Pneumonie chez le nouveau-né

Une pneumonie peut survenir chez le nouveau-né in utero ou peut résulter d'une infection des poumons dans les premiers jours suivant la naissance. Plus souvent, souffrent de pneumonie congénitale prématurés.

Inflammation des poumons des nouveau-nés

La nature de l'apparition de pneumonie chez les nouveau-nés distingue la forme:

La pneumonie congénitale se développe in utero, provoquée par des infections transmises par le placenta, le liquide amniotique infecté.

L'aspiration se produit lors de l'aspiration (absorption de liquide dans les voies respiratoires inférieures) de liquide amniotique, en particulier aux derniers stades de la grossesse.

Une pneumonie acquise se développe chez le nouveau-né, sous forme nosocomiale ou hospitalière, au cours des 2 premiers jours de son séjour à l'hôpital. L'infection se produit par les gouttelettes en suspension dans l'air des adultes environnants.

La fréquence de la pneumonie chez les nouveau-nés à terme est de 1% et chez les nourrissons prématurés de 10%. Le taux d'incidence est encore plus élevé chez les nouveau-nés prématurés (40%) en respiration artificielle.

La maladie a un taux de mortalité très élevé - de 5 à 10% des cas. Il existe également des facteurs de risque sous la forme d'une reconnaissance tardive, à savoir l'état d'immunodéficience congénitale (SIDA).

Facteurs de contamination

La pneumonie chez les nouveau-nés est principalement causée par une infection bactérienne. L'infection peut survenir in utero, lors du passage du fœtus par le canal utérin, dans les premiers jours de la vie.

Augmenter la probabilité de développer une pneumonie chez les nouveau-nés:

  • maladies de la mère de nature infectieuse;
  • prématurité infantile;
  • réanimation à la naissance, hypoxie prolongée chez le nouveau-né.

La cause de l’infection pendant l’accouchement peut être la décharge prématurée de liquide amniotique et l’existence d’une période anhydre avant la naissance, qui dure plus de 12 heures.

Parmi les agents responsables de l'inflammation chez le nouveau-né, on note Staphylococcus aureus, l'intestin, Pseudomonas aeruginosa, Klebsiella, Chlamydia, Proteus, Pneumocystis, Mycoplasma.

À propos d'autres agents pathogènes de la pneumonie, lisez l'article Comment la pneumonie se transmet-elle?

Voies d'infection

L'inflammation des poumons peut être une maladie primaire et peut constituer un foyer secondaire d'infection par une septicémie, une infection virale.

Dans la pneumonie primaire du nouveau-né, les principaux modes d’infection sont les suivants:

  • infection par le placenta d'une mère infectée au cours du développement fœtal;
  • pénétration du liquide amniotique dans les poumons pendant le processus d'aspiration;
  • aéroporté dans les premiers jours de la vie.

Le système immunitaire imparfait de l'enfant et l'immaturité du tissu pulmonaire, en particulier chez les prématurés, contribuent au développement de la maladie. Une cause fréquente de pneumonie congénitale chez les nouveau-nés est l'aspiration de liquide amniotique infecté, pouvant entraîner une pneumonie et une septicémie.

L'aspiration du liquide amniotique in utero survient à la suite de respirations prématurées de l'enfant en fin de grossesse.

À ce stade de la grossesse dans le liquide amniotique, le méconium peut être détecté - des excréments de fœtus qui, tombant dans les poumons, obstruent partiellement les voies respiratoires, entraînant une surexpansion des alvéoles.

Le risque d'aspiration de liquide amniotique contenant du méconium est particulièrement élevé chez les nourrissons nés après terme. La probabilité d'hypoxie dans la présentation pelvienne du fœtus sert également de facteur de risque de pneumonie d'aspiration et d'indication de césarienne obstétricienne.

Si un nouveau-né est né par césarienne, une pneumonie peut encore se développer à la suite d'une hypoxie deux jours après la chirurgie.

Le syndrome d'aspiration du méconium survient chez 1,3% des nouveau-nés et, chez certains d'entre eux, une pneumonie se développe au cours des 2 premiers jours.

La pneumonie congénitale chez le nouveau-né peut causer la rubéole, l'herpès, le cytomégalovirus, qui traversent le placenta de la mère. Les maladies pulmonaires peuvent être dues à la tuberculose, au paludisme, à la listériose et à la syphilis, dont une femme est victime pendant la grossesse.

La nature de la maladie

La pneumonie chez les nouveau-nés peut être un processus bilatéral, unilatéral, en termes de prévalence être focale, segmentaire, lobaire.

La pneumonie focale chez les nouveau-nés est bénigne, peut être traitée avec des antibiotiques, est autorisée pendant 4 semaines.

La quantité de pneumonie croupeuse traitée chez le nouveau-né dépend de la réactivité du système immunitaire de l’enfant. Cette maladie est extrêmement rare, causée par une infection bactérienne.

La pneumonie segmentaire est causée par un virus. Elle survient après un ARVI, la récupération est notée dans 2-3 semaines. Le diagnostic de pneumonie congénitale chez le nouveau-né n’est établi qu’après confirmation par radiographie.

Cela est dû au fait que dans certains types d'inflammation, par exemple sous forme segmentaire, les symptômes peuvent être légers et que la maladie n'est diagnostiquée que par des modifications sur la radiographie.

Il est grave, la pneumonie bilatérale chez les nouveau-nés est caractérisée par une mortalité élevée.

Les pneumocystes et les chlamydia peuvent causer des dommages bilatéraux aux poumons chez les nourrissons. En plus du tissu pulmonaire, l'infection affecte le système cardiovasculaire et réduit le niveau d'hémoglobine dans le sang.

Les symptômes

La pneumonie congénitale est caractérisée par l'apparition de symptômes d'insuffisance respiratoire, cardiaque, accompagnée de:

  • perturbation du système digestif;
  • régurgitation avec un mélange de bile;
  • marbre pâleur de la peau;
  • abaissement de la température corporelle;
  • tachycardie, cœur sourd sonne lors de l'écoute;
  • perturbation du tube digestif;
  • rate hypertrophiée, foie;
  • respiration faible avec respiration sifflante de petit calibre.

La toux et la fièvre chez les nouveau-nés infectés par une pneumonie intra-utérine ne sont pas typiques, mais une jaunisse peut survenir.

La pneumonie néonatale, survenue dans les premiers jours de la vie, est caractérisée par:

  • refus de nourriture, régurgitation;
  • peau pâle;
  • forte fièvre;
  • l'apparition d'essoufflement;
  • respiration fréquente;
  • toux
  • abaisser la pression artérielle.

Traitement

En identifiant le méconium dans le liquide amniotique et un risque accru de pneumonie, le nouveau-né est assisté par un traitement non médicamenteux lors de l'accouchement.

