Comment détecter le cancer du poumon?

L'oncologie pulmonaire occupe depuis de nombreuses années une position dominante parmi tous les néoplasmes malins. La triste réalité est que la plupart des personnes à risque n'ont aucune idée de la manière de détecter le cancer du poumon à un stade précoce. Par conséquent, les patients présentant une symptomatologie prononcée et un processus tumoral bien établi cherchent de l'aide médicale. Pour vous protéger, ainsi que vos proches, contre le cancer du poumon, il est important de pouvoir reconnaître les symptômes dangereux à temps.

6 recommandations de l'oncologue sur la détection autonome du cancer du poumon à un stade précoce

№1. Prendre en compte les facteurs de risque

Un certain nombre de facteurs constituent des conditions "favorables" pour le développement d'un processus tumoral dans les poumons. Il n’est pas utile, ayant trouvé la correspondance sur un ou plusieurs points, de tirer la sonnette d’alarme et de poser le diagnostic de «cancer». La présence de facteurs de risque signifie simplement que vous tombez dans la description d'une "personne ayant une probabilité élevée de cancer."

Ces conditions incluent:

  1. sexe masculin;
  2. fumer;
  3. inhalation de substances cancérogènes (peintures, dioxyde de carbone);
  4. plus de 45 ans;
  5. antécédents de maladies respiratoires fréquentes.

Bien sûr, si vous excluez les facteurs de provocation, les chances que votre système respiratoire soit en bonne santé augmenteront considérablement. Toutefois, s’il est impossible ou peu disposé à le faire, vous devez au moins «connaître l’ennemi de vue», c’est-à-dire examiner les symptômes suspects.

La toux peut en dire long sur son maître. Dans la phase initiale, le cancer du poumon se caractérise par une toux rare et sèche, non provoquée par aucun facteur provocateur. À mesure que le processus oncologique progresse, la toux devient hystérique, parfois continue.

Le critère diagnostique de l'oncologie pulmonaire dans sa manifestation classique est la présence de traînées de sang dans les expectorations. D'accord, un symptôme aussi éclatant devrait éveiller les soupçons et forcer une personne à consulter immédiatement un médecin. Cependant, dans la pratique, les veinules de sang ne sont pas si fréquentes et se caractérisent principalement par le stade avancé du cancer du poumon.

Numéro 3. Comment respirez-vous?

Un symptôme fréquent de cette maladie est la dyspnée progressive. Ce symptôme est dû à la détérioration croissante des tissus pulmonaires. En conséquence, la ventilation des poumons est réduite et afin de fournir au corps de l'oxygène, la fréquence des mouvements respiratoires augmente. Au fil du temps, des sifflements ou des sifflements peuvent s'ajouter à l'haleine.

Chez les patients atteints d'oncologie pulmonaire, bronchite et inflammation souvent, soudainement et sans cause. Des exacerbations similaires sont observées plusieurs fois par an. Et le schéma thérapeutique habituel est inefficace.

№ 4. Vitalité

Tout processus tumoral est accompagné d'un certain nombre de symptômes non spécifiques caractéristiques:

  • la faiblesse;
  • l'apathie;
  • diminution de la capacité de travail;
  • fatigue accrue.

Le patient peut subir une perte d'appétit, une perte de poids drastique, des sautes d'humeur et même une dépression. Bien entendu, ces signes peuvent avoir différents degrés de manifestation ou être complètement absents et cela doit être compris.

N ° 5. Caractéristiques communes supplémentaires

Le premier "appel" qu'une tumeur maligne se développe dans les poumons peut inclure les symptômes mineurs suivants:

  1. Douleur dans la poitrine - elle survient du côté de la lésion si la tumeur est proche de la plèvre, qui recouvre les poumons à l'extérieur. Ce symptôme est souvent considéré comme une manifestation de la névralgie intercostale. L'inefficacité de la thérapie analgésique et anti-inflammatoire, ainsi que la nature persistante et obsessionnelle de la douleur, plaident en faveur d'un processus oncologique.
  2. Augmentation persistante de la température corporelle jusqu'à des valeurs subfébriles - 38-38,5 ° C
  3. Troubles possibles de la fréquence cardiaque et de la conduction.
  4. Différents changements de voix: changement de timbre, respiration sifflante, enrouement.
  5. Violation du passage de la grosseur de nourriture dans l'œsophage, bâillonnement fréquent.
  6. Gonflement du visage et du torse.
  7. Couleur grisâtre de la peau.
  8. Lymphadénopathie des ganglions lymphatiques axillaires et supraclaviculaires.

Le passage annuel de la fluorographie vise à la détection rapide de certaines maladies du système respiratoire. Sur la photo, le cancer du poumon est une panne totale de localisation variée. Si cette fonction de radiographie est détectée, le médecin adressera une demande de consultation au dispensaire oncologique pour un examen plus approfondi.

Ne négligez pas l’enquête annuelle, même si vous pensez être en bonne santé. Le fait est que toutes les recommandations précédentes concernent pour la plupart le cancer du poumon central. Ce type de tumeur a un message avec de grandes bronches, en raison desquelles les symptômes de la maladie sont prononcés. Le cancer périphérique pendant une longue période peut être asymptomatique. Et dans ce cas, la pathologie ne peut être reconnue que sur la fluorographie prévue.

Comme vous pouvez le constater, la question de savoir comment détecter le cancer du poumon par eux-mêmes - et non par les poumons. Cependant, avec une attention particulière pour vous-même, il est toujours possible de suspecter la présence de signes avant-coureurs et de consulter un médecin à temps. Nos recommandations ont été faites pour aider à diagnostiquer une tumeur sans recourir à des manipulations complexes. N'oubliez pas qu'un traitement rapide peut prévenir le développement d'une tumeur et même la guérir complètement.

Rubriques de magazines

À notre époque, un cancer tel que le cancer du poumon est très courant. Détecter le début de la maladie peut être caractéristique de ses symptômes et avec l'aide de méthodes de diagnostic modernes.

Premiers signes et symptômes du cancer du poumon

La médecine moderne est capable de guérir le cancer du poumon, à condition que le traitement soit commencé rapidement et que le traitement du cancer du poumon moderne soit efficace avec un diagnostic approprié. Plus la maladie est détectée tôt, plus nombreuses sont les chances de la guérir sans conséquences.

Les premiers symptômes sont:

  • Toux qui dure depuis longtemps.
  • Respiration avec un sifflement.
  • Essoufflement.
  • Douleur qui accompagne le processus de toux et de respiration.
  • Cracher du mucus avec des taches sanglantes.
  • Etat général de malaise et de faiblesse.
  • Léthargie
  • Forte diminution de la capacité de travail.
  • Faiblesse
  • Il n'y a pas d'augmentation évidente de la température corporelle.
  • Perte d'appétit déraisonnable.

Ces symptômes ne sont pas spécifiques au cancer du poumon. Ils peuvent également accompagner d'autres maladies.

Cependant, ils doivent absolument écouter et se soumettre aux examens nécessaires. Cette mesure contribuera soit à exclure la présence de tumeurs malignes du poumon dans le corps, soit à assurer leur présence. Et ensuite - commencer immédiatement le traitement anti-oncologique.

Le cancer du poumon est dangereux car au stade initial de développement, il peut être asymptomatique!

Avec le développement progressif de la maladie, les symptômes augmentent et deviennent plus caractéristiques:

  • Toux accompagnée d'hémoptysie.
  • Tachycardie
  • Essoufflement grave.
  • Douleur à la poitrine.
  • Augmentation de la leucocytose et de l’éosinophilie dans le sang - détectée lors de la réalisation de tests sanguins.
  • Douleur lors de la toux et de la respiration.
  • Forte perte de poids du patient.

L'hémoptysie est le plus souvent associée au cancer du poumon. Les signes restants peuvent être observés dans d'autres maladies, y compris le cancer.

Symptômes secondaires, syndromes de cancer du poumon

Selon la classification clinique adoptée en médecine, le cancer du poumon revêt les formes suivantes:

La forme centrale d'une lésion pulmonaire maligne est localisée dans la région des grandes bronches.

La forme périphérique affecte les tissus parenchymaux, les alvéoles, les petites bronches.

