'une dépendance permanente à la nicotine. Par conséquent, le tabagisme (y compris le tabagisme passif) est considéré comme le principal facteur de risque de cette pathologie. Le rôle des polluants aérogènes inhalés dans l'air atmosphérique (dioxyde de soufre, monoxyde de carbone, dioxyde d'azote, acides, formaldéhyde, particules, etc.) est important dans les lésions bronchiques. Les pneumoconioses, la bronchite chronique, la pneumonie et la tuberculose font partie des pathologies de base précédant souvent le cancer du poumon à cellules squameuses. On sait qu'une infection par certains virus (cytomégalovirus, papillomavirus humain) peut provoquer une métaplasie atypique de l'épithélium bronchique.

Normalement, les parois des bronches sont tapissées d'un épithélium cylindrique cilié sur le cil duquel se déposent les plus petites impuretés contenues dans l'air inhalé. Le mouvement (scintillement) des cils permet d’enlever et d’expulser les particules nocives des voies respiratoires, c’est-à-dire que le mécanisme de l’autoépuration bronchique est mis en oeuvre. Sous l'influence de charges aérogènes néfastes, l'épithélium bronchique commence à se modifier pour s'adapter à des effets agressifs constants. Il y a une disparition progressive des cils, un changement de la forme (aplatissement) des cellules épithéliales et leur kératinisation. Dans les nouvelles conditions, les poumons s'ouvrent à la pénétration de particules étrangères et l'accumulation constante de crachats dans les bronches favorise le développement de maladies chroniques de fond. Certains chercheurs considèrent la métaplasie épidermique de l'épithélium comme un stade précoce et pré-invasif du cancer du poumon à cellules squameuses.

Classification du cancer du poumon à cellules squameuses

Les critères microscopiques pour le cancer du poumon à cellules squameuses sont les suivants: signes de kératinisation, présence de ponts intercellulaires et formation de perles en corne. Sur la base de la gravité de ces signes, le degré de différenciation de la tumeur est évalué, mettant en évidence des cancers du poumon à cellules squameuses différenciées (kératinisantes) très différenciés (non différenciés) et peu différenciés.

Histologiquement, une tumeur hautement différenciée est représentée par des couches de grandes cellules, avec des noyaux clairement définis, une kératinisation prononcée des cellules, des ponts intercellulaires et des perles en corne. Une forme de cancer modérément différenciée est également représentée par de grandes cellules polygonales qui sont bien en contact les unes avec les autres, ont un cytoplasme développé, mais avec un nombre réduit de ponts intercellulaires; la kératine n'est définie que dans certaines cellules. Le cancer du poumon à cellules squameuses de bas grade est caractérisé par une prédominance de petites cellules avec des noyaux, des organites et des contacts desmosomal peu développés.

Selon la classification anatomique, on distingue les cancers du poumon à cellules squameuses périphériques et centraux; formes atypiques moins courantes (disséminées, médiastinales).

Symptômes du cancer du poumon à cellules squameuses

Les manifestations cliniques dépendent en grande partie non du type histologique et du degré de différenciation du cancer du poumon, mais de la localisation anatomique de la tumeur, de sa taille, de la nature de la croissance et du taux de métastases. Par conséquent, les symptômes du cancer du poumon à cellules squameuses sont généralement similaires à ceux d’autres types de cancer (grosses cellules, petites cellules, adénocarcinome).

Chez 5 à 15% des patients, les stades précoces du cancer sont cliniquement asymptomatiques; dans ce cas, la tumeur peut être détectée accidentellement par fluorographie. Tous les symptômes du cancer du poumon à cellules squameuses sont divisés en symptômes primaires (locaux), secondaires (dus à des complications, à une métastase ou à une intoxication par le cancer). Les symptômes primaires sont généralement relativement précoces et sont associés à la croissance du site tumoral primaire. Les plaintes les plus persistantes comprennent la toux, des douleurs thoraciques, un essoufflement. Toux, d'abord sec, piratage; une hémoptysie est observée chez la moitié des patients atteints de cancer du poumon central, qui passe ensuite en hémorragie pulmonaire.

À mesure que le processus tumoral se propage, les symptômes locaux du cancer du poumon à cellules squameuses se joignent aux symptômes secondaires. Ils sont associés à la fois à des complications locales (complications de nature inflammatoire, germination ou compression de structures voisines) et à des métastases à distance, ainsi qu’à un effet général sur le corps d’une tumeur maligne. Avec le développement de la pneumonie obstructive chez les patients atteints de fièvre fébrile, une toux humide avec écoulement de crachats mucopurulent. Dysphagie, enrouement de la voix, syndrome de Horner, douleur intense au cou et à l'épaule et arythmie peuvent perturber la compression ou la germination d'organes adjacents.

Les symptômes communs incluent la faiblesse générale, l'anorexie, la perte de poids, la cachexie. Une hypercalcémie et une hypophosphatémie peuvent survenir dans le cancer du poumon épidermoïde, en raison de la production ectopique d'hormone parathyroïdienne et de prostaglandines. Des métastases extrathoraciques (du foie, des os, des glandes surrénales, du cerveau) sont détectées chez la moitié des patients décédés d'un cancer du poumon à cellules squameuses.

Diagnostic du cancer du poumon à cellules squameuses

Le complexe principal de diagnostics comprend une évaluation de l'anamnèse, des plaintes, de l'examen physique et de la radiographie. La radiographie du poumon permet de détecter le cancer du poumon dans 80% des cas, d'établir la taille de la tumeur et son emplacement, l'implication des ganglions lymphatiques hilaires. Pour étudier la propagation du cancer broncho-pulmonaire, on utilise un scanner des organes thoraciques.

Avec l’aide d’une bronchoscopie, les signes de croissance tumorale sont confirmés ou éliminés visuellement. Une étude plus détaillée de la composition cellulaire est réalisée par analyse cytologique de crachats et de lavage broncho-alvéolaire. La vérification finale de l'état histologique n'est possible qu'après une biopsie pincée ou transbronchique de la tumeur et une étude morphologique de la biopsie. Le carcinome épidermoïde nécessite une différenciation par rapport aux autres types de tumeurs malignes du poumon, ainsi que des métastases du carcinome épidermoïde d'une autre localisation.

Traitement et pronostic du cancer du poumon à cellules squameuses

La planification du traitement du cancer du poumon à cellules squameuses est basée sur la connaissance de la localisation et de l’ampleur du processus. Avec la possibilité d'ablation radicale de la tumeur, on a recours à l'excision du foyer principal et aux métastases des ganglions lymphatiques et du tissu du médiastin. Le volume de résection va généralement de la lobectomie à la pneumonectomie avancée.

Le traitement par chimioradiothérapie du cancer du poumon à cellules squameuses peut s'effectuer dans le cadre d'un programme radical ou à des fins palliatives. Les deux zones de la tumeur et des métastases sont exposées aux radiations. La polychimiothérapie (cyclophosphamide, vincristine, méthotrexate) est habituellement utilisée en complément de la radiothérapie chez les patients inopérables. Le traitement symptomatique (désintoxication, soulagement de la douleur, assistance psychologique) est dicté par l'état du patient. L'immunochimiothérapie utilisant des inhibiteurs du facteur de croissance et l'angiogenèse est une nouvelle méthode, mais très prometteuse, pour le traitement du cancer du poumon à cellules squameuses.

La survie à cinq ans après traitement du cancer du poumon à cellules squameuses est de 60 à 80%. Si le cancer du poumon est détecté au deuxième stade, cet indicateur diminue à 40%, au troisième - à 15-18%. Le pronostic est influencé de manière significative par le degré de différenciation du cancer du poumon à cellules squameuses: plus il est bas, moins la tumeur est sensible à l'effet de chimioradiothérapie et plus tôt se produit sa propagation métastatique. La survie médiane des patients non traités est en moyenne de 6 à 8 mois.

Traitement du cancer du poumon à cellules squameuses

Publié par: admin 08/12/2016

Le tissu pulmonaire est souvent soumis à une métaplasie structurelle, c'est-à-dire à une division cellulaire atypique. Ainsi, une tumeur de nature maligne ou bénigne se développe dans l'organe. Une tumeur maligne est appelée cancer du poumon. La tumeur affecte l'un des lobes de l'organe, et parfois les deux. Le cancer du poumon se développe chez les hommes âgés, bien que cette pathologie puisse être observée chez les femmes et les enfants. Processus pulmonaire malin est mal traitable, ce qui détermine un pronostic défavorable pour la vie du patient. Si les signes pathologiques d'une tumeur présentant un degré élevé de différenciation et la maladie étaient détectés aux stades précoces, les patients étaient en rémission après une intervention chirurgicale et un traitement antitumoral supplémentaire, depuis de nombreuses années.