  1. Même avant l'apparition du support, le contenu du nez et de la cavité buccale, qui est le liquide amniotique avec le méconium, un cathéter fin, est aspiré pour empêcher l'aspiration du contenu dans les poumons.
  2. Lorsque le tonus musculaire est faible, la trachée est intubée avec un mince tube endotrachéal.
  3. Procéder à une oxygénothérapie en saturant le sang du nourrisson en oxygène.
  4. Selon les indications transférées à la ventilation artificielle des poumons pendant 1-2 jours.

Le pronostic chez les nouveau-nés atteints du syndrome d'aspiration méconiale est compliqué non seulement par le risque de pneumonie intra-utérine congénitale, mais également par une déficience neurologique due à l'hypoxie cérébrale. Environ 1/5 de ces enfants sont en retard sur leurs pairs en termes de développement physique et psycho-émotionnel.

Le traitement de la pneumonie chez les nouveau-nés n’est pratiqué qu’à l’hôpital, avec l’utilisation d’antibiotiques et d’un traitement immunocorrecteur.

Selon les indications, l’oxygénothérapie est utilisée pour augmenter la concentration en oxygène dans le sang - elle inhale un mélange humidifié air-oxygène chauffé.

Selon la nature de l'infection, les antibiotiques sont administrés:

  • avec streptocoque, staphylocoque, infections à entérocoques, infection à Klebsiella, Listeria, ampicilline, amoxicilline + clavulatate;
  • lorsqu'il est infecté par un spirochaete pâle - pénicilline;
  • contre Pseudomonas aeruginosa, les champignons Candida, le bacille de Ceftazidime anaérobie de Serratia, la céfépérazone;
  • quand elle est infectée par des mycoplasmes, la chlamydia fait l’érythromycine par voie intraveineuse.

Simultanément à l'utilisation d'antibiotiques, d'un traitement antifongique (Diflucan), un traitement par vitamines est effectué, l'équilibre en eau et en sel est contrôlé.

Prévention

La principale prévention de la pneumonie chez les nouveau-nés est le traitement des maladies infectieuses de la mère pendant la grossesse, le respect des règles de protection de l'enfance dans les premiers jours après la naissance.

Le contrôle des infections nosocomiales, l’utilisation de matériel à usage unique pour les soins des enfants, est tout aussi important.

Des complications

Il existe un risque d'effets indésirables de la pneumonie intra-utérine congénitale chez les nouveau-nés prématurés présentant un déficit pondéral grave. Dans ce cas, l'enfant est menacé de dysplasie broncho-pulmonaire.

La pneumonie sévère chez le nouveau-né à terme peut être accompagnée d'atélectasie - collapsus pulmonaire. Avec une faible réactivité du système immunitaire, une défaillance multiviscérale, la septicémie du nouveau-né peut être une conséquence de l'inflammation.

Prévisions

Le pronostic des nourrissons nés à terme qui ont eu une pneumonie, un développement intra-utérin ou acquis au cours des premiers jours de la vie est favorable. Les enfants ne sont pas en retard sur leurs pairs, se développent normalement.

Chez les prématurés présentant un déficit pondéral important, le pronostic est compliqué par une pneumonie mycoplasmique et bactérienne, la probabilité de développer une dysplasie broncho-pulmonaire.

Dans la suite de ce sujet, nous vous suggérons de lire l'article «Symptômes de pneumonie chez les enfants».

Pneumonie chez un nouveau-né: diagnostic et traitement

La pneumonie est l’une des maladies infectieuses et inflammatoires les plus courantes et les plus dangereuses de la période néonatale, en particulier chez les prématurés. La pathologie est caractérisée par le développement d'un processus inflammatoire actif du parenchyme des poumons et des parois des bronches.

La maladie est caractérisée par le moment de l'infection et le type d'agent infectieux. L'infection survient pendant la gestation (pneumonie intra-utérine), lors de l'accouchement (aspiration ou intrapartum) et pendant la période post-partum (postnatale).

Pneumonie intra-utérine

La maladie survient à la suite d'une infection du fœtus:

  • transplacentalement, hématogène;
  • pendant la période anténatale, lorsqu'il est infecté par le liquide amniotique infecté, l'agent infectieux pénètre directement dans les poumons du fœtus.

Causes de la pneumonie intra-utérine:

  • mise en œuvre et généralisation de l'infection TORCH (toxoplasmose, chlamydia, infection à cytomégalovirus ou herpès, listériose, syphilis);
  • maladies infectieuses et inflammatoires du système urogénital et du tractus gastro-intestinal chez une femme enceinte présentant une infection à la baisse et une infection du liquide amniotique (le groupe des streptocoques B est considéré comme l'agent causal le plus fréquent (sérovars I et II);
  • infections virales et bactériennes aiguës, transférées à une femme enceinte en fin de grossesse.

L'infection la plus fréquente chez le fœtus survient dans les dernières semaines, jours ou heures précédant l'accouchement. Le risque d'inflammation prénatale chez le fœtus est significativement plus élevé chez les prématurés.

Facteurs de risque et causes d'infection intra-utérine du fœtus avec développement de pneumonie:

  • hypoxie intra-utérine chronique;
  • malformations congénitales du système broncho-pulmonaire;
  • immaturité gestationnelle du fœtus, prématurité;
  • endométrite, cervicite, chorioamnionite, vaginite, pyélonéphrite chez la femme parturiente;
  • insuffisance placentaire avec la circulation placentaire altérée.

Les caractéristiques distinctives de la pneumonie intra-utérine sont les suivantes:

  • développement de symptômes de la maladie dans les premiers jours de la vie de l'enfant (avant sa sortie de la maternité), moins souvent dans les 3 à 6 semaines (pneumonie à Chlamydia et à mycoplasmes);
  • la maladie est accompagnée d'autres manifestations d'infection intra-utérine - éruption cutanée, conjonctivite, hypertrophie du foie et de la rate, symptômes de méningite ou d'encéphalite, autres manifestations pathologiques de l'infection par TORCH;
  • la pathologie se manifeste plus souvent par un processus inflammatoire bilatéral, aggravant l'évolution de la maladie;
  • la maladie se développe dans le contexte d'une prématurité profonde, d'une maladie de la membrane hyaline, d'atélectasies multiples ou d'une bronchiectasis et d'autres malformations des bronches et des poumons.


Les symptômes de la pneumonie intra-utérine comprennent:

  • essoufflement qui survient immédiatement après l'accouchement ou dans les premiers jours de la naissance de l'enfant, moins souvent à un stade ultérieur;
  • la participation à l'acte de respiration des muscles auxiliaires, qui se manifeste par l'inhibition des espaces intercostaux, la fosse jugulaire;
  • écoulement mousseux de la bouche;
  • accès de cyanose et d'apnée;
  • refus de manger, régurgitation;
  • fatigue en suçant;
  • fièvre
  • toux fréquente et improductive, parfois vomissements.

Les autres signes de pneumonie intra-utérine sont:

  • augmentation de la pâleur de la peau;
  • saignement accru;
  • hypertrophie du foie et de la rate;
  • sclérama, divers exanthèmes et enanthèmes;
  • perte de poids croissante.