Les formes atypiques de l'oncologie pulmonaire sont caractérisées par le manque de localisation précise de la tumeur primitive et de métastases multiples sur divers organes:

  • Les os.
  • Le cerveau.
  • Du foie
  • Ganglions lymphatiques.

Dans les lésions malignes du poumon, les métastases se développent très rapidement! La forme centrale du cancer du poumon est accompagnée de:

  • Toussez les expectorations avec une abondante présence de traînées de sang.
  • Douleur à la poitrine, indiquant que la défaite a touché la plèvre et le tronc nerveux.
  • Toux initialement sèche, se transformant en toux avec expectorations purulentes.
  • Dyspnée sévère due à la compression des vaisseaux du médiastin par la tumeur, ainsi qu’aux grandes artères et veines.
  • Le développement de la pneumonite.
  • La survenue d'une atélectasie.

Il existe également des signes secondaires de lésion pulmonaire maligne. Ils dépendent exactement des organes touchés par les métastases.

Forme périphérique de l'oncologie du poumon peut durer longtemps sans symptômes clairement exprimés, il est donc plus difficile à identifier.

Souvent, une tumeur périphérique n'est détectée que lorsque ses symptômes secondaires apparaissent suite à une compression des structures adjacentes du corps et à la germination de la tumeur dans des organes adjacents.

Les premiers signes de cette forme cancéreuse de lésion pulmonaire incluent:

  1. Douleur dans la poitrine lors des mouvements respiratoires.
  2. Dyspnée sévère et prolongée.

Dans le processus de développement de la maladie, la tumeur est affectée par les grandes bronches. Leur dégagement est réduit. L'image globale de la maladie est proche de la forme centrale de la lésion.

Les catégories de syndromes secondaires de cancer du poumon comprennent les suivantes:

  • La voix devient enrouée. C'est parce que la tumeur affecte le nerf récurrent.
  • Violation du processus de déglutition avec métastases dans l'œsophage et les ganglions médiastinaux.
  • Le soi-disant syndrome de la veine cave supérieure. Elle est accompagnée d'une cyanose du visage, des mains, du cou, de la poitrine, de maux de tête et de somnolence. Cela se produit à la suite de la compression de la veine cave par une tumeur et à la violation du flux sanguin veineux du cerveau.
  • La présence de protéines dans l'urine, si les reins sont touchés.
  • Anorexie sévère.
  • Syndromes ophtalmologiques, se manifestant par une constriction de la pupille, une position pathologique du globe oculaire, une omission de la paupière.
  • Syndromes neurologiques. Ceux-ci incluent une encéphalopathie, des dommages au nerf optique, une neuropathie périphérique.
  • Augmentation de la production d'hormones.
  • Modifications de la peau sous forme de sécheresse, de pigmentation, d'épaississement et de desquamation;
  • La survenue d'une hypercalcémie.
  • Syndromes musculaires. Ils sont exprimés par l’atrophie des muscles du bras, du côté de la découverte de la tumeur et par une douleur intense aux épaules.

Tous ces signes indiquent la présence dans le corps d'une intoxication provoquée par le développement d'une tumeur maligne qui donne des métastases!

Méthodes de diagnostic modernes

Les méthodes modernes de diagnostic de l'oncologie pulmonaire sont les suivantes:

  • Bronchoscopie
  • Test d'expectoration.
  • Examen cytologique des tissus.
  • Effectuer une analyse histologique du matériel biologique prélevé.
  • Test sanguin en général, comme dans la biochimie et les marqueurs tumoraux.
  • Examen par ultrasons sur un échographe moderne.
  • Pleurocentèse
  • Rayon X des poumons.
  • Imagerie par résonance magnétique.
  • Tomodensitométrie du thorax.
  • Méthode par laquelle le niveau d'accumulation de radio-isotopes dans les tissus est mesuré et les zones touchées sont détectées (balayage par radio-isotope).
  • La tomographie par émission de positrons, qui permet de réaliser une évaluation fonctionnelle de l’éducation oncologique.

Diagnostic différentiel du cancer du poumon

Comme les symptômes d'une lésion pulmonaire maligne sont à bien des égards similaires à ceux d'autres maladies, un diagnostic différentiel du cancer du poumon est souvent nécessaire. C'est fait dans le but de faire un diagnostic précis.

Le diagnostic permet d’exclure des maladies telles que:

  • Tuberculose
  • Pneumonie.
  • L'éducation sous forme de kystes.
  • Tumeurs bénignes.
  • Processus inflammatoires chroniques.
  • Les abcès
  • La présence de corps étrangers dans les poumons.

Une pneumonie a été diagnostiquée chez plus de 50% des personnes décédées des suites d'une tumeur maligne au poumon. Il est associé à des manifestations similaires des deux maladies. En oncologie pulmonaire, une certaine forme de pneumonie se développe souvent.

Pour différencier la pneumonie, vous devez savoir que pour ses symptômes typiques tels que:

  • Apparition aiguë de la maladie.
  • Une nette amélioration due à l'utilisation d'antibiotiques.
  • La sévérité prononcée du processus inflammatoire.
  • Dynamique positive après un traitement médicamenteux de dix jours ou deux semaines, confirmée par les rayons X.

Lors du diagnostic précis de l'oncologie pulmonaire, il est impératif de mener les études de laboratoire et de diagnostic suivantes:

  1. Effectuer une analyse des frottis de la membrane muqueuse des bronches.
  2. Prenez flegme sur la cytologie.
  3. Faites une bronchoscopie.
  4. Effectuer une biopsie de ponction.
  5. Faire un tomogramme informatique des poumons.

Cela éliminera les maladies énumérées ci-dessus présentant des symptômes similaires et donnera un avis sur la présence de tumeurs malignes dans les poumons.

Comment détecter le cancer du poumon

Comment détecter le cancer du poumon?

L'oncologie pulmonaire occupe depuis de nombreuses années une position dominante parmi tous les néoplasmes malins. La triste réalité est que la plupart des personnes à risque n'ont aucune idée de la manière de détecter le cancer du poumon à un stade précoce. Par conséquent, les patients présentant une symptomatologie prononcée et un processus tumoral bien établi cherchent de l'aide médicale. Pour vous protéger, ainsi que vos proches, contre le cancer du poumon, il est important de pouvoir reconnaître les symptômes dangereux à temps.

6 recommandations de l'oncologue sur la détection autonome du cancer du poumon à un stade précoce

№1. Prendre en compte les facteurs de risque

Un certain nombre de facteurs constituent des conditions "favorables" pour le développement d'un processus tumoral dans les poumons. Il n’est pas utile, ayant trouvé la correspondance sur un ou plusieurs points, de tirer la sonnette d’alarme et de poser le diagnostic de «cancer». La présence de facteurs de risque signifie simplement que vous tombez dans la description d'une "personne ayant une probabilité élevée de cancer."

Sois prudent

La véritable cause du cancer, ce sont les parasites qui vivent à l'intérieur des personnes!

Il s’est avéré que ce sont les nombreux parasites présents dans le corps humain qui causent presque toutes les maladies mortelles d’une personne, y compris la formation de tumeurs cancéreuses.

Les parasites peuvent vivre dans les poumons, le cœur, le foie, l'estomac, le cerveau et même le sang humain en raison de la destruction active des tissus corporels et de la formation de cellules étrangères.

Nous voulons immédiatement vous avertir que vous n’avez pas besoin de courir à la pharmacie et d’acheter des médicaments coûteux, qui, selon les pharmaciens, corroderont tous les parasites. La plupart des médicaments sont extrêmement inefficaces et causent de graves dommages à l'organisme.

Vers de poison, tout d'abord, vous vous empoisonnez!

Comment vaincre l'infection et en même temps ne pas se faire du mal? Lors d’un entretien récent, le principal parasitologue oncologique du pays a parlé d’une méthode efficace à domicile pour l’élimination des parasites. Lire l'interview >>>

Ces conditions incluent:

  1. sexe masculin;
  2. fumer;
  3. inhalation de substances cancérogènes (peintures, dioxyde de carbone);
  4. plus de 45 ans;
  5. antécédents de maladies respiratoires fréquentes.

Bien sûr, si vous excluez les facteurs de provocation, les chances que votre système respiratoire soit en bonne santé augmenteront considérablement. Toutefois, s’il est impossible ou peu disposé à le faire, vous devez au moins «connaître l’ennemi de vue», c’est-à-dire examiner les symptômes suspects.

