Bronchospasme

Le bronchospasme ou syndrome bronchospastique est un complexe de symptômes caractérisé par la contraction des muscles des bronches. Le patient a des difficultés d'expiration en raison du rétrécissement des bronches. Il est important de fournir au patient des soins médicaux rapidement, sinon cela peut être fatal.

Causes et symptômes

Le bronchospasme est une complication d'autres maladies du système respiratoire

Dans le bronchospasme, les muscles bronchiques se contractent involontairement, entraînant une petite lumière entre les bronchioles et les bronches. Cette condition empêche l'oxygène d'entrer dans les poumons. Dans ce contexte, de l'oxygène en quantité insuffisante pénètre dans le sang et donc dans tous les organes humains.

Au début du développement d'un processus allergique ou inflammatoire, le bronchospasme est une réaction protectrice. Les bronches ne se relâchent pas et le gonflement augmente, ce qui provoque une hypoxie.

Un bronchospasme est souvent observé chez les enfants, mais il peut également se produire chez les adultes. Les principaux facteurs contribuant au développement du bronchospasme:

  • La présence d'un corps étranger dans les voies respiratoires.
  • Asthme bronchique.
  • Grand effort physique.
  • Infections des voies respiratoires.

En outre, le développement d'un bronchospasme peut être dû à d'autres raisons: prise de certains médicaments, intoxication chimique, brûlure des voies respiratoires, tabagisme passif, conditions défavorables. Un bronchospasme peut se développer dans le contexte d'une bronchite, d'un asthme bronchique et d'un emphysème.

Assez souvent, des spasmes bronchiques sont observés chez les personnes sujettes aux réactions allergiques.

Les manifestations cliniques des spasmes bronchiques sont plus prononcées chez les enfants que chez les adultes. Les signes d'une attaque de bronchospasme sont:

  • Respiration bruyante.
  • Essoufflement.
  • Forte toux sèche.
  • Trouble du rythme cardiaque.
  • Expansion de la poitrine.

Plus d'informations sur la bronchite peuvent être trouvées dans la vidéo:

Lorsque de grandes quantités de dioxyde de carbone s'accumulent dans les alvéoles, la peau peut changer de couleur. Généralement, il y a un triangle nasolabial bleu. Les attaques commencent souvent la nuit. Ce sont des symptômes alarmants, dans lesquels vous devriez absolument consulter un médecin.

Complications possibles

Un bronchospasme prolongé entraîne l'apparition de processus irréversibles dans les poumons. Les mucosités s'accumulent dans les bronchioles, ce qui peut entraîner le développement d'une infection secondaire.

En l'absence de traitement adéquat et opportun, le développement d'une bronchite déformante est possible.

Cette pathologie conduit en outre au développement d'une insuffisance respiratoire.

Dans les cas plus graves, le syndrome bronchospastique peut provoquer une bronchosclérose, une maladie pulmonaire obstructive chronique et d'autres pathologies pulmonaires. Il est important de traiter le bronchospasme à un stade précoce pour prévenir le développement de complications possibles.

Premiers secours pour une saisie

Une boisson chaude aidera à soulager les spasmes

En cas d'attaque, vous devriez essayer de l'éliminer chez vous. Dans la pièce où se trouve le patient, il est nécessaire d'ouvrir une fenêtre pour permettre l'accès à l'air frais. À ce stade, vous devez appeler la brigade des ambulances.

En attendant l'ambulance, il est recommandé d'inspirer avec l'utilisation de Berodual ou de Pulmicort. Il faut calmer l'enfant ou l'adulte, planter, déboutonner ses vêtements.

Si les symptômes du bronchospasme ne se répètent pas pour la première fois, il devrait y avoir des médicaments dans le placard à domicile pour médicaments pour le soulagement des convulsions:

  • Ces médicaments sont des médicaments à inhaler: Berotek, Salbutamol, Berodual, etc.
  • Parmi les glucocorticoïdes, il est recommandé d’utiliser Pulmicort, Beclavone, etc.

Soulager la situation en donnant au patient une boisson alcaline. Vous pouvez réchauffer l'eau minérale ou boire du lait en ajoutant du soda.

Il est strictement interdit aux spasmes de médicaments antitussifs contenant de la codéine.

En outre, vous ne pouvez pas frotter le patient avec des pommades odorantes, des huiles aromatiques, etc. La prise de médicaments antiallergiques est également contre-indiquée sans consultation médicale.

Traitement de la toxicomanie

Un traitement ultérieur est prescrit par un pneumologue ou un allergologue, en fonction de la cause du bronchospasme.

Dans le cas du diagnostic de spasme bronchique, le traitement consiste à éliminer et à éliminer la cause du symptôme. Il est important d'identifier la pathologie à temps, vous éviterez ainsi le développement de nombreuses complications.

Lorsque le bronchospasme est prescrit un traitement complet, en tenant compte de l'établissement des causes du développement de cette pathologie:

  • Parmi les médicaments, le médecin prescrit des bronchodilatateurs (Salbutamol, Ventolin), des bronchodilatateurs (Singlon, Clenbuterol, Bronholitine, etc.).
  • Pour améliorer la décharge des expectorations, appliquez des mucolytiques et des médicaments expectorants. Les médicaments de ce groupe sont l’ambrobène, le fluimucil et d’autres.
  • En outre, les glucocorticoïdes sont prescrits pour éliminer les spasmes.
  • En milieu hospitalier, une solution d'Euphyllinum est administrée par voie intraveineuse à un patient. Il dilate les bronches avec des spasmes et contribue à une diminution de la pression dans le tronc pulmonaire. Cet outil entraîne de nombreux effets indésirables sur le système cardiovasculaire. Le médicament est donc prescrit avec prudence.
  • Si les spasmes des voies respiratoires sont des allergènes, il est important d’éliminer le contact avec les allergènes et de renforcer le système immunitaire. Peut-être l'utilisation d'antihistaminiques, d'antiviraux, d'antibiotiques.
  • Il est efficace de faire une inhalation de bronchospasme. Ces procédures hydratent la membrane muqueuse, préviennent le développement de l'œdème, favorisent la régénération rapide des tissus et améliorent la microcirculation.

Tous les médicaments sont prescrits exclusivement par un médecin, en tenant compte de la gravité de la maladie.

Méthodes folkloriques

Il ne faut pas oublier que les méthodes traditionnelles ne peuvent remplacer le traitement médicamenteux.

Si des épisodes de bronchospasme ont déjà été observés, vous pouvez utiliser les méthodes traditionnelles chez vous pour réduire la fréquence des attaques.

Prescriptions communes pour le traitement du bronchospasme:

  1. Bouillon de feuilles de romarin sauvage et d'ortie. Verser dans le récipient en quantité égale de 20 g de feuilles séchées de romarin sauvage et d’ortie. Mélange versez litre d'eau bouillante et laissez reposer pendant une heure. Ensuite, filtrer et prendre de petites portions.
  2. Bouillon de racine de réglisse. 10 g de racine de réglisse versez 1 litre d’eau bouillante. Puis cuire pendant 20 minutes. Dans le bouillon refroidi fini, dissolvez la momie. Prenez un mois pour un verre.
  3. Oignons au miel. Râpez un petit oignon et ajoutez une cuillère à café de miel. Mélangez le mélange et utilisez-le en petites portions.
  4. Il est utile d'effectuer l'échauffement et l'inhalation. Ces méthodes sont utilisées en l'absence de température. Mettez les pommes de terre bouillies sur la poitrine, préalablement enveloppées dans une serviette.
  5. Bien aider l'inhalation pour la décharge de crachats. Dans une petite casserole, ajoutez un mélange curatif de camomille, d'absinthe, d'elecampane et portez à ébullition. S'il n'y a pas d'allergie à l'iode, vous pouvez ajouter quelques gouttes. Une fois que le bouillon a légèrement refroidi, vous devez incliner votre tête sur la casserole et sur le dessus avec une serviette. L'inhalation doit être effectuée dans les 15 à 20 minutes.