En l'absence d'un diagnostic opportun et de la désignation d'un traitement adéquat chez un enfant, il se produit une aggravation de l'insuffisance respiratoire, le développement d'une insuffisance cardiaque et vasculaire et un choc infectieux toxique.

La pathologie se développe plus particulièrement chez les nourrissons prématurés de grande profondeur ou chez les enfants présentant une immaturité morphofonctionnelle importante du système respiratoire (violation de la synthèse du surfactant, pneumothorax, multiples malformations congénitales des poumons et des bronches, thymome).

Par conséquent, l'évolution de la maladie est exacerbée par des comorbidités complexes et conduit souvent à des conséquences fatales, en particulier une pneumonie bilatérale grave.

Une véritable pneumonie intra-utérine survient dans 2 à 4% des cas, le plus souvent chez le nouveau-né. Une pneumonie se développe pendant ou après la naissance.

Pneumonie intranatale

Dans la pneumonie intrapartum, les agents responsables du processus infectieux-inflammatoire sont divers agents infectieux infectés lors de l'accouchement:

  • lorsqu'un enfant passe par des chemins infectés;
  • par ingestion de liquide amniotique infecté ou de méconium (pneumonie d'aspiration).


Le développement d'un processus infectieux dans la pneumonie intrapartum est favorisé par:

  • prématurité ou immaturité morphofonctionnelle grave du nouveau-né;
  • hypotrophie intra-utérine;
  • asphyxie de naissance;
  • violation de l'adaptation cardiaque pulmonaire du nouveau-né;
  • syndrome de détresse (syndrome de dépression respiratoire) après une anesthésie générale à la suite d'une césarienne augmente considérablement le risque de pneumopathie chez l'enfant;
  • longue période anhydre à l'accouchement;
  • fièvre lors de l'accouchement.

La pneumonie postnatale est une inflammation du tissu pulmonaire apparue après l'accouchement: pneumonie stationnaire, hospitalière (nosocomiale) ou non hospitalière («à domicile») chez le nouveau-né.

Selon le pathogène, on distingue les formes suivantes de la maladie:

  • viral;
  • parasite;
  • bactérien;
  • des champignons;
  • mixte (bactérienne virale, bactérienne fongique).

Les principales causes de pneumonie postnatale sont:

  • asphyxie à la naissance avec aspiration de liquide amniotique et de méconium;
  • blessure à la naissance, souvent à la colonne vertébrale, avec lésions de la colonne cervicale et des segments thoraciques supérieurs;
  • lésions cérébrales prénatales;
  • malformations du système broncho-pulmonaire;
  • prématurité;
  • réanimation pendant le travail, intubation trachéale, cathétérisme de la veine ombilicale, ventilation mécanique;
  • contact avec des infections respiratoires virales et bactériennes avec une infection aéroportée après l'accouchement;
  • hypothermie ou surchauffe de l'enfant;
  • régurgitation et vomissements avec aspiration du contenu gastrique.

Symptômes cliniques de pneumonie postnatale chez un nouveau-né:

  • début aigu avec prévalence de symptômes généraux - toxicose, fièvre, régurgitation, faiblesse, refus de manger;
  • toux superficielle et improductive fréquente;
  • dyspnée avec cyanose et la participation des muscles auxiliaires;
  • écoulement mousseux de la bouche, gonflement des ailes du nez;
  • respiration sifflante lointaine, respiration bruyante (avec une augmentation significative de la fréquence des mouvements respiratoires) et le degré d'insuffisance respiratoire dépend de la quantité de VAN par minute;
  • accession de troubles cardiovasculaires.

Particularités de la pneumonie postnatale

Le tableau clinique de la pneumonie au cours de la période néonatale dépend de la virulence de l'agent pathogène, du degré de maturité de tous les organes et systèmes de l'enfant et de la présence de processus pathologiques associés:

  • au stade initial, la maladie a une trajectoire effacée et les symptômes de la maladie apparaissent souvent plusieurs heures ou plusieurs jours après le développement du processus inflammatoire;
  • Les premiers symptômes ne sont pas caractéristiques de la pneumonie: léthargie, faiblesse, régurgitation, absence de réaction thermique s’expliquent par l’immaturité du système de thermorégulation et la réactivité immunologique du corps.
  • On note souvent une inflammation de petite taille, difficile à diagnostiquer lors d'une auscultation, et le diagnostic n'est posé qu'après l'apparition de symptômes respiratoires (essoufflement, toux, cyanose);
  • les phénomènes catarrhales au cours de l'infection par des virus respiratoires sont souvent absents en raison d'une lésion précoce du parenchyme pulmonaire et du manque d'immunité locale;
  • chez les nouveau-nés à terme, sans comorbidité sévère, la maladie présente un pronostic favorable pour la vie et la santé, sous réserve d'un diagnostic opportun et d'un traitement antibiotique précoce.

Facteurs de développement

Les facteurs de développement de la pneumonie chez le nouveau-né sont les suivants:

  • évolution pathologique de la grossesse compliquée par une pathologie obstétrique ou somatique;
  • maladies infectieuses et inflammatoires du système génito-urinaire, respiratoire ou digestif de la mère;
  • mise en œuvre et progression des infections intra-utérines;
  • hypoxie intra-utérine chronique et malnutrition;
  • accouchement par césarienne;
  • asphyxie à la naissance avec syndrome d'aspiration;
  • pneumopathies et autres anomalies congénitales du système broncho-pulmonaire;
  • maladie pulmonaire héréditaire;
  • prématurité;
  • blessure à la naissance intracrânienne ou rachidienne
  • prestations de réanimation lors de l'accouchement (ventilation mécanique, intubation trachéale);
  • régurgitations ou vomissements avec aspiration d'aliments;
  • soins inappropriés pour les enfants (hypothermie, surchauffe, ventilation insuffisante de la pièce);
  • situation sanitaire et épidémique défavorable à l'hôpital et à la maison;
  • contact avec des virus respiratoires, porteurs de microorganismes pathogènes infectés par le système respiratoire.

Diagnostics

Le diagnostic de cette maladie chez le nouveau-né repose sur une analyse complète:

  • signes cliniques de la maladie;
  • l'anamnèse;
  • examen de l'enfant et examens physiques;
  • paramètres de laboratoire (modifications de l'analyse clinique du sang, des gaz sanguins, KOS).

Cependant, la radiographie des poumons revêt une importance primordiale: elle permet de déterminer le foyer de l’inflammation, les modifications des bronches et des ganglions lymphatiques intrathoraciques, la présence d’anomalies et de malformations à la naissance.

Traitement

La pneumonie, apparue au cours de la période néonatale, est considérée comme une pathologie dangereuse nécessitant une surveillance constante de l’état de l’enfant et une correction médicamenteuse. Par conséquent, la maladie n’est traitée qu’à l’hôpital, sa durée (combien de temps le bébé restera dans le service) dépend de la gravité de la maladie et de la présence de complications.