La toux peut en dire long sur son maître. Dans la phase initiale, le cancer du poumon se caractérise par une toux rare et sèche, non provoquée par aucun facteur provocateur. À mesure que le processus oncologique progresse, la toux devient hystérique, parfois continue.

Le critère diagnostique de l'oncologie pulmonaire dans sa manifestation classique est la présence de traînées de sang dans les expectorations. D'accord, un symptôme aussi éclatant devrait éveiller les soupçons et forcer une personne à consulter immédiatement un médecin. Cependant, dans la pratique, les veinules de sang ne sont pas si fréquentes et se caractérisent principalement par le stade avancé du cancer du poumon.

Numéro 3. Comment respirez-vous?

Engagé dans l’influence des parasites dans le cancer pendant de nombreuses années. Je peux dire avec confiance que l'oncologie est une conséquence de l'infection parasitaire. Les parasites vous dévorent littéralement de l'intérieur, empoisonnant le corps. Ils se multiplient et défèquent à l'intérieur du corps humain, tout en se nourrissant de chair humaine.

L'erreur principale - traîner! Plus tôt vous commencerez à éliminer les parasites, mieux ce sera. Si nous parlons de drogue, alors tout est problématique. Il n’existe aujourd’hui qu’un seul complexe antiparasite réellement efficace: Gelmline. Il détruit et élimine du corps tous les parasites connus - du cerveau et du cœur au foie et aux intestins. Aucun des médicaments existants n'est capable de cela.

Dans le cadre du programme fédéral, chaque résident de la Fédération de Russie et de la CEI peut commander Gelmiline à un prix préférentiel de 1 rouble lorsqu’il soumet une demande jusqu’au (inclus).

Un symptôme fréquent de cette maladie est la dyspnée progressive. Ce symptôme est dû à la détérioration croissante des tissus pulmonaires. En conséquence, la ventilation des poumons est réduite et afin de fournir au corps de l'oxygène, la fréquence des mouvements respiratoires augmente. Au fil du temps, des sifflements ou des sifflements peuvent s'ajouter à l'haleine.

Chez les patients atteints d'oncologie pulmonaire, bronchite et inflammation souvent, soudainement et sans cause. Des exacerbations similaires sont observées plusieurs fois par an. Et le schéma thérapeutique habituel est inefficace.

№ 4. Vitalité

Tout processus tumoral est accompagné d'un certain nombre de symptômes non spécifiques caractéristiques:

  • la faiblesse;
  • l'apathie;
  • diminution de la capacité de travail;
  • fatigue accrue.

Le patient peut éprouver une perte d’appétit. perte de poids drastique, sautes d'humeur et même dépression. Bien entendu, ces signes peuvent avoir différents degrés de manifestation ou être complètement absents et cela doit être compris.

N ° 5. Caractéristiques communes supplémentaires

Le premier "appel" qu'une tumeur maligne se développe dans les poumons peut inclure les symptômes mineurs suivants:

  1. Douleur dans la poitrine - elle survient du côté de la lésion si la tumeur est proche de la plèvre, qui recouvre les poumons à l'extérieur. Ce symptôme est souvent considéré comme une manifestation de la névralgie intercostale. L'inefficacité de la thérapie analgésique et anti-inflammatoire, ainsi que la nature persistante et obsessionnelle de la douleur, plaident en faveur d'un processus oncologique.
  2. Augmentation persistante de la température corporelle jusqu'à des valeurs subfébriles - 38-38,5 ° C
  3. Troubles possibles de la fréquence cardiaque et de la conduction.
  4. Différents changements de voix: changement de timbre, respiration sifflante, enrouement.
  5. Violation du passage de la grosseur de nourriture dans l'œsophage, bâillonnement fréquent.
  6. Gonflement du visage et du torse.
  7. Couleur grisâtre de la peau.
  8. Lymphadénopathie des ganglions lymphatiques axillaires et supraclaviculaires.

Le passage annuel de la fluorographie vise à la détection rapide de certaines maladies du système respiratoire. Sur la photo, le cancer du poumon est une panne totale de localisation variée. Si cette fonction de radiographie est détectée, le médecin adressera une demande de consultation au dispensaire oncologique pour un examen plus approfondi.

Ne négligez pas l’enquête annuelle, même si vous pensez être en bonne santé. Le fait est que toutes les recommandations précédentes concernent pour la plupart le cancer du poumon central. Ce type de tumeur a un message avec de grandes bronches, en raison desquelles les symptômes de la maladie sont prononcés. Le cancer périphérique pendant une longue période peut être asymptomatique. Et dans ce cas, la pathologie ne peut être reconnue que sur la fluorographie prévue.

Comme vous pouvez le constater, la question de savoir comment détecter le cancer du poumon par eux-mêmes - et non par les poumons. Cependant, avec une attention particulière pour vous-même, il est toujours possible de suspecter la présence de signes avant-coureurs et de consulter un médecin à temps. Nos recommandations ont été faites pour aider à diagnostiquer une tumeur sans recourir à des manipulations complexes. N'oubliez pas qu'un traitement rapide peut prévenir le développement d'une tumeur et même la guérir complètement.

Il est important de savoir:

Diagnostic CT du cancer du poumon

PRÉVALENCE DU CANCER DU POUMON ET DES FACTEURS DE RISQUE

Cancer du poumon - une tumeur de l'épithélium des bronches - l'un des cancers les plus répandus dans le monde. Chaque année, plus de 10 millions de personnes en Russie reçoivent un diagnostic de néoplasme malin des organes respiratoires et ce chiffre est encore plus élevé dans le monde. Les tumeurs malignes bronchogènes sont l’une des causes les plus fréquentes de décès par maladies oncologiques et la variante la plus courante de la pathologie oncologique de l’arbre trachéobronchique.

Les facteurs de risque de cancer du poumon comprennent:

1) Vivre dans des zones écologiquement défavorables.

2) Travailler dans des industries liées à l'inhalation de particules de poussière, de métaux, de vapeurs de peinture et de produits chimiques actifs, même avec un équipement de protection. L'inhalation de poussières d'amiante, puis de charbon, ainsi que de vapeurs de métaux lourds, d'arsenic, d'éther chlorométhylique, de chrome et de gaz moutarde est très défavorable.

3) Le tabagisme est le principal facteur de prédisposition des néoplasmes trachéobronchiques chez l’arbre. Chez les fumeurs actifs, le risque de développer une oncopathologie est jusqu'à 10 fois supérieur à celui des non-fumeurs et chez les passifs, jusqu'à 2 fois.

4) maladies spécifiques. Il existe un lien direct entre la tuberculose, l’asbestose, la silicose, d’autres maladies qui se manifestent par une pneumosclérose diffuse ou locale et les néoplasmes malins des bronches.

MANIFESTATIONS CONTRE LE CANCER DU POUMON - QUAND PUIS-JE MANIPULER UNE BARRIÈRE?

Afin de ne pas passer à côté des premiers signes et symptômes du cancer du poumon, vous devez faire attention aux changements de santé suivants: apparition de toux des expectorations avec des traînées de sang, une nette diminution de poids sans raison apparente, une augmentation de la température corporelle, notamment sous forme de "pics", accompagnée de frissons, transpiration accrue.

Une indication directe de la tomodensitométrie est la détection d’une ombre focale claire dans l’image lors de la radiographie et de la radiographie. Bien sûr, le cancer du poumon sur les rayons X n'a ​​pas l'air très spécifique - après tout, des changements similaires peuvent aussi être dus à la tuberculose, à d'autres tumeurs bénignes et même à la pneumonie. Tous ces états peuvent être différenciés par CT.

COMMENT IDENTIFIER LE CANCER DU POUMON?

La radiographie dans le cancer du poumon révèle une ombre arrondie à gauche. À des fins de diagnostic différentiel (pour distinguer le cancer du poumon du tuberculome, des kystes ou de la pneumonie), une tomodensitométrie (TDM) doit être réalisée.