Il convient de rappeler que le traitement du bronchospasme uniquement est interdit. Ceci est seulement une thérapie auxiliaire, qui vise à réduire la manifestation des symptômes, mais n'élimine pas la cause du bronchospasme.

Prévention

Pour prévenir le développement du bronchospasme devrait suivre certaines recommandations, à savoir:

  1. Traiter en temps opportun les maladies qui provoquent le développement de spasmes des muscles lisses des voies respiratoires (bronchite, bronchiolite, etc.).
  2. Évitez les efforts physiques excessifs, les situations stressantes et les surmenages émotionnels.
  3. Il est important d'abandonner les mauvaises habitudes.
  4. Si possible, évitez les effets néfastes sur le corps: inhalation de vapeurs nocives, etc.
  5. Il est nécessaire de traiter rapidement les infections chroniques et les maladies des voies respiratoires.
  6. Il est également important d'éliminer le contact avec les allergènes et, si nécessaire, de prendre des antihistaminiques.
  7. N'oubliez pas d'effectuer un nettoyage humide, n'utilisez pas d'oreillers et de couvertures en plumes si vous avez déjà reçu un diagnostic d'asthme.
  8. Pour que le corps puisse lutter contre les maladies, il est nécessaire de le durcir. Vous pouvez maintenir votre immunité au niveau approprié à l'aide d'une alimentation équilibrée, d'un durcissement, d'un effort physique modéré, d'un repos approprié, en prenant un complexe vitamino-minéral.
  9. Par beau temps devrait être plus souvent à l'air frais. La vaccination contre la grippe est recommandée.

Les recommandations ci-dessus doivent être suivies pour prévenir le développement du syndrome bronchospastique.

Remarqué une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée pour nous le dire.

Bronchospasme allergique

Le terme bronchospasme signifie la réaction du corps, qui se manifeste par l'apparition d'une suffocation soudaine provoquée par une forte diminution de la lumière présente dans les parois des bronches, provoquée par une compression des fibres musculaires lisses ou un gonflement des muqueuses. Cette pathologie entraîne une altération de la perméabilité bronchique, ce qui rend difficile la fonction de ventilation des poumons. Ainsi, le manque d'oxygène dans les organes et les tissus, ainsi que leur sursaturation en dioxyde de carbone, provoque l'apparition d'un essoufflement et d'une suffocation.

Bronchospasme allergique: causes

En fait, ce processus ressemble à une rougeur ou un gonflement autour de la plaie ou à des égratignures sur la peau. La bronche est un tube creux dont la lumière interne a tendance à diminuer en raison de l'épaississement de la membrane muqueuse en raison d'un œdème. De plus, les fibres musculaires de la paroi bronchique sont dans un état de spasme lorsqu'une toxine pénètre dans le sang, avec une forte contraction de la bronche et que la lumière du tube diminue en conséquence. Le processus a pour but de protéger les départements inférieurs de l'influence des polluants, en laissant plutôt le corps à travers la lumière rétrécie de la bronche.

Le spasme bronchique survient souvent chez les personnes allergiques souffrant d'asthme bronchique. En outre, il convient de noter que le bronchospasme peut entraîner la mort du patient. Une forme légère d'asthme bronchique provoque souvent l'apparition de complications pouvant tuer une personne allergique.

Le spasme des bronches peut se développer pour plusieurs raisons. Aujourd'hui, le bronchospasme allergique, qui résulte de la sensibilité accrue des systèmes de l'organisme à l'influence d'antigènes externes et internes, est assez courant. Sous allergènes externes se réfère à des substances qui pénètrent dans le corps de l'environnement. Cette catégorie de substances comprend:

  • antigènes communs dans les conditions de vie traditionnelles. Par exemple, poussière de maison ou de bibliothèque, composants contenus dans des oreillers avec duvet, etc.
  • les antigènes contenus dans les doigts des doigts humains;
  • allergènes alimentaires;
  • les antigènes épidermiques, tels que les peluches, les poils d'animaux et les cheveux humains, les pellicules et autres composants;
  • allergènes de propriétés chimiques, y compris les détergents à lessive, les peintures, les produits chimiques ménagers, les agents de conservation, etc.
  • préparations médicales, par exemple antibiotiques, iode, etc.

La forme considérée de la maladie peut être déclenchée par la combinaison simultanée de plusieurs éléments qui se manifestent dans l'organisme par une réaction de protection spécifique résultant d'une lésion de divers organes ou tissus internes. Le bronchospasme allergique peut se développer sous deux formes: une allergie infectieuse et une allergie non infectieuse. La clé du succès du traitement réside dans l'identification en temps voulu de l'allergène, ainsi que dans son élimination ultérieure.

Symptômes de bronchospasme allergique

Le spasme bronchique est une affection clinique grave qui menace gravement la vie, en particulier en l’absence de soins médicaux rapides.

  1. sensation de lourdeur excessive et de peur, manque d'air, congestion à l'intérieur de la poitrine;
  2. chaque respiration est accompagnée par le travail des muscles auxiliaires des espaces intercostaux, les muscles de l'abdomen et du cou. Les espaces intercostaux, comme les ailes du nez, se rétractent fortement;
  3. Allergie respiratoire lors d'une attaque bruyante avec une longue respiration accompagnée d'un sifflement, entendue de loin. Lors de l'expiration, le patient respire sifflant, venant directement des poumons;
  4. la peau du visage devient pâle avec une nuance bleuâtre autour des yeux;
  5. bronchospasme allergique chez les enfants et les adultes est accompagnée d'une toux sèche et grasse avec crachat transparent difficile à consommer de consistance épaisse.

Traitement de bronchospasme allergique

  1. Initialement, un antigène irritant doit être identifié et éliminé, car la survenue de la maladie est de nature allergique. Souvent, une réaction allergique se produit sous l'influence de pollen ou de poussière domestique. Afin de bloquer l’accès du composant irritant dans ce cas, fermez bien les fenêtres des chambres et effectuez un nettoyage humide en profondeur. Une personne allergique doit également rincer le visage, se rincer la gorge et s’essuyer le nez;
  2. Un moyen efficace de prévenir les spasmes bronchiques est l’utilisation d’un inhalateur comme moyen de favoriser l’expansion des bronches;
  3. S'il est nécessaire pour les patients de faire face à la menace de récidive de bronchospasme, dès la première manifestation visuelle d'allergie, il est conseillé de s'asseoir de manière uniforme, en enlevant la ceinture et en fermant les vêtements serrés. Ventilez la pièce si on sait que le pollen de la plante n’est pas un allergène;
  4. Pour accélérer le déchargement des expectorations, le patient doit recevoir une boisson chaude. De plus, vous pouvez utiliser des outils médicaux spéciaux pour éliminer les expectorations;
  5. Habituellement, la détection rapide d’une menace et la prise de toutes les mesures ci-dessus aident à prévenir ou à arrêter les attaques de spasmes bronchiques. Si tout échoue, vous devez appeler un médecin.

