Autres maladies pulmonaires obstructives chroniques (J44)

Inclus: Chronique:

  • bronchite:
    • asthmatique (obstructive)
    • emphysémateux
    • de:
      • obstruction des voies respiratoires
      • emphysème
  • obstructive:
    • l'asthme
    • bronchite
    • la trachéobronchite

Exclus:

  • asthme (J45.-)
  • bronchite asthmatique EDR (J45.9)
  • bronchectasie (J47)
  • chronique:
    • trachéite (J42)
    • trachéobronchite (J42)
  • emphysème (J43.-)
  • maladies pulmonaires causées par des agents externes (J60-J70)

Exclus: avec la grippe (J09-J11)

Bronchite chronique:

  • asthmatique (obstructif) SAI
  • EDR emphysémateuse
  • obstructif SAI

Exclus:

  • infection aiguë des voies respiratoires inférieures (J44.0)
  • avec aggravation (J44.1)

Obstructive chronique:

  • maladie respiratoire
  • maladie pulmonaire

En Russie, la Classification internationale des maladies de la 10e révision (CIM-10) a été adoptée en tant que document réglementaire unique pour rendre compte de l'incidence, des causes des appels publics aux établissements médicaux de tous les départements et des causes de décès.

La CIM-10 a été introduite dans la pratique des soins de santé sur tout le territoire de la Fédération de Russie en 1999 par arrêté du Ministère de la santé de la Russie du 27 mai 1997. №170

L’OMS envisage de publier une nouvelle révision (CIM-11) en 2017 2018

Bibliothèque électronique scientifique

Ostronosova N.S.,

Classification de la MPOC selon la CIM-10.

J 44.0 - BPCO au stade aigu de l'étiologie virale (sauf pour le virus de l'influenza).

J 44.1 - BPCO au stade aigu sans préciser la cause de l'état aigu.

J 44.8 - BPCO, évolution sévère (principalement bronchite ou type emphysémateux), insuffisance respiratoire (DN) III avec ou sans insuffisance cardiaque congestive (CHF).

J 44.9 - BPCO non précisée, évolution sévère. Coeur pulmonaire chronique. DN III, CHF II ou III.

Quel code a la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) selon la CIM-10

La Classification internationale des maladies (CIM) de la dixième version a été mise au point par l’Organisation mondiale de la Santé en 1989 pour systématiser toutes les maladies et affections pathologiques connues. Conformément à la CIM-10, la maladie obstructive chronique passe sous 4 codes:

  • J44. 0 - BPCO avec infection respiratoire aiguë des voies respiratoires inférieures;
  • J44. 1 - MPOC avec aggravation, sans précision;
  • J44. 8 - autre maladie pulmonaire obstructive précisée;
  • J44. 9 - MPOC, sans précision.

Définition de la maladie

La maladie pulmonaire obstructive chronique est une maladie inflammatoire chronique caractérisée par des modifications irréversibles ou seulement partiellement réversibles des voies respiratoires inférieures. La nature de ces changements entraîne une restriction partielle du débit d'air dans les poumons.

Pour toutes les variétés de BPCO, la progression de la maladie est caractéristique et, avec le temps, l'état des patients s'aggrave. La maladie touche principalement les fumeurs et, si le patient ne limite pas son habitude, il a besoin d’une assistance médicale tout au long de sa vie. Même un arrêt complet du tabagisme ne peut pas restaurer complètement le tissu affecté.

Le terme "BPCO" implique le plus souvent une combinaison de bronchite chronique et d'emphysème secondaire - expansion de l'espace aérien des bronchioles distales, entraînant un certain nombre de modifications irréversibles négatives et d'altération du processus respiratoire.

Les causes

Les irritations constantes sont les principales causes des modifications pathologiques des voies respiratoires inférieures. Celles-ci incluent souvent l'air pollué ou l'influence de la microflore pathogène.

Les causes les plus courantes de l'apparition et du développement de la MPOC comprennent:

  • Tabagisme Les substances contenues dans la fumée de tabac sont irritantes pour les muqueuses des voies respiratoires et provoquent une inflammation. Les pneumocytes (cellules pulmonaires) sont endommagés. Les fumeurs ayant une grande expérience sont plus susceptibles de développer un emphysème. La MPOC peut survenir avec le tabagisme passif;
  • Risques professionnels. La pollution de l'air par inhalation à long terme est une autre des causes les plus courantes de la MPOC. Les professions à haut risque incluent: les mineurs, les constructeurs (travaillant avec le ciment), les métallurgistes, les cheminots, les travailleurs du traitement du grain et du coton;
  • Troubles génétiques. Il n’ya pas si souvent, mais peut être un facteur décisif dans la survenue de la MPOC;
  • Rhumes et rhumes fréquents. Les infections des voies respiratoires inférieures pendant l'enfance sont l'une des raisons d'un changement dans le fonctionnement des poumons à un âge plus avancé, dû à des facteurs environnementaux.

Jusqu'à présent, jusqu'à 90% des décès dus à la MPOC sont observés dans des pays à faible niveau social, où les mesures permettant de contrôler et de prévenir l'apparition de la maladie ne sont pas toujours disponibles.

Les symptômes

Le symptôme principal qui indique des changements pathologiques est la présence de toux. Initialement périodique, progressivement, le symptôme devient permanent, accompagné d'un essoufflement. Le manque d'air est également progressif. Apparaissant lors d'un effort physique, l'essoufflement est accompagné d'une lourdeur à la poitrine, l'incapacité de prendre une respiration complète.

Conformément à la classification, il existe 4 stades de la maladie:

  1. Caractérisé par l'absence de symptômes significatifs, à l'exception d'une toux récurrente. Peu à peu, ce symptôme devient chronique;
  2. L'intensité de la toux augmente, elle est déjà permanente. Le patient est obligé de consulter un médecin, car même un effort physique mineur provoque un essoufflement;
  3. A ce stade, l'état du patient est diagnostiqué comme grave: le flux d'air entrant dans les organes respiratoires étant limité, la dyspnée devient un phénomène permanent même dans un état calme;
  4. Ce stade de la maladie constitue déjà une menace pour la vie du patient: les poumons sont bouchés et l’essoufflement apparaît même lors du changement de vêtements. À cette étape, le patient se voit attribuer un handicap.

Dans les premiers stades de la MPOC, il est possible de le traiter et il est possible d’inverser le processus d’altération de la ventilation des poumons. Cependant, la détection ultérieure d'une pathologie réduit considérablement les chances de guérison du patient et se traduit par l'apparition d'un certain nombre de conséquences négatives graves.

Complications possibles

L'évolution chronique de la maladie entraîne une progression constante des symptômes et, en l'absence de soins médicaux appropriés, l'apparition de complications graves pour la santé du patient:

  • Insuffisance respiratoire aiguë ou chronique;
  • Insuffisance cardiaque congestive;
  • Inflammation des poumons;
  • Pneumothorax (pénétration d'air dans la cavité pleurale à la suite de la rupture du tissu pulmonaire altéré);
  • Bronchiectasis (déformation des bronches entraînant une violation de leur fonctionnalité);
  • Thromboembolie (blocage du vaisseau avec un caillot sanguin avec violation de la circulation sanguine);
  • Cœur pulmonaire chronique (épaississement et expansion du cœur droit résultant d'une augmentation de la pression dans l'artère pulmonaire);
  • Hypertension pulmonaire (augmentation de la pression dans l'artère pulmonaire);
  • Fibrillation auriculaire (arythmie cardiaque).

