Analyse du sang et de la tuberculose chez les enfants et les adultes - indications de traitement, préparation, interprétation des résultats

Une maladie infectieuse dangereuse nécessite non seulement un diagnostic rapide, mais également une surveillance périodique des résultats du traitement. Pour la tuberculose, les tests sanguins sont considérés comme des méthodes informatives. Quelles sont les méthodes de recherche utilisées, en quoi diffèrent-elles? Lors de l’examen des méthodes de contrôle des paramètres sanguins, vous pouvez en apprendre davantage sur les caractéristiques d’analyse, d’informativité, de rapidité d’obtention des résultats.

Qu'est-ce que la tuberculose?

Une maladie infectieuse grave survient sous une forme chronique. La tuberculose est causée par une bactérie - la baguette de Koch (complexe Mycobacterium tuberculosis) - qui résiste aux influences extérieures. Les caractéristiques de cette maladie sont:

  • les organes respiratoires sont touchés - forme pulmonaire;
  • articulations touchées, os, ganglions lymphatiques, système urinaire - apparence extrapulmonaire;
  • l'infection se produit souvent par les gouttelettes en suspension dans l'air, moins fréquemment par le contact, par la nourriture, de la mère au fœtus par le placenta.

Dans la tuberculose, on distingue les formes de développement ouvertes et fermées. Dans le premier cas, le patient est contagieux, dangereux pour les autres, porteur et bactérie excréta. Il est traité dans des cliniques spéciales. Dans sa forme fermée, la maladie ressemble à un rhume, les microbes dangereux ne sont pas libérés dans l'environnement. Pour l'infection est caractérisée par l'apparition de tels symptômes:

  • humeur dépressive;
  • se détendre le soir;
  • fièvre basse;
  • transpiration excessive la nuit;
  • ganglions lymphatiques enflés;
  • perturbation de l'appétit;
  • sommeil agité;
  • la faiblesse;
  • toux
  • perte de poids;
  • tachycardie.

On pense que les personnes souffrant de mauvaises conditions sociales et de vie, avec un niveau de vie bas, souffrent de tuberculose. Les médecins estiment que le principal facteur d'apparition de l'infection est une diminution de l'immunité. Le bacille tuberculeux, pénétrant dans le corps, peut y rester longtemps et s'activer après une chute brutale des défenses de l'organisme. Les causes provocantes du développement de la pathologie sont souvent:

  • situations stressantes;
  • la grossesse
  • malnutrition;
  • maladies chroniques;
  • abus d'alcool;
  • Infection par le VIH;
  • la toxicomanie;
  • fumer

Test sanguin pour la tuberculose

Les principales méthodes de diagnostic d’une infection comprennent le test de Mantoux, pratiqué dans l’enfance, et la fluorographie chez l’adulte. Un test sanguin pour la tuberculose est considéré comme plus précis et informatif. Cette technique présente les avantages suivants:

  • pas de contre-indications;
  • le diagnostic est établi en peu de temps;
  • pas besoin de mener des études répétées;
  • les faux positifs sont exclus;
  • remplace le test de Mantoux chez un enfant en présence d'interdictions pour sa mise en œuvre.

Quels tests sont nécessaires pour réussir le patient avec une suspicion d'infection tuberculeuse, le médecin décide, compte tenu du tableau clinique. Plusieurs types d’études sont utilisés à différents stades de la maladie. Parmi les toutes premières méthodes obligatoires:

  • formule sanguine complète - détermine la présence dans le corps du processus inflammatoire;
  • recherche biochimique - en modifiant les protéines dans la structure du sang révèle la forme et le stade de la maladie.

Pour clarifier le diagnostic de tuberculose, effectuez d'autres types de tests sanguins. Les médecins prescrivent aux patients:

  • La PCR - réaction en chaîne de la polymérase - est informative, donne pendant une courte période une image complète de l’évolution de la maladie; elle est utilisée en cas d’infection extra-pulmonaire pour le diagnostic précoce, le suivi du traitement.
  • ELISA - dosage immuno-enzymatique - détermine la teneur en anticorps sanguins d'anticorps spécifiques de l'agent infectieux - l'étagère de Koch.
  • T-SPOT est une méthode de recherche moderne, utilisée pour l’infection par le VIH, caractérisée par la précision.

Quand il faut faire une analyse

Les enfants risquent de développer une tuberculose. En plus du fait que leur système immunitaire n'est pas complètement formé, la maladie peut affecter négativement toutes les fonctions corporelles. Des tests sanguins pour la tuberculose sont effectués:

  • les enfants en contact avec des personnes malades;
  • les bébés avec des résultats mitigés après le test de Mantoux;
  • citoyens entrant dans les établissements médicaux et éducatifs des enfants (jardins d'enfants, écoles).

Les indications pour l’étude sont le contact avec le porteur de la maladie. Donner du sang pour la tuberculose est nécessaire de ceux qui veulent travailler dans la restauration. Des analyses sont prescrites en cas de suspicion de processus pathologiques ou pour confirmer une infection par la tuberculose, lorsqu'un patient a constaté:

  • blackout dans l'image avec la fluorographie, la radiographie;
  • augmentation de la température dans la soirée;
  • réduction de poids;
  • toux chronique;
  • sueurs nocturnes;
  • faiblesse grave;
  • manque d'appétit;
  • sommeil agité avec cauchemars.

Numération sanguine complète de la tuberculose

Il n’existe aucun marqueur spécial permettant d’identifier cette maladie infectieuse. Un test sanguin de tuberculose révèle la présence d'inflammation et de processus pathologiques à certains stades. Lorsque vous déchiffrez, notez que dans le cas du développement:

  • infiltration (stade initial de la maladie) - la RSE augmente (vitesse de sédimentation des érythrocytes), les leucocytes changent peu;
  • forme diffusée (diffusion large) - voir une dégradation significative de la performance;
  • traiter le silence - les résultats sont normaux.

La numération globulaire est réalisée en laboratoire. Le patient fabrique le biomatériau de clôture pour l’étude du doigt. Les résultats sont prêts dans quelques heures. L'inconvénient de cette technique est que vous ne pouvez pas établir un diagnostic précis. Indicateurs importants lors du décodage des résultats:

  • ESR en cas de tuberculose - 80 mm / heure, ce qui indique un processus inflammatoire actif. La valeur normale pour les femmes est de 20 mm / heure, pour les hommes - 15;
  • le nombre de leucocytes - marquer l'excès (la norme est de 4 à 9 x 10 à 9 degrés / l);
  • nombre de lymphocytes diminué;
  • Le nombre d'éosinophiles a augmenté jusqu'à 8% (norme pour les adultes de 0 à 5 ans).

Lorsque vous déchiffrez l’analyse générale de la tuberculose dans le sang, appelez l’attention sur l’écart par rapport à la norme des globules rouges. Cet indicateur dépend de la nature de la maladie:

  • en forme lente, localisation ponctuelle de la lésion, le nombre est normal, mais leur couleur change, le taux d'hémoglobine dans l'érythrocyte diminue;
  • avec une infiltration significative, la taille des globules rouges et leur nombre diminuent.