Le traitement du bronchospasme allergique interdit l'utilisation de telles techniques:

  1. Le patient ne doit pas frotter avec des compositions odorantes, ni le dessouder avec des infusions à base de plantes ou de miel. Il est interdit d'utiliser des pansements à la moutarde. Ces mesures peuvent servir de catalyseur pour une réaction allergique;
  2. Vous ne pouvez pas supprimer la toux et appliquer pour ce médicament. L'affaiblissement de la sortie des expectorations peut également déclencher des antihistaminiques;
  3. Il est interdit d'utiliser des sédatifs pour le traitement.

Quels médicaments utiliser?

Quand il est nécessaire de guérir le spasme bronchique chez l’enfant ou l’adulte, il convient de faire très attention au choix des médicaments qui doivent être strictement prescrits par un médecin. Les moyens permettant d’éliminer les symptômes de la maladie, qui appartiennent à la lignée adrénergique, sont particulièrement efficaces.

L'utilisation d'épinéphrine ou d'éphédrine aide à dilater considérablement les bronches, réduisant ainsi le gonflement de la membrane muqueuse du système bronchique. Mais leur utilisation entraîne également des effets secondaires, notamment une tachycardie, une augmentation de la tension artérielle, le risque d'accident vasculaire cérébral ou de crise cardiaque. Les deux médicaments doivent être utilisés en même temps, en raison de la durée d'action différente. Si l'adrénaline agit presque instantanément, alors l'éphédrine ne commence à agir qu'après une heure.

Eufilin, dont la solution est administrée par voie intraveineuse, élimine le bronchospasme allergique, élargissant les bronches pendant le spasme. Le médicament réduit la pression à l'intérieur de l'artère pulmonaire, ainsi que la pression artérielle. Il est permis de réutiliser toutes les six heures 0,2 gramme d'aminophylline.

Pour éliminer efficacement le spasme bronchique, il est recommandé d’utiliser des médicaments à action anticholinergique, notamment la plafilline et l’atropine. Cependant, malgré le fait que ces fonds dilatent efficacement les bronches, ils contribuent également à l’épaississement des expectorations en raison de la sécrétion plus lente des bronches. Les effets secondaires des médicaments comprennent des problèmes de vision et l'apparition d'une tachycardie.

Inhalation en traitement

En cas de bronchospasme allergique, deux méthodes d'inhalation peuvent être utilisées sans infusions de plantes ni huiles pouvant aggraver la maladie:

  1. Les compresseurs, les appareils à ultrasons ou combinés se distinguent par une efficacité élevée;
  2. Les inhalations de vapeur sont effectuées avec une solution de cicatrisation à chaud.

L'inhalation remplit les fonctions suivantes:

  • dilue au maximum les expectorations sécrétées par la membrane muqueuse des voies respiratoires, ainsi que par le nez;
  • hydrate les muqueuses;
  • l'utilisation de médicaments spéciaux aide à élargir efficacement la lumière des bronches, offrant une protection antibactérienne et un anti-inflammatoire, ainsi qu'un effet expectorant efficace;
  • enrichit le système muqueux des bronches en sang, contribuant à améliorer sa microcirculation;
  • aide à accélérer la régénération des tissus enflammés et endommagés.

Comment guérir le bronchospasme avec des allergies remèdes populaires?

La médecine traditionnelle affecte une variété de recettes qui aident efficacement dans la lutte contre le bronchospasme. De tels fonds, au niveau élevé approprié, maintiennent l’état du système respiratoire, réduisant le risque de récurrence d’attaque spasmodique, facilitant leur passage, voire même l’éliminant complètement. Il existe plusieurs recettes couramment utilisées:

  1. Le contenant préparé contient vingt grammes de feuilles d'ortie sèches et de feuilles de ledum. Ensuite, la composition résultante est remplie avec 1 litre d’eau bouillante et infusée pendant environ une heure. Avant de boire du thé est filtré. Prenez la composition requise plusieurs fois par jour en petites portions.
  2. Dix grammes de racine de réglisse séchée sont versés à l'intérieur du récipient et un demi-litre d'eau bouillante est versé. Ensuite, la composition est cuite à feu doux pendant environ quinze minutes, après quoi elle est versée dans un bocal et mélangée à 0,5 gramme de momie. Ce bouillon est nécessaire pour boire un verre tous les jours pendant un mois. Lorsqu'il est nécessaire de guérir un enfant, le taux quotidien est réduit à cent grammes du remède.

Il est nécessaire de maintenir strictement la dose de médicaments utilisée. Le moindre écart par rapport à cette norme peut perturber le déroulement du traitement.

Causes du bronchospasme

Pour maintenir les fonctions vitales du corps, l'homme a besoin d'oxygène. Cependant, certaines pathologies entraînent un apport insuffisant en oxygène, provoquant une hypoxie. Les conséquences de l'hypoxie sont la mort des cellules du cerveau, du cœur et d'autres organes. Le bronchospasme aigu est l’une de ces pathologies. Quels facteurs contribuent au développement de cette maladie, quel est le danger d'un bronchospasme et est-il possible de la prévenir?

Bronchospasme - c'est quoi

Le bronchospasme n'est pas une maladie, mais un syndrome indiquant la présence d'une pathologie quelconque. Son apparition est causée par l’influence de facteurs gênants. En réponse à la pénétration d'un stimulus, le corps déclenche une réaction de défense sous la forme d'un spasme des muscles lisses des bronches. Une personne subit une attaque par suffocation - le symptôme principal qui, s’il n’est pas fourni avec une assistance opportune, entraîne souvent la mort.

Quels sont les symptômes caractéristiques du bronchospasme

La réaction protectrice du corps en contact avec l'irritant dans le système respiratoire ne se limite pas à un seul symptôme sous la forme d'un spasme. Pour faire face à l'élément étranger, les vaisseaux de la membrane muqueuse débordent de sang, provoquant un gonflement. Il y a une formation accrue de crachats - une sécrétion muqueuse épaisse, qui contient un grand nombre de substances ayant des effets antibactériens et antiviraux. La combinaison de symptômes sous la forme d'un spasme des parois des bronches et d'œdèmes conduit à un rétrécissement pathologique de leur lumière, de sorte que l'air ne peut pas librement passer aux alvéoles pulmonaires. Une attaque de bronchospasme provoque une insuffisance pulmonaire.

Le bronchospasme aigu se produit soudainement, cependant, les symptômes de son approche peuvent être vus plusieurs heures avant le début. Dans certains cas, les symptômes caractéristiques sont perceptibles pendant plusieurs jours. Ceux-ci comprennent:

  • malaise à la poitrine, décrit par les patients comme une sensation de crudité ou de lourdeur;
  • expiration accompagnée d'une toux sèche;
  • dyspnée croissante, asphyxie;
  • en raison du rétrécissement de la lumière de la bronche, il est difficile pour une personne d'inhaler;
  • quelques minutes avant le début d'une attaque, le patient apparaît craintif pour sa vie, paniqué;
  • une violation de l'écoulement des expectorations qui se produit pendant le bronchospasme, conduit à la difficulté de son écoulement;
  • le temps d'expiration augmente nettement;
  • en inspirant, les narines se rétractent;
  • les phanères deviennent pâles;
  • en cas d'attaque suffocante, la peau devient bleuâtre.

Autres symptômes

Un autre symptôme important est l'adoption par l'homme d'une posture inhabituelle dans laquelle la respiration est facilitée. En position debout, une personne incline le corps. S'il est possible de s'asseoir, les mains reposent sur une surface dure. Dans de telles positions, les poumons sont mieux remplis d’air.