Chacune des complications ci-dessus peut perturber considérablement la qualité de vie. C'est pourquoi un diagnostic précoce et une assistance médicale en temps voulu revêtent une importance particulière.

Traitement

Les méthodes suivantes peuvent être utilisées pour diagnostiquer la MPOC à un stade précoce:

  • Spirométrie;
  • Examen des expectorations;
  • Test sanguin;
  • Radiographie des poumons;
  • ECG;
  • Bronchoscopie

La méthode permettant d'établir un diagnostic précis peut être la spirométrie, utilisée pour déterminer le taux d'entrée et de sortie de l'air des poumons, ainsi que son volume. Ces mêmes études peuvent donner une idée de la gravité de la maladie.

Traitement médicamenteux

Le traitement médicamenteux de la MPOC peut être divisé en étapes en fonction de l'état du patient.

Lors de l’exacerbation, les fonds des groupes suivants sont utilisés:

  • Bronchodilatateurs: Salbutamol, Fénotérol, Serevent, Oxis. Non seulement éliminer l'essoufflement, mais également affecter positivement un certain nombre de liens de pathogenèse;
  • Glucocorticoïdes: Prednisolone (systémique), Pulmicort (inhalation). Les médicaments systémiques procurent un effet plus stable après une utilisation prolongée, mais les médicaments pour inhalation ont moins d’effets secondaires dus à une exposition locale;
  • Antibiotiques: amoxicilline, augmentine, amoxiclav, lévofloxacine, zinnat. Le choix du médicament dépend de la gravité de l'état du patient et ne peut être effectué que par le médecin traitant;
  • Mucolytiques: Ambroxol, Lasolvan, Acétylcystéine. Nommé en présence de crachats visqueux dans la période d'exacerbation. En règle générale, dans un état stable ne sont pas utilisés;
  • Vaccins anti-grippe. Pour la prévention des exacerbations lors de l'épidémie de vaccination antigrippale en automne, il est recommandé d'utiliser des vaccins tués ou inactivés;
  • Vaccin antipneumococcique. Il est également utilisé à des fins prophylactiques. Il est préférable d’utiliser des vaccins bactériens par voie orale: Ribomunyl, Bronkhomunal, Bronchox.

Aux stades avancés de la maladie et à l’inefficacité du traitement médicamenteux, l’oxygénothérapie, la ventilation non invasive et invasive des poumons peuvent être utilisées. Dans certains cas, lorsque l'emphysème est la seule solution acceptable, une intervention chirurgicale peut l'être.

Le traitement complexe doit inclure une réduction des facteurs de risque: cessation du tabagisme, mesures préventives conçues pour minimiser les conséquences des risques professionnels, des polluants atmosphériques et domestiques (réactifs chimiques nocifs).

L'un des domaines de traitement est la mise en œuvre de programmes éducatifs sur les sujets suivants: cessation du tabagisme, informations de base sur la MPOC, approches générales du traitement, problèmes spécifiques.

Remèdes populaires

Pour normaliser la respiration pendant la rémission, les médicaments selon des recettes populaires sont utilisés comme remède supplémentaire:

  • Faites un mélange de camomille, de mauve et de sauge dans un rapport de 2: 2: 1. Une cuillère à soupe de la collection versez 200 ml d'eau bouillante. Exigez, filtrez et prenez 0,5 tasse deux fois par jour pendant 2 mois, après quoi ils changeront de médicament;
  • Écraser sur une râpe une racine de betterave et un radis noir. Ajouter de l'eau bouillie et laisser infuser pendant 6 heures. Infusion prendre 4 c. l trois fois par jour pendant 30 jours, après quoi ils font une pause d'une semaine;
  • Une cuillère à café de graines d’anis est infusée dans un thermos, en versant 200 ml d’eau bouillante pendant 15 minutes. Après cela, la perfusion est refroidie et bue 50 g chacun avant les repas 4 heures. par jour
  • La nuit, ils boivent du lait bouilli (légèrement refroidi) tous les jours à partir de 1 c. toute graisse interne: blaireau, porc, chèvre;
  • Mélangez la sève de bouleau avec le lait frais dans un rapport de 3: 1, ajoutez une pincée de farine dans un verre et buvez 1 tasse du mélange à la fois. La durée du traitement est de 1 mois;
  • Verser un verre d'eau bouillante 1 c. l bruyère séchée, insistez, filtrez et buvez pendant la journée pour plusieurs réceptions;
  • Les racines d'ortie lavées et hachées sont broyées avec du sucre dans un rapport de 2: 3, puis infusé pendant 6 heures. Le sirop résultant prend 1 c. plusieurs fois par jour.

L'utilisation des fonds selon les recettes courantes ne devrait être effectuée qu'après consultation du médecin traitant, en tenant compte des caractéristiques individuelles de la santé du patient.

Prévention

Pour prévenir l'apparition ou le développement de la MPOC, les actions préventives suivantes peuvent être entreprises:

  • Cesser de fumer;
  • Porter des respirateurs dans les zones dangereuses;
  • Traitement en temps opportun des maladies pulmonaires;
  • Protéger les enfants de la fumée du tabac en tant que fumeurs passifs;
  • Renforcement de l'immunité: aliment vitaminé à part entière, durcissement progressif, sport, longues promenades, état psycho-émotionnel stable.

Outre la température, il existe d'autres symptômes de pneumonie infantile, décrits ici.

Vidéo

Conclusions

Le pronostic pour le développement de la maladie est extrêmement défavorable. Par conséquent, avec des symptômes ou des soupçons, il est nécessaire de subir un examen approfondi. Si la maladie est détectée à un stade précoce, il est probable que, sous réserve des recommandations du médecin et en adoptant un mode de vie sain, elle stabilise la maladie pendant de nombreuses années.

Une mesure préventive efficace est également la vaccination rapide contre la pneumonie et la grippe, qui peut prévenir le développement des complications les plus graves des maladies infectieuses.

Découvrez également s'il est possible d'inhaler une pneumonie et s'il est possible de guérir la pneumonie avec des remèdes populaires.

Bronchite obstructive chronique ICB 10

Bronchite chronique: causes et traitements efficaces

Bronchite chronique (code CIM 10 - J42) et est à notre époque une maladie très commune. Et l'un des plus communs dans le domaine des maladies respiratoires. La bronchite chronique est une conséquence de la bronchite aiguë. C'est la forme aiguë, qui se répète constamment, qui conduit à la forme chronique. Afin de ne pas souffrir de cette maladie, il est important de prévenir la récurrence de la bronchite aiguë.

Qu'est ce que la bronchite chronique?

En termes simples, il s'agit d'une inflammation de la muqueuse bronchique. En raison de l'inflammation, une grande quantité de crachat (mucus) est sécrétée. La respiration d'une personne en souffre. C'est cassé. Si l'excès de crachat n'est pas excrété, la ventilation bronchique est altérée. Le mucus inonde littéralement les cils de l'épithélium cilié et ceux-ci ne peuvent remplir leur fonction d'exil. Bien que due à une quantité insuffisante de mucus, l'activité des cils est également perturbée.

Il existe deux formes de bronchite chronique: primitive (inflammation indépendante des bronches) et secondaire (les bronches sont infectées par des maladies infectieuses). La cause est une défaite par un virus ou une bactérie. L'effet de divers stimuli physiques (ou chimiques) est également possible. Causée par une bronchite et de la poussière. Ils s'appellent - la bronchite de poussière.