Selon le degré de différenciation, le cancer du poumon a la structure de petites et de grandes cellules, qui se développent à partir d'épithélium plat et glandulaire. La couche épithéliale et les glandes constituent la muqueuse des bronches.

Une tumeur pulmonaire peut avoir une forme morphologique différente:

  • Cancer du poumon à cellules squameuses, pathologie la plus courante, caractérisé par un degré élevé de différenciation (avec ou sans kératinisation), petit et inconnu. Sous cette forme, les formations protéiques sont déterminées sous forme de nœuds denses ou de kératines lisses et blanches sur du tissu pulmonaire infiltré;
  • Le carcinome à grandes cellules est moins commun et se traduit par la croissance d'épithélium squameux ou glandulaire non kératinique qui, sur la radiographie, ressemble à une ombre arrondie à la périphérie de l'organe. Avec une croissance tumorale lente, la métastase commence tôt et de manière asymptomatique;
  • L'adénocarcinome est un processus malin qui progresse rapidement dans les poumons et provient des cellules glandulaires basales des régions périphériques (bronches et alvéoles). Ce n'est pas rare et difficile à traiter, car il peut être détecté dans les derniers stades de la maladie;
  • Les cancers glandulaires - épidermoïdes, anaplasiques, à cellules d'avoine, polymorphes et sarcomateux touchent un pourcentage moins élevé d'oncologie pulmonaire et sont les plus malins. La tumeur a une structure morphologique mixte avec un faible degré de différenciation. Le cancer du poumon de ce type entraîne souvent la mort du patient en peu de temps, même après un traitement adéquat;
  • Le carcinoïde bronchique occupe la dernière place en oncologie pulmonaire et affecte les hommes et les femmes plus jeunes. La néoplasie se développe à un niveau hormonal à partir de cellules d'origine neuroendocrine. L'évolution du processus malin se produit pendant de nombreuses années en l'absence d'une clinique de pathologie. Avec la détection opportune de carcinoïde de bronche, le traitement consiste en une intervention chirurgicale, après quoi le pronostic à vie est plus favorable que pour une autre forme de cancer du poumon.

Par localisation, le cancer du poumon se développe au centre du corps et à la périphérie. Une néoplasie peut être observée dans la lumière du tractus bronchique (croissance exophytique) ou à la surface du tissu pulmonaire (type endophytique). La défaite des divisions des bronches principales et segmentaires détermine la localisation centrale du cancer, ainsi que dans la région des alvéoles et des bronches sous-segmentales - périphériques.

Étiologie

Le cancer du poumon à cellules squameuses, à l'instar des autres néoplasies, n'a pas de cause établie, mais il existe encore des facteurs étiologiques. Parmi eux peuvent être identifiés:

  • Une longue histoire de tabagisme dans laquelle, chez les personnes âgées, en particulier chez les hommes, un processus atypique se développe dans les poumons;
  • Facteur de mutation génétique héréditaire;
  • Influence des influences néfastes de la profession ou de l'environnement (professions associées à l'exposition aux rayonnements, à l'industrie des peintures et du bois, aux activités de recherche, etc.);
  • Maladies chroniques de pathogenèse infectieuse (virus, invasions helminthiques, bactéries, ainsi que corps étrangers);
  • Tumeurs bénignes prédisposées aux tumeurs malignes (antrocose, adénome, hémartome, chondrome, etc.).

Le carcinome épidermoïde, à la fois central et périphérique, sur les images radiographiques et tomographiques est exprimé par des modifications du schéma pulmonaire. En fonction du lieu de développement de la néoplasie, les signes pathologiques suivants sont notés:

  • Le rétrécissement ou l'élargissement de la lumière bronchique;
  • Atélectasie pulmonaire (dégradation du tissu pulmonaire);
  • Luxation médiastinale;
  • Compression de la paroi bronchique;
  • La présence d'un noeud ou d'une ombre;
  • Emphysème, ventilation altérée, hémorragie, contours rayonnants et inégaux du corps;
  • Syndrome de la veine cave supérieure, infiltration du parenchyme pulmonaire, dissémination.

Clinique du carcinome épidermoïde

Les symptômes pathologiques de la néoplasie des tissus pulmonaires dépendent de sa structure morphologique, de son emplacement et de son évolution. Même une petite tumeur en cours de croissance provoque une intoxication du corps, qui se traduit par une faiblesse, une fatigue, une thermorégulation accrue, des troubles mentaux. Les patients cancéreux remarquent l'apparition d'irritabilité, une fatigue rapide.

Au niveau du tube digestif, on observe un manque d'appétit et une perte de poids. L'apparition d'une toux indique la présence d'une pathologie, surtout si elle est mouillée. Aux premiers stades, il peut s'agir d'une toux périodique sans expectorations. De plus, la toux acquiert le caractère d'un réflexe de succion qui inquiète jour et nuit. L'apparition de sang dans les expectorations indique une atteinte des vaisseaux sanguins, même au stade initial de la néoplasie.

À un stade précoce du développement de la tumeur, dans quatre-vingts pour cent des cas, des douleurs dans les jambes, en particulier dans les jambes pendant le sommeil. Des sensations douloureuses sont notées dans la région thoracique, la colonne vertébrale et particulièrement sur le côté de la tumeur. La douleur a la nature d'un inconfort sourd et sourd, aggravé par la toux.

Si un processus rapide d'infiltration tumorale est observé, les échanges gazeux sont perturbés et l'essoufflement apparaît.

En règle générale, le cancer du poumon accompagne une pneumonie ou une bronchite abstructive, qui se traduit par une hyperthermie et une intoxication violente du corps.

Dans les stades ultérieurs, le travail des systèmes cardiovasculaire, excréteur et neuroendocrinien est perturbé.

Les métastases du cancer du poumon à cellules squameuses se propagent aux ganglions lymphatiques voisins et distants. Des organes tels que le foie, le cerveau, les reins, le système osseux, les glandes surrénales sont également affectés par les cellules cancéreuses, mais sont déjà au stade avancé de la néoplasie.

Examen et traitement de l'oncologie pulmonaire

Le traitement du cancer du poumon à cellules squameuses dépend de l’image diagnostique du corps. Afin de déterminer comment traiter une tumeur, il est nécessaire de clarifier ses données histologiques, son emplacement et son stade de développement. Les mesures de diagnostic comprennent:

  • Prise d'histoire et premier examen du patient;
  • Prendre du sang, de l'urine et des expectorations;
  • Rayons X, tomographie, angiographie, échographie, bronchoscopie et biopsie.

Le traitement et le pronostic de l’espérance de vie du patient dépendent de la forme de la néoplasie, de son opérabilité et de sa sensibilité au traitement antitumoral. Le traitement chirurgical du cancer du poumon à cellules squameuses est la principale méthode pour se débarrasser de la pathologie. La chirurgie radicale comprend la résection du tissu pulmonaire, qui se traduit par l'ablation des lobes pulmonaires ou de tout l'organe touché, avec des ganglions lymphatiques broncho-pulmonaires et des fibres (lobectomie, pulmonectomie, bilobectomie). Selon des indications particulières, certains patients subissent une résection segmentaire du poumon, opération palliative. À l’époque moderne, la chirurgie a atteint des taux d’efficacité élevés, ce qui a permis de réduire la mortalité par oncologie pulmonaire. Une des opérations allégées est considérée comme de la radiochirurgie à l'aide de Cyber ​​Knife. Une telle intervention chirurgicale est montrée dans les premiers stades du carcinome épidermoïde, qui est situé dans une zone difficile à atteindre et mesure plus de deux centimètres. Le traitement chirurgical robotique de Cyber ​​Knife vous permet d’effectuer une intervention difficile à effectuer manuellement. L’essence de ce traitement est la destruction des cellules cancéreuses par un puissant rayonnement ionisant, avec une précision de ciblage élevée. Le patient endure facilement et sans douleur cinq procédures de traitement ambulatoires.

Grâce à un équipement moderne, qui augmente la dose focale d'irradiation d'une tumeur du poumon, la radiothérapie est d'une grande utilité. L'exposition aux radiations est indiquée chez les patients inopérables et les patients présentant une localisation limitée du processus malin. Le rayonnement peut être utilisé par une méthode de traitement indépendante et combiné. Dans certains cas, après la chirurgie, des traitements de radiation sont prescrits pour éliminer complètement les cellules cancéreuses et prévenir la récurrence de la maladie.

