Segments pulmonaires

Les segments bronchopulmonaires font partie du parenchyme, qui comprend les bronches et l'artère segmentaires. À la périphérie, les segments sont épissés les uns avec les autres et, contrairement aux lobules pulmonaires, ils ne contiennent pas de couches claires de tissu conjonctif. Chaque segment a une forme conique, dont le haut fait face à la porte du poumon et la base à sa surface. Dans les articulations intersegmentaires sont les branches des veines pulmonaires. Il y a 10 segments dans chaque poumon (Fig. 310, 311, 312).

Segments du poumon droit

Segments du lobe supérieur.

1. Le segment apical (segmentum apicale) occupe le sommet du poumon et a quatre limites intersegmentaires: deux sur la face interne et deux à la surface costale du poumon entre les segments apical et antérieur, apical et postérieur. La surface du segment sur la surface costale est légèrement inférieure à celle du médial. Les éléments structurels des portes du segment (bronche, artère et veine) peuvent être abordés après la dissection de la plèvre viscérale devant la corne pulmonaire le long du nerf phrénique. La bronche segmentaire mesure 1–2 cm de long, parfois elle s’éloigne du tronc commun avec la bronche segmentaire postérieure. Sur la cage thoracique, le bord inférieur du segment correspond au bord inférieur de la 11e côte.

2. Le segment postérieur (segmentum posterius) est situé dorsal par rapport au segment apical et présente cinq frontières intersegmentaires: deux sont projetées sur la surface médiale du poumon entre les segments postérieur et apical, postérieur et supérieur du lobe inférieur et trois frontières sont distinguées sur la surface costale: les segments postérieur et antérieur, postérieur et supérieur du lobe inférieur du poumon. La limite formée par les segments postérieurs et antérieurs est orientée verticalement et se termine en bas à la jonction de la fissura horizontalis et de la fissura obliqua. La limite entre les segments arrière et supérieur du lobe inférieur correspond à l'arrière de la fissura horizontalis. L’approche de la bronche, de l’artère et de la veine du segment postérieur est réalisée du côté médial lors de la dissection de la plèvre sur la face postérieure de la porte ou de la partie initiale du sillon horizontal. La bronche segmentaire est située entre l'artère et la veine. La veine du segment postérieur se confond avec la veine du segment antérieur et se jette dans la veine pulmonaire. Le segment postérieur est projeté entre les côtes II et IV sur la surface de la poitrine.

3. Le segment antérieur (segmentum anterius) est situé dans la partie antérieure du lobe supérieur du poumon droit et présente cinq limites intersegmentaires: deux passes sur la surface médiale du poumon, séparant les segments antérieur et médian antérieur et apical (lobe moyen); trois limites longent la surface costale entre les segments antérieur et apical, antérieur et postérieur, antérieur, latéral et médial du lobe moyen. Le segment antérieur de l'artère provient de la branche supérieure de l'artère pulmonaire. La veine d'un segment est un afflux d'une veine pulmonaire supérieure et est située plus en profondeur qu'une bronche segmentaire. Les vaisseaux et le segment bronchique peuvent être ligotés après la dissection de la plèvre interne devant les voies pulmonaires. Le segment est situé au niveau des côtes II à IV.

Segments de la part moyenne.

4. Le segment latéral (segmentum laterale) de la surface médiale du poumon est projeté uniquement sous forme d'une bande étroite au-dessus du sulcus interlobaire oblique. La bronche segmentaire étant dirigée vers l'arrière, le segment occupe l'arrière du lobe médian et est visible depuis la surface costale. Il a cinq limites intersegmentaires: deux sur la surface médiale entre les segments latéral et médial, latéral et antérieur du lobe inférieur (la dernière limite correspond à la partie extrême du sillon interlobaire oblique), trois limites à la surface de la côte du poumon limitée aux segments latéral et médial du lobe médian. il s'étend verticalement du milieu du sillon horizontal à la fin du sillon oblique, le second entre les segments latéral et antérieur et correspond à la position du sillon horizontal; le dernier bord segment latéral en contact avec les segments antérieur et postérieur du lobe inférieur).

La bronche segmentaire, l'artère et la veine sont situées en profondeur et ne peuvent être abordées que le long du sillon oblique situé sous les portes du poumon. Le segment correspond à l'espace sur la poitrine entre les côtes IV-VI.

5. Le segment médial (segmentum mediale) est visible à la fois sur la face costale et la face médiale du lobe moyen. Il a quatre limites intersegmentaires: deux séparent le segment médial du segment antérieur du lobe supérieur et du segment latéral du lobe inférieur. La première limite coïncide avec l'avant de la rainure horizontale, la seconde avec la rainure oblique. Sur la surface côtière, il y a également deux limites intersegmentaires. Une ligne commence au milieu de l'avant de la rainure horizontale et descend jusqu'à l'extrémité de la rainure oblique. La seconde frontière sépare le segment médial du segment antérieur du lobe supérieur et coïncide avec la position du sillon horizontal antérieur.

L'artère segmentaire part de la branche inférieure de l'artère pulmonaire. Parfois avec l'artère 4 segments. En dessous se trouve une bronche segmentaire, puis une veine de 1 cm de long, permettant l'accès au pédicule segmentaire en dessous de la porte du poumon par un sillon interlobaire oblique. Le bord du segment sur la poitrine correspond aux côtes IV-VI le long de la ligne axillaire médiane.

Segments du lobe inférieur.

6. Le segment supérieur (segmentum superius) occupe la pointe du lobe inférieur du poumon. Le segment au niveau des côtes III - VII présente deux limites intersegmentaires: une entre le segment supérieur du lobe inférieur et le segment postérieur du lobe supérieur longe une rainure oblique, la seconde entre les segments supérieur et inférieur du lobe inférieur. Pour déterminer la limite entre les segments supérieur et inférieur, il est nécessaire de continuer conditionnellement la partie avant de la rainure horizontale du poumon à partir du lieu de sa fusion avec la rainure oblique.

Le segment supérieur reçoit l'artère de la branche inférieure de l'artère pulmonaire. La bronche est située en dessous de l'artère, puis de la veine. L'accès à la porte du segment est possible à travers le sulcus interlobar oblique. La plèvre viscérale est disséquée de la surface costale.

7. Le segment basal médial (segmentum basale mediale) est situé sur la surface médiale sous la porte du poumon, au contact de l'oreillette droite et de la veine cave inférieure; Il a des frontières avec les segments antérieurs, latéraux et postérieurs. Il ne survient que dans 30% des cas.

L'artère segmentaire part de la branche inférieure de l'artère pulmonaire. La bronche segmentaire est la branche la plus haute de la bronche du lobe inférieur; La veine est située sous la bronche et se jette dans la veine pulmonaire inférieure droite.

