Pneumonie

La pneumonie est une infection aiguë des poumons de nature infectieuse-inflammatoire dans laquelle tous les éléments structurels du tissu pulmonaire sont impliqués, principalement les alvéoles et le tissu pulmonaire interstitiel. La clinique de pneumonie se caractérise par de la fièvre, de la faiblesse, de la transpiration, des douleurs thoraciques, un essoufflement, une toux avec expectorations (membrane muqueuse, purulente, "rouillée"). La pneumonie est diagnostiquée sur la base de l'image auscultatoire, la radiographie des poumons. Dans la période aiguë, le traitement comprend l’antibiothérapie, la désintoxication, l’immunostimulation; prendre mucolytiques, expectorant, antihistaminiques; après la fin de la fièvre - physiothérapie, thérapie par l'exercice.

Pneumonie

La pneumonie est une inflammation des voies respiratoires inférieures d'étiologies diverses qui se produit lors d'une exsudation intra-alvéolaire et qui s'accompagne de signes cliniques et radiologiques caractéristiques. La pneumonie aiguë concerne 10 à 14 personnes sur 1000, chez les plus de 50 ans - sur 17 personnes sur 1000. L’urgence du problème de l’incidence de la pneumonie aiguë persiste malgré l’introduction de nouveaux médicaments antimicrobiens, ainsi que d’un pourcentage élevé de complications et de mortalité (jusqu'à 9%) ) de pneumonie. Parmi les causes de mortalité de la population, la pneumonie occupe la 4e place après les maladies cardiaques et vasculaires, les néoplasmes malins, les traumatismes et les empoisonnements. La pneumonie peut se développer chez les patients affaiblis, rejoignant le cours de l'insuffisance cardiaque, le cancer, les troubles de la circulation cérébrale et complique l'évolution de cette dernière. Chez les patients atteints du sida, la pneumonie est la principale cause directe de décès.

Causes et mécanisme de la pneumonie

Parmi les causes de pneumonie, il y a tout d'abord une infection bactérienne. Les agents causatifs les plus courants de la pneumonie sont:

  • Micro-organismes à Gram positif: pneumocoques (de 40 à 60%), staphylocoques (de 2 à 5%), streptocoques (2,5%);
  • Microorganismes à Gram négatif: bacille de Friedlender (de 3 à 8%), bacille de Hemophilus (7%), entérobactéries (6%), Proteus, Escherichia coli, Legionella, etc. (1,5 à 4,5%);
  • mycoplasme (6%);
  • infections virales (herpès, virus de la grippe et virus parainfluenza, adénovirus, etc.);
  • infections fongiques.

Une pneumonie peut également se développer à la suite d'une exposition à des facteurs non infectieux: blessures à la poitrine, radiations ionisantes, substances toxiques, agents allergiques.

Le groupe à risque de pneumopathie comprend les patients atteints d'insuffisance cardiaque congestive, de bronchite chronique, d'infection nasopharyngée chronique, de malformations pulmonaires congénitales, de déficiences immunitaires sévères, de patients affaiblis et épuisés, de patients au repos prolongés, de patients âgés et séniles.

Les personnes qui fument et abusent de l'alcool sont particulièrement susceptibles au développement d'une pneumonie. La nicotine et les vapeurs d'alcool endommagent la muqueuse bronchique et inhibent les facteurs de protection du système broncho-pulmonaire, créant un environnement favorable à l'introduction et à la reproduction de l'infection.

Les agents pathogènes infectieux de la pneumonie pénètrent dans les poumons par des voies bronchogènes, hématogènes ou lymphogènes. Avec la réduction existante de la barrière broncho-pulmonaire protectrice dans les alvéoles, une inflammation infectieuse se développe, qui se propage à travers le septa interalvéolaire perméable vers d'autres parties du tissu pulmonaire. Dans les alvéoles, la formation d'exsudat empêche les échanges gazeux d'oxygène entre le tissu pulmonaire et les vaisseaux sanguins. L'oxygène et l'insuffisance respiratoire se développent et, en cas de pneumonie compliquée, une insuffisance cardiaque se produit.

Dans le développement de la pneumonie, on distingue 4 étapes:

  • stade de la marée (de 12 heures à 3 jours) - caractérisé par une circulation sanguine abrupte des vaisseaux pulmonaires et une exsudation fibrineuse dans les alvéoles;
  • stade de réchauffement rouge (de 1 à 3 jours) - le tissu pulmonaire est compacté, la structure ressemble au foie. Dans l'exsudat alvéolaire, les globules rouges se trouvent en grande quantité;
  • le stade d'hépatisation grise - (de 2 à 6 jours) - est caractérisé par la décomposition des globules rouges et une production massive de leucocytes dans les alvéoles;
  • stade de résolution - la structure du tissu pulmonaire normal est restaurée.

Classification de la pneumonie

1. Sur la base des données épidémiologiques distinguent la pneumonie:
  • à base communautaire
  • nosocomial (hôpital)
  • causée par l'immunodéficience
  • cours atypique.
2. Selon le facteur étiologique, avec la spécification de l'agent pathogène, la pneumonie est:
  • bactérien
  • viral
  • mycoplasme
  • champignon
  • mixte
3. Selon le mécanisme de développement, la pneumonie est isolée:
  • primaire, se développant en pathologie indépendante
  • secondaire, se développant comme complication de maladies associées (par exemple, pneumonie congestive)
  • aspiration, se développant lorsque des corps étrangers pénètrent dans les bronches (particules d'aliments, vomissures, etc.)
  • post-traumatique
  • postopératoire
  • Infarctus-pneumonie, se développant à la suite d'une thromboembolie de petites branches vasculaires de l'artère pulmonaire.
4. Selon le degré d’intérêt du tissu pulmonaire, il existe une pneumonie:
  • unilatérale (avec une lésion du poumon droit ou gauche)
  • bilatérale
  • total, lobaire, segmentaire, sublobulaire, basal (central).
5. Par la nature de l'évolution de la pneumonie peut être:
  • pointu
  • pointu longtemps
  • chronique
6. Compte tenu du développement de troubles fonctionnels de la pneumonie se produisent:
  • avec la présence de troubles fonctionnels (indiquant leurs caractéristiques et leur gravité)
  • avec une absence de déficience fonctionnelle.
7. Étant donné le développement de complications de la pneumonie sont:
  • cours simple
  • évolution compliquée (pleurésie, abcès, choc toxique bactérien, myocardite, endocardite, etc.).
8. Sur la base de signes cliniques et morphologiques, on distingue la pneumonie:
  • parenchyme (lobaire ou lobaire)
  • focale (bronchopneumonie, pneumonie lobulaire)
  • interstitiel (souvent avec une lésion mycoplasmique).
9. Selon la gravité de la pneumonie est divisé en:
  • légère - caractérisée par une légère intoxication (conscience claire, température corporelle jusqu'à 38 ° C, la pression artérielle est normale, la tachycardie ne dépasse pas 90 battements par minute), la dyspnée au repos est absente, un petit centre d'inflammation est déterminé par radiographie.
  • modéré - signes d'intoxication modérément sévère (conscience claire, transpiration, faiblesse grave, température corporelle jusqu'à 39 ° C, pression artérielle modérément réduite, tachycardie environ 100 battements par minute), fréquence respiratoire - jusqu'à 30 par minute. au repos, une infiltration prononcée est déterminée par radiographie.
  • sévère - caractérisée par une intoxication grave (fièvre de 39 à 40 ° C, opacification de la création, adynamie, délire, tachycardie à plus de 100 battements par minute, effondrement), essoufflement allant jusqu'à 40 par minute. au repos, cyanose, radiographiquement déterminée par une infiltration importante, développement de complications de pneumonie.

Symptômes de pneumonie

Pneumonie croupeuse

Apparition aiguë caractéristique avec fièvre supérieure à 39 ° C, frissons, douleur thoracique, essoufflement, faiblesse. Préoccupations liées à la toux: d'abord sèches, non productives, puis 3-4 jours - avec expectorations «rouillées». La température corporelle est constamment élevée. Avec la pneumonie lobaire, la fièvre, la toux et les écoulements de crachats persistent jusqu'à 10 jours.

Dans les cas graves de pneumonie lobaire, l'hyperémie de la peau et la cyanose du triangle nasolabial sont déterminées. On peut voir des lésions d'herpès sur les lèvres, les joues, le menton et les ailes du nez. L'état du patient est grave. La respiration est superficielle, rapide, avec un gonflement des ailes du nez. L'auscultation est suivie d'un crepitus et de fins râles bouillonnants humides. Pouls, fréquents, souvent arythmiques, hypotension artérielle, tonus cardiaque sourd.