La nature des expectorations est également différente: juste muqueuse ou mucopurulente; putride; peut être accompagné d'une hémorragie; croupous

La bronchite chronique peut causer des complications:

  • syndrome d'asthme;
  • pneumonie focale; À partir de cet article, vous apprendrez quoi faire quand une toux ne passe pas après une pneumonie.
  • peribronchite;
  • l'emphysème.

Causes et facteurs de risque

Les foyers d'infection chronique, les maladies du nez, du nasopharynx, les cavités accessoires contribuent au développement du bronikh chronique

La bronchite chronique conduit à une bronchite aiguë récurrente. La meilleure prévention dans ce cas sera donc un remède rapide à la forme aiguë de la maladie.

Prévention de la bronchite secondaire: gymnastique corrective, durcissement (est d'une grande importance), prise de moyens toniques généraux. Ces remèdes comprennent: pantocrinum, ginseng, eleutherococcus, citronnelle, apilac et vitamines.

Le développement de la bronchite chronique est favorisé par le tabagisme, la formation de poussière, la pollution de l'air, l'abus d'alcool. La même chose peut être la cause de maladies du nez, du nasopharynx, des cavités accessoires. Contribue aux foyers de réinfection d'une infection chronique. Cette maladie peut être causée par un système immunitaire faible.

Les premiers signes

Avec exacerbations de bronchite chronique, augmentation de la toux, augmentation de la purulence des expectorations, possibilité de fièvre

Le premier symptôme le plus important est la toux. Il peut être "sec" ou "humide", c'est-à-dire avec ou sans crachats. Il y a une douleur dans la poitrine. Le plus souvent, la température augmente. Le manque de température est un signe de faiblesse du système immunitaire.

Avec une simple forme de bronchite, la ventilation bronchique n'est pas perturbée. Les symptômes de bronchite obstructive sont une respiration sifflante, car la ventilation est altérée. Avec les exacerbations, la toux augmente, la purulence des expectorations augmente, la fièvre est possible.
Le diagnostic de bronchite chronique ne fait généralement pas de doute.

Les quatre principaux symptômes - toux, expectorations, essoufflement, détérioration de l'état général. Cependant, lors de l'établissement du diagnostic, il est nécessaire d'exclure d'autres maladies du système respiratoire.

Méthodes de traitement

Le repos au lit, l’air humidifié et une pièce ventilée sont les principales conditions pour le traitement de la bronchite.

Le traitement dépend du stade de la maladie. Mesures générales sous diverses formes - interdiction de fumer, élimination des substances irritant les voies respiratoires; traitement de la rhinite, le cas échéant, de la gorge; utilisation de physiothérapie et expectorants. En outre, des antibiotiques sont prescrits pour la bronchite purulente, ainsi que des bronchospasmolytiques et des glucocortécoïdes (hormones stéroïdiennes) pour la bronchite obstructive.

Quels sont les symptômes de la bronchite non traitée, est indiqué dans cet article.

Comment est le traitement de la bronchite avec des boutons de pin, il est indiqué dans l'article.

Les antibiotiques devant être pris comme bronchite aiguë sont indiqués dans l'article suivant: http://prolor.ru/g/lechenie/kak-vylechit-bronxit-antibiotikami.html

L'hospitalisation n'est requise que dans un état très grave.

À haute température, le repos au lit est nécessaire. Dans d'autres cas, vous pouvez vous passer du repos au lit, mais il est nécessaire d'observer un repos plus ou moins strict. L'air intérieur doit être humidifié. Parlons maintenant plus précisément des méthodes de traitement.

Traitement médicamenteux

Les antibiotiques puissants pour la bronchite ne sont utilisés que sous forme sévère ou avancée, car le système immunitaire souffre tout d’abord de leur utilisation. Nommé que par un médecin individuellement.

Ici, il faut se rappeler qu’il existe des antibiotiques naturels. Ceux-ci comprennent principalement la propolis. La bronchite chronique affecte souvent les adultes et de l'alcool peut être utilisé: 40 gouttes doivent être diluées avec de l'eau. Cette solution est prise 3 fois par jour. Dans cette proportion, la propolis doit être prise les trois premiers jours, puis le dosage est réduit à 10-15 gouttes. Vous pouvez utiliser son extrait aqueux: 1 c. 4-6 fois par jour. Le traitement à la propolis (ainsi qu'aux herbes) est long, pouvant aller jusqu'à un mois. Les antibiotiques naturels incluent également les fleurs de calendula. Rappel et autres médicaments efficaces:

  • Acide acétylsalicylique. Ne négligez pas un outil aussi simple de notre temps. Il devrait être pris strictement après les repas, à partir de trois fois par jour. Il réduit les douleurs à la poitrine, diminue la fièvre, élimine la fièvre. Agit comme une décoction de framboises.
  • Expectorants. Ici, vous devez décider de ce que vous préférez - herbes ou formulaires de pharmacie prêts à l'emploi. Les pharmaciens offrent une vaste sélection de sirops: Althea, racine de réglisse, fleurs de primevère, etc. Le sirop et la pommade Dr. MOM sont très efficaces. Ils n'ont qu'une base végétale. Il existe également des produits finis comme le bromhexine, l'ambrobène, le gedelix, le fervex. Tous sont efficaces, mais faites particulièrement attention aux contre-indications. Cet article identifie les sirops expectorants contre la toux pour les enfants.
  • En cas de bronchite obstructive, le chlorhydrate de licorine est efficace. Le médicament a un effet bronchodilatateur, dilue bien les expectorations. Mais il a des contre-indications.

Remèdes populaires

Pour le traitement de la bronchite chronique, on utilise les remèdes populaires chez l'adulte:


  • Jus de radis (noir) avec du miel ou du jus d'aloès. Mélangez-les dans des proportions égales.
  • Herbes. Cyanosis azur est un puissant expectorant. Dans ce cas, une décoction de cyanose et de nerfs calme et soulage l'inflammation. Dans le peuple, cela s'appelait l'herbe envahissante. Il existe un autre nom pour cyanose - la valériane grecque. Sa décoction (et même mieux - napar, insister toute la nuit) devrait être prise après les repas un peu pendant la journée.
  • Thym Aide particulièrement à la forte toux. Dans le peuple on l'appelait "La Vierge de l'herbe", les médecins appellent thym. Il est préférable de boire comme du thé, mais vous pouvez faire une décoction. Ou acheter de la coqueluche dans une pharmacie (le thym est inclus dans sa composition).
  • Infusion de boutons de pin. Prendre pour éliminer la respiration sifflante pendant la journée.
  • Frais de poitrine avec racine de réglisse. Vous pouvez créer votre propre collection en ajoutant une feuille de plantain et de tussilage. Ne pas oublier - la réglisse renforce le système immunitaire.

Quelles herbes sont encore utilisées dans le traitement de la bronchite chronique? Marais, Altea médicinal et anis. Noir de sureau (utilisé pour la fièvre), bruyère commune, adonis printanier. C'est aussi le mélilot des médicinaux, medunitsa médicinal, violet tricolore.

Et un autre remède, s'il n'y a pas de contre-indications, disponible pour tout le monde est le lait. Rien ne dégage les bronches et les poumons comme du lait. Mais en cas de maladie, il faut le boire avec du soda et de l’huile (mieux encore: gras, gras). Si la bronchite est accompagnée de toux, des recettes efficaces contre la toux de grand-mère, telles que des figues avec du lait, du lait avec soda et des bonbons contre la toux maison vous aideront.