8. Le segment basal antérieur (segmentum basale anterius) est situé devant le lobe inférieur. Sur la poitrine correspond aux côtes VI - VIII le long de la ligne axillaire médiane. Il a trois limites intersegmentaires: la première passe entre les segments antérieur et latéral du lobe moyen et correspond au sulcus interlobar oblique, la seconde entre les segments antérieur et latéral; sa projection sur la surface médiale coïncide avec le début du ligament pulmonaire; la troisième limite passe entre les segments avant et supérieur du lobe inférieur.

L'artère segmentaire provient de la branche inférieure de l'artère pulmonaire, la bronche de la branche de la bronche inférieure, la veine s'écoule dans la veine pulmonaire inférieure. L'artère et la bronche peuvent être observées sous la plèvre viscérale au fond du sillon interlobaire oblique et la veine sous le ligament pulmonaire.

9. Le segment basal latéral (segmentum basale laterale) est visible sur les surfaces costale et diaphragmatique du poumon, entre les côtes VII - IX de la ligne axillaire postérieure. Il comporte trois limites intersegmentaires: la première entre les segments latéral et antérieur, la seconde sur la surface médiale entre les segments latéral et médial et la troisième entre les segments latéral et postérieur. Les artères segmentaires et les bronches sont situées au bas du sulcus oblique et de la veine - sous le ligament pulmonaire.

10. Le segment basal postérieur (segmentum basale posterius) se situe à l'arrière du lobe inférieur, au contact de la colonne vertébrale. Prend l'espace entre les bords VII - X. Il existe deux limites intersegmentaires: la première entre les segments postérieur et latéral, la seconde entre les segments postérieur et supérieur. L'artère segmentaire, la bronche et la veine sont situées profondément dans le sillon oblique; il est plus facile de les approcher pendant l'opération depuis la surface médiale du lobe inférieur du poumon.

Segments du poumon gauche

Segments du lobe supérieur.

1. Le segment apical (segmentum apicale) répète presque la forme du segment apical du poumon droit. Au-dessus de la porte se trouvent l'artère, la bronche et le segment veineux.

2. Le segment arrière (segmentum posterius) (Fig. 310) est abaissé au niveau de la nervure en V par la limite inférieure. Les segments apicaux et postérieurs sont souvent combinés en un seul segment.

3. Le segment antérieur (segmentum anterius) occupe la même position, seule sa bordure intersegmentaire inférieure s'étend horizontalement le long de la troisième côte et sépare le segment supérieur du peigne.

4. Le segment lingulaire supérieur (segmentum linguale superius) est situé sur les surfaces médiale et costale au niveau des côtes III-V à l'avant et le long de la ligne axillaire entre les côtes IV-VI.

5. Le segment inférieur de l'anche (segmentum linguale inferius) est situé sous le segment précédent. Sa limite intersegmentale inférieure coïncide avec le sulcus interlobar. Au bord antérieur du poumon, entre les segments lingulaires supérieur et inférieur, se trouve un centre du filet cardiaque du poumon.

Les segments du lobe inférieur coïncident avec le poumon droit.
6. Segment supérieur (segmentum superius).
7. Le segment basal médial (segmentum basale mediale) est non permanent.
8. Segment basal antérieur (segmentum basale anterius).
9. Segment basal latéral (segmentum basale laterale).
10. Segment basal postérieur (segmentum basale posterius)

Les signes de la fibrose pulmonaire pulmonaire basale: diagnostic et traitement

La pneumosclérose est le remplacement d'un parenchyme pulmonaire sain par du tissu conjonctif. À la suite de ce processus pathologique, des modifications structurelles de l’organe principal de la respiration et une violation de sa fonction d’échange gazeux se produisent. La fibrose pulmonaire pulmonaire basale est une altération morphologique des parties inférieures (segments, lobes) - antérieure basale, latérale basale et postérieure basale.

Causes de la pathologie pulmonaire

La pneumosclérose basale en tant que maladie indépendante est extrêmement rare. Il est formé après de telles maladies:

  • inflammation chronique et obstruction bronchique;
  • exposition prolongée à une substance toxique ou à un micro-organisme pathogène (mycoses, tuberculose, pneumonie virale);
  • alvéolite allergique nature;
  • impact constant sur les poumons des poussières et des gaz industriels;
  • maladies héréditaires et génétiques;
  • lésions mécaniques du système respiratoire;
  • La sarcoïdose est une maladie systémique des organes internes avec formation de granulomes dans les tissus mous.

La pneumosclérose basale peut être due à un traitement inadéquat des processus aigus du système pulmonaire. L'élan dans la formation de processus sclérotiques sont de tels facteurs:

  • thrombose pulmonaire;
  • défaillance du ventricule gauche du cœur;
  • circulation sanguine altérée dans la petite circulation (pulmonaire);
  • effets toxiques des drogues;
  • exposition aux radiations du corps;
  • réduction des défenses corporelles.

Changements morphologiques et fonctionnels dans les poumons

La fibrose pulmonaire pulmonaire basale est le résultat de changements dystrophiques dans le contexte d'un processus inflammatoire de longue durée. Le tissu conjonctif se développe, déforme les structures de l'organe - le parenchyme, les vaisseaux. L'échange de gaz est altéré dans le poumon basal affecté. La pathologie se développe indépendamment de l'âge, souvent des hommes malades.

Les éléments fibreux se développent dans l'espace intercellulaire, déforment le parenchyme. En conséquence, le poumon se contracte et se compresse, réduisant ainsi le volume d'air ventilé.

Avec la pneumosclérose, le tissu sain est remplacé en profondeur par des fibres conjonctives. Progressivement, au cours du processus d’inflammation à long terme du parenchyme, les structures conjonctives cicatricielles s’étendent, les lumières alvéolaires se rétrécissent, entraînant une pneumosclérose.

La ventilation pulmonaire est sensiblement altérée, le système de drainage bronchique fonctionne partiellement. La circulation sanguine et lymphatique a échoué, ce qui accélère le développement de la pneumosclérose.

Le tableau clinique de la maladie

Le principal symptôme indiquant une lésion pulmonaire est une insuffisance respiratoire chronique.

Au début de la maladie, la personne ne remarque pas une détérioration de son état général. Il n'y a pas de symptômes visibles. Parfois, il y a un léger essoufflement après une activité physique. Au fil du temps, la toux matinale apparaît. Il n’est pas intense et passe rapidement, ne gêne pas le jour et la nuit, de sorte que les patients ne font pas attention à ce signe.

Au fil du temps, l'essoufflement augmente. Il est déjà perceptible avec un effort physique mineur. Une personne ressent de la fatigue, une panne à la fin de la journée.

Lors de l’exécution d’une forme de fibrose pulmonaire basale, les symptômes de la maladie apparaissent intensément. La faiblesse musculaire est forte, il est difficile pour une personne de monter des escaliers, il est difficile de marcher de longues distances, par exemple, pour faire ses courses.