Pneumonie focale

Elle se caractérise par un début graduel, à peine perceptible, le plus souvent après une infection virale respiratoire aiguë ou une trachéobronchite aiguë. La température corporelle est fébrile (38-38,5 ° C) avec des fluctuations quotidiennes. La toux est accompagnée d'un écoulement d'expectorations mucopuruleuses. On note une transpiration, une faiblesse et une douleur à la poitrine lors de l'inhalation et de la toux, d'acrocyanose. Avec une pneumonie à drain focal, l'état du patient s'aggrave: essoufflement grave, cyanose.

Pendant l'auscultation, on entend une respiration dure, l'exhalation est étendue, des râles secs à petites et moyennes bulles, une crépitation sur le foyer de l'inflammation.

Caractéristiques de la pneumonie dues à la gravité, aux propriétés de l'agent pathogène et à la présence de complications.

Complications de la pneumonie

L'évolution de la pneumonie est compliquée, de même que l'apparition dans le système broncho-pulmonaire et d'autres organes de processus inflammatoires et réactifs directement causés par l'inflammation des poumons. L'évolution et l'issue de la pneumonie dépendent en grande partie de la présence de complications. Les complications de la pneumonie peuvent être pulmonaires et extrapulmonaires.

Les complications pulmonaires de la pneumonie peuvent être un syndrome obstructif, un abcès, une gangrène pulmonaire, une insuffisance respiratoire aiguë, une pleurésie exsudative parapneumonique.

Parmi les complications extrapulmonaires de la pneumonie, on trouve souvent une insuffisance cardiopulmonaire aiguë, une endocardite, une myocardite, une méningite et une méningo-encéphalite, une glomérulonéphrite, un choc infectieux toxique, une anémie, une psychose, etc.

Diagnostic de pneumonie

Dans le diagnostic de la pneumonie, plusieurs problèmes sont résolus à la fois: diagnostic différentiel de l'inflammation avec d'autres processus pulmonaires, élucidation de l'étiologie et gravité (complications) de la pneumonie. La pneumonie chez un patient doit être suspectée sur la base de signes symptomatiques: développement rapide de fièvre et d'intoxication, toux.

L’examen physique détermine le compactage du tissu pulmonaire (basé sur l’atténuation du son pulmonaire par la percussion et l’amélioration de la bronchophonie), tableau auscultatoire caractéristique: hochets ou crépitations sonores focales, humides, finement pétillantes, sonores. Avec l'échocardiographie et l'échographie de la cavité pleurale, un épanchement pleural est parfois détecté.

En règle générale, le diagnostic de pneumonie après radiographie des poumons est confirmé. Dans tous les types de pneumonie, le processus capture plus souvent les lobes inférieurs du poumon. Sur les radiographies de pneumonie, les changements suivants peuvent être détectés:

  • parenchyme (assombrissement focal ou diffus de diverses localisations et de différentes longueurs);
  • interstitiel (schéma pulmonaire amélioré par infiltration périvasculaire et péribronchique).

Les radiographies de pneumonie sont généralement effectuées au début de la maladie et 3 à 4 semaines plus tard pour surveiller la résolution de l'inflammation et l'exclusion d'une autre pathologie (généralement le cancer bronchique du poumon). Les modifications de l’analyse générale du sang dans les pneumonies sont caractérisées par une leucocytose de 15 à 30 • 109 / l, une formule de leucocyte stable passant de 6 à 30%, une augmentation de la VS à 30-50 mm / h. En général, l'analyse de l'urine peut être déterminée par la protéinurie, moins communément par la microhématurie. La canalisation des expectorations dans la pneumonie permet d'identifier l'agent pathogène et de déterminer sa sensibilité aux antibiotiques.

Traitement de la pneumonie

Les patients atteints de pneumonie, en règle générale, sont hospitalisés dans le département de thérapie générale ou le département de pneumologie. Pour la période de fièvre et d’intoxication, le repos au lit est prescrit, une boisson chaude abondante, des aliments riches en calories et en calories. En cas d'insuffisance respiratoire, on prescrit de l'oxygène par inhalation aux patients atteints de pneumonie.

Le traitement principal de la pneumonie est l’antibiothérapie. Nommer des antibiotiques devrait être le plus tôt possible, sans attendre la détermination de l'agent pathogène. La sélection de l'antibiotique porte un médecin, aucun auto-traitement n'est inacceptable! En cas de pneumonie non hospitalière, les pénicillines sont plus souvent prescrites (amoxicilline avec de l'acide clavulanique, ampicilline, etc.), les macrolides (spiramycine, roxithromycine), les céphalosporines (céfazoline, etc.). Le choix du mode d'administration de l'antibiotique est déterminé par la gravité de la pneumonie. Pénicillines, céphalosporines, fluoroquinolones (ciprofloxacine, ofloxacine, etc.), carbapénèmes (imipénème), aminosides (gentamicine) sont utilisés pour traiter la pneumonie nosocomiale. Avec un agent pathogène inconnu prescrit une association d'antibiotiques de 2-3 médicaments. Le cours de traitement peut durer de 7-10 à 14 jours, il est possible de changer l'antibiotique.

En cas de pneumonie, le traitement de désintoxication, l’immunostimulation, l’administration d’antipyrétiques, d’expectorants et de mucolytiques, des antihistaminiques sont indiqués. Après la cessation de la fièvre et de l'intoxication, le régime est élargi et une physiothérapie est prescrite (électrophorèse avec chlorure de calcium, iodure de potassium, hyaluronidase, UHF, massage, inhalation) et une thérapie par l'exercice pour stimuler la résolution du foyer inflammatoire.

Le traitement de la pneumonie est effectué jusqu'à la guérison complète du patient, ce qui est déterminé par la normalisation de l'état et du bien-être, ainsi que par les paramètres physiques, radiologiques et de laboratoire. Avec des pneumonies répétées et répétées de la même localisation, la question de l'intervention chirurgicale est résolue.

Pronostic pour la pneumonie

Dans la pneumonie, le pronostic est déterminé par un certain nombre de facteurs: virulence de l'agent pathogène, âge du patient, pathologies de fond, réactivité immunitaire, adéquation du traitement. Les variantes compliquées de l'évolution de la pneumonie et les états d'immunodéficience, la résistance des agents pathogènes à l'antibiothérapie sont défavorables pour le pronostic. La pneumonie chez les enfants de moins de 1 an, causée par le staphylocoque, le Pseudomonas aeruginosa, le Klebsiella, est particulièrement dangereuse: leur taux de mortalité varie entre 10 et 30%.

Avec des mesures thérapeutiques opportunes et adéquates, la pneumonie se termine par une guérison. Les conséquences suivantes de la pneumonie peuvent être observées pour les variantes de modifications du tissu pulmonaire:

  • restauration complète de la structure du tissu pulmonaire - 70%;
  • la formation d'un site local de pneumosclérose - 20%;
  • formant un site de carnification locale - 7%;
  • réduction d'un segment ou d'une part dans la taille - 2%;
  • le froissement d'un segment ou d'une action - 1%.

Prévention de la pneumonie

Les mesures visant à prévenir le développement de pneumonies durcissent le corps, maintiennent l'immunité, éliminent l'hypothermie, reconstituent les foyers chroniques du nasopharynx, luttent contre la poussière, cessent de fumer et consomment de l'alcool. En cas de patients alités affaiblis, afin de prévenir la pneumonie, il est conseillé de réaliser des exercices respiratoires et thérapeutiques, des massages, des traitements antiplaquettaires (pentoxifylline, héparine).

Particularités de la respiration dans la pneumonie

Un des symptômes de la pneumonie est l'essoufflement. Lorsque cela se produit, le patient n'a pas assez d'air, pas seulement au moindre effort physique, mais également au repos, ce qui crée un certain inconfort. La dyspnée avec pneumonie augmente le risque de développer une insuffisance respiratoire aiguë, très dangereuse pour la vie.

La dyspnée dans cette maladie peut être hypoxémique, hypercapnique ou mixte. La première option est due à une oxygénation insuffisante du sang pendant la ventilation normale. Hypercapnic s'accompagne d'une diminution de la ventilation pulmonaire. La dyspnée mixte avec la pneumonie comprend les deux types précédents et apparaît assez souvent.