Le traitement de la pneumonie chez le nouveau-né commence par la nomination d'antibiotiques à large spectre, la correction de l'homéostasie altérée, les troubles respiratoires et cardiovasculaires, la réduction de la toxicose.

Pour le bébé nécessite des soins constants:

  • allaitement avec du lait maternel ou un mélange adapté de sonde ou corne jusqu’à disparition des troubles respiratoires et amélioration du bien-être de l’enfant;
  • soins hygiéniques de la peau;
  • création d'un microclimat confortable dans une pièce ou un couveze (chez les prématurés);
  • prévention de l'hypothermie ou de la surchauffe du bébé, changements fréquents de la position du corps.


Traitement supplémentaire prescrit:

  • immunoglobulines ou autres immunostimulants;
  • médicaments symptomatiques (antipyrétiques, antitussifs, mucolytiques, anti-inflammatoires);
  • des vitamines;
  • probiotiques;
  • massage tonique et vibrant;
  • physiothérapie, enveloppements à la moutarde, compresses d’huile, inhalations.

La durée du traitement de la pneumonie chez les nouveau-nés est en moyenne d'environ un mois.

Complications et conséquences

Avec le traitement correct et opportun de la pneumonie, les conséquences peuvent être des rhumes et des infections respiratoires fréquents, une bronchite, une diminution persistante de l'immunité chez un enfant.

Des complications se développent chez les enfants avec l'immaturité des organes et des systèmes, une hypotrophie intra-utérine, un traumatisme ou des malformations à la naissance et d'autres comorbidités. La pneumonie bilatérale chez les bébés prématurés se manifeste le plus négativement.

Il y a des complications majeures:

  • pulmonaire - atélectasie, pneumothorax, abcès, pleurésie, insuffisance respiratoire progressive;
  • complications extrapulmonaires - otite, mastoïdite, sinusite, parésie intestinale, insuffisance surrénalienne, augmentation de la formation de caillots sanguins, insuffisance cardiovasculaire, cardite, sepsie.

Au cours de l'année, le bébé est sous surveillance médicale.

Caractéristiques du cours et du traitement des bébés prématurés

Chez les prématurés, les pneumonies congénitales et néonatales précoces se développent beaucoup plus fréquemment que les bébés nés à terme, ce qui est associé à une incidence élevée de pneumopathies, de troubles du développement et d'infections intra-utérines. La pneumonie a une localisation bilatérale du processus inflammatoire avec un tableau clinique maigre, déguisé en autres pathologies somatiques ou maladies neurologiques (léthargie, adynamie, léthargie, régurgitation, succion altérée).

Le tableau clinique est dominé par les signes de toxicose, puis d’échec respiratoire avec une sévérité élevée de l’hypoxémie et de l’acidose métabolique respiratoire. En cas de pneumonie prématurée, il est plus probable que le tableau clinique soit peu développé et que l’hypothermie est prédominante. Une forte fièvre accompagnée de pneumonie apparaît rarement.

La fréquence élevée des symptômes extrapulmonaires aggravant l'évolution de la maladie - perte de poids progressive, diarrhée, dépression du système nerveux central avec disparition des réflexes de succion et de déglutition. Les bébés prématurés présentent un grand nombre de complications pulmonaires et extrapulmonaires.

Après la pneumonie, des dysplasies broncho-pulmonaires sont observées, provoquant des maladies broncho-pulmonaires récurrentes.

Prévention

Les principales mesures préventives contre la pneumonie chez les nouveau-nés comprennent:

  • élimination complète des principaux facteurs de prédisposition et de provocation;
  • examen médical et amélioration chez les femmes planifiant une grossesse, assainissement de tous les foyers d’infection avant le début de la grossesse;
  • contrôle de la grossesse et du développement fœtal, élimination de tous les dangers, examens de dépistage;
  • tactiques correctes de l'accouchement, prévention des blessures à la naissance;
  • l'observance des mesures sanitaires et épidémiologiques à la maternité et l'observance de l'incubateur avec une prématurité profonde.

La prévention de la pneumonie postnatale est une restriction complète du contact avec les patients infectés, de l'allaitement au sein et de la création d'un mode confortable dans la pièce où réside l'enfant.

L'inflammation des poumons chez les nouveau-nés est difficile à traiter, elle provoque souvent des processus dysplasiques des bronches et des alvéoles, des complications pulmonaires et extrapulmonaires. Par conséquent, la prévention de l'apparition de cette pathologie est la base de la santé future du bébé.

Auteur: Sazonova Olga Ivanovna, pédiatre

Pneumonie chez le nouveau-né: bilatérale, grave, infectieuse

La pneumonie chez un nouveau-né est une inflammation des poumons qui se développe immédiatement après la naissance ou au cours des vingt-huit premiers jours de la vie d’un bébé. La pneumonie chez de si petits enfants se caractérise par le fait que le processus inflammatoire se propage rapidement aux deux poumons et que l’état de l’enfant s’aggrave de minute en minute. Les complications de la maladie sont très graves, vous devez donc connaître les principaux symptômes et les principes de traitement de cette pathologie.

Code CIM-10

Épidémiologie

Les statistiques de pneumonie indiquent un pourcentage élevé de la maladie chez les enfants nés de grossesses et d'accouchements pathologiques. Chez les mères porteuses actives d'infections virales et bactériennes dangereuses, la pneumonie, manifestation d'infection généralisée, survient dans 78% des cas. Parmi le nombre total de patients, les bébés prématurés ont 40% plus de risques de présenter une pneumonie congénitale, même avec une grossesse non compliquée.

Causes de la pneumonie chez un nouveau-né

La pneumonie est un processus inflammatoire aigu du tissu pulmonaire, qui s'accompagne d'une accumulation d'exsudat inflammatoire dans les alvéoles et de symptômes du système respiratoire. Malgré un si petit âge, la pneumonie chez le nouveau-né peut aussi souvent être la même que chez l'enfant plus âgé. Cela est dû à de nombreux facteurs et causes. Différents agents pathogènes jouent un rôle dans le développement de différents types de pneumonie chez les nouveau-nés. Par conséquent, pour comprendre l'étiologie de la pneumonie, vous devez d'abord examiner quels types il existe.

Au moment des symptômes distinguer la pneumonie congénitale et néonatale. La pneumonie congénitale survient dans les trois premiers jours après la naissance. La cause de cette pneumonie est due à des virus qui pénètrent dans la barrière hémato-encéphalique. Par conséquent, les principaux agents responsables de cette pneumonie sont considérés comme des virus systémiques du groupe TORCH - il s'agit du virus de la rubéole, du cytomégalovirus, du virus de l'herpès, de la toxoplasmose et de la syphilis. Si nous parlons d'une telle infection, alors que l'infection transplacentaire est survenue dans les premiers stades de la grossesse et que la pneumonie peut être l'une des manifestations de l'infection intra-utérine. La cause de la pneumonie congénitale peut aussi être une bactérie - chlamydia, mycoplasme, listeria, ureaplasma, candida, trichomonas. Il y a alors une forte probabilité que l'infection se soit produite à la naissance ou avant la naissance elle-même.