Si la néoplasie s'étend au-delà du tissu pulmonaire et se métastase aux structures organiques distantes, la chimiothérapie sera alors un traitement efficace. La combinaison de plusieurs médicaments anticancéreux a un effet plus important dans la lutte contre la tumeur. L'introduction de la chimiothérapie est réalisée par voie intraveineuse ou intrapleurale.

Aujourd'hui, une thérapie ciblée est utilisée pour améliorer le processus de traitement du cancer. Cette méthode consiste à prendre des médicaments anticancéreux qui diffèrent de la chimiothérapie en ce qu'ils assurent la préservation des cellules saines lorsque le cancer est inhibé.

Pour maintenir les défenses de l'organisme, une alimentation et un mode de vie sain constituent une étape importante du traitement. Au cours de la période de rééducation, il est nécessaire de prendre des aliments hautement enrichis et minéraux, faciles à digérer, qui équilibrent les processus métaboliques du corps.

La médecine traditionnelle améliore également l’état du patient et prévient la récurrence de la maladie. Ces moyens incluent les infusions, les décoctions et les teintures à base d'herbes médicinales et de produits apicoles (pruche, absinthe, chélidoine, propolis, gui, etc.). Certains patients et médecins, pour le traitement du cancer, ont recours à des médicaments vétérinaires, notamment la fraction liquide Dorogova ASD 2.

Il convient de noter que l'auto-traitement de la maladie peut non seulement aggraver la santé, mais aussi menacer la vie.

Symptômes du cancer du poumon à cellules squameuses: traitement et pronostic de survie

Le type histologique de cancer broncho-pulmonaire, formé à partir de cellules plates de l'épithélium bronchique, est appelé cancer du poumon à cellules squameuses.

Les poumons eux-mêmes n'ont pas d'épithélium, c'est dans la cavité buccale, l'œsophage, le larynx. Ils tombent dans le système respiratoire et s'y installent avec de la terre et du goudron. À l'avenir, ces cellules renaîtront, ce qui mènera à l'oncologie.

Symptômes du cancer du poumon à cellules squameuses

La plupart des signes de l'oncologie pulmonaire sont des pathologies qui n'ont rien à voir avec le cancer.

Mais il existe certains symptômes qui indiquent la présence d'oncologie. Ceux-ci comprennent:

  • La toux;
  • Hémoptysie;
  • Perte de poids;
  • Faiblesse constante;
  • La fatigue;
  • Essoufflement et douleur à la poitrine.

Ces symptômes peuvent indiquer une autre maladie, ce qui rend difficile le diagnostic précoce du cancer du poumon.

Le cancer du poumon à cellules squameuses présente divers symptômes. Cela est dû à l'emplacement de la tumeur.

En présence d'une tumeur dans la partie centrale du patient, une toux sèche apparaît avec un mélange de sang, une pneumonie et une douleur à la poitrine peuvent survenir périodiquement. Avec ce type d'oncologie, la tumeur est diagnostiquée complètement par hasard.

Le cancer épidermoïde non squameux a de tels signes, qui peuvent être dans d'autres formes de cette pathologie. Vous pouvez l'identifier avec la fluorographie. Le poumon noirci sera visible à cet endroit. Cela indique une tumeur.

Avec ce type de cancer, une compression de l'œsophage peut survenir, ce qui pose le problème de la prise de nourriture. Sans recherche appropriée, le cancer du poumon non kératinisant est souvent confondu avec l'oncologie œsophagienne.

Le cancer de bas grade désigne les formations capables de se propager loin dans les tissus du patient. En même temps, les cellules qui renaissent ressemblent par leur structure aux tissus normaux, ce qui rend difficile le diagnostic de la maladie. Souvent, cette forme d'oncologie peut être reconnue lorsque la métastase a déjà commencé vers d'autres organes.

Un cancer du poumon mal différencié est dangereux car ses métastases peuvent pénétrer dans le cerveau, le système digestif, le foie et les reins. Dans ce contexte, certaines pathologies associées se développent, rendant le diagnostic plus difficile. Les statistiques montrent que le poumon gauche est beaucoup moins susceptible de souffrir d'un cancer que le droit.

Le cancer du poumon kératinisé épidermoïde est une lésion qui se développe lentement. Il est localisé dans les racines du poumon ou sur la paroi des bronches. Ce type d’oncologie se caractérise par l’apparition d’un nodule ou d’une plaque de couleur rose pâle ou rouge, à la bordure jaune et recouverts d’écailles. Il est possible d'identifier cette forme de pathologie en cas d'obstruction bronchique. Mais cela se produit déjà lorsque des métastases apparaissent.

Le cancer glandulaire-squameux est une sorte d'hybride dans lequel se trouvent des cellules squameuses et des adénocarcinomes. Diversité des tumeurs malignes et des métastases prononcées. Les premiers symptômes ressemblent à un rhume avec une toux sèche. Mais avec le temps, la toux change, devient pirate, des expectorations purulentes sont libérées. Souvent, cela ressemble à de la gelée et a une couleur framboise.

C'est important! Les formes épidermiques de cancer du poumon à un stade précoce sont asymptomatiques. Tous les symptômes de la maladie en fonction de leurs symptômes sont divisés en primaire et secondaire.

Traitement

Les patients diagnostiqués en oncologie doivent se préparer à deux méthodes de traitement: la chimiothérapie et la radiothérapie. Dans de rares cas, les médecins ont recours à la chirurgie.

Pendant le traitement chirurgical, une excision partielle ou complète de l'organe endommagé et des tissus environnants se produit. La cavité résultante doit être remplie avec le corps restant.

Cette méthode comporte un certain nombre de contre-indications:

  • Maladies du système cardiovasculaire;
  • Localisation des métastases et leur nombre;
  • Tumeurs dans d'autres parties du corps.

Si un patient présente un carcinome peu différencié ou une tumeur plate, le traitement est effectué à l'aide d'une chimiothérapie. Avec cette méthode, des préparations spéciales sont injectées dans le corps du patient pour tuer les cellules cancéreuses. Mais ce type de traitement a une toxicité accrue, ce qui conduit à l'apparition d'autres pathologies.

Dans le cas où la chirurgie et la chimiothérapie n’ont pas donné de résultats efficaces, les médecins prescrivent un traitement palliatif. Il est sélectionné individuellement et dépend de l'état du patient.

La radiothérapie est nécessaire après la chirurgie. Cela aide à sécuriser le résultat obtenu de l'opération. Les métastases et la région où se trouvait la tumeur sont exposées aux radiations.

La polychimiothérapie est un complément à la radiothérapie chez les patients inopérables.

L'utilisation d'inhibiteurs de croissance et de l'angiogenèse en immunothérapie est une méthode nouvelle mais efficace pour le traitement du carcinome épidermoïde.

Il existe un autre traitement pour le cancer du poumon: il s’agit de la radiothérapie. Elle est réalisée lorsque le cancer ne peut plus être opéré. Le traitement est effectué à l'aide d'ondes radio actives, qui ont un effet destructeur sur les cellules malignes. Sous l'action de composants radioactifs, la tumeur commence à mourir, se désintègre.

Pour obtenir un rendement élevé, les spécialistes utilisent plusieurs types de traitement - un complexe. Ce qui inclut les méthodes de traitement énumérées et le traitement symptomatique. Il vise à améliorer l'état du patient.

Pronostic du cancer du poumon à cellules squameuses

Le pronostic du cancer du poumon à cellules squameuses concerne de nombreux patients. La principale caractéristique de cette pathologie est un flux lent et asymptomatique, qui conduit à des processus irréversibles.

L'espèce pulmonaire de ce cancer est généralement diagnostiquée aux derniers stades et le traitement n'a plus d'effet. Les métastases se produisent dans différentes parties du corps. Les experts déterminent les quatre étapes de cette maladie.

  • Étape 1 La taille de la tumeur est comprise entre 0,5 et 3 cm. Les ganglions lymphatiques sont propres, sans métastases. Avec le bon traitement, le pourcentage de patients capables de survivre au cours des cinq premières années atteint 80 ans.
  • Étape 2 La taille de la formation augmente proportionnellement et peut atteindre 6 cm à mesure qu'elle pénètre dans les bronches et la plèvre. Les métastases apparaissent dans les lymphe. Le taux de survie à cinq ans à ce stade de l'oncologie et après le traitement est de 40%.
  • Étape 3 Le cancer progresse. La taille de la tumeur est supérieure à sept centimètres. Les métastases sont transférées non seulement aux tissus et organes voisins, mais aussi aux vaisseaux et aux os. Avec un traitement approprié, la vie est prolongée de 18%.
  • Étape 4. L'intoxication la plus forte de tout l'organisme se produit sur cette barre; l'oncologie se développe à la vitesse de l'éclair. Les organes du patient ne remplissent pas leurs fonctions. Les médecins ne peuvent pas aider. L'espérance de vie de ces patients est de six mois et huit mois.