Diagnostic de pneumonie

La pneumonie est une maladie aiguë qui survient en raison de la défaite des parties respiratoires du tissu pulmonaire et provoque leur inflammation. La cause du développement de la maladie peut être:

  • les virus;
  • les bactéries;
  • les helminthes;
  • les champignons;
  • les microorganismes les plus simples.

Les symptômes suivants de pneumonie sont distingués:

  • augmentation de la température corporelle;
  • mal de tête;
  • douleurs corporelles et sensation de faiblesse;
  • essoufflement avec peu d'effort physique;
  • douleur à la poitrine;
  • toux avec expectorations.

Le symptôme principal par lequel le médecin peut reconnaître une pneumonie, sont des anomalies caractéristiques de la respiration. À propos de la présence de pneumonie, bruit sourd lors de la percussion, tremblement de la voix, inspiration forte, nombreuses respirations sifflantes (sifflements et bourdonnements), crépitations sur la zone touchée.

Pour un diagnostic précis, le patient doit être envoyé à une radiographie pulmonaire. À propos de la présence de pneumonie, une grappe d'infiltration parle, qui peut occuper un petit segment ou un poumon entier.

La numération globulaire complète indiquera une augmentation du nombre de leucocytes, un déplacement de la formule leucocytaire à gauche et une ESR accélérée.

Dans le diagnostic de pneumonie, une analyse bactéricide des expectorations est effectuée, ce qui aidera à identifier l'agent causal de la maladie. La durée de cette étude est de 7 jours.

Types de respiration et leurs manifestations

La dyspnée avec pneumonie est une sensation dans laquelle une personne ressent un inconfort respiratoire sous la forme d'un manque d'air. La respiration pesante n'apparaît que pendant l'effort physique, puis au repos. Il y a 3 stades de dyspnée:

  • La respiration devient difficile et dure seulement après un stress mécanique, le rapport entre le pouls et la respiration est de 2.5: 1.
  • La dyspnée survient déjà avec une légère tension musculaire, une tachycardie apparaît, le rapport pouls sur respiration est de 1,5: 1.
  • La dyspnée est observée même au repos. Le rythme cardiaque à la respiration est corrélé. Conscience - au niveau de la spoor ou du coma.

Dans les cas de pneumonie, une insuffisance respiratoire survient parfois - une maladie dans laquelle les poumons ne peuvent pas fournir suffisamment d'oxygène aux tissus et aux cellules. Les mécanismes de compensation dans ce cas sont épuisés.

L'insuffisance respiratoire aiguë résulte d'une congestion des alvéoles de l'exsudat. Ceci suggère que le mécanisme d'échange d'oxygène et de dioxyde de carbone entre les alvéolocytes et les capillaires est perturbé. Un tel état est caractérisé par une augmentation de la pression de dioxyde de carbone et une diminution de la pression de l'oxygène dans le sang.

Les symptômes d'insuffisance respiratoire sont:

  • palpitations cardiaques;
  • cyanose;
  • inhibition des régions intercostales de la poitrine;
  • désorientation et agitation;
  • l'hypertension;
  • respiration difficile.

Traitement de la pneumonie

Si vous suspectez une insuffisance respiratoire, le patient doit appeler d'urgence une ambulance. Les médecins placeront le patient en soins intensifs ou dans un service thérapeutique

Avant l'arrivée de l'ambulance devrait fournir les premiers soins. Pour ce faire, organisez la circulation de l'air humide à travers le masque dans les poumons. Le patient peut être dans une position mi-assise ou mi-allongée. La ventilation des poumons est réalisée à l'aide d'un appareil muni d'un tube endotrachéal à travers lequel l'air doit circuler.

Pour normaliser la fonction respiratoire, il est nécessaire de guérir la maladie sous-jacente, ce qui a conduit à sa violation. À cette fin, les médecins prescrivent les procédures appropriées, la consommation de médicaments et de vitamines.

En cas d’essoufflement et de pneumonie, vous devez immédiatement consulter un médecin, sinon la maladie qui se développe rapidement entraînera une détérioration importante de la santé.

Règles de gymnastique respiratoire en pneumonie

Les troubles respiratoires lors d'une pneumonie sont traités avec succès en gymnastique respiratoire. C'est un élément important de la thérapie complexe, qui comprend également des médicaments, des massages et d'autres procédures. Effectuer des exercices de respiration ne peut être que sous la supervision du personnel médical, sinon des actions incorrectes entraîneront une détérioration de l'état. Les contre-indications aux exercices sont:

  • la présence de température;
  • insuffisance cardiovasculaire;
  • épuisement.

La gymnastique respiratoire avec pneumonie entraîne une augmentation de la circulation sanguine et une diminution du liquide lymphatique. Cela contribue à la résorption de l'exsudat et accélère l'écoulement des expectorations.

Des exercices aident également à ajuster le rythme respiratoire, à se débarrasser de l'essoufflement et à augmenter l'amplitude du diaphragme. En conséquence, la capacité pulmonaire revient à la normale, les échanges gazeux se stabilisent.

Les médecins recommandent de commencer la gymnastique avec de petites charges et de l'augmenter progressivement. Autrement, une surtension excessive entraînerait un effet opposé et aggraverait l'état du patient.

Exercices initiaux exercices de respiration avec essoufflement

Tout d'abord, faites des exercices visant à nettoyer les petites bronches. Ils ne jouent pas plus de 3 minutes par heure. Ainsi, le complexe de gymnastique initial pour la pneumonie comprend les actions suivantes:

  • Allongé sur le dos et étirant les bras, le patient produit environ 50 respirations et respirations.
  • Les paumes sont placées sur le bord avec le pouce vers le haut et pivotées autour de son axe jusqu’au sol, puis à 180 °. Répétez - 7 fois.
  • Lève lentement les mains et en même temps inspire, abaisse - expire. Courez 4 fois.
  • Flexion et extension des pieds - 8 fois.
  • Les mains mettent la ceinture et serrent une jambe en pliant le genou sans soulever le talon du sol. Ensuite, appuie également sur le second. Faire 4 fois.
  • En vous appuyant sur vos coudes, inspirez et courbez en même temps la partie thoracique de la colonne vertébrale. Sur l'expiration, descendez. Répétez - 3 fois.
  • Maintenant, vous pouvez vous détendre en répétant le premier exercice.
  • Ils ferment les mains et se lèvent, tournent leurs paumes vers l'extérieur et inspirent avec cela. Revenez à la position de départ - expirez. Répétez - 3 fois.
  • Les jambes à leur tour se déplacent parallèlement au sol. Effectuez l'exercice lentement 4 fois.
  • Il est recommandé de se reposer et de répéter la première action.
  • Maintenant, le patient avec chaque main doit lentement atteindre l'objet à une distance de 3-4 fois.
  • Les mains posées sur les épaules et réparties sur les côtés - inspirez. Revenez à la position de départ - expirez. Répétez 4 fois.
  • Reposez-vous à nouveau et répétez l'exercice numéro 1.
  • À tour de rôle, soulevez lentement les jambes droites et non liées au souffle. Effectuer 3 fois.
  • Les bras tendus mènent progressivement au-dessus de la tête lors de l'inspiration, puis reviennent vers l'expiration. Répétez 3 fois.
  • A la fin, la première action est effectuée à nouveau.

Augmentation de la charge

Dans le processus de faciliter l'état de chargement augmenter progressivement. Faites cela en augmentant le nombre de répétitions. Et aussi ajouter des exercices qui sont effectués en position assise et debout. Les exercices respiratoires alternent avec la thérapie physique, de sorte que le corps s'adapte progressivement à l'effort physique. Le nombre d'exercices pour les poumons devrait être 2 fois plus élevé que pour les muscles. La durée de la gymnastique devrait être portée à 15 minutes.

La prochaine étape consiste à ajouter de la marche, des exercices au mur, des poids, etc.

Si la pneumonie a une atélectasie, la gymnastique est couchée du côté sain. Pour plus de commodité, utilisez un rouleau. Dans ce cas, vous avez besoin de l'aide du personnel médical.

Le premier exercice que le patient devrait effectuer couché sur un côté en bonne santé, tendez les bras. Il lève le haut de la main tout en inspirant, puis l'abaisse et l'appuie sur la région de la poitrine au-dessus du poumon affecté pendant qu'elle expire. Il est nécessaire de respirer avec cette action aussi profondément que possible.

Le deuxième exercice, le patient effectue dans la même position. Il inspire fort et, quand il expire, plie la jambe et la presse autant que possible sur la poitrine, au-dessus du poumon malade.