Les causes de la pneumonie néonatale dépendent du moment de l’apparition: il existe une pneumonie précoce (jusqu’à 7 jours) et tardive (de 7 à 28 jours). La pneumonie précoce fait référence aux agents pathogènes susceptibles de constituer une flore à l'état stationnaire. L'infection se produit dans la salle d'accouchement, dans le service des prématurés, pendant la ventilation mécanique. Ensuite, les causes probables peuvent être considérées comme staphylocoque, E. coli, Pseudomonas aeruginosa, Klebsiela. La pneumonie tardive se produit déjà lorsqu'elle est infectée par la flore domestique et est le plus souvent l'association de virus avec des bactéries.

Facteurs de risque

Une telle division exacte en fonction de facteurs étiologiques est très importante, car les approches du traitement de cette pneumonie diffèrent. Mais heureusement, tous les enfants ne tombent pas malades, il existe des facteurs de risque pour cette pathologie, notamment:

  1. les grossesses compliquées et les maladies maternelles perturbent la formation d'une barrière protectrice normale - le placenta;
  2. travail anormal - césarienne, utilisation de forceps obstétricaux - tout cela augmente le risque d'infection supplémentaire;
  3. Les maladies infectieuses chroniques ou aiguës de la mère, affectant le système reproducteur et les voies urinaires, augmentent le risque d’infection lors du passage par le canal utérin;
  4. aspiration mécanique pendant le travail;
  5. l'utilisation de mesures de réanimation pour l'enfant ou d'un ventilateur;
  6. la prématurité, un traumatisme à la naissance ou des dommages au système nerveux central;
  7. mauvaise situation sanitaire et épidémiologique dans la salle d'accouchement.

Pathogenèse

La pathogénie du développement de la pneumonie chez le nouveau-né est associée précisément à l'immaturité de son système respiratoire, ce qui augmente le risque d'infection et le développement rapide du processus infectieux. Sous l'influence de la flore pathogène, qui pénètre dans les poumons, en raison de la présence d'un apport sanguin intensif, les agents pathogènes du flux sanguin se propagent rapidement aux deux poumons. En même temps, un processus inflammatoire se produit dans les alvéoles, dont la sévérité se développe en quelques minutes et en quelques heures. Ceci constitue une violation de la composition gazeuse du sang et une hypoxie cellulaire marquée: ils manquent d'oxygène au moment exact où ils en ont le plus besoin après la naissance. Le manque d'oxygène perturbe rapidement le cerveau, puis d'autres organes internes, entraînant une intoxication très rapide. Ces caractéristiques de la pathogenèse affectent l'évolution clinique de la pneumonie chez le nouveau-né.

Symptômes de pneumonie chez un nouveau-né

Les manifestations cliniques de la pneumonie congénitale apparaissent immédiatement après la naissance ou plusieurs heures plus tard. En règle générale, même avant la naissance, la pneumonie est légèrement compensée par le fait que le bébé se nourrit au travers du placenta. Quand un enfant naît, deux cercles de circulation sanguine commencent à fonctionner et les poumons se redressent après le premier souffle. Puis, quelques heures après la naissance, une hypoxie tissulaire se développe et des symptômes de pneumonie congénitale apparaissent. Les premiers signes de la maladie se manifestent par un état général grave: l'enfant est né avec un teint cyanosé ou gris pâle, il peut y avoir une éruption pétéchiale au fond de l'intoxication. L'enfant a un faible cri et des réflexes innés opprimés dans le contexte d'hypoxie du système nerveux central. Les troubles respiratoires sont également exprimés, le corps essayant de rétablir la quantité requise d'oxygène dans les poumons en raison d'une respiration accrue. Cela se manifeste par un essoufflement. Lors de l'examen du bébé, l'attention est attirée sur les espaces intercostaux et les zones situées au-dessus et au-dessous de la clavicule, ainsi que sur le sternum qui doit couler pendant la respiration. Dans le contexte d'une insuffisance respiratoire, une tachypie et une fréquence cardiaque rapide sont déterminées. Cela s'accompagne d'une perte de poids sur fond d'échec mammaire, ce qui complique encore la situation. Tous les symptômes s'accumulent très rapidement et avec l'augmentation de la température corporelle, il y a souvent des convulsions.

Les caractéristiques du cours de la pneumonie néonatale, en particulier les formes acquises dans la communauté, sont plus claires. Les poumons sont touchés, mais déjà dans le contexte de la compensation relative du corps de l'enfant à l'environnement extérieur. Pendant la période où il n'y avait pas de symptômes, l'enfant a réussi à allaiter un peu, ce qui a non seulement renforcé ses capacités, mais également renforcé sa capacité de protection contre les infections. Par conséquent, les symptômes de la pneumonie néonatale ne sont pas aussi prononcés, mais ils sont similaires. L'enfant devient agité, la température du corps augmente. Dans ce contexte, l’essoufflement apparaît avec la participation de muscles supplémentaires. L'intoxication augmente plus lentement, mais elle est également prononcée et dépend du taux de propagation de l'infection.

La pneumonie bilatérale chez le nouveau-né est très fréquente. Ceci est dû au fait que le corps de l’enfant n’est pas capable de limiter le processus inflammatoire dans un segment, comme chez un enfant plus adulte. En outre, la position horizontale constante et les larges bronches avec des septa alvéolaires minces ne font que contribuer à la propagation rapide de l'infection dans de nouvelles zones. Par conséquent, il n'est pas nécessaire de parler de pneumonie focale du nouveau-né. Mais la pneumonie unilatérale peut être aux premiers stades de la maladie, surtout s'il s'agit d'une pneumonie néonatale tardive. Ensuite, elle est souvent du côté droit car la bronche droite est plus large et plus courte que la gauche. Mais le processus se propage rapidement à un autre poumon, ce qui est important dans le traitement.

Les étapes

Lors d'un examen clinique, le degré d'insuffisance respiratoire est déterminé afin de parler avec précision de la gravité et de la nécessité d'un apport en oxygène ou d'une ventilation mécanique. Le degré d'insuffisance respiratoire peut être assimilé à la gravité, en tenant compte des autres symptômes cliniques. La pneumonie bénigne du nouveau-né s'accompagne d'essoufflement et de cyanose, qui apparaissent lorsque l'enfant est anxieux, et qu'il n'y a pas de symptômes d'autres organes, l'acidose étant modérée.

La pneumonie d'intensité modérée est caractérisée par une dyspnée et une cyanose au repos, une cyanose généralisée avec anxiété, une tachycardie, une tachypie, une diminution du niveau de saturation des cellules en oxygène.

La pneumonie grave chez le nouveau-né s'accompagne de troubles respiratoires sévères, de convulsions, de symptômes du système nerveux central et de la nécessité d'une ventilation mécanique obligatoire.