Le bronchospasme chez l'enfant est accompagné de symptômes similaires. Cependant, c'est plus difficile que chez les adultes. Les attaques survenant à l'âge d'enfant entraînent de lourdes complications. Par conséquent, il est important de faire attention à la détérioration de l'état du bébé, accompagnée de symptômes caractéristiques, et de contacter un spécialiste qualifié.

Types de pathologie

La survenue d'un bronchospasme est toujours causée par un facteur irritant. L'asthme bronchique est la cause la plus courante de spasme des muscles lisses bronchiques. Cependant, de nombreuses autres pathologies et facteurs indésirables déclenchent le développement de cette réponse protectrice. Selon la maladie sous-jacente qui a provoqué le bronchospasme, il en existe deux types: caché et paradoxal.

Bronchospasme caché. Ce type de bronchospasme se développe dans le contexte des conditions pathologiques suivantes:

  • maladies allergiques du nasopharynx;
  • maladie cardiaque inflammatoire;
  • défaillance multiviscérale;
  • bronchite allergique;
  • rhinite allergique;
  • adénoïdite;
  • la laryngite;
  • la fibrose kystique.

Ce type de bronchospasme se caractérise par une évolution prolongée et l'absence de symptômes. Les manifestations du bronchospasme se produisent au moment où un irritant pénètre dans les voies respiratoires. En outre, l'état du patient commence à se détériorer progressivement. Il devient difficile pour une personne de respirer. Une inspiration bruyante est associée à un souffle sifflant.

Bronchospasme paradoxal. Ce type de pathologie se caractérise par un développement rapide et une forte détérioration de l'état du patient. Avec l'apparition de symptômes caractéristiques, le patient doit immédiatement donner les premiers soins et appeler une ambulance.

En attendant la brigade de médecins, ils retirent tous les vêtements contraignants du patient et lui fournissent de l'air frais. Si l'asthme bronchique est devenu la cause du développement d'un bronchospasme paradoxal, des bronchodilatateurs sont utilisés, des médicaments qui éliminent les spasmes des muscles lisses des bronches.

Règles de secourisme

Lorsque les premiers symptômes du bronchospasme apparaissent, vous devez immédiatement appeler une équipe d’ambulances. Il est inacceptable de se soigner soi-même, car de mauvaises actions peuvent aggraver l'état du patient et augmenter le spasme. Dans ce cas, il y aura un œdème pulmonaire, ce qui est fatal.

En prévision de l'arrivée des médecins, il est nécessaire de fournir les premiers soins au patient:

  • retirer de lui tout vêtement contraignant ou contraignant, déboutonner la ceinture du pantalon, desserrer sa cravate;
  • éloigner la victime des lieux si des substances fortement odorantes sont présentes;
  • ouvrir les fenêtres, fournir de l'air frais;
  • si le bronchospasme était une réaction allergique à la floraison de toute plante, il est recommandé de fermer les fenêtres hermétiquement;
  • détendre les muscles des bronches et enlever l'attaque aide l'eau minérale alcaline, qu'ils boivent sous une forme chauffée;
  • s'il existe des médicaments à la maison qui dilatent la lumière des bronches, ils peuvent être donnés au patient;
  • On élimine une attaque de bronchospasme chez les enfants en augmentant le taux d'humidité, en l'amenant à la salle de bain et en ouvrant de l'eau chaude.

Le danger de bronchospasme réside dans le développement rapide qui provoque la panique de la victime. Il faut se rappeler que la surstimulation aggrave l'état général en augmentant l'intensité de l'attaque. Il est donc très important de calmer la victime afin qu’elle puisse respirer normalement.

Quoi ne pas faire

Le bronchospasme survient soudainement lorsqu'une personne ne s'y attend pas et se perd donc dans une situation critique. Cette condition est particulièrement dangereuse pour les enfants. Les parents essaient par tous les moyens de sauver leur enfant en faisant des erreurs qui pourraient leur coûter la vie. Par conséquent, vous devez savoir quelles actions sont inacceptables en cas de bronchospasme.

L'utilisation de substances aromatiques. Le bronchospasme provoque souvent une hypoxie entraînant une perte de conscience de la victime. Il est animé par une odeur d'ammoniac ou d'autres substances à forte odeur. Si des symptômes de bronchospasme apparaissent, vous ne devez pas le faire. Il est interdit d'utiliser des huiles aromatiques pouvant améliorer le déroulement d'une attaque.

L'utilisation de médicaments antitussifs. Une attaque de bronchospasme est toujours accompagnée d'une toux, dont le but est de débarrasser les poumons des expectorations. Recevoir des médicaments qui suppriment la toux peut entraîner un blocage des voies respiratoires et la mort ultérieure d'une personne.

L'utilisation d'antihistaminiques. Ces médicaments doivent être prescrits par un médecin individuellement. Tous les antihistaminiques augmentent la viscosité des expectorations, qui disparaissent dans le bronchospasme et si mal.

Principes de traitement du bronchospasme

Le traitement du bronchospasme vise à éliminer la maladie sous-jacente à l'origine du développement d'une réaction protectrice. S'il est difficile pour le patient de respirer, un traitement conservateur est mis en place pour faciliter le soulagement de l'attaque. Le traitement peut être effectué en milieu hospitalier ou ambulatoire. La décision d'hospitalisation du patient est prise par le médecin en fonction de la gravité des symptômes et de la gravité de son état.

La pharmacothérapie implique l’utilisation de médicaments qui dilatent la lumière des bronches, éliminent l’œdème muqueux, diluent les expectorations et améliorent son écoulement. Ceux-ci comprennent:

  • adrénergiques, relâchant les muscles lisses (Berodual, Berotek, Astmopent et autres);
  • les glucocorticoïdes qui soulagent le processus inflammatoire (Pulmicort, Beclason et autres);
  • médicaments antiallergiques contenant de l’acide cromoglicique pour soulager les poches (Nalkr, Intal);
  • holinoblokatory - médicaments avec effet bronchodilatateur (Atrovent, Spiriva).

Comment aider avec antihistaminiques de bronchospasme avec bronchospasme

Syndrome bronchospastique - État pathologique provoqué par une altération de la perméabilité bronchique, associé dans la plupart des cas à un rétrécissement soudain et réversible de la lumière des bronches, entraînant une violation de la ventilation pulmonaire et une obstruction du débit de sécrétions bronchiques. Ces modifications pathologiques entraînent un manque important d'oxygène dans les organes et les tissus, l'apparition d'une sensation de suffocation et le développement d'un essoufflement.

Premièrement, le bronchospasme est une réaction protectrice du corps résultant d'un blocage des voies respiratoires (réaction inflammatoire sévère et œdème des bronches résultant d'une exposition à des virus respiratoires, à des allergènes ou à des corps étrangers des bronches, à une quantité importante de crachats, de sang, de vomissements). Les bronches ne se relâchent pas davantage, l’oedème augmente et les mécanismes de protection du système respiratoire sont nocifs pour le patient. Avec un rétrécissement important de la lumière des bronches, tout l'air des alvéoles est perturbé - l'oxygène ne pénètre pas dans le sang (une hypoxie se développe) et le dioxyde de carbone n'est pas évacué (une hypercapnie se forme).

En raison des caractéristiques immunologiques, anatomiques et physiologiques du système respiratoire des enfants de moins de trois ans, le syndrome broncho-obstructif est beaucoup plus difficile et contribue au développement de complications pulmonaires.