Répétez ces étapes 5 fois. Par jour, il est recommandé d'effectuer 6 à 8 approches sur trois jours.

Complexe pour soulager l'essoufflement et la toux

Dans les pneumonies avec ou sans dyspnée, il est important que la toux soit productive et libère les expectorations. S'il est faible ou complètement absent, il est nécessaire de renforcer l'expectoration à l'aide d'exercices spéciaux.

Avant le début de la gymnastique, le patient doit tousser et respirer à fond. Ensuite, ils arrêtent de respirer pendant quelques secondes et, lorsqu'ils expirent, ils appuient sur la partie inférieure de la poitrine. Alors fais-lui un massage.

Les «étapes en place» sont effectuées dans les 2 minutes. Il est important de lever les genoux haut. Lorsque vous soulevez une jambe, levez les bras et respirez à fond par la bouche. En levant la deuxième jambe, les mains s'abaissent et effectuent l'expiration, tout en émettant le son «huuuu».

L'inflammation des poumons est une maladie dangereuse qui ne tolère pas l'amateur. Par conséquent, toutes les procédures de gymnastique ne doivent être prescrites que par un médecin. Vous ne pouvez pas augmenter indépendamment la charge recommandée ni ajouter d'autres exercices.

Une fois la pneumonie éliminée, la gymnastique doit être répétée périodiquement pour renforcer les poumons. Et aussi c'est un excellent prophylactique contre l'apparition d'autres maladies du système respiratoire.

Respiration sifflante, essoufflement et difficulté à respirer avec pneumonie chez les enfants. Que faire avec une insuffisance respiratoire?

La pneumonie est la maladie infectieuse des poumons la plus répandue. Chez les enfants, 80% des pathologies du système broncho-pulmonaire sont une conséquence des complications de la grippe et des infections virales respiratoires aiguës, car le système respiratoire de l’enfant n’est pas complètement formé.

Les symptômes dépendent de l'âge, les nourrissons sont mats, chez les enfants plus âgés, les manifestations sont plus claires et plus caractéristiques.

Les principaux symptômes de la pneumonie chez les enfants, en plus de la fièvre, la léthargie, le manque d'appétit: difficulté à respirer, respiration sifflante, essoufflement, toux. En cas de pneumonie étendue, le rythme et la fréquence respiratoire sont perturbés et il est périodiquement arrêté. Ces symptômes seront discutés dans notre article.

Souffle avec pneumonie chez les enfants

L'insuffisance respiratoire lors d'une pneumonie comporte deux étapes: une légère difficulté et une insuffisance respiratoire. Le premier apparaît au début de la maladie, le second se développe au milieu de la maladie, en particulier chez les nourrissons.

Légère difficulté

La condition est caractérisée par une gêne respiratoire, une sensation de manque d'air.

  • Chez les nourrissons jusqu'à 2 mois, la fréquence des respirations supérieures à 60 par minute est considérée comme élevée.
  • Chez les enfants de 2 mois à un an - plus de 50 respirations par minute.
  • Plus d'un an - plus de 40 respirations par minute.

La difficulté à respirer est divisée en inspiratoire (en inspirant) et en expiratoire (en expirant). Fondamentalement, il existe un type combiné, c’est-à-dire la combinaison des deux espèces.

Le traitement de la pneumonie chez les enfants de moins de trois ans est effectué à l'hôpital en raison de l'évolution plus grave de la maladie, du risque de complications graves. Les enfants âgés de plus de trois ans atteints d'une maladie bénigne peuvent être traités à la maison.

Le traitement de l'essoufflement implique l'élimination de sa cause. Assurez-vous d'appliquer des agents antibactériens, dont le choix est déterminé par l'âge de l'enfant, l'agent responsable de la maladie. Nommez immédiatement un antibiotique à large spectre. Ceci prend en compte les conditions d'occurrence de la maladie, le spectre probable de l'agent pathogène et la gravité de la maladie.

Les mucolytiques sont nécessaires pour faciliter la décharge des expectorations. Cela suffit généralement pour rétablir la respiration.

Symptôme d'insuffisance respiratoire

En cas d’insuffisance respiratoire, le travail des poumons ne permet pas de répondre aux besoins en oxygène du corps et les fonctions de compensation de celui-ci sont épuisées.

Le risque d'insuffisance respiratoire dans l'enfance est très élevé, en raison de la mobilité des enfants, il est difficile de remarquer les premières manifestations. Une cyanose du triangle nasolabial (bleu au milieu entre la lèvre et le nez) est un signe d'insuffisance respiratoire jusqu'à 5 mois. Surtout manifesté pendant la succion.

Il y a 4 degrés:

  1. Le premier est caractérisé par l'apparition d'essoufflement et de palpitations.
  2. La seconde se manifeste par une cyanose de la peau et des crampes.
  3. Au troisième degré, l'essoufflement alterne avec des périodes d'arrêt respiratoire complet.
  4. Sur le quatrième - le coma hypoxique se développe, la cessation complète de la respiration.

Le traitement de l'insuffisance respiratoire chez l'enfant comprend l'utilisation de bronchodilatateurs, de médicaments mucolytiques et d'inhalations.

Des médicaments spécifiques seront discutés ci-dessous.

Dans les stades sévères de l'enfant est connecté à un ventilateur, après la restauration de la respiration spontanée, une oxygénothérapie intensive est effectuée.

Essoufflement

La dyspnée est un essoufflement, accompagné d'une sensation de manque d'air. Dans le même temps, des râles lointains (sifflements et bruits d'inspiration et d'expiration) peuvent être observés. La raison - l'accumulation de liquide dans les alvéoles des poumons. La survenue d'un essoufflement est la raison de l'hospitalisation urgente en raison du risque élevé d'œdème pulmonaire. L'enfant doit être dans une position avec la partie supérieure du corps surélevée, les bébés doivent être placés sur le ventre.

Il a été démontré que les médicaments mucolytiques et bronchodilatateurs soulagent les symptômes et traitent l’essoufflement. Après élimination de la période aiguë, l'inhalation est utilisée. Sur les préparatifs seront discutés ci-dessous.

Respiration sifflante

Les hochets sont des bruits thoraciques entendus lors de la respiration. La respiration sifflante est un signe certain d'inflammation, surtout chez les enfants. Apparaissent en raison du flux d'air irrégulier dans les poumons pendant le processus inflammatoire dans les tissus des poumons et les sections adjacentes de l'arbre bronchique.

Il existe plusieurs variétés:

  1. Crepitus Son silencieux émis par les alvéoles du système respiratoire lors de l'inhalation. Manifesté au stade initial de la pneumonie.
  2. Râles humides. Se produire en raison de l'accumulation de liquide dans les bronches et les poumons lors d'une inflammation.
  3. Râles secs. Apparaître en l'absence d'obstacles sous la forme d'un liquide. Plus souvent observé avec gonflement de la muqueuse bronchique.
  4. Bruit de friction pleural. Son de raclage caractéristique. Se produit avec la complication de la pneumonie - la pleurésie.

La tactique de traitement de la respiration sifflante dépend de leur type et du stade de la maladie. Comme ils sont une manifestation de la pneumonie elle-même, les antibiotiques constituent la base du traitement de la respiration sifflante. Améliorer l'efficacité du traitement expectorant et par inhalation.

Moyens pour traiter la respiration sifflante, l'essoufflement et l'insuffisance respiratoire

Dans le traitement de l'essoufflement et de l'insuffisance respiratoire, les bronchodilatateurs jouent un rôle important. Ce sont des médicaments qui soulagent les spasmes bronchiques et permettent de rétablir la respiration. Il existe de courtes, à longue durée d'action, sont disponibles sous forme de sprays, sirops et solutions pour inhalation.

Les enfants se voient généralement prescrire des inhalations avec bronchodilatateurs, qui sont effectuées à l'aide de nébuliseurs. Préparations pour inhalation, autorisés à recevoir à l'âge d'enfant, nous considérons ci-dessous.

Drogues pour inhalation

Salbutamol


Ingrédient actif: salbutamol. Prévient et élimine les bronchospasmes, réduit la résistance dans les poumons, augmente leur capacité.

Contre-indications: âge jusqu'à 2 ans.

Effets secondaires: tachycardie modérée, nausée, vomissements, allergies.

Berodual


Bronchodilatateur combiné.

Ingrédient actif: fénotérol, bromure d’ipratropium.

Contre-indications: hypersensibilité, diabète sucré, les enfants de moins de 2 ans sont prescrits en fonction de signes vitaux stricts.