La méthode de diagnostic la plus efficace pour le cancer du poumon est la tomodensitométrie multispirale (TMS). Dans la plupart des cas, il n'est pas nécessaire d'introduire un contraste pour voir une tumeur au scanner. L'amélioration du contraste est principalement utilisée dans le diagnostic des tumeurs centrales afin de distinguer un petit noeud de tissu mou situé dans la racine du poumon des vaisseaux pulmonaires situés à proximité. La tomodensitométrie est une méthode indispensable pour déterminer la taille d’une tumeur, le degré de lésion de la racine du poumon, du médiastin et du thorax, ainsi que pour évaluer les dommages subis par les ganglions lymphatiques. Tous ces détails déterminent en fin de compte le stade du processus du cancer. Par conséquent, une analyse précise des résultats de la tomodensitométrie est extrêmement importante pour le pronostic.

Une autre méthode de recherche tomographique - la radiographie par résonance magnétique (IRM) n’est presque pas utilisée pour diagnostiquer les tumeurs pulmonaires, car elle identifie mal les modifications du tissu pulmonaire. Le fait est que le tissu pulmonaire contient une grande quantité d’air qui ne donne pas de signal IRM.

Il est également impossible de diagnostiquer de manière fiable les modifications du tissu pulmonaire à l'aide d'une échographie (US), mais cette méthode peut être utilisée pour détecter les modifications de la plèvre environnante.

La radiographie et la fluoroscopie peuvent être utilisées pour détecter des masses pulmonaires. Cependant, l'application isolée de ces méthodes ne permet pas de déterminer de manière fiable le diagnostic. La bronchographie comme moyen de détecter le cancer du poumon appartient également au passé.

Parmi les méthodes instrumentales de diagnostic des tumeurs centrales, la fibrobronchoscopie (FBS) est très bonne - une méthode endoscopique, grâce à laquelle vous pouvez non seulement voir le rétrécissement de la lumière des bronches à travers les yeux, mais aussi prendre une partie du volume de la formation pour un examen histologique.

CLASSIFICATION HISTOLOGIQUE DU CANCER DU POUMON ET DES PRÉVISIONS DE SURVIE

Selon la classification histologique des cancers bronchiques de la dernière révision (de 1999), il existe 6 types de tumeurs trachéobronchiques:

1) Adénocarcinome - détecté dans environ 35% des cas. Le plus souvent, il s'agit d'une tumeur périphérique ressemblant à un seul nœud (solitaire) de différentes tailles et présentant des signes typiques de malignité, avec la présence de spicules - des bords radiants, qui se forment en raison de la germination d'un cancer dans les vaisseaux lymphatiques; zones de nécrose, de décomposition et d'hémorragie dans la tumeur stromale. L'adénocarcinome métastase souvent et précocement. La prévision est très variable, elle dépend à de nombreux égards du début de la détection de la formation.

2) Cancer épidermique non squameux - une variante commune - jusqu'à 35% de tous les cas de formations pulmonaires. Il se caractérise par le meilleur pronostic, rarement des métastases. Environ 65% se développent dans l'une des bronches centrales et provoquent une image d'atélectasie sur le scanner et les rayons X. 35% se développent dans les bronches périphériques et ressemblent à un nœud solide simple, souvent avec une cavité au centre, semblable à un abcès.

Le patient a reçu un diagnostic de cancer dans le 6ème segment du lobe inférieur gauche. Après résection, le cancer du poumon à cellules squameuses a été vérifié par examen histologique. La tomographie dans ce cas ne donnait pas l'image typique d'une tumeur maligne.

3) Cancer à petites cellules - les espèces les plus agressives et les plus dangereuses, déjà à un stade précoce peuvent se métastaser aux ganglions lymphatiques des racines des poumons et du médiastin. L'espérance de vie des patients atteints de telles tumeurs varie en fonction du stade (TNM) et de la possibilité d'un traitement chirurgical. La fréquence d'occurrence est jusqu'à 20%. Découle généralement de l'épithélium des grandes bronches, provoque l'image de l'atélectasie. Étroitement associé au tabagisme.

4) Cancer indifférencié à grandes cellules - est rare, moins de 5% des cas. Il est généralement représenté par un grand noeud périphérique solide. Se produit presque toujours chez les fumeurs. Métastases précoces - hématogènes et lymphogènes, leur pronostic est défavorable.

5) Cancer neuroendocrinien à grandes cellules (carcinoïde) - souvent central, avec un signe caractéristique - désintégration dans la tumeur, se produit dans moins de 5% des cas, métastases précoces aux ganglions lymphatiques, agressif, défavorable.

6) Cancer bronchiolo-alvéolaire - jusqu'à 2%. C'est un sous-type d'adénocarcinome. Presque toujours périphérique. Il se manifeste par une diminution diffuse de la densité du parenchyme pulmonaire du type en verre dépoli, qui simule le tableau de la pneumonie. Il manifeste également des changements dans le type de consolidation - compactage diffus du parenchyme pulmonaire, pouvant ressembler à un nœud. Le pronostic pour les nœuds de petite taille est généralement favorable.

COMMENT REGARDER LE CANCER DU POUMON EN TOMOGRAPHIE PAR ORDINATEUR

Il existe plusieurs options pour la croissance du site tumoral (selon Rozenshtrauch):

1) D'une part, dans la lumière de la bronche, en la rétrécissant - type endophytique.

2) Dans la lumière de la bronche, en la rétrécissant circulairement - il s’agit également d’un type endophyte.

3) Dans la lumière de la bronche et à l'extérieur de celle-ci - un type de croissance mixte.

4) Le long de la paroi de la bronche, ne rétrécissant pas sa lumière - le type péri-bronchique.

Lorsqu'une tumeur se développe dans la lumière de la bronche, son rétrécissement se produit, ce qui conduit à une violation de la ventilation d'une certaine partie du tissu pulmonaire. Avec la tomodensitométrie, on peut immédiatement remarquer le site tumoral lui-même dans la lumière de la bronche - il semble dense (blanc). La lumière de la bronche se rétrécit dans un cercle, près du mur, ou "se détache" à la frontière avec le néoplasme. Vous pouvez également voir une augmentation de la densité du lobe correspondant (ou d'un segment, segments) ventilé par cette bronche. L'augmentation de la densité peut être due à une atélectasie - une chute d'une partie du tissu pulmonaire résultant d'une altération de la perméabilité bronchique, une distélectasie - à un collapsus partiel, ainsi qu'à des modifications causées par une pneumonie, le plus souvent de nature congestive, avec formation d'abcès, ainsi qu'une fibrose.

Il existe également une division du cancer du poumon en périphérique et central - la classification de ce dernier est donnée ci-dessus. Le cancer central est cliniquement plus difficile à cause du fait qu'il donne souvent des complications sous forme d'atélectasie, de pneumonie massive, d'abcès, d'insuffisance respiratoire.

Scanner des signes de cancer du poumon central: la tomodensitométrie est utilisée pour déterminer la formation en volume d'une structure des tissus mous, dans laquelle la lumière de la bronche inférieure «se détache». Les bords de la formation sont inégaux, avec des spicules, la forme est irrégulière.

Cancer central du poumon sur scanner. Notez les différences dans la largeur de la lumière des bronches centrales à droite et à gauche. La lumière de la bronche du lobe supérieur droit n'est pas visible. Une atélectasie du lobe supérieur est visible. Dans le cercle - directement la formation de la tumeur, qui a provoqué une atélectasie.

Sur la tomodensitométrie, le cancer du poumon périphérique ressemble à un foyer ou à un nœud situé à la périphérie du corps, loin de la racine. Il présente généralement une structure homogène, avec dans certains cas des zones de nécrose, de calcifications et d'hémorragies dans le parenchyme. Les bords d'un cancer typique sont inégaux, avec de multiples «spicules» dus à une lymphangite. Située près de la plèvre, la formation la déforme et la tire vers elle. Ses dimensions sont différentes - du foyer (3-10 mm) au nœud (10-50 mm et plus).

Cancer du poumon périphérique typique (adénocarcinome) sur TMS. À droite dans le 6ème segment du poumon, un nœud dense de tissu mou avec des spicules, déformant et resserrant la plèvre interlobaire, est révélé.

Les cancers multiples primitifs sont beaucoup moins courants et doivent être différenciés des métastases et des autres foyers diffus et disséminés. y compris la tuberculose. Il existe également des formes diffuses de tumeurs - le cancer bronchio-alvéolaire (BAR), qui se manifestent au scanner sous la forme d'une diminution totale ou sous-totale de la pneumatisation de type mate - elles doivent être différenciées de la pneumonie, œdème pulmonaire.

