Bronchospasme

Syndrome bronchospastique - État pathologique provoqué par une altération de la perméabilité bronchique, associé dans la plupart des cas à un rétrécissement soudain et réversible de la lumière des bronches, entraînant une violation de la ventilation pulmonaire et une obstruction du débit de sécrétions bronchiques. Ces modifications pathologiques entraînent un manque important d'oxygène dans les organes et les tissus, l'apparition d'une sensation de suffocation et le développement d'un essoufflement.

Symptômes de bronchospasme

Premièrement, le bronchospasme est une réaction protectrice du corps résultant d'un blocage des voies respiratoires (réaction inflammatoire sévère et œdème des bronches résultant d'une exposition à des virus respiratoires, à des allergènes ou à des corps étrangers des bronches, à une quantité importante de crachats, de sang, de vomissements). Les bronches ne se relâchent pas davantage, l’oedème augmente et les mécanismes de protection du système respiratoire sont nocifs pour le patient. Avec un rétrécissement important de la lumière des bronches, tout l'air des alvéoles est perturbé - l'oxygène ne pénètre pas dans le sang (une hypoxie se développe) et le dioxyde de carbone n'est pas évacué (une hypercapnie se forme).

En raison des caractéristiques immunologiques, anatomiques et physiologiques du système respiratoire des enfants de moins de trois ans, le syndrome broncho-obstructif est beaucoup plus difficile et contribue au développement de complications pulmonaires.

Le bronchospasme chez les enfants et les patients adultes est subjectivement une affection très grave et représente un danger grave pour la vie et la santé en l'absence de soins médicaux opportuns. Dans le même temps, le déficit en oxygène résultant d'un bronchospasme augmente progressivement et des modifications irréversibles associées au manque d'oxygène se développent dans tous les tissus et organes du patient, ce qui peut entraîner la mort du patient.

Les symptômes du bronchospasme sont:

  • manque d'air, sensation de lourdeur, peur et congestion dans la poitrine;
  • respiration bruyante du patient avec expiration prolongée et sifflement perceptible à distance;
  • les muscles auxiliaires des espaces intercostaux, les muscles du cou et de l'abdomen participent à l'inspiration, et les ailes du nez et les espaces intercostaux sont aspirés;
  • à l'expiration, respiration sifflante sèche dans les poumons;
  • l'apparition de toux douloureuse, sèche et toux avec des expectorations lourdes ou épaisses, claires, ou en son absence;
  • le patient prend une position de force - assis, s'appuyant sur ses mains, une sensation de peur est marquée sur son visage;
  • le teint est pâle avec du bleu sous les yeux.

Causes de bronchospasme

La pathogenèse du développement du bronchospasme repose sur une forte réaction protectrice des parois des bronches contre tout stimulus, deux des trois couches bronchiques étant impliquées. Normalement, lorsque des agents agressifs (virus, allergènes, particules de poussière, corps étrangers) pénètrent dans les poumons, la muqueuse bronchique se dirige activement vers les cellules du système immunitaire pour accéder à la lésion, créant une barrière inflammatoire autour du stimulus, formant un centre de l'inflammation, un gonflement et un spasme important. bronches avec une diminution de leur lumière interne. Un autre composant pathogénique de l'œdème est un spasme musculaire prononcé de la paroi bronchique et la bronche se contracte plus fortement, rétrécissant la lumière.

Le syndrome bronchospastique est caractéristique des personnes ayant une tendance aux réactions allergiques et des personnes souffrant d’asthme bronchique. Avec cette pathologie, bronchospasme sous la forme du développement d'une maladie asthmatique et des complications qui sont la principale cause de décès dans le développement et la progression de cette maladie. Il est important de se rappeler que sans le traitement et le contrôle nécessaires, un syndrome broncho-obstructif sévère peut compliquer, même dans le temps, une progression légère de l'asthme, en particulier en cas de prédisposition héréditaire à son apparition. Tous les patients asthmatiques, quel que soit leur âge, réagissent de manière aiguë aux stimuli externes - fumée de tabac, poussières des maisons et des bibliothèques, phanères des animaux et autres allergènes qui leur causent des difficultés à respirer et un essoufflement.

En outre, le bronchospasme peut également survenir lors d'une réaction secondaire lors de l'utilisation de certains médicaments sur le corps du patient:

  • les bêta-bloquants;
  • les inhibiteurs de la cholinestérase;
  • bloqueurs des canaux calciques;
  • Les inhibiteurs de l'ECA;
  • AINS (en particulier l'aspirine, qui provoque l'apparition d'aspirine à l'aspirine);
  • pénicillines et autres médicaments antibactériens.

Les causes les plus courantes de bronchospasme chez les enfants sont la bronchite obstructive et la bronchiolite aiguë, qui sont des maladies inflammatoires diffuses des bronches moyennes et petites (bronchioles).

Ces maladies se développent à la suite de la mise en œuvre de:

  • infection virale (adénovirale, syncytiale respiratoire, type 3 parainfluenza, moins souvent rhinovirus et grippe);
  • agents pathogènes microbiens (bacilles hémophilus, pneumocoques, streptocoques et staphylocoques);
  • association microbienne-virale d'agents responsables de l'infection (activation de sa propre microflore pathogène et adhésion de la flore fongique au contexte des ARVI);
  • microflore atypique (chlamydia, mycoplasme).
  • Aggrave de manière significative l'évolution et le pronostic des maladies bronchospastiques chez les enfants (en particulier les enfants de moins de six ans), leur répétition et l'augmentation des rechutes:
  • défauts congénitaux du système broncho-pulmonaire;
  • la fibrose kystique;
  • les allergies alimentaires;
  • avec le tabagisme passif;
  • conditions de vie défavorables;
  • niveaux élevés de pollution de l'air dans les zones industrielles;
  • dysplasie congénitale du tissu conjonctif avec l'apparition d'une pathologie touchant plusieurs organes (dysfonctionnement du système nerveux, prolapsus des valves cardiaques, dyskinésie trachéobronchique et autres);
  • pathologie organique concomitante (périartérite noueuse, cardite, cardiopathie congénitale);
  • pneumonie interstitielle.

Bronchospasme paradoxal

Le bronchospasme paradoxal se développe comme la réaction opposée, l’effet escompté de l’utilisation de bronchodilatateurs (salbutamol, ventoline, atimos). La réaction paradoxale avec l'utilisation de ces médicaments se traduit par une aggravation du spasme des bronches et des muscles du système respiratoire au lieu de leur relaxation et de l'élimination de l'obstruction bronchique.