Effets secondaires: bouche sèche, maux de tête, nausée, vomissements, allergies.

Pulmicort


Ingrédient actif: budésonide.

Contre-indications: intolérance individuelle, tuberculose pulmonaire.

Effets secondaires: bouche sèche, toux, irritabilité nerveuse, allergies.

Ce médicament est utilisé pour éliminer le bronchospasme et est prescrit par un médecin strictement selon les indications!

Médicaments mucolytiques

En présence de respiration sifflante (humide) et d'essoufflement, des agents mucolytiques sont utilisés. Ils diluent les expectorations et les retirent des poumons.

Ambroxol


Médicament expectorant mucolytique.

Disponible sous forme de gélules, solution pour injection et sirop

Ingrédient actif: Ambroxol.

Le nouveau-né est utilisé sous forme d'injections.

Contre-indications: réactions individuelles, intolérance au glucose.

Effets secondaires: bouche sèche, nausée, vomissements, allergies.


Le médicament action mucolytique, favorise la décharge de crachats.

Ingrédient actif: acétylsystéine.

Publié en compagnie d'une solution buvable et d'une solution injectable.

L'utilisation de nouveau-nés et d'enfants de moins de 2 ans - pour des raisons vitales par voie intramusculaire.

Contre-indications: allergie aux composants, asthme bronchique, insuffisance rénale, intolérance à l'histamine.

Effets secondaires: allergies, nausées, vomissements, diarrhée, maux de tête.

Bromhexine


Agent mucolytique, réduit la viscosité des sécrétions bronchiques.

Ingrédient actif: Bromhexine.

Disponible sous forme de comprimés, solution pour inhalation.

Contre-indications: hypersensibilité.

Effets secondaires: vertiges, toux, allergies.

Conclusion

La pneumonie chez les enfants est une maladie dangereuse caractérisée par une grave intoxication. Lorsque le traitement tardif entraîne des complications graves, voire la mort. Les symptômes de la maladie (essoufflement, insuffisance respiratoire) sont graves et nécessitent un avis médical immédiat. Il est important de choisir le bon traitement pour améliorer l'état de l'enfant et éliminer la cause de la maladie.

Respiration avec pneumonie

Peut-il y avoir un essoufflement avec une pneumonie?

La dyspnée dans la pneumonie ne se produit pas chez tout le monde. La pneumonie est une maladie très dangereuse affectant diverses parties des poumons et entraînant une formation inflammatoire dans les alvéoles. La pneumonie est causée par diverses bactéries, notamment le bacille de l'hémophilus, les mycoplasmes, la chlamydia et bien d'autres. L'inflammation des poumons est souvent provoquée par les virus de la grippe et les adénovirus. La pneumonie présente des symptômes caractéristiques: lorsqu’une maladie apparaît, des frissons, une toux, des maux de tête, des écoulements de crachats et certaines douleurs dans la poitrine. L'échec respiratoire dans la pneumonie est assez commun.

Au cours de l'examen, le médecin peut détecter une augmentation du tremblement de la voix, la manifestation d'une respiration sifflante (ils bourdonnent et sifflent). Après une radiographie, le médecin identifie un infiltrat inflammatoire, en présence de laquelle une partie spécifique du poumon ou l’organe entier est affecté.

Pour déterminer pleinement le tableau clinique, il est nécessaire de mener une étude qui aidera à identifier l'agent responsable dans les expectorations.

La durée d'une telle enquête est de 7 à 9 jours.

Pourquoi la dyspnée survient-elle pendant une pneumonie?

Dans la terminologie médicale, la dyspnée est appelée dyspnée, maladie qui provoque un certain malaise respiratoire, en cours de dyspnée, la personne manque d'air. Lors de l'inflammation, des difficultés respiratoires peuvent survenir au moindre exercice physique, ainsi qu'au repos.

Si une personne souffre de pneumonie avec essoufflement, il existe un risque d'insuffisance respiratoire aiguë. La maladie survient lorsque le système respiratoire ne fonctionne pas pleinement et ne répond donc pas aux besoins des tissus et des cellules. Ceux-ci, à leur tour, ne sont pas complètement alimentés en oxygène. En conséquence, le système respiratoire est épuisé.

L'échec respiratoire est la vie en danger. Lorsqu'une maladie survient, la pression partielle de dioxyde de carbone augmente et donc la pression d'oxygène dans le sang diminue. Le métabolisme s'accumule de manière intensive dans le corps, et finalement une acidose respiratoire apparaît. La dyspnée au cours de l'inflammation des poumons ou du FAR se produit lorsque l'exsudat inflammatoire s'accumule dans les alvéoles et qu'il n'y a pas d'échange d'oxygène entre eux et les capillaires.

La dyspnée avec pneumonie peut être hypoxémique, ce type est caractérisé par une oxygénation insuffisante du sang pendant la ventilation normale. La dyspnée hypercapnique (ventilation) se manifeste par une réduction de la ventilation pulmonaire, une détérioration du rapport perfusion-ventilation. Mélangé combine les deux types précédents, il se développe souvent avec une pneumonie. En plus de ces affections, une personne peut ressentir un certain nombre de symptômes résultant d’une insuffisance respiratoire, parmi lesquels tachycardie, cyanose, implication de muscles supplémentaires dans le processus respiratoire, troubles du rythme cardiaque, agitation, désorientation.

Il existe certains degrés d'insuffisance respiratoire. Au premier degré, une dyspnée peut survenir pendant les tests d'effort (pas de cyanose). Dans le second cas, l'essoufflement survient même avec une légère tension des muscles, entraînant éventuellement une tachycardie. Dans le troisième cas, le problème est constamment préoccupant et, lorsque la personne se trouve dans un état normal, alors qu'elle subit une perturbation grave de la conscience, le coma peut alors se produire.

Traitement de la maladie

Si le patient a des difficultés à respirer et est diagnostiqué avec une insuffisance respiratoire, il doit être hospitalisé. Vous devriez appeler une ambulance. Les médecins détermineront le patient dans une unité de soins thérapeutiques ou de soins intensifs. Pour fournir les premiers secours, il est nécessaire d’organiser l’alimentation en air humidifié à travers le masque facial. Dans ce cas, le patient peut être dans une position mi-allongée ou mi-assise, parfois dans une telle situation, une personne est placée sur son ventre. Si un patient présente une défaillance respiratoire du troisième degré, une assistance respiratoire est nécessaire.

La ventilation des poumons se fait à travers un masque; à l'aide d'un appareil spécial, vous pouvez aider le travail des muscles respiratoires. Pour effectuer la ventilation, une intubation trachéale est nécessaire, la respiration se fait par le tube endotrachéal. Pour normaliser la respiration et soulager une personne de la dyspnée, il est nécessaire de guérir la maladie primaire. Pour cela, des antibiotiques, des vitamines et d'autres médicaments peuvent être utilisés. Un repos au lit obligatoire est requis.

Parfois, l'essoufflement survient après une pneumonie. Dans ce cas, il est urgent de consulter un médecin. Le phénomène est une complication, il indique que la maladie n’a pas cessé et que les microbes continuent à détruire le tissu pulmonaire. Il est nécessaire de chercher de l'aide à temps, car plus tard, contacter la clinique entraîne le développement de pathologies irréversibles.

Comment se fait la gymnastique respiratoire pour la pneumonie?

La gymnastique respiratoire en pneumonie est l’une des étapes du traitement et de la récupération des poumons. Il est utilisé dans le cadre du complexe médico-sportif (thérapie par l'exercice) comme complément efficace au traitement médicamenteux, au renforcement de l'immunité et au massage. La pneumonie est une maladie grave pour laquelle une guérison efficace et complète nécessite l'application systématique d'un certain nombre de mesures thérapeutiques.

Il est important que le patient effectue correctement et en temps voulu les exercices de pneumonie. Seul un médecin spécialiste peut le fournir. Il est inacceptable d’utiliser le complexe sans le contrôle du médecin, il est possible de nuire au corps affaibli.

Contre-indications: insuffisance cardiovasculaire, forte fièvre, épuisement du corps.

Les principales caractéristiques de la maladie

La pneumonie est une inflammation aiguë des régions respiratoires des poumons, accompagnée d'une accumulation de liquide (exsudat) due à une augmentation de la perméabilité vasculaire. La cause la plus courante est l’infection.