Les stades de la pneumonie ne diffèrent pas de ceux de l’adulte, la seule chose qui fait que l’inflammation se propage rapidement et que certains agents pathogènes causent rapidement une nécrose (staphylocoque, virus de la grippe, pneumocystose).

Les formulaires

Les principaux types de pneumonie dépendent de la période d'infection et de l'apparition des symptômes.

Ainsi, la pneumonie congénitale a ses manifestations immédiatement après la naissance - l'enfant a un faible degré d'adaptation (score Apgar faible) et les manifestations d'insuffisance respiratoire sont immédiatement visibles. La pneumonie intra-utérine chez le nouveau-né est caractérisée par des symptômes systémiques, car le virus traverse le placenta et peut pénétrer dans de nombreux organes internes. Par conséquent, dans le contexte des symptômes respiratoires, d'autres manifestations sont également exprimées - il peut y avoir une éruption cutanée généralisée sur le corps d'un enfant, des malformations congénitales du cœur, la cécité, des lésions du cerveau ou des ventricules et une hypertrophie du foie.

La pneumonie chez les nouveau-nés après une césarienne est causée par une bactérie présente dans l'équipement ou dans la salle d'accouchement. Par conséquent, il a les principes du diagnostic et du traitement proche du néonatal précoce.

La pneumonie d'aspiration chez le nouveau-né se développe dans le contexte de l'aspiration mécanique chez un enfant. Cela peut être post-grossesse ou une longue période anhydre. La microflore d'une telle pneumonie peut être non seulement pathogène, mais aussi anaérobie. De plus, le méconium est une substance agressive qui peut endommager le tissu pulmonaire.

La pneumonie chez un nouveau-né prématuré a ses propres caractéristiques, étant donné que son corps est sous-développé, y compris les systèmes respiratoire et immunitaire, qui ne peuvent pas répondre à l'infection aussi rapidement. Par conséquent, chez les femmes prématurément, l'apparition de la pneumonie est progressive avec une augmentation de la faiblesse générale, de l'hypotension et de l'hyporéflexie. Ensuite, les symptômes d'intoxication et d'insuffisance respiratoire apparaissent, tandis que les autres symptômes ne sont pas très prononcés. Chez les prématurés, en raison du sous-développement du centre de thermorégulation, ils sont sujets aux basses températures et ne font pas de fièvre. De plus, les données objectives et de laboratoire n'indiquent pas la présence d'une pneumonie. Les bébés prématurés ont un risque très élevé de complications après une pneumonie et le développement d'une septicémie.

L'évolution de la pneumonie virale et bactérienne présente certaines caractéristiques. La pneumonie virale chez les nouveau-nés est plus souvent de nature catarrhale, mais avec un syndrome d'intoxication prononcé, et bactérienne - purulente. La pneumonie purulente chez le nouveau-né est le plus souvent causée par des agents pathogènes intracellulaires, tels que la chlamydia. Dans ce cas, les cellules du système immunitaire sont très difficiles à obtenir une bactérie, ce qui s'accompagne de la formation d'une grande quantité de pus. Cela s'accompagne de symptômes du système respiratoire et de processus destructeurs prononcés des poumons.

En parlant des symptômes de pneumonie chez le nouveau-né, il convient de souligner que même une mère peut déterminer les premières manifestations d’une insuffisance respiratoire chez un enfant. Et ce diagnostic rapide vous permettra de commencer le traitement le plus rapidement possible.

Complications et conséquences

Le corps du nouveau-né a un faible niveau de forces de protection, ce qui contribue à la propagation rapide de l'infection dans le corps de l'enfant. Par conséquent, les complications peuvent se développer sur plusieurs heures avec des conséquences graves. Toutes les complications de la pneumonie peuvent être divisées en pulmonaire et extrapulmonaire. Pleurésie (inflammation de la plèvre), atélectasie (perte de particules pulmonaires), pneumothorax (accumulation d'air dans la cavité thoracique, qui serre les poumons de l'extérieur) sont des complications pulmonaires. Ces complications peuvent survenir dès le deuxième jour de pneumonie non traitée. Les complications extrapulmonaires se développent à la suite de la propagation de l'infection par voie lymphogène ou hématogène. Ceux-ci comprennent l'otite moyenne aiguë, le syndrome hémorragique, le CID, les troubles hémodynamiques, la persistance des communications fœtales et la septicémie. Une telle infection commune avec des lésions des poumons peut rapidement provoquer la pénétration du pathogène dans le sang et développer une bactériémie. Le sepsis chez un enfant aussi petit est fatal, car l’élimination de la bactérie dans ce cas est une tâche très difficile.

Parmi les effets ultérieurs chez les enfants atteints de pneumonie, on note un développement plus fréquent du rachitisme et de l'anémie, qui doit être pris en compte lors de la prise en charge ultérieure de l'enfant après sa sortie de l'hôpital.

Diagnostic de pneumonie chez un nouveau-né

L'anamnèse de la mère concernant la grossesse et l'accouchement peut fournir de nombreuses informations sur le type de pneumonie et les facteurs étiologiques possibles. Il est donc nécessaire d’enquêter en détail sur tous les épisodes de la maladie de la mère, les infections chroniques et la recherche pendant la grossesse.

Le diagnostic de pneumonie pour les symptômes externes devrait également inclure un examen objectif. Dans le cas d'une pneumonie, un son de percussion raccourci sera déterminé par une percussion thoracique. Lors de l'auscultation des poumons, la respiration peut être affaiblie, mais des râles humides et des crepitations ne sont observés que dans 10-15% des cas d'enfants atteints de pneumonie. Par conséquent, vous ne devriez pas trop vous fier à des symptômes objectifs. Dans ce cas, les modifications visuelles apportées par d'autres systèmes jouent un rôle important. Par conséquent, les méthodes de diagnostic de laboratoire et instrumentales jouent un rôle clé dans la confirmation du diagnostic.

Les analyses susceptibles de confirmer l’étiologie de la pneumonie chez le nouveau-né ne sont pas aussi instructives. Cela est dû au fait que, immédiatement après la naissance, l'enfant subit une adaptation physiologique de tous les organes et systèmes, y compris le système circulatoire. Le nombre de globules sanguins est augmenté et le cinquième jour, il se produit un croisement physiologique des leucocytes. Par conséquent, les modifications des données de laboratoire pouvant indiquer une pneumonie ne sont pas aussi spécifiques que celles des enfants plus âgés. Mais les principaux changements sont l'augmentation du nombre de leucocytes dans la dynamique et l'absence de chiasma leucocytaire le cinquième jour de la vie de l'enfant.

S'il est nécessaire d'effectuer un traitement spécifique de la pneumonie chez un enfant ou si la thérapie est inefficace, il est possible de mener une enquête auprès de la mère pour rechercher les virus et les bactéries pouvant provoquer la maladie chez le bébé. À cette fin, effectuez une étude sérologique du sang et déterminez la présence d’anticorps dirigés contre certains agents pathogènes.