ÉTAPES DU TRAITEMENT DE LA LUMIÈRE PAR TNM ET MONTAGNE

La stadification du cancer du poumon est nécessaire pour déterminer si une tumeur peut être enlevée.

Aux étapes T1 et T2, le fonctionnement en montagne est possible. Le stade T3a signifie que la tumeur peut être disponible pour la résection (le plus souvent, une pneumonectomie est nécessaire), les stades T3b et T4 signifient l'impossibilité de son retrait rapide.

En l'absence de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux ou en présence de ganglions lymphatiques altérés uniquement du côté affecté (respectivement NO et N1 selon TNM), un traitement chirurgical est possible et le pronostic est très probablement favorable. Au stade N2, le traitement chirurgical est possible après la radiothérapie et (ou) la chimiothérapie, le pronostic est incertain. Avec N3, le traitement chirurgical n'est pas indiqué. La détection de métastases à des organes distants aggrave également le pronostic de manière significative.

Le tableau montre la classification du cancer du poumon selon l’échelle TNM (UICC, 1999).

Métastases à distance identifiées (y compris les foyers intrapulmonaires).

Un exemple de cancer du poumon au stade 4. Le traitement chirurgical n'est pas indiqué, seulement une chimiothérapie. La germination a lieu dans les côtes et la colonne vertébrale, ainsi que dans les tissus mous de la paroi thoracique. De multiples zones hypodenses (sombres) contenant des gaz - des zones de désintégration sont visibles dans le stroma de la tumeur.

Peut-on guérir le cancer du poumon?

Peut-on guérir du cancer du poumon? Oui, mais uniquement avec une détection rapide aux étapes T1 et T2. Malheureusement, plus la tumeur est éloignée des grandes bronches, plus elle risque de passer inaperçue longtemps, en particulier si le patient «oublie» de passer rapidement des examens fluorographiques.

CT scan pour cancer du poumon et second avis

Une étape importante du diagnostic des maladies oncologiques pulmonaires est l'analyse des résultats du scanner avec l'identification exacte de tous les signes qui affectent la stadification de la tumeur et le choix de la tactique chirurgicale. Compte tenu du coût élevé de l'erreur. Une telle analyse devrait être effectuée par un radiologue professionnel spécialisé dans le diagnostic des maladies pulmonaires. Malheureusement, le décodage des résultats de la tomodensitométrie n'est parfois pas à la hauteur. Dans ce cas, les résultats du scanner sont enregistrés sur un CD. Vous pouvez envoyer un avis à un spécialiste plus expérimenté et obtenir un deuxième avis. Dans notre pays, tout patient confronté à la nécessité de réviser les résultats de la tomodensitométrie peut contacter les services d'un deuxième avis, par exemple le réseau téléradiologique national.

Vasily Vishnyakov, radiologue

Comment reconnaître le cancer du poumon à un stade précoce: symptômes et causes

28 janvier 2016

Malheureusement, le cancer aujourd'hui n'est pas rare. Un très grand nombre de personnes souffrent de tumeurs malignes. L'un des plus courants est le cancer du poumon. A un stade précoce, les symptômes commencent déjà à se manifester, même si beaucoup de gens n'y prêtent pas suffisamment attention. Et en vain, car la tumeur peut être vaincue. Eh bien, vous devriez en parler plus en détail.

Informations importantes

Que faut-il dire d’abord sur le cancer du poumon à un stade précoce? Les symptômes de cette maladie, beaucoup de gens ne perçoivent pas comme quelque chose de terrible ou d'inhabituel. En général, une lésion cancéreuse de cet organe est très rarement détectée de manière aléatoire (par exemple, après une radiographie). Seulement 1/5 de tous les cas ont été détectés grâce à cette procédure.

Il convient également de rappeler que de nombreux symptômes ressemblent en réalité à d'autres pathologies non liées à l'oncologie. Ils ressemblent souvent à ceux qui accompagnent une personne atteinte de tuberculose, lors de maladies infectieuses aiguës (ou chroniques), d'asthme bronchique, de pneumonie ou même de pleurésie. Donc, si une personne se sent bizarre, les plaintes ne suffiront pas. Mais comment déterminer le cancer du poumon à un stade précoce? Le scanner (tomodensitométrie) est la solution. La procédure est coûteuse, mais meilleure que toute radiographie. Même parfois, la tumeur peut être identifiée en examinant le liquide de la cavité pleurale. Mais aujourd'hui, la tomodensitométrie est la méthode la plus sûre et la plus efficace.

Toux - une raison de s'inquiéter

En effet, c'est souvent lui qui peut être une sorte de "phare". La toux accompagne toujours le cancer du poumon à un stade précoce. Les symptômes sont différents, mais celui-ci est basique. Ainsi, la toux est généralement fréquente et très débilitante. Accompagné de crachats couleur jaune-vert désagréable. Si une personne est dans le froid pendant une longue période ou est impliquée dans un travail physique, le nombre de ces sécrétions sortantes augmente.

Aussi, quand la toux peut saigner. Ils ont généralement une teinte écarlate ou rose. On voit souvent des caillots dans les expectorations. Même quand une personne tousse, elle ressent une forte douleur en même temps, à la fois dans la gorge et dans la poitrine. Ceci est souvent le symptôme d'un virus fort, de la grippe par exemple, mais si vous avez d'autres suspicions et signes, ne l'ignorez pas. En plus de la toux, il y a un essoufflement et une respiration sifflante. Ce sont aussi des symptômes du cancer du poumon à un stade précoce.

Douleur et autres sensations

La fatigabilité trop rapide, l'apathie et la fatigue éternelle peuvent accompagner l'oncologie. Il y a souvent une perte de poids importante. Ces symptômes du cancer du poumon à un stade précoce sont alarmants. Vous devez écouter cela, si une personne ayant le même régime commence à perdre du poids subitement.

Le malaise général est également l'un des signes de la maladie. Il y a encore souvent une augmentation de la température corporelle, non associée à des maladies virales. La voix d'une personne change souvent. Enrouement apparaît - cela est dû au fait que la tumeur touche le nerf qui contrôle le larynx. Il y a difficulté à respirer. À propos, si nous parlons de reconnaître le cancer du poumon à un stade précoce, la réponse principale est peut-être la suivante: écouter de la respiration. C'est important. Au début, une personne doit déployer beaucoup d'efforts pour respirer pleinement. Cela est dû au fait que la tumeur est un obstacle au flux d’air habituel.

Souvent, il peut y avoir une douleur dans la région des épaules. Si les nerfs piquent le néoplasme, des sensations apparaîtront de la part de l'organe affecté. La fonction de déglutition est également altérée - il s'agit également d'un symptôme commun permettant de détecter le cancer du poumon à un stade précoce. Les symptômes de ce type se produisent lorsque la tumeur pénètre dans les parois de l'œsophage. Dans ce cas, les voies respiratoires sont simplement bloquées.

Et bien sûr, faiblesse musculaire. Beaucoup de gens le prennent pour acquis - cela peut être une conséquence grave du travail ou une charge de force excessive. Mais souvent, c'est un signal alarmant auquel vous devez faire attention.

Qu'est-ce qui peut déclencher l'oncologie?

Ce sujet doit également être noté avec attention, indiquant comment reconnaître le cancer du poumon à un stade précoce, dont la photo est fournie ci-dessus. En fait, les raisons peuvent être de masse. Le plus commun est bien sûr le tabagisme. Mais pas seulement à cause de cela, il y a une tumeur maligne. Il y a deux facteurs: constant (inchangé) et modifiable (c'est-à-dire changeant). Et la première de ces personnes ne peut pas changer. Tout d’abord, c’est l’âge de la personne - plus de 50 ans. Deuxièmement, les facteurs génétiques (conditionnalité). Troisièmement, la pollution de l'environnement. Des perturbations graves du système endocrinien (en particulier chez les femmes) et la présence de maladies pulmonaires chroniques (pneumonie, tuberculose, bronchite, etc.) peuvent également affecter. À cause de ces maux, le tissu pulmonaire est déformé et des cicatrices apparaissent dessus. Cela devient souvent un excellent "sol" pour le cancer.