Les zones touchées s'épaississent et perdent leur capacité à échanger des gaz, la surface totale du tissu respiratoire est réduite car elle devient une respiration insuffisante. Une partie du sang qui a traversé les alvéoles compactées reste veineuse et «dilue» les artères, exacerbant le manque d'approvisionnement en oxygène du corps.

Le processus pathologique conduit à l'affaiblissement physique des malades. L'amplitude des mouvements de la poitrine pendant la respiration diminue et la force est insuffisante pour une toux efficace. En conséquence, les congestions dans les poumons sont inévitables, les bronches se bouchent de mucus, les foyers d’inflammation se multiplient et peuvent se fondre jusqu’à l’effondrement (perte de légèreté), ce qui est très dangereux.

L'utilisation appropriée de la thérapie physique dans la pneumonie aiguë est le facteur le plus important pour réduire le risque de complications graves.

Pourquoi la physiothérapie avec gymnastique respiratoire est-elle efficace?

L'exécution méthodique conduit à une circulation sanguine accrue et à un drainage du liquide lymphatique. En conséquence, l'exsudat est rapidement absorbé, le débit de crachats augmente.

Les professions aident à établir un bon rythme respiratoire du patient et à augmenter l'amplitude des mouvements de la poitrine et du diaphragme. La capacité et le volume respiratoire des poumons sont restaurés, les échanges gazeux dans les alvéoles sont normalisés.

La combinaison avec un massage thérapeutique va accélérer l'amélioration de la santé.

Comment commencer des exercices de respiration

Vous devez commencer les exercices avec précaution, avec un effort minimal. Ajouter la charge progressivement. Une surcharge peut entraîner une détérioration au lieu d'un soulagement.

La gymnastique respiratoire précède la thérapie physique. Il est possible de commencer les exercices si la température corporelle est proche de la normale, si le rythme cardiaque a suffisamment diminué et que l’intoxication a diminué. Commencez par les procédures de nettoyage des petites bronches, durée - pas plus de 3 minutes par heure, en position ventrale. Souffle prolongé effectué par le patient, combiné à un léger massage vibratoire.

Si la pneumonie est unilatérale, il est préférable d'effectuer une gymnastique du côté affecté. Cela réduira le fardeau des poumons malades et la douleur pendant l'exercice augmentera l'efficacité pour un pou sain.

Tous les exercices doivent être temporairement interrompus en cas de détérioration de l'état, d'augmentation de la température corporelle.

Première série d'exercices

Allongé sur le dos, les bras étendus le long du corps.

  1. Détendez-vous et respirez facilement. Faites 40 à 60 respirations.
  2. Placez vos paumes sur le bord, vos pouces doivent lever les yeux, le reste - en avant. Faites pivoter la main autour de son axe pour que les paumes soient tournées vers le bas (pronation), puis le mouvement inverse remontera jusqu'à la position des paumes vers le haut (supination). Courez 6-8 fois.
  3. Levez doucement les deux mains - inspirez, diminuez - expirez. Faites 3-4 fois.
  4. 8-10 fois pliez et redressez doucement le pied.
  5. Mouvement avec les bras étendus parallèlement au sol - inspirez. Les mains reviennent - expirez. Courez lentement, 3-4 fois.
  6. Mettez vos mains sur la ceinture, serrez lentement une jambe, pliez le genou, ne déchirez pas le talon. Puis le même - la deuxième jambe. Ne pas lier à la respiration, faire 3-4 fois.
  7. Pliez vos bras, appuyez-vous sur vos coudes. Souffle - pliez lentement la colonne vertébrale thoracique, sans vous déchirer l’arrière de la tête. Expirez - descendez. Courez 3-4 fois.
  8. Pour vous reposer, répétez le premier exercice.
  9. Ferme les mains Levez les mains et, sans ouvrir, tournez vos paumes - inspirez. Retour - expirez. Courez 3-4 fois.
  10. Déplacez alternativement les jambes sur les côtés parallèles au sol. Effectuer lentement, 3-4 fois.
  11. Reste Répétez le premier exercice. 30-40 respirations.
  12. À chaque main, saisissez l'objet en dehors du lit. Lentement, 3-4 fois.
  13. Prenez l'épaule droite avec la main droite et la gauche avec la gauche. Diluer sur le côté - inspirez, revenez - expirez. Lentement, 3-4 fois.
  14. Reste Répétez l'exercice 11.
  15. Lentes alternes ascensions de jambes droites. Ne vous attachez pas à inspirer-expirer. Courez 2-3 fois.
  16. Levez lentement les bras, enroulez-vous derrière la tête, inspirez, revenez - expirez.
  17. En conclusion, répétez le premier exercice.

Comment augmenter la charge

Au cours du processus de récupération, la charge augmente progressivement en raison de répétitions. Les exercices sont ajoutés en position assise, puis debout sur les muscles de la ceinture scapulaire, du torse et des jambes. Les exercices alternent avec la gymnastique respiratoire pour l’adaptation progressive du corps à l’effort physique. Les exercices respiratoires devraient être deux fois plus fortifiants. La durée d'une série d'exercices est portée à 10-15 minutes.

A l'étape suivante, les cours ont lieu dans les services de rééducation, des exercices avec des poids sont ajoutés, sur le mur et avec un banc, à pied.

En présence d'atélectasie, des exercices spéciaux sont effectués en position couchée sur le côté sain. Si le patient est inconfortable, vous pouvez utiliser un rouleau. L'aide d'un pratiquant est nécessaire lors de la pratique.

1er exercice. En position couchée du côté sain, les bras sont étendus le long du corps. En levant le haut du bras - inspirez, le bras tombe et presse avec le méthodologiste sur la surface de la poitrine au-dessus du poumon malade - expirez. La respiration devrait être aussi profonde que le patient peut.

2ème exercice. La même position sur le rouleau. Une respiration très profonde, avec une expiration, la jambe se plie et s'appuie autant que possible sur l'estomac, tandis que le patient, avec le méthodologiste, appuie sur la poitrine au-dessus du poumon du patient.

Répétez 5 à 6 fois. Par jour à 9 approches dans les 3-4 jours.

Exercices de respiration pour soulager la toux

La toux est un mécanisme important permettant au corps de nettoyer les bronches. Lorsque la pneumonie dans les bronches accumule beaucoup de mucus, la toux lavante est très faible, voire inexistante. S'il y a même les mouvements de toux les plus faibles, ils doivent être renforcés et utilisés à l'aide d'exercices spéciaux.

Avant de procéder, le patient doit tousser, si possible, et inhaler le plus profondément possible. La respiration est retardée de quelques secondes. Pendant ce temps, un massage vibrant de la poitrine est produit, tout en exhalant une pression sur la partie inférieure.

La valeur de la gymnastique thérapeutique

La physiothérapie et les exercices de respiration doivent faire partie intégrante du traitement. Une utilisation appropriée évite les complications, conduit à une accélération significative du processus de guérison et raccourcit la période de rééducation.

Après une pneumonie, il est recommandé de répéter périodiquement des exercices pour la santé générale des poumons.

Bienfaits généraux de la gymnastique respiratoire sur la santé

Même les personnes en bonne santé ont souvent tendance à avoir une respiration superficielle et superficielle. Il est associé à l'hypotension et au stress. En conséquence, la circulation sanguine dans les parties inférieures des poumons se détériore et des processus congestifs peuvent se produire.

Les exercices de respiration aident à éviter les problèmes de santé des poumons, sont très utiles en cas de rhume et de rhume.

Avec leur aide, vous pouvez renforcer le système immunitaire chez les enfants et les adultes. Les processus métaboliques, le travail du cœur et des vaisseaux sanguins sont améliorés, la fatigue est soulagée et les états dépressifs sont soulagés. Avec un régime pour perdre du poids, c'est un excellent ajout pour améliorer le résultat.

Avant d’utiliser la salle de sport, chaque personne doit consulter un médecin. Il y a des contre-indications.

Comment rétablir la respiration après une pneumonie?

Réponses:

Sergey Filchenko

Nous analysons dans l'ordre.

Gonflez les ballons!

lavande78

vous n'êtes probablement pas fibrome. et la fibrose pulmonaire - comme les effets de l'inflammation - se développe le tissu conjonctif. aide à faire des exercices de respiration - lisez ceux concernant la gymnastique de Strelnikova, chantez, faites sauter les balles, marchez plus souvent

SAMOPOSEBE

La gymnastique respiratoire est très utile et efficace si vous suivez un cours de séjour dans des grottes de sel. Le climat marin naturel a un effet réparateur, donnant une dynamique positive en cas de problèmes avec les organes ORL. Ainsi, premièrement, renforcer le système immunitaire global et élargir la partie broncho-pulmonaire du corps. Deuxièmement, le corps reçoit de l'oxygène complètement saturé en micro-éléments, ce qui constitue la barrière invisible en cas de diverses maladies respiratoires, chez les enfants comme chez les adultes.