Bronchospasme allergique

Ce type de bronchospasme se développe lorsque le corps est sensibilisé aux allergènes internes et externes. Les allergènes externes (exoallergènes) comprennent des agents qui pénètrent dans l'organisme à partir de l'environnement:

  • allergènes ménagers (poussière de maison et de bibliothèque, poussière de plume);
  • le pollen;
  • épidermique (laine, squames, duvet et poils d'animaux et d'êtres humains);
  • la nourriture;
  • produits chimiques (peintures, agents de conservation, lessives et autres produits chimiques ménagers);
  • médicaments (antibiotiques, préparations d'iode, anti-inflammatoires, antibiotiques).

Les causes du bronchospasme sont souvent des combinaisons de plusieurs exoallergènes ou endoallergènes (substances formées dans le corps du patient en réponse à des effets nocifs sur les tissus et les organes).

Le bronchospasme allergique se développe sous deux formes: allergique non infectieuse (atopique) et allergique infectieuse (combinaison d'agents infectieux et de facteurs non infectieux).

Le principal facteur de succès du traitement du bronchospasme de la genèse allergique est l'identification et l'élimination de l'allergène.

Traitement bronchospasme

Un traitement approprié et opportun du bronchospasme consiste à mettre en œuvre un ensemble de mesures visant à la récupération complète du patient, à l’élimination du facteur causatif et à l’élimination du spasme des bronches et des muscles. Dans le même temps, un diagnostic précoce est important. Le traitement du syndrome broncho-obstructif consiste à prendre des médicaments sous différentes formes pharmaceutiques (inhalateur, pilules, injections intramusculaires ou intraveineuses), qui dépendent de la gravité du processus et de la présence d'une pathologie concomitante, ainsi que de la physiothérapie.

Après le début de la crise, il est nécessaire de calmer le patient, d’ouvrir l’évent (en l’absence de réaction allergique au pollen), de desserrer le col ou la ceinture, de procéder à des inhalations bronchodilatoires, de prendre des médicaments expectorants pour améliorer l’écoulement des expectorations et d’appeler rapidement un médecin.

Les patients ne doivent pas recevoir de médicaments antitussifs, d'antihistaminiques de première génération, d'odeurs odorantes ou de sédatifs. Il est important de se rappeler que le bronchospasme peut récidiver au bout d'un certain temps et qu'il est toujours nécessaire de disposer de médicaments bronchodilatateurs et de médicaments expectorants dans le coffre à médicaments du domicile.

Traitement des bronchospasmes à l'hôpital - urgent et intensif. Des injections intraveineuses d’anticholinergiques et antispasmodiques, d’antihistaminiques et de corticostéroïdes sont utilisées (si indiqué).

Supprimer le bronchospasme à la maison

Les parents qui ont rencontré un problème pour la première fois (l'attaque se développe plus souvent la nuit) - ils demandent immédiatement des soins médicaux d'urgence et c'est la meilleure option dans ce cas. Avec un diagnostic établi d'asthme bronchique et de récidives fréquentes de bronchite obstructive ou de bronchiolite aiguë, les parents savent comment éliminer le bronchospasme à la maison, mais le bébé doit être consulté par un spécialiste pour lui prescrire un traitement adéquat et le corriger.

Urgence bronchospasme

Avec le développement du bronchospasme chez les enfants, il est nécessaire:
1. Si possible, éliminez l'effet de l'allergène (contact avec le chat, médicament ou exposition à des facteurs environnementaux négatifs). En cas de réaction allergique au pollen ou à la poussière, fermez la fenêtre et sortez le bébé de l’endroit poussiéreux, lavez son visage, rincez-vous la bouche et la gorge, rincez-vous le nez;
2. asseyez le patient en le positionnant à demi assis, détachez son vêtement à l'étroit, ouvrez la fenêtre pour avoir l'air frais;
3. Appelez une ambulance pour la première attaque d'asphyxie ou appliquez un bronchodilatateur à l'intérieur ou sous la forme d'un aérosol (inhalateur) conformément aux recommandations du médecin (pour les attaques répétées et le diagnostic établi);
4. Donner à l'enfant une boisson chaude et utiliser des médicaments supplémentaires pour améliorer la sortie des expectorations;
5. Il est impératif de faire appel à un médecin si une bronchospasme persiste pendant une demi-heure chez les patients adolescents et adultes et lors d'une hospitalisation immédiate (enfants jusqu'à un an) et urgente (jusqu'à trois ans) en présence de signes minimaux de troubles respiratoires.

Il est important que les parents et les autres membres de la famille se souviennent qu’en cas de bronchospasme, il ne faut jamais:
- frottez l'enfant avec des substances odorantes (pommades et baumes avec des huiles aromatiques et de l'essence de térébenthine), mettez des emplâtres de moutarde, donnez des infusions d'herbes et de miel - cela peut aggraver considérablement le bronchospasme et aggraver l'état du patient, ainsi que renforcer les réactions allergiques;
- utiliser des médicaments antitussifs qui suppriment le réflexe de toux (codéine et médicaments contenant de la codéine) et des antihistaminiques de première génération (diphenhydramine, suprastine, pipolfen) - ils contribuent à l'aggravation du débit de crachats dans le syndrome broncho-obstructif;
- appliquer des médicaments apaisants et autres (tous les médicaments sont prescrits par un spécialiste).

Médicaments pour le bronchospasme

La meilleure façon de traiter le bronchospasme chez les enfants et les adultes est une approche intégrée.

Les principaux groupes de médicaments prescrits pour le bronchospasme sont les suivants:

  • les médicaments anticholinergiques (médicaments contenant du bromure d’Ipratropium dans des aérosols dosés - Atrovent) et l’association médicamenteuse combinée (Ipramol Steri-Neb) de M-holinoblokatora + mimique adrénergique sélectif de β2;
  • bêta-2-agonistes (Berotek, Salbutamol, Ventolin, Serevent, Atimos);
  • méthylxanthines (théophyllines prolongées) - Teopek (avec prudence, ce médicament est prescrit aux patients insuffisants cardiaques).
  • La solution d'Euphyllinum n'est introduite que dans les conditions hospitalières selon des indications strictes (en raison d'un grand nombre d'effets indésirables du système cardiovasculaire);
  • glucocorticoïdes - les corticostéroïdes inhalés largement utilisés de nos jours, qui ont un effet systémique faible (budésonide, Budecort), les glucocorticoïdes systémiques (prednisone et autres), sont prescrits sous la surveillance d'un médecin et à l'hôpital;
  • agents mucorégulateurs (acétylcystéine, ambrobène, ambroxol, flavomed ou lazolvan) pour améliorer la décharge des expectorations.