Biochimique

Lors de cette étude, le sang est prélevé dans une veine, le résultat est obtenu le lendemain. Avec un bon décodage des indicateurs, il est possible d'identifier les maladies graves à un stade précoce. Malheureusement, un test sanguin biochimique pour la tuberculose ne fournit pas un diagnostic précis. L'étude vise à:

  • surveillance périodique du processus de traitement;
  • correction des troubles de l'homéostasie (assurant la stabilité de l'environnement interne du corps);
  • identifier les effets des médicaments, effets secondaires.

Dans la tuberculose, les paramètres sanguins biochimiques dépendent du stade de la maladie, des complications et des pathologies associées. En déchiffrant l'analyse notée:

  • dans le cas d’une infection inactive, les protéines totales et les fractions de protéines sériques sont normales;
  • dans le cours aigu de la maladie, dans le cas où la forme chronique de la tuberculose commence à progresser, le rapport albumine-globuline diminue (la norme est de 15, -2,3).

La recherche biochimique au cours du développement d’une infection bactérienne aide à suivre l’état du foie et des reins. Pour évaluer l'état de santé du patient, en particulier en cas de forme grave de la maladie, faites attention aux numérations sanguines suivantes pour la tuberculose:

  • bilirubine directe et totale (inférieure à la normale);
  • AST - aspartate aminotransférase (en augmentation);
  • ALT - alanine aminotransférase (augmente).

Avec cette méthode, les études permettent de déterminer rapidement la présence dans le sang d'anticorps spécifiques de l'agent de la tuberculose responsable de la tuberculose - la baguette de Koch. ELISA - dosage immunoenzymatique - utilisé comme alternative au test de Mantoux. Les résultats sont prêts dans deux heures. Lors de recherches en laboratoire:

  • le patient prélève du sang dans une veine;
  • le biomatériau est traité avec une solution spéciale;
  • attendre la formation d'une liaison entre l'antigène et l'anticorps;
  • avec un résultat positif, la réaction enzymatique est enregistrée.

Le manque d'analyse de l'ELISA - en l'absence de précision de 100%, l'incapacité de déterminer le stade de la maladie. Il est possible d’obtenir des résultats faux positifs et faux négatifs. Les anticorps antituberculeux détectés n'indiquent pas toujours la maladie. Un résultat négatif n'est pas nécessairement l'absence d'infection. L'amg immunoglobuline n'est pas détectée dans l'étude dans les cas suivants:

  • le stade initial de l'infection, quand il n'a pas encore été développé en quantité suffisante;
  • la présence de l'état d'immunodéficience du patient.

Un résultat positif est la présence de tuberculose dans les tests d'immunoglobuline Amg. Cela peut indiquer de tels processus dans le corps:

  • une forme active de la maladie qui n'est pas généralisée a été trouvée;
  • des immunoglobulines sont apparues à la suite de la vaccination récente d'un enfant contre la tuberculose ou d'une maladie antérieure (faux positif);
  • il y a des changements importants dans le traitement;
  • le patient a la tuberculose.

Diagnostic PCR

Les médecins prescrivent la méthode de la réaction en chaîne de la polymérase (PCR) s’il existe une hypothèse concernant le diagnostic et qu’il est nécessaire de la confirmer. Dans cette analyse, le biomatériau ne comprend pas seulement le sang, les expectorations, l'urine, le liquide céphalo-rachidien, les frottis génitaux et le pharynx. Les avantages de cette technique:

  • haute précision;
  • diagnostic de la maladie pendant la journée;
  • détection précise de la source d'infection sous forme extrapulmonaire;
  • identification de l'agent pathogène, voire d'une molécule à un stade précoce de la maladie;
  • le bon choix de méthodes de traitement;
  • surveiller les résultats du traitement.

Il n'y a pas de contre-indications pour cette étude. Il est utilisé pour diagnostiquer une infection chez les enfants, les femmes enceintes. L'absence de diagnostic PCR dans sa complexité. Nécessite des spécialistes hautement qualifiés dans le laboratoire. L'étude est conduite de la manière suivante:

  • faire un prélèvement sanguin dans une veine;
  • placé dans un ballon avec une substance spéciale, arrêtant le processus de coagulation;
  • les cellules sont isolées du plasma;
  • en utilisant la réaction de polymérase, l'ADN isolé de l'agent pathogène;
  • même la présence de plusieurs bâtons de Koch est la preuve d'un processus infectieux.

Analyse t-spot

C'est l'une des méthodes les plus modernes et les plus précises pour diagnostiquer la tuberculose. Pour mener une étude, le sang est prélevé dans une veine, la réaction du système immunitaire à la présence de micro-organismes est détectée. Les bactéries de la tuberculose contiennent des antigènes spécifiques. L'immunité réagit à eux - il y a une activation des cellules lymphocytaires, dont la présence est fixée dans l'étude. T-SPOT.TV est le nom international de la méthode, qui signifie:

  • T - cellules immunitaires;
  • SPOT - tache;
  • TV - la désignation de la tuberculose.

Au cours de l'étude, les taches qui se forment sur le site des cellules immunitaires spécifiques de l'antigène sont comptées. L'analyse révèle toutes les formes de la maladie. L'inconvénient d'une telle étude est que la phase active de l'infection ne peut pas être distinguée de la phase latente (latente). Aspects positifs de la technique T-SPOT:

  • haute précision;
  • manque de contre-indications;
  • la possibilité de recherche chez les personnes allergiques, les pathologies affectant le système immunitaire (diabète, infection à VIH);
  • aucun résultat faux positif;
  • obtenir des totaux dans une demi-heure.

Test sanguin pour la tuberculose à l'enfant

Dans l’enfance, un test à la tuberculine (Mantoux) est effectué pour détecter la tuberculose à des fins de prévention. Si un résultat positif, nommez des recherches supplémentaires. Dans le diagnostic complexe des maladies infectieuses utilisant une numération globulaire complète. Le décryptage est effectué sur les mêmes principes que les adultes. Les indicateurs dépendent de l'âge, de telles valeurs indiquent une inflammation:

  • ESR - augmentation (la norme est de 4-10 mm / heure);
  • leucocytes - une augmentation (plus de 4-8,8 x10 à 9 degrés / l);
  • l'hémoglobine est abaissée;
  • le nombre de neutrophiles (leucocytes immatures) dépasse 6%.

En cas de réaction allergique à Mantus, un test sanguin différent, moderne et extrêmement sensible, permettant de dépister la tuberculose chez l'enfant, est réalisé - QuantiFERON-TB Gold7. Avec son aide pour déterminer l'activité du processus infectieux, identifier la forme latente de la maladie. Parmi les méthodes efficaces de test de diagnostic de la tuberculose dans le sang des enfants, notons:

  • dosage immuno-enzymatique - détecte les anticorps dirigés contre les bactéries responsables de l'infection;
  • réaction en chaîne de la polymérase - détermine avec une grande précision le bacille tuberculeux de Koch par la présence de leur ADN dans le sang.