Le bronchospasme chez les enfants et les patients adultes est subjectivement une affection très grave et représente un danger grave pour la vie et la santé en l'absence de soins médicaux opportuns. Dans le même temps, le déficit en oxygène résultant d'un bronchospasme augmente progressivement et des modifications irréversibles associées au manque d'oxygène se développent dans tous les tissus et organes du patient, ce qui peut entraîner la mort du patient.

Les symptômes du bronchospasme sont:

  • manque d'air, sensation de lourdeur, peur et congestion dans la poitrine;
  • respiration bruyante du patient avec expiration prolongée et sifflement perceptible à distance;
  • les muscles auxiliaires des espaces intercostaux, les muscles du cou et de l'abdomen participent à l'inspiration, et les ailes du nez et les espaces intercostaux sont aspirés;
  • à l'expiration, respiration sifflante sèche dans les poumons;
  • l'apparition de toux douloureuse, sèche et toux avec des expectorations lourdes ou épaisses, claires, ou en son absence;
  • le patient prend une position de force - assis, s'appuyant sur ses mains, une sensation de peur est marquée sur son visage;
  • le teint est pâle avec du bleu sous les yeux.

La pathogenèse du développement du bronchospasme repose sur une forte réaction protectrice des parois des bronches contre tout stimulus, deux des trois couches bronchiques étant impliquées. Normalement, lorsque des agents agressifs (virus, allergènes, particules de poussière, corps étrangers) pénètrent dans les poumons, la muqueuse bronchique se dirige activement vers les cellules du système immunitaire pour accéder à la lésion, créant une barrière inflammatoire autour du stimulus, formant un centre de l'inflammation, un gonflement et un spasme important. bronches avec une diminution de leur lumière interne. Un autre composant pathogénique de l'œdème est un spasme musculaire prononcé de la paroi bronchique et la bronche se contracte plus fortement, rétrécissant la lumière.

Le syndrome bronchospastique est caractéristique des personnes ayant une tendance aux réactions allergiques et des personnes souffrant d’asthme bronchique. Avec cette pathologie, bronchospasme sous la forme du développement d'une maladie asthmatique et des complications qui sont la principale cause de décès dans le développement et la progression de cette maladie. Il est important de se rappeler que sans le traitement et le contrôle nécessaires, un syndrome broncho-obstructif sévère peut compliquer, même dans le temps, une progression légère de l'asthme, en particulier en cas de prédisposition héréditaire à son apparition. Tous les patients asthmatiques, quel que soit leur âge, réagissent de manière aiguë aux stimuli externes - fumée de tabac, poussières des maisons et des bibliothèques, phanères des animaux et autres allergènes qui leur causent des difficultés à respirer et un essoufflement.

En outre, le bronchospasme peut également survenir lors d'une réaction secondaire lors de l'utilisation de certains médicaments sur le corps du patient:

  • les bêta-bloquants;
  • les inhibiteurs de la cholinestérase;
  • bloqueurs des canaux calciques;
  • Les inhibiteurs de l'ECA;
  • AINS (en particulier l'aspirine, qui provoque l'apparition d'aspirine à l'aspirine);
  • pénicillines et autres médicaments antibactériens.

Les causes les plus courantes de bronchospasme chez les enfants sont la bronchite obstructive et la bronchiolite aiguë, qui sont des maladies inflammatoires diffuses des bronches moyennes et petites (bronchioles).

Ces maladies se développent à la suite de la mise en œuvre de:

  • infection virale (adénovirale, syncytiale respiratoire, type 3 parainfluenza, moins souvent rhinovirus et grippe);
  • agents pathogènes microbiens (bacilles hémophilus, pneumocoques, streptocoques et staphylocoques);
  • association microbienne-virale d'agents responsables de l'infection (activation de sa propre microflore pathogène et adhésion de la flore fongique au contexte des ARVI);
  • microflore atypique (chlamydia, mycoplasme).
  • Aggrave de manière significative l'évolution et le pronostic des maladies bronchospastiques chez les enfants (en particulier les enfants de moins de six ans), leur répétition et l'augmentation des rechutes:
  • défauts congénitaux du système broncho-pulmonaire;
  • la fibrose kystique;
  • les allergies alimentaires;
  • avec le tabagisme passif;
  • conditions de vie défavorables;
  • niveaux élevés de pollution de l'air dans les zones industrielles;
  • dysplasie congénitale du tissu conjonctif avec l'apparition d'une pathologie touchant plusieurs organes (dysfonctionnement du système nerveux, prolapsus des valves cardiaques, dyskinésie trachéobronchique et autres);
  • pathologie organique concomitante (périartérite noueuse, cardite, cardiopathie congénitale);
  • pneumonie interstitielle.

Bronchospasme paradoxal

Le bronchospasme paradoxal se développe comme la réaction opposée, l’effet escompté de l’utilisation de bronchodilatateurs (salbutamol, ventoline, atimos). La réaction paradoxale avec l'utilisation de ces médicaments se traduit par une aggravation du spasme des bronches et des muscles du système respiratoire au lieu de leur relaxation et de l'élimination de l'obstruction bronchique.

Bronchospasme allergique

Ce type de bronchospasme se développe lorsque le corps est sensibilisé aux allergènes internes et externes. Les allergènes externes (exoallergènes) comprennent des agents qui pénètrent dans l'organisme à partir de l'environnement:

  • allergènes ménagers (poussière de maison et de bibliothèque, poussière de plume);
  • le pollen;
  • épidermique (laine, squames, duvet et poils d'animaux et d'êtres humains);
  • la nourriture;
  • produits chimiques (peintures, agents de conservation, lessives et autres produits chimiques ménagers);
  • médicaments (antibiotiques, préparations d'iode, anti-inflammatoires, antibiotiques).

Les causes du bronchospasme sont souvent des combinaisons de plusieurs exoallergènes ou endoallergènes (substances formées dans le corps du patient en réponse à des effets nocifs sur les tissus et les organes).

Le bronchospasme allergique se développe sous deux formes: allergique non infectieuse (atopique) et allergique infectieuse (combinaison d'agents infectieux et de facteurs non infectieux).

Le principal facteur de succès du traitement du bronchospasme de la genèse allergique est l'identification et l'élimination de l'allergène.

Un traitement approprié et opportun du bronchospasme consiste à mettre en œuvre un ensemble de mesures visant à la récupération complète du patient, à l’élimination du facteur causatif et à l’élimination du spasme des bronches et des muscles. Dans le même temps, un diagnostic précoce est important. Le traitement du syndrome broncho-obstructif consiste à prendre des médicaments sous différentes formes pharmaceutiques (inhalateur, pilules, injections intramusculaires ou intraveineuses), qui dépendent de la gravité du processus et de la présence d'une pathologie concomitante, ainsi que de la physiothérapie.

Après le début de la crise, il est nécessaire de calmer le patient, d’ouvrir l’évent (en l’absence de réaction allergique au pollen), de desserrer le col ou la ceinture, de procéder à des inhalations bronchodilatoires, de prendre des médicaments expectorants pour améliorer l’écoulement des expectorations et d’appeler rapidement un médecin.

Les patients ne doivent pas recevoir de médicaments antitussifs, d'antihistaminiques de première génération, d'odeurs odorantes ou de sédatifs. Il est important de se rappeler que le bronchospasme peut récidiver au bout d'un certain temps et qu'il est toujours nécessaire de disposer de médicaments bronchodilatateurs et de médicaments expectorants dans le coffre à médicaments du domicile.

Traitement des bronchospasmes à l'hôpital - urgent et intensif. Des injections intraveineuses d’anticholinergiques et antispasmodiques, d’antihistaminiques et de corticostéroïdes sont utilisées (si indiqué).