Selon le facteur en cause, des antihistaminiques, des médicaments antiviraux et des antibiotiques sont également utilisés (en particulier si l'on soupçonne la persistance de pathogènes intracellulaires - avec le développement d'une pneumonie atypique, de bronchiolites causées par une infection à chlamydia et de mycoplasmes). Les médicaments de choix dans ce cas sont les macrolides (Josamycin, Spiromycin).

Bronchospasme chez les enfants

La sévérité des troubles respiratoires et la vitesse de progression du bronchospasme chez les enfants sont dues à la différenciation insuffisante du système broncho-pulmonaire et à l'immaturité du centre respiratoire chez l'enfant. Les parents de nombreux enfants sont donc au courant des manifestations cliniques du bronchospasme. Les facteurs de fond sont l’immaturité des systèmes immunitaire et allergique de l’enfant, la susceptibilité à la survenue d’infections respiratoires et de rhumes, et en particulier l’appareil respiratoire des jeunes enfants:

  • lumière étroite des voies respiratoires supérieures;
  • grande épaisseur des septa alvéolaires;
  • muqueuse douce et abondamment vascularisée (apport de sang);
  • développement insuffisant des muscles respiratoires;
  • disposition horizontale des côtes.

Le bronchospasme chez l'enfant se développe en raison d'une contraction soudaine des muscles de la paroi bronchique dans le contexte d'un rétrécissement intense des bronches. Dans ce cas, l'enfant commence à avoir une respiration sifflante et à haleter, des muscles intercostaux, la paroi abdominale sont impliqués dans l'acte de respiration, une fosse jugulaire et le gonflement des ailes du nez, le bleu des lèvres et le triangle nasolabial, la pâleur du visage et l'anxiété de l'enfant. Les risques de développer cette pathologie sont:

  • enfants partiellement malades (avec des récidives fréquentes de bronchite, laryngite, maux de gorge);
  • avec des maladies de rhume des foins et d'autres réactions allergiques;
  • les bébés atteints d'adénoïdite;
  • la présence de susceptibilité familiale aux processus bronchospastiques et aux réactions allergiques (asthme bronchique, maladies congénitales des bronches chez des parents proches);
  • dysplasie congénitale du tissu conjonctif (prolapsus de la valve mitrale, dyskinésie trachéobronchique).

À ce jour, il a été prouvé que 50% des bébés atteints de bronchite obstructive au cours de leur première année de vie présentaient des épisodes de bronchospasme répétés dans le contexte d’une infection virale des voies respiratoires, en particulier lors de la mise en place d’un rhinovirus et d’une infection par le rhinovirus..

Bronchospasme chez l'adulte

Le bronchospasme chez les patients adultes se développe dans la plupart des cas avec un asthme bronchique et des maladies pulmonaires chroniques (bronchite chronique, bronchectasie, pneumonie chronique). Il est provoqué par le tabagisme (y compris passif), une réactivité allergique accrue, la consommation d'alcool et certains groupes de médicaments, des tumeurs et des lésions du système trachéobronchique et des facteurs environnementaux.

Bronchospasme chez l'adulte - qu'est-ce que c'est et comment soulager une crise

Grâce au bon fonctionnement du système respiratoire, une personne peut vivre. Chaque jour, les bronches et les poumons traversent une énorme quantité d’air, saturant les cellules du corps en oxygène. En raison de certaines circonstances, la lumière bronchique peut être sujet à des spasmes.

Cette condition est dangereuse, elle nécessite une intervention médicale immédiate. Les personnes sujettes à un bronchospasme régulier doivent toujours porter des médicaments pour soulager les symptômes. Seul un médecin est compétent pour prescrire des médicaments et recommander des méthodes thérapeutiques.

Quel est le bronchospasme?

Le bronchospasme est appelé le rétrécissement de la lumière des canaux bronchiques. À ce stade, la personne commence à s'étouffer. L'état est aggravé par une attaque de panique. Le mécanisme de développement du bronchospasme est le même dans tous les cas, indépendamment du fait que ses causes peuvent différer.

  • Les bronches se rétrécissent en réponse à l'irritant, ne lui permettant pas de pénétrer plus bas. Une défense particulière du corps constitue un danger pour la personne elle-même.
  • La réaction provoque une réduction des muscles bronchiques. Ils sont compressés involontairement, après quoi ils ne peuvent pas revenir à leur position initiale.
  • Augmente la pression sur les bronches entrant à l'extérieur. Pour cette raison, les parois internes débordent de sang et gonflent.
  • Le dioxyde de carbone n'est pas échangé correctement, stagne dans le corps, ce qui provoque un étouffement. Le patient fait des respirations convulsives, mais à un moment donné, la place de l'oxygène se termine.
  • Il y a une privation d'oxygène menaçant le pronostic vital.

Vous devez connaître la pathologie, appelée "bronchospasme", selon laquelle il s'agit d'une condition dans laquelle une personne ne peut pas expirer. Le patient fait des respirations convulsives, en essayant d'éliminer l'attaque de suffocation commence.

Les symptômes

Quel est le bronchospasme, vous devez au moins connaître superficiellement tout le monde. Cet état se développe rapidement, en quelques minutes. Cependant, il existe des prérequis pour une attaque.

Si à ce moment, ne prenez pas de mesures visant à prévenir une attaque, vous pouvez voir un tableau clinique frappant.

  1. La respiration devient bruyante. Clairement entendu respiration sifflante avec des sifflets.
  2. Il y a un gonflement du cou et du visage. L'air dans les poumons serre la poitrine.
  3. Le manque d'une nouvelle portion d'oxygène et d'une surabondance de dioxyde de carbone provoque une décoloration de la peau. Le patient a la pâleur, vous pouvez voir la partie nasolabiale bleue.
  4. Les tentatives de normalisation de la respiration provoquent la pénétration et la saillie de l’espace entre les côtes. Les ailes du nez sont également activement impliquées.
  5. Le patient atteint de bronchospasme prend la position assise, donnant le corps en avant. Dans cet état, une illusion de soulagement est créée.
  6. Chez les jeunes enfants, les spasmes bronchiques sont presque toujours accompagnés d'une attaque de panique et de pleurs.

Raisons

Pour une tactique d’action correcte lors de l’arrêt d’une attaque, vous devez savoir comment elle est provoquée.

Les conditions préalables au rétrécissement des bronches sont des maladies infectieuses et inflammatoires du système respiratoire:

  • l'asthme;
  • la laryngite;
  • bronchite aiguë ou obstructive;
  • choc anaphylactique.