Le diagnostic instrumental est une priorité pour confirmer le diagnostic de pneumonie. À ce jour, aucun médecin ne peut établir un tel diagnostic sans une radiographie pulmonaire des organes thoraciques. Cette méthode vous permet d’établir clairement le degré de lésion des poumons et le processus de localisation. Les signes radiologiques de pneumonie chez le nouveau-né sont une respiration pulmonaire et une amélioration du schéma vasculaire aux premiers stades de la maladie, puis des modifications inflammatoires et infiltrantes du caractère de drainage apparaissent.

Diagnostic différentiel

Le diagnostic différentiel de pneumonie doit être réalisé avec la maladie des membranes hyalines, avec syndrome d'aspiration, malformations congénitales des poumons, hernie diaphragmatique, maladie cardiaque et lésions du système nerveux central, accompagnées d'une insuffisance respiratoire.

Les symptômes de pneumonie congénitale et de syndrome de détresse respiratoire sont très similaires, de sorte que les rayons X peuvent être considérés comme la principale méthode de diagnostic. Avec le RDS, les poumons ont l'apparence de "coton", alors qu'avec la pneumonie, les lésions sont plus confluentes et distinctes. Cependant, ces pathologies étant difficiles à différencier, les principes de traitement des deux pathologies ne diffèrent pas beaucoup.

La pathologie du coeur peut être exclue par échographie, ce qui permet d'évaluer l'état et la fonction du coeur. On peut également diagnostiquer une pneumopathie congénitale sur des radiographies, ainsi qu'une hernie diaphragmatique.

Il est très important de différencier l'étiologie de la pneumonie, car l'approche du traitement est différente.

Qui contacter?

Traitement de la pneumonie chez un nouveau-né

Une des caractéristiques du traitement de la pneumonie chez les nouveau-nés est qu’il est nécessaire d’utiliser non seulement des méthodes étiologiques, mais également pathogénétiques, symptomatiques. En effet, pour un tel bébé, même la température de l’air a son importance, car l’hypothermie menace d’une forte détérioration. Par conséquent, le traitement devrait commencer par le régime.

Le plus approprié pour un nouveau-né avec une pneumonie est considéré comme le mode de l'incubateur, car vous pouvez utiliser la température correcte. La température moyenne dans la cagoule pour les enfants de 32 à 34 degrés et une humidité de 80 à 90% les premiers jours. Il est très important de fournir un apport en oxygène, ce qui peut également être fait directement dans l'incubateur.

L'alimentation du nourrisson souffrant de pneumonie doit être poursuivie avec le lait maternel, le nombre total de calories doit être limité, mais la fréquence des tétées doit augmenter. Ce n'est qu'après de telles mesures que nous pourrons parler d'un autre traitement médicamenteux.

La durée du traitement de la pneumonie chez le nouveau-né varie de 14 à 20 jours, en fonction de la gravité du processus. Les antibiotiques pour la pneumonie chez les nouveau-nés sont considérés comme le traitement principal et obligatoire. Dans ce cas, le traitement est effectué avec deux médicaments, dont les méthodes d'utilisation sont uniquement parentérales (intramusculaire et intraveineuse).
Le traitement est effectué par étapes: il existe plusieurs traitements en fonction du type d'antibiotique utilisé. Le premier traitement est prescrit un antibiotique b-lactame (pénicilline semi-synthétique ou céphalosporine 2 générations) en association avec des aminosides. Avec l'inefficacité de cette combinaison de médicaments prescrits médicaments de seconde intention - les céphalosporines 3-4 avec l'amikacine ou la vancomycine.

Quels indicateurs sont importants dans le traitement de la pneumonie chez les nouveau-nés? Tout d'abord, ils se concentrent sur la gravité de la dyspnée, la saturation du sang et le syndrome d'intoxication. L'effet du traitement est estimé entre 48 et 72 heures après le début du traitement. S'il n'y a pas d'effet, une autre ligne de traitement est utilisée.

En association avec des antibiotiques, l'utilisation de préparations probiotiques est nécessaire, car la dysbiose chez ces enfants peut provoquer une diarrhée et une déshydratation, qui aggraveront encore la maladie.

Un traitement de désintoxication doit être mis en place pour corriger les troubles hémodynamiques et restaurer les systèmes métaboliques. Pour ce faire, effectuez le calcul de l'infusion sur le poids de l'enfant avec toutes les pertes et tous les besoins. Si nécessaire, la correction de la fonction des organes vitaux est ajoutée au traitement des médicaments inotropes, antispasmodiques et autres.

L'alimentation en oxygène de l'enfant est nécessairement réalisée, car les troubles métaboliques affectent très gravement le système cardiovasculaire. Si l'enfant est dans la cagoule, il peut s'agir d'un apport d'oxygène libre ou d'un masque. Si l'enfant est faible ou prématuré et qu'une correction de l'acte de respiration est nécessaire, des dispositifs spéciaux d'alimentation en oxygène à pression positive constante dans les voies respiratoires sont connectés. L'arthrite pour la pneumonie chez le nouveau-né est utilisée lorsque le degré d'insuffisance respiratoire est extrêmement grave et que l'enfant a besoin d'un soutien pour l'acte de respirer lui-même.

Les principaux médicaments utilisés dans le traitement de la pneumonie chez les nouveau-nés sont les suivants:

  1. Céfuroxime acétyle est un antibiotique bêta-lactame de deuxième génération utilisé en raison de son action bactéricide sur de nombreux microorganismes opportunistes extracellulaires. Dans le traitement de la pneumonie, ce médicament est utilisé par voie intraveineuse ou intramusculaire. Le dosage du médicament est de 50 à 100 milligrammes par kilogramme de poids corporel par jour. Des effets secondaires sont possibles avec un effet sur l'estomac - une colite ou une dysbiose se développe, qui se manifeste par une distension abdominale, une violation de la chaise. Précautions - ne pas utiliser ce médicament en cas d'allergie aux antibiotiques ou aux pénicillines chez la mère ou les proches.
  2. Amikacin est un antibiotique aminoside efficace contre le staphylocoque, le Klebsiela, Escherichia coli et certaines autres bactéries jouant un rôle important dans les lésions pulmonaires in utero. Dans le traitement de la pneumonie chez les nouveau-nés, une dose de 15 mg / kg / jour est utilisée en 2 doses. Effets secondaires - troubles du sommeil, somnolence ou léthargie, lésions du parenchyme rénal, altération des selles. Précautions - ne pas utiliser en cas de dommages aux reins.
  3. La vancomycine est un antibiotique du groupe des glycopétides qui est efficace contre de nombreuses bactéries à Gram positif, ainsi que certains anaérobies. Il peut être utilisé pour les allergies aux antibiotiques de la pénicilline. La posologie du médicament le premier jour est de 15, puis 10 mg / kg / jour en 2 doses pour les enfants des sept premiers jours et pour les personnes âgées, la même posologie trois fois par jour. L'introduction rapide sous forme de réactions anaphylactiques peut entraîner des effets secondaires ou peut être à l'avenir une déficience auditive ou des effets sur les reins. Mesures de précaution - le médicament peut provoquer des modifications inflammatoires dans les veines, il est donc recommandé d’administrer le médicament lentement avec un changement de site d’administration.
  4. Laktovit - un médicament qui a dans sa composition des lactobacilles, qui forment de l'acide lactique et ne donnent pas la possibilité de multiplier des bactéries pathogènes. De ce fait, le médicament crée des conditions favorables au développement d’une microflore intestinale bénéfique. Dans le même temps, un facteur important est que ces bactéries sont complètement résistantes aux antibiotiques et peuvent donc être utilisées dans le contexte du traitement antibactérien. Un dosage suffisant pour restaurer la microflore et normaliser la fonction du péristaltisme intestinal chez les enfants est d'un demi-sachet par jour en deux doses. La poudre peut être dissoute dans le lait et donnée au bébé avant de l'allaiter. Les effets secondaires - la diarrhée, une violation de la couleur de la chaise, gronde dans l'intestin.