Supprimer le bronchospasme à la maison

Les parents qui ont rencontré un problème pour la première fois (l'attaque se développe plus souvent la nuit) - ils demandent immédiatement des soins médicaux d'urgence et c'est la meilleure option dans ce cas. Avec un diagnostic établi d'asthme bronchique et de récidives fréquentes de bronchite obstructive ou de bronchiolite aiguë, les parents savent comment éliminer le bronchospasme à la maison, mais le bébé doit être consulté par un spécialiste pour lui prescrire un traitement adéquat et le corriger.

Urgence bronchospasme

Avec le développement du bronchospasme chez les enfants, il est nécessaire:
1. Si possible, éliminez l'effet de l'allergène (contact avec le chat, médicament ou exposition à des facteurs environnementaux négatifs). En cas de réaction allergique au pollen ou à la poussière, fermez la fenêtre et sortez le bébé de l’endroit poussiéreux, lavez son visage, rincez-vous la bouche et la gorge, rincez-vous le nez;
2. asseyez le patient en le positionnant à demi assis, détachez son vêtement à l'étroit, ouvrez la fenêtre pour avoir l'air frais;
3. Appelez une ambulance pour la première attaque d'asphyxie ou appliquez un bronchodilatateur à l'intérieur ou sous la forme d'un aérosol (inhalateur) conformément aux recommandations du médecin (pour les attaques répétées et le diagnostic établi);
4. Donner à l'enfant une boisson chaude et utiliser des médicaments supplémentaires pour améliorer la sortie des expectorations;
5. Il est impératif de faire appel à un médecin si une bronchospasme persiste pendant une demi-heure chez les patients adolescents et adultes et lors d'une hospitalisation immédiate (enfants jusqu'à un an) et urgente (jusqu'à trois ans) en présence de signes minimaux de troubles respiratoires.

Il est important que les parents et les autres membres de la famille se souviennent qu’en cas de bronchospasme, il ne faut jamais:
- frottez l'enfant avec des substances odorantes (pommades et baumes avec des huiles aromatiques et de l'essence de térébenthine), mettez des emplâtres de moutarde, donnez des infusions d'herbes et de miel - cela peut aggraver considérablement le bronchospasme et aggraver l'état du patient, ainsi que renforcer les réactions allergiques;
- appliquer des médicaments antitussifs. réprimant le réflexe de toux (codéine et médicaments contenant de la codéine) et les antihistaminiques de première génération (diphenhydramine, suprastine, pipolfen) - ils contribuent à l’aggravation des pertes de crachats dans le syndrome broncho-obstructif;
- appliquer des médicaments apaisants et autres (tous les médicaments sont prescrits par un spécialiste).

Médicaments pour le bronchospasme

La meilleure façon de traiter le bronchospasme chez les enfants et les adultes est une approche intégrée.

Les principaux groupes de médicaments prescrits pour le bronchospasme sont les suivants:

  • les médicaments anticholinergiques (médicaments contenant du bromure d’Ipratropium dans des aérosols dosés - Atrovent) et l’association médicamenteuse combinée (Ipramol Steri-Neb) de M-holinoblokatora + mimique adrénergique sélectif de β2;
  • bêta-2-agonistes (Berotek, Salbutamol, Ventolin, Serevent, Atimos);
  • méthylxanthines (théophyllines prolongées) - Teopek (avec prudence, ce médicament est prescrit aux patients insuffisants cardiaques).
  • La solution d'Euphyllinum n'est introduite que dans les conditions hospitalières selon des indications strictes (en raison d'un grand nombre d'effets indésirables du système cardiovasculaire);
  • glucocorticoïdes - les corticostéroïdes inhalés largement utilisés de nos jours, qui ont un effet systémique faible (budésonide, Budecort), les glucocorticoïdes systémiques (prednisone et autres), sont prescrits sous la surveillance d'un médecin et à l'hôpital;
  • agents mucorégulateurs (acétylcystéine. Ambrobene. Ambroxol. Flavomed ou Lazolvan) pour améliorer la décharge des expectorations.

Selon le facteur en cause, des antihistaminiques, des médicaments antiviraux et des antibiotiques sont également utilisés (en particulier si l'on soupçonne la persistance de pathogènes intracellulaires - avec le développement d'une pneumonie atypique, de bronchiolites causées par une infection à chlamydia et de mycoplasmes). Les médicaments de choix dans ce cas sont les macrolides (Josamycin, Spiromycin).

La sévérité des troubles respiratoires et la vitesse de progression du bronchospasme chez les enfants sont dues à la différenciation insuffisante du système broncho-pulmonaire et à l'immaturité du centre respiratoire chez l'enfant. Les parents de nombreux enfants sont donc au courant des manifestations cliniques du bronchospasme. Les facteurs de fond sont l’immaturité des systèmes immunitaire et allergique de l’enfant, la susceptibilité à la survenue d’infections respiratoires et de rhumes, et en particulier l’appareil respiratoire des jeunes enfants:

  • lumière étroite des voies respiratoires supérieures;
  • grande épaisseur des septa alvéolaires;
  • muqueuse douce et abondamment vascularisée (apport de sang);
  • développement insuffisant des muscles respiratoires;
  • disposition horizontale des côtes.

Le bronchospasme chez l'enfant se développe en raison d'une contraction soudaine des muscles de la paroi bronchique dans le contexte d'un rétrécissement intense des bronches. Dans ce cas, l'enfant commence à avoir une respiration sifflante et à haleter, des muscles intercostaux, la paroi abdominale sont impliqués dans l'acte de respiration, une fosse jugulaire et le gonflement des ailes du nez, le bleu des lèvres et le triangle nasolabial, la pâleur du visage et l'anxiété de l'enfant. Les risques de développer cette pathologie sont:

  • enfants partiellement malades (avec des récidives fréquentes de bronchite, laryngite, maux de gorge);
  • avec des maladies de rhume des foins et d'autres réactions allergiques;
  • les bébés atteints d'adénoïdite;
  • la présence de susceptibilité familiale aux processus bronchospastiques et aux réactions allergiques (asthme bronchique, maladies congénitales des bronches chez des parents proches);
  • dysplasie congénitale du tissu conjonctif (prolapsus de la valve mitrale, dyskinésie trachéobronchique).

À ce jour, il a été prouvé que 50% des bébés atteints de bronchite obstructive au cours de leur première année de vie présentaient des épisodes de bronchospasme répétés dans le contexte d’une infection virale des voies respiratoires, en particulier lors de la mise en place d’un rhinovirus et d’une infection par le rhinovirus..

Bronchospasme chez l'adulte

Le bronchospasme chez les patients adultes se développe dans la plupart des cas avec un asthme bronchique et des maladies pulmonaires chroniques (bronchite chronique, bronchectasie, pneumonie chronique). Il est provoqué par le tabagisme (y compris passif), une réactivité allergique accrue, la consommation d'alcool et certains groupes de médicaments, des tumeurs et des lésions du système trachéobronchique et des facteurs environnementaux.

Lire plus →

La phase initiale de l'évolution et du développement du bronchospasme se présente sous la forme d'une réaction protectrice classique de l'organisme. Cependant, au fil du temps, la bronche ne se détend pas et continue de gonfler. En fin de compte, la situation dans laquelle un mécanisme apparemment protecteur ne fait que nuire au patient devient pertinente. Le rétrécissement de la lumière des bronches ferme le chemin menant aux alvéoles des masses d'air, il n'y a pas assez d'oxygène dans les bronches, il n'y a pas de dioxyde de carbone qui en sort.