En ce qui concerne le tabagisme... Des centaines de scientifiques développent ce sujet, ils en parlent dans tous les médias et tentent de résoudre ce problème dans le monde entier afin que le moins de gens possible achète des cigarettes et d’autres produits du tabac. Sur les dangers du tabagisme et de la dépendance au tabac peuvent parler pour toujours. Mais le fait demeure: dans le processus d'absorption de la fumée de tabac dans les poumons, des substances cancérigènes désastreuses se déposent sur l'épithélium rose pâle, qui finit par devenir une surface morte, brûlée et bleu-noir.

Degrés d'oncologie

Alors, comment identifier le cancer du poumon à un stade précoce à la maison? La réponse est simple - pas question. Même si la fluorographie révèle une tumeur maligne dans seulement 20% des cas, que pouvons-nous dire des méthodes «populaires»?

Le premier stade de l'oncologie est une petite tumeur, dont la taille maximale est de trois centimètres. Ou est-ce tout à fait «dépister» la tumeur principale d'un autre organe. Il est extrêmement difficile de le trouver - uniquement par la tomodensitométrie, qui a été mentionnée au tout début.

La deuxième étape est quand la tumeur est plus de 3 centimètres et couvre la bronche. La nouvelle croissance peut se développer dans la plèvre. Au troisième stade, la tumeur se propage à des structures proches déjà localisées. Une atélectasie de tout le poumon apparaît. Et la quatrième étape est la germination de la tumeur dans les organes voisins. C'est le coeur, les gros vaisseaux. Une pleurésie métastatique peut survenir. Malheureusement, les prévisions dans ce cas sont décevantes.

Est-il possible de guérir?

Cette question se pose chez toutes les personnes qui ont découvert le cancer. Peu importe le stade, tous espèrent un résultat positif. Eh bien, tout est possible dans cette vie! Il y a des gens qui prétendent avoir réussi à vaincre le cancer et il s'est retiré. Bien entendu, les prévisions seront beaucoup plus positives si la phase est précoce. Cette forme de la maladie est plus facile à traiter avec la chimiothérapie et la radiothérapie. Et en général, le pourcentage récupéré dans de tels cas est très élevé. Mais malheureusement, si vous vous souvenez des dernières étapes, le patient peut avoir des difficultés. Dans ces cas, le taux de survie est de 10%.

Prévention

En parlant de reconnaître le cancer du poumon à un stade précoce chez l’adulte, il est donc impossible de ne pas aborder le sujet de la prévention. C'est très important car cela aide à combattre les maladies. Eh bien, le plus important est d’arrêter de fumer, de suivre un régime spécial et, bien sûr, d’être licencié du travail, si cela implique une présence obligatoire dans un lieu où la teneur en substances nocives est élevée.

Il est nécessaire d'abandonner les aliments épicés, gras et frits pour consommer plutôt des aliments riches en fibres, du poisson maigre et certainement de la viande blanche. Il est utile d'inclure dans le régime alimentaire des fruits secs, des noix, des céréales et du vrai chocolat naturel.

Les interventions médicales sont extrêmement importantes. Ce sont des examens et des traitements prévus. Si un patient appartient à un groupe de risque particulier, on lui prescrit parfois des médicaments spéciaux pour remplacer le tabac. Au lieu de cela, le besoin de fumer diminue au minimum, mais la dose de nicotine nocive est remplacée par la dose médicale. Progressivement, étape par étape, en suivant toutes les recommandations et en ne commençant pas votre santé, vous pourrez vous améliorer et recommencer à profiter de la vie.

Nos ancêtres n'ont pas dormi comme nous. Que faisons-nous mal? C'est difficile à croire, mais les scientifiques et de nombreux historiens ont tendance à croire que l'homme moderne ne dort pas du tout comme ses ancêtres. Au début.

Pourquoi ai-je besoin d'une petite poche sur un jean? Tout le monde sait qu'il y a une petite poche sur un jean, mais peu de gens se sont demandé pourquoi on en aurait peut-être besoin. Fait intéressant, c'était à l'origine un lieu pour xp.

13 signes que vous avez le meilleur mari Les maris sont vraiment des gens formidables. Quel dommage que les bons époux ne poussent pas sur les arbres. Si votre autre moitié fait ces 13 choses, alors vous pouvez avec.

10 enfants étoiles charmants, qui ont aujourd'hui une apparence très différente Le temps passe vite et, un jour, de petites célébrités deviennent des personnalités adultes qui ne sont plus reconnaissables. Les garçons et les filles mignons se transforment en.

11 choses qui tuent secrètement votre désir sexuel Si vous avez commencé à remarquer que vous ne voulez plus avoir de relations sexuelles, vous devriez en trouver la raison.

Ces 10 petites choses qu'un homme remarque toujours chez une femme: pensez-vous que votre homme ne sait rien de la psychologie féminine? Ce n'est pas. Pas une bagatelle ne se cachera du regard d'un partenaire aimant. Et voici 10 choses.

Sources: http://orake.info/kak-vyyavit-rak-legkix/, http://teleradiologia.ru/kt-diagnostika-raka-legkogo/, http://fb.ru/article/226699/kak- raspoznat-rak-legkih-na-ranney-stadii-simptomyi-i-prichinyi-vozniknoveniya

Tirer des conclusions

Enfin, nous voulons ajouter que très peu de personnes savent que, selon les données officielles des structures médicales internationales, les parasites qui vivent dans le corps humain sont la principale cause des maladies oncologiques.

Nous avons mené une enquête, étudié plusieurs matériaux et surtout testé dans la pratique les effets des parasites sur le cancer.

Il s'est avéré que 98% des sujets souffrant d'oncologie sont infectés par des parasites.

De plus, ce ne sont pas tous des casques à cassette connus, mais des micro-organismes et des bactéries qui entraînent des tumeurs, se propageant dans le sang à travers le corps.

Nous voulons immédiatement vous avertir qu'il n'est pas nécessaire de vous rendre dans une pharmacie pour acheter des médicaments coûteux, qui, selon les pharmaciens, corroderont tous les parasites. La plupart des médicaments sont extrêmement inefficaces et causent de graves dommages à l'organisme.

Que faire? Pour commencer, nous vous recommandons de lire l'article avec le principal parasitologue oncologique du pays. Cet article révèle une méthode par laquelle vous pouvez nettoyer votre corps des parasites en seulement 1 rouble, sans dommage pour le corps. Lire l'article >>>

Cancer du poumon - symptômes et premiers signes, causes, diagnostic, traitement

Le cancer du poumon est la localisation la plus courante du processus oncologique, caractérisée par une évolution plutôt latente et par l'apparition précoce de métastases. L'incidence du cancer du poumon dépend du lieu de résidence, du degré d'industrialisation, des conditions climatiques et de travail, du sexe, de l'âge, de la prédisposition génétique et d'autres facteurs.

Qu'est-ce que le cancer du poumon?

Le cancer du poumon est une tumeur maligne qui se développe à partir des glandes et des muqueuses du tissu pulmonaire et des bronches. Dans le monde moderne, le cancer du poumon parmi toutes les maladies oncologiques occupe la première ligne. Selon les statistiques, cet oncologie affecte les hommes huit fois plus souvent que les femmes, et il a été noté que plus l'âge était élevé, plus le taux d'incidence était élevé.

Le développement du cancer du poumon n’est pas le même pour les tumeurs de structure histologique différente. Le carcinome épidermoïde différentiel est caractérisé par une évolution lente, un cancer indifférencié se développe rapidement et produit des métastases étendues.

Le cancer le plus malin du cancer du poumon à petites cellules:

  • se développe secrètement et rapidement
  • premières métastases
  • a un mauvais pronostic.

Le plus souvent, une tumeur survient dans le poumon droit - dans 52% des cas, dans le poumon gauche - dans 48% des cas.

Le groupe principal de cas comprend les hommes fumeurs âgés de 50 à 80 ans qui fument à long terme; cette catégorie représente 60 à 70% de tous les cas de cancer du poumon et la mortalité entre 70 et 90%.

Selon certains chercheurs, la structure de l'incidence des différentes formes de cette pathologie en fonction de l'âge est la suivante:

  • jusqu'à 45-10% de tous les cas;
  • de 46 à 60 ans - 52% des cas;
  • de 61 à 75 ans –38% des cas.

Jusqu'à récemment, le cancer du poumon était considéré principalement comme une maladie masculine. Actuellement, il y a une augmentation de l'incidence des femmes et une diminution de l'âge du premier dépistage de la maladie.