Les patients avec des diagnostics similaires devraient être plus attentifs à leur propre bien-être. L'attaque peut se développer soudainement. Les principales causes de bronchospasme incluent:

  • allergènes (produits ménagers, médicaments, aliments épicés);
  • produits chimiques (fumée, poussière, forte odeur de certains produits);
  • stimuli mécaniques (lors du diagnostic instrumental, entrée de corps étrangers dans les voies respiratoires);
  • intoxication par des infections virales ou bactériennes;
  • inhalation;
  • situations stressantes, maladies neurologiques;
  • changement climatique ou conditions météorologiques.

Le bronchospasme se produit également sur le fond des pathologies chroniques des voies respiratoires, aggravées pour le moment.

Bronchospasme chez l'adulte

Une attaque qui survient chez les adultes peut souvent être prévenue à un stade précoce. Selon les précurseurs, l'homme comprend le spasme qui approche et l'aide de certains moyens pour l'arrêter. Tout serait extrêmement simple s'il n'y avait pas les cas qui deviennent l'exception.

Le bronchospasme paradoxal est une affection dans laquelle le rétrécissement de la lumière bronchique est provoqué par la prise de certains médicaments visant à soulager une crise. Une personne qui tente d'arrêter ou de prévenir une pathologie utilise des médicaments qui provoquent une réaction individuelle.

Avec une sensibilité accrue du corps aux substances actives, l'effet inverse se produit. Le spasme paradoxal des bronches nécessite un traitement médical obligatoire et le choix d'un traitement alternatif ne provoquant pas une telle réaction.

Bronchospasme des enfants

Chez les enfants de moins de trois ans, le syndrome bronchastique est une maladie dangereuse. En raison de la structure particulière du système respiratoire, il provoque presque toujours des complications pulmonaires.

Souvent, les premières attaques se développent sur le fond des maladies infectieuses. Il existe également une forte probabilité de bronchospasme chez les enfants présentant des manifestations allergiques.

Chez les enfants, une cause fréquente de bronchospasme est la pénétration d’un corps étranger dans les voies respiratoires. Seul le personnel médical qualifié peut l'enlever correctement. Il est beaucoup plus facile d'empêcher les petites pièces de pénétrer dans les voies respiratoires d'un bébé que d'en éliminer les conséquences.

Comment soulager une attaque: premiers secours

La première et la plus importante chose à faire en cas d’étouffement est de provoquer une ambulance. En attendant l'équipe médicale, il est nécessaire d'assister le patient de manière indépendante.

Comme vous le savez, un spasme de la lumière bronchique provoque une allergie ou une odeur âcre. Pour l'éliminer, vous devez ouvrir la fenêtre et ventiler la pièce ou amener une personne sur le balcon. Sinon, vous devriez le faire si l'allergène est dans la rue.

  • Donnez une position confortable.

Le patient doit être assis en inclinant le torse vers l’avant. Dans le même temps, il est nécessaire de minimiser la pression sur la poitrine: enlevez les vêtements étroits, enlevez l'écharpe du cou, pour que rien n'empêche l'air d'entrer dans le corps.

Cela aidera à minimiser les manifestations désagréables de toute boisson alcaline. Il est important que ce ne soit pas froid ou très chaud. Eau minérale, lait, solution de soude non concentrée - voilà ce que l'on peut donner au patient. Vous ne devriez pas boire beaucoup, assez pour faire 2-3 gorgées.

Si l'attaque est répétée ou si la personne a des antécédents de maladies graves du système respiratoire, elle devrait connaître les médicaments approuvés. Habituellement, le médecin recommande aux asthmatiques de toujours emporter avec eux un inhalateur de poche ou des pilules qui soulagent les spasmes bronchiques.

Traitement

Le traitement du bronchospasme chez l'adulte nécessite une approche intégrée. Deux conditions doivent être remplies:

  1. arrêter un état pathologique;
  2. trouver les causes de son apparition et les éliminer.

Après normalisation de la fonction respiratoire, il est nécessaire d’appliquer les médicaments appropriés qui la soutiennent. Vous ne devez pas donner au patient des médicaments qui ne sont pas prescrits par le médecin.

L'automédication pour des spasmes des voies respiratoires inférieures est inacceptable. Vous devez savoir comment soulager le bronchospasme si une personne ou un enfant de votre environnement est sujet à cette maladie.

Médicaments dans le traitement du bronchospasme

Avant de supprimer le bronchospasme, vous devez vous assurer qu'il n'y a pas de réaction allergique à un médicament en particulier. Si vous avez les bons outils sous la main, vous pouvez agir vous-même en cas de forte crise d’asphyxie ou de longue attente de l’équipe médicale.

  1. Corticostéroïdes (Prednisolone ou Dexaméthasone) dans un volume de 2 ml, dilués avec 200 ml de solution saline. Les médicaments sont administrés goutte à goutte.
  2. Bronchodilatateur Euphilin à raison de 10 ml est injecté dans une veine. En l'absence d'injections, vous pouvez utiliser les comprimés ou les remplacer par de l'éphédrine.

Les autres médicaments pour le traitement des spasmes des organes respiratoires doivent être prescrits par un médecin. Leur utilisation indépendante peut provoquer une vague de nouvelles attaques, il faut donc faire attention. Voici ce qu'un spécialiste peut nommer un patient adulte:

  • moyens de détendre les muscles et d'augmenter la lumière des bronches (Salbutamol, Clenbuterol, Bronholitin, Singlon);
  • schémas posologiques pour les inhalateurs portables (salbutamol ou ventolin);
  • bronchodilatateurs, antispasmodiques anti-inflammatoires et anti-allergiques (Berodual, Fluticasone, Pulmicort);
  • les décongestionnants (prednisolone ou dexaméthasone);
  • agents mucolytiques (Ambrobene, ACC, Lasolvan, Fluimucil).

Avec l'utilisation intégrée des médicaments, il est important de respecter le schéma posologique. Par exemple, les bronchodilatateurs sont bien combinés les uns aux autres. Ils devraient être utilisés avant les mucolytiques, dans un quart d'heure. Ce n’est que dans ce cas que l’effet correct sera atteint et non l’effet opposé.

Actions interdites

Tous les moyens ne sont pas bons pour lutter pour une respiration facile. Certains médicaments sont strictement interdits en cas de spasme. En donnant ces médicaments au patient, vous ne faites qu'aggraver sa santé. Vous devez savoir quoi et pourquoi ne peut pas être utilisé.

  • Antihistaminiques de la première génération.

Il semblerait qu'ils éliminent les symptômes des allergies. Cependant, ces médicaments empêchent toujours la libération de mucus par les bronches.

  • Agents chauffants (huiles, pommades, emplâtres à la moutarde).

On pense que ces produits pharmaceutiques se réchauffent, détournent de la toux sèche et réduisent l'inflammation. Mais avec bronchospasme, ils augmentent les manifestations désagréables, augmentant la probabilité d'un résultat défavorable.