L'insuffisance respiratoire devient prononcée. Ses signes objectifs:

  • dyspnée au repos, pendant la conversation;
  • augmentation de la fréquence respiratoire;
  • en raison du manque d'oxygène dans le corps, peau pâle avec une teinte bleue;
  • respiration forcée - l'acte respiratoire nécessite des efforts supplémentaires;
  • déformation des formes de la poitrine - les espaces intercostaux s'effondrent, les organes médiastinaux (aorte, cœur, bronches) se déplacent vers le poumon atteint;
  • faiblesse musculaire grave, vertiges lors du changement de position du corps, maux de tête;
  • nausée persistante;
  • insomnie, perturbation de la qualité du sommeil;
  • gonflement des membres.

Avec une lésion étendue de tout le poumon basal chez les patients, la toux devient permanente. Il est prolongé, persistant, ne soulageant pas. En même temps, il y a de fortes douleurs dans la poitrine, des pressions, des compressions.

En raison de la pression élevée dans la circulation pulmonaire, un «cœur pulmonaire» se développe - un état de décompensation de l'insuffisance respiratoire, dans lequel la moitié droite du cœur (ventricule et oreillette) augmente. Ses caractéristiques distinctives sont:

  • essoufflement, même en position couchée;
  • douleur dans le coeur;
  • gonflement des veines du cou;
  • battements dans l'abdomen;
  • acouphènes étrangers;
  • apathie, indifférence;
  • aux derniers stades - œdème massif du corps, altération de la fonction rénale (diminution de la diurèse quotidienne), hypertrophie du foie.

Méthodes de diagnostic de la pneumosclérose

Les principales méthodes de diagnostic de la pneumosclérose - rayons X, tomographie par ordinateur.

Les images radiographiques des poumons montrent clairement une clarté accrue du parenchyme dans les segments basaux. Dessin renforcé, "poumon cellulaire" visible ou cellule. Le dôme du diaphragme est ondulé.

Lors de l'imagerie sur la tomodensitométrie, toutes les structures modifiées des lobes basaux du poumon sont visualisées en couches. Les médecins diagnostics évaluent le processus inflammatoire et les formations sclérotiques.

Lors de la réalisation d'une bronchographie à l'aide d'un agent de contraste, l'étendue des lésions bronchiques est étudiée. Révéler des zones étendues des bronches, des tumeurs - kystes, cavités.

Au cours de l'auscultation (écoute d'un poumon avec un stéthoscope) - petits râles cloquants ou secs, parfois craquants, parfois dispersés. Respiration difficile

Avec percussion (tapotant les limites de l'orgue) - le son de percussion est atténué, raccourci. Les limites inférieures du poumon sont décalées vers le haut, surélevées. La mobilité du bord du poumon est limitée.

Afin de prévenir le développement de la pneumosclérose, il est important de détecter en temps voulu les maladies actuelles du système respiratoire. À cette fin, la personne est obligée de faire une fluorographie prophylactique des poumons chaque année. Avec la pneumosclérose, la capacité vitale des poumons et la perméabilité bronchique sont réduites.

Traitement de la pneumosclérose

Les mesures thérapeutiques dépendent directement de la maladie primaire des poumons. Ils visent à soulager l'inflammation, à éliminer l'agent bactérien et à éliminer les substances toxiques du corps.

Les modifications structurelles du poumon sont irréversibles, il est impossible de guérir et de restaurer le parenchyme. Par conséquent, le traitement médicamenteux vise uniquement à éliminer les symptômes de la maladie.

Si la pneumosclérose est causée par une maladie de nature infectieuse, un traitement antibactérien ou antifongique est prescrit.

Composition du traitement complexe:

  1. Hormones (corticostéroïdes) pour soulager l'inflammation - Hydrocortisone, Prednisone.
  2. Anti-inflammatoires non stéroïdiens pour soulager les douleurs thoraciques - Nimesil, Diclofnak.
  3. Mucolytiques pour l'expectoration des expectorations - Lasolvan, Acz, Erespal, Ascoril.
  4. Angioprotecteurs pour améliorer la circulation sanguine - Actovegin, Vazonit, Bilobil.
  5. Glycosides cardiaques pour soutenir le travail du cœur - Isonizid, Strofantin, Digoxin.
  6. Préparations potassiques pour le soutien du myocarde - Asparkam, Cardiomagnyl, Panangin.
  7. Thérapie de désintoxication - Penicillamine.
  8. Vitamines du groupe B.

Il est possible de traiter la pneumosclérose basale des poumons à l'aide de la physiothérapie - ultrasons, UHF, diathermie (chauffage à l'aide de courants à haute fréquence).

L'oxygénothérapie est un élément essentiel du traitement de la maladie. Il s'agit de la lutte contre les signes d'insuffisance respiratoire et de saturation en oxygène du corps.

Il est impossible de se débarrasser d'une pneumosclérose basale. Par conséquent, il est important de l'identifier à un stade précoce et d'empêcher la progression de la pathologie. Avec les formes avancées de pneumosclérose conduit à une invalidité, alors que le pronostic est mauvais. Si vous arrêtez la maladie à un stade précoce, vous pouvez alors vivre toute votre vie dans un âge extrêmement avancé.

VIE SANS MEDICAMENTS

Corps sain, nourriture naturelle, environnement propre

Menu principal

Navigation post

La lumière est

Ils séparent les segments apical et antérieur, antérieur et médial du poumon. Le segment latéral est situé dans la région située entre les nervures IV-VI. On passe entre la partie supérieure dans le segment inférieur et le segment postérieur dans le lobe supérieur. La bordure suit le sillon oblique.

Les poumons sont les principaux organes respiratoires. L'échange de gaz se produit dans les poumons. Les segments du poumon humain font partie du parenchyme. La pointe est dirigée vers la porte du poumon, la base - vers la surface. Le poumon gauche comprend deux lobes. Le droit se compose de trois parties. Dans la partie inférieure du côté gauche, il est considéré plus correct de distinguer quatre segments.

Dans le segment, il y a 5 limites. Deux d’entre elles sont projetées entre l’apical, le supérieur et le postérieur sur la surface médiale. Le cavalier, qui forme les segments antérieur et postérieur du poumon, a une orientation verticale. Pour la veine, l'artère et les bronches de l'élément postérieur sont réalisées à partir du côté médial lors de la dissection de la plèvre de la surface de la porte ou de la section initiale de la gorge horizontale. Ensemble, ils entrent dans la veine pulmonaire. Le segment postérieur est projeté entre les plaques des côtes II et IV à la surface du sternum.

Ce segment est projeté depuis le côté de la partie médiale uniquement sous forme d'une bande étroite qui s'étend au-dessus de la gorge oblique interlobaire. Bronch a une orientation en arrière. En relation avec ce segment est situé à l'arrière du lobe moyen. Il est visible depuis le côté de la surface des côtes. Dans le département, il y a cinq limites. Il court du centre du sillon horizontal jusqu'au bord de l'oblique. La deuxième frontière est entre les segments antérieur et latéral.