Ces statistiques montrent que le pronostic de ce type de cancer est décevant. La maladie est dans les premières lignes du nombre de décès. Non seulement les hommes, mais aussi les femmes sont à risque.

Les raisons du développement d'un cancer du poumon à cellules squameuses ne sont pas entièrement comprises. Mais il y a un certain nombre de raisons qui provoquent la maladie. Le groupe de risque comprend les éléments suivants:

  • Les fumeurs. La fumée de tabac contient une grande quantité de substances cancérigènes. Dans les tissus des poumons, accumule la nicotine, le goudron. Et plus une personne fume, plus le risque de cancer du poumon est élevé. Le fumeur dit passif, ceux qui respirent de la fumée, sont également exposés au danger. Ils ont beaucoup plus de chances de devenir cancérologue que le fumeur lui-même. Cela se produit parce que l'épithélium cilié ne peut pas gérer toutes les substances étrangères pénétrant dans les bronches. Pour cette raison, il y a une accumulation de masses étrangères, qui provoquent des dommages aux parois de la bronche.
  • Les personnes qui travaillent avec l'amiante, le cadmium, l'arsenic, les substances radioactives, ainsi que les soudeurs.
  • Les résidents de la métropole - la poussière et les substances nocives présentes en grande quantité dans l’air peuvent provoquer la croissance de tumeurs.
  • Forme chronique de tuberculose, bronchite, pneumonie.
  • Mauvaise nutrition, manque de vitamines, niveau de vie bas.
  • Les personnes de plus de cinquante ans.
  • Facteur héréditaire.

C'est important! Si la quantité de poussière augmente de 1%, le risque de cancer du poumon monte à 14%.

Diagnostics

Le diagnostic de la pathologie comprend l’étude des antécédents, des plaintes des patients, des examens physique et radiologique.

La radiographie aide à identifier l'oncologie dans 80% des cas. En outre, avec son aide, vous pouvez connaître la taille de la formation, le lieu de localisation et l'état des ganglions lymphatiques.

Avec l'aide de la bronchoscopie, la croissance tumorale est confirmée ou éliminée. L'analyse cytologique aide à étudier la composition des cellules extraites des expectorations et des bouffées vasomotrices broncho-alvéolaires.

Le diagnostic final ne peut être posé qu’après réalisation d’une biopsie transbronchique et d’une analyse cytomorphologique des cellules obtenue par biopsie.

C'est important! Pour un examen précis de la tumeur, le spécialiste vous prescrira une échographie ou une échographie et une tomodensitométrie. À l'aide du scanner, on peut procéder à un examen stratifié du poumon et du comportement de la tumeur.

Conclusion

La santé et souvent la vie elle-même dépendent d'un examen opportun. La détection précoce de la pathologie donne le temps de commencer le traitement.

Symptômes et traitement du cancer du poumon à cellules squameuses

Les poumons sont un organe très important du corps humain et le cancer du poumon à cellules squameuses ne peut être soigné que dans les premiers stades de la maladie. Par la suite, la lutte contre la maladie se transforme en une tentative de prolonger l'existence, mais elle n'est pas complètement guérie.

Causes de la pathologie

Le carcinome épidermoïde découle de la dégénérescence de cellules de l'épithélium chatoyant sous l'action de la poussière, de produits chimiques et de maladies pulmonaires chroniques. Le mécanisme exact de développement de l'oncologie n'est pas complètement révélé, mais il existe un certain nombre de facteurs qui provoquent la maladie:

  1. Le cancer du poumon est très fréquent chez les fumeurs actifs et passifs. La fumée de tabac en grande quantité contient des goudrons cancérigènes. Plus une personne fume longtemps, plus la quantité de nicotine et de goudron déposée sur les poumons est importante. Au fil du temps, les cils de l'épithélium scintillant à l'intérieur des bronches ne sont plus en mesure de fournir l'excrétion des expectorations avec des substances nocives retenues. En conséquence, ces villosités meurent et apparaissent à leur place des cellules de l'épithélium squameux.
  2. Travailler dans des locaux poussiéreux et pollués dans des entreprises industrielles a un effet néfaste. Les émissions contenant du cadmium, de l'arsenic et de l'amiante sont très nocives.
  3. Les personnes qui entrent en contact avec des substances radioactives sont exposées à un risque en oncologie, notamment le cancer du poumon.
  4. La vie dans une métropole moderne est assez dangereuse: de nombreuses voitures avec des gaz d'échappement, des émissions de gaz provenant d'installations industrielles, de la poussière et du smog ont un effet catastrophique sur la qualité de l'air inhalé.
  5. Maladies pulmonaires chroniques: tuberculose, pneumonie et bronchite fréquente - augmentent le risque de carcinome épidermoïde.
  6. L'infection par certains types de virus peut déclencher une dégénérescence cellulaire. Ceux-ci incluent le papillomavirus humain et le cytomégalovirus.
  7. L'hérédité joue un rôle important: les personnes atteintes d'une famille de cancer du poumon ont de nombreuses chances de faire face à la maladie.
  8. Un faible niveau de vie - une mauvaise nutrition avec une faible teneur en vitamines et en minéraux - peut également causer des cancers.

Classification des maladies

En fonction de la structure du tissu tumoral, on distingue les cancers bronchiques à petites cellules et non à petites cellules. À son tour, le cancer du poumon non à petites cellules peut être un adénocarcinome et un carcinome épidermoïde.

En termes d'histologie, le cancer du poumon à cellules squameuses est de plusieurs types:

  1. Cancer du poumon kératinisant hautement différencié, caractérisé par le développement précoce de métastases multiples.
  2. Le cancer du poumon épidermoïde non squameux forme les perles en corne et donne des métastases aux différents organes et tissus du corps.
  3. Le carcinome épidermoïde à faible différenciation donne des métastases aux stades précoces, le plus souvent dans les ganglions lymphatiques.
  4. L'adénocarcinome, ou autrement appelé cancer du poumon à cellules squameuses glandulaires, est plus fréquent chez les femmes. Elle se rencontre moins souvent que d'autres formes. Avec l'adénocarcinome, l'épithélium glandulaire des bronches est régénéré, ce qui se produit généralement à la périphérie des poumons.

Symptômes du cancer du poumon à cellules squameuses

La symptomatologie du cancer du poumon à cellules squameuses est très floue, elle pourrait bien passer pour les manifestations d’autres maladies. Au stade initial, la maladie passe inaperçue. Il peut être détecté accidentellement sur une radiographie annuelle.

Cependant, vous devez porter une attention particulière à l'un des symptômes suivants:

  • toux sèche déraisonnable, rapidement remplacée par humide;
  • cas fréquents de pneumonie et de pleurésie;
  • expectoration des expectorations purulentes;
  • traces de sang en toussant;
  • voix enrouée;
  • perte de poids nette et spontanée;
  • fièvre régulière;
  • apathie et fatigue;
  • changement dans les phalanges distales des doigts - doigts nettement plus épais dans la région des ongles. Les doigts ressemblent à des baguettes.

Mesures de diagnostic

Les oncologues sont engagés dans le diagnostic du carcinome épidermoïde. Dans un premier temps, le médecin examinera, palper, percussion et auscultation du patient, puis écoutera toutes les plaintes relatives à sa santé et recueillera un historique détaillé.

En identifiant le cancer du poumon en utilisant les méthodes de recherche suivantes:

  • La radiographie, qui aide à déterminer le nombre et l'emplacement approximatif des tumeurs: leur dislocation, leur forme et leur taille;
  • La tomodensitométrie permet de visualiser avec précision le décodage en couches de données sur les tissus des poumons, ce qui donne une image détaillée de la pathologie.
  • la bronchoscopie est réalisée à l'aide d'une caméra à fibre optique, qui permet de voir les modifications atypiques de la muqueuse bronchique et les éléments modifiant leur lumière sur un grand écran;
  • Une échographie détermine dans quelle mesure le cancer du poumon s'est propagé à d'autres organes.
  • examen microscopique des expectorations après un lavage broncho-alvéolaire est fait pour détecter les cellules altérées;
  • biopsie des ganglions lymphatiques normaux, métastasés et normaux pour l'examen histologique de la détection des cellules cancéreuses.

Traitement du cancer du poumon à cellules squameuses

Lorsque le cancer du poumon est détecté au premier stade, la chirurgie réussit très bien. En même temps, le segment affecté, le lobe ou le poumon entier est excisé. Dans les derniers stades de la maladie, l'opération est inefficace et d'autres méthodes de traitement sont utilisées. La chirurgie n'est pas pratiquée en cas de cancer des organes voisins et de métastases aux ganglions lymphatiques distants.