  • Huile aromatique, médicaments avec une odeur âcre.

Interdit pour les mêmes raisons que les agents chauffants. De tels médicaments peuvent être une impulsion supplémentaire pour les manifestations allergiques.

Médicaments interdits à base de codéine et d'autres substances actives. En cas de bronchospasme, ils ne contribueront pas à arrêter la toux, mais ils n’auront pas les meilleurs effets sur le centre respiratoire. L'utilisation de tels fonds est lourde d'insuffisance respiratoire aiguë.

Mesures préventives

Les personnes sujettes au bronchospasme doivent maintenir leur santé. Pour prévenir les attaques, vous devez mener une vie saine. Cesser de fumer, d’alcool et d’autres mauvaises habitudes minimise le risque de rechute.

La prévention des maladies inflammatoires et des infections s'effectue par tous les moyens connus: miel, canneberges, viorne, ail. Le maintien d'une forte immunité et la prise de médicaments prescrits par un médecin garantissent une longue absence de crises.

Causes du bronchospasme

Pour maintenir les fonctions vitales du corps, l'homme a besoin d'oxygène. Cependant, certaines pathologies entraînent un apport insuffisant en oxygène, provoquant une hypoxie. Les conséquences de l'hypoxie sont la mort des cellules du cerveau, du cœur et d'autres organes. Le bronchospasme aigu est l’une de ces pathologies. Quels facteurs contribuent au développement de cette maladie, quel est le danger d'un bronchospasme et est-il possible de la prévenir?

Bronchospasme - c'est quoi

Le bronchospasme n'est pas une maladie, mais un syndrome indiquant la présence d'une pathologie quelconque. Son apparition est causée par l’influence de facteurs gênants. En réponse à la pénétration d'un stimulus, le corps déclenche une réaction de défense sous la forme d'un spasme des muscles lisses des bronches. Une personne subit une attaque par suffocation - le symptôme principal qui, s’il n’est pas fourni avec une assistance opportune, entraîne souvent la mort.

Quels sont les symptômes caractéristiques du bronchospasme

La réaction protectrice du corps en contact avec l'irritant dans le système respiratoire ne se limite pas à un seul symptôme sous la forme d'un spasme. Pour faire face à l'élément étranger, les vaisseaux de la membrane muqueuse débordent de sang, provoquant un gonflement. Il y a une formation accrue de crachats - une sécrétion muqueuse épaisse, qui contient un grand nombre de substances ayant des effets antibactériens et antiviraux. La combinaison de symptômes sous la forme d'un spasme des parois des bronches et d'œdèmes conduit à un rétrécissement pathologique de leur lumière, de sorte que l'air ne peut pas librement passer aux alvéoles pulmonaires. Une attaque de bronchospasme provoque une insuffisance pulmonaire.

Le bronchospasme aigu se produit soudainement, cependant, les symptômes de son approche peuvent être vus plusieurs heures avant le début. Dans certains cas, les symptômes caractéristiques sont perceptibles pendant plusieurs jours. Ceux-ci comprennent:

  • malaise à la poitrine, décrit par les patients comme une sensation de crudité ou de lourdeur;
  • expiration accompagnée d'une toux sèche;
  • dyspnée croissante, asphyxie;
  • en raison du rétrécissement de la lumière de la bronche, il est difficile pour une personne d'inhaler;
  • quelques minutes avant le début d'une attaque, le patient apparaît craintif pour sa vie, paniqué;
  • une violation de l'écoulement des expectorations qui se produit pendant le bronchospasme, conduit à la difficulté de son écoulement;
  • le temps d'expiration augmente nettement;
  • en inspirant, les narines se rétractent;
  • les phanères deviennent pâles;
  • en cas d'attaque suffocante, la peau devient bleuâtre.

Autres symptômes

Un autre symptôme important est l'adoption par l'homme d'une posture inhabituelle dans laquelle la respiration est facilitée. En position debout, une personne incline le corps. S'il est possible de s'asseoir, les mains reposent sur une surface dure. Dans de telles positions, les poumons sont mieux remplis d’air.

Le bronchospasme chez l'enfant est accompagné de symptômes similaires. Cependant, c'est plus difficile que chez les adultes. Les attaques survenant à l'âge d'enfant entraînent de lourdes complications. Par conséquent, il est important de faire attention à la détérioration de l'état du bébé, accompagnée de symptômes caractéristiques, et de contacter un spécialiste qualifié.

Types de pathologie

La survenue d'un bronchospasme est toujours causée par un facteur irritant. L'asthme bronchique est la cause la plus courante de spasme des muscles lisses bronchiques. Cependant, de nombreuses autres pathologies et facteurs indésirables déclenchent le développement de cette réponse protectrice. Selon la maladie sous-jacente qui a provoqué le bronchospasme, il en existe deux types: caché et paradoxal.

Bronchospasme caché. Ce type de bronchospasme se développe dans le contexte des conditions pathologiques suivantes:

  • maladies allergiques du nasopharynx;
  • maladie cardiaque inflammatoire;
  • défaillance multiviscérale;
  • bronchite allergique;
  • rhinite allergique;
  • adénoïdite;
  • la laryngite;
  • la fibrose kystique.

Ce type de bronchospasme se caractérise par une évolution prolongée et l'absence de symptômes. Les manifestations du bronchospasme se produisent au moment où un irritant pénètre dans les voies respiratoires. En outre, l'état du patient commence à se détériorer progressivement. Il devient difficile pour une personne de respirer. Une inspiration bruyante est associée à un souffle sifflant.

Bronchospasme paradoxal. Ce type de pathologie se caractérise par un développement rapide et une forte détérioration de l'état du patient. Avec l'apparition de symptômes caractéristiques, le patient doit immédiatement donner les premiers soins et appeler une ambulance.

En attendant la brigade de médecins, ils retirent tous les vêtements contraignants du patient et lui fournissent de l'air frais. Si l'asthme bronchique est devenu la cause du développement d'un bronchospasme paradoxal, des bronchodilatateurs sont utilisés, des médicaments qui éliminent les spasmes des muscles lisses des bronches.

Règles de secourisme

Lorsque les premiers symptômes du bronchospasme apparaissent, vous devez immédiatement appeler une équipe d’ambulances. Il est inacceptable de se soigner soi-même, car de mauvaises actions peuvent aggraver l'état du patient et augmenter le spasme. Dans ce cas, il y aura un œdème pulmonaire, ce qui est fatal.