La troisième bordure est en contact avec les segments postérieur et antérieur du lobe inférieur. Vienne, l'artère et les bronches sont profondes. Il est visible à la fois sur la surface médiale et sur les côtes du lobe moyen. Le département a quatre frontières. Deux séparent la zone médiale du côté dans les lobes inférieurs et antérieur dans les lobes supérieurs. La deuxième limite coïncide avec le sillon oblique. Ce segment est au sommet. Ce segment est situé sur le côté médial en dessous de la porte pulmonaire. Le département est en contact avec la veine cave et l'oreillette droite.

Segments du poumon droit: partie postérieure

Ce segment est situé dans le lobe inférieur, sa partie avant. Les derniers départements et départements sont divisés par la deuxième frontière. Vienne, les bronches et l'artère se situent au fond du sillon oblique. Apical. Il répète presque la forme du segment du même nom dans le poumon droit. Avant Situé sur les côtés costal et médial dans la région des côtes III-V et dans la ligne axillaire médiane au niveau des plaques IV-VI. En bas. Il est situé sous le département précédent. Les segments lingulaires inférieur et supérieur des poumons sont divisés au centre par le centre du filet.

Fibrose pulmonaire des poumons: traitement de la pathologie

Renaissance du poumon en cours de croissance tumorale (maligne et bénigne). Puisque les poumons sont cachés dans le sternum, une entaille entre les côtes est faite pour un meilleur accès. Cela implique la suture et le retrait de la zone endommagée à l'extérieur du poumon. Il y a des rales caractéristiques dans les poumons. La fibrose pulmonaire radicale est caractérisée par des phoques dans les tissus des poumons. La pneumofibrose focale survient avec une induration douloureuse de certaines zones des poumons seulement.

Section latérale

La pathologie apparaît sur fond de tissu fibreux envahi par la croissance douloureuse, avec un processus inflammatoire dans les poumons. Il peut s’agir de maladies infectieuses, d’effets nocifs, de lésions pulmonaires, de champignons et de parasites, de stagnation.

Le processus se caractérise par le remplacement des cellules pulmonaires par du tissu conjonctif. Le fonctionnement normal des poumons dépend de leur volume et de l'élasticité des tissus. Avec la perte d'élasticité de la pression de travail diminue, et il ne suffit pas d'ouvrir les alvéoles.

Partie inférieure supérieure

Comme les vaisseaux sanguins dans les poumons se compressent à la suite de crampes ou d'inflammation, l'irrigation sanguine normale est perturbée. Les poumons (fig. 201) sont un organe à paires qui occupe la quasi-totalité de la cavité thoracique et constitue le principal organe du système respiratoire.

Ils comprennent l'artère et les bronches. A la périphérie, les éléments sont épissés. Chaque élément est présenté sous la forme d'un cône. Les branches des veines se trouvent dans les articulations. Il y a 10 parties dans l'orgue adjacent.

À cet égard, leur structure interne est quelque peu différente. Entre la veine et l'artère se situe la bronche segmentaire. Le canal sanguin de l'élément postérieur est relié au vaisseau antérieur. Ce segment est situé dans le lobe supérieur. Il peut avoir cinq limites. La première limite correspond à la dernière section du sillon oblique. On commence à partir du milieu de la zone avant de la rainure horizontale, en descendant jusqu’à la section extrême de l’oblique. La deuxième frontière est le segment antérieur est séparé de la médiale.

Voir aussi:

Dans le segment gauche du poumon neuf. Il existe un département dans la zone située entre les plaques VII-IX sur la ligne axillaire postérieure. Il a trois frontières. Ce segment est visible sur les côtés du poumon diaphragmatique et costal. Par exemple, un segment de poumon peut être retiré.

Pneumosclérose pulmonaire: qu'est-ce que cela signifie?

Lorsque la pneumosclérose des poumons se manifeste, peu de gens savent ce que c'est, mais les symptômes de la maladie se manifestent au bout d'un moment. Cette pathologie peut dépasser une personne à tout moment, mais elle est plus souvent observée chez les hommes que chez les femmes.

Que se passe-t-il dans le corps pendant le processus inflammatoire? Il y a une augmentation du volume du tissu conjonctif et un autre changement d'aspect (perte d'élasticité) des organes respiratoires, à savoir les bronches. La membrane pulmonaire devient plus dense, plus petite, ressemble à une consistance sans air et finit par se rétrécir.

La sclérose pulmonaire est le résultat de modifications dystrophiques et inflammatoires du système respiratoire humain. Parallèlement à cela, il se produit une défaillance dans le processus d'échange de gaz. Et si vous ne demandez pas l'aide d'un professionnel à temps, des conséquences irréversibles se produiront, notamment une invalidité et même la mort du patient.

Étiologie du développement

Comme décrit ci-dessus, la pneumosclérose est une maladie dangereuse pouvant entraîner la mort d'un patient si le problème n'est pas traité à temps. Une pathologie terrible des organes respiratoires peut survenir pour des raisons principales.

Comme il existe de nombreuses raisons, en règle générale, on distingue les principales:

  1. Ingestion dans les voies respiratoires, puis bronches, objets étrangers.
  2. Infections chroniques des bronches et des poumons, par exemple, pleurésie, pneumoconiose, sarcoïdose, bronchite et autres.
  3. Prédisposition génétique aux maladies du système respiratoire.
  4. Infections non traitées (étiologie virale ou microbienne).
  5. Maladie de Beck, syndrome de Hammen-Rich, qui est une fibrose pulmonaire progressive.
  6. Inflammation dangereuse - tuberculose (poumons et plèvre).
  7. Travail nocif contenant de grandes quantités de poussière et d’air pollué. Par exemple, les mineurs, les constructeurs, les coupeurs de verre, les pavés et autres.
  8. Inflammation allergique.
  9. Cas de lésion pulmonaire, thoracique, parenchyme.
  10. Un trouble du système immunitaire, une diminution de la réaction protectrice du corps.
  11. Violations du drainage lymphatique, du trophisme et du flux sanguin: augmentation de la perméabilité capillaire, périendoflébite avec stase veineuse et varices, endo et périartérite, hyalinose vasculaire, nécrose fibrinoïde, stase.
  12. En raison de la consommation d'antibiotiques - apressine, cordaron.
  13. Processus destructifs avec le développement de la sclérose indirecte du tissu de granulation.
  14. Après traitement en oncologie par radiothérapie.
  15. La consommation d'alcool, de nicotine (augmente considérablement le risque de développer la maladie).
  16. Vivre dans une zone écologique dangereuse.
  17. À la suite d'une sténose mitrale, d'une insuffisance cardiaque ventriculaire gauche, d'une thromboembolie pulmonaire.

Classification des maladies

Donc, pour le degré de distribution émis:

  1. Fibrose Dans ce cas, le tissu pulmonaire et conjonctif sont présents simultanément.
  2. Sclérose Le tissu pulmonaire se connecte.
  3. Cirrhose Le stade le plus grave, est le sceau de la plèvre, les vaisseaux sanguins, le processus respiratoire est perturbé.