L'opération est contre-indiquée en cas d'insuffisance cardiaque et d'autres pathologies graves des organes internes, car le patient ne peut pas se réveiller après une anesthésie générale et le corps ne peut pas gérer le stress.

Assez souvent, avant la chirurgie, une chimiothérapie est effectuée. Un médicament cytostatique toxique a un effet néfaste sur les cellules cancéreuses. Il convient de garder à l’esprit que cela provoque un empoisonnement de l’organisme dans son ensemble, la chute des cheveux du patient, une détérioration générale de l’état et d’autres effets indésirables. Souvent, une personne meurt des effets de la chimiothérapie. Avec cette méthode, il est possible de réduire la taille du néoplasme avant l'opération.

Après la chirurgie, une radiothérapie est effectuée. Les zones de propagation tumorale et de métastases sont affectées par les rayonnements ionisants. Cela vous permet de tuer les cellules cancéreuses et la taille de la tumeur elle-même est réduite. La radiothérapie est utilisée en tant que traitement indépendant lorsqu'il est impossible d'effectuer l'opération ou que des contre-indications lui sont associées.

L'immunothérapie est l'une des méthodes prometteuses et développées avec succès pour traiter le cancer. Pour ralentir la division des cellules cancéreuses, utilisez des inhibiteurs du facteur de croissance et de l'antiogenèse - des cytokines et des anticorps monoclonaux. Ils privent les tissus du néoplasme, ce qui bloque la croissance de la tumeur et le processus malin lui-même. Loin de tous peut traiter le cancer de manière aussi coûteuse, il est donc utilisé à l'étranger et dans un nombre limité de cliniques de SIC. Il est à noter que l'immunothérapie n'a presque aucun effet secondaire, contrairement à la chimiothérapie et à la radiothérapie. Les tissus sains du corps ne souffrent pas. Pour la production individuelle d'un produit biologique, des cellules d'une tumeur spécifique ou d'un donneur sont prélevées. Après le traitement, le médicament est injecté au patient et le processus de traitement commence. Pour une guérison complète, il faut plusieurs mois, au cours desquels des médecins qualifiés observent l'état du patient.

Une autre méthode moderne de traitement du cancer du poumon à cellules squameuses est la radiothérapie utilisant le système CyberKnife. Il utilise des doses plus élevées de rayonnement ionisé que la radiothérapie conventionnelle.

Ces méthodes peuvent être utilisées indépendamment ou combinées en fonction de l'état du patient et de sa réaction au traitement. En l'absence de dynamique positive, le traitement du patient est appliqué. Le patient reçoit une assistance psychologique, des analgésiques et des tranquillisants, ainsi que des médicaments pour la détoxification du corps et l'élimination des toxines.

Le traitement du cancer du poumon à cellules squameuses est un processus très difficile. Il est préférable de détecter la maladie dès le premier stade. N'abandonnez donc pas la fluorographie systématique et, bien sûr, arrêtez de fumer.

Cancer du poumon à cellules squameuses mal différencié

Cancer du poumon à cellules squameuses

Le cancer du poumon à cellules squameuses est une tumeur maligne provenant de cellules plates de l'épithélium. Le carcinome épidermoïde est l’un des types histologiques de cancer du poumon.

Le développement d'un carcinome épidermoïde dans les poumons est en soi un processus plutôt paradoxal, car les cellules plates de l'épithélium bronchique, qui sont les «ancêtres» du carcinome épidermoïde, sont absentes. Toutefois, après une étude plus détaillée, l’image du développement du cancer du poumon à cellules squameuses apparaît clairement et, en même temps, la relation entre le cancer du poumon et le tabagisme est particulièrement claire.

Pour identifier et traiter adéquatement une maladie, le taux de survie est le suivant:

Sois prudent

La véritable cause du cancer, ce sont les parasites qui vivent à l'intérieur des personnes!

Il s’est avéré que ce sont les nombreux parasites présents dans le corps humain qui causent presque toutes les maladies mortelles d’une personne, y compris la formation de tumeurs cancéreuses.

Les parasites peuvent vivre dans les poumons, le cœur, le foie, l'estomac, le cerveau et même le sang humain en raison de la destruction active des tissus corporels et de la formation de cellules étrangères.

Nous voulons immédiatement vous avertir que vous n’avez pas besoin de courir à la pharmacie et d’acheter des médicaments coûteux, qui, selon les pharmaciens, corroderont tous les parasites. La plupart des médicaments sont extrêmement inefficaces et causent de graves dommages à l'organisme.

Vers de poison, tout d'abord, vous vous empoisonnez!

Comment vaincre l'infection et en même temps ne pas se faire du mal? Lors d’un entretien récent, le principal parasitologue oncologique du pays a parlé d’une méthode efficace à domicile pour l’élimination des parasites. Lire l'interview >>>

au stade 1 - jusqu'à 80%;
au stade 2 - 41,3%;
au stade 3 - 18,4%.

Le pronostic est significativement aggravé par un cancer secondaire des ganglions lymphatiques régionaux.

Comment sont les symptômes du cancer de la peau par référence.

Non épineux

Le pourcentage de maladies humaines causées par le cancer du poumon non kératinisé à notre époque s'est avéré être de 65 ans. Il survient principalement chez les hommes âgés de plus de 40 ans. Dans le carcinome épidermoïde, les métastases pénètrent dans les ganglions lymphatiques des racines, des os, du foie et du cerveau du poumon. Les chances de survie avec le cancer épidermoïde sont plus grandes. Ceci est revendiqué par les médecins et les statistiques.

Les causes du cancer du poumon sont nombreuses. Et l’un d’eux, peut-être le plus fréquent, fume ou inhale d’autres substances cancérogènes. Un fumeur augmente pour lui-même et ses proches le risque de tomber malade de cette maladie. Les personnes vivant dans des régions où l'industrie lourde est développée, en particulier les mines, risquent davantage de contracter le cancer du poumon. que les personnes vivant dans les zones provinciales. L'inhalation de produits chimiques toxiques, des maladies pulmonaires chroniques telles que la pneumonie, la tuberculose et d'autres peuvent également en être la cause.

Engagé dans l’influence des parasites dans le cancer pendant de nombreuses années. Je peux dire avec confiance que l'oncologie est une conséquence de l'infection parasitaire. Les parasites vous dévorent littéralement de l'intérieur, empoisonnant le corps. Ils se multiplient et défèquent à l'intérieur du corps humain, tout en se nourrissant de chair humaine.

L'erreur principale - traîner! Plus tôt vous commencerez à éliminer les parasites, mieux ce sera. Si nous parlons de drogue, alors tout est problématique. Il n’existe aujourd’hui qu’un seul complexe antiparasite réellement efficace: Gelmline. Il détruit et élimine du corps tous les parasites connus - du cerveau et du cœur au foie et aux intestins. Aucun des médicaments existants n'est capable de cela.

Dans le cadre du programme fédéral, chaque résident de la Fédération de Russie et de la CEI peut commander Gelmiline à un prix préférentiel de 1 rouble lorsqu’il soumet une demande jusqu’au (inclus).

Comme toutes les maladies, le cancer du poumon à cellules squameuses non kératinique présente des signes qui définissent la maladie. Dans notre cas, il s’agit de: toux, douleur à la poitrine, expectoration de sang, perte de poids. Le cancer du poumon est dangereux car vous ne le trouverez pas immédiatement, car les symptômes ressemblent à ceux d'autres maladies pulmonaires. Par conséquent, en cas de doute, il est nécessaire de procéder à un examen approfondi. Tout d'abord, prenez une radiographie des poumons. Les signes de cancer seront l’obscurcissement du poumon et l’apparition d’une tumeur sur celui-ci. Si nous parlons déjà de la dernière phase de la maladie, il peut alors y avoir des symptômes tels que la difficulté à faire passer les aliments dans l'œsophage, ce qui peut introduire une idée fausse à propos de la présence d'un cancer de l'œsophage.

Le fait est que le cancer du poumon propage les métastases très rapidement. D'autres symptômes peuvent également survenir. Il devient pénible pour le patient d'avaler, de parler et de respirer difficilement.

Mal différencié

Le cancer du poumon mal différencié est une cellule tumorale située séparément. Ils ont des différences de taille et de forme. Dans le cancer du poumon de bas grade, les cellules ont des tailles de noyau différentes, souvent avec de gros nucléoles, ce qui peut conduire à une conclusion fausse sur l'adinocarcinome.