Vitamines et traitement de physiothérapie avec la pneumonie chez le nouveau-né ne sont pas utilisés dans la période aiguë. Lors de la restauration d'un enfant après une maladie, vous pouvez utiliser un massage et certaines procédures visant à résorber les adhérences.

Les vitamines peuvent prendre une mère qui allaite, ce qui améliore la régénération du tissu pulmonaire chez le bébé et accélère la récupération.

Traitement populaire de la pneumonie chez le nouveau-né

Il faut dire que le traitement du nouveau-né à la maison n’est en aucun cas effectué, de sorte que les remèdes traditionnels pour ces bébés ne s’appliquent pas. Mais étant donné que la mère nourrit le bébé avec du lait maternel, avec lequel il est possible de transférer de nombreux nutriments et facteurs immunitaires, la mère peut utiliser des méthodes traditionnelles. Connaissant des femmes à risque qui ont eu des cas similaires dans l'histoire ou au cours d'une grossesse compliquée, il est possible de prendre certains remèdes homéopathiques à des fins de prévention. Mais tout rendez-vous ne devrait être que sur la recommandation du médecin.

Maman peut utiliser des tisanes qui aident à éliminer les toxines:

  1. Le thé de feuilles de tilleul et les fruits de Viorne peuvent être utilisés en petites quantités après chaque repas. Pour un tel thé, vous devez prendre trente grammes de feuilles de tilleul et le même nombre de baies de viorne par litre d'eau. Vous devez boire 50 grammes de thé. Ainsi, lors de la prochaine tétée, l'enfant recevra de telles substances utiles.
  2. La framboise a une activité antivirale et antibactérienne élevée en tant qu'antioxydant naturel. Mais comme le corps est très allergisé, il ne faut pas prendre de thé à la framboise plus de deux fois par jour. Il est préférable d’utiliser des framboises fraîches pour le thé, si la saison le permet. Mais la framboise de la canette vaut moins la préférence aux gousses de la framboise, qui ont des propriétés plus bénéfiques. Le thé devrait être rendu ordinaire avec l'ajout d'une certaine quantité de baies ou de gousses.
  3. Les baies d'argousier peuvent également être utilisées pour faire du thé médicinal. Avant cela, il est nécessaire que les baies restent pendant deux semaines dans le sucre, puis que l'on ajoute deux baies à l'eau pour faire un tel thé. Vous pouvez boire deux ou trois fois par jour.
  4. La décoction de feuilles de mère et de belle-mère et de romarin sauvage peut être utilisée dès la période de récupération active de l'enfant, ce qui améliore l'écoulement des expectorations purulentes et améliore la respiration. Pour ce faire, faites du thé à partir de 60 grammes de feuilles d'herbes et d'un litre d'eau, et la mère prend deux fois 50 millilitres.

Homéopathie Il peut également être utilisé par la mère pendant la grossesse et jusqu’à ce que l’enfant soit complètement rétabli après la maladie.

  1. Gammamelis est un remède homéopathique d'origine végétale naturelle. Le médicament peut être utilisé lorsque la maladie chez les enfants nés prématurément au cours de l'évolution pathologique de la grossesse. Méthode d'utilisation du médicament - pour maman pendant trois semaines. Posologie - cinq grains trois fois par jour. Les effets secondaires peuvent être sous forme d'insomnie ou une violation de la chaise sous forme de pronos, ce qui nécessite de réduire de moitié la dose.
  2. Le phosphore est un agent homéopathique d'origine inorganique. Cet outil agit en améliorant la synthèse des cellules immunitaires de l'immunité non spécifique. Utilisé dans le traitement de la pneumonie chez les enfants lors de l'ajout de médicaments au régime alimentaire de la mère. La posologie du médicament en deux gouttes toutes les six heures dans du thé ou de l'eau pour maman. Les effets secondaires sont possibles sous la forme de réactions allergiques. Mesures de précaution - il est impossible d'utiliser une préparation à la suspicion sur les défauts congénitaux chez l'enfant.
  3. Argentum nitricum est une préparation complexe d'origine inorganique. Il est utilisé pour le traitement des bébés nés à temps ou transférés après une césarienne. Méthode d'utilisation du médicament en comprimés. Le dosage du médicament pour la mère - une pilule toutes les six heures dans la période aiguë. Les effets secondaires ne peuvent être que sous la forme de manifestations allergiques.
  4. Thuja compositum est un médicament homéopathique d'origine végétale naturelle. Il est recommandé de l'utiliser spécifiquement pour normaliser la récupération du corps après son retour à la maison. Cette plante est un excellent outil pour restaurer l'appétit de l'enfant et son adaptation au monde extérieur après une pathologie respiratoire. Méthode d'application - sous forme de gouttes qui les dissolvent dans de l'eau pure. Posologie - trois gouttes par cinquante grammes d'eau pour maman trois fois par jour. Les effets secondaires sont souvent observés sous la forme d'une violation de la chaise, l'insomnie. Mesures de précaution - il est impossible d'appliquer en présence d'une allergie dans une famille aux conifères.

La récupération du nouveau-né après une pneumonie n’est pas aussi rapide car elle nécessite non seulement une récupération clinique avec l’élimination de l’agent pathogène, mais également la restauration du fonctionnement normal des poumons, du cœur et du suivi des fonctions vitales. Lorsque la pneumonie perturbe le processus naturel de synthèse et de restauration du niveau de surfactant, il faut donc du temps et un fonctionnement normal du système respiratoire. Au total, s’il n’ya pas de complications, la période de crise aiguë peut prendre fin au bout de quatre semaines, mais le rétablissement complet intervient au bout de trois à quatre mois. À ce stade, l'enfant a besoin des soins à domicile les plus doux et les plus attentifs, d'une nutrition adéquate et de bons soins.