Partagez cette maladie et selon l'emplacement de la lésion:

  1. Pneumosclérose apicale - le tissu conjonctif se développe sur la partie supérieure de l'organe.
  2. Pneumosclérose radicale. La source est la bronchite chronique. La cause de la maladie est l'intoxication par des substances toxiques, la tuberculose, la pneumonie. La distribution se fait dans le contexte des modifications inflammatoires et de la dystrophie. Caractéristiques: réduction de la turgescence, augmentation du volume de tissu conjonctif, défaillance des échanges gazeux.
  3. Pneumosclérose basale - remplacement du tissu pulmonaire du connectif dans les parties basales du corps. Source - inflammation inférieure des poumons. Pour faire un diagnostic, il suffit de faire une radiographie du thorax, où vous pouvez voir la clarté accrue des tissus des divisions basales, le renforcement de l'image.

En outre, il existe un certain degré de développement de la maladie. Par exemple, pneumosclérose locale (focale), quand il y a un sceau du parenchyme pulmonaire et une diminution de la masse du poumon. Le type local de pneumosclérose peut être chez une personne pendant une longue période et ne se manifeste pas. Et puis montrez sur le symptôme: respiration sifflante humide - entendu dans la section inférieure, au même endroit. Pour poser un diagnostic, il suffit de faire une radiographie du thorax, où une zone comprimée du tissu pulmonaire sera affichée.

Il existe également une pneumosclérose diffuse, qui survient lorsque la maladie se propage aux deux organes. Des kystes peuvent se former, réduisant la ventilation pulmonaire. Avec ce type de pneumosclérose sont souvent les signes suivants:

  1. Toux intermittente, qui ne gêne pas le patient. Mais après un certain temps, lorsque le processus inflammatoire est exacerbé, il augmente et devient fréquent. À cet égard, l'apparition de crachats avec des particules de pus lors d'une tentative d'expectoration.
  2. La dyspnée n'est pas non plus observée immédiatement. Au début, seulement avec un effort physique, puis déjà au repos. Son personnage peut être différent, tout dépend de la zone touchée. Si c'est pribronchial, alors il y a une difficulté expiratoire, et elle devient plus longue. Lorsque la localisation interstitielle se produit, une tachycardie se produit, mais l'expiration reste normale.
  3. Cyanose (cyanose de la peau et des muqueuses) à la suite d'une hypoventilation par les alvéoles.
  4. Insuffisance pulmonaire sévère.
  5. Sensation régulière de faiblesse, fatigue, vertiges.
  6. Douleur à la poitrine.
  7. Perte de poids déraisonnable.
  8. Déformation de la poitrine, phalanges des doigts (baguettes).

Changements dans les poumons avec pneumosclérose diffuse:

  • collagénisation des organes - au lieu de la dystrophie des fibres élastiques, de grandes surfaces de fibres de collagène apparaissent;
  • réduction de la masse pulmonaire, changement structurel;
  • des cavités tapissées d'épithélium broncho-alvéolaire se forment (kystes).

En fonction des dommages causés aux structures des poumons:

  1. Alvéolaire.
  2. Interstitiel - résultant d'une pneumonie interstitielle. Lorsque le tissu conjonctif a pour objectif principal la zone située près des bronches, les vaisseaux sanguins.
  3. La pneumosclérose périvasculaire est une lésion d'une zone recouvrant les vaisseaux sanguins.
  4. Périlobulaire - peut conduire à la localisation de la lésion le long des ponts interlobulaires.
  5. Pneumosclérose péribronchique, qui se traduit par une bronchite chronique. Au début, la maladie ne s'accompagne souvent que de toux et, au fil du temps, d'expectoration.

Selon les signes étiologiques:

  • postnécrotique;
  • pneumosclérose discirculatoire;
  • pneumofibrose pulmonaire à la suite de processus dystrophiques.

Par la nature de la gravité du remplacement du parenchyme pulmonaire par le tissu conjonctif:

  • fibrose pulmonaire des poumons - modifications limitées du parenchyme pulmonaire, alternant avec le tissu pulmonaire de l'air;
  • pneumosclérose (pneumosclérose elle-même) - compactage et remplacement du parenchyme pulmonaire par du tissu conjonctif;
  • La pneumocirrhose est l'un des cas les plus graves de pneumosclérose. Les alvéoles, les vaisseaux et les bronches sont complètement remplacés par le tissu conjonctif, une consolidation pleurale, un déplacement du côté affecté des organes du médiastin.

Symptômes de la maladie

Comme la pneumosclérose pulmonaire n'est pas une maladie indépendante, mais bien une conséquence de nombreuses autres inflammations, il est difficile de nommer les symptômes exacts de la maladie. Mais certains d'entre eux sont plus communs que d'autres:

  • légère dyspnée, qui après un certain temps devient constante, même au repos;
  • toux intolérable et difficile avec l'apparition d'une petite quantité de crachat mucopurulent;
  • sans lien avec la fatigue, la faiblesse, les migraines régulières;
  • douleur à la poitrine;
  • décoloration de la peau - cyanose;
  • perte de poids;
  • changements dans la structure de la poitrine;
  • insuffisance pulmonaire sévère;
  • déformation des membres supérieurs sous forme de baguettes;
  • Écoute de respiration sifflante pendant l'auscultation - de la bulle sèche à la bulle fine.

Méthodes de diagnostic

Ainsi, dès que les premiers signes du processus inflammatoire apparaissent, il est nécessaire de demander conseil et assistance à un spécialiste. Dans ce cas, il s'agit d'un pneumologue ou d'un thérapeute.

Autres actions du médecin:

  • histoire prenant du patient;
  • examen du patient;
  • mesure de la pression artérielle, du pouls;
  • auscultation (écoute) de la poitrine;
  • but de l'analyse générale du sang et de l'urine.

La livraison de tels tests suggère la présence d'une pneumosclérose (au niveau des leucocytes et des lymphocytes). Étant donné que presque tous les patients constateront une augmentation du nombre de globules rouges dans le sang. Ce phénomène est dû à une insuffisance respiratoire. L'analyse montre également le nombre d'éosinophiles - leur croissance indique la présence d'une infection parasitaire.

Capitulation des expectorations. Il est effectué en milieu hospitalier pendant la toux. Le matériel obtenu est soumis à une analyse bactériologique afin de déterminer l'agent causal de l'infection. Après avoir reçu le résultat, le médecin sera en mesure de prescrire un agent efficace contre le microorganisme et de mener un traitement complet.

Biochimie sanguine. Il montrera un certain nombre de changements, par exemple une augmentation du taux d'hémoglobine, de la fibrine. Si le cœur pulmonaire se développe - il y a une augmentation de l'aminotransférase (enzymes hépatiques), de la créatine, de la bilirubine. Dans de tels cas, le thérapeute prescrit un traitement urgent.