Selon l'emplacement de la tumeur primitive émettre:

  • Cancer central. Il est situé dans les bronches principales et lobaires.
  • Aérospherique. Cette tumeur se développe à partir des petites bronches et des bronchioles.
  1. Le carcinome à petites cellules (moins fréquent) est une tumeur très agressive, car il peut se propager très rapidement dans tout le corps en se métastasant à d'autres organes. En règle générale, le cancer à petites cellules survient chez les fumeurs et, au moment du diagnostic, des métastases étendues sont observées chez 60% des patients.
  2. Cellule non petite (80 à 85% des cas) - pronostic négatif, elle combine plusieurs formes de cancer de morphologie similaire avec une structure cellulaire similaire.
  • central - affecte les bronches principales, lobaires et segmentaires;
  • périphérique - dommages à l'épithélium des plus petites bronches, bronchioles et alvelol;
  • massif (mixte).

La progression d'une tumeur passe par trois étapes:

  • Biologique - la période entre l'apparition d'une tumeur et la manifestation des premiers symptômes.
  • Asymptomatique - les signes externes du processus pathologique n'apparaissent pas du tout, ils ne deviennent visibles que sur le radiogramme.
  • Clinique - une période où il existe des symptômes apparents du cancer, ce qui incite à se précipiter chez le médecin.

Les causes

Les principales causes de cancer du poumon:

  • tabagisme, y compris passif (environ 90% de tous les cas);
  • contact avec des substances cancérogènes;
  • inhalation de fibres de radon et d'amiante;
  • prédisposition génétique;
  • catégorie d'âge de plus de 50 ans;
  • l'influence de facteurs de production nocifs;
  • exposition aux radiations;
  • la présence de maladies chroniques du système respiratoire et de pathologies endocriniennes;
  • changements cicatriciels dans les poumons;
  • infections virales;
  • pollution de l'air.

La maladie se développe secrètement pendant une longue période. La tumeur commence à se former dans les glandes, les muqueuses, mais très rapidement, les métastases se développent dans tout le corps. Les facteurs de risque de tumeurs malignes sont:

  • pollution de l'air;
  • fumer;
  • infections virales;
  • causes héréditaires;
  • conditions de production nocives.

Remarque: les cellules cancéreuses qui affectent les poumons se divisent très rapidement, propageant la tumeur dans tout le corps et détruisant d'autres organes. Par conséquent, un point important est le diagnostic opportun de la maladie. Plus tôt le cancer du poumon est détecté et le traitement commencé, plus les chances de prolonger la vie du patient sont grandes.

Les tous premiers signes de cancer du poumon

Les premiers symptômes du cancer du poumon n’ont souvent pas de lien direct avec le système respiratoire. Pendant longtemps, les patients ont recours à différents spécialistes de profil différent, sont examinés pendant une longue période et reçoivent donc le mauvais traitement.

  • fièvre légère, qui ne se déclenche pas avec des médicaments et épuise considérablement le patient (pendant cette période, le corps est sujet à une intoxication interne);
  • faiblesse et fatigue le matin;
  • prurit avec le développement de la dermatite et, éventuellement, l'apparition de croissance sur la peau (causée par l'effet allergique des cellules malignes);
  • faiblesse des muscles et gonflement accru;
  • des troubles du système nerveux central, en particulier des vertiges (jusqu’à l’évanouissement), une altération de la coordination des mouvements ou une perte de sensibilité.

Lorsque ces symptômes apparaissent, assurez-vous de consulter un pneumologue pour obtenir un diagnostic et une clarification du diagnostic.

Les étapes

Face au cancer du poumon, beaucoup ne savent pas déterminer le stade de la maladie. En oncologie, lors de l’évaluation de la nature et de l’étendue de la maladie par cancer du poumon, 4 stades de développement de la maladie sont classés.

Cependant, la durée de chaque étape est purement individuelle pour chaque patient. Cela dépend de la taille du néoplasme et de la présence de métastases, ainsi que de la vitesse d'évolution de la maladie.

  • Stade 1 - la tumeur mesure moins de 3 cm et se situe dans les limites du segment pulmonaire ou d'une bronche. Il n'y a pas de métastases. Les symptômes sont difficiles à distinguer ou pas du tout.
  • 2 - tumeur atteignant 6 cm, située dans les limites du segment du poumon ou des bronches. Métastases uniques dans les ganglions lymphatiques individuels. Les symptômes sont plus prononcés, hémoptysie, douleur, faiblesse, perte d'appétit.
  • 3 - la tumeur dépasse 6 cm, pénètre dans d'autres parties du poumon ou des bronches adjacentes. Nombreuses métastases. Les symptômes incluent du sang dans les expectorations mucopuruleuses, un essoufflement.

Comment se manifeste le dernier stade 4 du cancer du poumon?

À ce stade du cancer du poumon, la tumeur se métastase à d'autres organes. Le taux de survie sur cinq ans est de 1% pour les carcinomes à petites cellules et de 2 à 15% pour les carcinomes non à petites cellules.

Le patient présente les symptômes suivants:

  • Douleur constante lors de la respiration, avec laquelle il est difficile de vivre.
  • Douleur à la poitrine
  • Perte de poids et appétit
  • Lentement, des caillots sanguins, des fractures se produisent souvent (métastases dans les os).
  • L'apparition d'épisodes de toux sévère, souvent avec la libération de crachats, parfois avec du sang et du pus.
  • L’apparition de fortes douleurs thoraciques, qui indiquent directement les dommages aux tissus voisins, car il n’ya pas de récepteurs de la douleur dans les poumons eux-mêmes.
  • La respiration sévère et l'essoufflement font également partie des symptômes du cancer.Si les ganglions lymphatiques cervicaux sont touchés, des troubles de la parole se font sentir.

Pour le cancer du poumon à petites cellules, qui se développe rapidement et qui affecte l’organisme à court terme, seuls deux stades de développement sont caractéristiques:

  • stade limité, lorsque les cellules cancéreuses sont localisées dans un poumon et dans les tissus situés à proximité immédiate.
  • stade étendu ou étendu lorsque la tumeur se métastase à l'extérieur des poumons et des organes distants.

Symptômes du cancer du poumon

Les manifestations cliniques du cancer du poumon dépendent de l'emplacement principal du néoplasme. Au stade initial, le plus souvent, la maladie est asymptomatique. Aux stades ultérieurs, des signes généraux et spécifiques de cancer peuvent apparaître.

Les premiers symptômes précoces du cancer du poumon ne sont pas spécifiques et ne causent généralement pas d'anxiété. Ils incluent notamment:

  • fatigue non motivée
  • perte d'appétit
  • une légère perte de poids peut survenir
  • toux
  • symptômes spécifiques de toux avec expectorations "rouillées", essoufflement, hémoptysie se rejoignent aux stades avancés
  • syndrome douloureux indique l'inclusion dans le processus d'organes et de tissus proches

Symptômes spécifiques du cancer du poumon:

  • Toux - sans cause, paroxystique, débilitante, mais ne dépend pas de l'effort physique, parfois avec des expectorations verdâtres, ce qui peut indiquer l'emplacement central de la tumeur.
  • Essoufflement. Le manque d’air et l’essoufflement apparaissent d’abord en cas d’effort et, lors du développement d’une tumeur, le patient est perturbé même en position couchée.
  • Douleur à la poitrine. Lorsque le processus tumoral affecte la plèvre (paroi du poumon), où se trouvent les fibres nerveuses et les terminaisons, le patient développe une douleur atroce à la poitrine. Elles sont aiguës et douloureuses, perturbent constamment ou dépendent de la respiration et de l'effort physique, mais le plus souvent, elles sont situées du côté du poumon affecté.
  • Hémoptysie. En règle générale, le médecin et le patient se rencontrent une fois que les expectorations de la bouche et du nez ont commencé à saigner. Ce symptôme suggère que la tumeur a commencé à infecter les vaisseaux sanguins.
  • toux sèche;
  • la faiblesse;
  • perte d'appétit;
  • malaise;
  • augmentation de la température;
  • mal de tête
  • hémoptysie;
  • respiration sifflante en respirant;
  • perte de poids;
  • fièvre
  • toux accrue;
  • douleurs à la poitrine;
  • faiblesse
  • toux humide accrue;
  • sang, pus dans les expectorations;
  • difficulté à respirer;
  • essoufflement;
  • difficulté à avaler;
  • hémoptysie;
  • perte de poids spectaculaire;
  • épilepsie, altération de la parole, avec forme de petites cellules;
  • douleur intense.