Symptômes de pneumonie chez un enfant

La pneumonie chez un enfant est une maladie infectieuse aiguë qui se manifeste par une inflammation des régions respiratoires des poumons. La maladie s'accompagne d'une accumulation de liquide inflammatoire dans les vésicules-alvéoles pulmonaires. Les symptômes de la pneumonie chez les enfants sont similaires à ceux des adultes, mais ils sont complétés par une fièvre sévère et une intoxication.

L'expression «pneumonie aiguë chez les enfants» est hors d'usage en médecine, car la définition même de la maladie inclut une caractéristique du processus aigu. Le Conseil international de scientifiques experts a décidé de diviser la pneumonie en groupes en fonction d'autres signes déterminants de l'évolution de la maladie.

Quelle est la dangerosité de la pneumonie?

Malgré les progrès de la médecine, l'incidence de la pneumonie chez les enfants reste élevée. La pneumonie est une maladie mortelle mettant la vie en danger. La mortalité infantile par pneumonie reste élevée. En Fédération de Russie, jusqu'à 1 000 enfants meurent d'une pneumonie en un an. Fondamentalement, ce chiffre terrible unit les nourrissons décédés d'une pneumonie à l'âge de 1 an.

Les principales causes de décès par pneumonie chez les enfants:

  • Appel tardif aux parents pour des soins médicaux.
  • Diagnostic ultérieur et retard dans le traitement approprié.
  • La présence de maladies chroniques concomitantes qui aggravent le pronostic.

Afin d'établir un diagnostic précis dans le temps et de prendre des mesures pour traiter une maladie dangereuse, il est nécessaire de connaître ses signes externes - symptômes.

Les principaux symptômes de la pneumonie chez les enfants:

  • Fièvre - augmentation de la température corporelle à des valeurs élevées (> 38 ° C).
  • Essoufflement - augmentation de la fréquence respiratoire supérieure à 40 en 1 minute (chez les enfants de 1 à 6 ans).
  • Toux sèche ou avec expectorations.
  • L'apparition d'une couleur bleuâtre de la peau des lèvres, de la zone nasolabiale, du bout des doigts.
  • Changements dans le bruit respiratoire dans les poumons lors de l'écoute (respiration sifflante, respiration difficile).
  • Intoxication, faiblesse grave, refus de manger.

Une augmentation de la température corporelle chez un enfant est le premier symptôme de nombreuses maladies, par exemple une infection virale normale. Pour reconnaître la pneumonie, il faut se rappeler que ce n’est pas la hauteur de la fièvre qui joue un rôle important, mais sa durée. L'inflammation microbienne des poumons est caractérisée par la persistance de la fièvre pendant plus de 3 jours dans le contexte d'un traitement compétent de l'infection virale.

Si nous évaluons l’importance des symptômes pour le diagnostic de pneumonie chez les enfants, le symptôme le plus terrible sera l’apparition d’un essoufflement. La dyspnée et la tension des muscles supplémentaires sont des signes plus importants que la présence d'une respiration sifflante lors de l'écoute de la poitrine.

La toux est un symptôme caractéristique de la pneumonie chez les enfants. Aux premiers jours de la maladie, la toux peut être sèche. À mesure que la résolution de l'inflammation aiguë du tissu pulmonaire se résorbe, la toux deviendra productive et humide.

Si un enfant présentant une infection virale des voies respiratoires (ARI) présente des symptômes similaires, une visite urgente chez le médecin est nécessaire. La sous-estimation de la gravité de l’état du bébé peut avoir de tristes conséquences - développement d’une insuffisance respiratoire aiguë et du décès par pneumonie.

Le médecin examinera le petit patient, prescrira un examen et un traitement efficace. Écouter les poumons dès les premiers jours de la maladie peut ne révéler aucun signe caractéristique d'inflammation. Avoir des sifflements épars lors de l'écoute est souvent un symptôme de bronchite. Pour clarifier le diagnostic de suspicion de pneumonie, une radiographie du poumon est nécessaire. Les symptômes radiographiques de l'inflammation pulmonaire sont un assombrissement (infiltration) des champs pulmonaires, ce qui confirme le diagnostic.

Symptômes de laboratoire de la pneumonie

Des informations précieuses sur le fait de l'inflammation dans le corps portent une numération globulaire complète. Les signes qui augmentent la présence de pneumonie: une teneur élevée en globules blancs dans 1 cu. mm de sang (plus de 15 000) et ESR augmenté. La RSE est le taux de sédimentation des globules rouges. Cette analyse reflète la quantité de produits métaboliques inflammatoires dans la partie liquide du sang. L'ampleur de la RSE indique l'intensité de tout processus inflammatoire, y compris la pneumonie.

Comment déterminer le risque de pneumonie chez un enfant?

Les facteurs suivants ont été identifiés comme augmentant le risque de pneumonie chez les enfants:
  • Retard dans le développement physique et mental de l'enfant.
  • Faible poids à la naissance
  • Alimentation artificielle bébé de moins de 1 an.
  • Pas de vaccin contre la rougeole.
  • Pollution atmosphérique (tabagisme passif).
  • La surpopulation de la maison où vit le bébé.
  • Parents fumeurs, y compris les mères qui fument pendant la grossesse.
  • Le manque d’oligo-éléments dans l’alimentation.
  • L'incapacité de la mère à s'occuper du bébé.
  • La présence de maladies concomitantes (asthme bronchique, maladie cardiaque ou système digestif).

Quelles formes peut avoir la maladie?

La pneumonie chez les enfants diffère par la raison et le mécanisme d'apparition. La maladie peut toucher tout le lobe du poumon - il s’agit d’une pneumonie lobaire. Si l'inflammation occupe une partie d'un lobe (segment) ou plusieurs segments, on parle alors de pneumonie segmentaire (polypertrique). Si un petit groupe de vésicules pulmonaires est couvert d'inflammation, cette variante de la maladie sera appelée "pneumonie focale".

Lorsque l'inflammation est transmise au tissu respiratoire par les bronches, la maladie est parfois appelée bronchopneumonie. Le processus provoqué par des virus ou des parasites intracellulaires tels que la chlamydia se manifeste par un gonflement (infiltration) du tissu pulmonaire vasculaire des deux côtés. Ce type de maladie s'appelle "pneumonie interstitielle bilatérale". Ces symptômes de différences peuvent être déterminés lors d'un examen médical et d'un examen aux rayons X d'enfants malades.

Les médecins divisent l'inflammation des poumons chez les enfants en fonction des conditions d'occurrence: à domicile (communautaire) et à l'hôpital (hospitalier). Les formes séparées sont la pneumonie intra-utérine chez le nouveau-né et la pneumonie avec manque d'immunité. La pneumonie acquise dans la communauté (à domicile) est une pneumonie qui survient dans des conditions domestiques normales. La pneumonie hospitalière (pneumonie) est une maladie survenue plus de deux jours après le séjour de l’enfant à l’hôpital pour une autre raison (ou dans les 2 jours suivant sa sortie de l'hôpital).

Mécanisme de développement de l'inflammation des poumons

L'infection du microbe pathogène dans les voies respiratoires peut survenir de différentes manières: par inhalation, fuite de mucus nasopharyngé, propagation dans le sang. Cette façon d’introduire un microbe pathogène dépend de son type.

Le pneumocoque est l'agent causal le plus courant de la maladie. Le microbe pénètre dans les parties inférieures des poumons en inspirant ou en laissant s'échapper du mucus du nasopharynx. Les parasites intracellulaires, tels que les mycoplasmes, les chlamydia et les légionelles, pénètrent dans les poumons par inhalation. La propagation de l'infection par la circulation sanguine est le plus caractéristique d'une infection à Staphylococcus aureus.

Le type d’agent pathogène responsable de la pneumonie chez les enfants dépend de plusieurs facteurs: l’âge de l’enfant, le lieu de survenue de la maladie et le traitement antérieur aux antibiotiques. Si, dans les 2 mois précédant le présent épisode, le bébé a déjà pris des antibiotiques, l'agent responsable de l'inflammation actuelle des voies respiratoires peut être atypique. Dans 30 à 50% des cas, la pneumonie acquise en communauté chez l'enfant peut être causée par plusieurs types de microbes simultanément.