Test sanguin immunologique. Ce type d'analyse vous permet de voir le nombre de lymphocytes de différents types. Les réponses peuvent indiquer des processus pathologiques allergiques ou auto-immuns. La quantité d'immunoglobulines (anticorps contre une infection spécifique) est évaluée, car la présence dans le sang peut aider à confirmer ou à nier le développement de la maladie dans le corps.

Méthodes de recherche fondamentales

  1. Bronchoscopie - vous pouvez observer le développement de la bronchectasie et les symptômes de la bronchite prolongée.
  2. Tests pulmonaires fonctionnels - en cas de maladie, on observe un décalage notable par rapport à la norme, qui ne fait pas l'objet d'une correction thérapeutique.
  3. La spirométrie et la fluorométrie de pointe indiquent le volume maximal (capacité) du poumon humain. Dans ce cas, vous verrez une diminution du VC.
  4. Bronchographie - les bronches se rapprochent ou sont rejetées, leur compression et leur modification, les petites bronches ne sont pas détectées.
  5. IRM (tomodensitométrie des poumons).
  6. Radiographie Montre des changements sclérotiques dans l'organe et d'autres maladies parallèles: emphysème pulmonaire, bronchite chronique, bronchectasie. La photo montre une diminution du volume du lobe pulmonaire affecté, sa déformation. Comment se déroule la procédure: le sujet se trouve entre le tube à rayons X et la cassette, tandis que son thorax se trouve à proximité de la cassette. La distance entre une personne et l'appareil est de 60 à 100 cm.En radiographie, on utilise deux types de projection: une ligne droite (lorsque le patient est tourné avec son visage ou le dos au film) et l'autre latérale. La durée de la procédure est de 1 à 5 minutes et le résultat peut être trouvé le lendemain. Depuis le film doit encore être traité dans une chambre noire spéciale.
  1. L'électrocardiographie (ECG) est une méthode bien connue d'évaluation du fonctionnement du cœur. Cela peut aider le médecin à poser un diagnostic de sténose de l'aorte ou de la valve mitrale, et ce sont les principales raisons du développement de la pneumosclérose. Sur l’ECG, toutes les anomalies du travail du cœur sont clairement visibles.
  1. Échocardiographie. Attribuer pour obtenir des images du cœur par ultrasons. Cela est nécessaire pour détecter en temps voulu l'hypertrophie ventriculaire droite et le développement du coeur pulmonaire.
  1. Sonographie Doppler. Mesure la pression dans l'artère pulmonaire, qui peut être élevée chez les patients atteints de cette maladie.

Sur la radiographie, vous pouvez voir la pathologie respiratoire suivante.

Différentes zones de panne d'électricité dans les poumons. Ils viennent dans différentes intensités et tailles. S'il y a un léger assombrissement, cela indique la probabilité d'une fibrose initiale et si des zones totales d'assombrissement apparaissent, cela indique clairement la formation d'une sclérose. Plus d'options: sous-total - quand il n'y a qu'un seul lobe du poumon et limité - dans un segment particulier.

Changer le modèle pulmonaire. Ce sont les soi-disant vaisseaux sanguins apparus dans le fond des alvéoles pulmonaires, des bronches et des couches de tissu conjonctif. Dans le processus inflammatoire, ces formations apparaissent en raison de la croissance du tissu fibreux le long des vaisseaux, des bronches et d'autres structures.

Observé une diminution de la taille du corps. Si seulement une partie du poumon est touchée, son volume sera plus petit que celui de la seconde. Cela est dû au fait qu'une plus petite quantité d'air entre dans la zone touchée, alors que l'élasticité de l'organe est limitée.

Maj médiastin. La photo montre un assombrissement irrégulier qui se situe au centre même de l'image de la radiographie derrière le sternum. Lorsqu'une partie du poumon diminue de taille en raison d'une maladie, l'ombre du médiastin se déplace en conséquence vers la lésion.

Options de traitement

Le traitement consiste en une série d’activités qui faciliteront la guérison rapide et efficace du patient. Cela dépend du stade de la maladie. Sous forme bénigne, aucune intervention thérapeutique spéciale n'est requise. Mais lorsqu'il y a une forte lésion des organes respiratoires, une hospitalisation urgente du patient et un traitement complexe sont nécessaires.

  • bronchodilatateurs;
  • mucolytique;
  • antimicrobien, anti-inflammatoire;
  • expectorants;
  • glucocorticoïdes - en cas de forte détérioration de l'état du patient, la maladie progresse;
  • glycosides cardiaques et préparations de potassium - en cas d’insuffisance cardiaque;
  • médicaments hormonaux - pour réduire le processus inflammatoire et supprimer la croissance du tissu conjonctif (prescrit à petites doses);
  • immunostimulants (complexe de vitamines).

Et également utiliser un lavage broncho-alvéolaire dans le but de l'assainissement de l'arbre bronchique. Une solution antiseptique est introduite dans les bronches humaines.

Quand aucun médicament n’aide, une intervention chirurgicale est nécessaire. L'essentiel est d'éliminer la zone touchée. Appliqué, par exemple, avec une forme locale, lorsque le tissu pulmonaire et l'abcès du parenchyme sont endommagés. Intervention encore possible dans la fibrose et la cirrhose du corps.

Application de cellules souches

Le traitement le plus récent et le plus efficace pour lutter contre la maladie est le traitement au niveau cellulaire. Pour ce faire, utilisez des cellules souches qui sont injectées au patient par voie intraveineuse. Ces petits sauveteurs pénètrent dans la partie droite du corps par le flux sanguin et régénèrent la région affectée des poumons. Pendant le processus de récupération, le système immunitaire du corps se connecte. Il donne une impulsion aux processus métaboliques.

Bien entendu, il est préférable de commencer le traitement le plus tôt possible pour obtenir le meilleur résultat possible. En conséquence, après la procédure, les systèmes du corps sont restaurés: système nerveux, système endocrinien et système immunitaire. L'état général du patient s'améliore et il redevient en bonne santé.

Le résultat favorable et l'efficacité de la thérapie appliquée ont été prouvés dans la pratique par de nombreux scientifiques et spécialistes.

Physiothérapie

Si le patient a une maladie bénigne, les pneumologues prescrivent une physiothérapie. Il aide à éliminer les signes évidents de maladie et augmente la réaction protectrice du corps humain.

La physiothérapie comprend:

  1. Electro procédures - Méthode Vermel (électrophorèse avec de l'iode); échographie à la novocaïne; iontophorèse avec chlorure de calcium, novocaïne.
  2. Oxygénothérapie.
  3. Exercice thérapeutique.
  4. Massages
  5. L'inhalation.
  6. Induction et diathermie dans la région de la poitrine.
  7. Irradiation ultraviolette ou lampe Solux (avec une faible décharge des expectorations).
  8. Reposez-vous sur les rives de la mer Morte. Le climat local produira un effet de guérison sur le corps affecté.