Recommandations utiles

La première recommandation pour la bronchite est de boire beaucoup de liquide! C'est super si c'est du jus de baies. Les baies très efficaces sont les canneberges, le viorne, les framboises, l’argousier, les airelles. Thé à la camomille, juste du thé au citron (fraîchement infusé). Buvez doit être chaud! Froid, même température ambiante - est inacceptable.

La physiothérapie est une partie nécessaire du traitement. Mais vous pouvez commencer la physiothérapie pas plus tôt que la température baisse. Qu'est-ce qui s'applique à lui? Tous les plâtres à la moutarde connus et abordables, les banques. Des compresses sur la poitrine aideront également. Ils doivent se réchauffer. C'est possible à l'arrière. Il est conseillé d'utiliser des inhalations avec des herbes médicinales. Frotter le saindoux, la graisse de blaireau, la pharmacie frotter. Massage par friction léger utile.

Vous pouvez faire une "inhalation sèche": 4-5 gouttes d’huile essentielle (pin, épinette, genévrier, eucalyptus, etc.) tombent dans une poêle chaude.

Le rôle de la nutrition. Dans la bronchite chronique, la nutrition doit être légère! La présence de grandes quantités de vitamines est inestimable, en particulier la vitamine "C". Pas de bouillon de poulet gras est utile. Cela ne peut pas être négligé.

Remarque: si au tout début du traitement, prenez un laxatif (feuille de la peau, écorce de nerprun), nettoyer le corps, il sera plus facile pour lui de faire face à la maladie. Les défenses du corps vont devenir plus fortes.

Important: signifie que la restauration du système immunitaire ne peut pas être utilisé dans la phase aiguë! Ceux-ci incluent: apilak, pollen, immunal, ginseng, eleutherococcus, etc. Vous le recevrez pendant la période de récupération.

Vidéo

En savoir plus sur le traitement approprié de la bronchite chronique dans cette vidéo:

Pour résumer: vous pouvez guérir la bronchite chronique! L'essentiel est de ne pas abandonner et de ne pas quitter le traitement. Ne laissez pas la maladie revenir. Il est très important de choisir individuellement un médicament qui vous convient. Pesez le pour et le contre. Et n'oubliez pas de prévention.

Bronchite obstructive chronique et BPCO

La bronchite obstructive chronique est une maladie inflammatoire diffuse des bronches caractérisée par des lésions précoces des structures respiratoires du poumon et conduisant à la formation d'un syndrome broncho-obstructif, d'un emphysème diffus des poumons et d'une ventilation pulmonaire progressive et d'un échange gazeux, se manifestant par une toux, un essoufflement et un essoufflement non liés à la maladie. coeurs, systèmes sanguins, etc.

Ainsi, contrairement à la bronchite chronique non obstructive, les principaux mécanismes qui déterminent l’évolution de la bronchite chronique non obstructive sont les suivants:

  1. L'implication dans le processus inflammatoire concerne non seulement les grosses et moyennes bronches, mais également les petites bronches et le tissu alvéolaire.
  2. Développement à la suite de ce syndrome broncho-obstructif constitué de composants irréversibles et réversibles.
  3. Formation d'emphysème secondaire diffus.
  4. Violation progressive de la ventilation et des échanges gazeux, entraînant une hypoxémie et une hypercapnie.
  5. Formation d'hypertension artérielle pulmonaire et de maladie cardiaque pulmonaire chronique (SPH).

Si le syndrome de bronchite chronique non obstructive est altéré, les mécanismes de lésion de la muqueuse bronchique ressemblent à ceux de la bronchite chronique non obstructive. La bronchite non obstructive est fondamentalement différente l’une de l’autre. L'emphysème pulmonaire centroacinar, qui résulte d'une lésion précoce des régions respiratoires des poumons et d'une obstruction bronchique croissante, constitue le maillon central de la formation d'une cardiopathie respiratoire et pulmonaire progressive caractéristique de la bronchite obstructive chronique.

Récemment, pour faire référence à une telle combinaison pathogéniquement causée de bronchite obstructive chronique et d’emphysème avec insuffisance respiratoire progressive, on a recommandé l’expression «maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC)», qui est recommandée conformément à la dernière version de la Classification internationale des maladies (CIM-X). en pratique clinique, au lieu du terme «bronchite obstructive chronique». Selon de nombreux chercheurs, ce terme reflète dans une plus grande mesure l’essence du processus pathologique dans les poumons lors de la bronchite chronique obstructive aux derniers stades de la maladie.

La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est un concept collectif qui associe les maladies inflammatoires chroniques du système respiratoire à une lésion prédominante des voies respiratoires distales avec une obstruction bronchique irréversible ou partiellement réversible, caractérisée par une progression constante et une insuffisance respiratoire chronique progressive. Les causes les plus fréquentes de BPCO sont: bronchite obstructive chronique (dans 90% des cas), asthme bronchique sévère (environ 10%), emphysème ma pulmonaire, a évolué à la suite d'un déficit en alpha1-antitrypsine (environ 1%).

Le principal symptôme qui forme le groupe BPCO est la progression régulière de la maladie avec la perte de la composante réversible de l’obstruction bronchique et l’augmentation des symptômes d’échec respiratoire, la formation d’emphysème pulmonaire centroacinar, l’hypertension artérielle pulmonaire et le cœur pulmonaire. À ce stade du développement de la MPOC, l'identité nosologique de la maladie est en effet nivelée.

Aux États-Unis et en Grande-Bretagne, le terme «maladie pulmonaire obstructive chronique» (MPOC) est une maladie pulmonaire obstructive chronique (transcription russe pour la MPOC) comprend également la fibrose kystique, la bronchiolite oblitérante et la bronchiectasie. Ainsi, à l'heure actuelle dans la littérature mondiale, il existe une incohérence évidente dans la définition du concept de "MPOC".

Néanmoins, malgré une certaine similitude du tableau clinique de ces maladies au stade final du développement de la maladie, il convient de maintenir leur indépendance nosologique aux premiers stades de la formation de ces maladies (notamment la fibrose kystique, l’asthme bronchique, les bronchiolites, etc.).

Il n’existe toujours pas de données épidémiologiques fiables et précises sur la prévalence de cette maladie et la mortalité des patients atteints de BPCO. Ceci est principalement dû à l'incertitude du terme «BPCO» pendant de nombreuses années. On sait qu’actuellement aux États-Unis, la prévalence de la MPOC chez les personnes de plus de 55 ans est de près de 10%. De 1982 à 1995, le nombre de patients atteints de MPOC a augmenté de 41,5%. En 1992, aux États-Unis, la mortalité par BPCO était de 18,6 pour 100 000 habitants et constituait la quatrième cause de décès dans ce pays. Dans les pays européens, la mortalité par BPCO varie de 2,3 (Grèce) à 41,4 (Hongrie) à 100 000 personnes. Au Royaume-Uni, environ 6% des décès d'hommes et 4% de femmes sont dus à la MPOC. En France, 12 500 décès par an sont également associés à la BPCO, qui représente 2,3% de tous les décès dans ce pays.

En Russie, la prévalence de la MPOC en 1990-1998, selon les statistiques officielles, a atteint une moyenne de 16 pour 1000 habitants. La mortalité par BPCO pour les mêmes années variait de 11,0 à 20,1 pour 100 000 habitants. Selon certains, la BPCO réduit l'espérance de vie naturelle de 8 ans en moyenne. La MPOC entraîne une invalidité relativement précoce des patients et, dans la plupart d'entre eux, elle survient environ 10 ans après l'établissement du diagnostic de MPOC.