La condition est très difficile pour un malade et peut devenir un danger considérable pour sa vie et sa santé. Il y aura un processus d'aggravation de la situation si le patient ne fournit pas les premiers soins adéquats. Perte de conscience possible, après laquelle tous les organes internes d'une personne subiront des modifications irréversibles, le manque d'oxygène peut provoquer la mort d'une personne malade.

Les symptômes évidents de bronchospasme suivants peuvent être notés:

  • manque d'air, sensation de congestion dans la poitrine, peur déraisonnable;
  • sifflement des sons avec la respiration excessivement fort d'une personne malade;
  • toux sèche et sèche, avec ou sans crachats épais;
  • le patient devient immobile, bouge les épaules et dessine dans sa tête, une expression effrayée apparaît sur son visage;
  • le visage devient pâle et des taches bleues apparaissent sous les yeux, les muscles du cou et du visage travaillent lorsque l'air est aspiré, les ailes du nez et l'espace intercostal sont aspirés;
  • en expirant de l'air, une respiration sifflante avec un sifflement dans les poumons est clairement entendue.

Bronchospasme chez les enfants

Avant que l'enfant ait des spasmes bronchiques, il commence à s'inquiéter, son sommeil et son appétit sont perturbés. L'enfant se sent lourd dans la poitrine, il tousse et éternue.

Si le bronchospasme n’est pas arrêté à ce stade, on peut s’attendre à l’apparition de symptômes supplémentaires:

  • la respiration devient sifflement, la respiration se prolonge et s'accompagne d'une respiration sifflante;
  • sur le visage, la peau pâlit;
  • l'enfant commence à souffrir de toux, il peut être accompagné d'expectorations ou de fuites sans son apparence;
  • un bleu apparaît sous les yeux;
  • un enfant peut perdre connaissance au cours d'un bronchospasme, ce qui constitue la principale différence entre son déroulement et le bronchospasme adulte.

Si le spasme des bronches chez l'enfant est la conséquence d'une attaque allergique, il peut y avoir une décharge latérale de la cavité nasale de l'enfant, des larmes commencent à couler et une éruption cutanée apparaît sur la peau.

Symptômes de bronchospasme chez les adultes

Afin de bien respirer, un diamètre suffisant de la lumière bronchique est nécessaire. Si les muscles lisses commencent à se contracter fortement, la lumière diminue et cela provoque le développement d'un bronchospasme, dont les symptômes chez un adulte indiquent une affection très dangereuse conduisant à des crises d'asthme.

Les symptômes du bronchospasme chez l'adulte ne sont pas toujours prononcés. Dans l’asthme bronchique et l’emphysème pulmonaire, le début d’une crise est beaucoup plus facile à déterminer. Il ne faut pas oublier que des spasmes bronchiques sont observés avec des symptômes allergiques et une bronchite, ainsi que des exacerbations du bronchodilatateur. Lorsque ce dernier est l'évolution inflammatoire de la maladie, elle affecte les broncholites moyennes et petites.

Le bronchospasme chez l'adulte se caractérise par les symptômes suivants:

  • personne suffocante essoufflement;
  • sensation de manque d'air dans les poumons;
  • le triangle sous le nez acquiert une teinte bleuâtre;
  • gonflement des veines se produit sur et autour du cou;
  • la poitrine se dilate beaucoup;
  • une toux commence, qui s'accompagne de l'expiration du mucus incolore, qui a une viscosité élevée;
  • sensation de poids dans la poitrine;
  • exhalations trop longues, accompagnées de sifflements et d'une respiration sifflante;
  • respiration à haut volume;
  • indentation de la peau entre les côtes, ainsi que sur les ailes nasales;
  • blanchir le visage et les lèvres bleuâtres;
  • le patient devient obsédé par la peur sans cause;
  • une personne commence à souffrir de troubles du sommeil;
  • en éternuant, du mucus clair et liquide est sécrété.

Les symptômes décrits résultent de difficultés d’accès de l’air à la région des poumons, donc d’un manque d’oxygène dans le sang.

Avec le développement des bronches, deux couches bronchiques des trois existantes sont utilisées. Le spasme des bronches est la réaction de protection du corps la plus forte contre les stimuli externes ou l'un d'entre eux. L’état normal des choses est considéré comme un état dans lequel, s’il pénètre dans les couches de substances légèrement agressives, provoque un afflux de sang vers la membrane muqueuse du système bronchique. Ceci est fait pour que les éléments du système immunitaire du corps puissent atteindre la source de l'inflammation et ériger une barrière protectrice autour de l'élément toxique.

Le processus décrit ne diffère pas fondamentalement de l'apparition d'un œdème ou d'une rougeur autour d'une égratignure ou d'une plaie sur la peau. La bronche est un tube creux et, dans le cas d'un épaississement de la membrane muqueuse dû à l'apparition d'un œdème, il semble logique de réduire sa lumière interne. Les muscles de la paroi bronchique connaissent un état de spasme provoqué par l'ingestion de la toxine dans le sang, tandis que la compression de la bronche augmente et que la lumière diminue. Le processus décrit vous permet de protéger les divisions inférieures de l'exposition aux polluants et d'éliminer plus rapidement le mucus, laissant plutôt la lumière rétrécie de la bronche.

Le bronchospasme survient très souvent chez les personnes allergiques ou ayant des crises d'asthme. Il suffit de dire que le bronchospasme peut causer la mort de cette catégorie de personnes. L'asthme bronchique, qui se manifeste sous une forme légère, peut entraîner des complications pouvant tuer un malade. La fumée de tabac provoque une réaction extrêmement négative chez les personnes souffrant d'asthme bronchique. Il devient la cause de leur essoufflement, essoufflement. Les asthmatiques ont brutalement cessé de fumer après les premiers spasmes des bronches.

Bronchospasme paradoxal

Le bronchospasme paradoxal est une réaction inverse à l'utilisation de substances stimulant les bronchites. La réaction de nature paradoxale, qui entraîne l'utilisation de ces substances, présente des signes d'aggravation du spasme du système bronchique, ainsi que des muscles et des organes du système respiratoire, malgré les réflexes attendus de leur relaxation et de la fin de l'obstruction bronchique.

Bronchospasme allergique

Le bronchospasme allergique se développe en raison de la sensibilité des systèmes de l'organisme aux effets des allergènes internes et externes. Les allergènes externes sont des substances ingérées par l'environnement extérieur. Cela peut être attribué à ces catégories de substances:

  • les allergènes ménagers, il peut s'agir de poussière de maison et de bibliothèque, ainsi que de substances contenues dans des oreillers en plumes;
  • éléments allergiques localisés sur les doigts de l'homme;
  • allergènes alimentaires;
  • Allergènes épidermiques, y compris poils et duvet d'origine humaine et animale, ainsi que composants de pellicules et de laine;
  • les allergènes chimiques, tels que les produits chimiques ménagers, les détergents à lessive, les éléments de peinture et divers agents de conservation;
  • les médicaments, en particulier l'iode, les antibiotiques et les anti-inflammatoires.

Le type de bronchospasme décrit peut survenir en raison de la combinaison de plusieurs éléments formés dans le corps en tant que réaction de protection contre les lésions des tissus et des organes internes.

Le bronchospasme allergique peut se développer sous la forme de deux variétés, allergie non infectieuse et allergie infectieuse. La reconnaissance rapide de l'allergène, associée à son élimination ultérieure, est la clé pour traiter correctement la maladie.