But de l'oxygénothérapie

Lorsqu'il y a un manque d'oxygène, l'oxygénothérapie devient le meilleur remède. Il s’agit d’une méthode éprouvée en physiothérapie dont l’inhalation repose sur un mélange oxygène-gaz qui permet de traiter efficacement les maladies pulmonaires et le système respiratoire.

Puisque le gaz est un composant de l’oxygénothérapie, il est concentré dans l’air atmosphérique. Un aliment est fabriqué au moyen de cathéters nasaux (intranasaux) ou d’autres éléments auxiliaires, par exemple:

  • masques (bouche et nez);
  • auvents à oxygène;
  • tubes (trachéotomie, intubation);
  • oxygénation hyperbare.

En raison de l'absorption d'oxygène, un processus actif de régénération du métabolisme cellulaire se produit.

Exercice thérapie ou physiothérapie

La pneumosclérose pulmonaire compensée est une indication de la gymnastique respiratoire. La technique est réalisée sans mouvements brusques ni fortes contraintes physiques. Les exercices se font dans la rue, à l'air frais, sous le contrôle de l'instructeur. Doucement, lentement avec l'ajout progressif de charges. Cela affectera favorablement la santé du patient et renforcera ses muscles respiratoires.

Vous ne pouvez pas vous attribuer vous-même une thérapie physique, car elle comporte également un certain nombre de contre-indications:

  • la fièvre, qui indique déjà la présence d'un processus inflammatoire dans le corps;
  • degré sévère ou extrême du processus pathologique;
  • hémoptysie fréquente.

Dans la phase de compensation, les patients sont ajoutés à des sports plus actifs: aviron, natation, ski et patinage.

Même la nomination d'un massage améliore considérablement l'état du patient dans son ensemble et dans les organes eux-mêmes (cœur, bronches, poumons) et supprime également les processus congestifs dans les tissus des poumons. Le massage arrête le développement de la fibrose pulmonaire.

Médecine populaire

Le traitement de la pneumosclérose avec des remèdes populaires est devenu pertinent à notre époque. Puisqu'il n'est pas toujours nécessaire de recourir à un traitement médical. Il existe de nombreuses recettes différentes pour lutter contre la maladie.

Dans un petit récipient, il est nécessaire de préparer 1 c. l semer de l'avoine 0,5 litre d'eau bouillie. Laissez infuser pendant la nuit et, le matin, passez une passoire et buvez en portions moyennes pendant la journée.

Préparez une petite quantité de fruits secs. Verser de l'eau, bien laver et laisser dans l'eau pendant la nuit. Le lendemain, vous pouvez manger l'estomac vide le matin. Les fruits secs ont un effet diurétique et laxatif, ce qui est bon pour nettoyer le corps et les poumons de la stagnation.

Il existe un autre outil utile et populaire: les oignons. Bien sûr, il n’est pas très savoureux, mais son efficacité est garantie après application. Une tête d'ail est prise, bouillie pendant quelques minutes, puis moulue avec du sucre, manger 1 c. l toutes les 2-3 heures.

Les remèdes populaires fréquemment utilisés sont les infusions et les baumes. Prenez quelques feuilles d'aloès, deux cuillères de miel et 2 à 2,5 tasses de vin jeune. Tout est bien mélangé jusqu'à l'obtention d'une masse homogène et plusieurs cuillères à soupe sont prises 3 fois par jour avant les repas.

Vous pouvez également brasser quelques oignons moyens dans du lait bouillant et les broyer avec le sucre. Cette masse peut être mangée par 1 cuillère à soupe. toutes les 2-3 heures.

Vous pouvez traiter la pneumosclérose par inhalation avec des herbes. Pour cela, vous devez préparer de la camomille, de la sauge, de la menthe, de l'achillée millefeuille et du thym en une quantité égale dans 1 litre d'eau bouillante. Faites bouillir pendant 5 minutes, puis retirez du feu et respirez à la vapeur en se couvrant la tête avec une serviette.

Avant toute utilisation de médicaments traditionnels ou médicaux, vous devez d'abord consulter le médecin afin d'éviter toute complication à l'avenir.

Mode et régime

Dans les cas graves de maladie, la fièvre est prescrite au repos au lit, lorsque l'état se stabilise - demi-lit, puis - général. Dans le même temps, la température de l'air dans la pièce doit être d'au moins 18-20 ° C, avec une ventilation obligatoire. N'oubliez pas de passer plus de temps dans la rue.

Les repas (onzième ou quinzième tables) pour une maladie telle que la pneumosclérose doivent être complets et inclure: la prise de grandes quantités de vitamines, de fruits et de légumes. Cela aidera à augmenter les défenses de l'organisme, à accélérer le métabolisme, à améliorer le fonctionnement du système cardiovasculaire. Le menu 11 comprend des aliments contenant plus de calcium, de vitamines B, de sels de potassium, d'acide folique, d'acide ascorbique et de miel. A manger en même temps régulièrement, mais en petites portions de 3 à 5 fois par jour. Il est important de limiter l'utilisation de grandes quantités de sel afin que le corps ne s'attarde pas.

Mesures préventives

Tous les processus inflammatoires pulmonaires doivent être éliminés à temps, surtout si une personne est contagieuse et met en danger d'autres personnes. Dans de tels cas, il devrait être limité par la société pour la période de traitement. Bien entendu, il est préférable de faire appel à un spécialiste qualifié et en aucun cas de ne pas se soigner soi-même. Règles de base pour rester en bonne santé:

  1. Depuis l'enfance, traiter les processus inflammatoires aigus chez les enfants pour qu'ils ne deviennent pas chroniques.
  2. Refus de mauvaises habitudes (nicotine, alcool, tabac).
  3. Pour faire du sport (gymnastique, thérapie par l'exercice, jogging, exercices dans la piscine, massage).
  4. Mangez correctement, équilibré. Au moins 4-5 fois par jour.
  5. Prenez des vitamines (fruits, légumes, drogues) sous n'importe quelle forme.
  6. Plus de temps à passer au grand air, à marcher.
  7. Une fois par an pour faire une radiographie pulmonaire et le prof. inspections.
  8. Temps pour traiter les maladies virales et infectieuses (bronchite, grippe, pneumonie).
  9. Des précautions doivent être prises pour recevoir des substances pneumotoxiques.
  10. Évitez les travaux nocifs, où beaucoup de poussière, bruit, gaz, saleté, toxines nocives. Prévenir le développement de maladies pulmonaires. Pour protéger le corps, il est préférable d'utiliser des respirateurs, des masques, des gants, des vêtements et autres.