Test sanguin pour la tuberculose

La première étude prescrite par les médecins pour diagnostiquer une maladie insidieuse est un test sanguin de tuberculose. La forme pulmonaire ne possède aucun marqueur spécifique indiquant le stade et la nature de l'évolution de la maladie. Mais il est possible de suspecter la présence d'inflammation chronique et de lésions organiques dans les tissus du corps, grâce aux analyses.

Numération globulaire complète (KLA)

Les experts doivent être alertés par les écarts suivants par rapport à la norme dans la formule.

  • Changements dans les globules rouges. En cas de tuberculose cachée ou de lésion localisée, le nombre de globules rouges ne change pas. Les professionnels s'inquiètent souvent de leur clarification. La couleur perd sa luminosité en raison d'une diminution de l'hémoglobine dans la cellule. Seulement avec des lésions suffisamment graves du tissu pulmonaire, le nombre d'erythrocytes est réduit de manière significative, leur taille diminue, le nombre de réticulocytes, les globules rouges du «bébé», augmente. Les formes graves d'anémie sont caractéristiques des formes graves et avancées de la maladie.
  • Un changement dans la formule des leucocytes indiquera d’abord la présence d’un processus inflammatoire dans le corps. Dans la tuberculose chronique non compliquée, il se produit une augmentation du nombre de neutrophiles. Ces globules blancs sont produits lorsque l'immunité est confrontée à une infection bactérienne. Les promyélocytes apparaissent - normalement, les cellules immatures non trouvées dans le test sanguin général. Dans les formes sévères de tuberculose, les cellules immunitaires blanches changent sérieusement. Le processus de dégénérescence des neutrophiles commence, le nombre de lymphocytes dans le plasma sanguin et les éosinophiles diminue fortement. Tout cela suggère la formation de tissu mort et de pus dans la lésion.
  • Une augmentation de la vitesse de sédimentation des érythrocytes (ESR) indiquera un processus inflammatoire aigu. Dans l'ESR normale chez l'adulte, pas plus de 15 mm / h, chez l'enfant jusqu'à 10 mm / h. Une accélération à 50 mm / h chez l'enfant et à 80 mm / h chez l'adulte indique la mobilisation des défenses de l'organisme, la lutte contre l'infection.

Les modifications apportées à la formule sanguine de la tuberculose peuvent être similaires à celles de certains types de cancer ou de pneumonie. Par conséquent, l'ALK ne reste jamais la seule analyse dans le diagnostic de la maladie.

Biochimie sanguine

Au stade initial ou au stade latent de la tuberculose pulmonaire, l'analyse biochimique ne révélera probablement pas de déviations significatives. Ce n’est que dans le cas d’une infection grave du corps causée par une infection que le coefficient albumine-globuline est nettement réduit.

Méthodes alternatives pour le diagnostic de la tuberculose pulmonaire

Il existe des méthodes plus révélatrices et plus détaillées pour analyser le sang d’une personne en vue de détecter la présence d’une infection tuberculeuse.

  • Les tests de libération d'interféron gamma sont un test sanguin destiné à détecter la production d'interféron gamma en réponse à l'introduction de mycobactéries. Cette méthode est souvent utilisée comme alternative aux tests cutanés. Il est possible d'établir la présence d'agents pathogènes de la tuberculose chez l'homme avec une précision de cent pour cent.
  • Le test quantiferon est souvent utilisé chez les enfants présentant des réactions allergiques sévères à la tuberculine. Il vous permet également de déterminer la présence dans le sang d'un interféron gamma spécifique à une personne.
  • Analyse TAM-TV - le dernier développement de scientifiques suisses dans le diagnostic de la tuberculose chez l'enfant. Grâce à son aide, il est supposé obtenir des résultats rapides et précis grâce à la détection dans le sang de modifications de la structure des lymphocytes T sous l'influence de mycobactéries.

Ces deux tests ne font pas la distinction entre les formes actives et latentes de la tuberculose. En plus, ils sont assez chers. Le coût de la recherche est élevé en raison de l'importation de réactifs.

Types de tests pour le traitement

Au cours du traitement de la tuberculose pulmonaire, une surveillance constante de l’état du patient et de la numération sanguine est nécessaire. La difficulté du traitement réside dans la résistance de certaines souches de bactéries aux antibiotiques. En outre, le traitement a lieu sur une longue période et peut durer de un an et demi à deux ans. Des recherches régulières et approfondies vous permettront de faire face plus rapidement à la tuberculose pulmonaire et d’empêcher sa transition vers une forme ouverte sévère. Pour une enquête détaillée, les types d’études suivants sont combinés.

Diagnostic PCR de la tuberculose

La méthode de réaction en chaîne de la polymérase est la plus informative. Il est utilisé pour le diagnostic primaire précoce, aide à déterminer le degré et la sévérité du cours, ainsi que pour examiner les patients en rémission.

Un test PCR révèle:

  • bacilles de la tuberculose progressive;
  • les foyers de tuberculose extrapulmonaire et leur localisation;
  • nature de la maladie;
  • récurrence de la maladie.

Cette méthode est la plus informative aujourd'hui. Il convient de noter la vitesse d'obtention des résultats de recherche en utilisant la PCR. Dans les 36 à 48 heures, le tableau complet de l'évolution de la maladie sera visible. Dans les formes sévères, ainsi que dans le traitement de la tuberculose chez les enfants, l'efficacité de l'obtention de données est importante.

Test sanguin général

La numération globulaire est contrôlée 1 à 2 fois par mois. Cela est nécessaire pour contrôler le déroulement du traitement. Des améliorations de la formule leucocytaire et une diminution de la RSE constitueront la preuve d'un traitement bien choisi.

Essai d'immunosorbant lié à une enzyme (ELISA)

Ce type de recherche permet de détecter des anticorps spécifiques du bâton de Koch dans le sang humain. ELISA est moins couramment utilisé pour contrôler l'évolution de la maladie et est plus susceptible d'être utilisé pour les méthodes de diagnostic. Cependant, le titre en anticorps peut indiquer la gravité du processus provoqué par une infection tuberculeuse. Par conséquent, certains experts recommandent un dosage immunologique comme méthode supplémentaire d’examen.

Test sanguin biochimique

La biochimie est prescrite pour le traitement de la tuberculose, pas tant pour évaluer le déroulement du traitement que pour surveiller les paramètres sanguins. Il est important de comprendre que les antibiotiques et autres médicaments prescrits pour le traitement de cette maladie sont hautement toxiques et peuvent, malheureusement, avoir un effet négatif sur le fonctionnement des organes et des glandes. En faisant un don de sang veineux une fois par mois, vous pourrez suivre les processus dégénératifs pathologiques dans le temps et vous prescrire des hépatoprotecteurs, des complexes vitaminiques ou d’autres médicaments auxiliaires.

Analyse biochimique de la tuberculose

La réalisation d'études biochimiques ciblées nous permet d'identifier l'état des processus métaboliques, l'activité hormonale du corps et la pathologie associée. Les changements biochimiques identifiés au début du traitement de la tuberculose active ne sont pas spécifiques et indiquent la présence d'une phase aiguë d'inflammation.