En prévision de l'arrivée des médecins, il est nécessaire de fournir les premiers soins au patient:

  • retirer de lui tout vêtement contraignant ou contraignant, déboutonner la ceinture du pantalon, desserrer sa cravate;
  • éloigner la victime des lieux si des substances fortement odorantes sont présentes;
  • ouvrir les fenêtres, fournir de l'air frais;
  • si le bronchospasme était une réaction allergique à la floraison de toute plante, il est recommandé de fermer les fenêtres hermétiquement;
  • détendre les muscles des bronches et enlever l'attaque aide l'eau minérale alcaline, qu'ils boivent sous une forme chauffée;
  • s'il existe des médicaments à la maison qui dilatent la lumière des bronches, ils peuvent être donnés au patient;
  • On élimine une attaque de bronchospasme chez les enfants en augmentant le taux d'humidité, en l'amenant à la salle de bain et en ouvrant de l'eau chaude.

Le danger de bronchospasme réside dans le développement rapide qui provoque la panique de la victime. Il faut se rappeler que la surstimulation aggrave l'état général en augmentant l'intensité de l'attaque. Il est donc très important de calmer la victime afin qu’elle puisse respirer normalement.

Quoi ne pas faire

Le bronchospasme survient soudainement lorsqu'une personne ne s'y attend pas et se perd donc dans une situation critique. Cette condition est particulièrement dangereuse pour les enfants. Les parents essaient par tous les moyens de sauver leur enfant en faisant des erreurs qui pourraient leur coûter la vie. Par conséquent, vous devez savoir quelles actions sont inacceptables en cas de bronchospasme.

L'utilisation de substances aromatiques. Le bronchospasme provoque souvent une hypoxie entraînant une perte de conscience de la victime. Il est animé par une odeur d'ammoniac ou d'autres substances à forte odeur. Si des symptômes de bronchospasme apparaissent, vous ne devez pas le faire. Il est interdit d'utiliser des huiles aromatiques pouvant améliorer le déroulement d'une attaque.

L'utilisation de médicaments antitussifs. Une attaque de bronchospasme est toujours accompagnée d'une toux, dont le but est de débarrasser les poumons des expectorations. Recevoir des médicaments qui suppriment la toux peut entraîner un blocage des voies respiratoires et la mort ultérieure d'une personne.

L'utilisation d'antihistaminiques. Ces médicaments doivent être prescrits par un médecin individuellement. Tous les antihistaminiques augmentent la viscosité des expectorations, qui disparaissent dans le bronchospasme et si mal.

Principes de traitement du bronchospasme

Le traitement du bronchospasme vise à éliminer la maladie sous-jacente à l'origine du développement d'une réaction protectrice. S'il est difficile pour le patient de respirer, un traitement conservateur est mis en place pour faciliter le soulagement de l'attaque. Le traitement peut être effectué en milieu hospitalier ou ambulatoire. La décision d'hospitalisation du patient est prise par le médecin en fonction de la gravité des symptômes et de la gravité de son état.

La pharmacothérapie implique l’utilisation de médicaments qui dilatent la lumière des bronches, éliminent l’œdème muqueux, diluent les expectorations et améliorent son écoulement. Ceux-ci comprennent:

  • adrénergiques, relâchant les muscles lisses (Berodual, Berotek, Astmopent et autres);
  • les glucocorticoïdes qui soulagent le processus inflammatoire (Pulmicort, Beclason et autres);
  • médicaments antiallergiques contenant de l’acide cromoglicique pour soulager les poches (Nalkr, Intal);
  • holinoblokatory - médicaments avec effet bronchodilatateur (Atrovent, Spiriva).

Bronchospasme: Premiers secours

Le bronchospasme est une affection aiguë qui se produit lorsque les muscles des bronches sont réduits et que la lumière est rétrécie. Pendant le bronchospasme, l'oxygène pénètre difficilement dans l'organisme et le dioxyde de carbone n'est pratiquement pas excrété. Si cette affection se prolonge, les tissus des organes souffrent d'insuffisance d'oxygène. Par conséquent, pour faire face avec succès au bronzospasme, il est important de fournir de toute urgence une assistance médicale au patient.

Quand bronchospasme se produit

Le bronchospasme peut se développer avec:

  • asthme bronchique;
  • bronchite aiguë (particulièrement souvent un bronchospasme chez les enfants de moins de 7 ans);
  • exacerbations de MPOC (maladie pulmonaire obstructive chronique) chez les fumeurs et les représentants de professions nocives;
  • réaction allergique grave à l'inhalation de substances irritantes (poussière, fumée de tabac, vapeurs d'essence, vapeurs d'ammoniac, émissions industrielles dans l'air);
  • choc anaphylactique;
  • effets indésirables de certains médicaments, tels que l’aspirine (survenant rarement en moyenne chez 1 patient sur 10 000);
  • exercice excessif chez les patients asthmatiques;
  • contact avec un corps étranger dans la lumière de la bronche, qui est également souvent trouvé chez les enfants jusqu'à 3 ans.

Comment reconnaître le bronchospasme:

  • la personne ressent le manque d'air, la lourdeur et la congestion dans la poitrine.
  • le patient prend une respiration rapide puis expire longuement et douloureusement, une respiration sifflante se fait entendre.
  • une toux douloureuse apparaît, souvent improductive, un peu de crachat visqueux peut se détacher.
  • des yeux bleus apparaissent sous les yeux et autour de la bouche, la peau est pâle, les veines se gonflent dans le cou, la poitrine est fortement dilatée.
  • le patient est tendu, essayant de prendre la pose pour calmer la respiration: le corps est incliné vers l'avant, les bras reposent sur une surface dure, la tête est tirée à l'intérieur, les épaules sont relevées.

Premiers secours en cas de bronchospasme:

  1. Appelez une ambulance si vous faites face à un bronchospasme pour la première fois, et également si la personne (surtout l’enfant) n’est pas asthmatique et que la crise s’est produite dans le respect d’une santé parfaite.
  2. Éliminez l’allergène s’il est avéré qu’il est la cause du bronchospasme. Fournir de l'air pur (ouvrir la fenêtre s'il n'y a pas d'allergie au pollen), rincer la gorge et rincer le nez avec de l'eau.
  3. Ne paniquez pas, calmez le patient, asseyez-vous et desserrez les vêtements serrés sur sa poitrine, enlevez sa cravate et sa ceinture.
  4. Appliquez l'un des moyens qui soulagent le spasme des muscles des bronches et élargit leur lumière (ils sont généralement disponibles chez les patients asthmatiques et ont déjà été prescrits par un médecin):

- inhalation via un inhalateur de poche ou un nébuliseur avec bronchospasmolytiques - béta2-adrénomimétiques et / ou m-cholinobloquants - à la posologie pour l'âge - Ventolin, Berotek, Berodual, Seretid, Atrovent;

- inhalation de glucocorticoïdes à faible efficacité bronchospasmolytique - Pulmicort, Beclasone;

- injection intraveineuse de prednisolone en cas de bronchospasme sévère et de patient «bleu»;

- injection d'épinéphrine (s'applique uniquement si le bronchospasme résulte d'un choc anaphylactique).