La différenciation est le degré de développement des cellules. Si la tumeur est bénigne, on parle alors de tumeur hautement différenciée. Cela peut s'expliquer par le fait que la structure et la fonction de la tumeur sont similaires aux cellules du tissu normal du corps. Mais les tumeurs malignes, qui peuvent être modérément ou mal différenciées, ont une grande différence dans la structure et dans les fonctions des normales. Parfois, il y a de tels changements que, même sous un microscope, il n'est pas possible de déterminer à partir d'une cellule quel tissu ou quel organe se développe une tumeur. Et dans ce cas, une telle tumeur est appelée indifférenciée. Le pronostic particulièrement défavorable et le potentiel élevé de malignité ont un cancer du poumon peu différencié. À la vue d'un tel cancer du poumon, les cellules deviennent diverses et laides. On pense que le degré de différenciation affecte la malignité de la tumeur, plus le degré de différenciation est petit, plus la tumeur est maligne et le pronostic de survie en dépend.

Dans le cancer du poumon de bas grade, la tumeur propage ses métastases dans le cerveau, les glandes surrénales, le foie, les ganglions lymphatiques et le tractus gastro-intestinal inférieur. Le taux de croissance de la tumeur dépend de la structure histologique et du degré de différenciation.

Au stade initial du cancer du poumon, ses symptômes ressemblent aux maladies pulmonaires les plus courantes. Et c’est la raison pour laquelle ils ne provoquent pas une attitude sérieuse chez les patients qui ont tendance à s’attendre à une guérison spontanée. Il faut faire attention au symptôme constant qui accompagne cette maladie - c'est une toux fulgurante. D'abord, c'est une toux sèche, puis l'apparition de crachats mucopuruleux. Très souvent dans les expectorations, il y a apparition de sang sous forme de petites taches ou de traînées. Parfois, les expectorations peuvent prendre la forme de gelée à la framboise - ce sera le motif pour lequel on demandera des soins médicaux. La progression du cancer se manifeste par les symptômes qui se développent en signes spécifiques à la maladie. Cette période s'appelle la manifestation clinique du cancer du poumon. Très souvent, le patient s'inquiète de douleurs à la poitrine du côté affecté. Cette douleur diffère par sa courte durée, son intensité - au stade initial de la maladie et au moment de la progression de l'invasion du cancer dans la plèvre - douloureuse et prolongée. L'apparition d'un essoufflement est le signe le plus fiable de lésions étendues du tissu pulmonaire lorsque la réduction de la surface respiratoire se matérialise par une insuffisance respiratoire. Au début, l'essoufflement commence à apparaître lors d'un effort physique.

Squameux glandulaire

Le cancer squameux glandulaire est caractérisé par une combinaison d'éléments de cancer squameux et d'adénocarcinome. Selon les données limitées disponibles, ces tumeurs présentent des similitudes avec l'adénocarcinome: localisation périphérique, grande taille, tendance marquée aux métastases (au moment où la tumeur est détectée, il existe déjà des métastases). Dans de grandes séries d'observations, cette forme représente moins de 1% des carcinomes bronchiques.

L'examen microscopique de la majorité de ces tumeurs a la structure de formes indifférenciées de carcinome à grandes cellules, dans lequel ils trouvent des foyers de différenciation épidermoïde avec la formation de perles et des sites de différenciation glandulaires correspondant à un adénocarcinome avec formation de mucus.

Dans 80% des patients diagnostiqués avec un cancer du poumon en utilisant un examen aux rayons X. Pour clarifier le diagnostic, on utilise également la tomodensitométrie, qui permet de déterminer la présence de métastases dans d'autres organes.

Si un cancer du poumon est suspecté, la bronchoscopie est obligatoire. Il vous permet d'explorer une partie des bronches et de la trachée. Dans certains cas de bronchoscopie, le médecin peut voir la tumeur et prélever un échantillon pour une biopsie.

Diagnostic du cancer du poumon En présence d'une tumeur au poumon ou en cas de suspicion de métastase au poumon, une biopsie transthoracique est réalisée. Au cours d'une telle biopsie, une ponction est pratiquée dans la poitrine juste au-dessus de la tumeur et des tissus en sont prélevés. Après une biopsie trantoracique, des complications peuvent survenir.

Le diagnostic du cancer du poumon par échographie est simple, peu coûteux et non traumatique. À l'aide d'une échographie, il est possible de déterminer jusqu'à quel point le processus tumoral s'est étendu.

Le traitement du cancer du poumon à cellules squameuses est une méthode chirurgicale, la radiothérapie, la chimiothérapie. L'intervention chirurgicale supprime le site tumoral primaire, les ganglions lymphatiques et les fibres métastases. Le traitement chirurgical ne comporte pas les contre-indications suivantes: insuffisance cardiovasculaire, avec métastases distantes, avec une forte propagation de la tumeur aux organes voisins.

La radiothérapie est effectuée après la chirurgie. La localisation de la tumeur et la zone métastatique sont également exposées aux rayonnements.

La chimiothérapie pour le cancer du poumon est pratiquée lorsqu'il existe des contre-indications au traitement chirurgical. Lors de la prise de médicaments chimiothérapeutiques, la réduction de la tumeur n'est pas observée chez tous les patients. Avec les métastases à distance, la chimiothérapie ne fait que réduire la gravité des manifestations du processus malin.

Dans le cas où la méthode chirurgicale de traitement ne donne aucun résultat ou est contre-indiquée, un traitement palliatif est appliqué (soulagement de la douleur, désintoxication, assistance psychologique). Le traitement palliatif dans chaque cas est sélectionné individuellement.

Chimiothérapie

La chimiothérapie implique l'utilisation de médicaments toxiques pour les cellules cancéreuses. Les médicaments sont généralement injectés par voie intraveineuse: directement dans une veine périphérique ou un cathéter veineux central. La chimiothérapie pour le cancer du poumon est réalisée après une opération chirurgicale pour détruire les cellules cancéreuses restantes. En outre, les médicaments chimiothérapeutiques sont utilisés chez les patients pour lesquels un traitement chirurgical ne peut être effectué, car ils ralentissent la croissance d’une tumeur cancéreuse et réduisent la gravité de ses symptômes.

En oncologie moderne, au lieu de la chimiothérapie traditionnelle, on utilise des médicaments biologiques de plus en plus efficaces ayant des effets secondaires moins prononcés. La chimiothérapie est prescrite à n'importe quel stade du cancer du poumon (sarcome) et augmente l'espérance de vie même chez les patients âgés. Certains médicaments chimiothérapeutiques augmentent les dommages des cellules cancéreuses sous l'action des radiations, d'autres augmentent leur sensibilité à l'exposition aux radiations, tandis que d'autres empêchent la récupération des cellules tumorales après une radiothérapie.

Des études ont montré que l'efficacité de la chimiothérapie et de la radiothérapie combinées dépassait celle de la radiothérapie, mais qu'elle s'accompagnait de risques plus élevés d'effets secondaires graves. Celles-ci incluent les nausées et les vomissements graves, ainsi que les dommages aux leucocytes et la mort, nécessaires pour lutter contre les infections. Cependant, il est important de rappeler que l'oncologie moderne dispose également de moyens efficaces de prévention et de traitement de la plupart des effets secondaires.

Taux de survie

Le taux de survie à 5 ans des patients atteints d'un cancer broncho-pulmonaire épidermoïde est d'environ 15%.

Le pronostic du cancer du poumon dépend d'une combinaison de facteurs: stade du cancer, opérabilité / résécabilité de la tumeur, sensibilité à la chimiothérapie / radiothérapie, détection rapide du cancer et début du traitement spécial, âge du patient, état général, présence de maladies concomitantes, etc. plus favorable qu'avec le cancer du poumon glandulaire et à petites cellules.

Traitement et pronostic du cancer du poumon à cellules squameuses

Le cancer du poumon à cellules squameuses est la forme de cancer la plus répandue. Aujourd'hui, le pronostic de cette maladie est décevant, mais la détection et le traitement précoces du cancer du poumon peuvent prolonger la vie de nombreux patients.

Le cancer du poumon à cellules squameuses se développe à partir de cellules de l'épithélium squameux, présent dans la cavité buccale, le larynx, l'œsophage, le col de l'utérus. Ce néoplasme oncologique peut donc apparaître dans n'importe quel organe.

Les manifestations cliniques du carcinome épidermoïde sont significativement différentes des autres types de cancer.

  • Toutes les informations sur le site sont à titre informatif seulement et ne constitue pas un manuel pour l'action!
  • Seul le MÉDECIN peut vous fournir le DIAGNOSTIC EXACT!
  • Nous vous exhortons à ne pas vous auto-guérir, mais à vous inscrire auprès d'un spécialiste!
  • Santé à vous et à votre famille! Ne pas perdre courage

La pratique montre que le poumon droit est affecté beaucoup plus souvent que le gauche. Pour le traitement du cancer du poumon en utilisant les méthodes traditionnelles utilisées pour traiter d’autres cancers.