Le complexe minimal des études biochimiques à ce stade comprend l'étude du spectre protéique du sérum sanguin, de la protéine C-réactive, la détermination de l'acide sialique et la formulation de la réaction de diphénylamine. L'activité latente du processus tuberculeux aide à révéler le test protéine-tuberculine décrit ci-dessus.

Les études biochimiques aident à identifier les patients présentant une pathologie concomitante. Cela revêt une grande importance pour le choix des méthodes de traitement.

Parmi ces études biochimiques rôle important pour la détermination du sucre dans le sang, l'évaluation de l'état de fonctionnement du foie (alaninaminotrasferaza (ALT), le rapport asparaginaminotrasferazy (AST) ALT, les poumons de degidrogeneza lactate (LDG5) test bromsulfaleinovaya, bilirubine directe et indirecte, le sang, les lipoprotéines, thymol échantillon), reins (échantillon Reberg-Tareev, détermination de l'urée, azote résiduel dans le sang), évaluation de l'inactivation de GINK (en fonction de la teneur en GINK et de leurs métabolites dans l'urine), évaluation de l'état fonctionnel du cortex ochechnikov (17-KS, 17-ACS dans les urines, 11-ACS et corticostérone dans le sang).

La réalisation de ces études contribue à la détection précoce du diabète sucré, d'une pathologie du foie, des reins, des glandes surrénales, qui peuvent avoir une signification indépendante ou être associées à l'apparition et au développement de la tuberculose.

23. Test sanguin clinique et biochimique de la tuberculose.

L'intoxication, les modifications de la réactivité de l'organisme et les lésions tissulaires chez les patients atteints de tuberculose entraînent divers changements dans le système hématopoïétique. Le rôle essentiel est joué non seulement par la forme, mais également par la phase et la dynamique du processus. Avec ses formes limitées et inactives, le nombre de globules rouges est généralement dans les limites de la normale et il n’ya aucun signe d’anémie. Avec des infiltrats massifs ou une pneumonie au fromage, avec une lymphadénite caséeuse étendue, des lésions intestinales spécifiques, une atteinte du foie, de la rate, de la moelle osseuse, ainsi qu'après des saignements pulmonaires ou postopératoires majeurs, le nombre d'érythrocytes diminue et leurs modifications morphologiques (oligo et polychromesie), et anémie parfois mégaloblastique, aplastique ou mixte (mégaloblastique et carence en fer). Dans le même temps, le nombre d'érythrocytes pas complètement matures - réticulocytes (plus de 0,5 à 1%) et le nombre de plaques de sang (plus de 250 000 à 300 000) augmentent. De même, la fonction érythropoïétique de la moelle osseuse change. Le plus souvent et dans une plus large mesure en cas de tuberculose, mais principalement dans ses formes marquées, progressives et compliquées, le leucogramme change. Dans certains cas, il peut y avoir une leucocytose modérée (jusqu'à 10 000-15 000 leucocytes), rarement une leucopénie.

Le nombre de neutrophiles augmente, tant en termes absolus que relatifs, en raison de la forme de bandes (jusqu'à 15-20%). Dans le même temps diminue le contenu des lymphocytes (jusqu'à 8-15%). Avec un processus d'infiltration prononcé et prolongé et un ensemencement bronchique important, la granularité pathologique des neutrophiles apparaît.

La teneur en éosinophiles dans le sang périphérique varie également en fonction de la phase du processus et de l'état allergique du corps. Leur nombre diminue jusqu'à l'anéosinophilie lors d'épidémies graves et prolongées et, inversement, augmente (jusqu'à 8-10%) avec la résorption d'infiltrats et d'épanchements pleuraux, ainsi que dans les formes précoces de tuberculose primitive. Dans ce dernier cas, la monocytose est souvent également déterminée simultanément.

Le profil des plaquettes sanguines périphériques est caractérisé par une augmentation de la proportion de formes d'irritation et d'éléments dégénératifs, en raison du degré d'activité du processus et de l'intoxication.

Parmi les nombreux tests biochimiques couramment utilisés dans la pratique clinique, l'étude de la composition des protéines sanguines, qui jouent un rôle très important dans les fonctions physiologiques et l'homéostasie du corps, dans l'état de l'immunité, le développement et l'évolution des réactions inflammatoires, etc., présente une certaine valeur. La composition protéique du sang dans la tuberculose dépend non seulement de sa forme, mais principalement de la phase du processus, de ses complications et des diverses maladies associées. Chez les patients présentant des modifications spécifiques inactives dans les poumons et d'autres organes du sérum, le contenu normal en protéines totales, fibrinogène, fractions protéiques et glycoprotéines est déterminé; il n’ya pas de protéine C-réactive, pas d’ESR augmentée, pas d’écart dans les tests de coagulation, etc. Dans les formes fraîches, particulièrement aiguës, de la maladie, ainsi que dans l’exacerbation et la progression du processus chronique, la dysprotéinémie et parfois l’hypoprotéinémie, par exemple, des changements quantitatifs et qualitatifs dans la composition des protéines se produisent en tant que manifestation d'une réponse humorale non spécifique aux changements pathologiques dans le corps. Dans ce cas, le ROE augmente, les tests de coagulation changent, la protéine C-réactive apparaît, le taux de fibrinogène augmente, le rapport quantitatif des fractions protéiques et le contenu en composés protéiques-glucidiques (glyco-mucoprotéines, séromucoïdes) dans le sérum et le plasma sont perturbés.

Carnet de Phthisiologie - Tuberculose

Tout ce que vous voulez savoir sur la tuberculose

Méthodes de recherche biochimiques pour la tuberculose

A. G. Khomenko

Les méthodes biochimiques permettent d’évaluer l’état des systèmes de régulation humorale et les liens individuels des processus métaboliques, l’état fonctionnel des organes endocriniens et parenchymateux.

La combinaison de ces composants constitue l'état individuel de la réactivité non spécifique du corps du patient, qui est déterminée par les facteurs génétiques, l'âge, la présence de maladies concomitantes, les allergies, ainsi que la phase, la durée et la prévalence du processus tuberculeux dans les poumons.

Les études biochimiques menées au cours de différentes périodes d'observation des patients ont des tâches différentes. Lors du premier contact du patient avec le médecin, les problèmes de diagnostic, la détermination de l'activité et la gravité des modifications tuberculeuses dans les poumons, le choix des méthodes optimales de traitement spécifique et pathogénétique sont résolus. Les changements biochimiques dans le développement de tout processus inflammatoire ne sont pas de nature spécifique, aucun des tests biochimiques ne peut servir de critère de diagnostic absolu.

Pour évaluer la présence et la gravité du processus inflammatoire, il est conseillé d’inclure la détermination de la quantité d’haptoglobine, de céruloplasmine, de protéine C-réactive (CRP) dans le complexe d’études minimal. Afin d'identifier la réactivité cachée du processus de la tuberculose, E. E. Rabukhin et R.A. Ioffe ont proposé un test protéine-tuberculine. Les fractions de protéines sériques sont déterminées avant l'administration sous-cutanée de 20 TE PPD-L et 48 heures après l'administration.