  • Donner au patient une boisson chaude. Il est conseillé de donner une eau minérale alcaline chaude, qui ajoute un peu de soude. 15-20 minutes après l'utilisation de bronchodilatateurs, les médicaments expectorants sont autorisés (Ambrobene, Fluimucil).
  • Attention! Si vous avez déjà eu un bronchospasme, si vous avez tenté de l'éliminer vous-même, mais que le soulagement complet n'a pas été atteint en moins d'une heure, appelez une ambulance.

    Le bronchospasme est une maladie éliminée avec succès par l'inhalation de médicaments bronchodilatateurs spéciaux, ce qui est préférable à l'injection d'hormones et, en particulier, d'adrénaline. Mais, bien sûr, tout le monde n’a pas ces médicaments dans la trousse de premiers soins et je ne vous recommanderai pas de vous rendre à la pharmacie pour les acheter. Par conséquent, si vous faites face à un bronchospasme pour la première fois, votre meilleur ami est calme. Appelez une ambulance et essayez de ne pas paniquer.

    Ce qui ne peut absolument pas être fait avec le bronchospasme:

    1. Donner des médicaments protivokashlevye.
    2. Frotter le patient avec divers baumes, huiles, miel, infusions aux herbes
    3. Prenez des sédatifs.

    C'est important! L'apparition d'un bronchospasme chez un adulte ou un enfant indique la présence d'une maladie ou d'une condition prédisposante, contre laquelle un rétrécissement marqué de la lumière bronchique est apparu. Par conséquent, après l'élimination du bronchospasme doit être examiné et d'identifier sa cause.

    Causes, symptômes et traitement du bronchospasme chez l'adulte

    Les médecins sont abasourdis! GRIPPE ET PROTECTION!

    C'est nécessaire seulement avant le coucher.

    Quel est le syndrome bronchospastique, ou bronchospasme, comme on l'appelle habituellement? Les experts ne la considèrent pas comme une maladie indépendante, car elle résulte d'une violation de la perméabilité des bronches. Ce dernier provoque des défaillances dans la ventilation des poumons, ce qui conduit à un grave manque d'oxygène. C'est pourquoi les premiers symptômes du bronchospasme sont un essoufflement et une sensation de suffocation. Dans cet article, nous examinerons les types de cette pathologie, les causes de sa survenue, les principaux symptômes, ainsi que les méthodes de mise en ventouse et de thérapie.

    Le syndrome bronchospastique peut être divisé en paradoxal et allergique.

    Allergie - la principale cause de bronchospasme

    • Le bronchospasme paradoxal est l'opposé de l'effet attendu de l'utilisation des bronchodilatateurs. En d’autres termes, lorsqu’il utilise ces médicaments, il est supposé détendre les muscles des organes respiratoires et éliminer l’obstruction bronchique, mais le spasme, au contraire, s’aggrave.
    • Le bronchospasme allergique est une réaction du corps à tout allergène. Cela peut être externe, c’est-à-dire entrer dans le corps depuis l’environnement, ou interne, jouer le rôle de substance produite dans le corps en réaction aux dommages causés aux organes et aux tissus.

    Dans le traitement du syndrome bronchospastique de nature allergique, l’allergène doit d’abord être éliminé.

    • Séparément, il est nécessaire de considérer ce type de bronchospasme comme étant caché. Dans ce cas, les symptômes de la pathologie n'apparaissent que lorsque le stimulus pénètre dans l'organisme. Cette forme de bronchospasme est souvent appelée paroxystique, car elle se caractérise par des attaques soudaines, augmentant rapidement.

    Raisons

    Dans la plupart des cas, le spasme bronchique chez l'adulte se développe dans le contexte d'une tendance aux allergies ou à l'asthme. Cependant, les facteurs de provocation peuvent être différents. Considérons les principaux.

    Allergènes

    Les causes les plus courantes de bronchospasme comprennent les allergènes. Voici les principaux:

    • ménage (poussière, plumes, duvet, etc.);
    • légumes (principalement du pollen végétal);
    • la nourriture;
    • épidermique (poils d'animaux, poils, etc.);
    • produits chimiques (colorants, conservateurs, etc.).

    Drogues

    Les spasmes des bronches peuvent également causer certains médicaments. Parmi eux se trouvent:

    • médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens;
    • antibiotiques et pénicillines;
    • les bêta-bloquants;
    • anesthésiques inhalés;
    • bloqueurs des canaux calciques;
    • agents qui affectent des récepteurs spécifiques.

    Il est recommandé de faire attention à leurs effets secondaires avant d'utiliser de tels médicaments.

    Maladies

    Le bronchospasme paroxystique caché se produit souvent sur le fond des maladies suivantes:

    • une bronchite;
    • la laryngite;
    • cardite;
    • la pollinose;
    • une pneumonie;
    • la rhinite;
    • la fibrose kystique;
    • périartérite nodeuse;
    • pathologie multiorganique;
    • les végétations adénoïdes.

    Autres raisons

    Parmi les autres causes de bronchospasme, il est important de souligner les points suivants:

    • intoxication à la suite de maladies respiratoires causées par un virus ou une bactérie;
    • mauvaises conditions météorologiques;
    • pénétration dans les voies respiratoires d'un corps étranger;
    • maladie aiguë sous-jacente (maladie pulmonaire obstructive, etc.);
    • effets sur le système respiratoire lors de procédures médicales;
    • intoxication due à une infection fongique.

    Parfois, la cause du bronchospasme peut aussi être un stress grave.

    Pathogenèse et symptômes

    Compte tenu de la pathogenèse du syndrome, on peut dire que le bronchospasme est une réaction de défense des bronches, qui se rétrécit lorsqu'elle est exposée à un stimulus, afin de ne pas le manquer plus bas, dans la zone pulmonaire. De tels phénomènes, accompagnés de compression des bronches, provoquent un rétrécissement de la lumière et, par conséquent, l'oxygène ne peut normalement pas traverser les voies respiratoires.

    Pour compenser la quantité d'air que le patient commence à prendre de profondes respirations, toutefois, les processus ci-dessus compliquent l'expiration, ce qui provoque l'accumulation d'oxygène dans les voies respiratoires inférieures, en interférant avec le flux de ses nouvelles portions dans le corps.