Vidéo: Tout sur le cancer du poumon

Classification anatomique par degré de localisation

Selon la classification anatomique, le carcinome épidermoïde se présente sous deux formes principales:

Et deux formes mineures:

  • diffusé
  • formes médiastinales.

Le cancer central du poumon implique le développement d'un carcinome des bronches principales.

Le cancer du poumon périphérique est lobaire ou segmentaire, car il peut toucher les petites bronches et les alvéoles.

La forme disséminée se développe dans le cas de la présence de petits foyers de croissance des néoplasmes, qui peuvent être situés dans différentes parties de l'organe.

La forme médiastinale apparaît lors de l'apparition de lésions métastatiques à progression rapide dans les ganglions lymphatiques.

Avant de procéder au traitement de la maladie, il est nécessaire de mener des activités de diagnostic. Pour ce faire, au stade initial du diagnostic, le médecin est tenu de procéder à un examen général, à une collecte d'anamnèse et à un examen physique.

Vidéo: traitement du cancer du poumon

Après cela, le patient doit être examiné, ce qui comprend un examen aux rayons X, sur la base duquel il est possible de détecter la présence d'une tumeur, sa taille, son emplacement et sa forme.

Les examens complets comprennent des méthodes telles que la microscopie des expectorations et la fluorographie.

Pour un examen plus précis et détaillé d'un cancer présumé, le médecin prescrit une échographie (pour détecter un cancer du poumon à cellules squameuses), une tomodensitométrie, qui déterminera la structure du poumon en couches et obtiendra des informations sur le comportement de la tumeur.

Une biopsie des tissus des poumons et des vaisseaux lymphatiques endommagés, suivie d'un examen histologique ainsi que d'une bronchoscopie, permettant un examen détaillé de la membrane muqueuse du système respiratoire, est également requise.

Et uniquement sur la base des résultats obtenus, le médecin peut prescrire un traitement approprié et efficace. Le traitement dépend des antécédents, des caractéristiques du type histologique, du stade de la maladie, de l’atteinte pulmonaire.

Dans la plupart des cas, les oncologues utilisent une thérapie complexe comprenant plusieurs méthodes afin de développer une stratégie de traitement individuelle en conséquence. À la limite, une intervention chirurgicale est appliquée.

Le diagnostic de cancer du poumon joue un rôle important dans l'identification du stade de la maladie pulmonaire et dans la détermination de la localisation de la tumeur.

Qu'est-ce qu'une toux dans le cancer du poumon, peut être trouvé dans cet article.

Chimiothérapie

Cette méthode consiste à utiliser des préparations spéciales ayant un effet néfaste sur les cellules tumorales de la tumeur: des préparations cytostatiques sont introduites dans la circulation systémique. L'utilisation de la chimiothérapie a un effet négatif sur les organes et les tissus sains du corps. Essayez donc de recourir à cette méthode dans les cas extrêmes. Par exemple, avant une intervention chirurgicale, lorsqu'il est nécessaire de réduire la taille de la tumeur.

Immunothérapie

Cette méthode est moderne, progressive et prometteuse, car elle est utilisée relativement récemment dans le traitement des tumeurs cancéreuses. L'immunothérapie est basée sur l'utilisation d'inhibiteurs du facteur de croissance, ainsi que sur l'angiogenèse. En conséquence, le flux de nutriments dans les tissus cancéreux de la tumeur est réduit.

Radiothérapie

La radiothérapie ou la radiothérapie est basée sur les effets d'une irradiation intense sur les cellules tumorales de la tumeur. Après la procédure, les cellules meurent et la taille de la tumeur elle-même est considérablement réduite. Pour cette thérapie, des installations d'accélérateur linéaire gamma sont utilisées. Cette méthode est indiquée pour les patients inopérables atteints de stades 3 et 4 de la maladie.

Thérapie symptomatique

Cette méthode est utilisée en association avec d'autres thérapies, car elle repose sur le traitement des symptômes résultant d'un cancer du poumon. Cette méthode se combine facilement avec d’autres méthodes thérapeutiques.

Méthode chirurgicale

Le traitement le plus radical. Il est utilisé lorsque d'autres méthodes appliquées n'ont pas eu d'effet positif sur le traitement de la maladie.

La méthode chirurgicale est utilisée dans les premiers stades de la maladie, lorsqu'il est possible de retirer une partie du poumon endommagé.

Dans ce cas, nous pouvons parler d'élimination radicale. Sinon, la thérapie palliative est utilisée, c’est-à-dire que pour faciliter le bien-être, une partie de la tumeur et les métastases existantes sont enlevées.

Stade de la maladie

Le cancer du poumon se développe progressivement, en passant progressivement d'un stade à l'autre. Il existe deux systèmes principaux pour déterminer le stade du cancer: le système domestique et le système TNM.

Les principales phases du cancer du poumon sont déterminées par le système international unifié TNM - Métastase des nodules tumoraux. Il s'agit d'un système assez complexe, où le résultat repose sur trois indications: la taille de la tumeur, les ganglions lymphatiques, la présence de métastases.

En pneumologie domestique, il existe un système commun pour déterminer le degré de développement de la maladie, ce qui implique la présence de quatre étapes conditionnellement distinguées:

  • Étape 1 La tumeur a une nature localisée (jusqu'à 3 cm de diamètre), puisque les ganglions lymphatiques ne sont pas atteints;
  • Étape 2 La tumeur se développe progressivement, entraînant le développement de métastases dans les ganglions lymphatiques. Il atteint 3 à 6 cm et se développe dans la plèvre, bloquant ainsi les bronches et provoquant une atélectasie du poumon;
  • Étape 3 La maladie progresse, la tumeur atteint des tailles pouvant atteindre 7 à 8 cm, les métastases pénètrent dans les organes, les vaisseaux et les os voisins;
  • Étape 4. La maladie acquiert une forme grave incurable car la tumeur se propage à des organes ou des tissus distants: les gros vaisseaux, le cœur.

Photo: Étapes du cancer du poumon avec métastases

Chacune de ces étapes a ses propres caractéristiques en fonction de la taille de la tumeur, des caractéristiques et de la vitesse de sa croissance, ainsi que de la présence de métastases.

Cancer du poumon à cellules squameuses de type histologique

La classification selon le type histologique est basée sur les caractéristiques de la structure histologique de différents types de tumeurs. Selon cette classification, il existe deux grands groupes de cancers: le cancer du poumon à petites cellules et le cancer du poumon non à petites cellules.

D'après une étude histologique, le cancer du poumon non à petites cellules est divisé en carcinome épidermoïde et en adénocarcinome.

La chimiothérapie du cancer du poumon revêt une importance particulière dans le traitement des tumeurs malignes.

En savoir plus sur ce qui est nécessaire régime pour le cancer du poumon, dites l'article.

Qu'est-ce que la prévention du cancer du poumon, peut être trouvé ici.

Le cancer du poumon à cellules squameuses a plusieurs formes histologiques, caractérisées par des caractéristiques individuelles:

  • cancer du poumon kératinisant (bien différencié) - il s'agit d'une tumeur maligne caractérisée par des métastases précoces et généralisées. En règle générale, le cancer épidermoïde kératinisé se métastase par des voies hématogènes ou lymphogènes;
  • Le cancer du poumon non kératinisant est une forme de carcinome épidermoïde caractérisé par l'absence de kératinisation et la formation de perles en corne. Metastasize aux organes et aux tissus du corps;
  • cancer du poumon peu différencié (anaplasique) - ce type de cancer se caractérise par des métastases précoces mais modérées, à prédominance lymphogène;
  • Le cancer du poumon à cellules squameuses glandulaire ou l'adénocarcinome survient rarement, principalement chez les femmes, et se caractérise par une métaplasie de l'épithélium glandulaire des bronches. Il se produit principalement dans les bronches périphériques.

Le carcinome épidermoïde se caractérise par une croissance et un développement lents, ainsi que par une incidence modérée de lésions métastatiques (métastases).

Taux de survie

Dans de nombreux pays, la mortalité par cancer, notamment par cancer du poumon, occupe la première place. Fondamentalement, cette maladie touche la population masculine, mais récemment, on a observé une tendance à une augmentation de la mortalité par cancer du poumon chez les femmes.

Cela est dû à la dégradation de l'environnement, à l'utilisation d'aliments de qualité médiocre, ainsi qu'à la fascination suscitée par le nombre de fumeurs, ce qui nuit à la santé des hommes et des femmes.