En présence d’une activité latente, sous l’influence de la tuberculine, l’inflammation des foyers se «régénère», ce qui se traduit par une augmentation du nombre de fractions de la α2-globuline; l'échantillon est considéré comme positif avec une augmentation de plus de 10% des a2-globulines par rapport au niveau initial. La sensibilité du test est modérée, en particulier chez les patients adultes. Le test de provocation à la tuberculine est plus sensible lorsqu'il est utilisé comme référence pour la teneur en haptoglobine. L'évaluation des résultats est similaire à celle ci-dessus. Avec une augmentation de la teneur en haptoglobine d'au moins 10% de l'échantillon, est considéré comme positif.

Depuis ces dernières années, on assiste à une augmentation de la fréquence des associations de tuberculose et de diabète sucré, il est nécessaire de déterminer le taux de glucose dans le sang chez tous les patients lors de leur admission à l'hôpital. Aux valeurs limites supérieures à 5,55 mmol / l (limite supérieure de la normale), il est nécessaire de tester la tolérance au glucose (charge de 50 g de glucose, puis détermination de son niveau dans le sang au bout de 1 et 2 heures). Pour évaluer l'état du foie, il est nécessaire de se faire une idée de l'intégrité de son parenchyme, ainsi que de l'état des fonctions biliaire, antitoxique et synthétique.

Le plus largement utilisé pour le diagnostic des lésions hépatiques parenchymateuses était la définition de l'activité de l'alanine et de l'aspartate aminotransférases (ALaT et ASaT). La TASA est contenue non seulement dans les hépatocytes, mais également dans les cellules du myocarde et les muscles striés. Par conséquent, lors d’un infarctus du myocarde et d’une lésion massive du tissu musculaire (par exemple, lors d’une intervention chirurgicale), l’activité de cette enzyme dans le sang peut augmenter pendant une courte période chez les patients présentant un foie intact.

Une augmentation de l'activité de l'ALAT et du rapport ACaT / ALaT, qui varie normalement de 1, est significativement plus spécifique pour les lésions hépatiques parenchymateuses. Une augmentation de l'activité des aminotransférases à un taux double indique généralement des lésions modérément prononcées et supérieures à la norme doublée et même plus que triplée image de l'hépatite parenchymateuse.

Une augmentation de l'activité de la lactate déshydrogénase-5 (LDH5) dans le contexte de la dynamique positive du processus pulmonaire et de la bonne subjectivité du traitement est un signe précoce de l'atteinte médicamenteuse initiale des hépatocytes avant leur manifestation clinique. L'activité d'autres enzymes, spécifiques à un organe exclusivement pour le foie (fructose-1-monophosphate aldolase, urokininase) est également déterminée.

Une compréhension précise de la fonction antitoxique du foie donne une étude fractionnée de la bilirubine dans le sang. Si la liaison de la bilirubine au foie est altérée, la teneur en bilirubine indirecte (libre) dans le sang augmente modérément, tandis que la réaction directe reste négative. Une hémolyse importante peut se produire lorsque le foie n'a pas le temps de "faire face" à un grand nombre de bilirubine libre entrante (jaunisse hémolytique).

Cependant, une hémolyse importante a généralement d'autres manifestations (anémie, apparition de jeunes formes d'érythrocytes). En dehors de l'hémolyse, une augmentation du niveau de bilirubine indirecte avec une réaction directe négative indique une violation de la fonction antitoxique du foie (la capacité de former des composés appariés) et accompagne souvent (et précède parfois) le développement de réactions indésirables aux médicaments antituberculeux.

Une variante de l'évaluation de la fonction antitoxique du foie est l'étude de sa fonction excrétrice, qui est réalisée à l'aide d'un test à la bromsulfaleine. Ce test est très sensible, d’exécution simple et vous permet d’obtenir des données fiables pour la prédiction et la détection précoce des effets secondaires des médicaments.

Une violation de la fonction biliaire du foie (cholestase) est indiquée par une augmentation de la teneur en sang des composés qui sont des composants normaux de la bile (bilirubine directe, phosphatase alcaline, y-glutamyl transpeptidase, lipoprotéines). Si le nombre de ces composés augmente et que l'activité des aminotransférases reste dans la plage normale, pensez à la cholestase, si les deux indicateurs augmentent simultanément - à propos de l'hépatite parenchymateuse.

Les modifications du parenchyme résultent souvent de l’utilisation de médicaments hépatotoxiques et de phénomènes de cholestase - avec le développement de réactions allergo-toxiques avec tous les médicaments. Des échantillons pour la stabilité colloïdale des protéines de lactosérum aident à identifier l'hépatite parenchymale et interstitielle (paraspécifique, toxique-allergique). Les variantes de ces échantillons sont sublimées, test de Veltman, réaction de Takala-Ara, test de thymol.

Avec le développement des allergies aux médicaments, les reins sont souvent impliqués dans le processus, ce qui entraîne l'apparition d'une glomérulite et d'une vascularite allergiques. Par conséquent, une étude fonctionnelle des reins est nécessaire non seulement avant le début du traitement, mais également au cours de celui-ci. Les indications de telles études répétées sont l'utilisation d'antibiotiques potentiellement néphrotoxiques (2 mois après le début du traitement puis tous les mois) et le développement de réactions allergiques prononcées à un médicament (dans les 1-2 jours suivant la réaction).

Les informations minimales et en même temps suffisantes pour évaluer l’état des reins sont fournies par la détermination de leurs fonctions de filtration, de concentration et d’extraction de l’azote. Le test de Reberga-Tareev, complété par la détermination du taux d'urée ou d'azote résiduel dans le sang, répond à toutes ces exigences.

Dans la première étude, une diminution modérée du processus initial de formation de l'urine - filtration glomérulaire - à environ 60 ml / min - peut accompagner la phase infiltrante du processus tuberculeux (rein infectieux). Une telle diminution ne constitue pas une contre-indication à l'utilisation d'antibiotiques potentiellement néphrotoxiques et, à mesure que les effets de l'intoxication par la tuberculose sont supprimés, le taux de filtration glomérulaire augmente souvent. La réduction de la filtration pendant le traitement doit être considérée comme une manifestation des effets secondaires des médicaments. La filtration glomérulaire initiale en dessous de 60 ml / min reflète la présence de complications de la tuberculose (amylose, insuffisance cardiaque) ou de maladies rénales associées.

Dans tous ces cas, à l'exception de l'insuffisance cardiaque, la nomination d'antibiotiques potentiellement néphrotoxiques n'est pas souhaitable, car, d'une part, dans la pathologie rénale initiale, leur effet néphrotoxique est plus souvent détecté et, d'autre part, ces antibiotiques sont excrétés principalement par le mécanisme de filtration glomérulaire et avec une la réduction de ce dernier est le cumul possible de médicaments dans le corps avec une augmentation de leur effet ototoxique.

Avec le développement de l'allergie au médicament, ainsi que dans les premiers stades de l'amylose (dans les deux cas en raison d'une augmentation de la perméabilité du filtre glomérulaire), une augmentation pathologique de la filtration glomérulaire est parfois observée - plus de 150 ml / min. La diminution de la concentration rénale, mise en évidence par une diminution de la réabsorption d'eau dans les tubules en dessous de 97% et un indice de concentration de créatinine endogène inférieur à 40, indique toujours une limitation et une prévalence significatives du processus pathologique dans les reins et de l'insuffisance fonctionnelle des reins.