Code CIM-10 J44.8 Autres affections pulmonaires obstructives chroniques précisées J44.9 Affections pulmonaires obstructives chroniques, sans précision

Facteurs de risque de bronchite obstructive chronique

Le tabagisme est le principal facteur de risque de développer une BPCO dans 80 à 90% des cas. Chez les fumeurs, la maladie pulmonaire obstructive chronique se développe 3 à 9 fois plus souvent que chez les non-fumeurs. Dans le même temps, la mortalité par BPCO détermine l'âge auquel le tabagisme a été commencé, le nombre de cigarettes fumées et la durée du tabagisme. Il convient de noter que le problème du tabagisme est particulièrement important en Ukraine, où la prévalence de cette habitude néfaste atteint 60 à 70% chez les hommes et 17 25% chez les femmes.

Bronchite obstructive chronique - Causes et pathogenèse

Symptômes de bronchite obstructive chronique

Le tableau clinique de la MPOC consiste en une combinaison différente de plusieurs syndromes pathologiques interdépendants.

La BPCO se caractérise par une progression lente et progressive de la maladie, au cours de laquelle la majorité des patients s'adressent au médecin tardivement, à l'âge de 40-50 ans, alors qu'il existe déjà des signes cliniques assez prononcés d'inflammation chronique de 6ronchus et de syndrome broncho-obstructif sous forme de toux, de souffle court et de tolérance réduite à la vie quotidienne. effort physique.

Bronchite obstructive chronique - symptômes

Qu'est-ce qui te dérange?

Diagnostic de la bronchite obstructive chronique

Au début de l'évolution de la maladie, un questionnement approfondi du patient, une évaluation des données anamnestiques et des facteurs de risque éventuels revêtent une grande importance, car les résultats d'une étude clinique objective, de même que les données de laboratoire et les méthodes instrumentales, sont très informatifs. Avec le temps, lorsque les premiers signes de syndrome broncho-obstructif et d'insuffisance respiratoire apparaissent, les données cliniques, instrumentales et de laboratoire objectives deviennent de plus en plus utiles au diagnostic. De plus, une évaluation objective du stade de développement de la maladie, de la gravité de la MPOC et de l'efficacité du traitement n'est possible qu'avec l'utilisation de méthodes de recherche modernes.

Bronchite obstructive chronique - Diagnostic

Qu'est-ce que vous devez examiner?

Comment examiner?

Quels tests sont nécessaires?

Qui contacter?

Traitement de bronchite obstructive chronique

Le traitement des patients atteints de BPCO est dans la plupart des cas une tâche extrêmement difficile. Tout d'abord, cela est dû au schéma principal de développement de la maladie - la progression constante de l'obstruction bronchique et des défaillances respiratoires dues à l'inflammation et à l'hyperréactivité bronchique et au développement d'une obstruction bronchique irréversible persistante résultant de la formation d'un emphysème pulmonaire obstructif. De plus, la faible efficacité du traitement de nombreux patients atteints de BPCO est due à leur visite tardive chez le médecin alors qu’il existe déjà des signes d’insuffisance respiratoire et de modifications irréversibles des poumons.

Néanmoins, dans de nombreux cas, un traitement complet moderne adéquat des patients atteints de BPCO permet de réduire le taux de progression de la maladie entraînant une augmentation de l'obstruction bronchique et de l'insuffisance respiratoire, de réduire la fréquence et la durée des exacerbations et d'augmenter l'efficacité et la tolérance à l'exercice.

Bronchite obstructive chronique - Traitement

Plus sur le traitement

Qu'est-ce que la MPOC et comment la traiter?

Les maladies respiratoires chroniques sont souvent exacerbées pendant les périodes froides et humides de l'année. Il y a une aggravation même en présence de mauvaises habitudes, de mauvaises conditions environnementales. Fondamentalement, les personnes ayant un système immunitaire faible, les enfants et les personnes âgées souffrent de telles maladies. La MPOC: qu'est-ce que c'est et comment est-elle traitée? La maladie pulmonaire obstructive chronique est une pathologie dangereuse. Elle se rappelle périodiquement entre les rémissions. Familiarisez-vous avec le processus inflammatoire et ses caractéristiques.

Qu'est-ce que la MPOC?

La formulation est la suivante: maladie chronique des voies respiratoires obstructives caractérisée par une restriction partiellement irréversible de l'air dans les voies respiratoires. Qu'est-ce que la MPOC? Il combine une bronchite chronique et un emphysème. Selon les statistiques médicales, 10% de la population de notre planète à partir de 40 ans souffrent des manifestations de la MPOC. La maladie pulmonaire obstructive est classée dans la catégorie bronchite / type emphysémateux. Code de la MPOC pour la CIM 10 (classification internationale des maladies):

  • 43 emphysème;
  • 44 Une autre maladie chronique obstructive.

Étiologie de la maladie (causes d'apparition):

  • le tabagisme actif / passif est la principale source de pathologie;
  • atmosphère polluée des colonies de peuplement;
  • susceptibilité génétique à la maladie;
  • les spécificités de la profession ou du lieu de résidence (inhalation de poussières, vapeurs chimiques, air pollué sur une longue période);
  • un grand nombre de maladies infectieuses du système respiratoire.

Symptômes de la maladie pulmonaire obstructive chronique

La MPOC: qu'est-ce que c'est et comment est-elle traitée? Parlons de la symptomatologie de la pathologie. Les principales caractéristiques du processus inflammatoire incluent:

  • renouvellement répété de la bronchite aiguë;
  • fréquents épisodes de toux quotidiens;
  • décharge constante des expectorations;
  • La MPOC se caractérise par une augmentation de la température;
  • essoufflement, qui augmente avec le temps (au moment du SRAS ou pendant un effort physique).

Classification de la MPOC

La BPCO est divisée en étapes (degrés) en fonction de la gravité de la maladie et de ses symptômes:

  • la première phase de lumière n'a aucun signe, ne se fait pratiquement pas sentir;
  • le stade de gravité modérée de la maladie est excrété par la dyspnée avec une activité physique réduite, la toux avec ou sans crachats le matin est possible;
  • La MPOC de grade 3 est une forme grave de pathologie chronique, accompagnée d'essoufflement fréquent et de toux grasse;
  • le quatrième stade est le plus grave, car il représente une menace visible pour la vie (essoufflement dans un état calme, toux constante, perte de poids nette).

Pathogenèse

La MPOC: qu'est-ce que c'est et comment traite-t-on la pathologie? Parlons de la pathogenèse d'une maladie inflammatoire dangereuse. En cas de maladie, une obstruction irréversible commence à se développer - dégénérescence fibreuse, épaississement de la paroi bronchique. Ceci est le résultat d'une inflammation prolongée ayant un caractère non allergique. Les principales manifestations de la MPOC sont la toux avec expectorations, un essoufflement progressif.

Durée de vie

La question qui préoccupe de nombreuses personnes est la suivante: combien de personnes vivent avec la MPOC? Cure complètement impossible. La maladie se développe lentement mais sûrement. Son "gel" avec l'aide de médicaments, prophylaxie, recettes de la médecine traditionnelle. Le pronostic positif de la maladie obstructive chronique dépend du degré de pathologie:

  1. Lorsque la maladie est détectée au premier stade initial, le traitement complexe du patient vous permet de maintenir une espérance de vie standard.
  2. La MPOC au deuxième degré n'a pas de si bonnes prédictions. On prescrit au patient une utilisation constante de médicaments, ce qui limite les moyens de subsistance normaux.
  3. La troisième étape est 7-10 ans de la vie. Si la maladie pulmonaire obstructive s'aggrave ou si d'autres maladies apparaissent, la mort survient dans 30% des cas.
  4. Le dernier degré de pathologie chronique irréversible a ce pronostic: chez 50% des patients, l’espérance de vie n’est pas supérieure à un an.