    Le bronchospasme est dangereux en premier lieu car il peut entraîner une privation d'oxygène et d'autres complications pouvant constituer un danger pour la vie.

    Le mécanisme de développement des symptômes de bronchospasme peut être observé aux stades précoce et principal.

    Insomnie - un symptôme précoce de bronchospasme

    Les premiers signes de bronchospasme sont les suivants:

    • dépression et fatigue;
    • inhalation normale et difficulté lors de l'expiration;
    • sifflant dans la poitrine en respirant;
    • mauvais sommeil

    Les principales manifestations du syndrome bronchospastique sont assez graves:

    • sensation de lourdeur et de congestion dans la région du sternum;
    • manque d'oxygène et sensation d'étouffement;
    • essoufflement;
    • toux douloureuse (parfois avec crachats);
    • sifflement distinct et respiration sifflante des poumons, que l'on peut entendre même de loin;
    • teint pâle et cernes sous les yeux.

    Avec l'apparition de ces symptômes de bronchospasme, il est nécessaire de prendre des mesures urgentes, car les conséquences peuvent être les plus graves.

    Diagnostics

    Pour déterminer le bronchospasme en utilisant les méthodes suivantes:

    1. Bronchophoneographie. C'est une technique acoustique qui vous permet de tester la fonction respiratoire chez l'adulte et l'enfant. Si des expectorations sont présentes, l'appareil aide à améliorer la respiration nasale pendant le bronchospasme.
    2. Oxymétrie de pouls Vous permet de contrôler la quantité d'oxygène dans le sang du patient, ainsi que le pouls lors d'une attaque.
    3. Capnographie. Il est prescrit pour évaluer la profondeur de la respiration. Ce dernier est détecté par la teneur en dioxyde de carbone dans l'air expiré du patient.

    Soins d'urgence des spasmes

    Comme les attaques de bronchospasme se produisent principalement la nuit, les parents et les amis du patient doivent savoir comment éliminer le bronchospasme le plus rapidement possible et savoir ce qui est nécessaire pour le soulager à la maison.

    La première aide d’urgence pour le bronchospasme comprend les activités suivantes:

    Une boisson alcaline est recommandée une demi-heure après l'attaque

    1. Élimination de l'allergène. Si la cause de l'attaque est l'effet d'un allergène, il est nécessaire de protéger le patient le plus rapidement possible, de retirer la pièce ou de ventiler la pièce.
    2. Position confortable. Vous devez déboutonner les vêtements serrés, retirer la ceinture, etc. Le patient doit être placé à moitié assis.
    3. Boisson alcaline. Vous pouvez boire du lait chaud avec une pincée de bicarbonate de soude ou de l'eau minérale tiède. Il est recommandé de donner ces boissons au patient seulement une demi-heure après l'attaque.
    4. L'inhalation. Ils sont utilisés pour soulager les bronchospasmes graves.

    Pour bronchospasme n'a pas causé de complications graves, il est nécessaire dès que possible de consulter un médecin.

    Traitement

    Le traitement du spasme bronchique chez l'adulte comprend généralement un traitement médicamenteux complexe et un traitement par des remèdes populaires.

    Drogues

    Pendant le traitement, le médecin vous prescrira certains des médicaments suivants:

    • Bronchodilatateurs. Ils sont généralement utilisés sous forme d'inhalateurs de poche en aérosol. Il est recommandé d'utiliser "Ventolin" et "Salbutamol".
    • Médicaments oraux bronchodilatateurs. Parmi eux, nommer Bronholitin, Singlon et Clenbuterol.
    • Glucocorticoïdes. Il est recommandé de les utiliser pour éliminer les poches. La dexaméthasone et la prednisolone sont plus couramment utilisées.
    • Mucolytiques et expectorants. Ils sont recommandés pour améliorer les pertes de crachats et réduire la toux. Parmi eux figurent Ambrobene et Fluimucil.
    • Inhalation par ultrasons. Ils sont réalisés à l'aide de solutions de bronchodilatateurs antispasmodiques, notamment de Berodual, de Fluticasone et d'Atrovent. Il est important de noter que ces médicaments peuvent causer des effets secondaires graves. Berodual, par exemple, doit être utilisé avec beaucoup de précautions en cas de problèmes du système cardiovasculaire.

    Récemment, le traitement du bronchospasme est souvent effectué à l'aide du médicament Eufillin. Il est utilisé sous forme de solution, de comprimés et de poudre. Il est important de noter que sous la forme d'une solution d'Eufillin est recommandé pour être utilisé uniquement à l'hôpital.

    Remèdes populaires

    Traiter le bronchospasme peut aussi être un remède traditionnel, mais avant de les utiliser, vous devriez consulter votre médecin et vous rappeler les règles suivantes:

    • Il est permis de conduire une thérapie avec des recettes traditionnelles, si le bronchospasme est répété pas moins de plusieurs fois.
    • Les remèdes populaires pour un tel traitement visent principalement à faciliter la décharge des expectorations et leur liquéfaction, ainsi que l’élimination maximale des processus inflammatoires.
    • Vous devez être absolument sûr que le produit que vous utilisez ne provoquera pas de réaction allergique, sinon les complications du bronchospasme sont inévitables et, au lieu de l'effet souhaité, vous ne pouvez que subir des dommages supplémentaires à la santé.

    Voici quelques recettes folkloriques efficaces qui aident à atténuer de manière significative les manifestations de la pathologie:

    1. Préparez un gruau à partir d'un gros oignon à l'aide d'une râpe ou d'un hachoir à viande, ajoutez-lui environ un verre de miel naturel et prenez le produit trois fois par jour dans une cuillère à soupe. Cette recette permet de se débarrasser rapidement de la toux avec bronchospasme.
    2. 10 g de medunitsa médicinale sous forme broyée doivent verser 200 ml d'eau bouillante, insister une heure et prendre une cuillère à soupe 3 fois par jour pendant un mois.
    3. Mélangez 500 g de miel naturel avec 250 g de café moulu et ajoutez une petite cuillère avant les repas pendant environ 20 jours.
    4. Pour frotter, on utilise de l’ail mélangé à de la graisse de porc. Cependant, il faut se rappeler qu'en présence de température, accompagnée d'un bronchospasme, le frottement est contre-indiqué.
    5. Pour liquéfier les expectorations et soulager l'inflammation, vous pouvez inhaler avec de la soude, du sel marin ou une goutte d'iode.

    Il est important de se rappeler que ces procédures peuvent simplement améliorer l'état du patient, mais qu'elles ne remplaceront pas le traitement médical du bronchospasme. Il est donc absolument impossible d'ignorer la prescription d'un médecin.