L'azote des reins n'est pas altéré pendant longtemps, mais pas moins de 30% du parenchyme rénal est préservé. Par conséquent, une augmentation de la quantité de scories azotées dans le sang pendant le processus de traitement (et même dans les limites de la normale) devrait attirer l’attention, et un dépassement de la limite supérieure de la norme indique toujours une insuffisance rénale.

Le prochain aspect de la recherche biochimique initiale est l’évaluation de la capacité du patient à métaboliser les médicaments. L’effet du traitement ainsi que la fréquence et la gravité des réactions secondaires toxiques dépendent en grande partie de la «hauteur» des concentrations maximales et de la durée de la circulation des médicaments dans le sang, ainsi que des voies de leur neutralisation (inactivation).

Ainsi, le taux d'acétylation de GINK dans le corps avec le fonctionnement complet du foie est déterminé génétiquement, ne change pas avec l'âge et pendant le traitement. Toutes les personnes sont divisées en inactivateurs lents et rapides (acétylants) en fonction de la vitesse à laquelle ils acquièrent l'acétylation de GINK. Dans les inactivateurs lents, les processus d'oxydation microsomale dans le foie sont impliqués dans le métabolisme de GINK et la formation de produits plus toxiques que l'acétylisoniazide.

Le HINK libre et ses produits métaboliques sont excrétés par les reins, de sorte que la nature de l'inactivation du médicament dans l'organisme peut être jugée par le contenu de ces composés dans l'urine (quotidiennement ou par portion). Il est conseillé de déterminer le type d'inactivation au tout début pour déterminer le schéma thérapeutique (dose, rythme).

Parmi les systèmes de régulation humorale, l’état du système sanguin à la kallikréine-kinine (CS) accorde beaucoup d’attention à la formation d’une réactivité non spécifique. Le COP dans le corps remplit la fonction d'adaptation physiologique de la circulation sanguine aux conditions changeantes de l'environnement externe et interne. L'activation locale du CS provoque une hyperémie locale, une augmentation de la perméabilité vasculaire, une chimiotaxie des neutrophiles.

En fait, il s’agit d’une réaction de défense en cas de lésion tissulaire, mais si le contrôle physiologique au sein du système est perturbé, il peut s’agir d’un facteur inflammatoire incontrôlable. Dans les réactions allergiques, la formation de complexes antigène-anticorps entraîne une activation généralisée du CS avec une augmentation totale de la perméabilité vasculaire et une diminution de la pression artérielle.

Les phases précoces du processus actif de tuberculose dans les poumons sont accompagnées d'une activation adaptative compensée du CS, qui se manifeste par une augmentation uniforme et équilibrée du contenu de tous ses composants (précurseurs, kallikréine, enzyme formant la kinine, enzymes kininoratsruyuschih).

Les personnes présentant une activité douteuse du processus pathologique après l'administration sous-cutanée de 20 TE PPD-L après 24 heures affichent une nette augmentation du niveau de kallikréine et, après 48 heures, l'activité de la kininase I destructrice de la kinine augmente, ce qui permet d'utiliser ce test comme l'une des variantes des tests de provocation à la tuberculine.

Avec le développement de la destruction, de l'intoxication grave, de la généralisation du processus, au plus fort des réactions allergiques et toxico-allergiques, le COP est activé en raison d'un taux élevé de kallikréine tout en supprimant l'activité des enzymes détruisant la kinine (parfois avec épuisement des précurseurs). Une telle condition de la COP sert de facteur pathogénétique dans le développement de ces conditions et nécessite une correction médicamenteuse avec des médicaments antikinine [Kaminskaya G. O. et al., 1979; Svistunova A.S., 1980; Makinsky A.I., 1981; Keleberd K. Ya et al., 1982].

Le système de biorégulateurs universels de prostaglandines, les prostaglandines (PG) et les médiateurs intracellulaires qui leur sont associés, ainsi que les substances biologiquement actives, les nucléotides cycliques (AMPc et GMPc), jouent un rôle non négligeable dans la détermination de la nature de la réponse du corps à l'introduction de l'agent responsable de la tuberculose. PG de différentes classes (E et F2a
ont un effet puissant et multidirectionnel sur l’état de la perméabilité vasculaire et le chimiotactisme des cellules phagocytaires, ainsi que sur les réactions de l’immunité cellulaire. Une évolution favorable du processus tuberculeux s'accompagne d'une augmentation équilibrée du niveau d'IG E et, avec la progression du processus, des relations physiologiques entre les deux classes d'IG sont perturbées [Sokol TV, 1984].

L'amélioration des processus de peroxydation lipidique (LPO) exerce un effet significatif sur l'état de réactivité non spécifique. En cas d'intoxication tuberculeuse, une telle augmentation devient universelle, ce qui a une incidence défavorable sur le déroulement du processus local, la tolérance à la tuberculostatique et la gravité des modifications fibrotiques résiduelles.

Les méthodes biochimiques nous permettent d’estimer l’intensité du POL par le nombre de produits initiaux et finaux de ce processus (conjugués de diène, dialdéhyde malonique) et le degré de protection antioxydante endogène (activité antioxydante, teneur en antioxydant naturel α-tocophérol dans le sang). La gravité et l’équilibre des processus POL sont clairement corrélés à la phase du processus tuberculeux et au degré d’intoxication, et servent en même temps de raison et de critère pour l’utilisation du traitement antioxydant.

L'activité des systèmes de régulation humorale est largement déterminée par l'état fonctionnel du cortex surrénalien. En raison de la nature adaptative de cet organe dans les formes fraîches de tuberculose pulmonaire, la fonction du cortex surrénalien est "excitée", ce qui augmente la production de glucocorticoïdes anti-inflammatoires et de minéralocorticoïdes pro-inflammatoires.

Le rapport entre la libération de ces deux classes d'hormones chez différents patients peut varier considérablement. Avec la prévalence relative des glucocorticoïdes anti-inflammatoires, des conditions préalables sont créées pour limiter le processus et son flux de torpilles, et un excès de minéralocorticoïde (dysporticisme), au contraire, provoque la nature exsudative du processus susceptible de progresser. De plus, dans ce dernier cas, le ratio de corticostéroïdes est beaucoup plus élevé que la possibilité d'effets indésirables des médicaments antituberculeux [Guriev IG, 1974].

Avec une durée connue du processus et une sévérité d'intoxication, les réserves fonctionnelles du cortex surrénalien s'épuisent progressivement. Au début, cet épuisement est de nature latente: la teneur en hormones dans le sang et leur excrétion dans l'urine sont augmentées. Cependant, ce niveau est limitant et, à charge d'ACTH, la fonction du cortex surrénalien n'augmente pas, il existe parfois un effet paradoxal. En situation de stress (chirurgie), une insuffisance cardiovasculaire aiguë peut évoluer jusqu'à un effondrement et un choc.