Diagnostics

La formulation du diagnostic de la MPOC est réalisée sur la base d'un ensemble de données sur la maladie inflammatoire, les résultats de l'examen au moyen d'une visualisation, d'un examen physique. Le diagnostic différentiel est réalisé avec insuffisance cardiaque, asthme bronchique, bronchectasie. Parfois, l'asthme et les maladies pulmonaires chroniques sont confondus. La dyspnée bronchique a une histoire différente, elle donne au patient une chance de guérir complètement, ce qui n’est pas le cas de la MPOC.

Le diagnostic de maladie chronique est réalisé par un médecin généraliste et un pneumologue. Examen détaillé du patient, tapotement, auscultation (analyse des phénomènes sonores), respiration au niveau des poumons. La recherche primaire sur la détection de la MPOC comprend des tests avec bronchodilatateur pour s'assurer qu'il n'y a pas d'asthme bronchique secondaire - rayons X. Le diagnostic d’obstruction chronique est confirmé par spirométrie - une étude montrant la quantité d’air exhalée et respirée par le patient.

Traitement à domicile

Comment traiter la MPOC? Les médecins disent que ce type de pathologie pulmonaire chronique n'est pas complètement guéri. Le développement de la maladie est arrêté par une thérapie prescrite en temps opportun. Dans la plupart des cas, cela aide à améliorer la condition. Le rétablissement complet du fonctionnement normal du système respiratoire est réalisé par unités (une greffe de poumon est montrée dans une BPCO sévère). Après confirmation des preuves médicales, la maladie pulmonaire est éliminée avec des médicaments associés à des remèdes populaires.

Drogues

Les principaux "médecins" en cas de pathologie respiratoire sont les bronchodilatateurs pour la MPOC. D'autres médicaments sont prescrits pour le processus complexe. Un traitement approximatif est comme suit:

  1. Bêta2 agonistes. Médicaments à action prolongée - "Formotérol", "Salmétérol"; salbutamol court, terbutaline.
  2. Méthylxanthines: "Aminofilline", "Théophylline".
  3. Bronchodilatateurs: bromure de tiotropium, bromure d'oxitropium.
  4. Glucocorticoïdes. Système: méthylprednisolone. Inhalation: fluticasone, budésonide.
  5. Les patients atteints de BPCO grave ou très grave se voient prescrire des médicaments à inhaler avec bronchodilatateurs et glucocorticoïdes.

Remèdes populaires

Le traitement des remèdes populaires contre la MPOC est recommandé en association avec des médicaments. Sinon, il n'y aura aucun résultat positif de la médecine traditionnelle. Quelques recettes de grand-mère efficaces pour faire face à la MPOC:

  1. Nous prenons 200 g de citron vert, la même quantité de camomille et 100 g de graines de lin. On sèche les herbes, on écrase, on insiste. Sur un verre d'eau bouillante mettez 1 c. l collection. Prendre 1 fois par jour pendant 2-3 mois.
  2. Nous avons broyé en poudre 100 g de sauge et 200 g d'ortie. Remplissez le mélange d'herbes avec de l'eau bouillie, insistez pendant une heure. Boire 2 mois et demi un verre deux fois par jour.
  3. Collection pour éliminer les expectorations du corps avec une inflammation obstructive. Nous aurons besoin de 300 g de graines de lin, 100 g de baies d’anis, de camomille, d’altha, de racine de réglisse. Collection verser de l'eau bouillante, insister 30 minutes. Filtrer et boire une demi-tasse chaque jour.

Gymnastique respiratoire dans la MPOC

Des «exercices de respiration» spéciaux contribuent au traitement de la MPOC:

  1. Position de départ: Allongez-vous sur le dos. En expirant, nous nous serrons les jambes, plions les genoux, les attrapons avec nos mains. Expirez l'air jusqu'au bout, inspirez le diaphragme, revenez à la position initiale.
  2. Dans le pot, nous collectons de l'eau et insérons une paille pour un cocktail. Nous recueillons la quantité d'air maximale possible pendant l'inhalation, puis l'exhalons lentement dans un tube. Exercice effectuer au moins 10 minutes.
  3. Nous comptons jusqu'à trois, en exhalant plus d'air (estomac pour aspirer). Sur le «quatre», nous détendons les muscles abdominaux, inspirons le diaphragme. Puis réduire fortement les muscles abdominaux, la toux.

Prévention de la MPOC

Les mesures préventives contre la MPOC comprennent les facteurs suivants:

  • il est nécessaire d'abandonner l'usage des produits du tabac (méthode de réadaptation très efficace et éprouvée);
  • La vaccination antigrippale permet d’éviter une nouvelle exacerbation de la maladie pulmonaire obstructive (il est préférable de se faire vacciner avant l’hiver);
  • la revaccination contre la pneumonie réduit le risque d'exacerbation de la maladie (démontré tous les 5 ans);
  • Il est souhaitable de changer de lieu de travail ou de résidence s'ils affectent négativement la santé, favorisant ainsi le développement de la MPOC.

Des complications

Comme tout autre processus inflammatoire, la maladie pulmonaire obstructive entraîne parfois un certain nombre de complications, telles que:

  • pneumonie (pneumonie);
  • insuffisance respiratoire;
  • hypertension pulmonaire (augmentation de la pression dans l'artère pulmonaire);
  • insuffisance cardiaque irréversible;
  • thromboembolie (blocage des vaisseaux sanguins avec des caillots sanguins);
  • bronchiectasie (développement de l'infériorité fonctionnelle des bronches);
  • syndrome cardiaque pulmonaire (augmentation de la pression dans l'artère pulmonaire, entraînant un épaississement des régions cardiaques droites);
  • fibrillation auriculaire (trouble du rythme cardiaque).

Vidéo: maladie de la MPOC

La maladie pulmonaire obstructive chronique est l'une des pathologies les plus graves. Pendant la MPOC révélée, son traitement complexe permettra au patient de se sentir beaucoup mieux. La vidéo montre clairement ce qu'est la MPOC, à quoi ressemblent ses symptômes et ce qui a provoqué la maladie. Le spécialiste parlera des mesures thérapeutiques et prophylactiques des maladies inflammatoires.

CIM-10: J44 - Autres maladies pulmonaires obstructives chroniques

Chaîne en classement:

Le code de diagnostic J44 comprend 4 diagnostics de clarification (sous-catégories de la CIM-10):

Le diagnostic comprend également:
chronique
• bronchite:
• asthmatique (obstructive)
• emphysémateux
• avec:
• blocage des voies respiratoires
• emphysème
• obstructive:
• asthme
• bronchite
• trachéobronchite

Le diagnostic n'inclut pas:
- asthme (J45.-) bronchite asthmatique BDU (J45.9) bronchectasie (J47) chronique:
• bronchite:
• IED (J42)
• simple et mucopurulent (J41.-)
• trachéite (J42)
• trachéobronchite (J42) emphysème (J43.-) maladies pulmonaires causées par des agents externes (J60-J70)

Codage de la MPOC selon la CIM 10

Les maladies pulmonaires obstructives chroniques (en abrégé BPCO) sont représentées par plusieurs pathologies qui sont combinées dans une nosologie unique en raison de la similitude de l'étiologie, de la pathogenèse et des principes de gestion du patient.