Combien de temps vivent les patients atteints d'un cancer du poumon?

Le pronostic de survie des patients atteints d'un cancer du poumon à cellules squameuses est décevant, le développement d'une tumeur maligne s'accompagnant presque toujours de l'apparition de métastases. En moyenne, compte tenu de la performance globale, le pourcentage de survie chez 15% de la population n’est que d’environ 5 ans.

À la suite d’études récentes, un pronostic peut être établi en tenant compte des stades de la maladie, car tout dépend de divers facteurs externes et des caractéristiques individuelles du patient lui-même.

  • cancer au stade 1 - 60 à 80% pour 100 personnes;
  • au stade 2 du cancer - 40-50% pour 100 personnes;
  • cancer de stade 3 - 20-25% pour 100 personnes;
  • à 4 stades de cancer - moins de 10% pour 100 personnes.

La lutte pour la santé et, souvent, pour la vie, dépend du temps, car un diagnostic précoce permet de lutter contre la maladie et donc de conserver le principal atout d’une personne, sa vie.

Tous droits réservés 2017.
Les informations sur le site sont fournies uniquement à des fins populaires et éducatives, ne prétendent pas à la référence et à l'exactitude médicale, ne constituent pas un guide pour l'action.
Ne pas se soigner soi-même. Consultez votre médecin.
La direction de rak.hvatit-bolet.ru n'est pas responsable de l'utilisation des informations publiées sur le site.

Oncologie, traitement du cancer © 2017 · Connexion · Tous droits réservés.

Cancer du poumon à cellules squameuses - causes, symptômes, diagnostic et pronostic

Le cancer du poumon à cellules squameuses est formé de cellules épithéliales qui ne font pas partie des tissus de l'organe. Il y a des cellules dans les muqueuses de la bouche, du larynx et des intestins. Ils pénètrent dans les organes respiratoires avec l'air pollué, où ils s'installent et se modifient. Le groupe à risque comprend les personnes travaillant dans des conditions dangereuses et les fumeurs. Les tumeurs malignes de ce type sont dangereuses en raison de métastases précoces et d'un développement rapide. La présence de pathologies chroniques exacerbe la gravité de la maladie et aggrave le pronostic.

Principaux types de cancer du poumon

Il existe plusieurs types de néoplasmes formés de cellules plates de l'épithélium. Ils ont différents symptômes et mécanismes d'occurrence. Sur la base de la localisation, on distingue les types de cancer du poumon suivants:

  1. Central. Détecté chez la plupart des patients. La tumeur est localisée dans la région des grandes bronches, détectée sur le fond d’une pneumonie ou d’une bronchite prolongée. En règle générale, il n'y a pas de signes spécifiques.
  2. Carcinome périphérique. Formé dans la région des petites bronches. On le trouve le plus souvent dans les stades avancés, quand les métastases commencent à se propager.
  3. Forme mixte. Combine 2 types précédents.

En fonction de la structure des tissus, on distingue 2 autres types de néoplasmes malins: le cancer épidermoïde non squameux, les cancers épidermoïdes kératinisés. La première forme est rare, mais elle se distingue par la nature extrêmement agressive du parcours et les métastases précoces. La prévision dans la plupart des cas est défavorable. Le cancer du poumon sans seuil se développe à partir de cellules mutées présentes dans les voies respiratoires. Les causes des néoplasmes malins ne sont pas entièrement comprises, mais des facteurs provoquant une augmentation du risque de développer un cancer sont identifiés. Le principal d'entre eux est de fumer. La fumée de tabac contient un grand nombre de composés cancérogènes. Plus une personne fume longtemps, plus le risque de cancer est élevé. Pas moins dangereux est de vivre à côté de personnes qui ont une si mauvaise habitude.

Le tableau clinique de la maladie

Le carcinome épidermoïde présente des symptômes inhérents à la plupart des maladies du système respiratoire. Cependant, il existe des signes spécifiques, dont la présence permet de suspecter une tumeur maligne: toux avec écoulement de crachats sanglants, douleur derrière le sternum, forte diminution de l'appétit. Les premiers signes de cancer peuvent être confondus avec des manifestations de bronchite ou de pneumonie. La thérapie symptomatique contribue à améliorer la condition, tandis que la tumeur continue à se développer. Si c'est dans la partie centrale, une toux sèche apparaît. D'autres signes de maladie peuvent être absents. La détection du cancer du poumon se produit par hasard. Une tache sombre apparaît sur la radiographie, ce qui est un signe de dégénérescence tissulaire. Aux derniers stades de la maladie, des problèmes de déglutition peuvent survenir en raison de la compression de l'œsophage.

Le cancer du poumon à cellules squameuses de bas grade se propage rapidement aux tissus environnants, ce qui explique le très mauvais pronostic. Le diagnostic d'une tumeur est compliqué par le fait que les cellules modifiées sont similaires aux cellules saines. Les métastases affectent les systèmes digestif et nerveux, le foie et les reins. Il existe souvent des processus pathologiques associés qui rendent le rétablissement impossible. Le cancer squameux glandulaire est un néoplasme contenant des cellules épithéliales squameuses et un adénocarcinome. La tumeur atteint rapidement de grandes tailles. Au moment de la détection, la maladie entre dans la phase 4. Aux premiers stades se produisent de courts épisodes de toux qui, au fil du temps, commencent à perturber le patient de plus en plus souvent. Le flegme contient du sang et a une consistance visqueuse. C'est un signe caractéristique du cancer qu'il ne faut pas négliger. Avec la défaite du drap pleural apparaissent une douleur intense. La dyspnée dans les derniers stades est observée même au repos.

Techniques Thérapeutiques

Le traitement du cancer du poumon à cellules squameuses est effectué de plusieurs manières, parmi lesquelles la chimiothérapie est considérée comme la plus efficace. Les cytostatiques inhibent la division des cellules atypiques, ce qui empêche la croissance de la tumeur. Cependant, les préparations détruisent non seulement les tissus modifiés, mais également les tissus sains, avec lesquels la survenue d'un grand nombre d'effets secondaires est liée. Cette méthode de traitement est souvent utilisée avant la chirurgie. L'immunothérapie est une méthode moderne de traitement du cancer, basée sur l'utilisation de substances qui stoppent l'alimentation des cellules cancéreuses et activent le système immunitaire humain. La maladie de stade 3-4 est une indication de radiothérapie. Une tumeur sous l'influence d'un rayonnement ionisant est réduite en taille.

Le traitement de base doit être associé aux symptômes. Ce dernier vise à éliminer la douleur et les pathologies associées. L'opération n'est efficace que dans les premiers stades du cancer du poumon à cellules squameuses. La tumeur est enlevée avec une portion de tissu sain, ce qui peut nuire au fonctionnement du système respiratoire. Au stade 4, la thérapie est bénéfique, elle vise à prolonger la vie et à améliorer sa qualité. Le cancer du poumon a un mauvais pronostic. Par le nombre de morts, il est l'une des premières places. Le taux de survie moyen à 5 ans ne dépasse pas 15%. Lorsqu'il est détecté aux premiers stades, cet indicateur passe à 80%.

Sources: http://oncology-up.ru/bn/rl/ploskokletochnyj-rak-legkogo.html, http://rak.hvatit-bolet.ru/vid/rak-legkih/ploskokletochnyj-rak-legkogo.html http://elaxsir.ru/zabolevaniya/rak/rak-legkogo-ploskokletochnyj.html

Tirer des conclusions

Enfin, nous voulons ajouter que très peu de personnes savent que, selon les données officielles des structures médicales internationales, les parasites qui vivent dans le corps humain sont la principale cause des maladies oncologiques.

Nous avons mené une enquête, étudié plusieurs matériaux et surtout testé dans la pratique les effets des parasites sur le cancer.

Il s'est avéré que 98% des sujets souffrant d'oncologie sont infectés par des parasites.

De plus, ce ne sont pas tous des casques à cassette connus, mais des micro-organismes et des bactéries qui entraînent des tumeurs, se propageant dans le sang à travers le corps.

Nous voulons immédiatement vous avertir qu'il n'est pas nécessaire de vous rendre dans une pharmacie pour acheter des médicaments coûteux, qui, selon les pharmaciens, corroderont tous les parasites. La plupart des médicaments sont extrêmement inefficaces et causent de graves dommages à l'organisme.

Que faire? Pour commencer, nous vous recommandons de lire l'article avec le principal parasitologue oncologique du pays. Cet article révèle une méthode par laquelle vous pouvez nettoyer votre corps des parasites en seulement 1 rouble, sans dommage pour le corps. Lire l'article >>>