Règles générales pour le traitement de la pneumonie chez les enfants

Traitement de la maladie, le médecin commence par la nomination immédiate d'antimicrobiens à tout patient suspect de pneumonie. Le lieu de traitement est déterminé par la gravité des symptômes.

Parfois, avec un développement modéré de la maladie chez les enfants de groupes plus âgés, un traitement à domicile est possible. La décision sur le lieu du traitement est prise par le médecin, en tant que patient.

Les indications pour le traitement hospitalier des enfants atteints de pneumonie sont les suivantes: gravité des symptômes et risque élevé d'évolution défavorable de la maladie:

  • L'âge de l'enfant est inférieur à 2 mois, quelle que soit la gravité des symptômes.
  • L'âge du bébé est âgé de moins de 3 ans avec une pneumonie lobaire.
  • Inflammation de plusieurs lobes pulmonaires chez un enfant de tout âge.
  • Maladies concomitantes graves du système nerveux.
  • Pneumonie du nouveau-né (infection intra-utérine).
  • Le petit poids du bébé, le retard de son développement par rapport à ses pairs.
  • Malformations congénitales d'organes.
  • Maladies chroniques concomitantes (asthme bronchique; maladies du cœur, des poumons, des reins; maladies oncologiques).
  • Patients avec immunité réduite due à diverses causes.
  • L'impossibilité de prendre soin et d'exécuter avec précision tous les rendez-vous médicaux à la maison.

Indications pour le placement urgent d'un enfant souffrant de pneumonie dans l'unité de soins intensifs pour enfants:

  • L'augmentation du nombre de respirations> 60 en 1 min pour les enfants de moins d'un an et pour les enfants de plus d'un an, essoufflement> 50 en 1 min.
  • Intensité des espaces intercostaux et de la fosse jugulaire (fosse au début du sternum) lors des mouvements respiratoires.
  • Respiration gémissante et violation du rythme respiratoire correct.
  • Fièvre non curable.
  • Troubles de l’esprit de l’enfant, convulsions ou hallucinations.

En cas d'évolution simple de la maladie, la température corporelle diminue pendant les 3 premiers jours suivant le début du traitement antibiotique. Les symptômes externes de la maladie diminuent progressivement d'intensité. Des signes radiographiques de récupération peuvent être observés sur les images des poumons au plus tôt 21 jours après le début du traitement par antibiotiques.

En plus du traitement antimicrobien, le patient doit rester au lit et boire beaucoup d’eau. Les médicaments Expectorant sont prescrits si nécessaire.

Prévention de la pneumonie

La protection contre une infection virale respiratoire joue un rôle important dans la prévention de l'incidence de la pneumonie.

Il est possible de vacciner les enfants contre les principaux agents pathogènes de la pneumonie: le bacille de l’hémophilus et le pneumocoque. Des comprimés de vaccin sûrs et efficaces contre les germes responsables de pneumonie et de bronchite sont en cours de développement. Les médicaments de cette classe "Bronchox" et "Ribomunil" ont un dosage pour enfants. Ils sont prescrits par un médecin pour prévenir une maladie aussi dangereuse que la pneumonie.

Symptômes et signes de pneumonie chez l'adulte

La pneumonie est-elle dangereuse pour les adultes?

La pneumonie est une maladie infectieuse aiguë qui se manifeste par une inflammation du tissu pulmonaire. L’inflammation des poumons reste l’une des principales causes de décès par maladies respiratoires, en dépit du pas de géant dans le développement des médicaments. Les symptômes de pneumonie chez les adultes, les enfants et les personnes âgées, comme auparavant, inquiètent les médecins quant au sort des patients.

En 2006, 591493 cas de pneumonie ont été détectés en Russie, soit 3,44 chez les adultes de plus de 18 ans. Mais ces chiffres tirés des rapports officiels ne reflètent pas totalement la réalité. Les calculs des scientifiques montrent que l'incidence réelle de la pneumonie en Russie atteint 15. Le nombre absolu de cas de pneumonie est de 1 500 000 personnes chaque année. Selon les statistiques de 2006, la pneumonie et ses complications auraient coûté la vie à 38 970 Russes adultes.

Si les patients âgés de plus de 60 ans ont des comorbidités chroniques (bronchopneumopathie chronique obstructive, cancer; alcoolisme; maladies du foie, des reins, du cœur et des vaisseaux sanguins; diabète), le taux de mortalité augmente dans les cas graves de pneumonie à 30%. Le taux de mortalité par pneumonie le plus élevé en Russie est enregistré chez les hommes adultes en âge de travailler. Le facteur de risque typique de pneumonie chez les Russes est une demande tardive d'aide médicale.

Les signes qui augmentent le risque de décès par pneumonie chez les adultes:

  • Sexe masculin.
  • Hypothermie sévère avant la maladie.
  • Dyspnée avec une fréquence respiratoire> 28 in 1 min.
  • Violation de l'état mental du patient.
  • Maladies concomitantes - insuffisance cardiaque chronique, immunité réduite, diabète, athérosclérose des vaisseaux cardiaques, processus oncologiques, insuffisance rénale chronique.
  • Pression artérielle basse
  • Température corporelle basse

Si les patients décédés des suites d'une pneumonie connaissaient les premiers signes d'une maladie dangereuse et faisaient appel à un médecin à temps, leur vie aurait pu être sauvée.

Les premiers signes et symptômes indiquant une inflammation des poumons:

  • Apparition soudaine de la maladie;
  • fièvre (augmentation soudaine de la température corporelle> 38 ° C);
  • frissons (tremblements musculaires);
  • douleur à la poitrine avec toux et respiration profonde;
  • toux sèche ou improductive avec expectorations rouillées;
  • essoufflement - sensation d'essoufflement;
  • faiblesse générale et fatigue;
  • sueurs abondantes la nuit et au moindre effort.

Ces signes chez une personne qui souffre d'un «rhume» devraient alerter ses proches, car le diagnostic de pneumonie est très probable. Si vous soupçonnez une pneumonie, vous devriez consulter un médecin.

Symptômes objectifs de la maladie

Le médecin, examinant le patient, identifie les symptômes objectifs de la pneumonie:

  • Bruit sourd lorsque vous tapotez sur les endroits affectés des poumons;
  • respiration difficile sur la zone enflammée du tissu pulmonaire;
  • écouter de la respiration sifflante sur le lieu de l'inflammation.

La règle de base confirmant la pneumonie est l’asymétrie des résultats objectifs, c’est-à-dire la présence de symptômes de pneumonie dans un seul poumon. Après examen, le médecin vous prescrira une radiographie du thorax.

Symptômes de pneumonie aux rayons x

Le principal signe radiologique de la pneumonie est un assombrissement localisé de la région pulmonaire chez un patient présentant des symptômes d'inflammation des voies respiratoires inférieures.

Les rayons X pour suspicion de pneumonie sont effectués chez tous les patients: enfants et adultes. Cette règle obligatoire est associée au risque de complications de la pneumonie avec prescription tardive d'antibiotiques. Les conséquences d'un retard peuvent être fatales.

Traitement de la pneumonie

La principale composante du traitement qui détermine le pronostic est le choix correct de l'agent antimicrobien - un antibiotique. Le traitement des cas bénins de pneumonie chez l’adulte peut être effectué à domicile. En plus des médicaments antimicrobiens, le patient a besoin de repos au lit en cas de fièvre, de boissons chaudes en abondance et d’une bonne nutrition. Si le patient tousse du flegme, la toux peut être soulagée avec des expectorants et des compresses sur la poitrine.

Le régime alimentaire du patient souffrant de pneumonie est souvent une nutrition fractionnée, la nourriture doit être facile à digérer et complète dans sa composition.

Dans des conditions sévères, le patient est traité dans un hôpital (hôpital).

Après avoir récupéré d'une pneumonie, le patient est examiné par le médecin généraliste pendant 1 an.

Prévention des maladies

La vaccination contre le pneumocoque, principale cause de la maladie, aidera à la prévenir. Si le vaccin est contre-indiqué chez un patient à risque, vous pouvez utiliser des médicaments tels que des "comprimés de vaccin". Ces médicaments contiennent des protéines de surface d'agents pathogènes microbiens qui renforcent le système immunitaire. L'action de tels immunomodulateurs est considérée comme une "vaccination", seulement sans injection. Pour un bon choix de traitement et de prévention de la pneumonie, il est nécessaire de consulter un médecin.