Chez les patients atteints de tuberculose pulmonaire chronique avec une maladie de longue durée, les réserves fonctionnelles du cortex surrénalien sont complètement épuisées et le corps ne peut plus répondre adéquatement à la charge supplémentaire, mais assure également un niveau physiologique d'hormones dans le sang.

Dans de telles conditions, il existe un état d'hypofonction du cortex surrénalien (hypocorticisme, "petit addisonisme"), qui est détecté cliniquement et crée les conditions préalables d'un développement progressif aigu de la tuberculose dans les poumons et d'une faible tolérance à la tuberculostatique. Si l'état d'hypofonctionnement latent des glandes surrénales revêt une grande importance en chirurgie, l'hypocorticisme détectable en clinique prédétermine alors la nécessité d'un traitement hormonal chez les patients en traitement.

Le sang et l'urine constituent le matériel biologique nécessaire à l'étude de l'état fonctionnel du cortex surrénal. Étant donné que chez l'homme, les hormones corticostéroïdes et leurs métabolites sont excrétés par les reins, le niveau d'excrétion (et, par conséquent, la sécrétion) peut être estimé à partir de leur contenu dans l'urine quotidienne. Avec l'urine, les produits du métabolisme complet des hormones 17-cétostéroïdes (17-KS) et des hormones inchangées ou métabolisés en partie avec le maintien de leurs propriétés biologiques - les 17-hydroxycorticostéroïdes (17-OX) sont excrétés.

Déterminer uniquement l'excrétion quotidienne de 17-CU, souvent recommandée pour évaluer l'état fonctionnel du cortex surrénalien chez les patients atteints de tuberculose, n'est pas suffisamment informatif, car la 17-CU se forme dans le foie. Si elle est déficiente, la synthèse et la sécrétion d'hormones peuvent chuter, tandis que le nombre d'hormones actives circulant dans le foie le sang, au contraire, augmente.

De plus, les 17-KS sont des produits métaboliques non seulement des corticostéroïdes, mais également des hormones sexuelles mâles. Par conséquent, une image complète de la «taille» de la sécrétion d'hormones par le cortex surrénalien ne fournit qu'une définition de l'excrétion quotidienne de 17-COP et de 17-ACS simultanément. Dans le même temps, un taux élevé d'excrétion de ces composés peut masquer l'état d'insuffisance latente, qui n'est détecté que par des études à deux reprises avant et après une charge de 3 jours d'ACTH.

La détermination dans le sang de la teneur totale en 17-OX, de ses formes libres et liées aux protéines, ainsi que des concentrations d'hydrocortisone et de corticostérone (ou d'aldostérone), permet de déterminer l'activité biologique des hormones circulantes et la relation entre leurs composants glucocorticoïdes et minéralocorticoïdes.

Tests sanguins pour la tuberculose

La tuberculose est une maladie courante et dangereuse. Elle est facilement transmissible - il est possible de capturer des gouttelettes en suspension dans l’air ou des objets ménagers auxquels la salive d’un patient atteint de tuberculose a accès. À mesure que la technologie progresse, les méthodes de détection des pathologies sont en cours d'amélioration. Aujourd'hui, pour se renseigner sur la maladie existante, il suffit de subir un test sanguin de dépistage de la tuberculose. Cependant, tout le monde ne sait pas en quoi consiste ce diagnostic, comment il est réalisé, quels sont les résultats.

Analyse de suspicion de tuberculose

Les bâtonnets de Koch peuvent infecter tous les organes du corps humain. Il est assez difficile de prédire à l’avenir quel en sera le résultat. La tuberculose pulmonaire est considérée comme la plus répandue et la plus connue de la population. Il est à noter que la maladie ne se manifeste presque pas aux stades initiaux. Et s'il y a des signes, ils sont blâmés du rhume. Dans les premiers stades de la tuberculose pulmonaire, une toux sèche peut apparaître. L'immunité réduite peut manquer divers virus dans le corps humain. Par conséquent, un nez qui coule, de la fièvre, de la fièvre et des frissons peuvent rejoindre la toux. Tout cela est souvent confondu avec le SRAS.

Attention! Dans les premiers stades, il est rarement possible de détecter la tuberculose. En effet, les symptômes sont flous et peuvent indiquer de nombreuses maladies d'étiologie différente.

Dans le monde, il existe plusieurs types d'activités de diagnostic:

  • Réaction de Mantoux;
  • Diaskintest;
  • examen des expectorations;
  • radiographie;
  • ELISA;
  • méthode d'étude de la PCR;
  • Étude T-SPOT.TB;
  • test sanguin général et biochimique.

Afin de reconnaître la maladie en temps opportun, il est nécessaire de mener un certain nombre d'études. Si une tuberculose pulmonaire est suspectée, une radiographie est réalisée. Un test sanguin est l’un des moyens les plus efficaces de détecter la tuberculose. La réaction de Mantoux est observée d'année en année. La méthode est assez informative, mais ne garantit pas 100% du résultat. Le Diaskintest est un moyen efficace de détecter la tuberculose chez les enfants, une alternative au test de Mantoux. Cependant, le prix du médicament étant élevé, cette option n’est pas encore très populaire. Dans certains cas, une analyse ELISA ou PCR est effectuée. Chez les enfants atteints de tuberculose, ces tests confirmeront la présence de la maladie. S'il n'y a pas de pathologie, le résultat sera négatif.

Le dosage immunoenzymatique (également appelé ELISA) vous permet de déterminer les anticorps dirigés contre le bacille tuberculeux. Le résultat est considéré comme n'étant pas suffisamment informatif, car la réponse ne contiendra aucune information sur le stade de la maladie. L'analyse ne fait que confirmer qu'une personne a déjà rencontré des mycobactéries et développé des anticorps contre celles-ci.

Savoir Les résultats de l'étude sont connus quelques heures après la collecte du biomatériau du patient. Pour le test ELISA, le sang veineux est prélevé.

Diagnostic PCR

La pratique montre que le test sanguin utilisant la méthode PCR est plus fiable et informatif que le précédent. Le résultat est particulièrement précis et repose sur des tests de laboratoire sur les expectorations humaines et non sur le sang. Un hémotest est prescrit s'il existe des symptômes similaires à ceux de la tuberculose. Cependant, l'étude du sérum ne donne pas 100% du résultat. Le diagnostic le plus précis du sang par PCR n'est possible que si une personne est atteinte de septicémie tuberculeuse.

Test de Mantoux

C’est le moyen le plus courant d’identifier rapidement les patients parmi la population d’enfants. Le sang pour l'analyse chez les petits patients ne prend pas. Une préparation spéciale, la tuberculine, est injectée sous la peau de l'enfant avec une aiguille. Exactement après 3 jours, le site d’injection est mesuré. S'il n'y a pas de tuberculose, aucune réaction ne se produira. Si l'enfant est infecté par un bacille tuberculeux, le site d'injection commencera à gonfler et à grossir, à s'épaissir.

C'est important! Parfois, ils remarquent un léger gonflement et une décoloration de la peau dans la zone de l'injection sur une teinte rosâtre. Dans certains cas, une petite ecchymose d'hématome apparaît sur le site du médicament injecté. Entre autres choses, tenez compte des résultats des recherches passées.