Bronchospasme médicamenteux

Le bronchospasme médicamenteux se caractérise par une évolution clinique, d'aspect similaire au développement de l'asthme bronchique, qui se produit au fond des lésions de la peau et des muqueuses du système bronchique. C'est une sorte de réponse du corps à l'action des médicaments, dans le traitement des maladies du poumon causées par l'action des parasites, de l'ascaridiase et de diverses formes de strongolidose.

Lors du traitement du bronchospasme chez les enfants devraient:

  • éliminer l'effet d'un allergène irritant sur une personne, car l'apparition d'un bronchospasme peut être de nature allergique. En cas de réaction allergique à la poussière domestique ou au pollen de la plante, la toile doit être fermée à la fenêtre afin d'empêcher l'accès à la substance irritante. De plus, vous devriez vous laver le visage, vous essuyer le nez, bien vous rincer la gorge;
  • peut être utilisé à des fins thérapeutiques inhalateur ou moyen pour l'expansion des bronches;
  • un malade doit être assis bien droit, retirer la ceinture, le cas échéant, et déballer ses vêtements. Vous pouvez ouvrir la fenêtre si une personne ne souffre pas de réactions allergiques au pollen;
  • pour augmenter le débit de crachats, il est nécessaire de donner au patient une boisson chaude, il est autorisé d'utiliser des moyens supplémentaires pour éliminer les crachats;
  • si, après tout, les bronchospasmes décrits ne cessent pas, vous devez appeler un médecin.

Dans le traitement du bronchospasme chez un enfant, en aucun cas:

  • faire frotter l'enfant avec des compositions odorantes, lui donner du miel et des infusions aux herbes. Vous ne pouvez pas mettre des emplâtres de moutarde. De telles mesures ne peuvent qu'accélérer l'évolution des réactions allergiques.
  • afin de supprimer la toux utiliser des médicaments. Les antihistaminiques ne doivent pas être consommés, car ils peuvent provoquer une aggravation de l'écoulement des expectorations à la suite du développement d'une réaction spasmodique des bronches;
  • appliquer des médicaments pour calmer.

Le traitement doit être effectué rapidement et efficacement. Il est recommandé de faire des injections sous-cutanées d'atropine et de métacine, en prenant des antispasmodiques, tels qu'halidor et aminophylline. Il est nécessaire d'utiliser des antihistaminiques, ainsi que des corticostéroïdes.

Médicaments pour le bronchospasme

Lorsque bronchospasme devrait prendre des médicaments règle adrenomimetichesku pour éliminer les symptômes de la maladie. L'utilisation de l'éphédrine et de l'adrénaline dans le traitement du bronchospasme peut provoquer un fort effet d'expansion des bronches, réduire le gonflement de la membrane muqueuse du système bronchique, mais elle est lourde d'effets secondaires. Parmi eux, il convient de souligner la tachycardie, l'augmentation de la pression artérielle, l'augmentation des risques de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral. Une fois l'adrénaline injectée, l'action peut être observée pratiquement sans délai, mais si de l'éphédrine est utilisée, elle agit au bout d'une heure environ. L'effet le plus important de l'expansion des bronches lors de l'application de l'éphédrine peut être observé après quatre heures. Ceci explique la nécessité d'utiliser simultanément les deux médicaments par voie intraveineuse ou intramusculaire.

Eufilin est capable d’éliminer les spasmes bronchiques tout en donnant l’effet de l’expansion des bronches à leur spasme. En outre, ils contribuent à la diminution de la pression dans l'artère pulmonaire et à la pression artérielle générale. Une solution d'aminilein doit être administrée par voie intraveineuse. Pour un usage interne, vous pouvez utiliser 0,2 gramme de médicament toutes les six heures. Les moyens de prolongation de l'euphiline sont recommandés pour le traitement du bronchospasme. Les drogues ont leurs effets pendant une demi-journée.

Pour le traitement des spasmes des bronches recommandé l'utilisation d'anticholinergiques, en particulier d'atropine, la platifilline. Ces fonds sont très efficaces pour développer les bronches. Leur caractéristique négative est l'épaississement des expectorations, en raison de l'inhibition de la sécrétion bronchique. Une tachycardie et l'apparition de problèmes de vision peuvent survenir.

Inhalation avec bronchospasme

Dans le traitement du bronchospasme, l'utilisation de l'inhalation avec des médicaments, des herbes et des perfusions est très efficace.

Dans les pharmacies modernes dans une grande variété d'inhalateurs à ultrasons, appelée un nébuliseur. Les infusions d'herbes et de différentes variétés d'huiles aromatiques ne peuvent pas toujours être utilisées dans cet appareil; vous ne pouvez utiliser que de l'eau minérale ou des solutions spéciales de médicaments de la pharmacie.

L'inhalation avec bronchospasme peut être réalisée de deux manières:

  • en utilisant des dispositifs spéciaux pouvant être du type à ultrasons, ainsi que des compresseurs et combinés;
  • inhalation de vapeur. Pour ce faire, il est nécessaire de disposer d'un récipient et d'une solution de traitement à chaud, il est autorisé d'utiliser un entonnoir en papier spécial, qui est placé sur le bec de la bouilloire.

Les fonctions suivantes sont assignées à l'inhalation en cas de maladies des organes et systèmes respiratoires:

  • dilution maximale des expectorations sécrétées par le nez et les voies respiratoires;
  • effectuer l'humidification de la muqueuse des voies respiratoires;
  • en cas d'utilisation de médicaments, l'utilisation de l'inhalation procure une action visant à dilater les bronches, ainsi qu'un effet anti-inflammatoire et expectorant, prévient la survenue d'un œdème et assure une protection contre les bactéries nocives;
  • contribue à l'enrichissement en sang de la muqueuse bronchique et améliore sa microcirculation, ce qui contribue finalement à la régénération rapide des tissus.

Comment supprimer les remèdes traditionnels bronchospasme

L'arsenal de la médecine traditionnelle est varié et comprend une grande quantité de médicaments pour éliminer le bronchospasme. Ces outils permettent de maintenir le système respiratoire en état, de réduire la fréquence des attaques spasmodiques, de faciliter leur circulation et de les éliminer complètement. La médecine traditionnelle aidera à prévenir la manifestation de spasmes dans le système bronchique. Il existe plusieurs recettes efficaces, en voici deux:

  • Il faut verser 20 grammes de feuilles d’ortie et de feuilles de roseum sauvages séchées dans le récipient choisi. Le contenu est rempli avec un litre d'eau bouillante. Infusé pendant une heure. Il est nécessaire de boire après avoir filtré plusieurs fois par jour en petites portions. Chaque jour, vous avez besoin de votre propre perfusion;
  • Placez la racine de réglisse séchée dans un récipient d'un volume de 10 grammes, puis versez le récipient avec un demi-litre d'eau bouillante. Après l'ébullition, il est nécessaire de faire bouillir un quart d'heure à feu doux. La décoction refroidie doit être versée dans un bocal. En y dissolvant un demi-gramme de mumiyo, il est nécessaire de boire un verre pendant un mois. Si nous parlons du traitement d'un enfant, il est nécessaire de réduire la dose à 100 grammes.

Il est très important de résister aux doses de médicaments clairement décrites, car des écarts dans un sens ou dans l’autre peuvent perturber le déroulement du processus thérapeutique. Et bien sûr, il faut toujours croire que le traitement montrera l'efficacité appropriée. Sans une foi appropriée, il n'y aura aucun résultat.