Le code non ambigu de la MPOC pour la CIM 10 est absent et les lésions des voies respiratoires incluses dans celle-ci sont cryptées différemment. De telles caractéristiques suggèrent que l'abréviation de BPCO a été créée par des médecins pour des raisons de commodité.

Dans la classification internationale des maladies, l’obstruction du tissu pulmonaire et des bronches se situe dans la classe des maladies du système respiratoire et dans la section des pathologies chroniques des voies respiratoires inférieures.

Les nosologies, qui sont accompagnées d'une obstruction, sont codées de J40 à J47.

Les chiffres spécifiques des maladies individuelles sont les suivants:

  • J40 - bronchite chronique (sans spécifier de paramètres supplémentaires);
  • J43 - emphysème pulmonaire (émet de nombreuses formes de pathologie);
  • J0 - BPCO avec lésion infectieuse des voies respiratoires, à l'exception de l'influenza;
  • J1 - obstruction chronique avec exacerbations sans clarification;
  • J8 - autres types d'obstruction;
  • J9 - Types d'obstruction chronique non spécifiés.

Dans la CIM 10, la MPOC est située dans une section, ce qui permet au personnel médical de n’importe quel pays de découvrir les caractéristiques de la maladie, les principes du diagnostic, de la pathogenèse, de la prévention et même du traitement. Bien que les protocoles de traitement standardisés dans chaque région soient créés individuellement, ils sont tous basés sur des approches généralement acceptées pour le traitement des patients atteints d'une lésion pulmonaire obstructive chronique.

Caractéristiques nosologie COPD

L'essence des maladies affectant les voies respiratoires inférieures et provoquant le syndrome obstructif est l'incapacité de mener à bien la guérison. Des tactiques médicales visant à arrêter la progression du processus, dont l'efficacité permet d'éliminer complètement les manifestations cliniques de pathologies. Cependant, les modifications morphologiques dans les bronches et le tissu pulmonaire demeurent.

Toutes les obstructions présentant des modifications morphologiques dans les tissus du système respiratoire se caractérisent par une augmentation progressive de la gravité du processus pathologique, qui s'accompagne d'une insuffisance pulmonaire aggravée.

La maladie pulmonaire obstructive chronique nécessite un diagnostic rapide et une approche de traitement qualifiée, ce qui permettra de normaliser l'état du patient.

Dans certains cas, les phénomènes d'obstruction restent irréversibles; par conséquent, la détection précoce de la pathologie est la première des pneumologues.

Enregistrez le lien ou partagez des informations utiles dans le réseau social. les réseaux

Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC): symptômes et traitement

La maladie pulmonaire obstructive chronique ou BPCO, qu’elle est l’un des problèmes de santé humaine les plus courants à l’heure actuelle. Cela est lié au mauvais état de notre écologie. La qualité de l'air respiré par une personne s'est fortement détériorée, ce qui ne peut qu'affecter l'état de santé des organes responsables du processus d'échange d'air.

Les processus inflammatoires dans les poumons, déclenchés par l'exposition aux gaz d'échappement, diverses impuretés de l'air atmosphérique, la fumée de cigarette (le tabagisme passif n'est pas exclu) - il s'agit de processus fondamentaux pour le développement de la BPCO.

Selon les statistiques de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) - La maladie pulmonaire obstructive chronique chez les adultes se classe au quatrième rang en termes de mortalité.

Tuer des personnes atteintes de cette maladie en développant des complications telles que:

  • Cancer du poumon;
  • Insuffisance respiratoire;
  • Troubles cardiovasculaires (provoqués par la MPOC).

La maladie avec le diagnostic correct dans les premiers stades de développement est traitée dans son intégralité, en utilisant un certain nombre d'actions pour prévenir cette maladie, il est possible d'empêcher son développement.

Par la CIM 10, codé J44.0 - si la MPOC se développe en même temps que le SRAS, affectant les voies respiratoires inférieures. Le code de classification internationale des maladies 10 permet de systématiser et de suivre les statistiques relatives à chaque maladie.

COPD mkb 10 avec le code J44.9 est reflété dans la genèse indéfinie.

Facteurs de risque

  • Le facteur le plus nocif et le plus fréquemment rencontré est le tabagisme. La fumée de tabac et les cigarettes au goudron affectent tous les organes respiratoires. Le tabagisme passif n’est absolument pas moins nocif, et au contraire encore plus dangereux. Une personne proche d'un fumeur consomme beaucoup plus de fumée que la sienne. La catégorie de personnes qui fument met en danger non seulement eux-mêmes, mais aussi ceux qui les entourent. Dans le groupe des gros fumeurs, environ 15 à 20% des manifestations cliniques de la MPOC sont diagnostiquées.
  • Prédisposition génétique. Un exemple des troubles menant à cette maladie est une condition telle que:
    • déficit en alpha antitrypsine (cause de l’emphysème chez les personnes qui n’ont jamais fumé et accroît le risque de contracter la maladie chez les fumeurs);
  • Bactéries Les bactéries de groupes tels que Haemophilus influenza, Moraxella catarrhalis peuvent influer sur l’exacerbation de la maladie considérée. Streptococcus pneumonic est un autre type de bactérie qui affecte le développement de la maladie.
  • Risques professionnels (poussières, évaporation de divers acides et alcalis, substances nocives libérées par des produits chimiques);
  • Hyperréactivité bronchique.

Pathogenèse

En cas d'exposition prolongée à un facteur de risque du corps humain, une inflammation des parois bronchiques de nature chronique se développe. Les dommages distaux sont les plus probables (situés au maximum dans les alvéoles et le parenchyme pulmonaire de proximité).

Violé la production et l'élimination de mucus. Les petites bronches sont bouchées et diverses infections se développent dans ce contexte. Les cellules musculaires meurent, remplaçant le tissu conjonctif. En conséquence, l’emphysème se développe - le tissu pulmonaire déborde d’air pour cette raison, son élasticité diminue considérablement.

De la bronche, endommagée par l'emphysème, l'air est libéré avec beaucoup de difficulté. Le volume d'air est réduit car les échanges de gaz ne se produisent pas de bonne qualité. En conséquence, l'un des principaux symptômes - essoufflement. Avec de l'exercice ou tout simplement la marche, l'essoufflement crée un effet croissant.

L'hypoxie se développe à la suite d'une insuffisance respiratoire. Avec une exposition prolongée à l'hypoxie du corps humain, les lumières des vaisseaux pulmonaires diminuent, ce qui entraîne une hypertension pulmonaire (au cours de laquelle se développe une insuffisance cardiaque, le cœur droit grossit et se dilate).

Classification

Cette maladie est classée en fonction de la gravité de l'évolution et du tableau clinique.

  1. Latente, presque impossible à reconnaître, ne présente aucun symptôme prononcé.
  2. Toux modérée dans la première moitié de la journée (expectorations ou sèche). Essoufflement avec moins d'effort physique.
  3. L'évolution sévère survient dans l'évolution chronique et s'accompagne d'épisodes de toux sévère avec expectorations et d'essoufflement fréquent.
  4. Le quatrième stade peut être fatal, caractérisé par une toux non apaisante, un essoufflement même au repos, une diminution rapide du poids corporel.

Aggravation

Laissez-nous examiner ce qui est l'exacerbation de la MPOC.