Signes de cancer du poumon chez l'homme

  • Une toux fréquente et exhaustive est l'un des premiers signes du cancer du poumon. Ensuite, les expectorations apparaissent, sa couleur peut devenir jaune verdâtre. Lorsque le travail physique ou l'hypothermie, la toux aggrave.
  • Lorsque la respiration semble siffler, essoufflement;
  • La douleur apparaît dans la poitrine. Cela peut être considéré comme un signe d'oncologie en présence des deux premiers symptômes.
  • Lors de la toux, en plus des expectorations, des pertes sous forme de caillots sanguins peuvent apparaître.
  • Attaques d'apathie, perte de force accrue, fatigue accrue;
  • Avec une alimentation normale, le patient perd du poids brutalement;
  • En l'absence de processus inflammatoires, de rhumes, la température corporelle est augmentée;
  • La voix devient rauque, elle est liée à des dommages au nerf du larynx;
  • Du côté du néoplasme, une douleur à l'épaule peut apparaître;
  • Problèmes d'ingestion. Cela est dû à la défaite des parois tumorales de l'œsophage et des voies respiratoires;
  • Faiblesse musculaire Les patients ne font généralement pas attention à ce symptôme;
  • Des vertiges;
  • Trouble du rythme cardiaque.

Cancer du poumon chez les femmes

Les signes importants de cancer du poumon chez les femmes sont une gêne thoracique. Ils apparaissent avec une intensité variable selon la forme de la maladie. Le malaise devient particulièrement fort si les nerfs intercostaux sont impliqués dans le processus pathologique. Il ne répond pratiquement pas à l'arrêt et ne quitte pas le patient.

Les sensations désagréables sont des types suivants:

Outre les symptômes courants, il existe des signes de cancer du poumon chez les femmes:

  • changements dans le timbre de la voix (enrouement);
  • ganglions lymphatiques enflés;
  • violation de la fonction de déglutition;
  • douleur dans les os;
  • fractures fréquentes;
  • jaunisse - avec métastases au foie.

La présence d'un ou de plusieurs signes caractéristiques d'une seule catégorie de maladies des organes respiratoires devrait être la cause d'un appel immédiat à un spécialiste.

Une personne qui constate les symptômes ci-dessus doit en informer le médecin ou compléter les informations recueillies par les informations suivantes:

  • attitude envers le tabagisme avec symptômes pulmonaires;
  • la présence de cancer dans les membres du sang;
  • l'intensification progressive de l'un des symptômes ci-dessus (il s'agit d'un ajout précieux, car il indique un début lent de la maladie caractéristique de l'oncologie);
  • exacerbation aiguë des symptômes dans le contexte du malaise antérieur chronique, de la faiblesse générale, de la perte d'appétit et du poids corporel - il s'agit également d'une variante de la cancérogenèse.

Diagnostics

Comment détermine-t-on le cancer du poumon? Jusqu'à 60% des lésions pulmonaires oncologiques sont détectées au cours de la fluorographie prophylactique, à différents stades de développement.

  • Au stade 1, seuls 5 à 15% des patients atteints d'un cancer du poumon sont enregistrés.
  • De 2 à 20-35%
  • Au stade 3 -50-75%
  • 4 - plus de 10%

Le diagnostic de suspicion de cancer du poumon comprend:

  • tests cliniques généraux de sang et d'urine;
  • examen biochimique du sang;
  • examen cytologique des expectorations, bouffées vasomotrices des bronches, exsudat pleural;
  • évaluation des données physiques;
  • radiographies des poumons en 2 projections, tomographie linéaire, tomodensitométrie des poumons;
  • bronchoscopie (fibrobronchoscopie);
  • ponction pleurale (avec épanchement);
  • thoracotomie diagnostique;
  • biopsie des ganglions lymphatiques.

Un diagnostic précoce donne un espoir de guérison. Le moyen le plus fiable dans ce cas est une radiographie des poumons. Spécifiez le diagnostic à l'aide d'une bronchographie endoscopique. Avec son aide, vous pouvez déterminer la taille et l'emplacement de la tumeur. En outre, nécessairement effectué un examen cytologique - biopsie.

Traitement du cancer du poumon

La première chose que je veux dire, c’est que le traitement n’est effectué que par un médecin! Pas d'auto-traitement! C'est un point très important. Après tout, plus tôt vous faites appel à un spécialiste, plus le pronostic favorable de la maladie est favorable.

Le choix d'une stratégie de traitement spécifique dépend de nombreux facteurs:

  • Stade de la maladie;
  • Structure histologique du carcinome;
  • La présence de pathologies concomitantes;
  • La combinaison de tout ce qui précède fatkorov.

Il existe plusieurs traitements complémentaires pour le cancer du poumon:

  • Intervention chirurgicale;
  • Radiothérapie;
  • Chimiothérapie.

Traitement chirurgical

L'intervention chirurgicale est la méthode la plus efficace, qui n'est montrée qu'aux stades 1 et 2. Partager ces types:

  • Radical - élimine le site tumoral primaire et les ganglions lymphatiques régionaux;
  • Palliatif - visant à maintenir l'état du patient.

Chimiothérapie

Lors de la détection d'un carcinome à petites cellules, la chimiothérapie est la principale méthode de traitement, car cette forme de tumeur est la plus sensible aux méthodes de traitement conservatrices. L'efficacité de la chimiothérapie est assez élevée et vous permet d'obtenir un bon effet pendant plusieurs années.

La chimiothérapie peut être des types suivants:

  • curatif - pour réduire les métastases;
  • adjuvant - utilisé à titre préventif pour prévenir les rechutes;
  • inadéquat - immédiatement avant la chirurgie pour réduire les tumeurs. Cela aide également à identifier le niveau de sensibilité cellulaire au traitement médicamenteux et à établir son efficacité.

Radiothérapie

Une autre méthode de traitement est la radiothérapie: elle est utilisée pour les tumeurs non résécables des poumons de stade 3-4, ce qui permet d'obtenir de bons résultats dans les carcinomes à petites cellules, notamment en association avec la chimiothérapie. La posologie standard pour la radiothérapie est de 60 à 70 grey.

L'utilisation de la radiothérapie dans le cancer du poumon est considérée comme une méthode distincte si le patient a refusé la chimiothérapie et que la résection est impossible.

Prévisions

Faire des prévisions précises pour le cancer du poumon ne fera peut-être pas appel à un médecin expérimenté. Cette maladie peut se comporter de manière imprévisible, ce qui est largement dû à la diversité des variantes histologiques de la structure des tumeurs.

Cependant, la guérison du patient est toujours possible. En règle générale, l'utilisation d'une combinaison de chirurgie et de radiothérapie conduit à un résultat positif.

Combien de personnes vivent avec un cancer du poumon?

  • En l'absence de traitement, près de 90% des patients après l'identification de la maladie ne vivent pas plus de 2 à 5 ans;
  • avec un traitement chirurgical, 30% des patients ont une chance de vivre plus de 5 ans;
  • Grâce à une combinaison de chirurgie, de radiothérapie et de chimiothérapie, 40% des patients ont une chance de vivre plus de 5 ans.

Ne pas oublier la prévention, inclure:

  • mode de vie sain: bonne nutrition et exercice
  • éviter les mauvaises habitudes, surtout le tabagisme

Prévention

La prévention du cancer du poumon comprend les recommandations suivantes:

  • Refus de mauvaises habitudes, tout d'abord de fumer;
  • Maintenir un mode de vie sain: nutrition adéquate, riche en vitamines et exercices quotidiens, promenades au grand air.
  • À temps pour traiter les maladies des bronches, afin qu'il n'y ait pas de transition vers la forme chronique.
  • Aérer la pièce, nettoyage humide quotidien de l'appartement;
  • Il est nécessaire de réduire au minimum le contact avec des produits chimiques nocifs et des métaux lourds. Pendant le travail, veillez à utiliser des équipements de protection: respirateurs, masques.

Si vous présentez des symptômes décrits dans cet article, veillez à consulter votre médecin pour obtenir un diagnostic précis.