Si l'augmentation de la taille par rapport à la valeur précédente est supérieure à 5–6 mm, le jeune patient est référé pour consultation au phthisiologue. De plus, ils peuvent prescrire une radiographie et un scanner du thorax, diaskintest.

Il convient de noter que le test de Mantoux peut donner une réaction positive en relation avec certaines caractéristiques du corps:

  • avec des allergies post-vaccination;
  • lors de l'exacerbation de pathologies chroniques;
  • l'asthme;
  • en cas de sensibilité de l'organisme à des réactions allergiques;
  • en période de maladies infectieuses.

Au début, les rhumes ne sont pas remarqués par l'homme. Il s'avère que le test peut être effectué même s'il y a des contre-indications, s'il n'y a pas de signes. En conséquence, le résultat est faux. C'est pourquoi un dépistage complet de la tuberculose est considéré comme plus fiable que le test de Mantoux.

Test sanguin général

Avec la maladie de la tuberculose, le corps humain acquiert certains changements. Aux stades initiaux de l'analyse clinique du sang ne peut pas déterminer sa présence. Cependant, à mesure que la maladie progresse, les changements deviennent plus perceptibles. Une numération globulaire complète dans certaines situations peut réellement aider à confirmer la présence ou l'absence d'une maladie dangereuse. Cependant, ces indicateurs ne doivent pas nécessairement être totalement fiables. Après tout, ils peuvent varier en fonction de nombreux facteurs.

Attention! Selon un test sanguin, vous ne pouvez suspecter la tuberculose que si une personne présente des symptômes pertinents.

Test sanguin biochimique

La tuberculose affecte le travail de nombreux systèmes, ce qui se reflète dans les indicateurs de l'analyse biochimique du sang. En règle générale, cette méthode de diagnostic permet de retracer les effets du médicament, en particulier les effets secondaires des antibiotiques antituberculeux sur le foie. L'hépatite médicamenteuse se développe chez 5% des patients. Une augmentation significative des taux d'ALAT, d'AST, d'urée et de créatinine nécessite un traitement de correction.

Méthode T-SPOT.TB

Le test à l'interféron est utilisé en Russie depuis plus de 5 ans et dans le monde - environ douze ans. Contrairement au diagnostic commun de Mantoux et de son homologue avancé, Diaskintest, le test T-spot figure parmi les cinq principales options de recherche sur la tuberculose au monde. Les tests peuvent être menés chez des personnes de tout âge et de toute catégorie sociale (y compris les femmes enceintes et les nouveau-nés). Un échantillon de sang veineux d'un patient prélevé il y a moins de 8 heures convient pour l'étude.

Savoir L'immunodéficience, les médicaments et la présence de comorbidités ne constituent pas une contre-indication au diagnostic. Aussi, n'affectez pas le résultat de différents types d'influences externes - le soleil, l'air, l'humidité, la pollution.

Parmi les inconvénients peuvent être notés:

  • coût élevé du diagnostic. Le test T-spot est réalisé dans des cliniques coûteuses et dans des cliniques de grandes villes régionales (Moscou, Samara, Saint-Pétersbourg, Tcheliabinsk, etc.);
  • faible efficacité dans les régions à forte incidence de mycobactéries, car le test ne fait pas la distinction entre tuberculose active et tubinification;
  • la possibilité de faux résultats;
  • l'incapacité d'étudier l'activité et la dynamique de la maladie.

Le diagnostic est réalisé in vitro - un agent de contraste y est ajouté. Un précipité insoluble se forme pendant la réaction. L'assistant de laboratoire compte les cellules ayant réagi. En outre, en fonction des formules, réconciliez les résultats avec le modèle. Le patient recevra une réponse aux tests effectués dans un délai de 1 à 72 heures.

Interprétation selon l'analyse générale

Au stade actif de la tuberculose, Mycobacterium peut être détecté par un ou plusieurs tests de laboratoire. Pour comprendre que l'agent causal d'une maladie dangereuse a pénétré dans le corps, il est nécessaire de prêter attention aux valeurs quantitatives révélées par l'analyse.

Dans les cas de tuberculose, le taux de sédimentation érythrocytaire peut augmenter. Ses tarifs sont les suivants:

  • un enfant de moins de 10 ans - pas plus de 10 mm / h;
  • pour les femmes, jusqu'à 50 mm / h;
  • pour les femmes de plus de 50 ans - pas plus de 20 mm / h;
  • pour les hommes, moins de 15 mm / h;
  • pour les hommes de plus de 50 ans - moins de 20 mm / h.

Il est à noter que chez les femmes enceintes et les personnes ayant un rhume, la RSE augmente également. Cela ne signifie pas qu'ils sont porteurs du bacille tuberculeux. La vitesse de sédimentation des érythrocytes n'est qu'un des signes d'inflammation, elle n'est absolument pas spécifique à la tuberculose.

C'est important! Il est possible de tirer des conclusions sur une éventuelle infection si une augmentation de la RSE est associée à une augmentation des lymphocytes et des monocytes. Mais ces changements ne permettent également que de suspecter le diagnostic, mais pas de le confirmer.

Préparation et caractéristiques de l'analyse

Pour que les analyses donnent des résultats fiables, vous devez suivre un certain nombre de règles avant de les exécuter:

  1. Avec le consentement des parents, Mantoux est testé par des enfants et des adolescents. Il est impossible d'effectuer des diagnostics si la quarantaine pour la grippe, la rougeole ou toute autre infection est à l'école ou à la maison. Entre les vaccinations et le moment du test de Mantoux devrait prendre du temps - pas moins de 1 mois. Jusqu'à ce que le résultat soit mesuré, le site d'injection ne peut être ni frotté ni peigné. Vous pouvez mouiller cette zone, l’eau ne fausse pas le résultat.
  2. Diaskintest ne nécessite pas de formation spéciale. L'essentiel est que pendant la période du diagnostic, aucune maladie infectieuse n'ait été déclarée.
  3. Avant ELISA devrait être éliminé l'utilisation d'aliments gras. Vous pouvez manger des aliments légers - fruits, légumes. 1 à 2 jours avant le diagnostic, l'alcool doit être jeté. Il n'est pas nécessaire de mener une étude si le corps présente des processus inflammatoires.
  4. L'analyse de Mycobacterium tuberculosis à l'aide du diagnostic PCR est effectuée si une personne ne buvait pas d'alcool la veille, ne mangeait pas de plats gras et épicés, n'utilisait pas de médicament. Le jour de l'étude, il n'est pas recommandé de se brosser les dents avec du dentifrice et de se rincer la bouche avec un désodorisant.
  5. Faire un don de sang pour un test sanguin général ou biochimique doit être sur un estomac vide. Quelques jours avant la détermination, il est nécessaire d’exclure l’utilisation d’antibiotiques, l’utilisation de produits gras et contenant de l’alcool.

Tout test de laboratoire peut donner de faux résultats. Si une procédure de routine a détecté des anticorps contre la tuberculose, des mesures de diagnostic supplémentaires sont utilisées. L'interprétation des résultats ne peut être effectuée que par un spécialiste (dans ce cas, un spécialiste de la tuberculose).