C'est une condition dans laquelle l'évolution de la maladie est aggravée. Le tableau clinique s'aggrave, l'essoufflement augmente et les quintes de toux augmentent. Il y a une dépression générale du corps. Le traitement précédemment utilisé n’apporte pas d’effet positif. Dans la plupart des cas, le patient nécessite une hospitalisation, une révision et un ajustement du traitement préalablement prescrit.

Une condition d'exacerbation peut apparaître dans le contexte de la maladie (infections respiratoires aiguës, infections bactériennes). Une infection des voies respiratoires supérieures courante chez une personne souffrant de BPCO est une affection dans laquelle la fonctionnalité des poumons est considérablement réduite. La période de normalisation est différée plus longtemps.

Diagnostiqué comme une pathologie telle que l'exacerbation de la MPOC sur les manifestations symptomatiques, les plaintes du patient, le matériel informatique et les études de laboratoire).

Comment la MPOC affecte-t-elle le corps?

Toute maladie de nature chronique a un effet négatif sur le corps en général. Ainsi, la BPCO conduit à des violations, apparemment sans rapport avec la structure physiologique des poumons.

  • Dysfonctionnement des muscles intercostaux (impliqué dans l'acte de respirer), une atrophie musculaire peut survenir;
  • L'ostéoporose;
  • Diminution de la filtration glomérulaire des reins;
  • Le risque de thrombose augmente;
  • Cardiopathie ischémique;
  • Perte de mémoire;
  • Propension à la dépression;
  • Réduire les fonctions de protection du corps.

Diagnostics

  • Test sanguin Cette analyse est obligatoire pour diagnostiquer la MPOC. Au stade aigu, une leucocytose neutrophile accrue peut être retrouvée. Chez les patients présentant une hypoxie en développement, on observe une augmentation du nombre d'érythrocytes, une faible ESR et une augmentation du taux d'hémoglobine.
  • L'analyse des expectorations, ce que c'est - c'est la procédure la plus importante pour les patients qui émettent des expectorations. Les résultats de cette analyse permettront de répondre à de nombreuses questions. La nature de l'inflammation, le degré de gravité. Vous pouvez également détecter la présence de cellules atypiques, dans ce type de maladie, vous devez vous assurer qu'il n'y a pas de cancer.

Les expectorations chez les patients présentant une muqueuse hépatique et au stade aigu peuvent être purulentes. La viscosité des expectorations augmente, ainsi que sa quantité, la couleur acquiert une teinte verdâtre avec des traînées de jaune.

L'analyse des expectorations reste nécessaire pour ces patients, car il devient ainsi possible de connaître les agents infectieux et leur résistance à un médicament antibactérien particulier.

  • Une méthode de diagnostic par rayons X est nécessaire pour un diagnostic correct et l'exclusion d'autres maladies pulmonaires (de nombreuses maladies du système respiratoire peuvent présenter un tableau clinique similaire). Les rayons X sont effectués dans deux positions, frontale et latérale.

Pendant les périodes d'exacerbation, il élimine la pneumonie ou la tuberculose.

  • L'ECG est utilisé pour exclure ou confirmer un tel diagnostic du cœur pulmonaire (hypertrophie des muscles du côté droit du cœur).

Le test par étapes, au stade initial de la maladie, habituellement symptomatique d’essoufflement, n’est pas clairement prononcé et il est nécessaire, pour le diagnostic, de vérifier s’il est présent lors d’un petit effort physique.

Symptômes nécessitant une attention particulière

Prenez en compte un certain nombre de symptômes auxquels vous devez faire attention et, si nécessaire, consultez un médecin pour un diagnostic correct.

  • Bronchite aiguë souvent récurrente;
  • Les crises de toux douloureuses, leur nombre augmente progressivement;
  • Toux avec expectorations persistantes;
  • La fièvre;
  • Attaques d'essoufflement, qui augmentent avec l'évolution de la maladie.

Est-il possible de maintenir une image active avec une maladie telle que la MPOC

La maladie à l'examen diminue certes la qualité de la vie, mais il est important de rappeler qu'il est important de ne pas oublier qu'un mode de vie actif contribuera au traitement de la maladie et à l'amélioration de l'état psycho-émotionnel.

Il est nécessaire de procéder à l'effort physique extrêmement soigneusement et progressivement!

Avec un soin particulier pour commencer la formation, un groupe de personnes qui, avant la maladie, menaient un mode de vie peu actif.

Commencez par des cours ne dépassant pas dix minutes. La charge devrait être augmentée lentement avec quelques séances d'entraînement par semaine.

Faites des tâches ménagères quotidiennes, cette méthode d’effets physiques sur le corps sera une option bénigne pour les patients atteints de cette maladie. Montez les escaliers, promenez-vous à l'air frais, améliorez votre vie (lavez le sol, les fenêtres, la vaisselle), prenez part à vos responsabilités professionnelles dans la cour (balayer, planter et entretenir les plantes).

Avant d’effectuer les actions prévues, n’oubliez pas l’échauffement.

L'échauffement contribue à la sécurité de l'exécution des charges, il prépare lentement et progressivement le corps à une charge plus lourde. Un point important sera considéré que l'échauffement contribuera à augmenter la fréquence des mouvements respiratoires, à tempérer les battements de coeur et à normaliser la température corporelle.

Traitement

Il existe plusieurs principes de base pour le traitement de cette maladie.

  • Abandon complet de la dépendance - tabagisme;
  • Méthode médicale de traitement, à l'aide de médicaments de différents groupes d'orientation;
  • Vaccination contre les infections à pneumocoques et à virus grippaux;
  • Une activité physique modérée a un effet significatif;
  • L'inhalation d'oxygène est utilisée en cas d'insuffisance respiratoire grave pour prolonger la vie.

Groupes de médicaments utilisés dans le traitement

  1. Bronchodilatateurs (atrovent, salbutamol, aminophylline).
  2. Médicaments hormonaux du groupe des corticostéroïdes (symbicort, sérétide).
  3. Médicaments favorisant l'écoulement des expectorations (ambrobène, codelac).
  4. Agents immunomodulateurs (immunal, Derinat).
  5. Préparations du groupe des inhibiteurs de la phosphodiestérase 4 (daxas, daliresp)

Symptômes de la MPOC et traitement des remèdes populaires.

Certains des symptômes de cette maladie peuvent être traités à l'aide de recettes de médecine traditionnelle. Il est important de ne pas oublier de consulter un spécialiste! Le traitement avec des médecines douces est un complément au traitement qui doit être prescrit par le médecin traitant.

Inhalation de vapeur

Cette procédure est effectuée à la maison avec facilité. Vous avez besoin d'un conteneur pour la solution, d'une serviette et d'un peu de temps.

  • Un litre d'eau chaude (90-100 degrés), 5-6 gouttes d'huile essentielle de pin, l'huile d'eucalyptus et de camomille.
  • Inhalation avec addition de sel marin (litre d'eau bouillante, 2-3 cuillères à soupe de sel marin).
  • Inhalation de collecte d'herbes de menthe, calendula et origan (par litre d'eau bouillante collection de 2 cuillères).

Exercices de respiration

Les exercices respiratoires ont un effet très bénéfique sur les activités visant à renforcer les muscles des poumons et les muscles intercostaux.

Option pour effectuer une gymnastique. En inspirant, levez les mains et en expirant, inclinez le corps et les mains vers la gauche, à l'inspiration suivante, levez les mains et inclinez le corps et les mains vers la droite.