Complications possibles

Beaucoup de gens ont des questions, quel est le danger de la pneumosclérose respiratoire? Si le temps ne résout pas le problème, vous pouvez avoir toute une série de complications. Par exemple:

  1. L'emphysème (une violation se produit dans le processus d'oxygène dans le sang et dans l'élimination du dioxyde de carbone de celui-ci), passant dans l'insuffisance pulmonaire (respiratoire) et cardiaque
  2. Infection secondaire.
  3. La formation de poumon cellulaire se produit lorsque le poumon inférieur ressemble à une éponge poreuse. Une hypertension artérielle (dans le petit cercle de la circulation sanguine) entraîne un processus d'expansion des parties droites du cœur.
  4. Il y a une violation de la ventilation des poumons.
  5. La mort n'est pas exclue.

Si vous pensez qu'il est nécessaire de faire appel à une aide qualifiée pour prévenir le développement de la maladie.

Les poumons

Les poumons (fig. 201) sont un organe apparié qui occupe la quasi-totalité de la cavité thoracique et constitue le principal organe du système respiratoire. Leur taille et leur forme sont variables et peuvent changer en fonction de la phase de respiration.

Chaque poumon a la forme d’un cône tronqué, dont la pointe arrondie (apex pulmonis) (fig. 202, 203, 204) est dirigée vers la fosse supraclaviculaire et passe à travers l’ouverture supérieure du thorax dans la nuque jusqu’au niveau du cou de la côte I et une base légèrement concave (base pulmonis) ) (Fig. 202) face au dôme du diaphragme. La surface convexe externe des poumons est adjacente aux côtes. Sur la face interne, elles se composent des bronches principales, de l'artère pulmonaire, des veines pulmonaires et des nerfs qui forment la racine des poumons (radix pulmonis). Le poumon droit est plus large et plus court. Dans la marge antérieure inférieure du poumon gauche, il y a une dépression à laquelle le cœur s'insère. On l'appelle le filet cardiaque du poumon gauche (incisura cardiaca pulmonis sinistri) (Fig. 202, 204). En outre, il existe de nombreux ganglions lymphatiques. Sur la surface concave des poumons se trouve un sillon, appelé la porte des poumons (hilus pulmonum). À cet endroit, les artères pulmonaires et bronchiques, les bronches et les nerfs entrent dans les poumons et les veines pulmonaires et bronchiques, ainsi que les vaisseaux lymphatiques.

Les poumons sont constitués de lobes pulmonaires (lobi pulmones). Cannelures profondes, appelées chacune fentes obliques (fissura obliqua) (Fig. 202, 203, 204). Le poumon droit est divisé en trois lobes. Parmi eux, on distingue la part supérieure (lobus supérieur) (fig. 194, 202, 203, 204), la part moyenne (lobus medius) (fig. 194, 202, 203) et la part inférieure (lobus inférieur) (fig. 194, 202, 204), et le gauche en deux: haut et bas. La rainure interlobaire supérieure du poumon droit s'appelle la fissure horizontale (fissura horizontalis) (Fig. 202). Les poumons sont divisés en la surface costale (facies costalis) (fig. 202, 203, 204), la surface diaphragmatique (facies diaphragmatica) (fig. 202, 203, 204) et la surface médiale (facies medialis), dans laquelle la partie vertébrale (pars vertebralis) ) (fig. 203), médiastinale ou médiastinale, partie (pars mediastinalis) (fig. 203, 204) et indentation cardiaque (impressio cardica) (fig. 203, 204).

Une sorte de base squelettique du corps est constituée des bronches principales, qui sont entrelacées dans les poumons, formant un arbre bronchique (arbor bronchialis), tandis que la bronche droite forme trois branches et la gauche deux. Les branches, à leur tour, sont divisées en bronches de l'ordre de 3 à 5, les bronches dites sous-segmentaires ou moyennes, et celles en petites bronches, dont les anneaux cartilagineux dans les parois diminuent et se transforment en petites plaques. Les plus petites (1-2 mm de diamètre) sont appelées bronchioles (fig. 205), elles ne contiennent pas du tout de glandes et de cartilage, elles se ramifient en 12 ou 18 bronchioles terminales ou terminales (bronchioles terminales). bronchioles respiratoires ou respiratoires (bronchioli respiratoire) (Fig. 205). Les branches des bronches alimentent les lobes des poumons en air, dans lesquels elles sont entrelacées, permettant ainsi des échanges gazeux entre les tissus et le sang. Les bronchioles respiratoires fournissent de l'air aux petites zones du poumon appelées acini (acini) et constituent l'unité structurelle et fonctionnelle de base du service respiratoire. Au sein de l'acinus, les bronchioles respiratoires se ramifient, se dilatent et forment des canaux alvéolaires (ductuli alveolares) (Fig. 205), chacun d'eux se terminant par deux sacs alvéolaires. Sur les parois des voies alvéolaires et des sacs se trouvent des bulles ou alvéoles des poumons (alvéoles pulmonaires) (Fig. 205). Chez un adulte, leur nombre atteint 400 millions et chez un acini, environ 15 à 20 alvéoles. Les parois des alvéoles bordent l'épithélium épidermoïde monocouche, sous lequel se trouvent des capillaires sanguins situés dans les septa du tissu conjonctif, qui constituent une barrière aérohématique (entre le sang et l'air), mais n'interfèrent pas avec les échanges gazeux et les vapeurs.

Les poumons sont également divisés en segments bronchopulmonaires (segmenta bronchopulmonalia): le segment droit - par 11, et le segment gauche - par 10 (Fig. 206A-D, 206D-F). Ce sont des zones du lobe pulmonaire ventilées avec une seule bronche du 3ème ordre et alimentées en sang par une artère. Les veines sont généralement communes à deux segments adjacents. Les segments sont séparés les uns des autres par des septa de tissus conjonctifs et ont la forme de cônes ou de pyramides irréguliers. Le sommet des segments faisant face à la porte et la base - à la surface extérieure des poumons.

À l'extérieur, chaque poumon est entouré d'une plèvre (Fig. 205) ou d'un sac pleural, qui est une séreuse mince, brillante, lisse, hydratée (tunica serosa). Il existe une plèvre pariétale ou pariétale (plèvre pariétale) tapissant la surface interne de la paroi thoracique, et une poumon pulmonaire (plèvre pulmonale) étroitement épissée avec le tissu pulmonaire, également appelée viscérale. Entre ces pleures, un espace est formé, appelé cavité pleurale (cavum pleurae) et rempli de liquide pleural (liquor pleurae), ce qui facilite les mouvements respiratoires des poumons.

Un espace est formé entre les sacs pleuraux, qui est limité à l'avant par le sternum et les cartilages costaux, à l'arrière par la colonne vertébrale et en dessous par le tendon du diaphragme. Cet espace s'appelle le médiastin (médiastin) et est classiquement divisé en médiastin antérieur et postérieur. Dans la partie antérieure se trouvent le cœur avec le péricarde, les gros vaisseaux du cœur, les vaisseaux phréniques et les nerfs et le thymus. La trachée, l'aorte thoracique, l'œsophage, le canal lymphatique thoracique, les veines non appariées et semi-non appariées, les troncs sympathiques et les nerfs vagues se trouvent dans la partie postérieure.